Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2010

Affrontements violents à Charleville-Mézières - Pas de mort - Mais qui croire?

Charleville-Mézières.jpg
Affrontements samedi à Charlevile-Mézières

CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). Dans l'intention délibérée de mettre de l'huile sur le feu, certains ont propagé, sur Facebook, la rumeur totalement infondée, de la mort d'un skinhead, appelant à sa vengeance.

LES événements survenus, samedi après-midi, en plein cœur de Charleville-Mézières ont continué à alimenter les conversations et à échauffer certains esprits, hier encore, une infâme connerie (c'est le seul mot qui convienne) ayant circulé, dès l'aube, véhiculée par les gamins des collèges et lycées, grands amateurs de blogs.
Une rumeur à laquelle il convient de tordre le cou, avec la dernière énergie, qui avait circulé, sur Facebook, sur les mêmes sites, d'ailleurs, qui avaient appelé au rassemblement de la place Ducale.
Il y était annoncé, en ces termes, le décès d'un certain : « Ludovic Borgnet, mort sous les cous de 15 magrebins. Il navait que 18 ans. Repose en paix on pence à toi. On veux faire une marche silencieuse pour lui rendre hommage ».
Fautes d'orthographe comprises, qu'on vous offre telles quelles, cette information, courageusement anonyme évidemment, est absolument, rigoureusement, fausse. Et elle n'a, à l'évidence, d'autre but que de tenter d'attiser la haine, en laissant imaginer un drame qui n'a pas eu lieu.
Or, non seulement il n'y a pas eu de mort, mais les blessés (huit en tout) qui avaient été évacués par les sapeurs-pompiers, samedi après-midi, victimes de blessures plus ou moins superficielles au cuir chevelu ou à la face, sont tous sortis de l'hôpital, dont le dernier hier.
Pas de meurtre, donc, ni à Charleville, ni ailleurs dans les Ardennes. Et si criminels il y a, ce sont ceux qui diffusent de telles ignominies. Malheureusement, la bêtise étant la chose au monde la mieux partagée, l'effet immédiat a été de susciter des dizaines de commentaires, ridicules pour certains, mais surtout dangereusement racistes dans la plupart des cas.
Il faut la vidéo-surveillance
Cette mise au point était donc nécessaire, car la tonalité générale est si agressive, qu'on peut craindre le pire, pour peu que les « gnouls », ainsi qu'ils sont désignés dans ces brûlots, aient les idées aussi courtes que les crânes rasés qui les ont rédigés.
L'appel au calme du préfet semble donc plus que jamais d'actualité. Dans un communiqué, Jean-François Savy s'émeut d'incidents « qui auraient pu avoir des conséquences plus graves, compte tenu de la présence, à cette heure là, de nombreux passants dans les rues piétonnes, notamment femmes et enfants, qui auraient pu devenir les victimes involontaires de ces violences ». Il tient à « affirmer sa ferme opposition à toutes les formes de violence, en rappelant son souci constant de maintien de l'ordre public ».
Et il met en garde tout le monde en indiquant que « les forces de police et de gendarmerie seront particulièrement vigilantes dans les jours à venir, afin d'éviter que se reproduisent de tels agissements, qui ne peuvent en aucune façon constituer un mode d'expression ».
La rapidité avec laquelle les événements se sont précipités, samedi, devra en tout état de cause conduire à une réflexion sur la vidéo-surveillance, dans tout le secteur de la place Ducale et des rues qui convergent vers elle. Il n'est pas douteux, en effet, que des caméras, judicieusement positionnées, auraient facilité le repérage, par les forces de l'ordre, d'une concentration anormale d'individus animés de mauvaises intentions, bien avant que les choses dégénèrent et ils auraient pu prendre ainsi toutes les mesures nécessaires pour l'empêcher.
Sans doute n'est-ce pas là la panacée, mais les riverains et les commerçants du centre-ville sont nombreux à souhaiter leur installation, persuadés que cela aurait un effet dissuasif sur les malfaisants, sans gêner pour autant les Carolos honnêtes…


G-G.M et Pascal REMY  - L'Ardennais - 27/04/10

..................................................................................................................................

Posté par pmadiot · boursomarquer

http://www.boursorama.com/forum-politique-guere-civile-a-...

Ludovic Borgnet est mort 2 fois

Auj. à 13:28

Nous appenons la mort de Ludovic Borgnet, 18 ans, mort des suites de son agression à l'arme blanche lors des échauffourées anti-françaises et anti-blancs de Charleville Mézières et sa deuxième mort dans les merdias qui n'en disent pas un mot!!
Un jeune fille est toujours dans le coma aussi suite à ces agressions de barbares!
La guerre civile est bien démarrée aux armes citoyens!

BOURSORAMA - 27/04/10

15:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Balladur dément tout financement occulte de sa campagne présidentielle

Edouard Balladur.jpg
Edouard Balladur, né à Smyrne en 1929

L'ex-Premier ministre, Edouard Balladur, est monté au créneau lundi pour contester tout financement illégal de sa campagne présidentielle de 1995, après les révélations de Libération sur l'éventuel usage de commissions occultes liées à un contrat d'armement avec le Pakistan.

"Pour assurer le financement des dépenses électorales de ma campagne, j'ai eu recours à l'ensemble des moyens légaux dont je disposais", a affirmé M. Balladur dans une tribune au Figaro.fr.

Il a notamment contesté toute décision personnelle quand à "l'octroi de commissions" sur la vente de sous-marins au Pakistan en 1994.

L'ancien Premier ministre a demandé à être entendu par la mission d'information parlementaire sur l'attentat de Karachi en 2002, a indiqué son entourage à l'AFP.

