Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2009

Gaza, encerclée par la mort, résiste toujours

Israel destruction d'une tour d'habitation 14 janv 09.jpg
Dans les décombres d'une tour d'habitation - 14 janvier 2009
ISRAEL Soldats de Tsahal.jpg
Soldats israéliens entrant  dans Gaza - 14 janvier 2009
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

Le bilan de l'offensive israélienne en cours depuis 19 jours à Gaza a dépassé les 1.000 morts mercredi, au moment où s'esquissait une issue diplomatique sous les auspices de l'Egypte en vue d'un cessez-le-feu.

Le nombre de morts a atteint 1.010 et celui de blessés plus de 4.700, selon le dernier bilan fourni en fin de journée par le chef des services d'urgence à Gaza, Mouawiya Hassanein.

Le bilan s'est alourdi après la mort d'au moins 20 Palestiniens dans de nouvelles attaques et des combats de rue, le décès de certain blessés et la récupération de corps abandonnés, ont expliqué des sources médicales.

Les plus violents combats ont eu lieu dans des quartiers périphériques de Gaza-ville ainsi que dans le nord du territoire palestinien.

Au moins 315 enfants et 100 femmes figurent parmi les morts de l'offensive israélienne lancée le 27 décembre avec l'objectif "affiché" de contraindre le mouvement islamiste Hamas qui contrôle Gaza de mettre fin aux tirs de roquettes sur le territoire israélien.

Alors que le nombre de morts grandit à Gaza, l'Egypte a annoncé que le Hamas avait "réagi favorablement" à ses efforts en faveur d'un cessez-le-feu.

"Le Hamas a réagi favorablement aux efforts égyptiens pour mettre fin à l'effusion de sang des Palestiniens au cours des pourparlers" tenus au Caire "ces trois derniers jours", a indiqué une "source égyptienne autorisée" à l'agence semi-officielle Mena.

Le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmed Aboul Gheit a déclaré que l'Egypte allait transmettre à Israël la réponse du Hamas, "espérant que les choses vont bouger". L'émissaire israélien sur ce dossier, Amos Gilad, est attendu jeudi au Caire.

La France, qui a participé à l'élaboration du plan égyptien, a affirmé par la voix du chef de la diplomatie Bernard Kouchner que les "contours d'un cessez-le-feu commencent à se dessiner" à Gaza.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui a entamé en Egypte une tournée régionale pour tenter d'obtenir l'arrêt des combats, a affirmé qu'il "n'y avait plus de temps à perdre" pour que cesse la guerre de Gaza.

"J'exhorte les deux parties à s'arrêter maintenant, à arrêter les combats maintenant, il n'y a plus de temps à perdre", a dit M. Ban à la presse après un entretien avec le président Hosni Moubarak.

"Je répète mon appel pour un cessez-le-feu immédiat et durable", a-t-il ajouté. Une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelant à l'instauration "d'un cessez-le-feu immédiat" est restée lettre morte depuis son adoption le 8 janvier.

Un haut responsable du ministère israélien de la Guerre a pour sa part indiqué que l'armée "maintient la pression sur le Hamas en avançant plus profondément dans Gaza-ville et en l'encerclant, tout en poursuivant les opérations partout dans la bande de Gaza".

"Israël ne se sent pas sous pression pour mettre fin à l'opération à ce stade. La seule vraie issue que nous voyons se présentera lorsque Obama arrivera à la Maison Blanche", a-t-il ajouté sous couvert de l'anonymat, en référence au président américain élu Barack Obama qui prendra ses fonctions le 20 janvier.

Mercredi, 14 roquettes ont été tirées de la bande de Gaza vers Israël. Ce type de tirs a fait quatre morts dans le sud d'Israël depuis le début de l'offensive.

Au total, dix militaires et trois civils israéliens ont été tués depuis le 27 décembre. Sept soldats ont été blessés mercredi, dont un grièvement.

Par ailleurs, trois roquettes tirées du Liban ont explosé près de la ville frontalière de Kyriat Shmona, selon la police israélienne.

Cette attaque, la deuxième du genre depuis le 27 décembre, n'a pas été revendiquée. L'armée israélienne a répliqué en tirant contre la zone à partir de laquelle ces roquettes avaient été lancées.

Dans la bande de Gaza, un million d'habitants vivent sans électricité, 750.000 sont sans eau, et les hôpitaux fonctionnent grâce à des générateurs de secours, selon l'ONU.

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Jakob Kellenberger, a qualifié la situation humanitaire dans le territoire, où il s'était rendu mardi, de "dramatique".

Emboîtant le pas au Venezuela, la Bolivie a rompu ses relations diplomatiques avec Israël en signe de protestation contre son offensive à Gaza.

En raison de la guerre, l'Union européenne et Israël ont décidé de faire une "pause" dans leur processus de rapprochement, selon une annonce d'un haut représentant européen basé à Tel Aviv.

AFP. 14.01.09

19:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Cesare Battisti ne sera pas extradé vers l'Italie: Sarközy a-t-il plaidé sa cause lors de ses vacances au Brésil?

Battisti Brésil.jpg
Battisti le 19 mars 2007 à son arrivée à l'aéroport de Brasilia
L'ex-terroriste italien d'extrême-gauche Cesare Battisti pourrait retrouver la liberté dans les 24 heures, ont estimé mercredi ses avocats après la décision du gouvernement brésilien de lui accorder l'asile politique.
"Nous estimons que le processus de libération devrait prendre quelque 24 heures", a déclaré un porte-parole du cabinet d'avocats qui l'ont défendu.

