Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2007

AUSCHWITZ: des photos inédites 60 ans après

77d06e713fdfca544682873d0b2133ce.jpg
Le Mémorial de l'Holocauste de Washington a révélé détenir un album photo inouï. Les déportés en sont totalement absents. Seuls figurent les bourreaux. Les 116 photos rassemblées au sein de cet album dit "de Karl Höcker" montrent, aux abords du camp, la vie ordinaire d'hommes qui ne l'étaient pas: les auteurs, les acteurs de la pire tragédie du XXe siècle, l'extermination des Juifs d'Europe.

Höcker est présent dans presque toutes les pages de l'album, y compris en couverture où il a collé son portrait à côté de celui de son chef, le Sturmbannführer Richard Baer. Il a lui-même écrit la légende: "Mit dem Kommandanten SS-Stubef. Baer, Auschwitz 21-6-1944." Aucune image n'est signée, mais, selon le Mémorial de Washington, elles sont sans doute l'oeuvre de deux photographes professionnels allemands, Ernst Hoffmann et Bernard Walter.
L'album aurait été trouvé dans un appartement abandonné, à Francfort, en 1946 par un ancien colonel et agent de renseignement américain, qui l'aurait conservé chez lui pendant soixante ans. En décembre 2006, cet homme écrit au mémorial et propose de lui léguer son trésor. Un mois après, les photos sont envoyées. Elles sont en très bon état et leur authenticité ne fait aucun doute.

Rebecca Erbelding, jeune archiviste, rencontre alors le donateur qui exige de rester anonyme. Ce sera leur ultime rendez-vous. Le vieil homme est décédé cet été. "Il m'a dit qu'il était très attaché à ce document, ayant combattu lui-même durant la Seconde Guerre mondiale contre les Allemands, confie-t-elle au JDD. Il revêtait à ses yeux une valeur sentimentale inestimable. Mais il sentait la fin de sa vie approcher et voulait que l'album soit entre de bonnes mains, dans un lieu où le grand public en entendrait parler et pourrait le consulter."

Les historiens américains se mettent à étudier les 116 images. Les premières datent de mai 1944, période la plus meurtrière de l'histoire du camp, correspondant à l'extermination en quelques semaines des Juifs de Hongrie. Les dernières, montrant Höcker illuminant un sapin de Noël, ont été prises quelques semaines avant la libération d'Auschwitz par l'Armée rouge. Les chercheurs n'identifient d'abord que trois officiers. Qui sont ces autres hommes qui posent aux côtés de Höcker? Où et à quel moment les photographies ont-elles été réalisées? Il leur faudra neuf mois pour répondre à ces questions. Au passage, ils découvriront, à neuf reprises, le visage de Joseph Mengele, le célèbre médecin surnommé "l'ange de la mort", dont il n'existait à ce jour aucune photo à Auschwitz.
(Source: JDD 09-2007)

00:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO Dîner du CRIF: Sarközy fait refaire l'interview au journaliste !

 http://www.youtube.com/v/1yZm50M5340&rel=1

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

17/11/2007

Tinka Milinovic

8f3021e943f3057082443064e9d9e127.jpg
Tinka Milinovic 

30 Octobre 2007 - Un quotidien bosniaque fait sa une sur une supposée relation entre Nicolas Sarközy et Tinka Milinovic, une sulfureuse blonde de 34 ans, animatrice d'une émission locale, présentée comme la remplaçante de Cécilia

Le journal bosniaque « Oslobodenje » publie à la une de son supplément variété « Portal » une photo de Tinka Milinovic en compagnie de Nicolas Sarkozy. Il s’agit bien évidement d’un montage, mais le quotidien assure qu’il y a bien eu une certaine intimité entre eux.

Cette rumeur (information de source sûre selon le quotidien) proviendrait d’une traductrice travaillant dans l’hôtel où ils se seraient rencontrés, en Lybie. Le président français se trouvait effectivement en Lybie au mois de juillet pour des affaires officielles. Tinka était elle aussi à Tripoli, pour les besoins d’une émission.

Le belle blonde est connue localement en tant qu’animatrice et pousse la chansonnette de temps en temps. Tinka Milinovic avait participé avec son groupe Six4One à l’Euro Song Contest de 2006, à Athènes. Selon le journal « Oslobodenje », qui rapporte les propos de la traductrice, Tinka Milinovic et Nicolas Sarközy auraient été intimes. Le président lui aurait même fait envoyer un énorme bouquet de roses.

17 Novembre 2007 - Il y a quelques semaines, un quotidien bosniaque faisait sa une sur une supposée relation entre Nicolas Sarkozy et Tinka Milinovic, une sulfureuse blonde de 34 ans, animatrice d'une émission locale, présentée comme la remplaçante de Cécilia...

Cette semaine, c’est le quotidien belge « La dernière heure » qui prend le relais, en faisant sa une sur une interview exclusive de Tinka Milinovic. La jeune femme a démenti catégoriquement les rumeurs avancées par le journal bosniaque « Oslobodenje ». Elle admet cependant qu’ils se sont effectivement croisés le 25 juillet. (Ah!)

Elle a accepté cette interview en espérant que la presse internationale la laissera tranquille, se disant « harcelée par les médias d'Allemagne, du Royaume-Uni, de France, des États-Unis, de l'ex-Yougoslavie ». Mais par-dessus tout, elle affirme avoir été « choquée par le nombre de personnes qui ne cherchaient qu’une chose: salir quelqu'un ».

