Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1501

  • RSA Jeunes - "J'espère que cette aide sera vite débloquée"

    RSA jeunes.jpg

    Jamel Benamour, 20 ans, sans emploi

    Trouver du travail dès septembre, c’est le challenge que s’est fixé Jamel Benamour, sans emploi depuis trois mois. Ce jeune homme était employé dans la restauration et l’animation depuis l’obtention de son bac ES en 2008. Jusqu’à présent, il trouvait « injuste » que les plus jeunes actifs ne bénéficient pas du revenu de solidarité active (RSA).

    « Pour l’instant, je ne perçois rien. Une aide comme le RSA me permettrait d’aider mes parents à payer les factures et le loyer. » Le garçon voudrait aussi mettre de l’argent de côté pour s’acheter une voiture. « Ce serait le moyen d’élargir ma zone de recherche d’emploi et d’être autonome, car je suis prêt à répondre à n’importe quelle offre », explique-t-il avec entrain. « Un jeune qui commence tôt galère plus. Le marché est instable pour nous. Le manque d’expérience oblige à cumuler les petits boulots. »
    Jamel se dit donc prêt à constituer un dossier pour le RSA. « Encore faut-il que les délais de validation ne soient pas trop longs et que l’aide soit rapidement débloquée. S’engager dans des procédures lourdes qui ne débouchent sur rien sous prétexte que notre situation change d’un mois à l’autre serait décourageant. » Hier, Jamel est sorti une nouvelle fois bredouille de sa prospection au Centre d’information et de documentation jeunesse de Paris (XVe). « Ce qui me motive, c’est l’espoir de trouver un job dans mon domaine de prédilection : la restauration. RSA ou non, je n’espère pas m’éloigner des fourneaux trop longtemps », ajoute ce jeune passionné avant de partir acheter des épices à Barbès (XVIIIe).

    Le Parisien - 27/08/10

  • Pour Sakineh, Paris demande aux 27 d'envisager des sanctions contre l'Iran

    "Une lettre commune de tous les Etats membres aux autorités iraniennes est devenue nécessaire, si nous voulons sauver cette jeune femme", écrit le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner dans un courrier envoyé mercredi à la haute représentante de l'UE, Catherine Ashton.

    Dans ce message, également adressé à ses homologues européens, Bernard Kouchner suggère d'adjoindre à cette démarche commune une menace de sanctions afin de faire pression sur Téhéran, à la fois à propos de Sakineh mais aussi de tous les opposants "privés de leurs droits les plus élémentaires: manifester, communiquer, s'exprimer".

    Sakineh Mohammadi Ashtiani, mère de famille de 43 ans, a été condamnée à mort par lapidation en 2006 pour adultère et complicité dans le meurtre de son mari, selon Téhéran. Cette condamnation a "suscité la révolte de tous ceux qui, en Europe, ne se résignent pas à la barbarie", estime le ministre français.

    Il faut, dit-il, "engager l'Union dans des initiatives nouvelles pour rappeler aux autorités iraniennes que, comme sur le dossier nucléaire, leur attitude d'isolement et de fermeture a un coût, dont elles pourraient s'affranchir dès lors qu'elles choisiraient un comportement plus responsable".

    La stratégie actuelle, "pour l'essentiel déclaratoire", de la diplomatie européenne ne paraît pas assez efficace, selon M. Kouchner.

    A Bruxelles, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a répondu que "le moment est proche" pour l'UE "d'exprimer collectivement son rejet de pratiques d'un autre temps", à propos de la condamnation de Sakineh Mohammadi.

    "Vos préoccupations à propos de la situation des droits de l'Homme en Iran recoupent très exactement les miennes", écrit Mme Ashton dans sa réponse à M. Kouchner, dont l'AFP a obtenu une copie.

    "Une démarche de l'UE --discrète-- est en cours à Téhéran", a aussi annoncé Mme Ashton.

    Le ministre français propose qu'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE, les 10 et 11 septembre, soit l'occasion d'un "débat d'ensemble" sur l'action de l'UE en faveur des droits de l'homme en Iran.

    "Nous sommes prêts à soutenir toute proposition qui pourrait jouer un rôle positif pour améliorer la situation des droits de l'homme en Iran et nous en discuterons avec nos partenaires européens", a indiqué à Londres une porte-parole du Foreign Office.

    La mobilisation de la société civile et du monde politique s'est accrue ces dernières semaines pour sauver Sakineh d'un châtiment que le président français Nicolas Sarkozy a qualifié mercredi de "moyenâgeux". Il avait ajouté que la France estimait avoir "la responsabilité" de la jeune femme.

