Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2010

VIDEO La Nouvelle-Calédonie, c'est fini - Fillon à Nouméa hisse les couleurs de l'abandon

VIDEO http://videos.tf1.fr/jt-we/fillon-en-nouvelle-caledonie-5...

Le premier ministre a officialisé la double légitimité des drapeaux français et kanak, qui flotteront désormais côte

Fillon à Nouméa.jpg 

Le premier ministre a officialisé la double légitimité des drapeaux français et kanak, qui flotteront désormais côte à côte en Nouvelle-Calédonie, marquant une nouvelle étape de sa décolonisation

Plus solennelle que festive. La première cérémonie de levée des drapeaux tricolore et kanak au siège du haut-commissariat de la République à Nouméa s'est déroulée sans incident, presque dans l'indifférence. Quelques centaines de personnes ont assisté à l'événement présidé par François Fillon et une grande partie de la classe politique locale, élus caldoches et kanaks côte à côte. Si une bonne centaine de militants kanak a regretté bruyamment de ne pas pouvoir rentrer dans l'enceinte du haut-commissariat, le reste de la population a vécu cette journée historique sans passion. Seule une cinquantaine de militants du Front national a protesté contre cette reconnaissance du drapeau kanak en manifestant sur les quais de Nouméa.

La marche vers l'émancipation de la Calédonie a donc franchi, la nuit dernière, une nouvelle étape. «C'est une journée historique. Je pense aujourd'hui à Jean-Marie Tjibaou qui hissa le premier, en 1984, le drapeau de la Kanaky. Un drapeau qu'il avait lui-même confectionné avec ses enfants», se souvient Kedy Xuma, ému aux larmes. A côté de lui, Henri Jumie affiche ses couleurs en arborant un tee-shirt sur lequel on peut lire «157 ans de y-a-bon bawana, ça suffit ». Cet indépendantiste voit plus loin : «Un jour, il n'y aura qu'un seul drapeau, celui du pays, la Kanaky !»

Comme prévu dans les accords de Nouméa signés en 1998 par Lionel Jospin, indépendandistes et anti-indépendandistes ont trouvé un compromis sur un des signes identitaires les plus symboliques : le drapeau. Proposée par Pierre Frogier, député UMP de l'archipel, la solution d'une cohabitation des deux bannières (française et kanak) l'a finalement emportée. Hier, François Fillon est venu saluer symboliquement ce moment. Quelques minutes avant la monté des nouvelles couleurs de la Calédonie, Julien Boanémoi, président du Sénat coutumier, a lu un petit discours sobre : «Il faut assumer notre histoire, oublier la domination et l'oppression et chacun aura sa place sous le soleil du Pacifique !» Deux danseurs kanak en tenue traditionnelle soufflent trois coups dans leurs toutoutes (gros coquillage mélanésien) et donne le feu vert à la montée des couleurs. La bannière symbole des indépendantistes arborant flèche faîtière dans un soleil sur fond bleu, rouge et vert flotte à côté du drapeau bleu blanc et rouge. Un Marseillaise chantée a capella par des écolières clôt la cérémonie.

Dans l'après-midi, François Fillon accomplira un autre geste fort en prenant la parole une première pour un chef de gouvernement devant le congrès de la Nouvelle Calédonie. Devant quelques uns des compagnons de route de Tjibaou, le premier ministre a retracé l'histoire «douloureuse» de la France et de la Nouvelle Calédonie. Evoqué les «moments de tragédie» et les «moments de fraternité». «Cette histoire nous oblige à rester fidèles et loyaux aux accords de Matignon (ndlr, 1988) et de Nouméa», a-t-il affirmé. Alors que les élus pro et anti-indépendantistes ont entamé les discussions sur le futur statut institutionnel, François Fillon a appelé à préparer «sereinement» la consultation qui décidera l'avenir de l'archipel qui n'aura pas lieu avant 2014. Enumérant les solutions possibles, il a envisagé l'indépendance pure et simple ; l'indépendance tout en gardant avec la République une plus large autonomie. Mais il n'a pas caché sa préférence : «La mienne va au maintien de ce lien qui nous unit depuis plus de 150 ans.»

Dans la soirée, François Fillon, exténué de fatigue, confie à quelques journalistes à propos des élus calédoniens : «Ils ont pris la mesure de leurs responsabilités». Puis il se réjouit du climat «très positif» qui règne en Nouvelle-Calédonie. Bien meilleur, selon lui, que dans bien d'autres territoires d'outre-mer.

De notre envoyé spécial à Nouméa

Le Figaro - 17/07/10

 

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

"Vous avez tué un des nôtres. On va vous tuer aussi!"

« C’est Beyrouth. Je te jure, c’est Beyrouth ! » s’exclame un habitant du quartier de la Villeneuve en voyant passer des voitures de police toutes sirènes hurlantes. Au-dessus des immeubles, dans le ciel nocturne, passe un hélicoptère de la gendarmerie, équipé de projecteurs et d’une lumière infrarouge pour filmer les attroupements. Des CRS tentent d’encercler des petits groupes de jeunes, insaisissables, qui courent et cassent tout ce qui se trouve sur leur chemin. Une quinzaine d’entre eux, certains le visage masqué par un T-shirt blanc, détruisent deux abribus avec des battes de base-ball. « Les jeunes m’ont dit : vous avez tué un des nôtres. De toutes les manières, vous êtes une sale race, on va vous tuer aussi », assure de son côté un policier déployé à la Villeneuve, confirmant la haine de la police exprimée par de nombreux jeunes du quartier. « Tout ce qui est européen, on va tirer dessus », dit-il avoir également entendu.
Des riverains de tous âges, personnes âgées comme enfants, descendent dans la rue pour regarder les scènes de violence, et expriment eux aussi leur colère. Au passage des CRS, une femme âgée leur crie : « Rentrez chez vous ! ». « Les flics, quand on en a besoin, ils sont jamais là, zéro. Et quand on en a pas besoin, ils viennent. C’est à cause d’eux tout ça », accuse une jeune femme en djellaba bleue, descendue dans la rue à une heure avancée de la nuit alors que les forces de l’ordre tirent des flash-balls en l’air pour disperser les groupes. « Toutes les mamans, elles sont venues et elles ont vu le corps par terre. Qu’est-ce que ça veut dire tout ça. Les enfants sont choqués. Les flics sont des chiens », ajoute une trentenaire portant le voile intégral, descendue vérifier que sa voiture ne brûlait pas. Un groupe de sexagénaires se lamente : « les jeunes déconnent. Ils n’ont plus rien dans la tête. Il ne faut pas qu’il y ait un autre mort, ça sert à rien tout ça », lance l’un d’entre eux.

