Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1808

  • Une destination de rêve...

    coco-fesse.jpg
    Coco de mer ou coco-fesse, symbole national des Seychelles qu'il est interdit d'exporter

    C'est sûr, c'est autre chose que Lourdes ! Très éprouvée par ses années de détention et son agenda surbooké et ultra médiatique — conclu par un concert exceptionnel — depuis son retour en France, la franco-colombienne Ingrid Betancourt avait annoncé qu'elle avait besoin de repos, se disant "au bout du rouleau".

    Pour ces vacances nécessaires, elle a choisi une destination qu'elle connaît bien. Non, ce n'est ni la France, ni la Colombie — les deux causes de son état de faiblesse — qu'elle a choisies. Destination... l'archipel des Seychelles, havre de quiétude au beau milieu de l'Océan Indien ! Ses plages de fin sable blanc, ses eaux turquoises, sa faible densité en habitants et en caméras... Un choix idéal, quoique un peu people, tout de même !

    Ingrid Betancourt, partie avec ses enfants Mélanie (née en 1985 sur ces îles paradisiaques) et Lorenzo, a accepté l'invitation du président seychellois James Alix Michel. Elle a déjà vécu en ces lieux paisibles de 1984 à 1986, lorsque son premier époux, le diplomate français Fabrice Delloye était en poste à Victoria, capitale de l'archipel. Ayant nourri au sein, en même temps que Mélanie, un enfant du pays (le fils du chef de l'opposition), elle est aussi citoyenne seychelloise

    Ingrid Betancourt, épouse actuelle du colombien Juan-Carlos Lecompte, qui est resté en Colombie, a donc trois nationalités! Sans oublier sa "citoyenneté mondiale"! Sarközy songerait d'ailleurs à la nommer Ambassadrice mondiale de la Paix à son retour.

     

  • L'avance d'Obama sur McCain diminue dans les sondages

    Obama - Mc Cain - sondages.jpg

    Le chemin vers la présidence est loin d'être dégagé pour le candidat démocrate à la Maison Blanche Barack Obama malgré une tournée internationale sans fausse note et, selon des sondages, le républicain John McCain peut croire en ses chances de l'emporter en novembre.

    Au moment où le sénateur de l'Illinois faisait chavirer une foule de 200.000 personnes à Berlin, les sondages publiés aux Etats-Unis n'avaient rien d'enthousiasmant pour le candidat démocrate.

     

    Certes, M. Obama est toujours crédité d'une légère avance sur son adversaire républicain au niveau national (de un à six points selon les instituts) mais cet avantage tend à diminuer. Malgré une couverture médiatique exceptionnelle -critiquée par le camp McCain qui a dénoncé une "histoire d'amour" éhontée entre Obama et la presse-, M. Obama inspire toujours de la méfiance.

    Un sondage NBC News/Wall Street Journal, publié mercredi, souligne que 55% des électeurs américains considèrent que Barack Obama serait le choix "le plus risqué" pour la présidence des Etats-Unis. Seulement 35% estiment que M. McCain représenterait le choix le plus risqué pour la présidence.

    Le même sondage affirme que 58% des électeurs contre 47% s'identifient davantage aux valeurs et au bilan de M. McCain qu'à ceux de M. Obama.

    Une autre étude publiée jeudi par l'université Quinnipiac est particulièrement inquiétante pour le candidat démocrate. Elle indique que John McCain a pris l'avantage dans le Colorado (ouest) et qu'il talonne M. Obama dans le Michigan (nord) et le Minnesota (nord). Or ces Etats sont jugés cruciaux par le camp Obama dans la perspective de l'élection de novembre.

    M. Obama doit quasi impérativement remporter ces Etats et d'autres Etats clefs comme l'Ohio (nord), la Pennsylvanie (est), le Nevada (ouest) ou le Nouveau-Mexique (sud-ouest). De récents sondages promettent une lutte serrée dans tous ces Etats et M. McCain a même pris l'avantage dans ceux considérés comme acquis aux démocrates comme le New Hampshire (nord-est).

    M. McCain séduit l'électorat masculin blanc et surtout les personnes âgées de plus de 65 ans toujours enclines à se rendre massivement aux urnes.

    Selon les experts, la campagne terre à terre de M. McCain -on l'a vu cette semaine dans de modestes épiceries de Pennsylvanie ou de l'Ohio- semble porter ses fruits.