Un juge antiterroriste parisien enquête sur cet attentat qui a causé la mort de 11 français travaillant à la construction des sous-marins. Certaines sources estiment qu'il pourrait être lié au non-versement de commissions sur la vente des sous-marins.

L'avocat des familles des victimes, Me Oliver Morice, a annoncé lundi son intention de demander l'audition de M. Balladur par le juge, l'accusant de mentir.

Libération a affirmé lundi détenir la preuve que deux intermédiaires imposés par M. Balladur avaient perçu en janvier et juin 1995 des commissions occultes de 184 millions de francs après la vente des sous-marins français au Pakistan.

Le quotidien dit avoir également constaté, documents bancaires à l'appui, qu'une somme de 10 millions de francs (1,5 millions d'euros) avait été versée dans le même temps, le 26 avril, sur le compte bancaire à Paris de l'Association pour le financement la campagne d'Edouard Balladur (Aficeb).

La moitié de cette somme, représentant 20% du budget de campagne déclaré par l'ex-Premier ministre, aurait été apportée en coupure de 500 francs alors que le bordereau bancaire mentionnait une collecte lors de meetings électoraux, précise le quotidien, alimentant le soupçon d'un financement illégal.

"Depuis maintenant deux ans, ce drame a fourni à certains un prétexte pour me mettre en cause", écrit Edouard Balladur dans sa tribune. "Dans cette présentation des choses, rien ne correspond à la vérité, rien n'est étayé par les faits", dénonce-t-il.

"La décision d'autoriser l'octroi de commissions n'était pas de la responsabilité du Premier ministre ou de ses services. J'ignore si, en l'espèce, il a été décidé d'y avoir recours", affirme M. Balladur.

Il explique avoir eu recours pour financer sa campagne à "l'emprunt pour une grande partie", à la "contribution de certains partis politiques" et au "concours financier de tous ceux, militants et électeurs, qui ont soutenu sa campagne électorale par souscription et dons directs".

"Les comptes de ma campagne ont été audités puis remis au Conseil constitutionnel et validés par lui dans une décision publiée au Journal Officiel du 12 octobre 1995", a-t-il souligné.

Le trésorier de sa campagne, René Galy-Dejean, a affirmé pour sa part à Médiapart que le versement en une fois de 10 millions de francs en espèces en faveur du candidat ne lui disait "rien" tout.

"Ce qui me trouble le plus, c'est qu'il s'agisse de grosses coupures, alors que je n'en voyais quasiment jamais passer", a-t-il expliqué tout en précisant que les collectes lors des meetings représentaient une "source de financement non négligeable".

"Mais c'est l'argent des militants et des sympathisants, donc presque toujours des petites coupures, comme des billets de 10, 20 voire 50 francs, et jamais des billets neufs. Non, vraiment, je ne comprends pas", a-t-il assuré.

AFP. 26/04/2010

01:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

26/04/2010

Nouvelle loi sur l'immigration en Arizona

163687-immigrants-illegaux-mains-liees-escortes.jpg
Immigrants clandestins arrêtés à Phoenix (Cliquez sur la photo)

Le Mexique «utilisera tous les moyens à sa portée» pour défendre ses émigrants contre la loi sur l'immigration promulguée en Arizona, qui ouvre la porte à «une inacceptable discrimination raciale», a déclaré lundi le président mexicain Felipe Calderon.

La gouverneur républicaine de l'Arizona, Jan Brewer, a signé vendredi une loi très répressive qui autorise la police à arrêter des étrangers en cas de «doute raisonnable» sur la légalité de leur entrée aux États-Unis, même en l'absence d'un autre délit présumé. Pour beaucoup d'opposants, cette loi instaure de fait le "délit de faciès" ou le "profilage racial".

Le gouvernement mexicain «utilisera tous les moyens à sa portée pour défendre les droits de tous les Mexicains à qui cette législation porte préjudice», a déclaré M. Calderon en ouvrant à Mexico le XVe Conseil consultatif de l'Institut des Mexicains à l'Etranger.

La nouvelle législation en Arizona, État frontalier du Mexique, «porte atteinte aux droits de l'Homme» et «ouvre la porte à une inacceptable discrimination raciale, à la haine et à l'abus de l'application de la loi», a-t-il souligné.

M. Calderon a donné pour instructions à son ministère des Relations extérieures et à ses consulats aux États-Unis, et d'abord en Arizona, de «travailler avec des avocats et experts juridiques pour défendre les droits des Mexicains».

Il faut créer «un réseau puissant qui les défende, la loi en main, avec la Constitution américaine elle-même», a-t-il ajouté.

Des milliers de personnes ont défilé pacifiquement contre la nouvelle loi dimanche à Phoenix, capitale de l'Arizona. On évalue à 460 000 le nombre des immigrés sans papiers vivant dans cet État, des Latino-Américains en majorité.

Le Mexique compte environ 12 millions de ses compatriotes dans l'ensemble des États-Unis, dont la moitié en situation illégale.

Jan-Brewer-1.jpg
Jan Brewer, gouverneur de l'Arizona

Le projet de loi est revenu à l’avant-plan, en mars 2010, après le meurtre du propriétaire de ranch Robert Krentz, trouvé sur ses terres, près de la frontière mexicaine. La loi a été adoptée par les 35 républicains de la Chambre des représentants, tandis que les 21 démocrates ont voté contre. Des manifestants pour et contre la réforme ont bruyamment manifesté à l’extérieur du Capitole, à Phoenix. Des projets de loi semblables sont proposés depuis des années en Arizona, mais l’idée n’était jamais bien loin. Or, avec les primaires républicaines prévues pour le mois d’août, les candidats sont plus engagés cette année. La loi doit être approuvée par la gouverneure républicaine de l’État, Jan Brewer, qui a le pouvoir d’y imposer son veto. Les partisans comme les opposants estiment que la gouverneure donnera son imprimatur à la nouvelle législation.