    Une pétition a été lancée mi-août à Paris. Elle rassemble personnalités politiques, artistes, intellectuels de différents pays, dont plusieurs prix Nobel. Les anciens présidents français Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing ont notamment signé ce texte qui reçoit de 1.800 à 2.000 signatures par jour.

    L'Iran et les pays occidentaux sont engagés depuis 2006 dans un bras de fer sur le programme nucléaire de Téhéran. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté quatre séries de sanctions contre l'Iran pour l'obliger à cesser l'enrichissement d'uranium. Jusqu'à présent, l'Iran n'a pas plié.

    AFP. 27.08/10

  • Le Japon ouvre aux médias la chambre d'exécution des condamnés à mort

    Japon chambre d'exécution par pendaison.jpg

    (Cliquez sur la photo)

    La ministre de la Justice, Keiko Chiba, une avocate de formation personnellement opposée à la peine capitale, avait annoncé le mois dernier le lancement d'une étude ministérielle sur le sujet.

    Elle avait également décidé d'autoriser les médias japonais à accéder à la pièce où se déroulent les pendaisons, afin que le public puisse se faire une idée de cette sentence soutenue massivement par l'opinion dans les sondages.

    Vendredi matin, pendant une demi-heure, les journalistes ont pu visiter l'intérieur du Centre de détention de Tokyo, dont des images ont été diffusées par les principales chaînes de télévision.

    Sur le sol d'une salle vitrée sans fenêtre, un carré rouge avec une croix au centre marque l'emplacement de la trappe qui s'ouvre sous les pieds du supplicié, dont les mains sont menottées et les yeux bandés.

    Le mécanisme est déclenché par un des trois boutons-poussoirs fixés au mur d'une pièce contiguë, pressés simultanément par trois gardes qui ignorent lequel est actif.

    Avant l'exécution, le condamné a la possibilité de se recueillir dans une salle de prière où trône une statue dorée de Bouddha.

    "Cette occasion offerte aux médias va fournir des éléments au débat public sur le système de la peine de mort", a déclaré Mme Chiba lors d'une conférence de presse.

    Les Etats-Unis et le Japon sont les deux seules démocraties industrialisées à maintenir la peine de mort, une pratique condamnée par les pays européens et les associations de défense des droits de l'homme.

    Ces dernières dénoncent notamment le fait que les détenus ne sont prévenus de leur exécution qu'à la dernière minute et que les familles ne sont informées qu'une fois la pendaison effectuée.

    Cent sept prisonniers attendent actuellement dans les couloirs de la mort.

    Amnesty International affirme que les conditions de détention dans un isolement quasi total rendent fous certains condamnés.

    "Chaque jour peut être leur dernier et l'arrivée de l'ordre d'exécution signifie que la sentence sera rendue à peine quelques heures plus tard. Certains vivent ainsi année après année, parfois pendant des décennies", dénonce l'association.

    Les autorités nippones justifient le maintien de la peine capitale par le soutien qu'elle reçoit parmi la population.

    En février, un sondage commandé par le gouvernement avait indiqué que 85% des Japonais y étaient favorables.

    Avant d'accéder au pouvoir en septembre 2009, le Parti Démocrate du Japon (PDJ) avait promis d'"encourager un débat national" sur cette question.

    Mais après la défaite du PDJ aux récentes élections sénatoriales, et l'impopularité du gouvernement en place, le sujet n'est plus d'actualité.

    Malgré ses convictions personnelles, Mme Chiba a autorisé fin juillet l'exécution de deux criminels, à laquelle elle a tenu à assister.

    Elle a tenté maladroitement de justifier sa décision en expliquant qu'elle avait "de nouveau senti profondément le besoin d'une discussion d'ampleur sur la sentence capitale".

    L'ancien parlementaire Nobuto Hosaka, qui milite contre la peine de mort, pense pour sa part qu'un tel débat est improbable dans l'immédiat.

    "L'environnement nécessaire pour que tous les partis discutent de cette question est en train de se dégrader. C'est très difficile à l'heure actuelle", a-t-il confié à l'AFP.

    Il craint que Mme Chiba, battue aux sénatoriales de juillet, soit prochainement remplacée par un ministre plus favorables aux exécutions.

    AFP. 27/08/10

     

     

  • VIDEO Bruno Gollnisch au micro de France-Inter

    http://www.dailymotion.com/video/xeks33_bruno-gollnisch-france-inter_news

    Bruno Duvic reçoit dans le 7/9 de France Inter Bruno Gollnisch, Vice Président et Député européen du Front National. (08h20 - 26 Août 2010).