    La principale préoccupation des électeurs américains n'est pas la guerre en Irak mais le prix de l'essence et, sur cette question, le républicain a pris un solide avantage en promettant notamment d'autoriser les forages pétroliers en mer le long des côtes américaines.
    M. Obama s'oppose à cette mesure et des économistes la jugent sans effet -du moins immédiat- sur le prix de l'essence.

    Mais la proposition est extrêmement populaire. Un sondage diffusé jeudi par Fox News indique que 71% des électeurs y sont favorables.
    Interrogé vendredi sur CNN, M. Obama a tenté de justifier son voyage à l'étranger en assurant que cela pourrait concrètement aider les Américains. "Si nous avons davantage de soldats de l'Otan en Afghanistan, alors il y aura besoin de moins de soldats américains à long terme, ce qui veut dire que nous dépenserons des milliards de dollars de moins (...) que nous pourrons investir" aux Etats-Unis.
    "Cela permettra de baisser les impôts pour les classes moyennes qui souffrent du prix élevé de l'essence", a-t-il dit.

    La chancelière allemande Angela Merkel a cependant assuré, avant sa rencontre avec M. Obama, que Berlin n'entendait pas aller au delà des engagements militaires déjà annoncés. Vendredi, le président français Nicolas Sarkozy a été plus réceptif aux arguments de M. Obama en affirmant que les Occidentaux n'avaient "pas le droit de perdre" en Afghanistan.

    AFP - 26 juillet 2008

  • Les Roms en France

    6 000 à 8 000 Roms vivent en France, selon nos informations. Plus de 3 000 d’entre eux vivent dans des bidonvilles situés en Ile-de-France. C’est le département de la Seine-Saint-Denis qui accueille le plus gros contingent, soit 1 300 à 1 400 Roms répartis dans une quinzaine de camps.

    Un statut complexe. Les Tsiganes de Roumanie et de Bulgarie sont citoyens européens depuis janvier 2007.

    Ils sont donc libres d’entrer et de séjourner sur le territoire français pendant trois mois. Mais une circulaire de décembre 2006 précise qu’au-delà ils doivent justifier de ressources nécessaires pour pouvoir rester en France. Dans le cas contraire, ils peuvent être soumis à une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

    Le Parisien -26 juillet 2008

  • Peugeot annule une pub après la mort de deux enfants "oubliés"

    Le groupe automobile PSA Peugeot Citroën a annulé une campagne de publicité qui présentait un père si heureux de conduire une 207 qu'il en oubliait la présence de ses enfants à bord avec lui, suite au décès de deux enfants laissés seuls dans des voitures mi-juillet, a indiqué un porte-parole samedi.

    Cette campagne devait être diffusée dans la presse écrite française en juillet et début août, a-t-il précisé.

    Mais «compte tenu du contexte sensible, nous avons fait le nécessaire pour la retirer», a-t-il indiqué, confirmant des informations de la radio RTL.

    «Cette campagne était dans le registre de la valorisation du plaisir de conduire une 207», a-t-il ajouté: la publicité présentait «un père qui oublie de déposer ses enfants à l'école et qui, au volant, se rend compte qu'ils sont toujours dans la voiture avec lui», a-t-il expliqué, soulignant qu'à aucun moment le père ne descend du véhicule.

    Cette campagne devait faire suite à une campagne télévisée diffusée du 15 au 29 juin.

    Le porte-parole n'a pas exclu que certaines publications écrites, déjà parties à l'impression, intègrent la publicité cet été.

    Une fillette de 3 ans a été retrouvée morte le 22 juillet à Saint-Marcel (Saône-et-Loire) par son père, qui l'avait oubliée toute la journée dans sa voiture stationnée au soleil. Il s'agissait du second drame du même type en une semaine, après le décès d'un garçon de deux ans et demi le 15 juillet dans l'Isère.

    Le Parisien - 26 juillet 2008

     

     

     

    Leparisien.fr avec AFP

  • Nombreuses manifestations de soutien à Radovan Karadzic

    Belgrade soutien à Radovan Karadzic.jpg
    Manifestation de Serbes de Bosnie à Belgrade le 23 juillet 2008
    AFP - 26 juillet 2008

    Plusieurs milliers de Serbes de Bosnie ont participé samedi à des manifestations d'une heure dans plusieurs villes de l'entité serbe de Bosnie, la Republika Srpska (RS), pour marquer leur soutien à leur ancien chef, Radovan Karadzic.