Cyberpresse.ca - 23 et 26/04/2010

23:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

Vichy et les juifs: la nouvelle provocation de Le Pen

2_presidents_crif_france_richard_prasquier_nicolas_sarkozy.jpg

Scandaleux, ignoble, indécent... Des voix s'élèvent, ce lundi, pour dénoncer le dérapage de Jean-Marie Le Pen sur l'action du gouvernement de Vichy envers les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Invité dimanche du Grand jury RTL - LCI Le Figaro, le patron du a déclaré : «Feindre de croire que le maréchal Pétain était responsable de la persécution des Juifs pendant la guerre était une pensée scandaleuse», car «les Juifs français ont bénéficié (...) de l'action de (son) gouvernement».

 

Il venait d'être interrogé sur la venue à Vichy du grand rabbin de , Gilles Bernheim, pour la journée de commémoration du 65e anniversaire de la libération des camps de concentration. «Il l'a peut-être fait aussi en remerciement de l'action du de Vichy», a avancé le président du FN.

Comme on lui rappelait «les lois anti-juives» du gouvernement de Vichy, il a rétorqué : «Les lois anti-juives n'allaient pas jusqu'à la déportation.» Quant à la rafle du Vel d'Hiv, il a répondu qu'elle n'avait «pas été d'initiative française». Alors qu'on lui soulignait que la police française avait participé à cette rafle, Le Pen a répliqué : «Alors pourquoi a-t-on donné la fourragère de la Légion d'honneur à la police parisienne si elle était aussi indigne que cela?»

La responsabilité de l'Etat français officiellement reconnu en 1995  

Des propos «ignobles» et négationnistes pour le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). «Ce que Le Pen dit sur Vichy, plus personne n'oserait le dire aujourd'hui, plus aucun historien digne de ce nom ne le dirait», souligne Richard Prasquier, président du Crif. 

Outre les historiens, la France a officiellement reconnu la responsabilité de l'Etat français dans la déportation des juifs durant l'Occupation. «Oui, trahissant les valeurs et la mission de la France, le gouvernement de Vichy s'est fait le complice, parfois zélé, de l'occupant. Cinquante ans après, notre pays doit assumer toute son histoire. Le blanc comme le gris. Les heures de gloire comme les zones d'ombre», déclarait le 16 juillet 1995 l'ancien président de la République Jacques Chirac.

L'ancien ministre et président d'honneur du PRG, Roger-Gérard Schwartzenberg, s'est lui aussi insurgé contre les déclarations du patron du FN. «L'indécence de Jean-Marie Le Pen serait-elle sans limites», se demande-t-il dans un communiqué. «Le jour même où notre pays honore le souvenir des déportés, le président du FN (...) fait l'éloge de Pétain, évoque sans aucunement le condamner le statut des juifs édicté par celui-ci et semble vouloir ignorer que la rafle du Vel d'hiv a été organisée par René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, et exécutée par 4 500 policiers aux ordres de l'Etat français», poursuit l'ancien ministre.

Le parisien - 26/04/2010

19:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

VIDEO Les extrémistes gays repoussés à distance de la Nonciature

http://www.dailymotion.com/video/xd2g7f_les-extremistes-g...

Ce samedi 24 avril à Paris, les associations extrémistes homosexuelles voulaient aller déverser leur haine des catholiques devant l'Ambassade du Vatican...
50 jeunes catholiques leur ont barré la route.

19:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Jean-Marie Le Pen: "les gens ne se promènent pas masquées"

JMLP - Burqa.jpg
Dimanche soir
 
Le président du Front national était l'invité du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro». 

Jean-Marie Le Pen regarde au-delà de la burqa et de l'affaire nantaise. «Cela révèle un fait : les caisses sociales françaises sont pillées par des centaines de milliers de gens, en l'occurrence un polygame, a indiqué dimanche le président partant du Front national. Ce qui me paraît le plus important, c'est que ces femmes bénéficient de l'allocation parent isolé. Quand c'est le fruit d'une espèce de petit complot familial, c'est scandaleux.»

Pour Jean-Marie Le Pen, si Brice Hortefeux a bien réagi en demandant la déchéance de la nationalité française de l'homme mis en cause, le ministre de l'Intérieur va se heurter à un obstacle pour l'expulser de France. «Il tomberait alors sous le coup de la suppression de la deuxième peine par Nicolas Sarkozy, a-t-il assuré. Le résultat c'est que nous sommes contraints de garder chez nous la racaille que nous avons fait condamner par nos tribunaux.»

 

Quant à la question de la loi d'interdiction de la burqa, Jean-Marie Le Pen s'est montré dubitatif. «Il n'y a pas besoin d'une loi pour interdire ce qui relève du simple bon sens, à savoir que les gens ne se promènent pas masqués, a-t-il assuré. La législation française ne manque pas de volumes pour traiter une affaire comme celle-là». Jean-Marie Le Pen a toutefois précisé que s'il était parlementaire, il pourrait voter la loi : «Je ne manifesterais pas mon hostilité à ce vote s'il va dans la bonne direction.»

Il assure en tout cas ne pas regretter que la majorité se soit emparée du sujet. «L'UMP a de bonnes raisons de s'apercevoir qu'il fallait venir sur notre terrain. Nous ne faisons pas du patriotisme un monopole», a-t-il assuré. Pour Jean-Marie Le Pen, cela fait longtemps que le FN dénonce tout cela. «Il y a très longtemps que nous disons ces choses-là mais elles ne sont pas prises en compte», a-t-il déploré.

Le Figaro - 26/04/2010

18:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Qui est réellement Liès Hebbadj?

