Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2010

Pression accentuée sur Eric Woerth, son épouse entendue par la police, lui-même bientôt

La pression s'est accentuée un peu plus mercredi sur Eric Woerth dans l'affaire Bettencourt, avec l'autorisation donnée par le Conseil des ministres à son audition prochaine par la police et celle le jour-même de son épouse Florence.

L'audition mercredi de Mme Woerth, entendue depuis le début de la matinée comme témoin par les enquêteurs de la brigade financière dans le cadre de l'affaire Bettencourt, a pris fin vers 13H10.

Il y a dix jours, avec la publication du rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) le dédouanant de toute intervention dans le dossier fiscal de l'héritière de L'Oréal lorsqu'il était au Budget, le ministre du Travail se disait "soulagé", certain que le gros de la tempête Bettencourt était passé.

Las, depuis, le feuilleton Bettencourt s'est enrichi chaque jour de nouveaux épisodes. Et mercredi, le Conseil des ministres a donné son aval à l'audition du ministre par la police.

Elle devrait a priori avoir lieu à son domicile, soit dans son logement de fonction parisien au ministère, soit à celui de Chantilly, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Mardi, alors qu'il planchait en commission des Affaires sociales à l'Assemblée nationale sur la réforme des retraites, le ministre s'était employé à relativiser la portée de cette audition, qui en toute logique ne devrait pas avoir lieu avant la fin des travaux de la commission jeudi.

Il s'était dit "très impatient" d'être entendu, qualifiant même ce rendez-vous avec la police de "très bonne nouvelle".

Mercredi, le ministre a poursuivi, comme si de rien n'était en apparence, sa tâche en commission, ce qui lui a permis, accessoirement, de ne pas assister au Conseil des ministres autorisant son audition.

Dans le même temps, c'est son épouse Florence qui était interrogée comme témoin par les enquêteurs, dans les locaux de la brigade financière, à Paris.

Son avocat, Me Antoine Beauquier, s'est "réjoui que Mme Woerth puisse enfin s'expliquer sur les rumeurs dont elle est victime depuis des semaines".

Cette audition, sans placement en garde à vue, selon une autre source proche du dossier, intervient dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte sur le contenu des enregistrements clandestins de conversations entre Mme Bettencourt et ses proches, réalisés au domicile de la milliardaire, entre mai 2009 et mai 2010, par son ancien majordome.

Ces enregistrements suggèrent des opérations de fraude fiscale dans la gestion de la fortune de l'héritière de L'Oréal mais aussi un possible conflit d'intérêts avec l'ex-ministre du Budget puisque son épouse, Florence Woerth, a travaillé deux ans et demi dans la société Clymène, chargée de cette gestion.

Lors de sa garde à vue, le gestionnaire de la fortune de Mme Bettencourt, Patrice de Maistre, a assuré la semaine dernière que M. Woerth lui avait "demandé de recevoir sa femme et ce pour essayer de la conseiller sur sa carrière" au début 2007, selon un extrait du PV publié par Le Monde.

Déjà mardi, sitôt connu l'ordre du jour du Conseil des ministres, la députée PS Marisol Touraine avait dépeint M. Woerth en "ministre affaibli au sein d'un gouvernement affaibli" et estimé que sa prochaine audition ne permettait pas "un débat serein et tranquille sur les retraites".

France- Soir - 21/07/10

16:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Affaire Zahia, Ribéry et Benzema: Fadela Amara donne son opinon!

photo_1279650488106-1-0 Ribery et Benzéma.jpg
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Les footballeurs internationaux français Franck Ribéry et Karim Benzema, soupçonnés d'avoir eu des relations tarifées avec une prostituée mineure, Zahia D., ont été mis en examen mardi et remis en liberté ans après sept heures de garde à vue.

Le milieu offensif du Bayern Munich, son beau-frère âgé de 21 ans, et l'attaquant du Real de Madrid, ont été mis en examen pour "sollicitation de prostituée mineure" par le juge d'instruction André Dando qui enquête sur des faits présumés de proxénétisme ayant pour cadre un bar proche des Champs-Elysées, le Zaman Café.

Ribéry, qui est arrivé menottes aux poignets dans la galerie des juges d'instruction du palais de justice selon plusieurs sources, le frère de son épouse, et Karim Benzema ont été remis en liberté sans contrôle judiciaire après leur mise en examen.

"Ce n'est pas une belle image d'un homme qu'on donne à la jeunesse de France", a déclaré la secrétaire d'Etat à la Politique de la Ville Fadela Amara, interrogée à ce sujet par i Télé.

"Je me désole de voir un monsieur comme Ribéry se trouver dans des situations aussi catastrophiques, aussi terribles", a ajouté la ministre.

Pour son avocate, Me Sophie Bottai, "il n'y a pas un seul indice matériel" dans le dossier. "La seule chose nouvelle depuis (sa précédente audition par les policiers au printemps, ndlr) c'est que Ribéry a fini la Coupe du monde de football et qu'il a mal joué", a ironisé l'avocate.

Les trois hommes avaient auparavant passé environ sept heures en garde à vue dans les locaux de la Brigade de répression du proxénétisme (BRP) sur commission rogatoire du juge Dando.

Le fait de solliciter des relations sexuelles avec une mineure prostituée est passible de trois ans de prison et de 45.000 euros d'amende. Mais il revient à l'accusation de prouver que le client savait que la prostituée était mineure.

C'est en auditionnant des prostituées fréquentant le Zaman Café, qui a depuis fait l'objet d'une fermeture administrative, que les policiers se sont rendus compte que l'une d'elles était mineure au moment d'une partie des faits et sont ainsi remontés vers certains clients.

Au cours de l'enquête, Zahia D., une jeune prostituée gravitant autour du Zaman Café, a affirmé aux policiers avoir eu des relations tarifées avec des footballeurs, notamment Franck Ribéry, en 2009, et Karim Benzema, en 2008, alors qu'elle avait 16 ans, ainsi qu'avec un autre Bleu, Sidney Govou (recruté cet été au Panathinaïkos Athènes), en mars 2010, quand elle était majeure.

Zahia D. avait déjà assuré fin avril dans l'hebdomadaire Paris-Match que les joueurs ignoraientqu'elle était mineure.

La star du Bayern Munich avait reconnu devant les enquêteurs avoir eu une relation avec elle et lui avoir payé un voyage et un séjour en Bavière.

Benzema, attaquant du Real Madrid, avait pour sa part affirmé le 3 mai ne pas se sentir "concerné" par cette affaire et qu'il n'avait "rien à se reprocher".

