Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2009

Obama "décide" de fermer Guantanamo - l'épouvantail du "terrorisme" a fait son temps - le WTC aux oubliettes

Guantanamo Obama signe 21 janvier 09.jpg
Obama et Joe Biden dans le Bureau Ovale le 21 janvier 2009

Le président américain Barack Obama a décrété jeudi la fermeture du centre de détention de Guantanamo d'ici un an, marquant une rupture avec la politique controversée de lutte contre le terrorisme de George W. Bush.

M. Obama a signé le décret de fermeture de Guantanamo dans le Bureau Ovale, entouré de militaires à la retraite, après une réunion sur la politique d'interrogatoire et de détention des personnes suspectées de terrorisme.

Le président a également imposé que les Etats-Unis se conforment aux conventions de Genève sur les prisonniers de guerre.

APP. 21 janvier 2009

18:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Guantanamo: les cinq suspects du 11-Septembre ne seront sans doute pas jugés "parce qu'ils ont été torturés"...

Guantanamo -suspects 11 sept jamais jugés.jpg

Les Etats-Unis ne pourront peut-être jamais juger Mohammed al-Qahtani parce qu'il a été torturé, selon une haute responsable du Pentagone, laissant planer le doute sur la possibilité de juger un jour les cinq hommes accusés d'avoir organisé le 11-Septembre.

Mercredi dans le Washington Post, Susan Crawford, une juge militaire à la retraite chargée dans l'administration Bush de décider du renvoi des détenus de Guantanamo devant un tribunal, a expliqué les raisons pour lesquelles elle avait abandonné les charges contre ce Saoudien, en mai dernier.

"Nous avons torturé Qahtani", a-t-elle affirmé. "Son traitement correspond à la définition légale de la torture. Et c'est pour cette raison que je ne renvoie pas ce cas" devant la justice d'exception créée pour les détenus de Guantanamo, a ajouté celle qui supervise ces tribunaux.

M. al-Qahtani, 30 ans, est soupçonné d'être le vingtième terroriste chargé de détourner les avions de ligne le 11-Septembre. Mais il aurait été interdit d'entrée sur le territoire américain en août 2001.

"Le FBI a des preuves fiables que Qahtani a appelé Mohammed Attah en arrivant à Miami", qui peuvent encore permettre de le traduire devant une cour fédérale, a nuancé pour l'AFP Sarah Mendelson, directrice d'études au Centre d'études stratégiques et internationales. En revanche, a-t-elle précisé, "il est possible que le juge le place en soins psychiatriques". "Il a été extrêmement malmené".

Isolement prolongé, privation de sommeil, nudité, humiliations et exposition prolongée au froid figurent parmi les techniques utilisées par les militaires américains à son encontre, selon Mme Crawford.

Interrogée, une porte-parole du Pentagone, Cynthia Smith, a affirmé à l'AFP "ne pas savoir pourquoi Mme Crawford a décidé de parler à la presse".

Pour Mme Mendelson, en effet, la question se pose. A une semaine de la prise de fonction du nouveau président, Barack Obama, "lance-t-elle le débat parce qu'elle craint des poursuites contre les haut-responsables de l'administration Bush ?", a interrogé la spécialiste.

Les techniques d'interrogatoires décrites étaient "autorisées" à l'époque, en 2002-2003, par le secrétaire d'Etat Donald Rumsfeld, mais ne le sont plus à l'heure actuelle, a par ailleurs expliqué à la presse un autre porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman.

Cette situation inédite laissée par l'administration Bush à Barack Obama, devrait prendre une place de choix dans les différents casse-tête auxquels ce dernier va être confronté dès mardi.

Il va en effet devoir décider très vite de poursuivre la détention du Saoudien, sans charge mais au nom de sa dangerosité potentielle, de le faire déférer devant une cour fédérale ou militaire classiques, ou de le libérer.

Au-delà du simple cas d'école Qahtani, ces révélations pourraient avoir un impact sur le sort judiciaire de cinq hommes soupçonnés d'avoir organisé les attentats du 11-Septembre.