    27/08/10

  • Chaque jour, sauvons Sakineh: la lettre de Carla Bruni-Sarkozy

    Sakineh.jpg

    Sakineh Mohammadi-Ashtiani sur une photo non datée, fournie par Amnesty International le 9 juillet 2010 (Photo AFP)

    «La Règle du jeu», le magazine «Elle» et «Libération» relaient la parole d'artistes, d'intellectuels, de lecteurs en faveur de cette Iranienne condamnée à la lapidation. Aujourd'hui: la lettre de la femme du président de la République.

    Chaque jour qui passe est peut-être le dernier jour de la vie de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Chaque heure qui vient la rapproche inéluctablement de cette mort par lapidation à laquelle la justice iranienne l’a condamnée. Cette femme, qui croupit depuis 5 ans dans la prison de Tabriz, a été condamnée, au terme d’un simulacre judiciaire dont l’Iran a le secret. Deux relations amoureuses hors mariage sont le prétexte de ce verdict qui l’expose à une mort atroce.On tue avec des pierres, on sauve avec des mots. (Ndb: elle est également accusée de complicité dans le meurtre de son mari selon ses propres aveux)

    La Règle du jeu, le magazine Elle et Libération prennent donc aujourd’hui une nouvelle initiative. Artistes, intellectuels, hommes et femmes politiques ainsi que nos lecteurs, tous sont sont invités à nous faire parvenir un message. Une citation, un témoignage de solidarité, une prière: tous les messages sont les bienvenus  pourvu qu’ils disent à Sakineh qu’elle est moins seule qu’il n’y paraît et à ses assassins que le monde les regarde et les juge.

    Chaque jour, sauvons Sakineh !

    Aujourd'hui, nous publions la lettre de Carla Bruni-Sarkozy:

    Chère Sakineh,

    Condamnée à être enterrée vivante, puis à être lapidée ! Votre beau visage, réduit en bouillie ! Vos yeux pleins de douleur et de dignité, votre front, votre cerveau, votre âme… transformés en cible pour des lanceurs de pierres, explosés, pulvérisés, en miettes ! Effroi et consternation ! Cette image de cauchemar qui nous révulse, cette image qui nous terrifie et qui semble issue de la nuit des temps, cette incroyable torture risque donc de devenir réalité. Pour d’obscures raisons, avec une rage froide, des êtres semblables à vous et à moi en ont ainsi décidé, Sakineh. Des êtres qui s’arrogent le droit de vie et de mort sur celles qui ne leur obéissent pas. Comment se taire après avoir pris connaissance de la sentence qui a été prononcée à votre encontre ? Ce qui risque de vous arriver blessera profondément toutes les femmes, tous les enfants, tous ceux qui portent en eux des sentiments d’humanité. Et pis encore, vous ne seriez pas la seule à risquer de subir cet effarant supplice… Je ne vois pas le bien qui peut sortir de cette cérémonie macabre, quelles que soient les justifications juridiques avancées. Répandre votre sang, priver vos enfants de leur mère, mais pourquoi ? Parce que vous avez vécu, parce que vous avez aimé, parce que vous êtes une femme, une Iranienne ? Tout en moi se refuse à l’accepter. Le peuple iranien fait partie des nations les plus anciennes et les plus remarquables de la planète. Je ne comprends pas comment les héritiers d’une grande civilisation faite de tolérance et de raffinement pourraient être infidèles à cet héritage millénaire. Vos juges doivent le savoir, Sakineh, votre nom est devenu un symbole sur la planète entière. Puissent-ils comprendre que, quelle que soit l’époque, quel que soit le lieu, ils ne pourront jamais se laver les mains d’un tel crime ? Je suis fière de vivre dans un pays où la peine de mort a été abolie. Longtemps, elle a fait partie de nos lois, et je peux vous dire que cette abolition fut une victoire démocratique, très importante pour l’ensemble de notre peuple. Et si cette victoire devenait aussi la vôtre ? Et si la nation iranienne tournait le dos à cette pratique barbare ? Je prie pour que la justice de votre pays sache faire preuve de clémence à votre égard, ainsi que pour les autres victimes qui risqueraient de subir le même supplice. En France, les enfants apprennent à l’école que la clémence est la principale vertu des gouvernants. Du fond de votre cellule, sachez que mon mari plaidera votre cause sans relâche et que la France ne vous abandonnera pas.

    Carla Bruni-Sarkozy

    Libération - 24/08/10

  • Australie: un enfant costumé en Hitler remporte le 1er prix à un concours de déguisement

    Hitler en 1939.jpg

    Hitler en 1939

    Enfant déguisé en Hitler.jpg

    Le petit garçon déguisé en Hitler a été désigné vainqueur

    (Cliquez sur les photos)

    Une école australienne a dû présenter vendredi des excuses aux parents d’élèves après un concours de déguisement à l’issue duquel un enfant, portant le costume d’Adolf Hitler, avait été désigné vainqueur.