Mais rien n'est sale en amour...

(Source: YAHOO)

 

23:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Le châtaignier d'Anne Franck

9f063d802c09d099c17364426b35cbc0.jpg

AMSTERDAM (Reuters) - Le châtaignier qu'Anne Frank pouvait apercevoir de sa cachette à Amsterdam, avant sa déportation par les nazis en 1944, ne sera peut-être pas abattu.

La décision de livrer aux tronçonneuses l'arbre malade, qui menace de tomber, a été prise il y a plus d'un an par la municipalité mais la mobilisation des opposants à ce projet a retardé son exécution.

Mardi prochain, à la veille de la date finalement fixée pour abattre le châtaignier, un tribunal se réunira pour entendre les adversaires de la décision et se prononcer sur ce dossier.

Un groupe de protection de l'environnement a proposé de soutenir l'arbre de 27 tonnes à l'aide d'une armature métallique.

La jeune Anne et sa soeur Margot sont mortes du typhus au camp de concentration de Bergen-Belsen en 1945, quelques semaines avant l'arrivée des Alliés.

(YAHOO)

Un homme propose sur le site internet d'enchères eBay une châtaigne issue de l'arbre géant qui fit rêver la petite Anne Frank cachée dans son grenier d'Amsterdam entre 1942 et 1944 pour échapper à l'occupant nazi. "C'est une occasion parce que cet arbre est malade et risque d'être abattu par la municipalité", affirme le vendeur, Charles Kuijpers. L'enchère a démarré modestement à 4,24 dollars et restera postée sur le site internet jusqu'au 21 novembre, date de "l'exécution" prévue de l'arbre, qui est âgé de 150 à 170 ans et pèse 27 tonnes.

(Source: JDD -16.11.07)

 

21:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Dati : une rumeur tenace d'incompétence...

8f5b7c7420187da63e61ea3caf7bde6f.jpg

Un pas en avant, un dérapage de côté, la méthode Dati n'en finit pas de désarçonner son camp. Certes, la garde des Sceaux vient de franchir une étape périlleuse en achevant son tour de France de la carte judiciaire, annonçant une batterie de suppressions de tribunaux. Un dur labeur qui lui a causé de nombreuses inimitiés au sein du groupe UMP.

La tardive médiation du président du groupe, Jean-François Copé, et du Premier ministre, François Fillon, a permis de circonscrire la grogne et de limiter à trois le nombre de députés UMP qui ont voté, jeudi, contre le budget de la Justice.

Et patatras ! Cet épisode à peine passé, Rachida Dati se prend les pieds dans le tapis de l'aide juridictionnelle. Lors de l'examen de son budget, la ministre a annoncé à l'Assemblée que le gouvernement « s'inspirerait » du rapport sénatorial de l'UMP Roland du Luart pour instaurer « une franchise ».

Tollé dans l'hémicycle. La gauche l'a accusée de vouloir instaurer une « taxe sur les victimes » et une « justice de classe ». Gros malaise dans les rangs de l'UMP, Jean-François Copé étant le premier à avouer sa « surprise ». Quelques heures plus tard, Rachida Dati faisait marche arrière. Il n'y avait plus trace hier, au ministère, d'un tel projet...

Il n'en a pas fallu davantage pour relancer au sein de la majorité le soupçon d'incompétence qui plane sur la ministre de la Justice. Un député UMP francilien pointe la « fébrilité de ses interventions » à l'Assemblée tandis qu'un ponte du parti juge que l'« inexpérience » de Rachida Dati devient « problématique » : « Elle avait déjà oublié de faire de la politique en présentant la carte judiciaire, il serait temps qu'elle apprenne à en faire... », assène-t-il. Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Roger Karoutchi, préfère louer le « grand courage » de sa protégée.

 Un jugement que certains élus UMP ne manquent pas de nuancer en soulignant que, pour les municipales, la garde des Sceaux a choisi de se présenter dans le fort bourgeois VIIème arrondissement de Paris, acquis à la droite, plutôt que dans le décisif XIIème , déterminant pour reconquérir l'Hôtel de Ville.

20:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Une bonne tête de prolo?

7d87238cd2b98ba197f886e8c653dd08.jpg
Daniel Gluckstein  

Le secrétaire national du Parti des travailleurs (PT, trotskiste) Daniel Gluckstein a lancé avec des syndicalistes une nouvelle formation à la gauche de la gauche, le "parti ouvrier indépendant" annoncé par Gérard Schivardi lors de sa campagne présidentielle, selon un communiqué diffusé samedi.

M. Gluckstein, des syndicalistes, des grévistes de la SNCF et d'EDF-GDF ont lancé un "comité provisoire" chargé de préparer une "convention pour un parti ouvrier" les 24 et 25 novembre 2007 à Saint-Ouen, lors d'un rassemblement vendredi soir à Paris salle de la Mutualité.

Parmi les orateurs figurait le maire de Lalande-en-Son (Oise), Pierre Jeanneney, qui "prépare avec Gérard Schivardi et une quarantaine de maires la convention pour un parti ouvrier", précise le communiqué.