Le ministre de la Justice Tarso Genro a accordé mardi soir le statut de réfugié politique à Cesare Battisti, détenu depuis 2007 dans une prison de Brasilia où il attendait une décision du Brésil sur la demande d'extradition de l'Italie.

L'ancien terroriste, 54 ans, a été condamné par contumace en Italie à la prison à vie pour quatre assassinats à la fin des années 1970.


Mais il a toujours proclamé son innocence...

La décision du gouvernement devait être communiquée mercredi à la Cour suprême brésilienne à qui il appartient d'ordonner la libération de Battisti, selon le ministère de la Justice.

 Alors que l'octroi de l'asile politique à Battisti a provoqué l'indignation en Italie, une source à la présidence a affirmé que le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva ne reviendrait pas sur cette décision, comme l'a demandé le gouvernement italien.

"C'est notre tradition" d'accorder l'asile quand il y a un risque de "persécution politique", a souligné cette source qui a requis l'anonymat.

 

 

19:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Alain Juppé ne comprend plus Israël...

ASSEZ! 

J’ai toujours aimé Israël. J’admire son peuple, si créatif et si courageux. Je suis attaché à l’existence de l’Etat d’Israël, à son intégrité, à sa sécurité qui ont toujours été, à mes yeux des exigences absolues.

Mais, aujourd’hui, j’avoue que je ne comprends plus. Je suis même malheureux de voir les autorités israéliennes, apparemment soutenues par l’immense majorité de leurs citoyens, se fourvoyer à ce point. Où donc l’attaque sauvage qu’elles mènent contre Gaza peut-elle les mener?

Il y a d’abord la morale.

Bernard-Henri Lévy ne me convainc pas quand il écrit: “Les Palestiniens tirent sur des villes, autrement dit sur des civils… Les Israéliens ciblent des objectifs militaires et font, sans les viser, de terribles dégâts civils.”

Les écoles de l’ONU ou les convois humanitaires constituent-ils des objectifs militaires? Et que répondre aux responsables du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) quand ils déclarent: “L’armée israélienne n’a pas respecté ses obligations requises par le droit international humanitaire. Le retard dans l’autorisation d’accès aux services de secours est intolérable.”

 Les images qui nous montrent des enfants blessés, des enfants morts ne sont pas des montages médiatiques!

Quant à la stratégie, je ne la comprends pas non plus. Israël, si j’en crois certaines analyses, chercherait à convaincre la population palestinienne que le Hamas la prend en otage, en espérant ainsi priver l’organisation de tout soutien populaire. Et si c’était le contraire ? Si la violence faite aux Palestiniens les ressoudait, et avec eux les opinions arabes, autour des plus extrémistes? L’isolement dans lequel Israël risque de s’enfermer est suicidaire.

Le conseil de sécurité des Nations Unies vient d’adopter à l’unanimité, à l’exception des Etats-Unis qui n’ont pas voté contre mais se sont abstenus, la résolution 1860 qui demande un cessez le feu immédiat. Ce devrait être le signal, pour le gouvernement israélien, que maintenant, c’est assez.

Blog d'Alain Juppé - 10 janvier 2009

http://www.al1jup.com/

 

 

17:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Nevers: excision et immigration africaine

Les faits qui leur sont reprochés sont passibles de la cour d'assises.

 Un père et une mère d'origine guinéenne, domiciliés à Nevers, sont poursuivis pour avoir tenté d'exciser leur fillette de 7 ans, qui a été victime d'une hémorragie.

 Ils ont été mis en examen pour "mutilation ayant entraîné une infirmité permanente" et placés sous contrôle judiciaire, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information du Journal du Centre.
  
Les parents avaient tous deux été placés en garde à vue le week-end dernier, après que leur fillette eut été prise en charge, le jeudi précédent, par les pompiers. Elle souffrait d'une hémorragie vaginale provoquée par une tentative d'excision au domicile de la famille. Admise à l'hôpital de Nevers, l'enfant avait ensuite été transférée dans un hôpital spécialisé de Dijon en raison de l'aggravation de son état. Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Nevers et confiée au pôle d'instruction de Bourges (Cher).
  
L'excision est une coutume ancestrale pratiquée dans près d'une trentaine de pays d'Afrique malgré d'importantes campagnes de sensibilisation et des lois de plus en plus répressives. Cette mutilation traditionnelle des filles consiste en une ablation totale ou partielle du clitoris, des petites et parfois des grandes lèvres à l'entrée du vagin.

LCI.fr - 14 janvier 2009

15:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Hillary, la mégère sioniste, veut anéantir Gaza

Fumées noires gaza.jpg
Fumées noire sur Gaza, ville-fantôme... - 13 janvier 2009
Plus d'un millier de morts ce soir, dont 277 enfants, et 4400 blessés...
Une blessure faite à l'humanité toute entière

La secrétaire d'Etat américaine désignée, Hillary Clinton, a exclu «catégoriquement», mardi, tout dialogue avec le Hamas tant qu'il n'aura pas reconnu Israël et renoncé à la violence. «Il ne faut pas négocier avec le Hamas tant qu'il n'aura pas renoncé à la violence, reconnu Israël et accepté les accords passés», a déclaré l'ancienne Première dame des Etats-Unis devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat, qui doit confirmer sa nomination à la tête de la diplomatie américaine.

«En ce qui me concerne, c'est catégorique», a-t-elle ajouté.
Ce sont les Palestiniens qui doivent "renoncer à la violence"!

Par ailleurs, les Etats-Unis ont dû annuler la livraison prévue de munitions dans un entrepôt américain en Israël, depuis un port grec, face aux objections d'Athènes, a annoncé mardi un porte-parole du Pentagone.