Le commerçant ayant pignon sur rue est connu depuis longtemps pour ses prises de position religieuses.

Lorsqu'Anne, la jeune automobiliste nantaise verbalisée pour avoir conduit avec son niqab dans les rues de Nantes au début du mois, a tenu une conférence de presse, vendredi après-midi, il était à ses côtés, sûr de lui et la dominant de toute sa stature.

Portant la barbe, vêtu à la pakistanaise d'un khamiss, la tête recouverte d'une calotte et d'un turban, Liès Hebbadj, le compagnon de cette Française convertie à l'islam, ne passe pas inaperçu à Rezé-les-Nantes, une commune de la banlieue nantaise. Né à Alger il y a 34 ans mais arrivé tout jeune enfant dans la grande ville de l'ouest de la France, Liès Hebbadj est connu pour ses prises de position religieuses et son action à la tête de l'association culturelle qu'il a fondée afin d'obtenir des élus locaux l'autorisation de créer une grande mosquée dans la ville où il vit et travaille depuis une dizaine d'années.

 

Mouvement Tabligh

 

Liès Hebbadj est, en effet, un commerçant ayant pignon sur rue et il s'occupe de la boucherie-alimentation El Kaouthar, un magasin flambant neuf et fort bien tenu. Mais il est aussi un membre très actif du mouvement Tabligh, ce mouvement prosélyte et ostentatoire dont l'épicentre est le Pakistan où il s'est déjà rendu à plusieurs reprises par le passé.

Ses déplacements à l'étranger, notamment à Londres, ont d'ailleurs fait l'objet d'une surveillance suivie de la part des services de renseignements.

 

Éventuelle escroquerie aux prestations sociales

 

Mais ce que lui reproche Brice Hortefeux tient surtout à sa vie privée. Liès Hebbadj, qui a obtenu la nationalité française par un mariage contracté en 1999 avec une Nantaise, est suspecté de polygamie. Il aurait quatre épouses officieuses, mariées religieusement dont des Françaises converties à l'islam. Des femmes qui lui auraient donné douze enfants.

Pour l'instant, les autorités restent muettes sur l'éventuelle escroquerie aux prestations sociales versées au titre de l'allocation de parent isolé à ses compagnes qui portent toutes le niqab et vivent dans une sorte de gynécée réparti entre trois maisons contiguës situées dans un agréable quartier pavillonnaire de Rezé-les-Nantes. Liès Hebbadj a fait dresser autour d'elles une grande palissade pour soustraire la communauté au regard des voisins.

Désormais sur la défensive après la menace du ministre de l'Intérieur de le faire déchoir de sa nationalité française, Liès Hebbadj s'est entretenu très brièvement avec la presse, samedi devant son magasin. Entouré de deux amis à la carrure imposante, il a simplement déclaré qu'il ne parlerait qu'après s'être entretenu avec son avocat dans les jours qui viennent, laissant au trésorier de son association, Abdel Chauborou, le soin de dire que l'islam était attaqué à travers lui : «En fait, c'est l'islam qui dérange.»

Une réaction similaire à celles des associations représentantes des cinq mosquées nantaises qui «regrettent que l'islam soit encore stigmatisé » à travers la verbalisation de l'automobiliste voilée avant d'affirmer que cette «stigmatisation systématique va à l'encontre des valeurs de la République».

Le Figaro - 26/04/2010

18:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Polygamie: Besson évoque la possibilité d'une "adaptation législative"...

Eric Besson a admis aujourd'hui au micro de RTL que le fondement juridique d'une déchéance de la nationalité du conjoint de la femme verbalisée en niqab au volant, soupçonné de polygamie, n'était pas évident, évoquant la possibilité d'une "adaptation législative" sur ce sujet.

"La question qui m'est posée est de savoir, si la justice le condamne pour polygamie, d'une part, et fraude aux prestations sociales d'autre part, est-ce que l'on peut et est-ce que l'on doit prononcer la déchéance de la nationalité française, c'est-à-dire lui retirer la nationalité française qu'il a acquise par mariage? Aujourd'hui, est-ce possible sur la base de l'article 25 du code civil, c'est très controversé, j'ai rencontré hier des experts, certains m'ont dit oui, certains m'ont dit non", a déclaré le ministre de l'Immigration.

"Si le peuple français considère qu'on ne peut pas frauder dans ces conditions, polygamie, fraude aux prestations sociales, et bien à ce moment là, sous l'arbitrage du président de la République et du Premier ministre ,on pourrait très bien concevoir une évolution législative. En clair, il y a un certain nombre de textes qui pourraient servir de véhicule pour une adaptation législative", a ajouté M. Besson, précisant aussitôt "le conditionnel est de rigueur, il y a un arbitrage qui ne dépend pas de moi mais du président et du Premier ministre".

"Brice Hortefeux a, j'imagine, un dossier qui lui permet d'étayer le soupçon qui pèse sur cette personne, à la justice d'établir les faits", a dit par ailleurs le ministre.

Le Figaro - 26/04/2010

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

La mosquée d'Istres mitraillée, ainsi qu'une boucherie halal à Marseille

Mosquée d'istres.jpg
Mosquée d'Istres (Bouches du Rhône) - Cliquez sur la photo
Le parquet d'Aix-en-Provence a indiqué lundi que la mosquée d'Istres a été mitraillée dans la nuit de samedi à dimanche

Le Conseil français du Culte musulman, qui a fait part de son indignation, "appelle les pouvoirs publics à mobiliser tous les services concernés pour arrêter et punir les auteurs de cette agression criminelle".

Selon des sources policière et judiciaire, une boucherie halal du XVe arrondissement de Marseille a aussi été mitraillée dimanche soir.


La police n'a pas établi de lien entre les deux fusillades. L'enquête a été confiée à la police judiciaire.

