Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2008

La nuit, tous les chats sont gris...

b177abc4664a3ae07d2c0ece937c10e5.jpg

00:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

LE TITIEN (vers 1490-1576)

27a9bf0599440fd7fa8b96b8a9196bdb.jpg
La Vénus d'Urbino  (1538)
6558d98d37890fde606f51b0b2edf981.jpg
Le Jeune Homme (1515)

00:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

11/01/2008

Justice: le "dérapage contrôlé" d'Elisabeth Guigou...

40d72427f60c512407d21e83bf7bd226.jpg
Elisabeth Guigou, franc-maçonne et socialiste 

A la tribune de l'assemblée, l'ancienne Garde des sceaux a estimé que le projet de loi sur la rétention de sûreté pouvait conduire aux «pires débordements de l'Allemagne nazie».

Elisabeth Guigou a-t-elle dérapée, mardi à l'Assemblée ? Jean-François Copé, patron des députés UMP, en est convaincu. Il dénonce des «propos indignes» de l'ex-Garde des sceaux de Lionel Jospin, qui s'est livrée à une violente attaque contre le projet de loi sur la rétention de sûreté,

La scène se passe dans la soirée de mardi, alors que l'assemblée examine le texte de loi de Rachida Dati, qui instaure des centres de rétention dans lesquels les criminels les plus dangereux pourraient continuer à être enfermés après avoir fini de purger leur peine.

Philosophie positiviste contre eugénisme

 

Elisabeth Guigou interpelle alors Rachida Dati et le rapporteur du projet de loi, le député UMP Georges Fenech. «Vous, madame la ministre, vous, monsieur le rapporteur, anciens magistrats, vous tournez le dos à Beccaria nourri de la philosophie des Lumières, vous choisissez Lombroso et son ‘homme criminel'. Or, vous le savez, c'est cette philosophie positiviste qui a conduit aux pires débordements de l'Allemagne nazie».

La députée de Seine-Saint-Denis oppose en fait la philosophie promue par Cesare Beccaria, penseur italien de la fin du XVIIIe siècle, proche des Encyclopédiste et auteur d'un ouvrage qui préconise pour la première fois de proportionner la peine au délit commis, aux travaux du médecin légiste Cesare Lombroso.

Ce scientifique du XIXe, également italien, travailla toute sa vie sur la morphologie des crânes de criminels, et tenta d'établir qu'un certain type de visage indiquait des prédispositions au crime. Pour lui, certains criminels étaient «nés pour faire le mal», ce qui rendait «inefficaces» les tentatives de la société pour les réhabiliter. Aux yeux de Lombroso, il valait donc mieux «les éliminer complètement».

Pour Jean-François Copé, l'affaire est grave. Il «condamne» ces propos indignes qui ont profondément choqué les élus de la majorité «Le groupe UMP appelle solennellement le Parti socialiste à condamner ces propos et à exiger de Mme Guigou qu'elle les retire», a-t-il fait savoir dans la nuit.

Mais Elisabeth Guigou refuse. Pour elle, les députés UMP «dénaturent» ses propos car «ils ne se sentent pas à l'aise» avec le texte de loi sur la rétention de sûreté. «Je ne dis pas que ce texte veut ces dérives, je dis qu'il peut les entraîner. Le gouvernement et la majorité ne mesurent pas la gravité de ce changement de philosophie dans la justice. Ils tournent le dos aux acquis de la Révolution qui veulent qu'on condamne les gens pour ce qu'ils ont fait, pas pour ce qu'ils sont, ni pour ce qu'ils sont susceptibles de faire», justifie l'ancienne Garde des sceaux.

C'est oublier que sous la Révolution, beaucoup de gens ont été guillotinés "pour ce qu'ils étaient et donc soupçonnés de faire" et non pour "ce qu'ils avaient commis" ! Les exemples sont légion...

Il n"empêche qu' Elisabeth Guigou, qui connaît le Droit français, a soulevé une question grave qui mérite un débat  mené par de vrais juristes et non par les courtisans du Pouvoir.

(Source Le Figaro 11.01.08)

23:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Voitures incendiées: bilan revu nettement à la hausse

fe1905db707d8eb3c09f6c1042f2a3af.jpg

Quelque 878 véhicules ont été brûlés au cours de la nuit du 31 décembre 2007 au 1er janvier 2008, selon un bilan actualisé à la hausse ce matin par le ministère de l'Intérieur après la révélation de nouveaux chiffres par Europe 1.

Selon le ministère, ce bilan est cependant en "baisse de 9,7%" par rapport à l'année précédente, contrairement à ce qu'indique la radio, qui évoque une hausse de 10%.

Le ministère n'avait toutefois jamais publié de bilan définitif des incendies de véhicules pour la nuit du 31 décembre 2006 au 1er janvier...

 

Concernant la Saint-Sylvestre 2007-2008, le mardi 1er janvier, la Direction générale de la police nationale (DGPN) faisait état d'un bilan "arrêté à 6 heures" de "372 véhicules incendiés contre 397 l'année précédente (-6,72%) dont 273 volontairement et 99 autres par propagation".

La DGPN s'est ensuite systématiquement refusée à compléter son bilan, estimant que ce ne serait "pas significatif".

Or, jeudi matin, sur son site internet, la radio Europe 1 avançait que "au moins 746 véhicules" avaient été incendiés au cours de cette nuit de la Saint-Sylvestre.

Les chiffres donnés par la DGPN, arrêtés à 6 heures le 1er janvier, "ne peuvent prendre en compte que les incidents constatés à cette heure par les forces de sécurité", convient le ministère de l''Intérieur jeudi.