La réunion à la Mutualité, qui était "remplie" selon les organisateurs, reprenait quelques mots d'ordre de M. Schivardi pour la présidentielle (0,37% des suffrages exprimés): "Non au Traité de Lisbonne, rupture avec l'Union européenne, vers un parti ouvrier de lutte de classe".

"Ce meeting s'est terminé par l'Internationale", ont précisé les organisateurs. 

(Source: Le Parisien)

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Statistiques ethniques: le Cnil reste perplexe...

58448a57d36144dcd55229ffb51be618.jpg
Alex Türk, né en 1950 à Roubaix, Sénateur du Nord (Nord- Pas-de-Calais)

Alex Türk est président de la Commission nationale Informatique et libertés (Cnil)

La Cnil a inspiré l'article 63 de la loi sur l'immigration, qui concernait les statistiques ethniques, censuré jeudi par le Conseil constitutionnel. Vous vous sentez désavoué ?

Alex Türk.
Le mot qui me vient est plutôt celui de perplexité ! Cette décision a provoqué une grande incompréhension dans l'institution.

Oui, je l'assume, la Cnil a demandé aux deux députés qui en sont membres* de déposer ce qui était d'abord un amendement au projet de loi sur l'immigration. Cette proposition visait à faciliter les études sur la mesure de la diversité des origines, la discrimination et l'intégration, tout en garantissant le caractère scientifique de ces recherches. Il nous paraissait légitime que ces parlementaires aillent défendre l'une de nos dix recommandations sur le sujet.

C'était bien ce que l'on appelle un « cavalier législatif », comme l'a reproché le Conseil Constitutionnel...

Oui. Mais il fallait profiter de l'occasion offerte par ce texte car il y avait urgence à légiférer dans ce domaine. De plus en plus d'experts, de chercheurs, d'organismes publics ont lancé des enquêtes s'intéressent à l'origine des personnes. Il était nécessaire de cadrer ces recherches par un système d'autorisation préalable systématique de la Cnil, plus protecteur des droits des personnes. Elles existent, elles sont en cours, il fallait trouver une solution pour ces chercheurs.

Sur le fond, les Sages estiment que ce genre d'études ne peut « reposer sur l'origine ethnique ou la race »...

Le principe de cette interdiction est déjà inscrit dans la loi Informatique et Libertés, qui prévoit cependant huit cas d'exceptions. Et cette loi, modifiée en 2004, avait été soumise et approuvée par le Conseil constitutionnel. D'où notre perplexité...

* Les UMP Michèle Tabarot (Alpes-Maritimes) et Sébastien Huygue (Nord).

(Source: Le Parisien 17.11.07)

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO Folklore blanc toujours vivant !

http://www.dailymotion.com/video/x1ehli_the-chieftains-th...

01:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO KOUCHNER CHANTE POUR LA TURQUIE

http://www.dailymotion.com/video/x3hde0_kouchner-chante-t...

01:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La nuit, tous les chats sont gris... (4)

fede7f32fa842f5f62139386dfb04ea3.jpg

01:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

16/11/2007

Jean-Louis Debré ouvre grand les vannes à l'immigration africaine

En se drapant dans le Droit et en se cachant derrière lui, Jean-Louis Debré va permettre à des villages entiers d'émigrer d'Afrique pour venir s'installer en France. Ne faut-il pas constituer un sous-prolétariat pour le Nouvel Ordre Mondial? Un sous-prolétariat qui n'existait plus en Occident? Une main d'oeuvre à très bas prix qui sera disponible in situ sans avoir besoin de recourir à de lointaines délocalisations, devenues plus coûteuses dans les pays émergents...

"Le regroupement familial est ouvert, toujours ouvert, continue à être ouvert à tous les enfants, quelle que soit leur filiation. La loi ne limite pas le regroupement familial à la filiation biologique, c'est-à-dire par le sang. Nous avons tenu à réaffirmer que le regroupement familial pouvait et pourra toujours se faire au profit des enfants adoptés."

"Par des réserves précises, nous avons également rappelé que c'est la loi personnelle de la mère, celle du pays d'origine, qui s'applique en matière de filiation."

"Deuxièmement, le nouveau dispositif ADN prévu par la loi ne dispense en aucun cas les autorités diplomatiques et consulaires de procéder à l'examen au cas par cas du dossier du demandeur. Celles-ci ne pourront pas se contenter de renvoyer à ces tests. Il ne peut y avoir d'application systématique, même dans les Etats figurant sur la liste prévue. Ce n'est qu'en cas de doute sérieux sur la validité des actes d'état civil produits qu'elles pourront proposer un test au demandeur. Et ce, en s'assurant de son consentement."

Jean-Louis Debré est-il assez clair?

(Source: LE MONDE 16.11.07) 

20:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La chair à canon du "rêve américain"

1865e8e47a360544013e71c9cd028295.jpg
Un vétéran d'Irak sous anti-dépresseurs depuis son retour au Texas
Les diagnostics initiaux des services médicaux de l'armée américaine "sous-estiment de manière substantielle le poids des problèmes psychiques" auxquels sont confrontés les soldats de retour d'Irak, estiment le professeur Charles Milliken et les docteurs Jennifer Auchterlonie et Charles Hoge, dans un article publié, mercredi 14 novembre, dans le Journal of the American Medical Association.