Quatre personnes, dont le gérant du bar, un serveur et un homme soupçonné d'avoir fourni des prostituées à une clientèle du show-business, ont déjà été mis en examen et ont fait de la détention provisoire dans cette affaire qui a écorné l'image des Bleus, même si Benzema ne faisait pas partie des 23 joueurs sélectionnés pour la Coupe du monde en Afrique du Sud.

 

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Saint-Aignan-sur-Cher est en France

St Aignan sur Cher.jpg
Saint-Aignan-sur-Cher - (Cliquez sur la photo)

Hortefeux s'est rendu lundi à Saint-Aignan, théâtre d'une vendetta menée par les "gens du voyage" après la mort d'un des leurs.

Panneaux de signalisation arrachés, tilleuls abattus et découpés à la tronçonneuse, vitrines de commerces brisées, voitures et locaux municipaux incendiés et brigade de gendarmerie attaquée… La paisible vallée du Cher, réputée pour son caractère bucolique, est secouée par une invraisemblable vendetta.

Pendant deux jours, des raids sporadiques ont été menés par des gens du voyage assoiffés de vengeance après le décès de Luigi, un jeune de leur communauté abattu d'une balle vendredi vers 22h30 à Thésée-la-Romaine (Loir-et-Cher) alors qu'il forçait un contrôle. Faisant mine de s'arrêter, le conducteur accompagné du jeune homme avait réaccéléré sur les gendarmes. «Ils étaient clairement identifiables avec leur chasuble et leur véhicule dont le gyrophare était allumé», assure un officier. Un militaire avait ouvert le feu à deux reprises, touchant mortellement le passager.

Surpris quelques heures auparavant pendant qu'il agressait un adolescent à un distributeur de billets dans le bourg voisin d'Onzain, ce dernier avait percuté avec sa Renault 19 un gendarme de 51 ans venu l'interpeller. Traîné sur le capot du véhicule sur 500 mètres, le militaire s'en était tiré par miracle avec quelques blessures à la tête, au bras et à la hanche.

Bien décidés à faire rendre gorge aux forces de l'ordre, dont ils contestent la version des faits, des inconnus (sic) ont écumé un périmètre de 900 kilomètres carrés dans la vallée pour semer le désordre. Dans la nuit de dimanche à lundi, six véhicules ont été retrouvés calcinés dans les villages d'Onzain, de Mehers et Chemery, où une vitrine a été défoncée à la voiture bélier. Par ailleurs, deux salles communales ont été livrées aux flammes, à Couddes et à Thésée. Là, huit cocktails Molotov ont été retrouvés en bordure d'une voie ferrée.

La veille, une horde d'individus, certains encagoulés, armés de haches et de barres de fer, avaient semé la terreur à Saint-Aignan avant d'enfoncer le portail de la gendarmerie, de dégrader les locaux du peloton autoroutier et de dévaliser une boulangerie.

Venu lundi après-midi dans ce village tranquille de 3400 âmes, Brice Hortefeux a prévenu d'emblée: «Nous ne pouvons pas tolérer l'intolérable, j'ai donc demandé à ce que des moyens importants lourds et massifs soient mis en place.» «Les gens du voyage ne sont pas au-dessous des lois, ils ne sont pas au-dessus non plus», a précisé le ministre de l'Intérieur.

 

Mobilisation maximale

 

Quelques heures auparavant, le général Jacques Mignaux, le directeur général de la gendarmerie, ayant lui aussi fait le voyage dans le Loir-et-Cher, a promis: «Cela durera le temps qu'il faudra, nous interpellerons les auteurs des exactions et nous les transférerons à la justice.» De son côté, le parquet de Blois a indiqué vouloir mener «de façon impartiale et rigoureuse» l'enquête permettant d'éclaircir les circonstances du tir ayant coûté la vie au jeune fuyard.

Lundi, tandis que la famille gitane endeuillée criait sa colère, quelque 300 gendarmes, dont des hommes d'élite du GIGN, ont été déployés pour quadriller le secteur. Un large périmètre était survolé par deux hélicoptères équipés de caméras thermiques. La mobilisation des services de sécurité restera maximale aujourd'hui, les obsèques de Luigi ayant lieu mardi matin à Saint-Gervais-la-Forêt, près de Blois.

Le Figaro - 20/07/10

01:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

"Grenelle de la sécurité" (?) à Grenoble avant les obsèques jeudi du braqueur Boudouda

GRENOBLE — La préfecture de l'Isère a réuni mardi un "Grenelle local" de la sécurité à Grenoble, touchée depuis quelques jours par une vague de violences dans le quartier de la Villeneuve, avant les obsèques d'un braqueur tué par la police, prévues jeudi.

Divers appels aux calmes ont été lancés par l'entourage de Karim Boudouda, un jeune du quartier, alors que ses obsèques qui se dérouleront selon le rituel musulman, initialement prévues mercredi, auront finalement lieu jeudi après-midi dans un cimetière de Poisat, en Isère.

"La famille aurait préféré que la cérémonie ait lieu mercredi mais les papiers et démarches ont pris plus de temps", a précisé un employé des pompes funèbres à l'AFP.

Le corps du jeune homme de 27 ans, père de deux enfants dont un nourrisson d'une dizaine de jours, sera inhumé dans le carré musulman du cimetière, ont indiqué ses proches.

Un imam devrait s'exprimer sur les violences qui ont secoué le quartier et appeler au calme.

A la demande du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, une trentaine d'élus, les services de l'Etat et des représentants d'associations ont participé mardi à une réunion sur la sécurité à Grenoble, évoquant la nécessité "d'efforts communs pour lutter contre toutes les formes d'exclusion", selon le préfet de l'Isère Albert Dupuy.

Parmi les pistes évoquées, une accélération "des programmes de rénovation urbaine", notamment à la Villeneuve, un équipement du quartier en dispositifs de vidéoprotection et la mise en place d'un inspecteur du fisc à Grenoble pour renforcer la lutte contre l'économie souterraine.

La nuit de lundi à mardi a été relativement calme à la Villeneuve, avec seulement quatre véhicules brûlés, et aucun coup de feu, contrairement aux dernières nuits, n'a été tiré contre les forces de l'ordre.

Mardi après-midi, le tribunal correctionnel de Grenoble a reporté au 20 octobre l'audience concernant deux frères de 20 et 23 ans, interpellés dimanche matin et qui devaient être jugés en comparution immédiate pour détention de stupéfiants. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire.