« Ils l’ont laissé crever par terre »

La police affirme avoir agi en état de légitime défense lors de la mort de Karim Boudada, poursuivi jusque dans le quartier de la Villeneuve après le braquage du casino d’Uriage-les-Bains. Selon les forces de l’ordre, les malfaiteurs ont ouvert le feu avec des fusils d’assaut, blessant un policier à la tête. Les policiers assurent qu’ils ont alors riposté, tuant l’un des deux braqueurs, pendant que l’autre parvenait à prendre la fuite à pied.

Mais dans le quartier de la Villeneuve, la thèse ne passe pas, malgré l’annonce d’une autopsie samedi, qui doit préciser les circonstances de la mort de cet « enfant du quartier », et le lancement d’une enquête par l’Inspection générale de la police nationale. « Le quartier a très mal vécu la mort du jeune. Ils l’ont laissé crever par terre, ils ont laissé son corps sur le bitume au lieu de le transporter », affirme un habitant, répétant à l’envi la thèse qui circule dans ce quartier populaire de la Villeneuve. « Le sang venait de la tête. Il avait pas de cagoule. C’est sûrement les flics qui l’ont enlevée », assure pour sa part un jeune se disant témoin des échanges de tirs avec les policiers. Lui aussi accuse les services de secours de n’avoir pas tenté de le réanimer.

Des effectifs de police en baisse

Face à la recrudescence de violences dans la région depuis plusieurs mois, le secrétaire départemental du syndicat SGP-FO, Daniel Chomette réclame des « effectifs supplémentaires » pour sécuriser l’agglomération grenobloise, touchée par une récente vague de violences, assurant que la police a « atteint un seuil de rupture ». Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat Unité SGP-Police, souligne que les effectifs de la sécurité publique de Grenoble ont subi une « baisse de 20 % » depuis 2008. Dans le même temps, dit-il, une vingtaine d’homicides ont été commis ces dernières années dans des affrontements entre bandes rivales grenobloises et les attaques à main armée se sont multipliées dans la région. Nicolas Comte demande « expressément des renforts de policiers nationaux » dans la circonscription de Grenoble. Le syndicat Alliance s’inquiète pour sa part de voir qu’une nouvelle fois « des criminels lourdement armés n’ont pas hésité à tirer à plusieurs reprises sur des policiers pour couvrir leur fuite ». Il rappelle le meurtre d’une policière municipale à Villiers-sur-Marne, près de Paris, le 20 mai dernier.

Quant au député-maire PS de la ville, Michel Destot, il a de nouveau réclamé la tenue d’un « Grenelle de la Sécurité urbaine qui réunisse, aux côtés des ministres compétents, les principaux élus et les préfets afin qu’une stratégie commune soit élaborée, notamment en terme d’affectation de moyens ».

NPI - 18/07/10

19:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Ingrid Betancourt: 450.000 euros, ce n'est pas assez?

Décidément, on ne quitte pas les Bettencourt et Betancourt (c’est digne des Dupond et Dupont)… Quand on est dans le domaine de l’argent on y reste, on s’y baigne, on s’y noie.

Alors quoi de neuf pour Ingrid ?

On apprend que la France lui aurait fait une offre d’indemnisation pour ses six années de détention. Une offre du Fonds de garantie des Victimes à hauteur de 450.000 euros, explique Le Monde.fr.

Mais « ayant renoncé à entamer une sollicitation d’indemnisation en Colombie, Ingrid Betencourt tient à agir en conséquence avec la France qui l’a soutenue grandement pendant les six années de sa séquestration et depuis sa libération » annonce un communiqué de son service de communication.

Ce renoncement a été publié tard samedi soir précise Le Monde, quelques heures après que Le JDD ait contacté les services de l’Elysée, l’un des avocats d’Ingrid Betencourt et l’organisme d’indemnisation.

Bien à propos ?

En effet, le JDD s’apprêtait à publier des informations à ce propos, relatant notamment que notre ex-otage aurait considéré que les 450.000 euros proposés en première intention « constituaient une indemnisation insuffisante au regard de son préjudice » précise le journal, « son cas devait être à nouveau débattu au mois de septembre ».

Ca tombait mal cette proposition en pleine affaire Woerth/Bettencourt/Banier and co, pas la peine d’en rajouter au feuilleton de l’été.

NPI - 18/07/10

18:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO Evénements de Grenoble - L'utopie du "vivre ensemble"

http://www.youtube.com/watch?v=e2CjxrdDgvU

18/07/10

18:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Immigration: la décomposition de la France

Grenoble voitures épaves.jpgHortefeux à Grenoble.jpg
A Grenoble, 17 juillet 2010
La situation reste très tendue à Grenoble, théâtre de violences urbaines depuis plusieurs soirs. Des policiers déployés dans le quartier sensible de la Villeneuve ont essuyé des tirs à balles réelles dans la nuit de samedi à dimanche, a annoncé la police dimanche. «On a relevé un impact de balle sur un véhicule de CRS et on s'est fait tirer dessus à deux ou trois reprises», a déclaré Brigitte Jullien, directrice départementale de la sécurité publique de l'Isère, lors d'une conférence de presse à l'hôtel de police. 