 



L'article résume la "première enquête" basée sur un "suivi longitudinal" de la santé mentale de ces anciens combattants de la guerre en Irak. Elle a été menée de juin 2005 à décembre 2006 sur 88 235 soldats, 64 % d'active et 36 % de réservistes. Elle compare les diagnostics des médecins militaires immédiatement après leur départ d'Irak et six mois plus tard (en moyenne).

La proportion de soldats qui se voit prescrire des soins psychiatriques à leur retour est de 4,4 %.

 Globalement, six mois plus tard, 20,3 % des militaires d'active et 42,4 % des réservistes et des membres de la garde nationale "nécessitent un traitement psychique" lié à leur expérience irakienne.

Cette différence du niveau des troubles entre les militaires de carrière et les réservistes se retrouve dans tous les cas étudiés. La catégorie des "conflits interpersonnels" entre le soldat et ses proches progresse de 3,5 % à 14 % chez les militaires d'active, et de 4,2 % à 21,1 % parmi les réservistes. Le stress post-traumatique passe respectivement dans les deux groupes de 11,8 % à 16,7 % et de 12,7 % à 24,5 %. En l'espace de six mois, il y a deux fois et demie plus de soldats et 3,5 fois plus de réservistes atteints de dépression ; 62,2 % de ces derniers présentent "au moins un symptôme dépressif".

L'étude note enfin que l'alcoolisme fait des ravages bien plus importants que ne l'indiquaient les premiers rapports médicaux. Elle recommande de s'occuper des problèmes de santé mentale des vétérans avant qu'ils ne "s'enracinent de manière chronique" et s'inquiète de la faiblesse des moyens alloués.

Sur 24 millions de vétérans aux Etats-Unis, 500 000 sont aujourd'hui sans domicile fixe. Seuls 400 anciens d'Irak sont inscrits dans une agence d'aide, et 1 500 sont dans un état jugé très dégradé, mais beaucoup rechignent à se faire enregistrer. Un phénomène nouveau consiste en la proportion notoire de femmes parmi ces SDF (11 %, alors qu'elles ne constituent que 4 % des vétérans). Quelque 40 % d'entre elles disent avoir été victimes d'agression sexuelle durant leur service en Irak.

Les associations de secours pronostiquent un prochain "tsunami". La "dégringolade" d'un vétéran - problèmes psychiatriques, perte d'emploi, divorce... - "prend des années", notait la veille Phil Landis, qui dirige un foyer d'anciens combattants à San Diego (Californie) ; or, ceux rentrés d'Irak "dégringolent plus vite que dans le cas des vétérans du Vietnam". Toute la prise en charge de ces soldats est à revoir, jugent nombre d'associations et d'élus. Une récente étude indique que, s'il était assumé par les pouvoirs publics et les assurances, le coût sanitaire réel de l'Irak excéderait sur le long terme celui de la guerre elle-même. Tricare, l'assurance médicale dont disposent les réservistes démobilisés, est "sous-équipé et encombré", note le professeur Milliken. Et ce service n'est offert aux vétérans que durant six mois après leur démobilisation.

(Source LE MONDE 15.11.2007)

 

01:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"Epidémie de suicides" chez les vétérans d'Irak

3116ff45838ce75883c3e4296d31a273.jpg
"Personne ne revient égal à lui-même"
Une véritable "épidémie de suicides" sévit chez les anciens militaires américains, avec 120 morts par semaine, révèle une enquête de la chaîne de télévision américaine CBS. Au moins 6 256 personnes ayant servi dans l'armée ont mis fin à leurs jours en 2005 – soit une moyenne de 17 par jour –, rapporte la chaîne dans son enquête diffusée mercredi soir. 

 


Alors que le taux de suicide dans la population est de 8,9 pour 100 000, la proportion chez les anciens militaires est de 18,7 à 20,8 pour 100 000. Le chiffre est encore plus élevé chez les jeunes âgés de 20 à 24 ans, où la proportion atteint 22,9 à 31,9 suicides pour une population de 100 000, soit quatre fois le taux de suicide enregistré chez les non militaires pour cette même tranche d'âge.

"Ces chiffres montrent clairement une épidémie de problèmes de santé mentale", estime, dans l'émission de CBS, un militant des droits des anciens combattants, Paul Sullivan. La chaîne cite aussi le père d'un soldat de 23 ans ayant mis fin à ses jours en 2005, qui affirme que les dirigeants du pays et l'état-major ne veulent pas que la véritable ampleur du problème soit connue. Le gouvernement "ne veut pas de chiffres", il "ne veut pas que le nombre des morts soit diffusé".

(Source LE MONDE -15.11.2007)

01:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le viol, une arme de guerre au Congo

Congolaises vivant dans la province du Sud-Kivu, à la frontière du Rwanda, elles ont 70, 30 ou 10 ans. Leurs histoires se ressemblent : une nuit, les milices ont débarqué dans leur village. Les biens ont été pillés, les enfants battus, les filles et femmes torturées et violées ou emmenées comme esclaves sexuelles.

 


La réalisatrice allemande Susanne Babila a rencontré ces victimes dans les hôpitaux de la province. Son film, Le Viol, une arme de guerre au Congo, diffusé sur Arte, leur donne la parole, ainsi qu'aux équipes soignantes, toutes congolaises, qui, des chirurgiens aux psychologues, tentent de les guérir.