Les suspects, dont l'aîné a déjà été condamné à cinq reprises, notamment pour transport de stupéfiants et violences, avaient été arrêtés dans le cadre d'une enquête sur des tirs visant des policiers lors des dernières nuits de violences.

Lors de la perquisition à leur domicile, les policiers avaient retrouvé plus d'un kilo de résine de cannabis et une arme de poing que l'un des frères a jetée par la fenêtre à l'arrivée des policiers.

Cette arme, brisée en plusieurs morceaux, était en cours d'analyse pour savoir notamment si ses munitions correspondaient à celles qui ont été tirées sur les policiers dans la nuit de vendredi à samedi.

Les incidents avaient commencé dans la nuit du 16 au 17 juillet à la suite du décès de Karim Boudouda, tué lors d'un échange de tirs avec la police après avoir braqué un casino, à Uriage-les-Bains (Isère).

Des dizaines de voitures et des commerces avaient été incendiés. De vendredi à dimanche, les forces de l'ordre ont été visées par plusieurs tirs à balles réelles.

Le dispositif de sécurité déployé après la visite de Brice Hortefeux, et partiellement allégé lundi soir, sera maintenu "autant qu'il le faudra", selon le préfet de l'Isère. Il se compose d'un renfort de police de 160 hommes appuyés par des membres du Raid et du GIPN.

AFP. 20/07/10

01:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La demande d'audition de Woerth mercredi devant le Conseil des ministres - Quelle comédie!

W reflet vitre.jpg
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
PARIS, 20 juil 2010 (AFP) Le Conseil des ministres doit donner mercredi son feu vert à la demande d'audition d'Eric Woerth formulée par le parquet de Nanterre, le ministre du Travail souhaitant s'expliquer au plus vite sur les soupçons de conflit d'intérêt lors de l'embauche de sa femme.

M. Woerth, qui exposait le projet de loi sur les retraites lors de son examen en commission à l'Assemblée nationale, a réaffirmé mardi n'être jamais intervenu en faveur du recrutement de sa femme par le gestionnaire de fortune de la milliardaire, Patrice de Maistre, à l'automne 2007.

De son côté, le parquet de Nanterre a annoncé avoir demandé officiellement au gouvernement l'autorisation d'entendre le ministre du Travail dans le cadre de son enquête sur les enregistrements clandestins réalisés au domicile de Liliane Bettencourt.

Ces enregistrements suggèrent des opérations de fraude fiscale dans la gestion de la fortune de l'héritière de L'Oréal mais aussi un possible conflit d'intérêts avec l'ex-ministre du Budget.

L'Elysée a indiqué que cette demande d'audition serait examinée mercredi en Conseil des ministres et qu'elle devrait être approuvée. "Il sera proposé au Conseil des ministres de faire droit à cette demande", a-t-on indiqué à l'Elysée.

A sa sortie de l'Assemblée, M. Woerth s'est déclaré mardi soir "très impatient" d'être entendu par les enquêteurs.

Lors de sa garde à vue, le gestionnaire de fortune a affirmé que M. Woerth, lorqu'il était ministre du Budget, lui avait "demandé de recevoir sa femme et ce pour essayer de la conseiller sur sa carrière", début 2007, selon un extrait du PV publié par le Monde.

"Je n'ai jamais demandé quoi que ce soit qui concerne mon épouse", a assuré le ministre lors d'un entretien sur Europe 1, mardi.

"Ma femme a été embauchée normalement dans un job qui convient à son parcours professionnel", a ajouté M. Woerth.

Le ministre a à nouveau exclu de démissionner, assurant n'avoir "aucun problème de morale, de déontologie".

Selon le Monde daté de mercredi, les enquêteurs se sont rendus lundi au cabinet de "chasseurs de têtes" Proway pour vérifier les déclarations de M. de Maistre. Le gestionnaire de fortune dit avoir contacté le cabinet pour le poste à pourvoir chez Clymène, la société qui gère la fortune de Mme Bettencourt.

Quatre candidats, proposés par Proway, ont été reçus par M. de Maistre en mars 2007, selon un responsable du cabinet cité par le quotidien. Aucun des candidats ne sera choisi et c'est finalement Mme Woerth qui sera embauchée en novembre 2007.

La traduction juridique d'un conflit d'intérêts est le trafic d'influence, délit délicat à prouver.

Parallèlement, l'ex-comptable de Mme Bettencourt, Claire Thibout a été entendue la semaine passée par la juge de Nanterre Isabelle Prévost-Desprez, qui enquête sur l'abus de faiblesse reproché au photographe François-Marie Banier.

Son avocat, Antoine Gillot, a confirmé une information du Canard Enchaîné, selon laquelle elle a indiqué à la juge avoir reçu 400.000 euros de la fille de Mme Bettencourt, Françoise Meyers-Bettencourt, lors de son licenciement par la milliardaire en 2008. L'avocat de Mme Meyers-Bettencourt Me Olivier Metzner, a répondu qu'il s'agisssait de respecter les "dernières volontés d'André Bettencourt", mort en novembre 2007, au cas où Claire Thibout perdrait son travail.

L'ex-comptable, selon l'avocat Antoine Gillot, cité par Médiapart, a en outre été de nouveau entendue par la brigade financière mardi dans le cadre des enquêtes préliminaires liées à l'affaire Bettencourt.

Parallèlement, une nouvelle enquête préliminaire a été ouverte, cette fois par le parquet de Paris, à la suite d'une plainte d'un actionnaire de L'Oréal soupçonnant le photographe d'avoir bénéficié d'un contrat de complaisance auprès de la société.

Le 5 juillet, cet actionnaire a déposé une plainte contre X à Paris notamment pour abus de biens sociaux en visant ce contrat octroyé à M. Banier, un proche de la milliardaire.

Le photographe a bénéficié, à compter du 1er janvier 2002, d'un contrat de 405.000 euros par an pendant 10 ans pour des "conseils de mode et de sensibilité artistique", selon l'avocat de l'actionnaire, Me Frédérik-Karel Canoy.

La Dépêche - 20/07/10 

 

00:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'ex-comptable des Bettencourt est "à bout", assure son avocat, Me Gillot

Elle est devenue le témoin que tout l'appareil judiciaire et policier s'arrache. Trois jours après son audition dans le plus grand secret par la juge Isabelle Prévost-Desprez, qui mène ses propres investigations sur l'affaire Bettencourt, l'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal a de nouveau été entendue, mardi 20 juillet, par la brigade financière dans le cadre de l'une des trois enquêtes préliminaires du parquet de Nanterre sur le même dossier.