«Nous recherchons d'autres solutions pour pouvoir acheminer l'intégralité de la cargaison à sa destination en Israël», a annoncé Geoff Morrell. L'envoi de la cargaison avait été approuvé l'été dernier avant l'offensive actuelle d'Israël à Gaza, a précisé le porte-parole. Les Etats-Unis approvisionnent ces stocks de munitions depuis vingt ans et Israël «peut demander la permission d'y accéder», a dit Geoff Morrell, ajoutant ignorer la teneur exacte des objections de la Grèce.

ndb: Les Grecs ont eu récemment des émeutes peu spontanées... Leurs objections sont courageuses face à un monde qui laisse s'accomplir l'Holocauste de Gaza.

 

02:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

13/01/2009

Les petits Princes de Gaza

Enfants palestiniens enfermés à Gaza - barreaux - 13 janv 09.jpg
Gaza - 13 janvier 2009

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Agression de lycéens d'origine tunisienne par sept militants de la Ligue de Défense Juive

Lycée janson-de-Sailly Paris 16e.jpg

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après l'agression jeudi 8 janvier de trois jeunes Français d'origine tunisienne à la sortie d'un lycée parisien lors d'une distribution de tracts par la LDJ sur "la situation au Proche-Orient", a-t-on appris mardi de source judiciaire.

L'enquête "est en cours mais n'a pour l'instant rien donné", selon une source judiciaire.

Un lycéen de Janson-de-Sailly, un établissement situé dans un quartier huppé de l'ouest de Paris, et deux jeunes présents devant le lycée avaient été agressés jeudi, lors d'une distribution de tracts, et légèrement blessés, selon cette source.

Selon l'association d'Aide aux victimes des injustices (AVI), ces jeunes ont été victimes d'une agression raciste par sept militants de la LDJ (Ligue de Défense Juive) qui distribuaient des tracts (de couleur jaune) portant l'adresse du site Internet de la LDJ.

 Ligue de défense juive, organisation se présentant comme un mouvement sioniste d'autodéfense, n'a pu être jointe.

Plusieurs plaintes ont été déposées à l'issue de cette agression, a-t-on ajouté de source judiciaire.

Selon une porte-parole du rectorat, interrogée par l'AFP, le lycée a porté plainte pour "tentative d'intrusion" alors que les familles ont déposé plainte pour "agression".

Sami, 15 ans, et Moez, 17 ans, ont été conduits à l'hôpital pour y recevoir des soins et sont arrêtés jusqu'au 17 janvier.

Moez a confirmé l'agression dont il a été l'objet, pour avoir"refusé le tract" qui lui était tendu.

Un grand nombre de ces tracts avaient déjà été jetés sur le sol par d'autres lycéens...

Le président de l'AVI Rachid Nekkaz s'est insurgé contre "une inégalité de traitement marquante selon qu'on a affaire à des agressions contre des personnes d'origine maghrébine ou des juifs. Les agissements antisémites, et nous les condamnons fermement, sont immédiatement dénoncés publiquement par les autorités. Or ce n'est pas le cas lorsqu'il s'agit de maghrébins".

Le ministère de l'Intérieur a précisé avoir été en contact avec M. Nekkaz et rappelé que la ministre Michèle Alliot-Marie avait dénoncé lundi les actes à caractère antisémite ou racistes.

Pour en savoir un peu plus sur la LDJ:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligue_de_d%C3%A9fense_juive#...

(Voir également la vidéo)

19:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

VIDEO La Ligue de Défense Juive est-elle légale?

Jeunes sionistes.jpg
Adresse du site de la LDJ: http://www.liguededefensejuive.net/

17:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Delanoë ne fait pas le con!

Lors de ses vœux à la presse, lundi matin, Bertrand Delanoë a indiqué qu'il interdirait désormais aux théâtres publics de la capitale d'accueillir le spectacle de Dieudonné, J'ai fait le con.

Cette décision du maire de Paris a été prise après que l'humoriste ait fait remettre le 26 décembre dernier au Zénith de Paris à l'universitaire révisionniste Robert Faurisson le "prix de l'infréquentabilité et de l'insolence" par une personne déguisée en déporté juif. Il s'agit d'une "abjection", a estimé le maire de Paris.
 
"La négation de l'Histoire est une faute contre l'intelligence et une faute contre l'humanité", a-t-il déclaré devant les journalistes à l'Hôtel de ville. "Je prendrai tous les moyens que le droit me donne pour que, dans Paris, ce genre de choses n'existe plus et si je n'y arrive pas, je le ferai sanctionner", a-t-il prévenu.
 
Quel avenir pour Dieudonné à la Main d'or ?
 
Dans le cas d'un spectacle dans un lieu privé, la réaction du maire de Paris pourrait passer par une plainte pour incitation à la haine raciale, explique l'entourage du maire. En revanche, le maire de Paris n'a pas précisé s'il prendrait la decision de fermer le Théâtre de la Main d'or, que Dieudonné possède dans le XIe arrondissement de Paris, si l'humoriste se livrait à des spectacles à consonance négationniste. "Je n'ai aucune envie d'un théâtre fermé, en revanche qu'on y donne une représentation négationniste, cela m'importe", a expliqué Bertrand Delanoë.
 
Depuis le 26 décembre, plusieurs représentations de Dieudonné été annulées, à Montpellier, Besançon ou Belfort. Le maire socialiste du XIXe arrondissement, où se trouve le Zénith, a de son côté écrit au directeur pour lui demander de ne plus programmer Dieudonné, selon Le Parisien.
 
LCI.FR- 12.01.09

02:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Bernadette Chirac: Rachida allaite son bébé..