    AFP | 27.08.2010 | 10:49

    L’enfant, qui arborait un costume nazi et une croix gammée, avait remporté le concours auquel participaient ses camarades de classe âgés de 9 et 10 ans.

    Après des plaintes de nombreux parents, l’école catholique basée à Perth, a envoyé une lettre d’excuses aux familles.
    "Avec le recul, nous aurions dû agir différemment", a déclaré le principal, resté anonyme, cité par le journal The West Australian, arguant tout de même pour se justifier que Hitler "était un personnage célèbre".
    "Pour moi c’est beaucoup de bruit pour rien", a-t-il ajouté.
    A l’avenir, assure l’école, les concours de déguisement seront restreints à des personnages "adaptés à des élèves de primaire".
  • N.O.M. A Fréjus, Sarkozy rend hommage aux deux soldats tombés en Afghanistan...

    VIDEO  http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/soldats-tues-en-afghanistan-ceremonie-d-hommage-1307595

    Encore une fois, cette guerre n'est pas la nôtre!

    27/08/10

     

  • Toulouse: la mère infanticide a été hospitalisée

    Entrée de l'imeuble enfant défenetrée.jpg

    Entrée de l'immeuble à Toulouse

    Cette femme de 34 ans a été examinée par un médecin qui a conclu que son état n'était pas compatible avec un placement en garde à vue, a dit le procureur Michel Valet devant la presse. Elle a été hospitalisée dans la nuit de jeudi à vendredi sans être entendue par les enquêteurs.

    Le procureur n'a guère laissé de doute sur le fait que c'est bien elle qui, jeudi soir, a précipité sa fillette du huitième étage d'un immeuble en plein centre-ville.

    Il existe "des charges très sérieuses" contre elle, a-t-il dit. Le père de l'enfant et d'autres proches ont été entendus en qualité de témoins et aucun soupçon ne pèse sur eux.

    L'hospitalisation "n'arrête pas le cours de la justice", a précisé le procureur. Une information judiciaire va être ouverte et il va falloir reconstituer le déroulement des faits, cerner la personnalité de la mère et le contexte familial, a-t-il dit. Mais il s'est gardé de fournir le moindre début d'explication.

    Selon les premières constatations, la jeune femme, sans profession, se trouvait seule dans l'appartement avec le nourrisson alors que son compagnon et père de l'enfant, un médecin de 31 ans, était au travail.

    Le drame s'est déroulé sans que personne ne semble en avoir eu immédiatement connaissance. La petite fille, baptisée Zoé, est tombée d'une vingtaine de mètres de haut dans l'arrière cour bétonnée. Elle devait être autopsiée vendredi.

    Il a fallu que la soeur qui, pour une raison indéterminée, se trouvait sur le palier devant la porte, s'inquiète de ce qui se passait à l'intérieur et que les proches alertent les pompiers.

    Le couple passait pour être sans histoire, au point que Raphaël Yepes, concierge de l'immeuble calme hébergeant surtout des personnes âgées, disait ne pas connaître l'infanticide présumée.

    "On tombe des nues", abondait Catherine Barrère-Melki, oto-rhino-laryngologiste au 1er étage.

    Une voisine de palier n'avait jamais "entendu un mot plus haut que l'autre, ils avaient l'air d'avoir une vie de couple paisible".

    "C'est un couple charmant, son geste est incompréhensible. C'était une femme très bien, très calme", disait Gisèle, qui refusait de décliner son nom.

    "On les voyait aux réunions de la copropriété, ils étaient très discrets", se rappelait-elle.

    "Qu'est-ce qui s'est passé ? Après l'accouchement, c'est difficile pour une femme, mais elle était si contente d'avoir un bébé", disait-elle.

    Une psychologue, Line Abeau-Inard, mettait en garde contre les conclusions hâtives et soulignait la diversité des raisons qui pouvaient avoir motivé un acte aussi extrême: "Cela peut être quelqu'un qui sent cet enfant comme quelqu'un qui l'envahit, qui n'arrive pas à prendre du recul par rapport à cet enfant (...) ça peut être quelqu'un de complètement dépressif, qui a fait une dépression post-partum" après la naissance.

    Selon elle, les experts devront établir le degré de discernement de la mère au moment des faits. Une chose est sûre: le geste frappe les esprits "parce qu'on touche vraiment à des tabous: dans l'imaginaire collectif, la mère est la nourricière, celle qui va protéger (...) Quand une mère sort de ce cadre-là, c'est très choquant".

    AFP. 27/08/10

     

     

     

  • La saucisse de Morteau reconnue au niveau européen

    saucisse de Morteau.jpg
    (Cliquez sur la photo)

    Egalement baptisée "jésus de Morteau", cette saucisse est désormais assurée, grâce au label IGP, être la seule à pouvoir utiliser cette dénomination en Europe.