C'est la sixième fois en trois semaines que Claire Thibout, qui est notamment à l'origine de déclarations compromettantes sur un possible financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, est convoquée par les enquêteurs. Du jamais vu.

Dans un entretien à Mediapart, son avocat, Me Antoine Gillot, dénonce le «harcèlement du procureur de Nanterre», Philippe Courroye. Il s'explique également en détail sur un versement de 400.000 euros que sa cliente a perçu de Françoise Meyers-Bettencourt, la fille de Liliane Bettencourt, fin 2008.

Claire Thibout est de nouveau interrogée mardi après-midi 20 juillet par les policiers de la brigade financière. Pour quelles raisons selon vous ?

Mais je n'en sais rien ! Je vous rappelle que je n'ai pas accès au dossier. Ce que je constate, c'est que le harcèlement du procureur de Nanterre à l'encontre de ma cliente continue de plus belle. Elle n'en peut plus d'être considérée comme une suspecte, et non comme le simple témoin qu'elle est. La situation devient intenable.

 

Pourquoi ?

 

D'abord, cela lui pose de sérieux problèmes dans son travail, car elle est en permanence convoquée à la police. Son employeur commence à s'interroger sur les conséquences que ses absences peuvent avoir sur son travail.

 

 

Me Gillot
Me Gillot© (dr)

Que fait-elle aujourd'hui ?

 

 

Elle est directrice d'une association qui gère des crèches et des dispensaires pour enfants. Je tiens à ajouter que la situation n'est pas meilleure pour son époux car une partie de son matériel informatique a été saisi par la police, au motif qu'il a recopié les enregistrements effectués par le majordome. Or, le mari de Claire est informaticien et lui aussi est simple témoin. Enfin, moralement ma cliente est à bout. Je demande instamment que cette situation cesse enfin.

 

Elle a aussi été entendue par Isabelle Prévost-Desprez  la semaine dernière...

 

Effectivement. Ça vient s'ajouter aux nombreux interrogatoires qu'elle a subis, même si j'estime que celui-là est beaucoup plus légitime car mené par un juge dans un cadre indépendant, ce que je réclame depuis des semaines comme beaucoup d'autres qui s'émeuvent que le parquet cadenasse la procédure dans cette affaire.

 

Lors de cette interrogatoire, Claire Thibout aurait révélé avoir perçu une somme de 400.000 euros provenant de la fille de Liliane Bettencourt.

 

C'est parfaitement exact. D'abord, rien ni personne n'obligeait ma cliente à évoquer cette somme de 400.000 euros. C'est elle-même qui spontanément a décidé d'en parler à Mme Prévost-Desprez lors de son audition. D'autre part, je tiens à préciser que cette somme de 400.000 euros lui a été réglée en toute connaissance de cause par Mme François Meyers-Bettencourt, ce qui fait évidemment une énorme différence avec tous ceux, et ils sont nombreux, qui ont obtenu des sommes parfois faramineuses de Liliane Bettencourt en abusant de sa faiblesse. Par ailleurs, Françoise Meyers-Bettencourt n'a fait que respecter le vœu de son père qui avait beaucoup d'estime pour Claire Thibout.

 

Mais à quoi correspond ce versement ?

 

Il y a une explication toute simple à ce paiement: en avril-mai 2007, Claire Thibout est totalement sous pression, elle assiste impuissante à l'emprise totale que François-Marie Banier et consorts exercent sur Liliane Bettencourt. C'est notamment à cette époque que M. Banier exerçait une pression incroyable par l'intermédiaire de Mme Bettencourt sur Claire Thibout pour essayer de récupérer l'ensemble des bijoux non inventoriés que Mme Bettencourt détenait dans un coffre à la BNP Opéra dont Claire Thibout détenait une des deux clés, l'autre étant entre les mains de Mme Bettencourt. Claire était à ce point à bout à cette époque qu'elle a été arrêtée pour un état dépressif du 7 mai au 10 juin 2007.

 

Que s'est-il passé alors ?

 

C'est à cette même époque qu'elle a parlé de la situation à M. Bettencourt, déjà très malade (il mourra quelques mois plus tard, en novembre 2007, NDLR), mais il lui a dit qu'il ne pouvait malheureusement rien faire. Claire a donc décidé de rompre le silence qu'elle s'était imposé jusque-là et elle a tout raconté à Françoise Meyers: l'état de faiblesse de sa mère, l'attitude de Banier et Maistre (le gestionnaire de fortune, NDLR), les donations faramineuses à Banier, l'ambiance délétère dans la maison, etc. Elle sait très bien à ce moment-là qu'en parlant, elle prend le risque de perdre sa place, vu que Mme Meyers-Bettencourt est déjà persona non grata chez sa mère.

Que risque-t-elle ?

 

Elle a alors 50 ans et gagne 11.000 euros par mois. Outre son préjudice moral, elle sait qu'en cas de licenciement, elle ne retrouvera jamais l'équivalent en termes de rémunération, qu'elle pourra au mieux prétendre à 4.000 ou 4.500 euros mensuels (ce qu'elle gagne actuellement). Pour elle, un licenciement, cela signifiait un préjudice considérable d'au minimum 6.500 euros par mois, jusqu'à l'âge de la retraite, soit pendant 10 ans.

Que décide alors Mme Meyers-Bettencourt ?

 

Mme Meyers-Bettencourt, parfaitement consciente du risque que Claire prend à l'époque en lui fournissant des informations, lui signe en juillet 2007 une lettre au terme de laquelle elle s'engage, si Claire Thibout venait à être licenciée pour cette raison, à lui régler le complément entre l'indemnité qui lui serait réglée et une somme forfaitaire nette de 800.000 euros.

De fait, Claire Thibout sera finalement bien licenciée, en novembre 2008, soit seize mois après la signature de cette lettre, en raison notamment du témoignage qu'elle a apporté dans le cadre de la procédure judiciaire engagée par Mme Meyers-Bettencourt contre M. Banier.

 

Licenciée, Claire Thibout a été indemnisée...

 

Oui, dans le cadre de ce licenciement, elle a reçu une indemnité de licenciement, mais de 400.000 euros. Donc, tout naturellement, conformément à ses engagements Mme Meyers-Bettencourt lui a versé une somme complémentaire de 400.000 euros, à titre de dommages et intérêts fin 2008. Cette somme n'est rien d'autre que la juste réparation du préjudice considérable subi par ma cliente. Il va de soi que ce règlement n'altère en rien le témoignage, qui repose sur des faits avérés, fourni par ma cliente dans le cadre de la procédure pour abus de faiblesse.