Bernadette Chirac a pris la défense de Rachida Dati, qui a repris ses fonctions ministérielles cinq jours après son accouchement, suscitant une polémique, jugeant que "c'est sa vie privée", tout en révélant que la garde des Sceaux allaitait la petite Zohra.

  Invitée de Canal +, l'épouse de l'ancien chef de l'Etat a dit aux journalistes: "Laissons un petit peu Rachida tranquille! Elle vient d'avoir un beau bébé et c'est sa vie privée".

"Je lui ai téléphoné cet après-midi. Rachida, c'est mon amie. C'est une femme heureuse. Ce petit bébé lui apporte beaucoup de bonheur", a confié Mme Chirac.

Faisant valoir que la garde des Sceaux est "une femme solide", Mme Chirac a évoqué une "inégalité" après l'accouchement, avec des femmes "fatiguées" et d'autres moins, affirmant que Mme Dati "se sent tout à fait d'attaque pour travailler. Elle a une excellente équipe, elle organise bien son travail".

Qu'est-ce qu'on s'en fiche!

Mais il est vrai que Chirac comme Gaston Flosse, a quelques problèmes à Tahiti... Un coup de fil à la ministre de la Justice ne peut pas faire de mal...

 

 

 

 

01:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Le rabbin de Saint-Denis

Rabbin de St denis devant sa synagogue à St denis.jpg
Le rabbin de Saint-Denis devant sa synagogue - 12 janvier 2009

Les attaques au cocktail molotov contre deux synagogues, à Schiltigheim (Bas-Rhin) et à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), ont été fermement condamnées par les communautés juive et arabe qui multiplient les appels au calme.

Déjà la semaine dernière, une voiture en feu avait été lancée contre une synagogue de Toulouse, un acte qualifié unanimement d'"irresponsable".

Dans la nuit de dimanche, des cocktails molotov ont laissé des traces noires sur la façade de la synagogue de Schiltigheim. Ils ont été lancés contre le centre communautaire juif Ohr Menahem et la synagogue à Saint-Denis, provocant un début d'incendie dans la cafétéria.

Il n'y a pas eu de victimes mais ces événements ont été fortement condamnés, notamment par le président du Consistoire central de France Joël Mergui. Il a exprimé "sa colère face à ce nouvel acte antisémite, qui fait suite à une succession de menaces et d'actes dangereux contre la communauté juive à travers toute la France".

01:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Madoff ne va pas en prison...

Bernard Madoff, accusé d'une gigantesque fraude, s'apprêtait à envoyer des chèques pour une valeur totale d'environ 173 millions de dollars juste avant son arrestation, ont affirmé jeudi les procureurs en charge de l'affaire.

  Ces nouvelles révélations interviennent alors que le parquet réclame l'emprisonnement du financier, assigné à résidence, avant son procès.

Le juge fédéral Ronald Ellis a rejeté lundi 12 janvier la demande du parquet d'incarcérer le financier Bernard Madoff, soupçonné d'être à l'origine d'une énorme fraude, mais a renforcé les termes de son assignation à résidence...

 

"Lorsque le bureau de l'accusé a été fouillé, les enquêteurs ont découvert environ 100 chèques signés pour une valeur totale de plus de 173 millions de dollars, prêts à être envoyés", a déclaré le procureur Lev Dassin dans une lettre adressée à la cour.

"La seule chose qui a empêché l'accusé d'exécuter son plan visant à disperser ces avoirs a été son arrestation par le FBI le 11 décembre", a-t-il ajouté.

Bernard Madoff, 70 ans, est accusé d'une fraude "pyramidale" portant sur quelque 50 milliards de dollars, qui a fait perdre des fortunes à des banques, des particuliers, des universités ou des organisations caritatives juives.

Il a été libéré sur promesse de versement d'une caution de 10 millions de dollars, garantie notamment par son appartement de Manhattan, où il est assigné à résidence 24 heures sur 24.

Les procureurs affirment que ce plan visant à envoyer des millions de dollars par chèques faisait partie d'une vaste tentative de Bernard Madoff pour dissimuler ses avoirs.

Il a été accusé cette semaine d'avoir essayé de cacher des bijoux, contrevenant aux conditions de sa liberté sous caution. Il aurait notamment envoyé un paquet contenant en tout environ 13 montres, un collier de diamants, une bague en émeraude et deux paires de boutons de manchette pour une valeur de plus d'un million de dollars.

Selon Lev Dassin, il a fait preuve "d'un flagrant mépris pour un ordre du tribunal".

 

01:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

DIME: Dense Inert Metal Explosive...

AFP. 12.01.09. Deux médecins norvégiens qui viennent de passer dix jours dans la bande de Gaza ont déclaré lundi soupçonner l'armée israélienne d'utiliser une arme peu connue appelée DIME (Dense Inert Metal Explosive), qui produit une explosion très puissante sur un rayon limité.

  "C'est une nouvelle génération d'explosifs très puissants sous un faible volume, qui détonnent avec une extrême puissance et dont la puissance se dissipe sur une zone de cinq à dix mètres", a expliqué à des journalistes l'un des deux médecins, Mads Gilbert, sur l'aéroport Gardermoen d'Oslo.

Mads Gilbert, 61 ans, et son collègue Erik Fosse, 58 ans, ont été envoyés dans la bande de Gaza le 31 décembre par l'association humanitaire norvégienne NORWAC. Ils ont déclaré avoir observé dans le cadre de leur travail à l'hôpital Al-Shifa de Gaza des blessures évoquant fortement l'utilisation de projectiles DIME.