    Les manifestants ont allumé des bougies à la suite de marches pacifiques organisées par le Parti démocratique de Serbie (SDS), fondé par Radovan Karadzic.

    Menées par l'actuel chef du SDS, Mladen Bosic, quelque 2.000 personnes se sont rassemblées à Pale, près de Sarajevo, bastion de Karadzic pendant la guerre de Bosnie qui a ravagé cette ex-république yougoslave de 1992 à 1995.

    Les manifestants portaient des photos de Karadzic et des banderoles le qualifiant de "héros serbe". Certains d'entre eux étaient vêtus de tee-shirts ornés de photos de Karadzic et de l'ancien chef militaire Ratko Mladic.

    M. Bosic a déclaré qu'il s'attendait à "une active participation des institutions de la RS dans la mesure où le procès de Karadzic sera sûrement aussi celui de la RS, ce que les hommes politiques à Sarajevo ont déjà annoncé".

    Le chef du SDS a rendu visite cette semaine en prison à Karadzic, arrêté lundi soir à Belgrade.

    "Il m'a dit que quand ils savaient qui il était, ils ne savaient pas où il était, et quand ils savaient où il était, ils ne savaient pas qui il était", a-t-il raconté.

    "Le but de cette manifestation est d'apporter notre soutien à Karadzic qui a sauvé les Serbes dans cette région", a déclaré à l'AFP Sveto Lucic, 76 ans, un des fondateurs du SDS.

    "C'est une honte pour (le président serbe Boris) Tadic et pour son gouvernement d'avoir arrêté le plus grand héros de la Serbie dès leur prise de fonction", a-t-il ajouté.

    Environ un millier de personnes ont également défilé dans les rues de Banja Luka, capitale des Serbes bosniaques.

    Samedi matin, le responsable d'une association d'anciens prisonniers de guerre serbes a annoncé que ses membres étaient prêts à témoigner en faveur de Karadzic.

    "Nous voulons défendre la vérité, tout en reconnaissant que les Serbes musulmans et les Croates ont aussi souffert pendant la guerre", a dit Slavko Jovicic, également député au parlement bosniaque.

    Karadzic était réclamé par le TPI en particulier pour avoir été, avec le général Ratko Mladic, alors chef militaire des Serbes de Bosnie, l'instigateur du "génocide de Srebrenica", dans l'est de la Bosnie, où près de 8.000 hommes et adolescents musulmans ont été tués en juillet 1995.

    Depuis la fin de la guerre, la Bosnie est formée de la RS et de la Fédération croato-musulmane, entités unies par de faibles institutions centrales.

  • ITALIE: le Gouvernement étend l'état d'urgence à l'immigration clandestine

    Barque clandestins Italie.jpg

    Le gouvernement italien a décidé vendredi d'étendre à l'ensemble du territoire "l'état d'urgence face à l'immigration clandestine" déjà en vigueur depuis quelques années dans certaines régions de l'Italie.

    L'état d'urgence permettra d'accélérer la construction de nouveaux centres d'accueil et de rétention d'immigrants clandestins, a indiqué le ministre de la Défense Ignazio La Russa.

    Le nombre de débarquements d'immigrants clandestins au premier semestre 2008 a doublé par rapport à la même période de 2007, a précisé le ministre au cours d'une conférence de presse à Rome.

    Le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni a affirmé au cours d'une conférence de presse que l'état d'urgence était "une mesure technique, déjà utilisée dans le passé et utile pour recourir à des procédures adminsitratives accélérées.

     

    Selon M. Maroni les autorités ont dénombré l'arrivée de 10.611 personnes au cours des six premiers mois de 2008, contre 5.378 de janvier à juin 2007.

    L'annonce de l'extension de l'état d'urgencea a été immédiatement critiquée vigoureusement par l'opposition.

    "C'est une décision abominable", a estimé Giancarlo Bressa, vice-président du groupe parlementaire du Parti démocratique à la Chambre des députés. "Ce gouvernement est incapable de gouverner sur des sujets vrais et importants et cherche à faire peur aux gens", a-t-il ajouté.

    "C'est un climat d'Etat policier", a surenchéri Rosy Bindi, vice-présidente de la Chambre.

    Le gouverneur de la région des Pouilles, Nichi Vendola, a parlé "de morceau de fascisme".