Ce versement n'altère bien entendu pas davantage ses déclarations s'agissant des espèces que lui a demandées M. Maistre, selon les dires de ce dernier, pour le compte de M. Woerth pour financer la campagne de M. Sarkozy en 2007, ni ses déclarations s'agissant des mouvements d'espèces fréquents au sein de la maison Bettencourt à destination des politiques que recevait M. Bettencourt.

 

Certains vont dire que votre cliente a été achetée...

 

En aucune manière elle n'a été achetée ! La chronologie l'atteste: le licenciement de Claire Thibout n'était absolument pas certain en juillet 2007. Et puis, comment au mois de juillet 2007 Françoise Meyers-Bettencourt pouvait-elle imaginer que des enregistrements seraient réalisés deux ans plus tard par le maître d'hôtel? Comment encore pouvait-on prévoir la plainte pour vol déposée de manière absurde contre Claire Thibout par l'avocat de Liliane Bettencourt, en juin 2010, initiative qui a valu à Claire d'être convoquée par la police, la conduisant notamment à évoquer les remises d'espèces qui avaient cours chez les Bettencourt  ?

MEDIAPART - 20/07/10

00:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

19/07/2010

VIDEO Les champs de lavande du plateau de Valensole

http://videos.tf1.fr/jt-13h/paysages-magiques-dans-les-ch...

15/07/10

Ndb: "Les célèbres lavandières"... Une lavandière est une femme qui lave la linge à la main et non qui récolte la lavande!

23:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO L'abbaye corrézienne d'Aubazine

http://videos.tf1.fr/jt-13h/l-abbaye-d-aubazine-va-perdre...

15/07/10

23:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Séance de vélo au Cap Black

http://videos.tf1.fr/jt-13h/seance-de-velo-au-cap-negre-p...

19/07/10

23:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Jean-Marie Le Pen pour une dissolution de l'Assemblée nationale

Jean-Marie Le Pen a demandé lundi sur RTL la dissolution de l'Assemblée nationale et l'instauration de la "proportionnelle intégrale" face à la "rupture de plus en plus large entre le pouvoir et le peuple".

"Si le président Sarkozy veut changer les choses, il dissout l'Assemblée nationale après avoir modifié la loi électorale et permis une représentation de tous les courants politiques", a déclaré le président du Front national.

Pour lui, "ce qui est grave c'est la rupture de plus en plus large entre le pouvoir et le peuple". Il a pointé "l'abstention considérable" dans les élections, l'attribuant "à la volonté d'imposer des systèmes électoraux réducteurs". "La seule mesure efficace et démocratique c'est la proportionnelle intégrale", réclame-t-il, déplorant que "les Français ne participent plus à la vie publique".

Interrogé sur l'affaire Woerth/Bettencourt il a estimé que "ce qui est choquant c'est que ce qui apparaît, c'est très peu de choses par rapport à la vérité". "Les mines effarouchées que font un certain nombre de ministres impliqués dans les scandales récents laissent penser que la vertu règne dans ces milieux, ce qui n'est pas le cas", a-t-il affirmé.

Il a enfin jugé que les micro-partis destinés au financement des partis étaient "des pompes à fric". Interrogé sur la Cotelec, association de financement du Front national qui a recueilli 415 000 euros en 2007, M. Le Pen a déclaré: "ce sont des emprunts, ce ne sont pas des dons". Ils sont "destinés à financer nos campagnes électorales puisque nous n'avons pas les mêmes relations avec les banques et les milieux d'affaires que les autres partis".

"Nous sommes bien obligés de survivre avec des moyens 100 fois inférieurs à ceux de nos concurrents", a-t-il conclu.

Le Point - 19/07/10

23:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Les narcotrafiquants font la loi au Mexique sous l'oeil des USA

Ciudad Juarez.jpg
Ciudad Juarez : un policier court dans les rues dévastées... - (Cliquez sur la photo)
 

Le Mexique a connu un nouveau week-end sanglant, avec près de 60 morts, dont six policiers et 17 jeunes gens abattus dans une fête selon les méthodes des tueurs des cartels de la drogue.

La guerre des narcotrafiquants a fait près de 60 nouvelles victimes ce week-end au Mexique. A ce rythme, l'année 2010 va être celle d'un nouveau record, avec déjà plus de 7.000 décès liés à la «guerre des cartels» entre gangs rivaux ou contre l'armée et la police. Les 9.000 morts de l'ensemble de 2009 représentaient déjà un niveau jamais atteint.

Le bilan approche les 25.000 morts depuis décembre 2006, quand le président conservateur Felipe Calderon, à son arrivée au pouvoir, a érigé la lutte contre les trafiquants en priorité nationale. Depuis, il a déployé 50.000 militaires en renfort de la police, mais le nombre des morts augmente d'année en année.

Dans la nuit de samedi à dimanche, un groupe «fortement armé» a arrosé de rafales de fusils d'assaut l'assistance d'une fête de quartier à Torreon, dans le nord du pays, près de la frontière du Texas. Dix-sept jeunes gens «de 20 à 30 ans» ont été tués, et une dizaine blessés. L'attaque a été menée dans le plus pur style des tueurs des cartels de la drogue. «Ils ont crié 'tuez-les tous' et ont commencé à tirer», a déclaré un policier, citant des témoins. Les tueurs sont repartis en laissant sur place plus de 200 douilles de munitions de fusils d'assaut, a-t-il ajouté.

 

En jeu, le contrôle du marché américain

 

Un massacre similaire avait fait quinze morts en février dernier dans une fête lycéenne à Ciudad Juarez, à la frontière de l'Etat voisin de Chihuahua et du Texas. Les tueurs du gang des «Aztèques», à la solde du cartel de Juarez, un des plus connus du pays, auraient criblé de balles le groupe de lycéens en croyant avoir affaire à des rivaux d'un autre cartel, selon les aveux d'un suspect. Avec le massacre de Torreon, le bilan des règlements de comptes entre cartels pour le contrôle du trafic des stupéfiants et de leurs affrontements avec la police et l'armée approche les 60 morts au cours du week-end, du nord au sud du pays.

La plupart des victimes ont été abattues dans le nord, à la frontière des Etats-Unis, là où la «guerre des cartels» ne cesse de monter en puissance pour le contrôle de l'approvisionnement du marché américain de la drogue, premier client mondial de la cocaïne en provenance d'Amérique latine.

Deux policiers ont été tués dans une embuscade sur une route conduisant à cette frontière, dans l'Etat de Nuevo Leon, mais quatre de leurs collègues ont également été tués à Acapulco, sur la côte Pacifique du sud du pays. La célèbre station balnéaire est aussi le théâtre d'une lutte sanglante entre cartels.