Malgré l’intervention du Raid et du GIPN, déployés sur place, l’homme qui tirait à balles réelles n’a pu être interpellé. «Toute la nuit, nous avons joué au chat et à la souris dans les galeries de l'Arlequin sans pouvoir interpeller ce tireur», a expliqué Brigitte Jullien, précisant que les violences avaient cessé «faute de combattants» aux alentours de 3h30. Déjà, la veille, des fonctionnaires avaient été la cible de tirs à balles réelles. Ils avaient répliqué, tirant à cinq reprises, sans faire de blessés.

En tout 20 personnes interpellées

Onze personnes ont été interpellées dans la nuit pour port d’arme ou détention d’objets pouvant servir de projectile, a-t-on appris de même source. Et lors d'un coup de filet dans le quartier dimanche matin, quatre autres personnes soupçonnées d'avoir tiré sur les policiers ont été interpellées. Cinq individus ont aussi été interpellés dans la nuit de vendredi à samedi. Parmi eux, un bon nombre «n'est pas lié aux émeutes» et ne sera pas poursuivi, selon une source judiciaire. Trois jeunes seront jugés lundi en comparution immédiate pour avoir pillé un commerce tandis qu'un mineur a été mis en examen pour incendie de véhicule, a précisé cette source.

Au total, quinze voitures ont été incendiées dans la nuit de samedi à dimanche, jugée «beaucoup plus calme» que la veille. Outre les voitures, «quelques poubelles» ont été incendiées dans ce quartier de la Villeneuve, ont précisé les pompiers, soit un bilan très inférieur à la nuit précédente au cours de laquelle une soixantaine de véhicules avait été incendiée.

La mère du malfaiteur porte plainte

Venu sur place samedi, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a exprimé sa volonté de «rétablir l'ordre public» à la Villeneuve, qui avait été quadrillé par un fort dispositif des forces de l'ordre composé de plus de 300 CRS ainsi que d'hommes du GIPN (groupement d'intervention de la police nationale) et du RAID. Ce dispositif dissuasif va être maintenu jusqu'à mercredi matin, a annoncé Brigitte Jullien. 

Les violences ont été déclenchées à la suite de la mort d'un malfaiteur multirécidiviste, issu du quartier, Karim Boudouda, 27 ans, tué vendredi lors d'un échange de tirs avec la police après l'attaque d'un casino en Isère. La mère du malfaiteur a lancé dimanche dans la presse locale un appel au calme. Mais elle a également dit son intention de porter plainte pour éclaircir les circonstances de la mort de son fils. Si cette plainte est validée par le parquet de Grenoble, elle serait incluse dans l'enquête dont l'IGPS a été saisie. Il est déjà établi que les policiers ont tiré en état de légitime défense.

20 minutes - 18/07/10

 

18:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

VIDEOS Grenoble: guérilla urbaine, chasse aux flics, nouveaux tirs à balles réelles

http://actu.orange.fr/videos/violents-incidents-a-grenobl...

http://www.dailymotion.com/video/xe2e5i_guerilla-urbaine-...

18/07/10

17:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO Apéro saucisson-pinard à Toulon

http://www.varmatin.com/video/L%2527ap%25C3%25A9ro%2Bsauc...

 Pour la première fois en France, un apéritif nationaliste "saucisson-pinard" a eu lieu. Lancé par le comité Toulon Nation et repris par le Front national, le rassemblement a réuni entre 50 et 80 "patriotes".

Var-Matin  17/07/10

Une banderole Front National du Var accrochée aux pieds de la statue de David, place Cuverville, en pleine rade de Toulon et sous l’œil médusé des touristes, on n’avait pas vu cela depuis longtemps. A l’appel du collectif Toulon-Nation, le FN varois a participé à un très convivial apéro « Saucisson-Pinard » ce vendredi 16 juillet, qui a rassemblé plus de 200 Toulonnais.

Frédéric Boccaletti, conseiller régional FN et secrétaire départemental FN du Var, l’avait bien prédit : puisque le préfet autorise le concert de la rappeuse Diam’s à Solliès-Pont, il n’osera pas interdire un apéritif dans la plus pure tradition française et en réplique à l’islamisation de notre pays. Gagné, il n’a pas osé !

 

Le représentant du collectif a tout d’abord rappelé au micro qu’ici à Toulon, nous étions chez nous, qu’« ici c’est la France ! », pour reprendre le slogan de la dernière affiche FNJ. Et que ceux qui ne respectaient pas nos traditions ou voulaient nous imposer leur moeurs étrangères n’avaient rien à faire chez nous.

Frédéric Boccaletti a souligné, dans son allocution, qu’en dépit des intimidations du préfet (interdiction de distribuer de l’alcool sur la voie publique), l’apéro « Saucisson-Pinard » a bien eu lieu à Toulon et que c’est une première en France !

NPI - 17/07/10

 

01:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Selon les procès-verbaux d'auditions de Patrice de Maistre, la brigade financière soupçonne bien un trafic d'influence

Les conditions d'embauche de Florence Woerth, l'épouse du ministre du Travail, intéressent notamment les policiers, qui opèrent dans le cadre de l'enquête, ordonnée par le parquet de Nanterre pour blanchiment de fraude fiscale et trafic d'influence. L'avocat d'Eric Woerth, Me Jean-Yves Leborgne, a quant à lui assuré que l'embauche en 2007 de Florence Woerth par le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt ne "résultait pas d'une pression" du ministre et n'avait "aucune interférence" avec ses fonctions passées au Budget.

Jusqu'à sa démission en juin, Florence Woerth travaillait pour la société Clymène, qui gère les avoirs de l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt. Elle était rémunérée 140 000 euros par an, plus une prime de 60 000 euros et une voiture de fonction. Selon le quotidien, la police a en sa possession, depuis les perquisitions réalisées dans les sociétés du gestionnaire de fortune de la milliardaire Patrice de Maistre, une note datée du 31 août 2007. Un CV de Florence Woerth, avec cette mention, en bas de page : "rémunération environ 200 000 euros (…) Je suis obligé d'en parler à LB vu le mari 120 000 euros".

