Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2010

Arrestation d'un sans-papiers moldave

800px-Flag_of_Moldova_svg.png
Drapeau de la Moldavie

JUVISY-SUR-ORGE (ESSONNE). «Pas gentils, les policiers. » Les mots sont simples dans la bouche de Daniel*, mais ils résument la peur et l’incompréhension de ce garçon de trois ans. Jeudi dernier, il a passé une partie de la soirée au commissariat de Juvisy où son père, un sans-papiers moldave de 43 ans, avait été placé en garde à vue.

Ce jour-là, Alexandre*, qui revient du centre de loisirs avec son fils, s’arrête acheter des cigarettes et se gare en double file. A la sortie, les policiers l’attendent, contrôlent ses papiers. En situation irrégulière, il est menotté et emmené au commissariat avec son fils. « Ils m’ont attaché à une chaise pendant vingt minutes, raconte-il, dans un français laborieux. Puis ils m’ont arraché Daniel. Je disais : Non, non, je suis son père . »
Les policiers appellent la maman, Maria*, qui travaille à , à plus d’une heure de transport de là. « Ils m’ont dit : Venez chercher votre fils tout de suite, sinon il ira dans un foyer . » Paniquée, elle appelle un cousin pour qu’il tente de récupérer l’enfant, saute dans le RER. Le cousin arrive, « entend Daniel pleurer ». Maria arrive à son tour vers 19 heures, surmonte sa peur du commissariat et retrouve son fils « tout rouge » qui, apeuré, « avait fait dans sa culotte ». Selon la famille, l’épisode aura duré près de deux heures, entre l’arrestation initiale et l’arrivée de la maman. Le commissariat, pour qui la garde à vue du père a officiellement démarré à 18 h 30, parle d’une « trentaine de minutes ». Placé en rétention puis relâché, Alexandre a formé un recours qui sera examiné ce matin par le tribunal administratif de Versailles (Yvelines). En cas de rejet, il pourrait être expulsé. Pour Maria, Daniel « n’aurait pas dû voir son père avec des menottes. Depuis, il fait des cauchemars et pipi au lit. ». « L’enfant a été emmené pour sa sécurité, réagit-on au commissariat. Il n’était pas question de le laisser seul dans la rue. Il a ensuite été séparé de son père parce que celui-ci devait être placé en garde à vue. Cela doit être fait dans l’heure, car les gardés à vue ont ensuite des droits, comme la visite médicale. L’enfant a été pris en charge à l’accueil, dans un lieu neutre, et une place en foyer avait été réservée, au cas où. »

* Les prénoms ont été modifiés.

Le Parisien - 29/04.2010

23:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La Belgique premier pays d'Europe à interdire le voile intégral

Homme et femme, enfant - niqab.jpg

Les députés belges n'ont plus de gouvernement mais ils ont voté à la quasi-unanimité l'interdiction de la burqa et du niqab dans les lieux publics.

Sans gouvernement et plongée dans une grave crise politique, la Belgique est néanmoins devenue, ce jeudi, le premier pays occidental à interdire le port du voile islamique intégral dans tout l'espace public - avant la France qui prévoit de présenter un texte similaire en mai.

Pour une fois unanimes, quelle que soit leur couleur politique ou leur appartenance linguistique, les députés belges ont voté dans la soirée un texte interdisant le port de la burqa et du niqab - deux d'entre eux se sont abstenus.

"L'image de notre pays à l'étranger est de plus en plus incompréhensible mais, au moins, par rapport à l'unanimité qui va s'exprimer au sein de ce Parlement sur ce vote interdisant la burqa et le niqab dans notre pays, il y a un élément de fierté à être Belge, s'est félicité le député libéral Denis Ducarme. Nous sommes le premier pays à faire sauter le verrou qui a mis bon nombre de femmes en esclavage et nous espérons être suivis par la France, la Suisse, l'Italie, les Pays-Bas, les pays qui réfléchissent".

"Qu'un pays, un tout petit pays, un peu difficile à gérer, ait pris une initiative comme celle là, les aidera peut-être à aller plus loin", a-t-il ajouté.

Seule une toute petite partie de la communauté musulmane est concernée, le port du voile intégral étant un phénomène marginal en Belgique.

Le texte, qui ne parle pas explicitement de burqa ou de niqab, prévoit que les personnes qui "se présenteront dans l'espace public le visage masqué ou dissimulé, en tout ou en partie, par un vêtement de manière telle qu'ils ne soient plus identifiables" seront punies d'une amende et/ou d'une peine de prison de un à sept jours.

L'espace public désigne l'ensemble des rues, chemins, jardins publics, terrains de sports ou "bâtiments destinés à l'usage du public où des services peuvent lui être rendus".

Des exceptions sont toutefois prévues pour les événements festifs comme les carnavals, s'ils ont été autorisés par décision municipale.

Certains experts ont émis des doutes sur l'utilité de cette loi. Ils ont notamment fait remarquer que des règlements de police interdisant de cacher son visage sont déjà en vigueur dans la plupart des communes belges concernées.

Depuis un an et demi, des femmes portant un voile intégral sont régulièrement verbalisées. En 2009, 29 procès-verbaux d'amende ont été dressés par la police sur l'ensemble de la région de Bruxelles-Capitale pour port du voile intégral dans un lieu public.

Selon les députés, les textes jusqu'à présent en vigueur, remontant à l'entre-deux-guerres et qui visaient à l'origine à lutter contre les gangs pratiquant des braquages, n'étaient plus adaptés à la situation.

Deux arguments principaux ont été avancés par les législateurs: la question de la sécurité - il faut que chacun soit identifiable en tous lieux - et celle de la "dignité de la femme" et du respect des "principes démocratiques fondamentaux".