Le président du Conseil français du culte musulman a relevé que la fusillade d'Istres n'avait fait l'objet d'aucune communication officielle alors que l'affaire à Nantes de la conductrice voilée verbalisée et de son mari taxé de polygamie domine l'agenda médiatico-politique depuis trois jours. "Ce type de dissymétrie dans la communication, la médiatisation des choses concernant la communauté musulmane risque de créer un sentiment de frustration et de crispation au sein de la communauté musulmane", a dit Mohammed Moussaoui, après avoir été reçu par le Premier ministre, François Fillon, pour évoquer la future loi sur l'interdiction de la burqa.

A Istres, une trentaine d'impacts ont été relevés sur les murs du bâtiment, mitraillé aux alentours de 2h ou 3h du matin, dans la  nuit de samedi à dimanche.

"C'est une mosquée qui a été inaugurée en juillet 2009, il n'y a jamais eu de problème tout au long de sa construction ou depuis", a affirmé le procureur de la République adjoint d'Aix-en-Provence, Denis Vanbremeersch, ajoutant qu'"il n'y a pas eu de revendication".

"On est stupéfait, abasourdi de noter un acte de ce type dans notre ville. Depuis des décennies, on ne vit que dans l'harmonie, la reconnaissance et l'estime mutuelles", a déclaré le maire (Divers gauche) d'Istres, François Bernardini, lors d'un point de presse devant la mosquée, située à côté d'un temple protestant et en face d'un boulodrome.

Djamel Bedra, président de l'association musulmane d'Istres, a déposé plainte contre X au nom de son association.

"Cette nouvelle agression avec usage des armes à feu contre un lieu de prière et de recueillement constitue une nouvelle escalade qui ne manquerait pas de susciter une profonde inquiétude et indignation chez l'ensemble des musulmans de France et tous leurs concitoyens épris de paix et de justice", a estimé le Conseil français du Culte musulman.

A Marseille, l'établissement des quartiers nord a été touché par 23 projectiles de calibre 7.63 tirés avec une Kalachnikov. L'enquête a également été confiée à la police judiciaire qui cherche à savoir si les deux incidents peuvent être liés.

AFP. - 26/04/2010

Une rafale de pistolet mitrailleur, de type kalachnikov, a été tirée hier soir vers minuit contre une boucherie halal de la rue de Lyon à Marseille. Les enquêteurs de la PJ ont dénombré 23 impacts sur le rideau métallique et la façade. Certains projectiles ont traversé le métal, la vitrine et le rayonnage du magasin. Les balles se sont fichées dans le mur. 26 douilles ont retrouvées sur les lieux.

La brigade criminelle exclut tout lien avec les coups de feu tirés contre la mosquée et privilégie la thèse d'un différend. Ce type d'armes a déjà été utilisé à plusieurs reprises lors de règlements de comptes entre caïds de cité.

La Provence - 26/04/2010

18:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

VIDEO L'écureuil et le corbeau

http://www.youtube.com/watch?v=8sOw3mCz4Oc

17:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Hongrie: victoire historique de la droite

Viktor Orban.jpg
Viktor Orban
Le Fidesz, jusque-là parti d'opposition de droite en Hongrie, s'est assuré dimanche une majorité historique des deux tiers des sièges du nouveau Parlement à l'issue du second tour des législatives et va pouvoir procéder, seul, à d'importantes réformes constitutionnelles.

Après huit ans de pouvoir socialiste, marqués par la crise économique et la corruption, la droite de l'ancien Premier ministre Viktor Orban remporte 263 des 386 sièges du Parlement national soit cinq de plus que la majorité des deux tiers qui est de 258, selon les chiffres publiés dimanche par le Bureau national électoral (OVI) après le dépouillement de 99,22% des suffrages du second tour.

Au premier tour, le 11 avril, le Fidesz s'était déjà assuré la majorité absolue des voix avec 52,73%. Des 176 circonscriptions électorales, seulement deux ont échappé à Viktor Orban, à Budapest où deux socialistes ont sauvé la mise.

Ce résultat historique, jamais atteint en Hongrie à un scrutin démocratique, va faire du pays le seul de l'ancienne Europe communiste à être gouverné par un unique parti capable de procéder, sans avoir à recourir à l'appoint d'autres partis, aux réformes constitutionnelles promises.

Parlant de "révolution dans les bureaux de vote", Viktor Orban, acclamé par des milliers de fidèles agitant des drapeaux magyars sur une place du centre piétonnier de Budapest, a affirmé que les Hongrois avaient "instauré aujourd'hui le système de l'entente nationale qui signifie la fin de l'ère ayant plongé les gens dans la pauvreté et le désespoir".

Pendant sa campagne, il a annoncé qu'il allait modifier les lois sur la presse afin de "rationaliser" ce secteur, projet dénoncé par l'opposition qui y voit "une menace pour la liberté de la presse". Il veut aussi réduire le nombre des élus locaux qui grèvent les budgets publics.

De même, le futur gouvernement va pouvoir modifier la loi sur la double nationalité pour en faire bénéficier plus de trois millions de Hongrois de souche dans les pays limitrophes.

Ces législatives ont également été marquées par l'entrée historique de l'extrême droite au Parlement avec le parti Jobbik, après une campagne axée sur l'antisémitisme, la stigmatisation des Tziganes et l'opposition à l'Union européenne.
Le Jobbik, avec ses 47 élus, s'est ainsi établi comme la troisième force de l'échiquier politique, juste derrière les socialistes du MSZP, eux en pleine déconfiture avec à peine 59 sièges. Au premier tour, le MSZP s'était effondré avec 19,30% des voix (contre 43,21% en 2006), devançant seulement de peu le Jobbik (16,67%).