 

"J'l'ai fait pour lui faire plaisir"

A ce sujet, Patrice de Maistre déclare : "Il s'agissait d'une note que j'ai dû amener à M. et Mme Bettencourt pour évoquer le recrutement de Mme Florence Woerth dans mon équipe. Cette démarche était due au fait que son mari était ministre, et que c'était donc sensible…", raconte le gestionnaire de la fortune Bettencourt. Il indique par ailleurs aux policiers que "Mme Woerth ne représentait pas un risque majeur".

En 2006, il dit avoir appelé Eric Woerth à la demande d'André Bettencourt, qui veut financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. "Je l'ai (Eric Woerth) vu ensuite deux ou trois fois début 2007, dit Patrice de Maistre, parce qu'il m'a demandé de recevoir sa femme et ce pour essayer de la conseiller sur sa carrière alors, me disait-il, qu'elle n'était pas entièrement satisfaite".

 Dans les enregistrements clandestins, réalisés par le majordome Pascal Bonnefoy chez les Bettencourt, il était déjà dit que l'embauche s'était faite à la demande d'Eric Woerth. "Quand je l'ai fait, déclarait Patrice de Maistre lors d'une conversation avec Mme Bettencourt, le 23 avril, son mari était ministre des Finances, il m'a demandé de le faire. J'l'ai fait pour lui faire plaisir."

Nouvelobs.com - 17/07/10

01:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Plus de deux siècles dans la mer: le champagne est encore bon!

Plus de 30 bouteilles parfaitement conservées contenant très probablement du champagne Veuve Clicquot des années 1780 ont été retrouvées par une équipe de plongeurs dans une épave au large de la Finlande, a-t-on appris samedi 17 juillet auprès des découvreurs.

Après plus de deux siècles en mer Baltique dans des conditions idéales de conservation, soit des température froide et l'absence de lumière, le précieux nectar "fabuleux", selon une oenologue qui l'a goûté, deviendrait ainsi, en cas de confirmation, le plus vieux champagne encore buvable au monde.

"Nous sommes en contact avec (le fabricant de champagne) Moët & Chandon et ils sont sûrs à 98% qu'il s'agit de Veuve Clicquot", a déclaré Christian Ekström, le chef de l'équipe qui a fait l'extraordinaire découverte au large des îles Aaland, situées dans la mer Baltique à mi-chemin des côtes suédoises et finlandaises. "Il y a une ancre sur le bouchon, et ils me disent qu'ils sont les seuls à avoir utilisé cet emblème" en Champagne, a-t-il ainsi expliqué.

 

Secret bien gardé

La découverte a été faite le 6 juillet par Christian Ekström et six plongeurs suédois par 55 mètres de fond, près d'une épave d'un vieux gréement, mais l'équipe avait jusque là gardé le secret. "La visibilité était très mauvaise, à peine un mètre. On n'a pas réussi à trouver le nom du navire, ni une cloche, alors j'ai remonté une bouteille pour trouver une date", raconte-t-il.

"Selon nos archives, la bouteille est des années 1780. Or Veuve Clicquot a commencé sa production en 1772, et ensuite les premières cuvées ont été élevées pendant dix ans, donc ça ne peut pas être avant 1782. Et cela ne peut pas être après 1788-89 avec la Révolution française qui a paralysé la production", dit-il. La bouteille, en très bon état mais sans étiquette, a été fabriquée à la main et sur le bouchon figure la mention "Juclar", des lacs d'Andorre d'où viendrait le liège.

"Le vin est absolument fabuleux", a annoncé Ella Grüssner Cromwell-Morgan, une oenologue d'Aaland à qui Christian Ekström a demandé de goûter le précieux nectar après sa découverte, expliquant également qu'une "piste sérieuse" indique "qu'il s'agit d'une livraison du roi Louis XVI au tsar russe Pierre le Grand. Le fabricant a trace d'un envoi qui n'est jamais arrivé à destination."

 

Probablement le plus vieux champagne du monde

Si la date et la provenance sont confirmées, il s'agirait également du plus vieux champagne buvable au monde, un record actuellement détenu par un Perrier-Jouet de 1825 dégusté l'an dernier par des oenologues en Grande-Bretagne. "J'en ai encore un verre dans mon frigo et toutes les cinq minutes j'y retourne pour le respirer. Il faut que je me pince pour y croire", s'est réjouie l'oenologue d'Aaland.

"La robe est d'un or sombre, ambré. Le nez est très intense, avec beaucoup de tabac, mais aussi des raisins et de fruits blancs, de chêne et d'hydromel. La bouche est vraiment surprenante, très sucrée mais avec tout de même de l'acidité", a-t-elle décrit, expliquant ce goût au fait "que le champagne était beaucoup moins sec à l'époque, où l'on maîtrisait mal le processus de fermentation."

L'experte évalue la valeur de chaque bouteille à environ 500.000 couronnes suédoises (53.000 euros) comme prix de départ pour une mise aux enchères. "Mais s'il s'agit du vin de Louis XVI, cela pourrait dépasser plusieurs millions" dit-elle.

Nouvelobs.com - 17/07/10

00:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Catherine Ashton: "vivre normalement" à Gaza

catherine_ashton.jpg
La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a réclamé aujourd'hui l'ouverture "dans les deux sens" des points de passages entre la bande de Gaza et le monde extérieur.

"Il faut que les points de passage (du territoire palestinien) soient ouverts dans les deux sens à la population comme aux biens de consommation", a déclaré M. Ashton aux journalistes après une rencontre à Ramallah (Cisjordanie) avec le Premier ministre palestinien Salam Fayyad.

"Nous le disons clairement: les gens de Gaza doivent pouvoir vivre normalement", a souligné Mme Ashton qui doit se rendre dimanche dans la bande de Gaza.