Ndamosu, 70 ans, vient d'être violée par cinq hommes, pendant que son mari et ses cinq enfants étaient tués par balles. Elle est grièvement blessée à la tête et au bas-ventre. "J'ai l'impression de devenir folle", dit-elle. L'angoisse étreint aussi Ntakobajira, 30 ans, qui fait des cauchemars : "Je rêve que je n'arrive pas à nourrir mes enfants." Elle a été enlevée et violée régulièrement par plusieurs hommes, pendant un an, avant de parvenir à s'enfuir. Au village, sa famille a été assassinée. Les femmes violées se retrouvent souvent mises au ban : "Je me moque de ce que diront les voisins ; mais j'ai peur que les miliciens reviennent la nuit."

 

LÉSIONS DÉFINITIVES

La petite Elisa, 10 ans, a subi le même sort. A cause de ses lésions, les médecins ont dû procéder à l'ablation complète de l'appareil génital : "Elle ne pourra jamais être mère", commente Denis Mukwege Mukangere, médecin chef de l'hôpital général de Bukavu, la capitale de la région. "Nous soignons 10 femmes par jour, soit 3 000 à 3 600 par an, pour les suites de viol. Parmi elles, 1 000 à 1 200 doivent subir une intervention chirurgicale majeure."

 

Car ces viols sont accompagnés d'une très grande violence, expliquent les soignants. Au Sud-Kivu, les agresseurs sont pour la plupart des miliciens rwandais qui ont participé au génocide de 1994.

Dès juin et juillet 1994, quand le gouvernement qui les employait a été militairement défait, ils ont fui le Rwanda, souvent sous la protection des soldats français de l'opération "Turquoise". A ces milices s'ajoutent des bandits congolais. Les uns et les autres pillent les minerais précieux de la région, or et casserite, pour s'enrichir et acheter des armes.

Ces faits sont avérés et connus de la communauté internationale. Mais le commandant de la Minuc, envoyé par l'ONU dans la région, déplore le manque de moyens pour protéger les civils : "Je ne dispose que de trois bataillons, soit un soldat pour 143 kilomètres."


"Le Viol, une arme de guerre au Congo", Arte, 15 novembre, 22 h 15.

(Source LE MONDE)

00:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

15/11/2007

Tchad : où le nom de Cécilia Sarközy apparaît

d939ceb3219e8bdca1ebe97e37b8135a.jpg513d173d211a261d66a3e650ed7916de.jpg
La justice tchadienne a refusé, mercredi 14 novembre, la mise en liberté des six Français de l'organisation L'Arche de Zoé, inculpés d'enlèvements de mineurs et escroquerie. Ils avaient tenté, le 25 octobre, de ramener en France 103 enfants qu'ils présentaient comme des orphelins du Darfour. "Il s'agissait clairement d'une opération criminelle, indique Albert Pahimi Padacké, le ministre tchadien de la justice. Les positions diplomatiques n'ont pas à gêner le processus judiciaire. Leurs arguments n'ont pas su convaincre le juge."

 

Entendus début novembre à N'Djamena par le juge d'instruction tchadien Dimnandengarti Ngardjimti, les six Français ont tenté de justifier leur action, selon leurs procès-verbaux d'audition que Le Monde a consulté. Le président de l'association, Eric Breteau, interrogé le 3 novembre, a nié tout enlèvement. "Transporter des enfants vers l'aéroport ne veut pas dire enlever des enfants, a-t-il dit au magistrat. Cette opération humanitaire est légale au regard du droit international (…). Mon intention n'est pas de partir clandestinement, parce qu'on ne peut pas faire décoller un avion de manière clandestine."

De son côté, la justice tchadienne dispose d'éléments tendant à démontrer que si les parents avaient confié leurs enfants – 93 d'entre eux seraient d'origine tchadienne, selon les magistrats – à L'Arche de Zoé, c'est parce qu'on leur avait promis la création, au Tchad, d'un centre pour les éduquer.

"Je suis honnête avec moi-même car ce sont bien des enfants soudanais orphelins qui nous sont amenés par des chefs de village, a expliqué Eric Breteau au magistrat. Nous sommes convaincus que ces enfants étaient orphelins de père et de mère. S'ils ne sont pas soudanais, il y a peut-être de mauvaises informations qui nous parvenaient ou des malentendus."

Et M. Breteau de citer alors le cas de quinze enfants originaires de Tiné, au Soudan, qui leur avaient été amenés par leurs délégués locaux. "Nous avons interrogé individuellement ces quinze enfants, et trois ont déclaré avoir des parents et on a renvoyé ces trois enfants." 

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), la quasi-totalité des enfants disent avoir au moins un adulte "qu'ils considèrent comme un parent" et venir de villages tchadiens frontaliers du Soudan, et non du Darfour.

Parmi les mystères que les enquêteurs tchadiens essaient aujourd'hui de percer figure l'affrètement de l'avion censé ramener les enfants en France. Un nom apparaît dans le dossier : Cécilia Sarközy. Le juge souhaite savoir si, comme certains inculpés le disent, Cécilia Sarközy a pu jouer un rôle dans l'opération.

Daniel Gonzalez, membre de l'équipage espagnol de l'avion, a affirmé que l'ex-épouse du président français était annoncée comme faisant partie du périple. "C'est ma compagnie qui m'a appelé pour me dire que je devais voyager sur l'itinéraire Madrid-N'Djamena-Abéché-Vatry-Madrid, a déclaré M. Gonzalez le 5 novembre au juge. On m'a informé seulement qu'il s'agissait d'un vol humanitaire où il y aurait des enfants malades, des médecins, et probablement Mme Sarkozy."