"Dans les heures et les jours qui suivent, de nouveaux sinistres sont découverts et déclarés par les propriétaires des voitures concernées, ce qui entraîne logiquement une modification à la hausse du bilan global qui s'établit cette année à 878 véhicules détruits, en baisse de 9,7% par rapport à l'an dernier (973 véhicules)", a-t-on précisé de même source.

Aucun bilan définitif du nombre des véhicules brûlés au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre 2006-2007 n'avait été communiqué par le ministère de l'Intérieur ou une de ses directions, celui de "973 véhicules" avancé officiellement jeudi n'apparaissant qu'un an plus tard.

A plusieurs reprises, différents médias dont l'AFP ont demandé au ministère d'avoir un bilan définitif, et se sont heurtés à une fin de non-recevoir, notamment de la part de la DGPN.

Cette dernière estimait en effet que des chiffres complémentaires ne seraient pas "significatifs", arguant du fait que tous les véhicules ayant brûlé dans ce laps de temps ne relevaient pas nécessairement du même phénomène.

Ce que confirme l'Intérieur jeudi: "l'ensemble des incendies de voitures ne peut pas être systématiquement assimilé à des manifestations de violences urbaines: un certain nombre d'entre eux sont dus à des propagations ou concernent des fraudes à l'assurance, des destructions de voitures volées, voire d'épaves".

Quelle transparence!

Une polémique identique avait déjà éclaté l'année précédente entre le ministère de l'Intérieur et les médias.

(Le Parisien.fr)

 

 

23:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La mort tragique de Romaric sous les crocs de Sultan

46c4cbe19071144c2d6d128f64e38aa5.jpg
Sultan, le rottweiler qui a tué Romaric, 2 ans 1/2, est dans un chenil de la SPA

Après la mort d'un garçon de 2 ans et demi tué par le rottweiler de la famille, une nouvelle loi, qui instaurera un « permis de détention » de ces animaux dangereux, devrait être promulguée dans les semaines à venir.

Que faire? La question est sur toutes les lèvres après le drame de Charnay (Rhône). « C'est un drame affreux, a réagi hier la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie. Cela justifie encore plus la loi contre les chiens dangereux que nous sommes en train de faire voter.

» Ce nouveau texte est actuellement en deuxième lecture au Sénat et le ministère de l'Intérieur espère que la loi sera promulguée définitivement « à la fin de l'hiver ».

Ce texte ne résoudra pas tout. « Mais l'instauration d'un permis de détention pour ce genre de chiens va diminuer les risques. D'abord, parce que les propriétaires devront subir une formation et ensuite, parce que le chien subira à cette occasion un test comportemental qui permettra peut-être de détecter ce que le commun des mortels ne voit pas », affirme-t-on au cabinet de la ministre. « Le cas du petit Romaric est symptomatique : la mère de l'enfant était présente lors de l'agression mais elle n'a rien pu faire pour maîtriser son chien », souligne une source officielle.

Au mois de septembre dernier déjà, Amandine, 10 ans, avait été tuée dans l'Oise par les deux dogues allemands de la famille, dans le jardin, sous les yeux de sa maman. « Au-delà de la loi, il y a aussi un débat sur le fait de détenir ces chiens d'attaque ou de défense lorsqu'on a des enfants », déclare cet expert. Selon un récent rapport parlementaire, il y aurait 700 000 chiens « catégorisés » en France. Autant de raisons d'être vigilant pour éviter d'autres drames. « Sinon, il faudra aller encore plus loin et décider que ces chiens ne peuvent être détenus que par des professionnels diplômés », estime encore l'expert.
..............................................
La mort de Romaric, 2 ans et demi, dévoré par le rottweiler de ses parents, a plongé hier le village de Charnay (Rhône) dans la stupeur et l'incompréhension. Vers 19 h 30 mercredi, Romaric et sa mère descendent de voiture dans leur propriété familiale, en contrebas du village. Dès l'ouverture de la portière, Sultan, le rottweiler de 4 ans et demi, attrape le garçonnet et serre la tête de l'enfant dans sa puissante mâchoire. La maman assiste au carnage, horrifiée et impuissante. En essayant d'intervenir, elle est légèrement blessée à la main et au bras. Quand le chien lâche prise, il est trop tard. Les secours ne peuvent réanimer l'enfant. Choqués, les parents de Romaric se sont cloîtrés hier derrière les murs de leur belle bâtisse en pierre, surplombant les vignes du Beaujolais.

Selon les premiers éléments de l'enquête, confiée à la gendarmerie de Villefranche-sur-Saône, le rottweiler, considéré comme un chien de défense de 2e catégorie, était en règle. « Il était castré et déclaré en mairie », précise Xavier de Furst, préfet délégué à la sécurité dans le Rhône. Rien n'obligeait ses maîtres à museler Sultan, 40 kg, quand il était dans l'enceinte de la propriété familiale... (S'ils l'avaient muselé par prudence, leur enfant serait toujours en vie...)

Hier, dans le voisinage, chacun se souvenait de Romaric, garçonnet aux boucles blondes, « pétillant de vie », dont le père, la cinquantaine, dirige plusieurs salons de coiffure dans la région. Carole, une voisine, voyait parfois Sultan divaguer, sans laisse, dans ce hameau où vivent plusieurs familles, « mais les maîtres n'étaient jamais loin », précise-t-elle. « Sultan m'impressionnait, j'en avais un peu peur, je ne l'aurais pas caressé », poursuit-elle.