    Le tour de vis contre l'immigration mis en oeuvre par le gouvernement de Silvio Berlusconi dès son arrivée au pouvoir en mai a été notamment critiqué par le Parlement européen.

    Le Midi libre - 25 juillet 2008



  • La bouée rose

    Lecques bouée rose.JPG
    (photo Gaëlle Mann - juillet 2008)

  • C'est ça aussi, l'islam!

    Un homme qui avait frappé son épouse à coups de poing, lui fracturant le nez, parce qu'elle avait retroussé son voile islamique à cause de la chaleur, a été condamné vendredi à deux ans de prison dont 18 mois avec sursis par le tribunal correctionnel de Marseille.
    Le procureur Julien Ecuer avait réclamé huit mois de prison dont trois avec sursis.

    Ali Nassakh, un maçon de 30 ans de nationalité algérienne, a été placé en détention. Présenté en comparution immédiate pour violences volontaires sur conjoint ayant entraîné une ITT de plus de huit jours, il risquait jusqu'à cinq ans de prison.


    Afp- 25 juillet 2008 

  • L'assassin et violeur de Stéphanie

    Meurtrier de Stéphanie (de dos).jpg
    Jean-Michel FRANCOIS vu de dos

    Héliport de Lorient-Lann-Bihoue (Morbihan), hier. L’auteur présumé du meurtre de Stéphanie Ropers, une jeune serveuse de 22 ans tuée la semaine dernière dans le Morbihan, a été mis en examen hier pour « enlèvement et séquestration suivi de mort » et pour « viols sous la menace d’une arme ».

    « L’intéressé a reconnu, au fil de ses déclarations, outre les vols d’argent, avoir imposé des relations sexuelles à la victime peu de temps avant sa mort », déclare du procureur de Lorient. Le juge d’instruction chargé de l’affaire, Emmanuel Phelippeau, a aussi retenu l’« extorsion sous la menace d’une arme » et le « vol ». Le placement en détention a été requis contre Jean-Michel François âgé de 24 ans.
  • Une centaine de Roms roumains à la rue après l'incendie

    Squat de gitans incendié.gif

    Cohue hier après-midi devant le 9, rue Dombasle à Montreuil où les familles se pressent pour récupérer vêtements, papiers ou clés de voiture qui auraient par miracle échappé aux flammes.
    C’est dans une ancienne imprimerie à l’abandon, squattée par des Roms de Roumanie depuis huit mois, qu’un incendie s’est déclaré hier matin vers 10 h 30.

    Caravanes et bâtiments ont été dévastés par le sinistre, dont l’origine pourrait être accidentelle, selon la mairie. Ce sont des agents de la Maison populaire, toute proche et également touchée, qui ont donné l’alerte. Personne n’a été blessé.

    « Ma fille a failli brûler ! »

    Auprès des sinistrés, Martin Oliveira, de l’association Rues et Cités, s’efforce de rassurer les familles. « Ma fille a failli brûler ! » se désespère un papa en montrant une adolescente. Au milieu de la pagaille ambiante, Alain Monteagle, élu délégué aux bâtiments et aux affaires générales, promet d’essayer de trouver « une solution de relogement pour tout le monde ». Hier après-midi, municipalité, préfecture et conseil général se sont réunis d’urgence pour apporter des réponses au plus vite, d’autant que, sur la centaine de sans-abri, une quarantaine sont des enfants.
    En soirée, l’ensemble des victimes devaient être réunies en mairie pour trouver un hébergement via le 115. Hier, le groupe des élus communistes ainsi que la Gauche unie et citoyenne ont réclamé la tenue d’une table ronde régionale sur la question des Roms. Alain Monteagle souligne que 180 Roms vivent actuellement à Montreuil, où le plus gros campement se situe place de la Fraternité. L’élu a annoncé hier que, d’ici à quelques mois, un ambitieux projet de relogement couplé à un programme d’insertion professionnelle et de scolarisation des enfants allait être mis en place, dans la lignée de ceux lancés ces derniers mois à Aubervilliers, Saint-Denis ou Bagnolet.

    « La majorité des Roms de Montreuil sont là depuis plus de huit ans, ils sont bien intégrés, d’ailleurs la moitié de leurs enfants sont scolarisés. Nous avons proposé l’idée de ce projet à la préfecture et nous attendons sa réponse pour la mise en place d’une maîtrise d’oeuvre urbaine et sociale (Mous) », confie l’élu, qui espère voir les premiers relogements intervenir « d’ici six à huit mois ».