Le voile intégral est "une prison mobile" relevant d'une "pratique moyenâgeuse", a estimé le libéral flamand Bart Somers. "C'est la manifestation la plus visible d'autres atteintes aux droits humains", a renchéri son collègue démocrate-chrétien Georges Dallemagne.

La chambre haute du Parlement belge, le Sénat, devra également se prononcer sur le texte - ce qui, compte tenu de la crise politique actuelle, pourrait prendre du temps.

AFP. 29/04/2010

23:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Israël: un ancien membre du gouvernement condamné pour crimes sexuels

Nissim Aharon a été condamné pour crimes sexuels graves. Lundi, l'ordre de censure médiatique sur l'affaire a été levé. Il a écopé de dix ans de prison ferme pour viol, sodomie et comportement outrageant.

L'accusé s'est successivement fait passer pour un rabbin, un agent du Mossad et un employé du Shin Bet (Agence de sécurité intérieure). Jusqu'il y a un an et demi, il était employé par le ministère de la Défense. Aharon s'est présenté durant 16 ans comme un rabbin spirituel doté de "pouvoirs guérisseurs" spéciaux résidant dans son "sperme saint", exploitant la crédulité de nombreuses femmes et jeunes filles.

Conformément à la décision de la cour, il devra payer la somme de 100 000 shekels aux cinq femmes qui ont porté plainte contre lui. Le juge a qualifié son comportement de "corrompu" "monstrueux".

Le masque du "rabbin"

Tout en se déclarant rabbin, Aharon proclamait qu'il était interdit de parler avec lui face-à-face, et acceptait uniquement les appels téléphoniques. Lorsque les femmes innocentes sollicitaient l'aide ou l'opinion du "rabbin", il changeait sa voix et se disait être l'illustre religieux. A l'issue de plusieurs discussions, il proposait l'aide de son "assistant", Aharon, et de ses "services spéciaux" administrés par voie sexuelle.

Dans l'un des cas, une femme soldat avait requis l'aide du "rabbin" pour obtenir une certaine position au sein de l'armée. Sans hésitation, Aharon l'avait dirigée vers un "officier compétent", qu'il a ensuite incarné. Cet "officier" avait demandé à la soldate de "prouver ses capacités" en ayant des relations sexuelles avec une personne qu'il allait lui indiquer, qui s'avérait être bien sûr Aharon lui-même.

L'accusé a ainsi attiré au fil des années un nombre conséquent de personnes qui croyaient en ses "pouvoirs". Quand ses victimes l'approchaient pour lui demander conseil, il leur demandait de payer des sommes qui atteignaient parfois plusieurs centaines de milliers de shekels. Jusqu'à présent, 10 victimes ont contacté la police pour se plaindre du comportement d'Aharon. Il ne s'agirait pourtant "que de la partie émergée de l'iceberg", confie une source proche de l'affaire.

JERUSALEM POST - 26/04/2010

19:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Jokergate: l'humour juif est une affaire sérieuse

Jim Jones histoire juive.jpg
Jim Jones, conseiller à la Sécurité nationale

Après le Watergate est venu le temps du "Jokegate". Principal coupable : le conseiller américain à la Sécurité nationale qui s'est permis de faire une plaisanterie de mauvais goût, interprétée comme antisémite, devant un auditoire en grande majorité juive.

Amené à s'exprimer au sujet du processus de paix au Moyen-Orient lors de la visite d'Ehoud Barak aux Etats-Unis cette semaine, Jim Jones a choisi de commencer son discours par une histoire. Celle d'un marchand juif refoulant un soldat taliban assoiffé, et réussissant finalement à lui vendre une cravate pour que ce dernier puisse acheter de l'eau dans le restaurant de son frère.
"Je pense que cette histoire est vraie, a renchéri Jim Jones, "et que cela s'est passé récemment dans le sud de l'Afghanistan." Bien entendu, elle n'a rien d'authentique.

Une réelle préoccupation américaine

Cette mini-crise, baptisée "Jokegate" par le journaliste Jeffrey Goldberg dans le magazine The Atlantic, jette la lumière sur le caractère spécifique de l'humour ethnique.

A l'origine, la plaisanterie évoquée par le haut-responsable américain est une vieille histoire mille fois entendue dont l'humour repose sur l'importance inattendue que prend un magasin de cravates en plein milieu du désert. Mais Jones l'a très mal racontée, et pour répondre aux plaintes qui s'en sont suivies, il note que sa plaisanterie ne visait pas à diviser les Juifs mais à les "unir".

Certes, Jones a voulu introduire ses remarques d'une bien curieuse manière, mais le discours qui a suivi a tout de même du poids. Par son biais, l'administration américaine n'a jamais autant fustigé la diplomatie à deux visages de l'Iran et a exprimé une fois de plus son souci de la sécurité israélienne.

L'humour, une épée à double tranchant

Jones a semblé penser que les plaisanteries "juives" constituent un bon moyen de s'octroyer les bonnes grâces de son public, dont de nombreux donateurs juifs et le personnel de l'Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient. Une façon d'évoquer finalement le triomphe spirituel juif sur leurs ennemis. Au moins, espérons que c'est ce qu'il avait en tête.

Malheureusement pour l'ancien commandant de la Marine, l'humour est une épée à double tranchant. Son pouvoir provient de sa plasticité, de la façon de jouer sur la polysémie et ses résultats inattendus.

Pour les Juifs il s'agit de grand art, d'une arme des plus aiguisées voir d'un héritage sacré légué par les maîtres conteurs juifs qui exprimaient leurs soucis et leurs propres travers. L'humour reste trop puissant pour être manié sans précaution par quelqu'un de non expérimenté. De même que les Sages interdisent toute critique qui ne sera pas entendue, l'humour doit seulement être employé s'il est compris. Pour cela, le contexte est un élément clé.