Hier, Sultan a été conduit à la SPA à une vingtaine de kilomètres de Lyon, où il sera examiné par un vétérinaire. Son euthanasie prochaine fait peu de doutes. Juste après ce drame, la préfecture a annoncé un renforcement des contrôles sur les propriétaires de chiens de catégorie 1 et 2 et un recensement pour connaître leur nombre exact dans tout le département. Coïncidence, un autre garçon, âgé de 7 ans, a été sévèrement mordu au visage, quelques heures avant la mort de Romaric, par un bouledogue anglais, à Chenas, un autre village du Beaujolais.
(Source: Le Parisien.fr)

22:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Moeurs, culture et traditions au Kurdistan turc...

25f46263e1f2d12e0105044bba3fd111.jpg
Nedjet Akin (à gauche)

Comment une noyade accidentelle, dans une rivière du Kurdistan turc, peut-elle finir dans le sang, au coeur d'une pinède de Carry-le-Rouet *? Deux jours durant, la cour d'assises a plongé dans la culture et les traditions toujours en vigueur au fin fond de l'Anatolie. Tout commence le 24 octobre 2005 au bord du chemin départemental 9, sur le plateau du Romarin.

Des automobilistes découvrent un jeune homme ensanglanté. La victime a été poignardée à vingt-sept reprises mais a pu se traîner sur 400 mètres. Nedjet Akin, 23 ans aujourd'hui, est miraculé; ses agresseurs l'ont laissé pour mort. "Ça suffit, c'est fini", a-t-il même entendu. Il désigne son cousin, Bulent Akin, 24 ans, et explique aux gendarmes qu'il est victime d'un "procès de sang", une vendetta d'un autre âge.

À l'été 2003, dans son village, près de la frontière de l'Irak, une baignade dans la rivière a tourné au drame. Les deux petits frères de Bulent ont été emportés par le courant, sous les yeux de Nedjet qui, ne sachant pas nager, ne s'est pas jeté à l'eau. En revanche, son frère et son oncle ont réussi à rallier la berge. On lui reproche son inaction.

Un conseil de famille signe son arrêt de mort. Bulent est désigné pour exécuter la sentence. "Vous condamnerez ce système de valeurs moyenâgeuses et barbares ", a souhaité Me François-Xavier Vincensini, défenseur de Nedjet. Le lendemain des faits, Bulent a rejoint la Turquie qui, aujourd'hui refuse son extradition. En l'absence de l'auteur principal, les jurés ont condamné à huit ans de prison Kalender Atik, 22 ans, qui l'avait accompagné sur le plateau du Romarin.

L'accusé était ami de Bulent — "Chez les Kurdes, si on vous offre un café, on s'en souvient pendant 40 ans" — mais affirme avoir tout ignoré de son projet. Bulent lui avait parlé d'une correction à donner à un Kurde qui renseignait le consulat de Turquie, pas d'un meurtre sur ordonnance, commandité à des milliers de kilomètres. Sympathisant du PKK, l'accusé vient d'obtenir le statut de réfugié.

Pour l'avocate générale, Martine Giacometti, il a aussi frappé. "Kalender a participé, il savait ce qui se passait", a-t-elle estimé, avant de requérir quinze ans de réclusion. Lecture radicalement différente de ses avocats qui ont réclamé l'acquittement de "ce bouc émissaire qui ne doit pas payer pour Bulent, pas payer pour les Kurdes". Selon Carole Fontaine-Bériot et Michel Paliard, "il a été entraîné dans un guet-apens, a servi, malgré lui, de force supplémentaire pour impressionner la victime". Aujourd'hui rétabli, mais fragilisé, Nedjet a vécu ces audiences dans une grande terreur.

Carry-le-Rouet est à 34 km de Marseille

22:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

50% des Français ne sont pas convaincus...

0495ab77ab90ebb442fcb1cae3ecc502.gif

Globalement, les Français ne sont pas convaincus. Pourtant, ils approuvent la quasi-totalité des propositions du président de la République. Comme si la conférence de presse les avait laissés sur leur faim. Sur le pouvoir d'achat, par exemple.

C'est l'histoire de l'arroseur arrosé. A force de dire qu'il y avait en France « un problème de pouvoir d'achat », Nicolas Sarkozy avait lui-même installé ce thème en tête des préoccupations des Français, avant l'insécurité et le chômage. Aujourd'hui, il change de discours, parle de « politique de civilisation » et avoue son impuissance sur le pouvoir d'achat (« Qu'est-ce que vous attendez de moi ? Que je vide des caisses déjà vides ? ») Du coup, les réactions des Français, interrogés par CSA pour « le Parisien » et « Aujourd'hui en France », au lendemain de sa conférence de presse, sont partagées et en apparence contradictoires.

Ils sont d'accord avec Sarkozy sur à peu près tout , parfois massivement, à l'exception notable de la fin des 35 heures. Mais, globalement, ils restent sceptiques. 50 % d'entre eux jugent que le président n'était « pas convaincant », 39 % pensent le contraire et 11 % ne se prononcent pas.

Alors, oui, ils sont pour l'introduction de la diversité dans le préambule de la Constitution: (89 %), la formation des jeunes des quartiers (88 %), la suspension des OGM (78 %), les quotas pour l'immigration (53 %) ou la suppression de la publicité sur les chaînes publiques (47 %). Seule fausse note : 50 % des Français veulent garder leurs 35 heures. Ce n'est pas une surprise et, dès mercredi, Sarkozy avait lui-même fait marche arrière sur le sujet.

Le président de la République se trouve donc face à un sacré casse-tête : s'il n'a pas convaincu davantage, c'est que les Français attendaient autre chose de lui. Ils ne le contredisent pas, mais en demandent plus. C'est la confirmation du baromètre mensuel de confiance, qui enregistrait en janvier une baisse de sept points. Et il n'est pas exclu que les turbulences de la vie privée du président et la perspective d'un remariage, moins de trois mois après son divorce, ne jettent aussi un certain trouble dans l'opinion.