    Le "jésus de Morteau" est une saucisse droite de forme cylindrique élaborée à base de viande de porc, exclusivement nourris au petit lait.

    Le fumage, réalisé à partir de bois résineux, lui donne une couleur ambrée.

    Historiquement, cette étape de la production est réalisée dans de vastes et hauts fumoirs appelés "Thués". En bouche, le produit ne doit ni être dur ni caoutchouteux, mais ferme et juteux, souligne l'Inao.

    La zone de production s'étend sur les quatre départements constituant la région de Franche-Comté (Doubs, Jura, Haute-Saône et territoire de Belfort).

    En 2009, on comptait 31 fabricants de saucisses, 60.000 porcs élevés au petit lait et une production de 4.077 tonnes de saucisses.

    L'indication géographique protégée est un signe européen qui existe depuis 1992 et assure au consommateur que le produit tire une ou plusieurs caractéristiques de son origine géographique.
    AFP. 26/08/10 
  • Toulouse: une femme jette son bébé par la fenêtre

    Une petite fille de deux semaines est morte aujourd'hui après avoir été projetée dans le vide, depuis la fenêtre d'un appartement situé au 8e étage d'un immeuble du centre de Toulouse, a déclaré le procureur de Toulouse, Michel Valet, qui soupçonne la mère.
    "Il y a toutes les raisons de penser que cet enfant a été jeté par la fenêtre par sa mère. Le bébé est mort sur le coup", a précisé le procureur à des journalistes, après s'être rendu dans l'appartement.

    Au moment du drame, a ajouté le procureur, la jeune femme de 34 ans, sans profession, se trouvait seule à l'intérieur de l'appartement avec sa fille, car son compagnon et père de l'enfant se trouvait sur son lieu de travail. "On essaie de vérifier ce qui s'est passé", a précisé le procureur de la République. Plus tôt, les pompiers ont indiqué avoir reçu un appel téléphonique de la part d'un membre de la famille, vers 19h30, leur annonçant qu'un nourrisson avait été "défenestré".

    Les pompiers se sont rendus sur place et ont constaté que la petite fille n'avait pas survécu à sa chute d'une vingtaine de mètres. Peu avant 21 heures, deux femmes ayant des serviettes blanches sur la tête dissimulant leur visage sont sorties de l'immeuble encadrées par des policiers et se sont engouffrées dans une voiture, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

    Les policiers ont établi un périmètre de sécurité devant l'immeuble de 10 étages, situé allée Jean-Jaurès, une grande avenue du centre de Toulouse, à proximité d'un bar-restaurant très fréquenté. Dans la rue, personne n'a rien remarqué avant l'arrivée des pompiers et des policiers car le drame s'est déroulé côté cour.

    Le Figaro - 26/08/10

  • Toulouse: une dame de 97 ans succombe aux coups reçus lors d'un cambriolage

    Une dame âgée de 97 ans vient de succomber aux coups reçus au cours du cambriolage de sa maison à Toulouse. Suzanne Degeilh avait été retrouvée grièvement blessée sur le sol de sa maison toulousaine, le 19 août, par une infirmière à domicile. La vieille dame, qui vivait seule, était restée sans soins pendant toute la nuit qui avait suivi le cambriolage.

     Elle a succombé à ses blessures le vendredi 20, a rapporté le procureur de Toulouse, Michel Valet. «C'est une affaire grave du fait de la victime, de son âge, des motifs de son agression. C'est une agression crapuleuse».

    La maison a été fouillée et le ou les agresseurs sont repartis avec divers objets, des bijoux, un sac à main avec des papiers personnels et un chéquier.

    Le Parisien- 25/08/10

    Jeremy le 26/08/2010 à 22h52
    Injuste
    N'oublions pas qu'un malheureux grand père de 73 ans est toujours en prison à Montpellier pour s'être défendu lors d'un cambriolage à son domicile

    Commentaire d'un internaute dans Le Parisien

  • Roms à Toulouse - Deux vidéos publiées à un an d'intervalle

     
    VIDEO  http://centrefrance.kewego.fr/video/iLyROoaf8pIp.html">A  publiée le 26 août 2010

    Contre la solution de l'expulsion, la municipalité socialiste de Toulouse prend le parti de l'insertion en payant le terrain et l'électricité pour des dizaines de Roms apparemment en situation irrégulière. "S'ils sont renvoyés en Roumanie, ils reviendront dans trois mois et ça ne résoudra pas le problème", explique-t-on à la mairie.

     

    VIDEO http://www.youtube.com/watch?v=hwFemRTNSew  publiée le 21 mai 2009

    Toulouse : Un campement de Roms exaspère les riverains
    Des riverains exaspérés ont tenté de déloger le campement de Roms situé derrière la médiathèque de Toulouse. La tension monte et le problème reste pour l'instant sans réponse.