L'erreur de Jones n'est pas d'avoir raconté une plaisanterie juive, mais de l'avoir mal racontée, sans un esprit de camaraderie qui aurait donné à l'histoire sa raison d'être. La mauvaise histoire sera bientôt oubliée mais espérons que le conseiller américain à la Sécurité nationale retiendra de cela une bonne leçon : l'humour est une affaire sérieuse.

Jerusalem Post - 29 avril 2010

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

HUMOUR

Chimulus.JPG
(Cliquez sur le dessin pour le voir en totalité)

18:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO - Apparition christique sur le site Google Maps

http://videos.tf1.fr/infos/2010/apparition-christique-sur...

Un "miracle" hongrois grâce au site Google Maps, qui permet d'apercevoir en plein champ, à Puspokladany exactement, le visage de Jésus.

28 avril 2010

17:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La Grande-Bretagne submergée par l'invasion migratoire

Gordon Brown.jpg
Gordon Brown
La gaffe de Gordon Brown, qui a qualifié de "sectaire" une retraitée l'interrogeant sur l'importante immigration en provenance des pays de l'Est, a remis en lumière un sujet sensible au Royaume-Uni, mais peu présent dans les discours des grands partis.

La question de l'immigration est en tête des préoccupations des électeurs à Peterborough, une ville de l'est de l'Angleterre où quelque 20.000 migrants européens sont arrivés depuis 2004 pour travailler dans l'agriculture et les services, notamment de République tchèque et des pays baltes.

"Le fait que les gens viennent travailler à Peterborough est une bonne chose. Mais il y en a un grand nombre et il est parfois difficile pour la ville d'y faire face", souligne le député conservateur local Stewart Jackson.

La ville de 160.000 habitants abrite une importante communauté pakistanaise, mais aussi des populations venues d'Italie, d'Irlande, d'Ouganda, ou encore d'Afghanistan et d'Irak, qui coexistent pacifiquement la plupart du temps.

Mais les services publics sont très sollicités et le chômage après une longue période de récession a fait du flux migratoire un thème important des élections du 6 mai, renforçant le parti anti-européen UKIP qui n'a pour l'instant aucun député aux Communes.

Le parti d'extrême droite BNP, qui fait lui campagne sur l'arrêt de toute immigration, n'a pourtant pas réussi à présenter un candidat à Peterborough.

Selon un récent sondage Harris pour le Daily Mail, 69% des électeurs se disent "très inquiets" du nombre de migrants en Grande-Bretagne.

Gordon Brown, en campagne dans les Midlands, s'est défendu d'ignorer le sujet jeudi matin. "L'immigration est un sujet qui me préoccupe", a-t-il concédé, rappelant que son gouvernement travailliste avait mis en place un système à points pour l'attribution des visas.

68.000 migrants d'Europe centrale et de l'est sont venus travailler en Grande-Bretagne en l'espace d'une année jusqu'à juin 2009, moins que les 100.000 arrivés l'année précédente, mais tout de même beaucoup plus que la prévision officielle de 13.000.

A Peterborough, où le chômage est supérieur à la moyenne nationale et les actifs généralement peu qualifiés, de nombreux habitants se sentent abandonnés.

"J'étais au bureau pour l'emploi, il y avait cinq Anglais. Deux étrangers arrivent et ils reçoivent toute l'aide", se plaint une chômeuse de 19 ans.

Les services publics de Peterborough sont aussi mis à rude épreuve et deux élus locaux ont averti récemment que les écoles avaient du mal à accueillir des élèves parlant à eux tous 27 langues différentes.

Mais c'est un camp de fortune installé par quelque 40 Européens de l'est sans emploi à côté de la rivière Nene qui provoque le plus de critiques. Le camp a été finalement vidé la semaine dernière, trop tard pour éviter que certains journaux le prennent en exemple pour affirmer que la ville était "submergée" par les immigrés.

Ed Murphy, le candidat aux législatives du Labour qui espère reprendre la ville aux Tories, estime "scandaleux" que l'évacuation du bidonville ait pris autant de temps, accroissant les tensions.

Le parti UKIP souligne de son côté que si, comme il le préconise, la Grande-Bretagne quittait l'Union européenne, elle pourrait fermer ses frontières et n'aurait plus à accueillir ces migrants.

"L'immigration n'est plus maîtrisée -- nous sommes débordés", assène Frances Fox, une ancienne employée de cantine scolaire de 76 ans, candidate pour ce parti.

Le Point - 29/04/2010

17:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

USA : la nappe de pétrole menace la côte de Louisiane d'une catastrophe majeure

Nappe pétrole 965 km de circonférence.jpg
Marée noire golfe du Mexique.jpg
Golfe du Mexique (Cliquez sur les photos pour les voir en entier)

L'équivalent de 5000 barils par jour, c'est cinq fois plus qu'annoncé jusqu'ici ! Alors que la marée noire consécutive à l'incendie et au naufrage d'une plateforme pétrolière jeudi dernier menace les côtes de la Louisiane, aux Etats-Unis, les équipes d'intervention ont trouvé un troisième point de fuite sur le puits, qui aggrave l'écoulement de dans les eaux du golfe du Mexique.

Ce ne sont plus 159 000 litres de brut qui s'en échapperaient, mais 800 000 !

Michael Abdenhoff, un porte-parole de , compagnie qui exploitait la plateforme, a reconnu l'existence d'une nouvelle fuite tout en contestant le volume de pétrole qui s'en échappe. «Je dirais que la fourchette se situe entre 1 000 et 5 000 barils par jour», a de son côté dit un responsable de BP, Doug Suttles, interrogé par la chaîne NBC.