     

    Le Parisien -25.7.08

  • Obama est venu faire la leçon à la France

    Barak Obama partisans Elysée 25.7.08.jpg
    Partisans d'Obama près de l'Elysée le 25 juillet 2008

    Le président Nicolas Sarközy a fait état vendredi d'une "grande convergence de vues" avec Barack Obama, alors que le candidat démocrate à la Maison Blanche assurait en retour que "l'Américain moyen aime énormément les Français", à l'issue d'une rencontre à Paris.

    Au cours d'une conférence de presse commune après un entretien de plus d'une heure, M. Obama a regretté la vision "caricaturale" prévalant encore entre Européens et Américains: "cela fait trop longtemps maintenant qu'il y a une caricature des deux côtés de l'Atlantique".

    Interrogé sur l'état des relations entre les Etats-Unis et la France, le candidat démocrate -qui a tenu à rappeler qu'il ne s'exprimait pas en tant que président- s'est félicité que M. Sarkozy a fait "exploser ces stéréotypes, ces caricatures". "L'Américain moyen aime énormément les Français", a-t-il assuré.

    Interrogé sur la brièveté de son séjour en France, une visite éclair, il l'a imputée à des impératifs de calendrier.

    "La vérité, c'est que le discours que j'ai fait en Allemagne visait un public européen au sens large et j'espère que mes amis en France ont pu entendre ce que j'ai dit sur le renforcement de la relation entre les Etats-Unis et l'Europe", a-t-il expliqué au lendemain d'un discours à Berlin devant quelque 200.000 personnes.

    M. Obama a fait une escale de quelques heures à Paris dans le cadre d'une tournée internationale, avant de se rendre à Londres.

    "Nous avons une grande convergence de vues", a assuré pour sa part M. Sarközy. Il a affirmé ressentir "une grande impatience que la démocratie américaine choisisse son prochain président et que l'on prenne beaucoup d'initiatives en commun entre l'Europe et les Etats-Unis".

    "Nous sommes des amis, des amis indépendants, mais des amis, donc il faut que vous sachiez qu'ici en Europe et ici en France on regarde avec beaucoup d'intérêt ce que vous faites", a-t-il dit.

    De son côté, M. Obama a expliqué que "les Européens percevaient les Américains comme étant des unilatéralistes, des militaristes et avaient tendance parfois à oublier les énormes sacrifices que les militaires et les contribuables américains avaient fait pour contribuer à la construction de l'Europe".

    "De l'autre côté, aux Etats-Unis, il y a une tendance à dire que les Européens ne veulent pas s'engager, se mouiller sur ces questions de sécurité très difficiles et épineuses", a-t-il poursuivi.

    M. Obama a aussi appelé l'Iran à ne pas attendre le prochain président américain pour accepter les propositions des Occidentaux sur le dossier nucléaire, "car la pression ne fera qu'augmenter".

    De Paris, le sénateur démocrate s'est adressé directement à Téhéran: "changez votre attitude et vous aurez tous les avantages de ce changement. Continuez avec votre programme illicite et la communauté internationale va exercer de plus en plus de pression sur vous, en matière de sanctions notamment".

  • Obama s'est mis une blanche kippa

    Obama porte la kippa.jpg
    Le candidat démocrate américain à la Maison blanche, Barak Obama a mis terme à sa tournée dans la région, en effectuant aujourd'hui jeudi à l'aube, 24/7, une visite comédienne surprenante au Mur des lamentations(Al-Bouraq), avant de se rendre en Allemagne.

    Obama avait déclaré qu'il soutenait indéfectiblement l'état de l'entité sioniste, notamment lors de sa récente visité à Jérusalem (Al Qods occupée). Il a réaffirmé mercredi, le 23/7, que la ville d'Al Qods est la capitale éternelle de l'état hébreu, tout en déclarant :"J'apporte ici un soutien indéfectible à la sécurité d'Israël".
    ALTER INFO - 24 juillet 2008

  • Quel réchauffement planétaire? Il est terminé!

    La réalité : Toute l'histoire du monde montre que, période après période, cette planète qui est la nôtre a connu des cycles de réchauffement et de refroidissement. Un siècle de léger réchauffement mondial, environ un demi-degré, a pris fin en 1998.