La direction du Parti socialiste, qui a reconnu avoir perdu plus de la moitié de son électorat, a en conséquence démissionné en bloc dimanche soir.
AFP. 25/04/2010

00:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

25/04/2010

Un mystérieux objet tombé du ciel...

Plage Tel Aviv.jpg
Plage de Tel Aviv vue de Jaffa  (Cliquez sur la photo)

JERUSALEM — Les Israéliens sont très intrigués par la chute d'un mystérieux objet incandescent, ayant l'aspect d'un gros caillou noir, tombé du ciel samedi sur une plage proche de Tel-Aviv.

Interrogé, l'Institut géologique de Jérusalem a écarté formellement dimanche la possibilité d'une météorite.

"Il ne s'agit pas d'une météorite ou d'un Ovni mais bien d'un produit fabriqué par l'homme", a déclaré à l'AFP la professeur Faïna Gilman, de l'Institut géologique.

Samedi matin, l'objet --de consistance spongieuse et de la taille d'un gros caillou-- s'était abattu sur une plage de Bat Yam, près de Tel-Aviv, suscitant un vif émoi parmi les baigneurs.

"J'étais dans l'eau et j'ai vu quelque chose de noir tomber sur le sable à quelques mètres de moi, puis commencer à brûler", a raconté aux journalistes Yisraël Rokah, un sauveteur.

Aidé d'un collègue et muni d'un ustensile, il a plongé l'objet dans l'eau à plusieurs reprises mais celui-ci a repris feu à chaque fois qu'il était posé sur le sable, laissant échapper un épais panache de fumée jusqu'à ce qu'il finisse par s'éteindre.

"Apparemment, nous parlons d'un carburant à base de phosphore. Mais nous poursuivons nos examens", a prudemment expliqué la professeur Gilman.

AFP. 25/04/2010

23:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

La mémoire courte

22:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO - Le Pen: "une pensée scandaleuse"

Maréchal Pétain - bistre.jpg

VIDEO  http://videos.tf1.fr/infos/2010/nouvelle-declaration-pole...

Le président du FN, Jean-Marie Le Pen, a déclaré dimanche soir que "feindre de croire que le maréchal Pétain était responsable de la persécution des juifs pendant la guerre était une pensée scandaleuse", car "les juifs français ont bénéficié (...) de l'action de (son) gouvernement".

Invité du Grand jury RTL/LCI/Le Figaro, M. Le Pen était interrogé sur la venue dimanche pour la journée de commémoration du 65e anniversaire de la libération des camps de concentration de Gilles Bernheim, premier grand rabbin de France à faire un tel déplacement.

"Il l'a peut-être fait aussi en remerciement de l'action du gouvernement de Vichy", a avancé le président du Front national avant d'ajouter : "Ce qui est assez remarquable dans l'histoire des juifs d'Europe -il est mort hélas trop de juifs mais 29.000 juifs français et au total 80.000 morts ou disparus résidents- c'est peu si on compare cela au traitement infligé aux communautés juives de Belgique, Hollande, Danemark... on s'aperçoit que les juifs français ont bénéficié, somme toute, d'une indulgence que leur a valu l'action du gouvernement français".

"Feindre de croire que le maréchal Pétain était responsable de la persécution des juifs pendant la guerre, c'est une pensée scandaleuse. Adolphe Hitler ne demandait pas l'autorisation à Philippe Pétain de faire ce qu'il voulait faire (...) nous étions occupés et cette occupation faisait des troupes allemandes les responsables de la vie des Français", a-t-il poursuivi.

Comme on lui rappelait "les lois anti juives" du gouvernement de Vichy, il a rétorqué : "Les lois anti juives n'allaient pas jusqu'à la déportation".

Quant à la rafle du Vel d'Hiv, il a répondu qu'elle n'avait "pas été d'initiative française".

Alors qu'on lui soulignait que la police française avait participé à cette rafle, M. Le Pen a répliqué : "Alors pourquoi a-t-on donné la fourragère de la Légion d'honneur à la police parisienne si elle était aussi indigne que cela?".

Il a relevé que des juifs qu'il avait rencontrés avaient "réussi à échapper à l'arrestation" car "des policiers et gendarmes les avertissaient".

Les Echos - 25.04/2010

22:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Le grand rabbin à Vichy - une visite d'une "très haute portée symbolique"

Rabbin GB à Vichy.jpg
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Pour la première fois en 70 ans, un grand rabbin de France s'est rendu à Vichy, capitale du régime collaborationniste du maréchal Pétain. Ce dimanche, Journée des déportés, Gilles Bernheim a rendu hommage aux Français ayant caché des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

C'est une visite à très haute portée symbolique. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, un grand rabbin de France est allé se recueillir à Vichy, qui devint en 1940 la capitale de l'Etat français du Maréchal Philippe Pétain.

En cette Journée des déportés, Gilles Bernheim s'est tout d'abord rendu devant une maison où sa belle-mère avait été cachée entre 1939 et 1945 avec quinze autres membres de sa famille. «La mère de mon épouse doit sa vie, et la famille qu'elle a pu constituer après la guerre, pour mon plus grand bonheur, au fait qu'elle a été cachée ici pendant la Guerre» a-t-il souligné. Il a qualifié ce moment de «très émouvant».

«Nous ne devons pas oublier» les Justes

S'adressant ensuite à plusieurs centaines de personnes venues l'écouter, le grand rabbin de France a rendu un hommage appuyé aux Justes, ces Français ayant bravé l'autorité pour sauver des juifs. Il a rappelé que «les trois quarts de la communauté juive (avait) survécu, notamment grâce à l'aide de familles françaises. Nous ne devons pas oublier la fraternité et l'héroïsme de tous ces Français qui ont permis à des Juifs à survivre».