Le gouverneur de Louisiane a demandé une aide d'urgence pour protéger les fragiles côtes de l'Etat, qui pourrait être touchées dès ce jeudi. Une portion de la nappe principale s'est détachée et est poussée vers les côtes par des vents forts.

Des barrages flottants ont été déployés sur 20 milles nautiques au large de la côte de Louisiane pour tenter de contenir le pétrole, mais ils n'ont pas pu comprimer la portion qui s'échappe. La nappe de pétrole grandit de jour en jour, elle atteignait mercredi soir 965 km de circonférence et se trouve à moins de 26 km des côtes de Louisiane, une région déjà durement éprouvée en 2005 par l'ouragan Katrina.

Les marais côtiers menacés

Pour tenter de contenir la progression de la marée noire, les autorités ont décidé de tenter d'enflammer une partie de la nappe, emprisonnée par des barrages flottants. Mercredi, vers 23 h 45 heures française, des équipes d'intervention ont mis le feu. Mais un changement de la direction des vents menaçait d'annuler les effets de cet essai d'incendie «contrôlé». Les autorités comptent renouveler l'expérience, mais devront attendre plusieurs jours que les vents se calment.

Ce type d'opération n'est pas sans risques. Outre la possibilité d'un embrasement général, la mise à feu de ce brut pourrait présenter des dangers pour l'environnement, avec le risque de projection dans l'atmosphère d'immenses bouffées d'une épaisse fumée noire et de déchets visqueux dans la mer. L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) devrait contrôler la qualité de l'air tout au long des opérations.

Les Etats-Unis sont menacés par la plus grande marée noire de leur histoire. En première ligne, les marais côtiers de Louisiane constituent un sanctuaire pour la faune, en particulier les oiseaux aquatiques. Les autres Etats américains de la région, la Floride, l'Alabama et le Mississippi notamment, craignent que la nappe de pétrole ne souille dès ce week-end leurs plages et ne pollue les pêcheries, cruciales pour l'économie locale.

Des éleveurs de crevettes de Louisiane ont d'ores et déjà déposé une plainte contre BP pour «négligence» et «pollution», selon le texte dont l'AFP s'est procuré copie jeudi. Ils comptent obtenir 5 millions de dollars de dommages. Deux éleveurs sont à l'origine de cette plainte en nom collectif à laquelle de nombreux plaignants pourront se joindre en cours de procédure.

Le Parisien - 29/04/2010

17:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

29 avril 1429

432PX-~1.JPG
(Cliquez sur le tableau pour le voir en entier)
Jeanne d'Arc brise le siège d'Orléans et délivre la ville des Anglais

14:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Sarkozy veut impliquer la Chine dans la gouvernance mondiale

Chine Hu Jintao sarkozy.jpg
Sarkozy et Hu Jintao (Cliquez sur la photo double pour la voir en totalité)
 

PEKIN — Au premier jour de la visite d'Etat du président français Nicolas Sarkozy en Chine, Paris et Pékin ont décidé mercredi d'ouvrir "une nouvelle page" dans leurs relations, après les mois de brouille autour de la question du Tibet.

Nicolas Sarkozy a entamé en milieu d'après-midi à Pékin sa deuxième visite d'Etat en Chine par un entretien avec son homologue chinois Hu Jintao.

Le président Sarkozy est accompagné de son épouse Carla Bruni-Sarkozy.

"La visite du président Sarkozy en Chine a ouvert une nouvelle page dans les relations sino-françaises. Nous sommes déterminés à construire un partenariat global stratégique avec la France, qui soit durable, sain, stable et tourné vers le monde", a affirmé M. Hu, lors d'une déclaration conjointe avec M. Sarkozy, devant la presse, à l'issue de leur entretien.

De son côté, M. Sarkozy n'a eu de cesse, et dans une interview à l'agence officielle Chine nouvelle, puis lors de la déclaration commune avec son homologue chinois, d'insister sur l'importance du rôle de la Chine au plan mondial.

"J'ai la conviction qu'il n'y a pas de reprise de la croissance sans la stabilité du monde, et que la stabilité du monde n'est pas possible sans une implication plus forte de la Chine" sur la scène internationale, a affirmé M. Sarkozy.

Selon le président français, "nous avons besoin d'une Chine qui prenne toutes ses responsabilités, toute sa place" dans le monde.

Avec ces déclarations, tant Paris que Pékin montaient ainsi leur détermination à tirer un trait sur une brouille qui avait duré plusieurs mois, fin 2008 début 2009, en raison de plusieurs événements liés à la question du Tibet (flamme olympique malmenée à Paris au printemps 2008, rencontre entre M. Sarkozy et le dalaï lama en décembre...) et qui avaient ulcéré Pékin.

Dans ce contexte apaisé, Nicolas Sarkozy a prôné la mesure sur les dossiers divisant la Chine et ses partenaires commerciaux comme la question de la sous-évaluation du yuan.

"La conviction française est qu'il est parfaitement improductif de s'accuser les uns les autres. Il est beaucoup plus intelligent de préparer l'évolution nécessaire de l'ordre monétaire du XXIe siècle", a-t-il déclaré.

Les Etats-Unis, l'Union européenne mais aussi désormais des pays émergents estiment que la sous-évaluation de la monnaie --qui fait baisser le prix des produits chinois-- donne un avantage concurrentiel injuste à la Chine.

"Nous allons travailler très en amont pour préparer la présidence française du G20 en réfléchissant à un nouvel ordre monétaire multipolaire", a affirmé M. Sarkozy, ajoutant que Paris et Pékin allaient également "réfléchir à la régulation des prix des matières premières".