    28/08/10

     

  • Un garçon de 13 ans poignardé pour un "regard mal placé"

    Un adolescent de 13 ans a été grièvement blessé à l'arme blanche hier après-midi dans le centre d'Angoulême après avoir été agressé par un jeune du même âge que lui pour, semble-t-il, un "regard mal placé", a-t-on appris auprès de la police.

    La victime, "dans un état sérieux mais dont les jours ne sont pas en danger", était accompagné d'un ami tandis que l'auteur des coups se trouvait avec un autre jeune, qui n'a pas participé à l'agression, a précisé Cédric Esson, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) de Charente.

    C'est l'ami de la victime qui a indiqué à la police que l'agresseur n'aurait pas apprécié "un regard mal placé" alors que les quatre jeunes se trouvaient vers 17h30 dans la galerie commerciale du Champ de Mars à Angoulême.


    L'adolescent poignardé, qui n'a pu encore être entendu, a été touché au foie et à un poumon. Il a été admis au CHU de Poitiers après avoir été hospitalisé dans un premier temps à Angoulême.

    Le Figaro - 26/08/10

  • Isère: excédé par le bruit des scooters, le retraité tire sur des jeunes

    Un adolescent de 15 ans a été blessé par des plombs lundi soir vers 22 h 30 à Crolles (Isère). Le jeune homme faisait du scooter avec des amis quand un coup de feu a retenti et qu’il a été touché.

    Atteint au côté gauche, il n’a pas été sérieusement blessé. Son certificat médical fait état de 7 jours d’ITT. Les gendarmes de Crolles ont mené leur enquête et rapidement interpellé le tireur.

     Lors de sa garde à vue, ce retraité a expliqué aux militaires qu’il était excédé par le bruit des scooters de ces jeunes qui passaient dans l’impasse où il habite. Lors de la perquisition, l’arme et les munitions ont été retrouvées.

    L’homme a été laissé libre à l’issue de sa garde à vue et est convoqué devant le tribunal correctionnel de Grenoble.

    Le Dauphiné libéré - 26/08/10

  • Corse: villa incendiée près d'Ajaccio par un commando de patriotes

    VIDEO http://www.2424actu.fr/actualite-sociale/prise-d-otages-et-attentat-dans-une-villa-corse-1300929

    villa plastiquée en Corse.jpg
    photo_1282811504631-1- Inscription villa.jpg
    (Cliquez sur les photos)

    "Les occupants de la villa pour lesquels je travaille et qui n'ont pas été blessés sont M. Lafonta, ancien président du directoire de Wendel, et sa famille", a affirmé le gardien de la villa, joint au téléphone par l'AFP et qui a souhaité garder l'anonymat.

    Le groupe Wendel a confirmé à Paris qu'il s'agissait bien de la villa de M. Lafonta.

    M. Lafonta, qui avait démissionné de la présidence du directoire de Wendel en mars 2009, a été ligoté avec sa femme et deux de ses filles de 13 et 10 ans par "plusieurs personnes, peut-être cinq", a précisé la femme du gardien à l'AFP, qui a fait partie elle aussi des personnes séquestrées. "J'étais chez moi quand ces personnes sont entrées et nous ont dit, à ma fille de six ans et moi, qu'ils faisaient partie du RAID, que des prisonniers s'étaient échappés et qu'ils étaient là pour notre sécurité", a expliqué cette femme.

    Les hommes du commando, encagoulés et vêtus de noir, sont ensuite allés chercher la famille de M. Lafonta et ont ligoté les adultes dans la maison du gardien. "Ils sont alors allés poser les charges", a-t-elle ajouté. Trois explosions ont suivi. L'une des filles de M. Lafonta a alors libéré ses parents et la femme du gardien qui ont pu sortir et prévenir les secours.

    "La maison était déjà en flammes", a-t-elle précisé. La villa de 300 m2 en bois, située en bord de mer sur la commune de Pietrosella, à environ 25 km au sud d'Ajaccio, a entièrement brûlé.

    Sur le mur d'enceinte extérieur, a été inscrit "liberta pa i patriotti in memoria Marcellu Lorenzoni 10 anni soluzione pulitica FLNC" ("liberté pour les patriotes à la mémoire de Marcellu Lorenzoni, 10 ans, solution politique, FLNC). Figure du nationalisme corse, Marcel Lorenzoni est décédé il y a dix ans. 

    AFP. 26/08/10

  • Sourde aux critiques, la France a renvoyé 284 Roms de plus en Roumanie

    Ignorant les critiques internationales et dans l'Hexagone, la France a renvoyé jeudi 284 Roms de plus en Roumanie, le gouvernement voulant même "accélérer" ces reconduites alors qu'un ministre roumain en visite à Paris a mis en garde contre le risque de dérive raciste.