 

"Nous n'avons pas vu les victimes affectées directement par des armes DIME, parce que le plus souvent elles sont déchiquetées ou ne survivent pas", a déclaré M. Gilbert. "Mais nous avons vu un certain nombre d'amputations extrêmement brutales (...) sans blessures par éclats, que nous soupçonnons fortement d'avoir été causées par des armes DIME", a-t-il expliqué.

L'existence de la technologie DIME est connue depuis le début des années 2000. M. Gilbert a d'ailleurs accusé l'armée israélienne d'avoir utilisé des armes DIME en 2006 lors de la guerre entre Israël et le mouvement chiite libanais Hezbollah, et de s'en être déjà servi dans la bande de Gaza avant l'actuel conflit contre le Hamas.

Selon des informations de presse, les armes DIME combinent un explosif, des particules de carbone et une poudre d'un alliage de métaux lourds et de tungstène. Le tungstène sert à contenir le souffle de l'explosion dans un rayon relativement restreint afin de limiter les dommages collatéraux.

"Je crois qu'il y a un très fort soupçon que Gaza est actuellement utilisé comme un laboratoire d'essais pour de nouvelles armes", a déclaré M. Gilbert.

Son collègue a ajouté que les blessures en question ne ressemblent pas aux blessures causées par les autres bombes. "J'ai vu et traité un grand nombre de blessures au cours des 30 dernières années dans diverses zones de guerre, et ces blessures ont une apparence complètement différente", a-t-il dit.

M. Gilbert a cité des études selon lesquelles les blessures provoquées par les armes DIME peuvent provoquer des cancers mortels en quelques mois.

"Israël devrait dire quelles armes ils utilisent et la communauté internationale devrait faire une enquête", a estimé M. Gilbert.

00:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

12/01/2009

Faire entrer l'aide alimentaire et médicale à Gaza est un défi logistique

Camion chargé d'aide alimentaire au pt de pass. de Kerem Shalom à la frontière Isr-Gaza.jpg
Point de passage vers Gaza à Kerem Shalom, frontalier d'Israël  

Une situation humanitaire alarmante à l'intérieur de la bande de Gaza et des milliers de tonnes d'aide humanitaire en souffrance à l'extérieur: pour les ONG et les agences de l'ONU, le défi de l'intervention dans le territoire palestinien est aussi logistique.

"Les gens ont faim et très froid. Il n'y a pas d'électricité, pas de chauffage et pas d'eau", déclare Robin Lodge, porte-parole à Jérusalem du Programme alimentaire mondiale (PAM), dans un résumé lapidaire de la situation du million et demi d'habitants de la bande de Gaza.

Deux points de passage permettent théoriquement de faire entrer l'aide humanitaire dans la bande de Gaza: celui de Kerem Shalom, frontalier d'Israël, et celui de Rafah, frontalier de l'Egypte.

A Kerem Shalom, des milliers de tonnes d'aide humanitaire attendent d'entrer dans l'enclave palestinienne, où les réserves des ONG sont au plus bas.

Le passage des cargaisons y est aléatoire, dénoncent certaines ONG, telle Save the children, qui met en cause l'irrégularité des horaires d'ouverture du terminal.

"Il n'y a pas d'horaires fixes. Samedi, le terminal est resté fermé en raison du Shabbat", a déploré Benedict Dempsey, porte-parole de Save the Children. "Et dans tous les cas, il n'a pas la capacité suffisante pour absorber les cargaisons de tous les camions."

Ces problèmes pratiques, dont les raisons sont souvent politiques, posent un véritable défi humain aux ONG.

"L'aide arrive à la frontière dans un camion israélien. Il faut décharger manuellement les 30 tonnes de sa cargaison pour les charger ensuite dans un camion palestinien. Cela prend beaucoup de temps", note M. Lodge.

S'il est ouvert en permanence, le terminal de Rafah, frontalier de l'Egypte, connaît les mêmes problèmes d'engorgement, du fait des délais de transbordement des marchandises d'un camion à l'autre.

Nasir Rasmi, directeur du ministère égyptien de la Santé, a indiqué dimanche que 568 tonnes de matériel médical étaient entrées à Gaza via Rafah depuis le début de l'offensive israélienne le 27 décembre.

Difficile pour les marchandises, l'entrée l'est également compliquée pour les travailleurs humanitaires.

"Notre personnel palestinien est débordé", confie Marc van der Mullen, coordinateur de la mission de Médecins du monde (MDM) à Gaza. "Nous tentons depuis le 27 décembre de faire entrer six anesthésistes et chirurgiens étrangers. Mais nous n'avons pas obtenu les garanties de sécurité" des deux parties.

Cinquante médecins, dont 43 Egyptiens, sont entrés dans l'enclave palestinienne via Rafah depuis cette date.

Dans la bande de Gaza, l'intervention humanitaire est compliquée par l'insécurité et les difficultés pour se déplacer.

A en croire M. Van der Mullen, la trêve quotidienne de trois heures instaurée par l'armée israélienne depuis mercredi dernier n'a pas servi à grand chose, sinon à redonner un peu "confiance" aux civils.

"Désormais, ils osent sortir de leur maison pour venir aux points de distribution", note-t-il.

Le PAM affirme ne plus avoir que trois semaines de réserves dans la bande de Gaza. Depuis le 27 décembre, l'agence de l'ONU a distribué des repas à 96.000 civils, "ce qui n'est rien au vu de notre objectif, qui était de 360.000", raconte M. Lodge.

Save the Children dit avoir de quoi nourrir 7.500 personnes pendant deux semaines.