M. Breteau n'a pas confirmé cette information, assurant au magistrat : "Je ne connais pas Mme Sarkozy." Le Monde n'a pu joindre Cécilia Sarközy.

Eric Breteau a expliqué qu'il avait l'intention de prévenir les autorités tchadiennes du départ des enfants, en sollicitant le service de l'immigration. "Nous avons préparé des documents (…) mais on nous a arrêtés avant la procédure." Se retranchant derrière la Convention de Genève, le chef de L'Arche de Zoé a assuré que ces enfants n'avaient pas besoin d'une "autorisation administrative" pour quitter le Soudan.

Le simulacre des faux pansements, tel qu'il a été filmé dans un document de l'agence Capa, était destiné à "amuser les enfants", selon M. Breteau, qui a en outre précisé que L'Arche de Zoé s'était muée en Children Rescue en "avril ou mai". Entendu le 10 août en France par la brigade des mineurs, il avait alors présenté Children Rescue comme une ONG américaine.

La compagne d'Eric Breteau, Emilie Lelouch, interrogée le 5 novembre, a défendu la même position. "Ces enfants nous ont toujours été présentés par les chefs des village soudanais comme les enfants orphelins de père et de mère soudanais, a-t-elle déclaré au juge. Je n'ai donc absolument jamais voulu enlever les enfants, j'ai obéi aux ordres qu'on m'avait donnés afin de sauver ces enfants en les amenant dans un pays en paix (…). Nous n'avons pas à demander l'autorisation pour sauver ces enfants."

Mlle Lelouch a décrit les enfants comme étant dans "un état inquiétant", exigeant "une prise en charge sérieuse". D'où les pansements et bandages. Et "certains ont voulu des bandages pour s'amuser", a-t-elle indiqué.

Avant de conclure en ces termes son audition : "Pour moi, ils restent des orphelins soudanais en danger dans un pays en guerre. Si on nous a trompés, on nous a présenté la situation de ces enfants qui n'était pas la vérité, aucune personne de l'organisation ne le savait. Nous avons toujours été de bonne foi."

Les avocats des six Français ont fait appel de la décision de la justice tchadienne. "Leur opération était un coup d'Etat humanitaire, dans la droite ligne de ce qu'a fait M. Kouchner au Biafra, a réagi Me Gilbert Collard. On va sortir nos compatriotes de là."

(Source LE MONDE 15.11)

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Les Sages contre les statistiques ethniques

b0dbcc67e5fb2578b47d03cb06d82b52.jpg
On n'en attendait pas moins de ces vieux débris coupées de la réalité...
 Le Conseil constitutionnel a validé cet après-midi «sous certaines réserves» le recours au test ADN pour des candidats au regroupement familial prévu dans la loi Hortefeux sur l'immigration, mais a censuré l'autorisation de statistiques ethniques, a-t-on appris auprès du Conseil.

Le Conseil a jugé conforme à la Constitution sous certaines «réserves précises» l'article 13 autorisant sous certaines conditions, dont le volontariat, les tests ADN.

Il a notamment rappelé que «la filiation de l'enfant étranger reste soumis à la loi personnelle de la mère étrangère», en clair à la loi du pays d'origine de sa mère.

«Sous ces réserves, qui assurent l'égalité entre tous les modes d'établissement de la filiation, la loi» n'est pas contraire «au principe d'égalité», a jugé le Conseil.



Autre réserve, le Conseil a souligné que l'article 13 «ne dispense pas les autorités diplomatiques ou consulaires de vérifier au cas par cas les actes d'état-civil produits» par les demandeurs, réserve qui doit «interdire une application systématique du recours aux tests ADN dans les Etats où se déroulera cette expérimentation».

L'article 63 sur les statistiques ethniques a en revanche été jugé contraire à la Constitution d'abord comme ne prenant pas en compte l'article 1 de la Constitution, qui stipule que «la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion». Le Conseil a donc jugé que les traitements nécessaires aux études statistiques «ne sauraient reposer sur l'origine ethnique ou la race».

Le Conseil a également jugé que l'article 63 constituait un «cavalier» législatif, sans lien avec le reste de la loi.

17:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Le globe terrestre d'Hitler vendu 100.000 dollars aux enchères

 

741609ce743b063399544bded78a4104.jpg812d2e93360173f706a680a75513129c.jpg

Un globe terrestre ayant appartenu à Adolf Hitler et récupéré dans les ruines de sa résidence à la fin de la Seconde Guerre mondiale a été vendu aux enchères 100.000 dollars à un entrepreneur à San Francisco (Californie).

Le globe, l'une des possessions d'Hitler les plus prisées des collectionneurs, avait été récupéré au printemps 1945 dans les ruines du "Nid D'Aigle", la résidence du Führer à Berchtesgaden dans les montagnes bavaroises, par le soldat américain John Barsamian.

Au terme d'enchères acharnées à San Francisco, c'est finalement le propriétaire d'hôtels de San Francisco Bob Pritikin qui a emporté l'objet, pour cinq fois la somme attendue par les organisateurs de la vente.