(Le Parisien 11.01.08)

50% des Français font de la résistance passive... Quelles têtes de bois! Ils ne comprennent pas que " l'argent ne fera pas leur bonheur ", même s'il fait celui de leurs dirigeants!

 

17:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

"Loufoque"!

30c8c825cb0ffbc978b7401e4919c4e6.jpg
L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a qualifié vendredi de "loufoque" la proposition de Jacques Attali, dans son rapport sur la croissance, de supprimer les départements.

"C'est loufoque, c'est assez surprenant de voir qu'on fait appel à des gens de grande intelligence, de grande expertise et qui nous sortent des vieilles lunes", a déclaré le vice-président de l'UMP sur LCI.

"La commission Attali n'est pas moderne, elle nous sort les vieilles lunes : l'ouverture des commerces le dimanche, la grande sympathie pour les grandes surfaces et puis la suppression des départements", a-t-il critiqué.

Selon lui, ce sont les régions plutôt que les départements qu'il faut "remettre en cause". "Nos régions sont trop petites. Qu'on fusionne deux régions, qu'on divise par deux le nombre de régions", a préconisé l'ancien président de la région Poitou-Charentes.

Selon le sénateur de la Vienne, "le département a comme vocation la proximité et c'est par cette proximité là que chacun a une identité territoriale affirmée".

"La vraie question de la modernité aujourd'hui, c'est la force des régions et la division par deux de leur nombre, ce n'est pas la remise en cause du département, vieille idée qui naturellement si elle avait été bonne aurait déjà été engagée", a-t-il conclu.
Jean-Pierre Raffarin est un sage et un homme de terroir: il sait ce qu'il convient le mieux à la France profonde. Avec lui, les visions "modernistes" et les étranges élucubrations de Jacques Attali ne passent pas! Puisse-t-il être écouté par Sarközy!


 

16:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

LEONARD DE VINCI

737b53562ea6aa44fd4b046c4a20d663.jpg
Saint Jean Baptiste (1513-1516)

02:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Chiens de 1ère et 2ème catégorie

Chiens de 1ère et 2ème catégorie

Déclaration de chiens dangereux

Si vous possédez un chien de 1ère ou de 2ème catégorie, voici tout ce qu'il vous faut savoir pour être en règle avec la loi.

Définition des chiens
classés en 1ere et 2e catégories

1- Chiens de 1ère catégorie (CHIENS D'ATTAQUE)

> Chiens sans pedigree morphologiquement assimilables aux STAFFORDSHIRE, AMERICAN STAFFORDSHIRE TERRIER (pouvant être dénomé "PITTBUL")

 

> Chiens sans pedigree morphologiquement assimilables aux BOER-BULL et TOSA (gros dogues assimilables à des MASTIFFS)

 

2- Chiens de 2e catégorie (CHIENS DE GARDE ET DE DEFENSE)

Chiens de race STAFFORDSHIRE TERRIER, AMERICAN STAFFORDSHIRE, TOSA et  ROTTWEILLER sans pedigree.

  • Chiens assimilables à la race ROTTWEILLER munis d'un pedigree.
Formalités liées à la détention
et à la circulation de ces animaux

  • Dans tous les cas, les chiens des deux catégories doivent avoir fait l'objet d'une DECLARATION EN MAIRIE (lieu du domicile du propriétaire ou de "résidence" du chien) et le détenteur du chien doit en présenter le récépissé. (art 211-3 du CODE RURAL)
  • Cette déclaration n'est normalement délivré en Mairie que sur présentation du CARNET DE VACCINATION, ASSURANCE couvrant les dommages causés au tiers par l'animal, ATTESTATION VETERINAIRE DE STERILISATION pour les chiens de 1ère catégorie. Par ailleurs, vaccination et assurance doivent être constament valides.

  • Le détenteur d'un chien de la 1ère catégorie doit avoir fait obligatoirement stériliser son animal et avoir un certificat vétérinaire en attestant . (obligatoire a/c du 6 janvier 2000 délit en cas de non respect).

Sur la voie publique ou durant le passsage dans les halls et communs d'immeubles collectifs, les chiens de 1ère catégorie doivent être muselés et tenus en laisse.

Il en est de même pour les chiens de 2e catégorie qui doivent aussi être muselés et tenus en laisse dans les transports en commun, lieux publics ou ouverts au public.

 

Ces disposition sont révues aux articles 211-5 et 211-8 du CODE RURAL et R 30-7 du CODE RURAL relevables par timbre amende cas n°2.

 

Infractions liées à la détention
et au commerce de ces animaux

A/ Interdiction relatives aux chiens des deux catégories (peine délictuelle de 3 mois d'emprisonnement et 3 811.23 euros (25 000F) d'amende en cas de non respect).

Sont interdits :

  • la détention par un mineur de 18 ans
  • la détention par un majeur sous tutelle sans autorisation espresse du Juge des tutelles
  • la détention par une personne ayant été condamnée pour crime ou délit à une peine d'emprisonnement avec ou sans sursis, inscrite au bulletin n°2 du casier judiciaire.

NB : LE DETENTEUR EST CELUI QUI EST EN CHARGE DE L'ANIMAL LORS DU CONTROLE, MEME S'IL N'EST PAS PROPRIETAIRE

B/ Interdictions relatives aux chiens de 1ère catégorie (peine contraventionnelle par TA cas 2 sauf disposition contraire en cas de non respect).