Gilles Bernheim a enfin lancé un appel au souvenir à l'occasion de la Journée des déportés. Pour lui, cette journée est l'occasion de nous «rappeler ce qui s'est passé sous le régime de Pétain, pendant lequel un quart des juifs français ont été arrêtés, dénoncés, déportés».

Le Figaro - 25/04/2010

22:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

"Ils manifestaient leur soutien à la démolition des logements arabes à Jérusalem-Est"

Pauvres Palestiniens.jpg
Pauvres Palestiniens!

Barouch Marzel, Itamar Ben-Gvir et trente autres militants d'extrême droite ont organisé une marche dans la rue principale du quartier de Silwan, dimanche matin. Ils manifestaient leur soutien à la démolition des logements arabes à Jérusalem-Est. Les activistes ont marché moins d'un kilomètre essuyant les insultes des résidants arabes locaux, qui ont agi sans violence.

Un peu plus tôt, une dizaine d'arabes masqués ont jeté des pierres sur les voitures passant à Jerusalem-Est. Selon les policiers, des cocktails Molotov ont aussi été lancés sur la tente des manifestants venus témoigner leur solidarité aux habitants du quartier. Deux policiers ont été blessés par des jets de pierres et un habitant de Silwan a été arrêté.

Défier les "tyrans kahanistes"

Alors que les journalistes et les policiers tentaient de se protéger des jets de pierre et de rétablir le calme, des dizaines de partisans de gauche et de résidents du quartier ont mené une marche pacifique contre celle des militants d'extrême droite qui n'avait pas encore commencé.

"Nous espérons que la marche kahaniste à Silwan attirera l'attention sur la détresse des habitants palestiniens du quartier qui subissent d'incessantes violences des colons et sont soumis à de mauvais traitements de la part des autorités", expliquent les manifestants. Ils ajoutent qu'ils sont présents dans le but de "défendre les résidants face aux provocations et pour s'assurer que la police protège les Palestiniens face aux tyrans kahanistes". Déployées en grand nombre dans le quartier, les forces de l'ordre se sont préparées à toutes démonstrations de violence ou émeutes qui auraient pu avoir lieu pendant cette marche très polémique.

Une marche qui tombe mal

Samedi, le Premier ministre Binyamin Netanyahu a adressé une demande au ministre de l'Intérieur pour différer la manifestation qui tombait pendant la visite de trois jours de George Mitchell, l'envoyé spécial des Etats-Unis au Moyen-Orient, dans le but de relancer les pourparlers entre les Palestiniens et les Israéliens. Yehouda Weinstein, procureur général, et Itzhak Aharonovitch, ministre chargé de la Sécurité intérieure, ont portant rejeté la requête du Premier ministre.

Les extrémistes qui avaient déjà vu leur manifestation plusieurs fois reculée depuis mars, ont été priés toutefois de ne pas porter d'armes même s'ils possédaient un permis.

Jerusalem Post- 25/04/2010

20:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le juge Golstone sera de la fête

Satellite.jpg
Richard Goldstone

Richard Goldstone sera de la fête. Le juge sud-africain qui a dirigé l'enquête du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, l'an dernier sur l'opération Plomb durci, assistera à la bar-mitsvah de son petit-fils, la semaine prochaine dans une synagogue de Johannesburg.

La communauté juive de la ville a annoncé dimanche qu'elle s'était opposée à toute manifestation. Suite à une réunion du conseil d'administration, vendredi, il a été établi qu'aucune protestation ne devait avoir lieu. Elle risquerait de gâcher la cérémonie religieuse.

Goldsone, quant à lui, devra assister à une réunion sur son très controversé rapport. Aucune date n'a encore été fixée. Mais l'évènement se tiendra "après la bar-mistvah", selon la responsable Wendy Kahn.

"La communauté est très en colère à propos du rapport Goldstone", a-t-elle expliqué. "Les gens ont estimé qu'il était injuste, partial et très imparfait." Certains membres de la communauté qui se sentaient "très lésés" voulaient organiser une protestation à l'extérieur de la synagogue où est prévue la bar-mitsvah.

Jerusalem Post - 25/04/2010

20:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ceux qui dirigent réellement le monde - Des e-mails accablants pour Goldman Sachs

27_lloyd_lgl.jpg
Lloyd Blankfein, pdg de Goldman Sachs
Une commission du Sénat américain a publié samedi à un moment embarrassant pour Goldman Sachs des courriels montrant la façon dont cette banque a bénéficié de la crise des crédits immobiliers à risques pour empocher des dizaines de millions de dollars. Les messages n'apportent pas de preuve que la banque a enfreint la loi, mais montrent ses dirigeants se gargarisant de profits réalisés grâce à la crise en 2007. Ces révélations tombent à un mauvais moment pour la banque, qui cherche à défendre son image alors qu'elle est visée par une plainte en justice pour fraude.

"Les banques d'investissement comme Goldman Sachs n'étaient pas de simples courtiers, elles étaient les promoteurs intéressés de produits financiers risqués et complexes qui ont favorisé l'éclosion de la crise", écrit Carl Levin, le président de la Sous-Commission sénatoriale permanente d'enquête, dans un communiqué accompagnant la publication de ces documents. Il accuse Goldman Sachs d'avoir "trop souvent parié contre les instruments qu'elle vendait et d'avoir profité de ces paris aux dépens de ses clients".

Dans un des messages publiés par le sénateur, le pdg de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, écrit : "Nous n'avons bien évidemment pas échappé à la pétaudière des crédits immobiliers à risque. Nous avons perdu de l'argent et ensuite nous en avons gagné plus que nous n'en avons perdu grâce à nos positions courtes." Les positions courtes sont des opérations boursières permettant à celui qui les passe de réaliser des gains en cas de baisse des titres sur lesquelles elles portent. Elles peuvent être prises dans un but purement spéculatif comme dans un souci de se protéger (lorsque l'investisseur détient lui même des titres sur lesquels portent ces positions).