Selon Matt Davis, son homme de confiance lors de la vente, M. Pritikin avait prévu de dépenser jusqu'à 200.000 dollars pour ce globe, qui avait pris la poussière depuis 62 ans dans le grenier de M. Barsamian à Oakland, près de la grande ville nord-californienne.

"C'est simplement quelque chose que vous vous devez de posséder", a affirmé M. Davis. "C'est un objet qui fait partie de l'Histoire".

Dans un récent entretien avec l'AFP, M. Barsamian, aujourd'hui âgé de 91 ans, avait expliqué avoir prêté peu attention à cet objet alors qu'il élevait sa famille en travaillant comme enquêteur pour la Commission fédérale américaine de réglementation des marchés boursiers. "Le globe n'a jamais été réellement un sujet de conversation. Ce n'est pas comme si on l'avait exposé avec un spot lumineux ou mis dans une vitrine", selon M. Barsamian, qui avait conservé de multiples documents prouvant son authenticité.

Selon Greg Martin, le propriétaire de la maison d'enchères de San Francisco qui est chargée de la vente, il est rare d'avoir une telle documentation sur un objet venant de la Seconde Guerre mondiale. Il n'y a vraiment pas de précédent pour un tel objet sans le moindre doute sur son authenticité", avait-il dit: "Je n'ai jamais mis un globe aux enchères et plus je le regarde avec les marques d'éclats de bombe, plus je pense que le symbolisme est stupéfiant".

(Source ACTU ORANGE)

Quelques jours après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, un soldat américain a pénétré dans les ruines du chalet de montage d’Adolf Hitler, le ‘‘Nid d’Aigle’’, bombardé par les Alliés. D'autres soldats avaient déjà pillé la résidence, déchirant jusqu’au cuir des meubles. Tout le butin qui avait intéressé les soldats avait déjà été pris, sauf le globe du Führer. 

« Les lieux avaient été complètement bombardés et voilà que ce globe se tenait sur le bureau, » a expliqué l’ancien soldat, John Barsamian, maintenant âgé de 91 ans.  

Le vétéran a maintenant décidé de vendre le globe aux enchères, avec les papiers militaires qui lui ont permis de le ramener avec lui aux Etats-Unis, y compris un certificat indiquant : « 1 Globe, Allemand, Nid d’Aigle d’Hitler. »

L’authenticité d’autres globes, qu’on avait attribués à Hitler, est mise en doute. Mais en ce qui concerne les origines du ‘‘trophée de guerre’’ de Barsamian, il n’y a pas de doute possible.

« C’est probablement la documentation la plus authentique sur laquelle je suis jamais tombé, » a affirmé Greg Martin, le propriétaire de la maison de ventes aux enchères qui s’occupera de la transaction. « Nous avons des photos du type à cette époque, debout dans les ruines et tenant le globe comme un nouveau-né. Cet homme a gardé cet objet historique méticuleusement. »

Barsamian a trouvé le globe en avril 1945 dans le Kehlsteinhaus, également connu sous le nom de "Nid d'Aigle". Il s’agissait d’un chalet d'altitude utilisé comme une extension du complexe du Berghof, résidence d'Adolf Hitler, dans les alpes bavaroises près de Berchtesgaden.

(Source: Arouts)

 

16:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

14/11/2007

VIDEO Le métissage forcé dans le goulag de la pensée

http://www.dailymotion.com/video/x3hc77_metissage-force-d...

21:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Kouchner savait... comme Rachida Dati !

Selon Le Canard Enchainé qui paraît aujourd'hui, «Kouchner savait ce que mijotait l'Arche de Zoé». L'hebdomadaire satirique s'appuie sur une lettre adressée par le président de l'association, Eric Breteau, le 13 juillet dernier, au conseiller pour l'Afrique du ministre des Affaires étrangères.

Une lettre embarrassante selon le Canard dans laquelle Eric Breteau remercie Laurent Contini («Cher Laurent», écrit-il), le conseiller de Kouchner, de «l'excellent accueil» qu'il a reçu au Quai d'Orsay, le 4 juillet.

Il y évoque précisément une «opération d'évacuation des orphelins du Darfour». Plus loin, il ajoute: «Faire du Darfour une priorité reste l'objectif partagé par le ministère que vous représentez et notre organisation humanitaire».

Contacté par le Canard, le cabinet de Kouchner se défend en expliquant que Laurent Contini a clairement exposé à Eric Breteau, le 4 juillet, le désaccord et les mises en garde du ministère. Le cabinet dit ignorer pourquoi Eric Breteau écrit le 13 juillet suivant en ces termes enthousiastes et chaleureux. Pourtant Laurent Contini n'a jamais répondu au courrier de Breteau...

(Source LIBERATION)

Dans l'affaire de l'Arche de Zoé, la secrétaire d'Etat chargée des droits de l'homme, Rama Yade, affirmait avoir alerté son homologue de la justice, Rachida Dati, sur l'opération illégale de l'ONG française. La lettre du Continent (Africa intelligence) s'est procuré la précieuse missive adressée le 1er août 2007 par Brigitte Collet, dircab de Rama Yade, à son homologue de la justice, Patrick Gérard, dircab de Rachida Dati. Le document et les explications de la Lettre du continent:

« Il y est écrit: "Je souhaite vous alerter sur l'annonce du transfert vers le territoire français de 250 à 1 000 enfants de moins de cinq ans rapatriés de la zone du Darfour (Soudan) et proposés à l'adoption ou l'accueil à des familles françaises, par l'association loi de 1901 "L'Arche de Zoé" qui présente l'opération comme imminente. Cette opération, si elle venait à être réalisée, se déroulerait en toute illégalité au regard des conventions internationales". Le Secrétariat général de l'autorité centrale pour l'adoption internationale (SGAI) qui est sous tutelle du Quai d'Orsay, a saisi le 9 juillet, le Procureur de Paris pour activité illicite en matière d'adoption.