Sont interdits :

  • Le commerce (acquisition, cession gratuite ou vente) Peine de 6 mois d'emprisonnement et 15 244.90 euros (100 000F) d'amende
  • L'accès au transport en commun, lieux publics ou ouverts au public (exception faite de la voie publique)
  • le stationnement dans les halls et communs d'immeubles collectifs
 
  Haut de page | Mise à jour le 23 Août 2007  

02:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Jacques Attali l'hypernomade

Jacques Attali est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français, qui fut notamment conseiller de François Mitterrand.

En 1943, le 1er novembre, il naît avec son frère jumeau Bernard Attali à Alger de parents juifs séfarades. Simon Attali (son père) est un autodidacte francophile qui réussit dans le commerce de parfumerie bijouterie (enseigne « Bib et Bab ») à Alger.

En 1956 deux ans après le début de la Guerre d'Algérie (1954 à 1962), son père décide de venir s'installer rue de la Pompe dans le 16e arrondissement de Paris avec sa famille.

Les deux frères jumeaux Jacques et Bernard suivent des études brillantes au lycée Janson-de-Sailly, à Paris XVIe, où ils ont pour amis Jean-Louis Bianco et Laurent Fabius. En 1966, il sort major de promotion de Polytechnique (X63). Docteur d'État en sciences économiques, Ingénieur de l'École des mines de Paris, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'École nationale d'administration dont il sort troisième de sa promotion en 1970 (promotion Robespierre avec Philippe Séguin et Louis Schweitzer...).

En 1968, il effectue un stage d'énarque dans la Nièvre, sous la férule du futur préfet de police de Paris Pierre Verbrugghe. Il rencontre à cette occasion pour la troisième fois François Mitterrand...

.................................................................

Dans une brève histoire de l'avenir, Jacques Attali raconte sa vision de l'histoire des cinquante prochaines années, qu'il appelle l'hyperempire.

La planète deviendrait un monde sans États, marché mondial inquiétant et chaotique, l'hyperempire (l’extension de la démocratie de marché, avec ses règles impitoyables, allant jusqu’à la marchandisation du temps et du corps), suivi par un conflit et une démocratie mondiale, avec des standards revisités et un nomadisme de plus en plus important.

Cet hyperempire sera dirigé par une classe dirigeante: les hypernomades. Dans leur sillage, des exécutants de bon niveau, cadres, ingénieurs, chercheurs formeront la classe des nomades virtuels. Au nombre de 4 milliards, ils seront sédentaires mais travailleront en réseau pour des entreprises nomades non localisées. Concernant le reste de l'humanité, un effectif de 3,5 milliards d'infranomades ne pourra pas être résorbé. Ils subsisteront à la limite du seuil de survie de 2 dollars par jour.

Dans ce monde futur, tout sera marchandise au profit de l’individu consommateur, y compris le temps libre. Une catégorie dirigeante, les hypernomades, regroupera tous ceux qui profiteront des possibilités de jouissance de l’hyperempire.

Cette situation aboutira à l'hyperconflit. Les infranomades prendront les armes pour sortir de leur esclavage, les anciennes frontières géographiques et nationales ressurgiront, les guerres entre religions et visions du monde reprendront avec toute leur force. Des armes de plus en plus destructrices seront utilisées sans aucun contrôle global. Une situation qui pourrait mettre fin à l'Humanité.

Cependant, son livre se termine sur des options de construction positive et responsable de leur avenir par les humains, rassemblées dans ce qu’il appelle l’hyperdémocratie. Les bases de la construction de ce grand futur sont jetées : réseaux solidaires, démocratie participative, « entreprises relationnelles », ONG, micro-crédits, intelligence collective...

Le livre s'achève, dans un retour brutal aux réalités d'aujourd'hui, par les réformes que Jacques Attali voudrait voir mises en œuvre par les futurs vainqueurs des élections françaises. Sans ces réformes, le déclin de la France, déjà amorcé, ne ferait que s'accentuer. Elle n'aurait aucune chance alors de participer avec quelques succès aux compétitions de l'hypermarché mondial.

(Source WIKIPEDIA)

01:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

BUSH DEMANDE LA FIN DE L'OCCUPATION ISRAELIENNE

29d3fc74181eea284b735a8aa367f387.jpg
Georges Bush parle en maître durant sa conférence de presse à Ramallah (Cisjordanie)

Le président américain propose aux Israéliens et aux Palestiniens un accord sur la base des frontières de 1949, mais «tenant compte de réalités».

«C'est le moment de faire des choix difficiles». En lançant cette phrase à Jérusalem, après une brève visite en Palestine, où aucun président américain ne s'était rendu depuis dix ans, George Bush semble avoir décidé de rester dans l'histoire en obtenant un accord de paix au Proche-Orient avant la fin de son mandat.

Et pour cela, il paraît prêt à revenir sur un certain nombre de faits historiques. «Un accord doit stipuler qu'il y aura une fin à l'occupation qui a commencé en 1967», a notamment indiqué le président américain. Une allusion à la guerre des Six-Jours, en juin 1967, où Israël avait annexé une partie des territoires palestiniens de Gaza et de Cisjordanie. Malgré les résolutions successives de l'ONU, l'Etat hébreu n'a jamais renoncé à contrôler une partie de ces territoires, sur lesquels se sont implantées plusieurs colonies juives.

George Bush a ménagé les deux parties dans son allocution : «La question territoriale doit être décidée par les deux parties mais je crois qu'un accord de paix nécessitera des ajustements agréés à la ligne d'armistice de 1949 pour tenir compte de réalités et assurer que l'Etat palestinien sera viable et continu», a expliqué le président américain.