Durant leurs entretiens "approfondis", les deux chefs d'Etat ont passé en revue des dossiers internationaux, notamment celui du nucléaire iranien, mais aussi des sujets économiques bilatéraux, comme la coopération franco-chinoise dans le domaine du nucléaire civil, avait plus tôt indiqué Nicolas Sarkozy.

Alors que le premier béton du deuxième réacteur nucléaire de type EPR vendu par le français Areva à la Chine vient d'être coulé, Nicolas Sarkozy a affirmé "souhaiter que (les deux parties) puissent discuter de deux tranches supplémentaires sur le site" de Taishan, dans la province du Guangdong (sud).

Il a précisé espérer "un accord intergouvernemental à l'automne" à ce sujet, à l'occasion de la visite prévue en France du chef de l'Etat chinois.

Les deux réacteurs nucléaires de 3e génération ont été vendus en novembre 2007 par Areva pour 8 milliards d'euros, combustible compris.

Le président Sarkozy poursuivra ses entretiens jeudi avec le président de l'Assemblée populaire de Chine, Wu Bangguo, et vendredi avec le Premier ministre Wen Jiabao.

AFP. 28/04/2010

00:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEOS - Une gigantesque marée noire menace les côtes américaines

Marée noire EU.jpg
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Alors que la marée noire consécutive au l'incendie et le naufrage d'une plateforme pétrolière jeudi dernier menace les côtes de la Louisiane, aux Etats-Unis, des équipes d'intervention s'employaient mercredi à essayer d'enflammer la nappe de qui flotte sur les eaux du golfe du Mexique.

Avec la fuite quotidienne de 159 000 litres de pétrole, la nappe d'hydrocarbure atteint désormais 965 km de circonférence et se trouve à moins de 30 km des côtes. Une flottille de bateaux déployée par les gardes-côtes américains et la compagnie britannique - exploitante de la plateforme - était occupée à la mi-journée à tenter de comprimer le pétrole en l'emprisonnant dans un barrage flottant.

«Ce pétrole sera ensuite déplacé vers une zone plus éloignée, où il sera enflammé et brûlera de manière contrôlée», a expliqué dans un communiqué la cellule de crise chargée de l'opération. «Aujourd'hui nous procédons à une sorte d'essai de mise à feu pour savoir, dans un premier temps, si c'est faisable», a expliqué une porte-parole des gardes-côtes, le capitaine de corvette Cheri Ben-Ieseau.

En première ligne, les marais côtiers de Louisiane

Les Etats-Unis sont menacés par la plus grande marée noire de leur histoire. En première ligne, les marais côtiers de Louisiane qui constituent un sanctuaire pour la faune, en particulier les oiseaux aquatiques. Les autres Etats américains de la région, la Floride, l'Alabama et le Mississippi notamment, craignent que la nappe de pétrole ne souille dès ce week-end leurs plages et ne pollue les pêcheries, cruciales pour l'économie locale.

Seulement, la mise à feu de cette nappe de pétrole - si elle réussit - pourrait aussi présenter des dangers pour l'environnement avec le risque de projection dans l'atmosphère d'immenses bouffées d'une épaisse fumée noire et de déchets visqueux dans la mer. L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) devait contrôler la qualité de l'air tout au long des opérations et des responsables ont assuré que si les normes de sécurité étaient transgressées, les opérations seraient interrompues.

Onze personnes portées disparues

Mardi, les efforts de BP pour colmater les fuites ont échoué malgré l'utilisation de quatre bras robotiques opérant par 1 500 mètres de fond. Et les ingénieurs se démènent pour construire un large couvercle sous-marin destiné à endiguer la fuite. BP envisage également de forer des conduits de secours destinés à injecter un enduit spécial pour boucher définitivement le puits, mais cela pourrait prendre deux à trois mois.

La plateforme a coulé jeudi dernier non loin des côtes américaines après une explosion et un incendie survenus le 20 avril au soir. Une semaine après l'accident, onze personnes étaient portées disparues.

Le Parisien - 28/04/2010

00:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

28/04/2010

Le tricentenaire de la Chapelle royale de Versailles

Chapel_Royal.jpg
Versailles_chapelle_royal_topview.jpg
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
 Si vous êtes amené à visiter la célèbre cité du Roi Soleil, au sein du plus grand château au monde, ne manquez pas l’exposition « Une chapelle pour le roi ». Elle sacre à Versailles les 300 ans de la chapelle royale, dont la construction alla de 1687 à 1710 sous la direction de Jules Hardouin-Mansart. Un chef d’œuvre de l’art classique à une époque où l’Europe parlait français de Paris à Saint-Pétersbourg.

Un haut lieu de l’histoire française où se déroulèrent les cérémonies les plus importantes de l’Ancien Régime, notamment, le mariage de Louis XVI et Marie-Antoinette. Une architecture grandiose s’offre aux visiteurs qui découvriront de nombreux chefs-d’œuvre : les peintures de la voûte représentent les trois personnes de la Trinité, le grand tapis de la nef, ou encore, l’orgue, situé dans la tribune au-dessus du maître-autel, inauguré en 1711, oeuvre de Robert Clicquot. Mais aussi, des pièces d’orfèvrerie inédites, telles que le mobilier liturgique offert par Louis XIV au tombeau de Jésus-christ, le Saint-Sépulcre, à Jérusalem.