"Nos services sont à la disposition des vôtres pour toute information complémentaire qui vous semblerait utile, qu'il s'agisse d'informer les familles susceptibles d'accueillir les enfants ou de toute autre disposition que vous jugeriez nécessaire" conclut la dircab de Rama Yade.

Et pourtant, sur le terrain, les "sapeurs pompiers volontaires" ont poursuivi l'opération d'"ingérence humanitaire"  ! Misère de la diplomatie française… Elle n'est même plus écoutée à Paris !"

(Source: CONTRE JOURNAL)

Tous savaient, mais pris dans le tourbillon mondain et people de l'été, ils ont laissé faire, et  la France est maintenant insultée au Tchad, accusée "d'esclavagisme et de traite négrière" !

 

 

 

 

 

 

 

18:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Tchad: Sarközy en prend plein la gueule!

2f815053a9db58138d79af41fa3da5bb.jpg
L'espoir d'une libération prochaine s'est envolé mercredi pour les six Français de L'Arche de Zoé incarcérés à N'Djamena, avec le rejet du juge de leur accorder une mise en liberté provisoire, alors qu'une violente manifestation anti-française a secoué la capitale tchadienne.

"Eu égard à la gravité des faits, la mise en liberté provisoire des inculpés risque de nuire à la manifestation de la vérité et à l'ordre public", a estimé le juge d'instruction chargé de ce dossier controversé, cité par une source judiciaire.

Le juge souligne que "les dépositions des parties civiles ne sont pas encore reçues" pour asseoir sa décision, selon cette source.

Les avocats des six Français vont faire appel de ce rejet, a annoncé un de leurs défenseurs, Me Gilbert Collard, qui a souligné qu'à cette occasion "la décision souveraine d'un juge a pu s'exprimer".

Une polémique avait surgi au Tchad sur l'indépendance de la justice à l'égard du pouvoir lors des libérations de onze des 21 inculpés dans cette affaire.

Les onze libérés sont trois journalistes français, sept membres espagnols de l'équipage d'un avion affrété par l'association pour transporter 103 enfants d'Abéché (est du Tchad) en France et un pilote belge ayant convoyé les enfants de la frontière tchado-soudanaise à Abéché. Ils ont regagné leurs pays mais restent inculpés au Tchad.

Les six membres de l'organisation Arche de Zoé sont inculpés d'enlèvement de mineurs et escroquerie. Trois responsables tchadiens, inculpés de complicité, ont vu également leur requête rejetée. Un quatrième n'avait pas déposé de demande de mise en liberté. Tous restent incarcérés à N'Djamena.

Cette décision du juge, initialement attendue mardi, a été rendue alors que la capitale tchadienne a été secouée par une manifestation anti-française d'une ampleur et d'une violence inégalées jusqu'à présent.

Plus d'un millier de manifestants se sont rassemblés sur la place de l'Indépendance au coeur de la ville. Jusqu'à présent les manifestations contre "les agissements de L'Arche de Zoé" ne rassemblaient que quelques dizaines de personnes devant le palais de justice, lors des auditions des 21 inculpés.

Pendant plus de deux heures, certains manifestants, des jeunes très mobiles sur des motos, ont parcouru le centre-ville en lançant notamment des pierres sur des véhicules dans lesquels se trouvaient des Occidentaux.

Lors du
 
photo : Thomas Coex , AFP
 
rassemblement, les manifestants ont brandi des pancartes souvent hostiles au président Français Nicolas Sarkozy, sur lesquelles étaient inscrits: "Sarko voleur, hors du Tchad", "Sarkozy, un célibataire ne peut diriger un pays", en allusion à son récent divorce, ou encore "non à l'esclavagisme, police et justice complices".

Ils ont également scandé des slogans comme: "A bas Sarkozy", "la traite négrière c'est fini", "le Tchad est indépendant depuis 1960".

Le gouvernement tchadien, qui avait déployé des forces anti-émeutes intervenues avec des gaz lacrymogènes pour disperser le rassemblement, a condamné "fermement" "l'attitude irresponsable" des manifestants qui se sont attaqués à des Occidentaux.

Dans une déclaration, il a demandé "à ces agitateurs d'y mettre fin immédiatement".

Il a rappelé qu'il avait aussi réclamé "aux forces de sécurité (...) de veiller à la protection et à la sécurité de tous les expatriés qui vivent et circulent légalement dans le pays".

Paris, qui dispose d'un dispositif militaire au Tchad et notamment à N'Djamena, s'était inquiété de la violence de la manifestation recommandant à ses ressortissants d'observer une "prudence renouvelée" dans la capitale tchadienne.
Il semble que Cécilia manque vraiment pour calmer les esprits: c'est elle qu'on veut pour "négocier"! Comme en Libye!  
Depuis qu'elle l'a quitté, tout va mal pour lui...

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)