Deux autres policiers avaient déjà trouvé la mort jeudi dans ce qui est considéré comme une «première» dans les méthodes des cartels au Mexique, une attaque à la voiture piégée, à Ciudad Juarez, la ville du pays connaissant le plus grand nombre de meurtres, face à El Paso au Texas.

Le Figaro - 19/07/10

21:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Grenoble: alarmant de bêtise...

Une gendarmerie iséroise a été la cible de cocktails Molotov dans la nuit d'hier à lundi. Pour les gendarmes, cette attaque est "indirectement" liée aux violences urbaines survenues depuis vendredi.

Peu après minuit, la brigade de gendarmerie de Saint-Egrève, dans la banlieue nord de Grenoble, a fait l'objet d'une "tentative de destruction par moyens incendiaires" qui a provoqué un "petit départ de feu" rapidement maîtrisé, a précisé la gendarmerie de l'Isère.

Le début d'incendie, pour lequel les pompiers ne sont pas intervenus, n'a pas fait de dégât matériel. Aucun blessé n'est à déplorer.

"On pense qu'il existe un rapport indirect avec les événements survenus dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble", les auteurs de l'attaque de la gendarmerie de Saint-Egrève ayant agi par "mimétisme", a-t-on ajouté de même source.

Le Figaro - 19/07/10

20:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Israël: le chef de la diplomatie veut en finir avec Gaza

Avigdor Lieberrman.jpg

Avigdor Lieberman souhaite couper les derniers liens entre l'État hébreu et le territoire palestinien. 

Avigdor Lieberman voudrait voir Gaza disparaître une bonne fois pour toutes des préoccupations israéliennes. Selon le quotidien Yedioth Ahronoth, qui cite un document classifié, le ministre des Affaires étrangères israélien aurait de nouveau préparé un de ces plans radicaux dont il a le secret, visant cette fois à l'abandon total par Israël de ses derniers liens avec le territoire palestinien.

Le retrait israélien de l'été 2005 mené par Ariel Sharon avait mis fin à la présence de l'armée et des colons israéliens à l'intérieur de Gaza. Entourée par une double clôture étroitement surveillée, et soumise à un blocus étroit, la bande de Gaza continue cependant à dépendre d'Israël pour une partie de ses importations, même si le siège les a considérablement réduites.

Israël fournit notamment une partie de l'électricité de Gaza, dont la facture est réglée par l'Autorité palestinienne. Quoique étroitement contrôlés, quelques points de passage existent encore entre Gaza et le monde extérieur : Erez pour les personnes et Kerem Shalom pour les marchandises autorisées par l'embargo israélien.

En scellant hermétiquement sa frontière terrestre avec Gaza, le plan de Lieberman reviendrait pour Israël à se désintéresser totalement du sort de ce territoire où vivent plus d'un million et demi de Palestiniens.

Gaza deviendrait ainsi une sorte de presqu'île palestinienne indépendante aux mains du Hamas, uniquement accessible par la mer ou par l'Égypte, et prise en charge économiquement par l'aide internationale.

 

 

Lieberman a l'intention d'exposer son plan la semaine prochaine à Catherine Ashton, haute représentante de l'Union européenne, attendue dimanche en Israël avec six ministres européens des Affaires étrangères. Les Européens pourraient, selon lui, financer la construction d'une centrale électrique, d'une usine de dessalement d'eau de mer, et d'une station d'épuration, débarrassant ainsi Israël de ses dernières obligations vis-à-vis du territoire. Il souhaiterait aussi le déploiement aux points de passage avec Gaza d'une force militaire internationale (son plan citerait même la Légion étrangère française), chargée d'empêcher la contrebande d'armes.

Lieberman est coutumier de ces propositions radicales. Il avait déjà prôné l'échange des territoires à majorité arabe du nord d'Israël avec une partie de la Cisjordanie, pour se débarrasser de citoyens manquant de loyauté. Cette nouvelle proposition, émanant d'un chef de la diplomatie auquel pratiquement personne à l'étranger ne souhaite parler, a peu de chances d'être accepté par qui que ce soit.

Mais ce plan n'en reste pas moins la manifestation d'une tendance de fond en Israël, où l'on est de plus en plus enclin à ignorer la question palestinienne en la circonscrivant derrière des murs et des barrières, plutôt que de chercher à la résoudre.

Le Figaro - 16/07/10

20:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Grenoble - Saint-Aignan: le gouvernement est dépassé par les événements, la situation devient alarmante

Communiqué de Marine Le Pen, vice-présidente du Front National

Alors que le gouvernement s’empêtre pitoyablement dans l’affaire Woerth, la France est livrée aux racailles, aux casseurs, aux bandes armées. Dans Paris, on est tué pour une cigarette. Même au Parc Astérix, les Gaulois ne font plus la loi. Nos rues sont le théâtre de véritables scènes de guerre. Dans les banlieues, avec les tirs sur la police, on a franchi, par rapport à 2005, une nouvelle étape vers ce qu’il faut bien appeler une situation de « chaos. »

Le gouvernement est responsable de la délégitimation de la puissance publique

 

Les Français regardent effarés le spectacle consternant de leur pays qui sombre dans une violence inouïe. Ils se voient pris entre un gouvernement qui sacrifie l’intérêt public à ses irrépressibles relations avec les puissances d’argent et des voyous qui profitent de l’impunité judiciaire et de la mauvaise conscience de nos élites pour se comporter en pays conquis.
Par son attitude irresponsable et immorale, le gouvernement contribue à délégitimer l’autorité de l’Etat alors que la situation appelle sa restauration ferme et rapide.

Inquiète pour nos libertés et notre sécurité dont l’Etat est le seul garant, Marine Le Pen, vice-présidente du Front National, appelle tous les Français à ouvrir les yeux et à rejoindre le Front National, la seule force politique qui saura mettre au pas les voyous en col blanc ou en capuche.

NPI - 19/07/10

19:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

ICI C'EST LA FRANCE

ICI_LA_FRANCE-227x300 FNJ.jpg

19:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Quand Woerth acceptait aussi les petits dons sur Internet

http://www.dailymotion.com/video/x5tzq_le-choix-du-don-su...

Je ne peux pas résister au plaisir d’exhumer une vieille vidéo d’Éric Woerth, publiée le 19 juin 2006. Il y est question d’argent, de dons, d’internet, de donateurs, de chèques et même d’enveloppes…

Vous le savez, les caciques de l’UMP et les ténors du gouvernement n’ont pas de mots assez durs contre Internet depuis qu’Éric Woerth est pris dans la tourmente des révélations de Mediapart (entre autres).