L’exposition se tient jusqu’au 18 juillet. Renseignements : 01 30 83 78 00.
Un site internet permet également de visiter la chapelle en 3D : www.chapelle.chateauversailles.fr

NOVOpress - 26 avril 2010


23:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Un conseiller de la Maison-Blanche obligé de s'excuser pour une blague juive

Le général James Jones, conseiller de la Maison-Blanche pour la sécurité nationale, s’est excusé aujourd’hui pour la blague juive qu’il a racontée au début d’une allocution récente devant le Washington Institute for Near East Policy, un groupe de réflexion pro-Israël. Je résume la blague:

«Un militant taliban se perd et erre dans le désert en quête d’eau. Il arrive enfin dans un petit magasin tenu par un juif et demande de l’eau. Le commerçant juif lui dit qu’il n’a pas d’eau mais qu’il peut lui vendre une cravate. Le taliban se met à jurer et crier en s’adressant au commerçant juif. Le juif, imperturbable, donne un conseil au militant impoli : “Au-delà de la colline se trouve un restaurant où on te vendra de l’eau.” Le taliban, tout en continuant à jurer, fini par s’en aller vers la colline. Une heure plus tard, il revient au magasin de cravates. Il entre et dit au marchand : “Ton frère me dit que j’ai besoin d’une cravate pour rentrer dans le restaurant.”»

Badabing!

Selon ce billet publié sur un blogue du journal The Forward, la blague du général a fait rire l’assistance, parmi laquelle se trouvaient plusieurs juifs. Mais tous les auditeurs ne l’ont pas trouvée drôle, certains se demandant si un responsable de la Maison-Blanche pouvait se permettre d’ironiser sur le stéréotype du juif cupide. «Pouvez-vous imaginer s’il avait raconté une blague noire devant un auditoire d’Afro-Américains?» a demandé une source du Forward.

Quoi qu’il en soit, la Ligue anti-diffamation a dénoncé la blague du général Jones, et celui-ci a présenté ses excuses peu après.

Cyperpresse.ca - 26 avril 2010

22:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Avortement: le sévère retour en arrière de l'Oklahoma

Avortement-retour-en-arriere-dans-le-Sud-des-Etats-Unis_mode_une.jpg

 L'Etat de l'Oklahoma a adopté des lois qui rendent notamment plus difficile l'avortement des femmes violées et n'oblige plus les médecins à révéler à la mère une malformation du foetus.

Nouvelle offensive de l'Amérique conservatrice contre l'avortement. Les parlementaires de l'Etat de l'Oklahoma ont adopté mardi une série de lois qui restreignent la liberté des femmes à se faire avorter. Des dispositions qui comptent parmi les plus «extrêmes» du pays, selon les organisations favorables à l'avortement.

L'un des textes protège dorénavant les médecins contre d'éventuelles plaintes de parents en cas de malformations du nouveau-né. De fait, les médecins qui choisiraient de ne pas divulguer les résultats d'analyses sur des malformations du foetus - une amniocentèse qui permet de détecter certaines anomalies chromosomiques par exemple - ne pourront pas être poursuivis en justice.

L'avortement est rendu plus difficile même pour les femmes qui ont été victimes de viol ou d'inceste. Avant de mettre un terme à leur grossesse, elles devront ainsi prendre connaissance d'une description détaillée de leur foetus et voir une image réalisée par échographie. Elles devront d'ailleurs se soumettre à une échographie par voie vaginale plutôt qu'abdominale car les médecins sont appelés à utiliser la méthode «qui montre l'embryon ou foetus le plus nettement».

 

Les lobbys «pro-life» redoublent d'activisme

 

Le gouverneur démocrate de l'Etat, Brad Henry, avait tenté la semaine dernière de bloquer ces textes par son veto. Mais mardi, les parlementaires de l'Etat de l'Oklahoma, à majorité républicaine, sont passés avec l'aide de voix démocrates. Le veto du gouverneur n'est en effet pas absolu et peut être outrepassé avec une majorité des deux tiers.

Le Center for Reproductive Rights, une organisation favorable à la liberté de choix pour l'avortement, a aussitôt porté plainte. Il conteste notamment la constitutionnalité du dispositif obligeant les femmes à subir une échographie vaginale, affirmant que cela empiète «profondément sur la vie privée», protégée aux Etats-Unis par le 14e amendement de la Constitution.

C'est au nom de ce même amendement qu'en 1973, la Cour suprême des Etats-Unis avait décidé que les Etats ne pouvaient pas limiter les droits à l'avortement avant que le foetus soit considéré comme viable - généralement autour de 24 semaines - ou lorsque la vie de la femme est en danger. Mais plusieurs Etats ont depuis adopté des lois restreignant de facto ces droits à l'avortement.

Après l'élection d'Obama les lobbys «pro-life», très actifs aux Etats-Unis, ont redoublé d'activisme, menant la fronde contre sa réforme de la santé. Il y a quelques semaines, l'Etat du Nebraska a également voté des dispositions interdisant les avortements après 20 semaines de grossesse. Nebraska comme Oklahoma font figure de bastions traditionnels de l'Amérique républicaine et conservatrice. L'Oklahoma fait partie de la «Bible Belt», la partie la plus rigoriste du pays. Dans les deux cas, ces nouvelles législations devraient néanmoins faire l'objet d'âpres batailles judiciaires qui pourraient bien mener, comme dans les années 1970, jusqu'à la Cour suprême.

Cet arsenal législatif interdit les avortements après 20 semaines de grossesse, à moins que la femme enceinte ne soit en danger de mort ou de grave infirmité physique. Par ailleurs, ces lois ne mentionnent plus la prise en compte de la santé mentale de la femme ni des circonstances dans lesquelles elle est tombée enceinte comme le viol ou l'inceste.

ELLE et Le Figaro - 28/04/2010

Abolition de la peine de mort pour les bébés!

20:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Abominable: un bébé abandonné meurt après cinq jours d'agonie dans son berceau - les services sociaux mis en cause

http://www.rtl.fr/fiche/5939470040/un-bebe-meurt-abandonn...