AFP.12.01.09

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Israël frappera les Palestiniens "d'une main de fer"

Carte 17ème jour Gaza.jpg
(Cliquez sur la carte pour la voir en totalité)
Israel Réservistes à Yad Mordechaï 12 janv.jpg
Réservistes à Yad Mordechaï (sud Israël) le 12 janvier 2009

Israël frappera "d'une main de fer" à Gaza aussi longtemps que les tirs de roquettes palestiniennes se poursuivront, a menacé le Premier ministre israélien Ehud Olmert lundi, au 17ème jour de l'offensive israélienne qui a fait plus de 900 morts dans le territoire palestinien contrôlé par le Hamas.

 

Des combats ont opposé des activistes palestiniens à des chars israéliens avançant dans des quartiers périphériques de Gaza-ville. Les chars israéliens ont avancé sur plusieurs centaines de mètres dans les quartiers de cheikh Ajline, Touffah et Zeitoun, se heurtant à des combattants palestiniens sur les trois axes, selon des témoins.

L'armée israélienne menait en même temps des attaques aériennes dans le centre de Gaza, l'une d'elle faisant deux morts, selon des sources médicales.

Un Palestinien et son fils ont en outre été tués dans un raid aérien à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, ont-elles ajouté.

Au total, près de 25 Palestiniens ont été tués dans la journée dans des raids ou par des obus de chars israéliens, ou ont succombé à leurs blessures, portant à 917 le bilan des Palestiniens tués dans l'offensive israélienne, selon le chef des services d'urgences à Gaza, Mouawiya Hassanein.

 Parmi les morts figurent 277 enfants, 97 femmes et 92 personnes âgées, a-t-il précisé.

Plus de 4.100 Palestiniens ont été blessés dans les attaques israéliennes depuis le début de l'offensive le 27 décembre, a-t-il ajouté.

Les raids israéliens ont notamment eu lieu dans les secteurs de Jabaliya et Beit Lahya, dans le nord de la bande de Gaza, où se déroulent des combats violents, selon des témoins.

L'armée israélienne a également effectué une incursion dans la localité de Khozaa, près de Khan Younès, dans le sud du territoire, où elle a détruit 35 maisons, selon la même source.

Dimanche soir, les médias israéliens ont annoncé que l'armée avait commencé à envoyer des réservistes en renfort dans la bande de Gaza, une mesure interprétée comme un prélude au lancement d'une "troisième phase" de l'offensive, avec des assauts au coeur des villes et dans les camps de réfugiés.

Selon les médias, le gouvernement hésitait jusqu'à présent à donner son feu vert à cette "troisième phase" au moment où les appels à un cessez-le-feu, préconisé par une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, se multiplient.

18:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Obus au phosphore blanc utilisés contre des civils

Obus au phosphore 12 janv..jpg
Obus au phosphore blanc tombant sur Gaza (12 janvier 2009)

L'armée israélienne, accusée d'avoir recours à des obus au phosphore dans des zones civiles au cours de son offensive dans la bande de Gaza, a assuré lundi "respecter le droit international".

"L'utilisation de nos armes s'exerce dans le cadre des frontières légales du droit international", a indiqué un porte-parole de l'armée à l'AFP.

De son côté, le porte-parole du Premier ministre Ehud Olmert, Mark Regev, a déclaré à l'AFP que "ces munitions utilisées par Israël sont similaires à celles utilisées par toutes les démocraties occidentales y compris les états membres de l'OTAN".

Un médecin palestinien, le Dr Youssef Abou Rich, a affirmé dimanche que l'armée utilisait à Gaza des bombes au phosphore blanc, des munitions controversées.

L'ONG Human Rights Watch a également dénoncé l'utilisation d'obus au phosphore par l'armée israélienne.

"Il apparaît qu'Israël utilise du phosphore blanc comme un écran de fumée, un moyen en principe permis dans le cadre du droit humanitaire international. Cependant, le phosphore blanc peut causer de graves brûlures. Le risque de blesser des civils est aggravé par la forte densité de la population à Gaza", indique le communiqué.

L'ONG "considère que l'usage du phosphore blanc dans les zones fortement peuplées de Gaza viole l'obligation faite par le droit international humanitaire de prendre toutes les précautions possibles pour éviter de blesser ou tuer des civils", ajoute l'organisation.

Pendant la guerre du Liban en 2006, l'armée israélienne accusée d'utiliser des bombes à fragmentation, dont l'usage est lui aussi interdit dans des zones habitées par des populations civiles, avait assuré que ces armes étaient utilisées "conformément aux normes internationales".

Le phosphore blanc est un agent toxique et l'exposition à ce produit peut se révéler fatale. Il peut provoquer des brûlures de la peau et endommager le foie, le coeur ou les reins.

Son utilisation n'est interdite par aucun traité international. Cependant le protocole III de la Convention de 1980 sur les armes conventionnelles interdit son usage contre les populations civiles ou contre des forces militaires stationnées au milieu de populations civiles.

 

 
 

18:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

11/01/2009

Israël envoie des renforts à Gaza...

Israël envoyait dimanche des renforts de réservistes pour ses opérations dans la bande de Gaza, après avoir évoqué une éventuelle fin de son offensive contre le Hamas dans le territoire palestinien où près de 900 personnes ont été tuées en seize jours.

Le recours aux réservistes, rapporté par les télévisions israéliennes, pourrait préluder du lancement d'une «troisième phase» dans l'offensive avec des assauts au coeur des villes et dans les camps de réfugiés, après les bombardements aériens des premiers jours et le déploiement de troupes au sol qui a suivi.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole militaire a indiqué qu'une partie des réservistes avaient déjà participé à des combats mais qu'ils étaient de plus en plus nombreux à être «intégrés» dans les unités en opération sur le terrain.