De son côté, M. Fayyad a demandé une "levée du siège" imposé depuis quatre ans par Israël à la bande de Gaza, en soulignant que "l'économie de Gaza ne saurait subsister uniquement grâce à des importations" et qu'il lui fallait pouvoir exporter librement.

Israël a accepté d'assouplir son blocus de la bande de Gaza à la suite d'intenses pressions internationales après la mort de neuf Turcs dans l'assaut de sa marine le 31 mai contre une flottille humanitaire qui tentait de forcer le passage.

L'Etat hébreu a notamment autorisé l'entrée de biens de construction pour des projets de la communauté internationale approuvés par l'Autorité palestinienne. Mais il interdit quasiment toutes les exportations et maintient des restrictions draconiennes au passage des personnes.

Le déplacement de Mme Ashton à Gaza intervient dans le cadre d'une visite de trois jours dans les Territoires palestiniens et en Israël qu'elle a commencée samedi.
Le Figaro - 17/07/10

00:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Attentats: l'Iran accuse les USA et Israël

mahmoud-ahmadinejad-233x300.jpg
L'Iran a accusé aujourd'hui les pays occidentaux et Israël d'être derrière le double attentat suicide qui a fait 27 morts jeudi dans le sud-est du pays, en dépit des fermes condamnations des attaques par l'Union européenne et les Etats-Unis.

"Les responsables de ce crime ont été entraînés et équipés hors des frontières et ils sont ensuite venus en Iran", a déclaré le vice-ministre de l'Intérieur, Ali Abdollahi, cité par le site internet de la télévision d'Etat.

"Cet acte terroriste aveugle, a-t-il dit, a été perpétré par les mercenaires du "monde arrogant", terminologie qui désigne les puissances occidentales. "Ceux qui ont planifié ce crime et équipé ceux qui l'ont perpétré doivent avoir conscience qu'ils sont tenus pour responsables", a ajouté M. Abdollahi, exhortant l'Afghanistan et le Pakistan voisins à "surveiller leurs frontières".

Dans le même temps, la police iranienne a annoncé avoir arrêté 40 personnes vendredi pour "avoir provoqué des troubles" dans la ville de Zahedan, où se trouve la mosquée Jamia visée par les kamikazes. Aucune autre précision n'a été fournie, selon l'agence Mehr.

La police a également affirmé samedi que six "criminels" avaient été tués la veille lors d'affrontements avec les forces de sécurité dans la province de Sistan-Balouchistan, dont Zahedan est le chef-lieu, sans préciser s'ils avaient un rapport avec les attentats.
Les attaques suicide, qui ont également fait plus de 250 blessés, ont été revendiquées par le groupe sunnite extrémiste Joundallah qui a affirmé avoir voulu frapper les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du régime.

Les capitales occidentales, dont Washington, ont condamné le double attentat mais le président du Parlement iranien, le conservateur Ali Larijani, a directement accusé les Etats-Unis.

"Les Américains doivent répondre de cet acte terroriste au Sistan (Balouchistan). Ils ne peuvent y échapper", a-t-il dit, selon le site de la télévision d'Etat.
Le ministre de l'Intérieur Mostafa Mohammad Najjar a incriminé Israël, ennemi juré de la République islamique.

"Les actes terroristes des sionistes ont un certain nombre d'objectifs, dont celui de créer des divisions entre les chiites et les sunnites", a déclaré M. Najjar, cité par l'agence Isna. Il a ajouté que les services de renseignement iraniens et l'appareil de sécurité avaient "la situation en main".
Le Figaro - 17/07/10

00:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La déposition de Maistre met Woerth en difficulté

Woerth en difficulté.jpg

«Il m'a demandé de recevoir sa femme»

 

Patrice de Maistre par ailleurs raconté au cours de son audition avoir vu l'actuel ministre du Travail «deux ou trois fois en 2007 parce qu'il m'a demandé de recevoir sa femme et ce pour essayer de la conseiller sur sa carrière alors, me disait-il, qu'elle n'était pas entièrement satisfaite». Florence Woerth, embauchée le 12 novembre 2007, a quitté en juin dernier ses fonctions chez Clymène, le «family office» chargé de faire fructifier la fortune de Liliane Bettencourt.

Eric Woerth avait assuré le 21 juin qu'il n'était pas intervenu pour faire embaucher sa femme, assurant même qu'il y avait «une muraille de Chine» entre ses activités et celles de son épouse. «On me dit que j'ai facilité l'embauche de ma femme: c'est faux et archi-faux, avait martelé le ministre. On me dit que ma femme a été à l'origine de fraudes fiscales de la part de quelqu'un de bien connu, Mme Bettencourt: c'est faux et archi-faux. On me dit que ma femme aurait été informée de comptes en Suisse ou je ne sais où possédés par Mme Bettencourt: c'est faux et archi-faux».

Source: Le Figaro - 17/07/10

00:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

17/07/2010

Le procureur Courroye veut empêcher le juge Isabelle Prévost-Desprez d'enquêter

La guerre de tranchées qui déchire le tribunal de Nanterre au sujet de l'affaire Bettencourt vient de donner lieu à une nouvelle bataille: le parquet a refusé, vendredi 16 juillet, de transmettre à la juge Isabelle Prévost-Desprez une pièce essentielle de la procédure. Le veto du ministère public, dirigé par le procureur Philippe Courroye, porte sur la communication à la magistrate des retranscriptions des enregistrements pirates réalisés au domicile de Liliane Bettencourt par l'ancien majordome de la milliardaire. Un fait qui est tout sauf anodin.

La juge Prévost-Desprez, présidente de la XVe chambre du tribunal de Nanterre, a en effet été autorisée, en début de semaine, par la cour d'appel de Versailles, à mener ses propres investigations sur le contenu des enregistrements clandestins, révélés le 16 juin par Mediapart. Or, avec ce refus de communication de pièces élémentaires de la part du parquet de Nanterre, qui passe outre de facto la décision de la cour d'appel, l'affaire menace de virer au vaudeville; une farce judiciaire qui pourrait faire sourire s'il n'était question d'un dossier aussi sensible.