Pourquoi et surtout comment ce bébé de 10 mois a-t-il pu être laissé seul ?

Cet enfant est mort de déshydratation et de malnutrition au Péage-de-Roussillon, en Isère, sans doute victime d'une carence des services sociaux et peut-être aussi de la justice selon des informations de notre correspondant RTL Serge Pueyo. Alors qu'elle ne se trouvait pas à son domicile, la maman de l'enfant, une toxicomane, a dû être hospitalisée dans un état grave suite à une overdose. Le père, lui aussi toxicomane, avait quitté le domicile familial. Leur enfant, un petit garçon nommé Lorenzo, a été retrouvé mort, après 5 jours d'agonie, seul, dans son berceau.

Sur RTL, le père de l'enfant se dit "sous le choc" et annonce qu'il va "porter plainte contre les services sociaux", coupables à ses yeux d'avoir trop attendus.

Le premier enfant de la mère toxicomane lui avait déjà été retiré. En septembre dernier, le conseil général avait donc signalé le cas de cette famille à la justice. Au bout de 6 mois d'enquête, un juge a ordonné la mise en place d'une assistance éducative renforcée avec la visite fréquente d'assistantes sociales au domicile du bébé.

Mais l'Association de la Sauvegarde de l'Enfance a tardé à mettre en œuvre cette mesure. Un mois après la décision du juge, le bébé est décédé, abandonné par les adultes.

Suite à ce drame, le conseil général de l'Isère dénonce l'inertie de l'Association de la Sauvegarde de l'Enfance et a demandé  l'ouverture d'une enquête contre cette association chargée d'appliquer les décisions de justice.

Le parquet de Grenoble a ouvert une information judiciaire pour privation de soins ayant entrainé la mort par ascendant.

RTL Info - 28/04/2010

20:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - La lettre d'une ancienne déportée censurée par la mairie de Parthenay

903047_ida.jpg
Ida Grinspan en voyage à Auschwitz-Birkenau (Cliquez sur la photo)
 

La mairie de Parthenay a censuré une lettre écrite par Ida Grinspan, ancienne déportée, qui devait être lue dimanche à des élèves dans le cadre de la Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation.

Selon le Courrier de l'Ouest de mercredi, Nathalie Lanzi, professeur d'histoire-géographie au collège de la Couldre (Deux-Sèvres), avait demandé à l'ancienne déportée d'Auschwitz de rédiger un texte sur son histoire.

   Les élèves devaient le lire dimanche, lors de la commémoration de la ville. Ida Grinspan relatait son arrestation par trois gendarmes à 14 ans, le 30 janvier 1944. Mais son témoignage a heurté Michel Birault, adjoint en charge des affaires patriotiques et lui-même ancien gendarme. A contrecoeur, l'enseignante a accepté de remplacer le mot «gendarmes» par «hommes».

 

Michel Birault a ensuite présenté le texte au maire Xavier Argenton (NC) qui, lui, a refusé sa lecture. «Ne stigmatisons pas une catégorie professionnelle qui dans ces temps troubles avait obéi aux ordres de l'autorité légitime», a-t-il dit à son adjoint. Ce texte «n'est pas de nature à apaiser les ressentiments à une époque où le repentir est malheureusement mis en exergue», a-t-il ajouté, selon le Courrier de l'Ouest.

«Mon objectif n'était pas de blesser mais de dire l'histoire. Je suis attachée au devoir de mémoire et au souci de vérité», a conclu Nathalie Lanzi, également conseillère régionale ().

Pour Ida Grinspan, «c'est terrible, cette mentalité-là. Il faut savoir regarder la vérité en face. Ce que je dis dans ce texte, je le dis à chaque fois que j'interviens dans une école. Je dis simplement ce qui a été».

Depuis plus de vingt ans, cette femme accompagne les voyages scolaires du Mémorial pour la Shoah en Pologne, pour témoigner de l'enfer du camp de concentration d'Auschwitz.

Le Parisien - 28/04/2010

19:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La Russie met en ligne les preuves du massacre de Katyn par Staline

Tusk - Poutine.jpg
(Cliquez sur la photo pour l"agrandir)

La Russie a mis en ligne mercredi des documents déjà déclassifiés sur le massacre de milliers d'officiers polonais en 1940 par la police de Staline, une mesure symbolique ordonnée par le président Dmitri Medvedev sur fond de réchauffement des relations russo-polonaises. "Sur décision du président de la Fédération de Russie, D.A. Medvedev, les copies électroniques de documents originaux sur le 'problème de Katyn' du 'dossier nº 1' ont été publiées", est-il écrit sur le site de l'Agence fédérale des archives, rusarchives.ru.

Le président Dmitri Medvedev, en visite à Copenhague, a estimé que la Russie devait "au monde" d'être transparente sur ce dossier et a laissé entendre que les archives toujours classifiées pourraient être transmises à la Pologne. "J'ai ordonné que les travaux nécessaires soient menés pour que les documents (classifiés) intéressant nos collègues polonais leur soient transmis après la mise en oeuvre des mesures appropriées", a-t-il assuré. Parmi les documents mis en ligne, le plus marquant est une note du chef de la police politique (NKVD), Lavrenti Beria, portant la signature du dictateur soviétique Joseph Staline, où il est proposé d'exécuter les officiers polonais. Mais, comme l'ont rappelé M. Medvedev et rusarchives.ru, ce contenu n'est pas une surprise, les documents ayant été déclassifiés en 1992 et transmis à Varsovie.