Selon les médias, le gouvernement hésitait jusqu'à présent à donner son feu vert à une «troisième phase» prévoyant le recours massif à des réservistes, synonyme d'une escalade.

Désaccords entre les "reptiles"...

La ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni préconise un retrait immédiat de l'armée et des attaques systématiques ensuite au cas où le Hamas poursuivrait ses tirs de roquettes vers le territoire israélien.

Le ministre de la Guerre, Ehud Barak ne souhaite pas non plus passer à la troisième phase, préconisant une trêve garantissant aussi la fin de la contrebande d'armes par des tunnels sous la frontière entre Gaza et l'Egypte.

En revanche, le Premier ministre démissionnaire Ehud Olmert est favorable à une escalade ainsi que le chef du Shin Beth, le service de sécurité intérieure Youval Diskin et le commandant de la région sud d'Israël, le général Yoav Galant, chargé de l'opération «Plomb durci», selon les télévisions.

Depuis le début de l'offensive le 27 décembre, des milliers de réservistes ont été mobilisés et subi des entraînements intensifs mais ils n'avaient pas été massivement utilisés dans les combats.

Ces informations surviennent bien qu'Israël ait pour la première fois envisagé dimanche une fin proche à son offensive.

M. Olmert, qui avait ordonné vendredi la poursuite des opérations militaires à Gaza malgré une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelant à un cessez-le-feu immédiat, a ainsi annoncé que l'offensive se rapprochait «de ses objectifs».


Abondant dans le même sens, le vice-ministre israélien de la Guerre Matan Vilnaï a estimé qu'Israël était «proche de l'arrêt des actions terrestres et de l'ensemble des opérations d'une manière générale» dans la bande de Gaza, contrôlé par le mouvement islamiste Hamas.

Sur le terrain, où les bombardements se poursuivaient dans la soirée, l'armée israélienne a effectué des incursions dans des quartiers périphériques de Gaza-ville alors que des combats faisaient rage dans le nord du territoire. L'armée israélienne a affirmé avoir visé «50 cibles» dans la journée.

 (Source AFP. 11.01.09)

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un jeune globe-trotter danois a inspiré à Hergé les aventures de Tintin!

Tintin - Palle Huld - 1928.jpg
Le jeune Palle Huld en 1928

A 96 ans, le Danois Palle Huld, se souvient comment, en 1928, en culotte de golf et casquette sur la tête, il effectuait seul, à 15 ans, un tour du monde qui allait inspirer au dessinateur Hergé les aventures du plus célèbre héros de la bande dessinée, Tintin.

 

Moins d'un an après le périple de Palle, il y a exactement 80 ans, le 10 janvier 1929, le reporter à la houppe faisait sa première apparition -en route pour l'URSS via Berlin- dans Le petit Vingtième, le supplément hebdomadaire d'un quotidien bruxellois.

 

Le site officiel de Tintin rend hommage à Palle comme "l'ancêtre" du personnage d'Hergé, faisant référence entre autres à une photo de l'adolescent danois sur la Place Rouge en 1928, "portant une large casquette, un ample manteau et des pantalons de golf": le portrait craché de Tintin.

 

Dans son appartement d'une résidence du troisième âge à Copenhague, Palle a gardé, malgré les ans, le regard espiègle de son adolescence, même s'il a perdu sa tignasse rousse de l'éqoque.

 

"Mes cheveux roux, si exotiques, m'ont aidé", raconte-t-il, à être choisi parmi des centaines de candidats lors d'un concours organisé en 1928 par le quotidien Politiken pour fêter le centenaire de la naissance de Jules Verne.

 

Scout à l'allure débonnaire, apprenti dans un atelier automobile de Copenhague, il s'inscrit au concours, car "un tel tour était quelque chose pour moi, un grand rêve que je voulais réaliser".

 

Sa "bonne bouille de globe-trotter" et sa chevelure rousse, "rarissime au Danemark", ont fini par charmer le rédacteur en chef de Politiken, qui l'envoie tous frais payés faire le tour du monde, "en utilisant tous les moyens de locomotion, sauf l'avion", se rappelle-t-il.

 

Parti pour un périple de 44 jours, "sous les pleurs de ma mère qui croyait ne plus jamais me revoir", il parcourt seul 32.500 km, "une expérience inoubliable, non sans danger ni embûches" qui l'amène entre autres à Paris, Berlin, Londres, Moscou, Pékin, Montreal, Tokyo, Seoul.

 

"Je crois que j'étais débrouillard à mon âge, et avais un peu de jugeotte pour sortir sans encombres des pétrins", reconnaît cet acteur à la longue carrière du Théâtre royal de Copenhague, qui "continue, même à 96 ans, à jouer lorsqu'on fait appel" à lui.

 

Lors de son tour du monde de 1928, il a connu "quelques mésaventures", mais il n'a "jamais pensé au danger guidé par le seul instinct de curiosité, de connaître le monde".

 

"J'ai eu des aventures inoubliables comme dans le Transsibérien, en passant devant la maison où toute la famille du Tsar a été assassinée" lors de la révolution bolchevique.

 

Des moments "délicieux aussi en dormant chez des geishas au Japon", confie-t-il, avec une pointe de malice dans la voix.

 

A son retour au royaume, il a été accueilli comme un héros à son arrivée à la gare frontière de Gedser, dans le sud du Danemark, jusqu'à la gare centrale de Copenhague, où plus de 20.000 personnes avaient réservé à l'aventurier scandinave un accueil enthousiaste sur la place de l'Hôtel de ville.