 

MM. Sarkozy et Courroye
MM. Sarkozy et Courroye© Reuters

Le ton d'une lutte sans merci entre deux magistrats de renom est donné. Où l'on assiste, en coulisses, au choc frontal entre deux modèles de justice antagonistes. Avec d'un côté, un procureur de la République, Philippe Courroye, soumis hiérarchiquement au pouvoir politique, qui donne le sentiment de vouloir coûte que coûte garder le contrôle d'une affaire explosive susceptible d'éclabousser le gouvernement et le président de la République – pour lequel le magistrat ne cache pas son amitié.

 

Et de l'autre, une juge, Isabelle Prévost-Desprez, statutairement indépendante, qui souhaite quant à elle récupérer l'enquête à son compte, en profitant de la découverte d'éléments nouveaux (les enregistrements du maître d'hôtel), comme la loi l'y autorise.

Comment le tribunal de Nanterre, désormais divisé en deux camps qui se haïssent jusque dans leurs conceptions respectives de la justice, en est-il arrivé là?

Petit rappel des faits. Le 1er juillet dernier, Isabelle Prévost-Desprez, présidente de la chambre financière du tribunal de Nanterre chargée de juger le photographe François-Marie Banier, soupçonné d'abus de faiblesse au préjudice de Liliane Bettencourt, a décidé de reporter sine die le procès de l'artiste, en ordonnant un supplément d'information. Soit la réalisation d'investigations complémentaires, jugées indispensables par la magistrate et de nombreuses parties depuis la révélation du contenu des enregistrements pirates, réalisés entre mai 2009 et mai 2010 à l'insu de l'héritière de l'empire L'Oréal et de ses plus proches conseillers, dans son hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine.

Le parquet de Nanterre s'est opposé à la décision de la juge Prévost-Desprez, arguant qu'il menait déjà trois enquêtes préliminaires sur les multiples volets de l'affaire (familial, fiscal et politique), investigations dont les mêmes enregistrements pirates sont à l'origine. Mais mardi 13 juillet, la 8e chambre correctionnelle de la cour d'appel de Versailles, présidée par Marie-José Valantin, a donné raison à Mme Prévost-Desprez en l'autorisant à mener ses propres investigations sur les derniers développements de l'affaire. Parallèlement à celles du parquet, donc.

MEDIAPART - 17/07/10

23:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Patrice de Maistre affirme que Woerth lui avait demandé de recevoir sa femme

W et FW 14 juillet 10 à Paris.jpg
Le couple Woerth le 14 juillet 2010 -  (Cliquez sur la photo)

Le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, a affirmé aux policiers au cours de sa garde à vue qu'Éric Woerth lui avait demandé de "recevoir sa femme pour la conseiller sur sa carrière", selon des extraits de procès-verbal publié samedi par Le Monde.fr. Patrice de Maistre a passé 36 heures en garde à vue jeudi et vendredi avec trois autres proches de l'héritière de L'Oréal dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de blanchiment de fraude fiscale et de conflit d'intérêts entre les fonctions occupées par Florence Woerth auprès de Patrice de Maistre et celles de son mari au ministère du Budget (2007-2010).

Au cours de sa garde à vue, Patrice de Maistre a notamment été interrogé sur le contenu d'une note datée du 31 août 2007, saisie lors d'une perquisition dans les bureaux du gestionnaire de fortune, qui comporte un curriculum vitae de Florence Woerth avec une mention sibylline en bas de page : "rémunération environ 200 000 euros (...) Je suis obligé d'en parler à LB (Liliane Bettencourt, ndlr) vu le mari 120.000 euros", rapporte Le Monde.fr.

"Son mari était ministre, c'était donc sensible"

Patrice de Maistre a expliqué aux policiers qu'il "s'agissait d'une note (qu'il a) dû amener à M. et Mme Bettencourt pour évoquer le recrutement de Florence Woerth dans (son) équipe", selon un extrait de P.-V. d'audition. "Cette démarche était due au fait que son mari était ministre, et que c'était donc sensible", a précisé Patrice de Maistre, assurant que Florence Woerth "ne représentait pas un risque majeur".

Patrice de Maistre a précisé avoir vu l'actuel ministre du Travail "deux ou trois fois en 2007 parce qu'il m'a demandé de recevoir sa femme et ceci, pour essayer de la conseiller sur sa carrière alors, me disait-il, qu'elle n'était pas entièrement satisfaite". Florence Woerth, embauchée le 12 novembre 2007, a quitté en juin 2010 ses fonctions chez Clymène, le "family office" chargé de faire fructifier la fortune de Liliane Bettencourt.

 Éric Woerth a affirmé le 21 juin 2010 qu'il n'était pas intervenu pour faire embaucher sa femme.

Le Point- 17/07/10

23:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Ingrid Betancourt refuse une offre d'indemnisation de la France

Ingrid tv.jpg

La Franco-colombienne Ingrid Betancourt a refusé une offre d'indemnisation proposée par la France pour ses six années de captivité aux mains de la guérilla des FARC, a indiqué samedi son service de communication dans un communiqué de reçu par l'AFP.

Mme Betancourt "renonce à l'offre du Fonds de garantie des victimes et remercie l'Etat français d'avoir reconnu généreusement son droit à une réparation", dit ce texte.

"Ayant renoncé à entamer une sollicitation d'indemnisation en Colombie, Ingrid Betancourt tient à agir en conséquence avec la France qui l'a soutenue grandement pendant les six années de sa séquestration et depuis sa libération", ajoute le communiqué.

Mme Betancourt a renoncé mardi à sa demande d'indemnisation de près de huit millions de dollars présentée fin juin à l'Etat colombien, après avoir déclenché une vague d'indignation en Colombie pour son "ingratitude".

Ancienne candidate à l'élection présidentielle colombienne de 2002, elle avait été enlevée pendant sa campagne électorale par la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) le 23 février 2002 dans une zone considérée comme dangereuse. Elle a fini par être libérée grâce à une opération de l'armée colombienne le 2 juillet 2008.