 

Bush veut un accord de paix avant la fin de l'année

 

Autres déclarations du président américain : «stipuler une Palestine qui soit la patrie du peuple palestinien, tout comme Israël est la patrie du peuple juif». Car George Bush s'en dit convaincu : «nous devons considérer la création d'un Etat palestinien».

Pour cela, il se propose de régler la question des réfugiés palestiniens. Ceux-ci ont fui la Palestine durant les guerres successives avec Israël. Ils sont près de 4 millions, vivant dans des camps en Syrie, au Liban ou en Egypte. L'Etat hébreu refuse leur retour sur le territoire palestinien. George Bush propose de régler la question grâce à «un nouveau mécanisme international incluant des indemnisations» pour ces réfugiés.

Le président américain est optimiste : «Un accord de paix doit et peut intervenir avant la fin de cette année», donc avant la fin de son mandat, estime-t-il. Il compte d'ailleurs revenir dans la région prochainement, selon son conseiller à la sécurité nationale, Stephen Hadley.

Enfin, George W. Bush a appelé les Etats arabes à «tendre la main à Israël» pour favoriser un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens.

(LE FIGARO 10.01.08)

00:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

10/01/2008

LE RAPPORT ATTALI: POUR QUI SONNE LE GLAS ?

d04cf986a2557477e3a57327bd8e1a4a.jpg
Sarközy échange une poignée de main maçonnique avec Attali

a0c9a865d5134e1cea0ede8212b103ba.jpg Relancer l'immigration et supprimer les départements figurent parmi les propositions phares du rapport sur la croissance dont Le Figaro a eu connaissance.

La relance de la croissance par l'immigration ! C'est l'une des propositions phares du rapport que Jacques Attali s'apprête à déposer sur le bureau du chef de l'État le 23 janvier prochain. Depuis le 30 août dernier, à la demande de Nicolas Sarkozy, l'ancien sherpa de François Mitterrand, entouré d'une quarantaine de personnalités, phosphore sur les pistes à suivre pour retrouver la route de la prospérité. Les rapporteurs de la commission travaillent aujourd'hui sur les dernières pages de l'ouvrage qui devrait compter, de l'aveu même de son concepteur, plus de trois cents propositions. La recherche du consensus n'est pas toujours aisée.

Sur l'immigration, de l'écrivain Theodore Zeldin au psychiatre Boris Cyrulnik en passant par les chefs d'entreprise et autres démographes, il semblerait, selon des sources proches de l'Élysée, que les participants se soient rapidement ralliés à l'idée que la France doit «faciliter la délivrance de visas aux étrangers». Cette conviction se fonde sur deux principes. Pour faire face à un marché du travail en tension, la France devra recourir à la main-d'œuvre étrangère, de plus en plus nombreuse dans les années à venir. Une note récente de Bercy prévoit qu'à l'horizon 2015 la France sera confrontée à des besoins de recrutement évalués à 750 000 par an. Mais surtout la commission va plus loin. Elle considère que l'immigration, facteur de développement de la population, est en tant que telle une source de création de richesse, donc de croissance.

Échecs de l'intégration

 

L'idée de la réouverture du marché du travail n'est pas nouvelle, même à droite. En 1999, Alain Juppé penchait déjà en faveur de cette thèse. Mais la proposition n'en reste pas moins sulfureuse.

Depuis 2002, Nicolas Sarkozy, qui s'est frotté aux problèmes d'immigration au ministère de l'Intérieur, plaide pour une maîtrise des flux migratoires. En 2007, il a inscrit ce projet politique au cœur de sa campagne électorale et en a fait l'un des points d'orgue de son discours. Stratégie qui lui a notamment servi à faire baisser le score du Front national !

En début de semaine, lors de sa conférence de presse, il affirmait haut et fort son intention de poursuivre cette politique avec l'instauration de quotas. Il y a quelques semaines, dans une interview à La Tribune Jacques Attali marquait sa différence : «La France a besoin d'immigration, il faut s'ouvrir aux travailleurs d'Europe de l'Est, aux Chinois, aux pays d'Afrique. Sans cela, toutes nos belles discussions sur le financement des retraites n'auront pas de sens.» Cette proposition promet de relancer la polémique.

Les échecs de l'intégration montrent qu'avant d'ouvrir largement les frontières, les dirigeants devront répondre à un certain nombre de questions. Quels seront les effets d'une telle mesure sur le marché du travail ? Ne risque-t-elle pas de tirer les salaires vers le bas ? Quelle politique du logement faut-il mettre en œuvre pour l'accompagner ? Même si les conditions de vie des immigrés se sont nettement améliorées au cours des dernières années, le surpeuplement dans les appartements qu'ils occupent est plus fréquent (28,4 % contre 5 % pour le reste de la population). Enfin, le nombre d'étrangers vivant en zone sensible a augmenté de 13,3 % au cours des années 1990.

Toutefois, Nicolas Sarkozy pourra trouver un lien avec la politique qu'il a lui même engagée dans le travail de la commission. Ce sont en effet les lois de 2006 et de 2007 qui ont autorisé le travail des étudiants étrangers en France à l'issu de leur cursus universitaire ou encore la suppression de l'autorisation préalable à l'embauche dans certains bassins d'emploi ou secteur d'activité. Enfin, la présentation du contrat de travail peut être un des facteurs de régularisation de certains clandestins employés dans des métiers en mal de recrutement (BTP).

 VENDRE LA FRANCE ! 
(LE FIGARO 10.01.08)

23:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Deux otages des FARC sont arrivés à Caracas

Les deux Colombiennes otages de la guérilla des Farc libérées jeudi, Clara Rojas et Consuelo Gonzalez, sont arrivées en avion à 16H25 locales (20H55 GMT) à l'aéroport de Caracas, où les attendaient leurs proches et de hauts responsables vénézuéliens.