 

"C'était délirant, et je remercie deux policiers qui m'ont soulevé en l'air pour échapper à la foule et me mettre en sécurité au siège du journal Politiken", écrit-il dans son livre relatant ses aventures, "Jorden rundt i 44 Dage" (le Tour du monde en 44 jours) préfacé par Jean-Jules Verne, le petit-fils de Jules Verne.

(Source TV5 Monde -10.01.09)

 

22:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

L'association NSI ne reçoit pas de subventions...

Dans les locaux du XXème arrondissement de la petite association NSI, on n’a pas attendu de message radio pour se porter au chevet des personnes âgées et isolées de la capitale. Depuis le 1er janvier, Arlette, la présidente, ne compte plus le temps passé au téléphone, à appeler ses « mamies ».

« D’abord pour leur souhaiter la bonne année, mais aussi pour les mettre en garde : ne pas sortir, ne pas oublier de boire… leur dire qu’on s’en occupe de leurs courses. »

NSI, pour Non à la solitude et à l’indifférence, a justement vu le jour au lendemain de la canicule de 2003, créée par des Parisiens bénévoles, ulcérés que des grands-mères et grands-pères puissent décliner dans l’indifférence, sur le palier ou dans la rue d’à côté.

 Six ans et quelques déconvenues plus tard, l’association, frustrée de subventions, n’a pas rendu les armes. Même si les 60 bénéficiaires (un seul « papy ») représentent une goutte d’eau, au regard des quelque 175 000 plus de 75 ans que compte Paris intramuros.

En signant, les 70 bénévoles s’engagent à rendre visite à une personne, toujours la même, une fois par semaine au moins. Conseils, courses, sorties accompagnées ou simple lecture du courrier… « Il n’y a pas deux missions identiques », dit Arlette. La constante, « c’est que l’on récrée du lien social, pour des personnes dont beaucoup sont complètement isolées. Tout l’entourage de leur âge est décédé. La famille ne se manifeste que deux ou trois fois par an… ».

 Au téléphone, elle entend parfois les larmes d’une grand-mère de 92 ans qui a passé les fêtes à attendre une visite qui ne vient pas. « Cela participe à l’angoisse que l’on sent chez ces personnes, accrue ces jours-ci par le froid, qui fait craindre la grippe, les maladies, l’inéluctable. »

 

21:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Les vieux de France: Geneviève, 93 ans

Geneviève 93 ans à Colombes (hauts-de-Seine).gif
A 93 ans, Geneviève vit seule dans son pavillon

Elle a entendu le message de prévention du ministère passer sur Radio Luxembourg en donnant à manger à son chat. Et balayé l’affaire d’un haussement d’épaule fataliste. « Faut pas s’inquiéter pour moi… » Geneviève est une forte tête, elle se « débrouille » avec une fierté touchante qui fait oublier ses 93 ans dans dix jours et sa frêle silhouette cramponnée à sa canne, dans son pavillon de Colombes (Hauts-de-Seine).

N’empêche, Geneviève n’a pas mis le nez dehors depuis Noël. Et Geneviève est toute seule. Sa plus proche parente, la femme de son fils décédé, lui passe un coup de fil chaque semaine. Mais ses petites filles ont oublié de lui souhaiter bonne année.


« Ce qui me sauve, explique-t-elle lucidement, c’est un petit monsieur très gentil du quartier qui me fait mon marché. » Grâce à lui, elle a pu se mixer du poisson frais, se réapprovisionner en fruits, en café. « Même si je n’ai pas très faim, je me force. Et je bois. Mon mari, qui est mort d’un cancer il y a onze ans, m’enguirlandait toujours parce que je ne buvais pas assez… Alors je pense à lui. » Un bol de café au lait le matin, un verre de rosé et un peu d’eau le midi, pareil au dîner et une tisane le soir… « Le compte y est, assure-t-elle. J’ai calculé tout ça avec mon médecin. »
Le thermomètre du salon affiche 24° : la chaudière, qui avait vingt-cinq ans, vient d’être changée. Elle fonctionne à plein régime. « Sinon j’ai froid », avoue Geneviève, fidèle à son tablier en cotonnade. « Mais je m’aère un peu quand même, la fenêtre de ma cuisine est fermée à l’espagnolette. Et je prends l’air en ouvrant la porte au chat. »

Le jardin, impraticable, est recouvert de glace, renforçant l’impression d’isolement. « Je ne suis pas du genre à demander de l’aide », avoue la vieille dame. « Mais j’ai de la chance. Des voisins solidaires qui passent régulièrement. » Ainsi Bernard s’est-il précipité l’autre soir quand le quartier a été plongé dans le noir après une coupure de courant. « Je l’ai bien épaté, sourit-elle. Je n’ai pas paniqué. Je me suis dit : Ma fille, fais comme si tu étais aveugle. J’ai réussi à trouver à tâtons une bougie, des allumettes, et je suis descendue avec ma canne dans la cave chercher la vieille lampe à pétrole de maman ! »
Combien de personnes très âgées vivant à domicile, comme Geneviève, sont aussi alertes ? Peu sans doute. Mais malgré tout l’isolement lui pèse, elle aimerait bien sortir, voir du monde, ou s’endormir paisiblement.
« Je n’ai qu’une frousse, c’est d’aller dans une maison de retraite. Qu’il m’arrive un pépin et que mon entourage dise : On ne peut pas la laisser comme ça … Alors ce n’est pas un gros coup de froid qui va me faire lâcher la rampe. J’ai vu le reportage des Infiltrés à la télé… Très peu pour moi ! »

 

Le Parisien -11.01.09

 

21:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)