Le Point - 17/07/10

22:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Brice Hortefeux à Grenoble: "nous allons rétablir l'ordre public"

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a déclaré samedi à Grenoble qu'il souhaitait "rétablir l'ordre public et l'autorité de l'État" au plus vite et par "tous les moyens", après une visite éclair dans le quartier secoué dans la nuit par des violences urbaines. "Nous allons réagir vite. Quand je dis vite, c'est-à-dire tout de suite, c'est ainsi que nous allons rétablir l'ordre public et l'autorité de l'État", a déclaré le ministre lors d'un point de presse.

"J'ai demandé au préfet de mettre en oeuvre tous les moyens pour que le quartier soit sécurisé", a-t-il ajouté, précisant avoir ordonné la mobilisation de trois unités de forces mobiles avec des moyens spécialisés, du Raid et du GIPN (Groupe d'intervention de la police nationale), "maintenant et pour tout le temps nécessaire pour que le calme soit revenu". "J'ai demandé à ce que soient renforcés les moyens de police judiciaire et d'investigation", a-t-il poursuivi, avant de conclure : "Il y a une réalité simple et claire dans ce pays : les voyous et les délinquants n'ont pas d'avenir, car la puissance publique finit toujours par l'emporter."

Le décès d'un braqueur à l'origine des violences

En début d'après-midi, le ministre a effectué une visite de quinze minutes à la Villeneuve, quartier populaire de Grenoble, qui a été secoué par des violences urbaines dans la nuit de vendredi à samedi après le décès, la veille, d'un braqueur de casino lors d'une course-poursuite avec la police. Brice Hortefeux est arrivé au bureau de police de la Villeneuve vers 14 heures 40, sous la surveillance d'une quinzaine d'hommes du GIPN. Il a échangé quelques mots dans le calme avec des policiers, puis avec des habitants présents devant le commissariat derrière lequel se trouvaient deux carcasses de voitures brûlées.

"Je ne sais pas quoi penser" de cette visite, a déclaré un fleuriste du quartier, interrogé par l'AFP. "D'un côté, c'est rassurant, de l'autre, ça ne fait qu'attiser la haine de certaines personnes", a-t-il ajouté, en confiant qu'il comptait vider au maximum son magasin pour prévenir tout incident. "La venue du ministre, ça risque plutôt d'envenimer la situation", a estimé un autre habitant, sous couvert d'anonymat.

Le Point - 17/07/10

 

 

22:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Rien ne va plus à Grenoble: graves incidents avec des jeunes, 50 à 60 voitures brûlées

Grenoble émeutes 17 07.jpg

Entre "50 et 60 voitures" ont été brûlées et deux jeunes, dont un mineur, ont été arrêtés dans la nuit de vendredi à samedi à Grenoble, théâtre de violents incidents après une course poursuite mortelle entre la police et un malfaiteur, selon un bilan définitif de la police pour la nuit.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, est attendu sur place dans la journée.

Les deux jeunes arrêtés sont âgés de 17 et de 18 ans, a précisé à l'AFP un responsable de la police sans plus d'indications sur les circonstances et les raisons de leur arrestation.

En outre des "engins de chantier" ainsi que "deux commerces" ont également été brûlés, a-t-il ajouté.

Les incidents se sont déroulés dans la nuit dans un quartier populaire de Grenoble, la Villeneuve, d'où était originaire un braqueur tué un jour plus tôt lors d'un échange de tirs avec la police.

Agé de 27 ans, Karim Boudouda, déjà condamné trois fois aux assises pour vol à main armée, a trouvé la mort dans la course-poursuite qui a suivi sa fuite du casino d'Uriage-les-Bains, près de Grenoble. Avec un complice, actuellement en fuite, il s'était fait remettre le contenu de la caisse sous la menace d'armes lourdes.

L'heure du déplacement du ministre de l'Intérieur n'a pas été précisée.

La police de l'Isère, déjà renforcée d'une soixantaine de CRS, a sollicité d'autres renforts. Dans la nuit, les forces de l'ordre ont également ouvert le feu sur un groupe après qu'un jeune a tiré au pistolet automatique vers les policiers.

Personne n'a été blessé.

Le Point- 17/07/10

22:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Sarkozy à la botte de la mondialiste Merkel - une petite phrase peu commentée

Sarko F2.jpg
12 juillet 2010

PARIS (EJP)--- Le Président français Nicolas Sarkozy a estimé que l'"on ne peut pas faire payer à l'Allemagne le nazisme jusqu'à la fin des temps".

Répondant à une question sur la rigueur budgétaire en Europe et ses relations avec la chancelière allemande Angela Merkel au cours d’une interview sur France-2 lundi soir, le président de la République a déclaré qu’en Europe il y a deux pays qui tiennent le système: "l'Allemagne et la France", ajoutant qu'il ferait "tout pour qu'il en soit toujours ainsi".

EJP - 14/07/10

L'Allemagne, cheval de Troie du NOM - (extraits)

Un « Pôle carolingien »

 

Malgré les désaccords de façade,Nicolas Sarkozy est, avec Angela Merkel, à l’avant-garde de ce que l’on pourrait appeler le « Pôle Carolingien » d’une union fédérale de la France et de l’Allemagne devant constituer, ensemble, l’armature intérieure d’une Europe inféodée à l’ordre mondial. Si le ralliement de la France à la doctrine mondialiste est récent, du moins dans sa phase décisive, l’ancrage de l’Allemagne, principal pays allié des États-Unis en Europe depuis 1945, est plus profond, et c’est le ministre des Affaires étrangères Joshka Fischer qui avait, en quelque sorte, ouvert le bal, lors de son discours à l’Université de Humboldt, le 12 mai 2000, relayé quelques jours après par son prédécesseur, Hans Dietrich Gensher, ministre des Affaires étrangère allemand, dans Le Figaro du 20 mai suivant : « L’intention de Joshka Fischer est maintenant de renforcer l’Union européenne dans la perspective de son élargissement. Il s’agit d’en faire un acteur efficace du Nouvel ordre mondial… » Puis encore, comme pour enfoncer le clou, Wolfghang Schäuble, ex patron de la CDU, dans Le Monde du 22 mai de la même année : « Au monde bipolaire de la guerre froide s’est substitué un monde multipolaire. Les États-Unis, la Russie, la Chine et, à quelques distances, le Japon, y ont déjà pris place. L’Inde va entrer dans le club. Il ne faut pas que l’Europe soit en reste. À ses débuts, le nouveau gouvernement allemand avait laissé un peu en friche le terrain de la politique étrangère. Ce plan Fisher lui restitue un visage européen sur l’arrière plan de la mondialisation. »