A sa descente de l'avion, Consuelo Gonzalez a été accueillie par ses filles en pleurs, Patricia et Maria Fernanda Perdomo, qui l'attendaient avec des fleurs.

Clara Rojas, elle, a retrouvé sa mère Clara Gonzalez, âgée de 76 ans, l'a serrée dans ses bras et embrassée.

Les proches de Consuelo Gonzalez portaient des affiches avec les mots: «Maintenant liberté pour tous».

Consuelo Gonzalez a aussi pris dans ses bras sa petite-fille de deux ans, qu'elle ne connaissait pas.

Clara Rojas, libérée jeudi par la guérilla des Farc, a révélé sur une radio colombienne ne plus avoir aucune nouvelle depuis trois ans de son ancienne collaboratrice et amie Ingrid Betancourt, enlevée avec elle en février 2002.

 

23:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Hillary Clinton victorieuse dans le New Hampshire

a56b1edeb5faaca2c4a67214fdf487cc.jpg
Hillary Clinton après sa victoire le 8 janvier 2008
Dans une course plus ouverte que jamais après les victoires mardi soir dans le New Hampshire d'Hillary Clinton et de John McCain, les prétendants à la Maison Blanche ont quatre rendez-vous importants d'ici la fin du mois avant d'aborder le "méga-mardi" du 5 février.

"Nous allons assister à une véritable compétition entre Hillary Clinton et Barack Obama", assure Paul Herrnson, directeur du Centre de politique américaine de l'université du Maryland.

Quatre Etats (Michigan, Nevada, Caroline du Sud et Floride) organisent des primaires et caucus d'ici la fin du mois et, en cas de mauvaise performance, certains candidats pourraient devoir mettre un terme à leurs ambitions présidentielles avant même le "méga-mardi".

La sénatrice de New York a battu sur le fil mardi soir le jeune sénateur noir de l'Illinois Barack Obama, donnant un nouveau souffle à sa campagne. Mme Clinton avait absolument besoin d'une victoire avant le "méga-mardi" du 5 février quand une vingtaine d'Etats dont New York et la Californie sélectionneront à leur tour le candidat à l'investiture.

La victoire du "revenant" John McCain dans la primaire républicaine laisse également le champ grand ouvert dans le camp républicain.

Mme Clinton a évoqué mercredi l'émergence d'un lien "personnel et profond" avec les électeurs, tandis que son rival malheureux Barack Obama mentionnait "une bataille âprement disputée".

01:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Un enfant de 2 ans 1/2 tué par le rottveiler de la famille

f25e3bab104df3d4c759499f422accc2.jpg

Un garçon de deux ans et demi a été tué mercredi 9 janvier par le chien de la famille, un rottweiler, qui s'est jeté sur lui apparemment sans raison, dans la commune de Charnay, dans le Rhône. Selon les gendarmes, l'enfant descendait de voiture en début de soirée lorsque le chien s'est précipité sur lui et l'a mordu à de nombreuses reprises.

La mère du garçonnet a essayé de s'interposer, mais elle n'a pu qu'assister à la scène impuissante. A l'arrivée des gendarmes, la famille avait réussi à enfermer le chien dans le garage de la propriété. Le molosse a ensuite été difficilement maîtrisé par une équipe du groupe d'intervention cynophile de la gendarmerie du Rhône. "Le chien est vivant et on attend la décision de la justice le concernant", a indiqué un gendarme.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le chien était déclaré, conformément à la législation.

Fin novembre, l'Assemblée nationale avait adopté un projet de loi sur les chiens dangereux, instaurant un "permis de détention" pour les plus dangereux, délivré par le maire, à la suite d'une série d'agression de molosse divers. Une douzaine d'agressions de pitbull, rottweiler ou de American staffordshire ont été relatées dans la presse lors du dernier trimestre 2007. Les morts restent relativement exceptionnelles, mais leur fréquence augmente avec l'accroissement du nombre de chiens dangereux en France. 

Pourquoi ce chien d'attaque ne portait-il pas de muselière et n'était-il pas solidement attaché? 

Les fortes paroles de MAM au sujet des chiens dangereux "tueurs d'enfant", se sont rapidement envolées... Quand aurons-nous un ministre de l'Intérieur responsable?

(LCI.fr)

 

 

 

 

00:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (30)

Thierry Mariani: "Si tu aimes la France, tu t'y fait enterrer"

de8ea115ad4a859401625661fab8a25e.jpg
Thierry Mariani, qui s’est illustré récemment en tant qu’auteur du controversé test ADN pour les candidats au "regroupement familial", revient sur l’affaire de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise). Le député UMP du Vaucluse s’est déclaré choqué par son épilogue, à savoir l’inhumation des deux adolescents décédés au Maroc et au Sénégal. Dans une interview au magazine «VSD» paru ce mercredi, il se demande pourquoi ils n’ont pas été «inhumés en terre française».

«Toute ma famille est enterrée dans le Vaucluse»

Moushin et Larami
avaient trouvé la mort fin novembre 2007 après être entrés en collision avec un véhicule de police, ce qui avait provoqué de violentes émeutes ethniques. «Le choix des parents est tout à fait respectable, mais je pense qu'on ne peut à la fois brandir des papiers d'identité français en disant “je suis aussi Français que vous autres” et aller se faire enterrer à l'étranger. Désolé, moi, toute ma famille d'origine italienne est enterrée dans le Vaucluse», conclut-t-il.