    Les faits : Ce siècle a vu s'installer un refroidissement mondial. En 2008, dans la majorité de l'hémisphère nord, hormis en Europe Occidentale, est apparu ce que la plupart des scientifiques disent être le plus dur hiver depuis des décennies.


    Malte, Israël, la Chine et New Delhi en Inde, ont été soumis à des records de basses températures. Selon Reuters, en Afghanistan plus de 900 personnes et 316.000 têtes de bétail sont mortes suite au froid glacial.


    Dans une lettre adressée à Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, 13 scientifiques de haut niveau, dont un prix Nobel, ont souligné le fait que, si le niveau de CO2 a continué à augmenter, la température mondiale moyenne a baissé d'une façon spectaculaire, contredisant l'allégation d'un réchauffement mondial provoqué par le niveau de CO2. Ils ont écrit que la Commission de l'ONU sur le Changement Climatique « doit être convoquée pour s'expliquer et cesser ses pratiques trompeuses : Les mesures basées sur de la science mensongère doivent être arrêtées. »


    Le météorologue Anthony Watts a dit que l'étendue du refroidissement total varie de 0,65 à 0,75°C, une valeur assez grande, dit-il, pour annuler la quasi-totalité du réchauffement enregistré dans les 100 dernières années.


    Lors d'une conférence de presse tenue à Orlando, en Floride, John L. Casey, directeur du Centre de Recherche Spatial et Scientifique (SSRC), a publié une déclaration marquante sur le changement climatique.

    Dans un avis repris par de nombreux scientifiques autour du globe, le SSRC déclare aujourd'hui que le réchauffement climatique mondial de ces dernières décennies est désormais arrivé à son terme. Une nouvelle ère climatique est déjà entamée, amenant des températures mondiales en majorité plus froides pour de nombreuses années dans l'avenir. Dans quelques années ce nouveau climat produira une météo dangereusement froide avec des effets néfastes dans le monde entier. Le réchauffement planétaire est terminé ; une nouvelle période froide a commencé.


    Les faits : L'absence d'activité des taches solaires augure du début d'un refroidissement mondial. Le nombre de taches solaires devrait approcher la centaine ; au lieu de cela leur nombre est nul.


    « Le niveau de l'activité sur le Soleil diminuera sensiblement dans la prochaine décennie et restera bas pendant environ 20 à 30 ans, » a déclaré Ian Wilson, auteur principal d'une étude paru dans le numéro de Juin de PASA, Publications de la Société Astronomique de l'Australie .


    Le résultat est une forte et rapide poussée du froid à l'échelle planétaire, a dit Wilson. « Chaque fois que le Soleil s'est comporté ainsi dans le passé, la température moyenne mondiale a baissé de 1 à 2°C. »


    « Une chute de 2°C serait deux fois plus grande que la totalité du réchauffement planétaire connu depuis le début de l'ère industrielle, et assez importante pour avoir un impact sur la production agricole mondiale. »


    Vous saisissez ? Le réchauffement mondial, tel qu'il a été, est terminé. C'en est fini de lui. Il est foutu.


    Cela, toutefois, n'a pas réussi à refroidir l'enthousiasme des alarmistes du réchauffement planétaire. Cela a, à la place, alimenté une avalanche d'affirmations souvent ridicules sur l'imminence d'un désastre planétaire dû à un présumé réchauffement mondial. Comme John Coleman, météorologue et fondateur de Weather Channel, l'a dit, tout ce que les partisans du réchauffement planétaire peuvent faire c'est de suggérer à contrecœur que le réchauffement mondial est allé en vacance et fait une interruption de dix ans à cause de l'absence de taches solaires. « Si ce n'était pas si grave, ce serait ridicule, » a déclaré Coleman.


    « C'est la plus grande arnaque de l'histoire, » a-t-il déclaré. « J'en suis ébahi, consterné et très blessé. Le réchauffement mondial est une mystification. Quelques infâmes scientifiques avec des motifs environnementaux et politiques manipulent depuis longtemps les données scientifiques pour créer par allusion (sic) un rapide réchauffement planétaire. D'autres scientifiques du même type d'environnement farfelu ont sauté dans le cercle pour soutenir et élargir la '' recherche '' afin d'améliorer encore les affirmations totalement tendancieuses et fausses d'un réchauffement mondial. Leurs amis au gouvernement ont détourné d'énormes subventions de recherche de manière à maintenir la marche du mouvement, qu'ils prétendront bientôt être consensuel. »


    Pourtant, le rythme se poursuit, et devient plus ridicule, avec un membre du Congrès disant réellement à une bande d'enfants que le réchauffement planétaire a provoqué l'ouragan Katrina et entraîné la mort d'Étasuniens dans le Blackhawk Down [*] adopté en Somalie. Il a oublié de mentionner qu'il a aussi provoqué des caries, des odeurs corporelles et de la transpiration aux aisselles.