 

Concept mondialiste

 

La doctrine stratégique « globale » des États-Unis avait été élaborée une vingtaine d’années auparavant. Il est clairement énoncé dans le nouveau concept étasunien de « stratégie nationale de sécurité » dont le contenu fut révélé dans un article du New York Times du 8 mars 1992, qui mentionnait pour la première fois le Defense Planning Guidance du Pentagone, élaboré en liaison avec le Conseil national de la sécurité (NSA), plus haute instance américaine de sécurité et de politique internationale. On y apprend que les États-Unis doivent « tout faire pour dissuader d’éventuels rivaux, parmi les pays avancés et industrialisés, de défier notre domination, ne serait-ce que d’aspirer à un rôle plus grand à l’échelle mondiale ou régionale (…) La mission des États-unis sera de s’assurer qu’il ne soit permis a aucune puissance rivale d’émerger en Europe occidentale, en Asie ou sur le territoire russe. »(3) Il s’agit ni plus ni moins d’empêcher par n’importe quel moyen l’Europe et le Japon,“alliés” relativement dociles, ainsi que la Russie affaiblie mais encore redoutable, de relever la tête et de porter, un jour, ombrage au nouvel ordre mondial politique et économique imposé par Washington.

 

Ce document rend inutile tout commentaire, éclairant de lui-même les intentions étasuniennes, dont la nature même est d’ordre conspirative. Mais nous aurions néanmoins tort de désespérer, car aucune situation, aussi perdue qu’elle puisse paraître, n’est jamais complètement fermée. C’est la faille salvatrice qu’il nous faut désormais trouver pour opposer un Nouveau monde à ce Nouvel ordre mondial.

 

Clovis CASADUE, pour la revue FLASH

Publié sur Mecanopolis, avec l’aimable autorisation de Jean-Emile Néaumet, directeur de la rédaction.

Mecanopolis - 15/07/10

 

02:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

137 voitures brûlées en Seine-Saint-Denis

Communiqué de presse d’Alexandre Simonnot, secrétaire départemental du FN en Seine-Saint-Denis, membre du Comité central du Front National :

Brice Hortefeux ne voulait pas communiquer le nombre de voitures brûlées le 14 juillet, et pour cause ! 137 voitures ont été incendiées à cette occasion dans le seul département de la Seine-Saint-Denis.

Nicolas Sarkozy s’était vanté d’avoir obtenu des résultats spectaculaires en matière de lutte contre l’insécurité. Ces 137 voitures brûlées en Seine-Saint-Denis viennent démontrer très clairement le contraire. Après les belles paroles, la réalité.

Inutile de nous faire encore de belles promesses. Inutile de nous faire croire qu’il fera demain ce qu’il n’a jamais fait hier. En charge de la sécurité nationale depuis huit années, Nicolas Sarkozy n’a été capable que de promesses mais jamais d’actes et encore moins de résultats.

Seul le Front National pourra rétablir l’ordre et la sécurité en France car il est le seul à vouloir s’en prendre aux causes de cette insécurité qui sont l’immigration, et le manque de moyens policiers et judiciaires.

NPI - 16/07/10

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Trois adolescents d'Argenteuil incarcérés en Croatie

Dans cet intéressant article du Parisien (dont nous ne citons que les extraits les plus signifiants), on cherchera vainement les prénoms et noms de famille qui donneraient évidemment tout son sens à ce fait divers…

« Trois adolescents d’Argenteuil incarcérés en Croatie

Pour la quinzaine de jeunes du Val-d’Oise partis en colonie de vacances depuis la semaine dernière en Croatie, les vacances au camping ont tourné au cauchemar. Dans la soirée de dimanche, une bagarre a éclaté entre six adolescents d’Argenteuil âgés de 15 à 17 ans et deux Croates sur le port de la vieille ville de Dubrovnik. A l’issue de la rixe, l’un des deux Croates, mineur, a été victime d’une hémorragie cérébrale.

Il est sorti hier du coma où il était plongé. La police locale a placé les six jeunes Français en garde à vue et entamé une procédure judiciaire à leur encontre.

Depuis, trois d’entre eux ont été libérés, mais, en tant que témoins des affrontements, sont contraints de rester à la disposition de la justice. Leur passeport a été confisqué. Les autres ont été écroués. Selon la mère de l’un des jeunes interpellés, qui souhaite rester anonyme, la bagarre aurait été déclenchée par les Croates, qui n’auraient pas apprécié la façon dont les Français regardaient une jeune fille. Organisée par l’Union française des centres de vacances (UFCV), cette colonie regroupait 35 à 40 jeunes de toute la France, dont la quinzaine d’adolescents d’Argenteuil qui s’y étaient inscrits via les services municipaux.

La ville a dépêché hier matin en Croatie le conseiller municipal délégué à la jeunesse, Dominique Mariette (qui a la particularité d’être un activiste de Lutte Ouvrière, note de NPI), pour rencontrer les jeunes et assurer un rôle de médiateur avec les autorités locales. (…) Hier soir, la mairie d’Argenteuil réfléchissait à rapatrier les jeunes qui ne sont pas impliqués dans la bagarre de peur que « les Croates n’exercent des représailles ».

NPI - 16/07/10

00:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)