Rappelons au passage qu’un membre du gouvernement lui-même a formulé le souhait de se faire inhumer dans son pays d’origine, au Sénégal. Il s’agit de la secrétaire d’Etat aux droits de l’homme, Rama Yade. «Pourquoi me ferais-je enterrer seule dans un cimetière des Hauts-de-Seine, alors que je peux être dans un endroit si reposant, au soleil, avec les miens? C’est là que je dois revenir quand je serai morte»,
avait-elle déclaré dans le livre de Jacqueline Rémy :«Comment je suis devenu français
Thierry Mariani pose sans doute les "vraies questions", celles qui "craignent", et que personne n'ose poser sur l'immigration.  Mais si une famille comme la sienne, d'origine italienne donc européenne, a épousé la France à 100%, il n'en va de même avec les familles d'origine africaine qui ont assez d'argent pour faire rapatrier au pays les corps de leurs défunts. Ce qui est d'ailleurs leur droit.
La terre, surtout celle des morts, ne ment pas... 
(Source 20minutes.fr)

00:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Un film sur la disparition de Maddie !

49ac9f10718344b6760aade8532b4f85.jpg

Les parents de la fillette britannique disparue en mai dernier au Portugal, ont été approchés par une société de production.

«Si nous pensons qu'une proposition en particulier des médias est susceptible de nous aider à trouver Madeleine, nous serons heureux d'en discuter», a indiqué Clarence Mitchell, le porte-parole des parents de la fillette. Il a rapporté qu'une rencontre avait eu lieu dès la mi-décembre entre des représentants de la famille et une société de production, concernant des projets de film ou de téléfilm sur la disparition de Maddie. «Nous n'avons eu que des débuts de discussions. Cela peut se faire ou pas», a précisé Clarence Mitchell. Et d'insister : à ce stade, «rien n'a été décidé».

Si le projet aboutit, le fait divers le plus médiatisé de ces derniers temps pourrait ainsi se prolonger sur les écrans. Pour les époux McCann, il représenterait vraisemblablement un moyen supplémentaire d'investir des fonds dans la recherche de Maddie. Depuis la disparition, ils ont lancé une vaste campagne de communication et de récolte de dons. Le fonds, alimenté par des anonymes et des personnalités comme Richard Branson, patron de Virgin, a récolté quelque 1 223 000 livres (1,7 millions d'euros). Cet argent sert en particulier à payer les détectives privés engagés par la famille et dont les émoluments s'élèveraient à 50 000 livres par mois.

(Le Figaro 09.01.08)

Le corps de la petite Maddie n'a toujours pas été retrouvé, et pourtant l'histoire terrible de sa disparition pourrait faire l'objet d'une adaptation cinématographique. De quoi indigner les parents? Pas du tout, ces derniers sont d'ailleurs en pourparlers avec IMG, les producteurs hollywoodiens de docu-fictions. 

(20MINUTES)


00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

09/01/2008

La peluche de Maddie McCann

81510b4fe5d2b83989573938de50adef.jpg

La police portugaise veut saisir à nouveau une peluche (doudou) de la petite Maddie, disparue en mai dernier à Praia da Luz (Algarve), a rapporté le Daily Mail. Une nouvelle piste "pourrait incriminer" ses parents, Gerry et Kate McCann, selon le quotidien britannique.

La police veut à nouveau examiner la peluche préférée de la fillette. Les enquêteurs se demandent pourquoi Kate McCann l'a lavée alors qu'elle prétend qu'il s'agit de son dernier lien avec sa fille. La mère affirme que l'objet était simplement devenu trop sale, mais la police la soupçonne d'avoir voulu masquer des preuves, telles que d'éventuelles tâches de sang.

Les policiers portugais veulent également consulter à nouveau le journal intime de Kate McCann, son ordinateur portable, ainsi que la correspondance privée du couple.

Ils ont enfin demandé à leurs collègues britanniques d'interroger à nouveau un groupe d'amis avec lequel les McCann ont dîné quand la fillette a disparu.


23:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

"Le Must" à Cannes

fc96c89aabdf6a664f47e7b07c89f63f.jpg
Un bar de Cannes assure contourner "légalement" la législation anti-tabac via la création d'une association dont les membres peuvent fumer en toute liberté dans une salle de l'établissement qui leur est réservée.

Depuis vendredi, le lounge-bar "Le Must", installé dans le centre de Cannes, propose à ses clients fumeurs d'adhérer, pour un coût de 2 euros l'année, à "La Cave à cigars (BIEN: cigars, NDLR) Association", une association loi 1901 basée au premier étage de l'établissement.

Dans cette salle équipée, comme le reste du bar, de tables basses et fauteuils moelleux, fumer une cigarette en dégustant un verre n'est plus un délit: "C'est le même principe que pour les clubs échangistes, interdits par loi, mais qui fonctionnent sous la forme de clubs associatifs dont les clients sont membres", a expliqué mardi à l'AFP Xavier Cargnelutti, patron du "Must" et président de l'association.

Cette dernière compte déjà quelque 70 membres, assure-t-il, dont les salariés fumeurs de l'établissement qui ne servent pas de consommation directement dans cette salle mais montent volontiers y faire une pause-cigarette. Un portier à l'entrée contrôle les cartes d'adhérent.

La nouvelle loi encadre la création d'espace non-fumeur dans les cafés ou restaurants de "normes très rigoureuses qu'une salle associative n'est pas tenue d'appliquer", explique M. Cargnelutti.

Interrogé par l'AFP, le commissariat de Cannes n'a pas jugé illégale cette "façon de contourner la loi", sans s'interdire d'aller vérifier sur place l'organisation du lieu.

23:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)