    Après des vols médiatisés la semaine dernière, deux avions "spécialement affrétés" de la compagnie roumaine Blue Air sont arrivés en fin d'après-midi à Bucarest en provenance de Roissy et de Lyon.

    Au total, 284 Roumains roms sont sortis de l'aéroport de Bucarest-Aurel Vlaicu en refusant pour la plupart de parler, certains cachant même leur visage, selon des chiffres de la police roumaine des frontières.

    "Je n'ai pas trouvé de travail pendant trois mois, alors j'ai préféré rentrer", a confié à l'AFP Ion Stancu, 52 ans. "Mais mon Dieu, qu'est-ce que je vais faire maintenant pour pouvoir vivre avec mes huit petits-enfants?", a-t-il lancé, les larmes aux yeux.

    Le ministre de l'Immigration, Eric Besson, avait annoncé mercredi à l'AFP une "accélération des reconduites de ressortissants bulgares et roumains", sans dire précisément qu'il s'agissait de Roms originaires de ces deux Etats de l'Union européenne.

    Entre le 1er janvier et le 26 août, 8.313 Roumains et Bulgares ont été raccompagnés, en grande majorité "de manière volontaire", contre 9.875 pour toute l'année 2009, selon M. Besson.

    Ces chiffres ont été divulgués en pleine visite de concertation à Paris de deux ministres roumains.

    Valentin Mocanu, secrétaire d'Etat chargé de l'Intégration des Roms, et Dan Valentin Fatuloiu, secrétaire d'Etat chargé de l'Ordre et de la Sécurité publique, ont été reçus mercredi par le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux en compagnie de M. Besson et du secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Pierre Lellouche.

    Les deux pays devraient entreprendre une démarche commune auprès de l'UE pour régler la question des Roms, à condition que Bucarest s'engage sur des actions chiffrées pour leur réinsertion, a dit jeudi M. Lellouche.

    Toutefois, M. Mocanu a averti Paris du risque que ses "actions" puissent "dégénérer dans le racisme et la xénophobie".

    La France a été critiquée par l'ONU, la Commission européenne, le Conseil de l'Europe et par le Vatican.

    La Commission a exprimé une "certaine inquiétude" et les socialistes au Parlement européen ont jugé "épouvantables" les renvois de Roms, appelant l'UE à "condamner" la "violation" par la France de la législation européenne sur la libre circulation des personnes.

    Le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, a regretté la "surenchère verbale" dans la politique gouvernementale contre l'insécurité, tout en estimant "qu'on n'a pas vocation à accueillir tous les Roms en France".

    Un collectif Romeurope, regroupant Médecins du Monde, le Secours Catholique, la Cimade ou le MRAP, a fustigé une "chasse aux Roms" qui sert d'"écran de fumée" pour occulter les "vrais problèmes", comme la crise du logement et l'insécurité.

    Apaisant, le Premier ministre François Fillon avait appelé mardi à agir "avec fermeté, continuité et justice, sans laxisme ni excès" dans le dossier des Roms et à ne pas "instrumentaliser" la lutte contre l'immigration irrégulière.

    Simultanément, M. Hortefeux a annoncé que la délinquance commise par des Roumains avait augmenté de 138% en région parisienne en 2009 sur un an.

    AFP. 26/08/10

  • Georges Soros est contre les expulsions massives de Roms

    Soros_talk_in_Malaysia.jpg
    Georges Soros, né György Schwartz à Budapest en 1930
    Le milliardaire américain George Soros a exigé de la France de “cesser les expulsions massives de Roms” tout en demandant à l’Union européenne de mettre en place un vaste plan d’intégration au vu de “l’ampleur des problèmes” touchant cette minorité.

    “Les expulsions de Roms effectuées en ce moment par la France risquent de violer le droit français et européen”, estime M. Soros dans un communiqué. “Des hommes, femmes et enfants en Europe ne peuvent pas être renvoyés en raison de leur origine ethnique sans procès pour déterminer s’ils ont ou non commis des crimes”, ajoute-t-il. La France aurait soit disant durci sa politique contre les Roms d’Europe de l’Est depuis fin juillet, démantelant des dizaines de camps où habitaient ces populations.

    De notre côté, nous aimerions savoir de quoi se mêle ce représentant avarié de la finance mondiale?