Mais ça n’a pas toujours été le cas.

Ainsi, lorsqu’il s’agissait d’encaisser des dons, pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, ils appréciaient beaucoup cet « outil simple », ce « média »...

Surtout le trésorier de l’époque de l’UMP.

Un certain Éric Woerth.

NPI - 19/07/10

19:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La débâcle du gouvernement, le désordre au pouvoir

A deux reprises en moins de trois jours, François Fillon vient de montrer le peu de cas qu'il fait désormais de la parole présidentielle. Ou le soin qu'il prend à s'en distancier. En parlant de «rigueur», et ce depuis le Japon devant un parterre d'acteurs économiques, le premier ministre savait qu'il venait contredire frontalement un Nicolas Sarkozy qui expliquait il y a une semaine: «La rigueur, c'est baisser les salaires, c'est augmenter les impôts: je ne le ferai pas.»

François Fillon, lui, le fait et l'a redit ce lundi, lors d'un déplacement en Nouvelle-Calédonie: «Oui, nous menons une politique de rigueur s'agissant de la dépense, je n'ai pas peur d'utiliser ce mot.» Les exégètes retiendront le mot «dépense» pour expliquer qu'il ne s'agit «que» de la politique budgétaire et non de l'ensemble de la politique économique et sociale. Exercice risible, tant il est dit, répété et assumé, à Matignon comme à Bercy, par Christine Lagarde, que le budget 2011 sera l'occasion d'un plan d'austérité d'une ampleur inédite (lire ici l'article de Laurent Mauduit).

 

   En parlant de rigueur, François Fillon a adressé un autre signal : sept jours après l'intervention présidentielle, sur France 2, destinée à ressouder le camp présidentiel en lui dressant «des perspectives», il ne reste déjà plus rien du propos présidentiel. Nicolas Sarkozy n'avait en rien convaincu sur l'affaire Bettencourt/Woerth (62% des personnes interrogées à la suite de cette intervention se déclaraient non convaincues - détail en cliquant ici). Depuis, sa cote de popularité demeure dans les sous-sols de la République, parole dévaluée, ou simplement inaudible.

 

La fébrilité présidentielle face à un scandale Bettencourt qui le menace directement (puisqu'il s'agit du financement de son parti et de ses campagnes) n'explique pas seule cette incapacité à reprendre la main. C'est bien à une désorganisation générale de l'exécutif à laquelle nous assistons. Le pouvoir ne gère plus: il produit des désordres en chaîne. A sa manière, le ministre de l'intérieur Brice Hortefeux l'a démontré ce week-end à Grenoble, où son déplacement n'a fait qu'envenimer les affrontements entre des bandes de voyous et la police. Et Eric Woerth, hué par la foule, a failli gâcher dimanche l'arrivée de l'étape du Tour de France.

Avant même le «grand remaniement» annoncé pour octobre, ce gouvernement est d'ores et déjà détruit. Les ministres ont disparu ou sont démissionnaires. Vous souvenez-vous de Jean-Louis Borloo ? De Luc Chatel ? D'Eric Besson ? De Bernard Kouchner ? Mais que font donc Roselyne Bachelot, Hervé Novelli, Pierre Lellouche, Bruno Lemaire ? A quoi peuvent donc bien s'occuper Valérie Létard, Nora Berra, Marc-Philippe Daubresse, Jean-Marie Bockel, Anne-Marie Idrac, dont on avait même oublié la qualité de ministres ou secrétaires d'Etat ? (pour redécouvrir la composition du gouvernement, cliquez ici).

Dans ce ballet de fantômes, il est une disparition particulière et remarquable : celle de Michèle Alliot-Marie. Ministre de la justice, elle devrait être en première ligne face à l'incendie Woerth-Bettencourt. Pour expliciter l'attitude de la chancellerie, pour garantir surtout la marche d'une justice impartiale et l'équilibre des enquêtes engagées.

Plus de 20.000 signataires «pour une justice indépendante»

 

Michèle Alliot-Marie.
Michèle Alliot-Marie

Or Michèle Alliot-Marie n'a parlé qu'une fois, début juillet, en répondant à une question d'actualité à l'Assemblée nationale. Commettant trois erreurs factuelles (lire ici notre article), ne répondant pas à la question posée, elle a depuis disparu. Pourtant le scandale Bettencourt est sur le point d'en déclencher un autre, un scandale judiciaire cette fois.

 

 

Une partie de l'opinion l'a compris – malgré l'extrême complexité des procédures en cours –, comme en témoigne l'«Appel pour une justice indépendante et impartiale», accueilli depuis quelques jours par Mediapart. Plus de 20.000 personnes l'ont déjà signé et se retrouvent dans cette simple affirmation de bon sens: «Les affaires Bettencourt donnent en spectacle une justice aux antipodes des principes directeurs du procès pénal et des exigences du droit européen récemment rappelées par la Cour européenne des droits de l'homme.»

 

Michèle Alliot-Marie est l'autorité de tutelle du procureur Philippe Courroye. Elle est, à ce titre, directement engagée et responsable du processus judiciaire en cours. Le procureur, nous l'avons déjà écrit, est directement partie prenante dans cette affaire.

 

Il s'est engagé en décidant, après dix-huit mois d'enquête préliminaire, de ne pas donner suite à la plainte «pour abus de faiblesse» déposée par la fille de Mme Bettencourt. Il s'est engagé, comme en témoignent les enregistrements pirates, en informant régulièrement l'Elysée et le conseiller du président de la République de l'avancement de cette enquête comme de ses intentions. Il est engagé, de fait, lorsqu'une des parties, en l'occurrence Patrice de Maistre, gestionnaire de Liliane Bettencourt, reçoit de l'Elysée des assurances que le procureur «est un ami» et choisit un temps – toujours sur recommandation de l'Elysée ! – l'avocat Paul Lombard du fait, là encore, de ses bonnes relations avec le procureur.

 

Or c'est cet homme qui a aujourd'hui la responsabilité de l'ensemble des trois enquêtes préliminaires ouvertes sur les affaires Bettencourt. Et c'est cet homme qui ne masque pas sa proximité avec le président de la République, qui ne dispose pas de par la loi des moyens d'investigation d'un juge d'instruction (ce qui laisse tout le temps aux différentes parties de «reconstruire» leurs dossiers), et dont le conflit ouvert avec la présidente du tribunal de Nanterre est sur le point de paralyser le fonctionnement de ce même tribunal !