Daté du 18 novembre 2007, quelques mois après l'explosion de la bulle des crédits immobiliers à risque, le message de Lloyd Blankfein ajoute néanmoins : la crise "n'est pas terminée, donc qui peut dire comment cela se finira ?"

Cinquante millions de dollars grâce à des mises sur la baisse de titres subprimes

Un autre des quatre courriels publiés par la sous-commission est daté du 25 juillet 2007 et écrit par David Viniar, le directeur financier de la banque. Ce dernier répond à un cadre de la maison montrant comment Goldman a empoché environ 50 millions de dollars grâce à des mises sur la baisse de titres liés à des créances immobilières. "Ça dit bien ce qui pourrait arriver à ceux qui ne sont pas blindés en positions courtes", écrit-il. Un des courriels est daté de mai 2007, avant l'explosion de la bulle immobilière, et montre, selon Carl Levin, que Goldman a gagné 2,5 millions de dollars grâce aux protections qu'elle avait prises contre la baisse de titres qu'elle vendait à ses clients.

La banque a publié un document de douze pages dans lequel elle répond aux accusations de Carl Levin. Elle dit n'avoir "pas 'parié' de façon large et directe contre le marché du logement américain" ou contre ces clients. Elle cite par ailleurs plusieurs messages internes de cadres dirigeants parlant de lourdes pertes subies par la banque sur des titres adossés à des crédits immobiliers à risque.

L'autorité de régulation des marchés boursiers américaine (SEC) a porté plainte pour fraude contre Goldman Sachs le 16 avril. La SEC accuse la banque d'avoir trompé des investisseurs en leur faisant faire des placements sur des titres risqués dont elle savait qu'ils allaient baisser, sans les informer qu'elle-même pariait sur la baisse des produits qu'elle leur faisait acheter. Viniar et Blankfein doivent témoigner mardi devant la sous-commission présidée par Carl Levin, avec Fabrice Tourre, employé français de Goldman Sachs au centre de la plainte de la SEC.
Le Point - 25/04/2010

20:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"Les Belphégors au karcher" par Philippe Randa

En France, on a du pétrole cher et à défaut d’idées forcément judicieuses, on ne manque toutefois jamais l’occasion d’annoncer une nouvelle loi. Parfois même, on arrive à la voter. Pas toujours à la faire exécuter. Et pour cause. Mais quelle importance ?

Dernier projet de loi annoncé, donc, celui sur l’interdiction de la burqua, ce voile intégral qui transforme les dames à l’islam excessivement radical en clone de Belphégor.
Pourquoi tant de bruit et pourquoi aujourd’hui ? Bien sûr, on prête à Nicolas Sarkozy, en panne de popularité, de vouloir récupérer des voix électorales qui lui firent tant défaut aux dernières élections régionales.

Sans doute… Mais ça lui permet plus sûrement encore de faire oublier la situation économique, fort éloignée de ses promesses électorales. Qu’on le désire ou non, il est difficile pour la France d’en bas de travailler “plus” de nos jours. Quant à gagner davantage, la même en rit jaune chaque fin de mois, cette dernière commençant d’ailleurs pour beaucoup à partir du 15 du mois…

Nicolas Sarkozy et ses conseillers tout de machiavélisme à défaut de subtilités, doivent penser que tant qu’on parlera du statut à venir des Belphégors, on oubliera d’autant plus facilement le déficit du pays, les coups de canifs – réels ou supposés – dans le contrat du couple élyséen, la faillite des États hellènes avant celles des États ibèriques, lusitaniens et, qui sait, du nôtre dans la foulée…

Un peu comme cette jeune, très jeune demoiselle, en passe d’être le bouc émissaire des prochains mauvais résultats prévisibles de notre équipe nationale de football pour avoir accordé ses faveurs à (au moins) trois de nos champions pour le prix de quelques smics la nuit des bonheurs.

Si cette demoiselle avait porté la burqua, nul doute que nos cadors du ballon rond n’auraient pas eu l’idée de fureter dessous… La Burqua contre les faiblesses de la chair ? C’est un peu fait pour, d’ailleurs.

“Dessous la burqua”, justement, c’est le problème qui va à l’évidence se poser si son interdiction est décidée et votée.

“L’accent sera mis sur la protection et la dignité de la femme plutôt que sur la répression d’une supposée pratique religieuse”, nous assure-t-on. C’est beau comme de l’Alliot-Marie. D’ailleurs, c’est bien de notre éminente garde des sceaux et qui pourrait la contredire ? Personne… sinon la future application de la loi, peut-être.
Lorsqu’une Belphégor déambulera sur les Champs-Élysées, nul doute que des policiers interviendront avec zèle pour mettre fin à la provocation et assurer du même coup leur quota de résultats quotidiens… Mais quand une demi-douzaine de fantômes se promèneront dès potron minet dans certaines accueillantes citées de nos banlieues qui ne cessent de faire la une des faits divers, qu’adviendra-t-il ?

Forcément la même chose que lorsque des autos y flambent, lorsque des gangs s’y affrontent, des pauvres filles y “tournent” dans les caves et qu’y prospère au vu et au su de tous une économie made in Katmandou, pudiquement appelé “parallèle”…

Forcément comme la promesse, en juin 2005, de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, de “nettoyer” au “karcher” la cité des 4 000 à La Courneuve (Seine-Saint-Denis)…
VOXNR.com - 25 avril 2010

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Journal de bord de Jean-Marie Le Pen

http://www.dailymotion.com/video/xd1wr3_news

23 avril 2010

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)