    Altermedia info - 25/08/10

  • Le Grand Rabbin de France et le problème des Roms

    Bernhromsgg.jpg
    Interrogé le 25 août 2010 sur Europe 1 à propos de l’affaire des Roms, le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim a déclaré : « Accueillir l’étranger certainement, mais cette affaire n’est pas simple elle exige un sens de la mesure et de la fermeté ». Il a dénoncé « toute stigmatisation collective ». Selon lui, il ne faut « tomber ni dans l’excès ni dans l’empathie ». « Je dénonce un amalgame dès lors qu’il y a des Roms qui se comportent bien », a-t-il aussi nuancé. Gilles Bernheim a rappelé que le problème des Roms est ancien et se pose au niveau de l’Europe et a appelé à chercher des solutions cas par cas.
     
    Interrogé sur les déclarations d’hommes politiques qui ont fait des comparaisons avec les rafles contre les juifs pendant la seconde guerre mondiale, le Grand Rabbin de France a parlé d’amalgame et a déclaré : « Je regrette et je condamne ces excès. Il faut poser la question aux tziganes sur ce qui s’est passé dans les camps de la mort et sur ce qui s’est passé au mois d’août ». Le Grand Rabbin a noté aussi qu’une véritable guerre avait été lancée contre la police.
    Il s’est prononcé pour une concertation des religions monothéistes sur le problème des Roms.
     
    CRIF - 25/08/10

  • Encore une famille tabassée à la sortie de Disneyland

    1042530_chessy.jpg
    Route de Chessy

    Dur retour du pays des rêves pour une famille de Jouarre. Alors qu’ils quittaient en voiture le parking de Disneyland, ces visiteurs ont été violemment agressés lundi soir par les occupants d’un autre véhicule. La famille seine-et-marnaise s’était engagée sur la voie de sortie du parking à Chessy quand le conducteur de la voiture suivante s’est mis à klaxonner à tue-tête derrière eux pour exprimer son impatience.

     


    Agacée et craignant que le bruit ne réveille son fils endormi, la mère a alors crié à l’automobiliste de s’arrêter. Mal lui en a pris. Excédé, ce dernier est alors sorti de sa voiture et a rejoint le véhicule de la famille avec les trois hommes qui l’accompagnaient.

    Les quatre agresseurs ont ouvert les portières et violemment frappé le mari, son frère et sa femme, sans toutefois lever la main sur l’enfant. Puis ils ont pris la fuite.
    Souffrant d’une luxation de l’épaule, le père de famille a été hospitalisé à Lagny-sur-Marne. Son frère a été blessé au crâne avec un tesson de bouteille. La femme, quant à elle, s’en est tirée avec des contusions.
    Chargés de l’enquête, les policiers du commissariat de Chessy disposent de quelques indices, à commencer par le véhicule des agresseurs, une voiture Toyota munie d’une fausse plaque d’immatriculation du département du Rhône.
    Selon le signalement fourni par les victimes à la police, les quatre hommes recherchés pourraient appartenir à la communauté des gens du voyage.
     
    Le Parisien- 25/08/10

     

     

  • RSA Jeunes: 1ers versements en octobre

    Les jeunes de moins de 25 ans qui travaillent toucheront, sous condition, le Revenu de solidarité active (RSA) à partir de début octobre, a confirmé le ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives Marc-Philippe Daubresse. Le RSA comporte deux volets: le RSA "socle", qui n'a fait que remplacer automatiquement le RMI, et le RSA "complément d'activité", qui apporte un complément de revenus aux personnes qui ont de petits salaires.

    Jusqu'ici, comme le RMI, il n'était ouvert qu'aux plus de 25 ans. A partir du 1er septembre, il sera ouvert aux jeunes qui auront travaillé au moins deux ans au cours des trois dernières années. Ils devront aller déposer un dossier à leur caisse d'allocations familiales.

    Par exemple, a cité le ministre au cours d'une conférence de presse, "un jeune qui perçoit 500 euros de revenu d'activité par mois recevra 215 euros de RSA".
    Le décret sera publié jeudi, a précisé M. Daubresse. Le gouvernement a prévu "une campagne d'information ciblée" via des affichettes dans les agences Pôle Emploi ou les Missions locales et via la radio et internet. Elle coûtera "un petit peu moins de 500.000 euros", selon Marc-Philippe Daubresse.

    Il a aussi reconnu qu'il pourrait être difficile pour les jeunes de rassembler tous les justificatifs de leurs différents emplois passés. Alors que l'Elysée avait prévu que ce dispositif pourrait concerner 160.000 jeunes, M. Daubresse s'est de nouveau montré sceptique. "Je récuse cette idée qui consiste à annoncer des faux objectifs qui ne sont pas atteignables", a-t-il affirmé, ajoutant que ce n'était "pas un chiffre cible".

    M. Daubresse a aussi indiqué qu'il annoncerait d'autres "réponses pour les jeunes" fin septembre.

    Le Figaro - 25/08/10