    Le réchauffement planétaire est clairement terminé, encore qu'Al Gore et ses acolytes persistent à nous avertir d'un réchauffement de la planète même quand elle s'acharne à devenir plus froide.


    Si cela suggère qu'Al Gore et ses collègues mythomanes du réchauffement planétaire sont des cinglés, eh bien, . . .


    Phil Brennan est un ancien journaliste qui écrit pour NewsMax.com. Il est rédacteur en chef et éditeur de Wednesday on the Web et a été chroniqueur à Washington pour le magazine National Review dans les années 60.

    ALTER INFO - 24 juillet 2008


  • Des Italiens se bronzent à côté de cadavres?

    Italiens Naples.jpg
    Plage de Torregavata à Naples: la photo trompeuse
    Samedi, deux adolescentes d'origine Rom se noient sur  un plage de Naples. Les photos de leurs corps inertes, étendus à quelques mètres de vacanciers complètement indifférents "scandalisent la planète" alors qu'une polémique sur le sort des Tziganes enfle en Italie.

    Le témoignage du secouriste, cité dans La Reppublica est accablant: "Les corps sans vie reposaient sur le sable et, à quelques mètres de là, les vacanciers continuaient à pique-niquer et à prendre le soleil".

    Ainsi le journal britannique "The Independent" n'a pas hésité à y voir le signe que les Italiens "n'éprouvent plus de sentiments humains pour les Roms".

    Contacté par les journalistes de France 24, Allessandro, journaliste pour Napoli Press témoin de toute la scène et auteur de la photo, relativise la polémique.

    "Je suis arrivé sur place une heure avant que les secours évacuent les fillettes.
     J'ai pris ces clichés avec un grand angle, à huit ou dix mètres des corps."

    "Je me suis inspiré de clichés du tsunami que j'avais vus.
    Ceux où l'on voyait des touristes se baigner à quelques mètres des cadavres."

    "J'ai pris cette photo lors d'un des rares moments où les gens se sont éloignés." ajoute-t-il.

    Il y avait deux groupes sur la plage: ceux qui s'en fichaient et ceux, souvent des parents, qui ont appelé les secours et qui sont restés tout le temps près des noyées.

    "Je ne crois pas que cet incident soit lié à l'origine des deux filles. Les Napolitains ont essayé de les aider, comme s'il s'était agit d'Italiennes."

    Source: Le Post - 24 juillet 2008



  • Désinformation autour des fillettes roms noyées

    Des photos prêtent à confusion et choquent l'Italie.
    "Les photos sont terribles. Choquantes. Sur une plage de la région de Naples, deux cadavres recouverts de serviettes de bain et à quelques mètres, des vacanciers qui continuent à pique-niquer ou à bronzer; ou encore, des hommes qui emportent un cercueil devant des femmes allongées sur leurs transats..." raconte Libération. Ces images ont fait le tour de la presse italienne, choquant les lecteurs. Le journal britannique The Independant réagit également.

    L'article de The Independant.
    L'article de The Independant.

    Deux fillettes Roms sont mortes, noyées, dans la mer agitée, samedi.

    Le témoignage du secouriste, cité dans La Reppublica est accablant: "Les corps sans vie reposaient sur le sable et, à quelques mètres de là, les vacanciers continuaient à pique-niquer et à prendre le soleil"



    L'émotion est forte autour de ces images, mais Libération s'interroge: "Sauf que les photos, selon la focale (grand angle, zoom ) qui été utilisée, peuvent être trompeuses en donnant l'impression que  la distance entre les vacanciers est plus faible qu'elle ne l'est en réalité, en écrasant la perspective..."

    Une vidéo (voir Note suivante) montre la plage, les secouristes, une ou deux personnes dans l'eau, mais effectivement on ne voit pas clairement les vacanciers.