Un geste "avant tout symbolique"

À la suite de l'invasion par l'URSS en septembre 1939 des régions polonaises de l'Est en vertu du pacte germano-soviétique, environ 22.000 officiers polonais, prisonniers de l'Armée rouge, ont été abattus dans la forêt de Katyn et à Mednoïe (Russie), ainsi qu'à Kharkiv (Ukraine). Pendant des décennies, l'Union soviétique a accusé les nazis d'avoir commis ces assassinats. Ce n'est qu'en avril 1990 que le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a reconnu la responsabilité de son pays dans ces massacres.

Le Point - 28/04/10

19:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Bande de Gaza: un Palestinien de 20 ans tué par des tirs israéliens

Palestinienne en pleurs.jpg

Un Palestinien âgé de 20 ans a été tué mercredi dans la bande de Gaza à la suite de tirs israéliens en marge d'une manifestation contre la zone tampon instaurée par Israël à sa frontière avec l'enclave palestinienne, ont affirmé des sources médicales palestiniennes.

Ahmed Salim, touché par balle à une jambe, a été transporté à l'hôpital Al-Shifa, où il est décédé, a rapporté le chef des services d'urgence de Gaza, Mouawiya Hassanein.

Selon un correspondant de l'AFP et des témoins, ce Palestinien se trouvait au sein d'un groupe de quelques dizaines de protestataires qui --à l'écart de la manifestation-- jetaient des pierres en direction de soldats israéliens postés le long de la frontière.

L'armée israélienne n'a pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat.

Mercredi, quelques centaines de personnes ont participé à cette manifestation hebdomadaire contre la zone tampon établie par Israël sur plus de 300 mètres dans le but affiché d'empêcher les attaques de groupes armés palestiniens depuis le territoire contrôlé par le Hamas islamiste.

Plusieurs personnes ont été blessées dans le cadre de ces manifestations, en dépit des affirmations répétées par Israël qu'il ne pratique que des tirs de sommation visant à empêcher les protestataires d'entrer sur ce qu'elle considère comme une zone militaire interdite.

Le Point - 28/04/10

18:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Emirats: un imam jugé pour pédophilie

Un imam indien d'une mosquée de Dubaï a comparu hier devant un tribunal de cet émirat du Golfe, accusé d'avoir abusé sexuellement d'un garçon américain de huit ans, a rapporté aujourd'hui la presse locale.

L'imam, identifié par ses initiales Z.H. et âgé de 26 ans, est accusé d'"abus sexuel" sur le garçon auquel il enseignait, ainsi qu'au frère de ce dernier, le Coran dans une mosquée de Dubaï, a précisé le quotidien Gulf News.
En s'isolant avec le garçon, l'imam l'a serré dans ses bras et l'a embrassé, selon l'acte d'accusations cité par Gulf News.

De son côté, le quotidien gouvernemental Emarat Al-Youm, citant le père de la victime, rapporte que l'accusé a attiré le garçon dans une pièce, adjacente à la mosquée et qui lui sert de lieu de résidence, où il l'a "violé".
L'accusé a plaidé non coupable. "C'est injuste. Je suis innocent. Je n'ai commis aucun crime", a-t-il dit devant le tribunal, selon Gulf News.

Durant l'enquête, il a pourtant avoué avoir "agressé sexuellement le garçon" qui s'était défendu en "lui donnant un coup de coude pour s'échapper", a ajouté Gulf News, en citant un rapport de police.

En avril, une cour d'appel de Dubaï avait confirmé la peine de mort prononcée en première instance contre un Emirati, condamné pour avoir violé et tué un garçon pakistanais de quatre ans dans une mosquée de Dubaï, au premier jour de la fête musulmane d'Al-Adha (Sacrifice), en novembre.
Aux Emirats arabes unis, dont fait partie Dubaï, la loi prévoit la peine de mort pour le crime de viol.

Le Figaro - 28/04/10

18:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Viande halal pour les CRS: indignation syndicale

Un tract, rédigé par une section locale d'Unité SGP police FO (premier syndicat de gardiens de la paix) et affiché dans une caserne de CRS à Rouen début avril, dénonce en termes très virulents le fait que de la viande halal ait figuré au menu des policiers.

Dans ce tract en date du 6 avril dont l'authenticité a été confirmée, le bureau local de ce syndicat écrit au commandant de la compagnie de CRS 31 basée à Rouen.

Il lui signale que les CRS, de passage en région parisienne et cantonnés à Pondorly (Val-de-Marne), mangent de la viande halal au mess "et ceci à notre insu". Il lui demande de mettre fin "à des approvisionnements au rituel étranger à nos coutumes", selon une argumentation proche de celle de l'extrême droite et éloignée des écrits habituels de ce syndicat.

"Il serait inutile de vous rappeler que tout musulman qui entre dans notre corporation se voit proposer un régime au regard des us et coutumes de sa religion", écrit ainsi le bureau local. "Ce qui ne veut pas dire, ajoute-t-il, que les catholiques de notre unité doivent 'avaler' toutes les couleuvres qu’on leur propose et que les athées ou agnostiques ne revêtiront pas la 'burka' (sic) après avoir digéré, avec beaucoup de mal, les indigences de nos gérants" du mess des CRS.

Le tract ajoute que "manger halal c'est payer l'impôt islamiste" [bien islamiste et non terroriste : cette citation a été corrigée suite à une erreur initiale de l'AFP, ndlr] et précise : "Nous ne voulons pas être complices de cette déviance, et nous ne voulons plus manger Halal à l’avenir".

Interrogé, le syndicat, par la voix de son porte-parole national Yannick Danio, a jugé ce tract "très indélicat".  Il a ajouté que son organisation "enquêtait" sur le "problème soulevé" par le tract à savoir que de la viande halal serait bien au menu de plusieurs compagnies de CRS "apparemment dans un souci d'économie".

Le Figaro - 28/04/10

18:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)