 

Garante d'une justice efficace et impartiale, Michèle Alliot-Marie ne trouve donc rien à redire... C'est un symptôme supplémentaire d'un pouvoir aux abois et du désordre institutionnel. Deux hommes gèrent désormais seuls cette affaire d'Etat: Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, l'omniprésent secrétaire général de l'Elysée. Leur dernière arme est un contrôle complet et discrétionnaire, construit depuis des années, sur quelques services de l'Etat: au sein de la police, au sein de l'appareil judiciaire, au sein des services de renseignements.

 

Le pari est simple : profiter de l'été et de l'inattention d'une partie de l'opinion pour empêcher de prospérer les dossiers révélés. En temps utile, le sacrifice bruyant d'Eric Woerth sur la place publique (le ministre est d'ores et déjà hors jeu) permettra de masquer les manœuvres dans les arrière-cuisines de l'Etat. C'est un pari que le président de la République peut encore emporter. Il aura un prix: une justice abîmée et l'abaissement de nos institutions.

MEDIAPART - 19/07/10

18:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Saint-Aignan: "familles gitanes et gendarmes campent sur leurs positions"

Gendarmes déployés en force et familles gitanes en deuil ont campé sur leurs positions lundi, dans la vallée du Cher, après la mort d'un jeune de 22 ans, tué par un gendarme dans la nuit de vendredi à samedi dans des circonstances controversées.

Après le décès qui a provoqué de violents incidents dimanche matin à Saint-Aignan, les bourgades alentour ont vu dans la nuit de dimanche à lundi six voitures brûlées, une vitrine défoncée, deux salles de mairies détruites par des incendies selon la gendarmerie.

"Nous ferons le nécessaire jusqu'à ce que l'ordre complet soit revenu", a assuré le général Jacques Mignaux, le directeur général de la gendarmerie, venu sur place tout comme le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux.

"Cela durera le temps qu'il faudra, nous interpellerons les auteurs des exactions et nous les transférerons à la justice", a dit le général.

Quelque 300 gendarmes, dont des hommes du GIGN, ont été déployés pour prévenir tout incident, avec l'appui de deux hélicoptères.

La communauté gitane conteste farouchement la version officielle de la mort de Luigi Duquenet, 22 ans, père d'une fillette de deux ans. Certains assurent aussi que les incidents nocturnes n'ont "rien à voir" avec les familles sédentarisées dans la région au retour des camps de concentration, après la Seconde Guerre mondiale.

Côté justice, on assure que l'enquête est menée "de façon impartiale et rigoureuse", comme l'a répété lundi la substitut du procureur de Blois, Bénédicte Laude qui attend les résultats des expertises balistiques.

Selon les premiers éléments de l'enquête, les gendarmes ont tenté de stopper Luigi Duquenet, alors qu'il partait en voiture après une agression signalée à Onzain. La voiture ne s'est pas arrêtée, emportant sur son capot un gendarme sur 500 mètres. En cours de route, un autre conducteur embarque. Plus tard, le véhicule pris en chasse arrive sur deux gendarmes postés à Thésée-la-Romaine. Ces derniers se positionnent pour le stopper et quand la voiture réaccélère, un gendarme tire à deux reprises, touchant mortellement le passager.

"Pas du tout", répliquent Daniel et Ringo, deux des cousins de Luigi. Selon eux, à Onzain, le premier gendarme est monté sur le capot de lui-même pour stopper le véhicule. Puis celui qui a ouvert le feu à Thésée la Romaine l'a fait "sans sommation".

"Ils savaient très bien qui c'était, ils auraient pu l'arrêter le lendemain au lieu de lui tirer dessus", a renchéri un jeune gitan.

En même temps, nul ne conteste que Luigi, connu pour des cambriolages et des vols avait un passé chargé. Son père aurait lui-même été tué en 1985 par les gendarmes.

Selon les siens, le conducteur du véhicule, toujours recherché est "prêt à se rendre" pour témoigner mais "veut attendre les funérailles" mardi matin à l'église de Saint-Gervais-la-Forêt.

Pour preuve de bonne foi, deux cousins assurent s'être spontanément présentés samedi à 02H00 à la gendarmerie de Saint-Aignan pour "donner des explications". C'est en entendant la version officielle que la colère des gitans est montée et que les premières violences ont suivi.

Dimanche matin, une cinquantaine d'hommes armés de haches et de barres de fer, certains cagoulés, s'en sont pris à la gendarmerie de Saint-Aignan, incendié des voitures et tronçonné des arbres.

"C'est ahurissant, quand on voit le village, on n'imagine pas cela puisse arriver ici", a déclaré le maire Jean Michel Billon même s'il y a eu par le passé "des actes d'incivilité répétitifs qui exaspèrent les gens", le plus souvent "des accrochages" jamais graves.

Le Point - 19/07/10

18:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Woerth: la pression ne se relâche pas

http://www.2424actu.fr/actualite-societe/affaire-bettenco...

19/07/10

17:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

ROBERT BRASILLACH

J-ai-vu-les-fosses-de-Katyn---JSP.jpg
(Cliquez sur l'image)
brasillach-12c0a52.jpg
Robert Brasillach, né le 31 mars 1909 à Perpignan, fusillé au Fort de Montrouge le 6 février 1945
 
 
 
PSAUME I

L’ouvrage de méchants demeure périssable,
Les idoles d'argent qu'ils se sont élevées
S'écrouleront un jour sur leur base de sable
Et la nuit tombera sur leurs formes rêvées.

O Seigneur, nous qu'ils ont enfermés sous ces portes,
Nous qu'ils ont verrouillés derrière ces verrous,
Nous pour qui les soldats de ces murailles fortes
Font dans les corridors sonner leurs pas à clous,

O Seigneur, vous savez que couchés sur la paille
Ou sur le dur ciment des prisons sans hublot,
Nous avons su garder en nous, vaille que vaille,
L'espoir sans défaillance envers des jours plus beaux.

Nous avons rassemblé les anciennes tendresses,
Nous avons dessiné sur le plâtre des murs
Les magiques portraits de nos saintes jeunesses
Et nos coeurs sans remords savent qu'ils restent purs.

La sottise au dehors dans le sang rouge baigne,
Et l'ennemi déjà s'imagine immortel,
Mais lui seul croit encore au long temps de son règne
Et nos barreaux, Seigneur, ne cachent pas le ciel.

28 octobre 1944.
 
POEMES DE FRESNES

02:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)