  • VIDEO Trop moches et trop cons!

    http://www.dailymotion.com/video/x66goq_la-france-est-en-nous_news

    Parce que « durant la campagne présidentielle, la riposte socialiste à l’offensive réactionnaire [de Nicolas Sarkozy] sur l’identité française n’a pas été à la hauteur des enjeux », une centaine de membres du PS ont signé une contribution thématique sur « la Nation et l’identité nationale » et ont choisi de la dévoiler ce lundi sur Rue89.

    Une contribution portée par Bariza Khiari, sénatrice de Paris, et Fayçal Douhane, conseiller national du PS, mais signée par des socialistes de toutes sensibilités confondues. On retrouve notamment parmi les premiers signataires: Razzy Hammadi, secrétaire national à la riposte; Kofi Yamgnane, vice-président du Conseil général du Finistère; Paul Quilès, ancien ministre; Séverine Tessier, présidente d’Anticor…

    Avant sa présentation au Congrès de Reims au mois de novembre, ils entendent en faire largement la publicité. Son titre, « La France est en nous », ne va d’ailleurs pas sans rappeler le slogan d’Adidas, « La victoire est en nous », adossé pendant la Coupe du monde de football 1998 à une équipe de France étiquetée « black-blanc-beur ».

    Une contribution mise en musique par le rappeur Weeta

    Au-delà du symbole, c’est la diffusion même du texte qu’ils ont soignée. Un site dédié est ouvert ce lundi et comprendra une version écrite, mais aussi deux autres audio et vidéo. Des extraits de la contribution ont en effet été mis en chanson par une des figures montantes du rap français, Weeta.

    RUE89 - 21 juillet 2008

  • Le jeune arrêté à Sète a avoué

     Hier, le meurtrier présumé de Stéphanie Ropers, 22 ans, serveuse à Pontivy (Morbihan), retrouvée étranglée le 16 juillet dernier, a été interpellé à Sète (Hérault).

    Agé de 24 ans, Jean-Michel F. a spontanément avoué son crime mais aussi son mobile : le vol de la caisse du bar où officiait Stéphanie. « Le motif crapuleux semble privilégié », a précisé hier le procureur de la République de Lorient, Jean-Pierre Picca. La caisse contenait alors 300 . Le jeune homme a également retiré 300 avec la carte de crédit de sa victime.

    Sans antécédent judiciaire, le meurtrier présumé de Stéphanie a été interpellé vers 1 heure du matin à Sète au cours d'un contrôle d'identité inopiné. Il faisait l'objet d'une fiche de recherche diffusée depuis la veille. Les enquêteurs de la section de recherches de Rennes sont remontés jusqu'à lui grâce à une fine analyse de la scène du crime.

    Stéphanie avait été découverte dénudée, allongée sur le ventre, un câble électrique autour du cou et un autre lien autour d'une cheville, dans la commune de Crédin, à une vingtaine de kilomètres de Pontivy. Des bidons d'essence avaient également été retrouvés à proximité de sa dépouille. Or les gendarmes ont pu exploiter cet élément en procédant à l'examen des bandes de vidéosurveillance des stations-service de la région. Ils ont constaté qu'un jeune homme, identifié à cause de son paiement par carte bancaire, avait rempli des bidons d'essence au moment de la disparition de la jeune serveuse. Le signalement de cet homme - Jean-Michel F. - avait alors été diffusé.

    Lors de son interpellation, le suspect était en train de fumer un joint adossé à son véhicule Ford immatriculé dans la Manche. Intrigué par son comportement, les policiers ont également découvert dans sa voiture une arme et un étui. Ils ont aussi retrouvé un sabre japonais dans le coffre. « Dès qu'il a été contrôlé, il a indiqué aux policiers qu'il savait pourquoi il était arrêté et qu'il était l'auteur du crime de Pontivy », détaillait hier le procureur de Lorient.

    Selon les détails fournis par le procureur, Jean-Michel F. a expliqué aux enquêteurs avoir menacé avec une arme de poing la serveuse au moment où elle fermait le bar, à 1 heure du matin, avant de la ramener dans l'établissement pour prendre la caisse. Il se serait ensuite servi de sa carte bancaire avant de l'étrangler et d'abandonner son corps. Même si l'hypothèse crapuleuse semble aujourd'hui être mise en avant, les gendarmes s'interrogent sur le comportement particulièrement violent du suspect.

    Né à Paris, Jean-Michel F. avait habité plusieurs années dans la région de Pontivy. Selon les premiers éléments de l'enquête, il ne ferait toutefois pas partie des proches de la victime.

    Le Parisien - 24 juillet 2008