Le vice-président sortant Dick Cheney a confirmé récemment que Khaled Sheikh Mohammed, qui affirme en avoir été le cerveau, et deux autres, avaient été soumis à la technique consistant à simuler leur noyade ("waterboarding").

"Le président et le vice-président des Etats-Unis ont pris une décision importante parce que des agents du FBI, nous le savons, écrivaient dans des mémos "vous êtes en train de mettre en péril de nombreuses poursuites", a expliqué à l'AFP le lieutenant-commandant Brian Mizer, avocat militaire d'un des cinq hommes.

"Nous avons peut-être perdu la possibilité d'aller devant un tribunal et de juger ces hommes", a-t-il regretté, jugeant qu'"il pourrait être impossible, devant une cour classique, d'obtenir une condamnation". AFP. 14.01.09

Il semble qu'on ne saura jamais la vérité sur les attentats du 11-Septembre!

18:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les foetus avortés deviennent du matériel médical

foetus.jpg
En Grande-Bretagne, les scientifiques ont obtenu l’autorisation de traiter les patients souffrant d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) avec des injections de cellules souches provenant de fœtus avortés qui devaient jusque-là être incinérés.

En injectant dans le cerveau des patients des cellules souches de fœtus âgés de douze semaines, les experts pensent que les cellules endommagées lors d’un AVC pourraient se régénérer et permettre aux malades de recouvrer l’ensemble de leur mobilité et de leurs facultés mentales. L’essai de deux ans, qui démarrera l’an prochain, consistera en l’injection de cellules souches chez quatre groupes de trois patients.
Ces cellules seront développées en laboratoire, à partir de cellules de cerveaux de fœtus. Pourtant, une autre équipe de scientifique a opté pour le prélèvement sur des adultes pour éviter de se heurter aux opposants de l'utilisation de cellules souches de foetus issus d'avortement. Le professeur Bal Dhillon de la clinique Princesse Alexandra d'Edimbourg, en collaboration avec l'hôpital général Gartnavel de Glasgow, doit débuter d'ici un mois des tests sur un traitement de la cécité cornéenne à partir de cellules souches prélevées sur des donneurs adultes décédés.

ReNeuron, qui fabriquera les cellules, préfère utiliser des cellules de fœtus plutôt que d’adultes, car elles seraient "plus adaptables". Les cellules souches sont capables de se transformer en n’importe quel type de tissu humain. Les tests réalisés sur des rats ont montré la capacité des cellules souches à rendre leur mobilité aux animaux handicapés par une attaque. Les scientifiques espèrent qu’une seule injection pourra apporter une réelle amélioration à long terme pour l’homme.

La polémique naît donc sur l'utilisation des foetus comme simple matériel médical. Rien n'est communiqué sur l'accord éventuel des mères.
D'autres polémiques étaient déjà nées sur l'utilisation des foetus par les industries cosmétiques.
 Les groupes anti-avortement ont vivement condamné ces essais. Si même toutes les cellules ne sont issues que d’un seul fœtus, ces groupes dénoncent « une vie sacrifiée pour des bénéfices hypothétiques ».
La Grande-Bretagne, par le biais de son Agence nationale de régulation des produits de santé et médicaments, est le premier pays du monde à donner cette possibilité à des scientifiques. La Grande-Bretagne a une législation particulièrement laxiste en matière de bioéthique.

(Sources : Maxiscience via Yahoo Actualité - Avortementivg.co)
La peau de foetus utilisée pour greffer de grands brûlés:
Demain, des mères (qu'on ne peut qualifier que de femelles humaines) avorteront volontairement pour procurer aux médecins de la "peau de foetus" et se feront peut-être rémunérer pour ce crime.
On voit toutes les dérives que peut prendre l'avortement volontaire dit IVG. Les foetus tués in utero deviendront sources de greffons pour développer la recherche médicale et améliorer la vie d'autres humains ... Mais eux n'auront pas eu le droit de vivre.
Culture de mort!

01:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

VIDEO Le médecin palestinien revient chez lui où ses trois filles ont été tuées ...

http://www.wat.tv/video/toubib-palestinien-revient-17xfp_...

00:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

21/01/2009

Les armes au phosphore de Tsahal

Armée israëlienne achève son retrait le 21 janv 09.jpg
L'armée israélienne achève son retrait  mercredi 21 janvier 2009
Chars planqués frontière de Gaza 21 janv 09.jpg
Chars à la frontière de Gaza le 21 janvier 2009

Plus aucun soldat israélien ne foule le sol de la bande de Gaza. C'est en tout cas ce qu'annonce mercredi l'armée, qui précise toutefois que des forces restent déployées le long de la frontière "pour faire face à toute éventualité". Les combats dans la bande de Gaza ont cessé dimanche à la faveur d'un cessez-le-feu qu'Israël et les groupes armés palestiniens, dont le Hamas qui contrôle le territoire, avait décrété chacun de son côté.
 
Plus de 1300 Palestiniens ont été tués dans l'offensive israélienne, la plus vaste jamais menée par Israël dans la bande de Gaza. Et certains d'entre eux ont été victime d'obus au phosphore, des armes très critiquées par la communauté internationale. Selon le quotidien libéral israélien Haaretz, Tsahal enquête sur une éventuelle utilisation "fautive" par une unité de parachutistes d'une vingtaine d'obus de ce type dans une zone peuplée dans le nord de la bande de Gaza. Un porte-parole de l'armée a démenti qu'il y ait une "enquête officielle"...
 
Brûlures de la peau, foie, cœur ou rein endommagé
 
Selon des sources militaires citées par le journal, l'armée a tiré deux types d'obus contenant du phosphore : des obus d'artillerie fumigènes contenant une faible quantité de phosphore, et des obus de mortier à forte concentration de phosphore. Une vingtaine d'obus de ce second type, qui causent des brûlures très graves, ont été tirées sur des quartiers de la localité de Beit Lahiya, selon le journal.
 
L'organisation Amnesty International, dont une équipe s'est rendue dans le territoire palestinien, accuse l'Etat hébreu de "crimes de guerre" pour avoir usé des obus de phosphore. "Nous avons vu des rues jonchées de débris, qui prouvent l'utilisation de phosphore blanc, y compris des particules incandescentes et des restes d'obus tirés par l'armée israélienne", a déclaré un expert en armement qui faisait partie de l'équipe d'Amnesty. L'exposition à ce produit toxique peut se révéler fatale. Il peut provoquer des brûlures de la peau et endommager le foie, le coeur ou les reins. L'équipe d'Amnesty affirme avoir trouvé des particules de phosphore et des obus qui les contenaient à l'intérieur et à proximité de maisons et bâtiments, dont notamment trois obus au phosphore près du complexe de l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens à Gaza-ville.
 
Enquête sur l'utilisation de munitions à uranium appauvri. L'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) va ouvrir, à la demande des États arabes, une enquête sur des allégations selon lesquelles Israël aurait utilisé des munitions à uranium appauvri durant son offensive à Gaza. "Nous allons enquêter sur le sujet dans la mesure de nos compétences", affirme la porte-parole de l'agence onusienne, Melissa Fleming. La requête a été présentée lundi au nom des pays arabes par l'Arabie saoudite, sous la forme d'une lettre que l'AIEA "est en train de diffuser auprès des États membres". La forme précise de l'enquête sera établie après consultation de ceux-ci, indique Mélissa Fleming.

Quel réglementation pour ces bombes au phosphore ?

Les bombes au phosphore blanc ne sont interdites par aucun traité international, en dépit de leur caractère controversé. La manière dont ces armes incendiaires sont utilisées est en revanche réglementée par la Convention sur les armes classiques de 1980, plus spécifiquement par le protocole III "sur l'interdiction ou la limitation des armes incendiaires", entré en vigueur en 1983 mais auquel Israël n'a pas souscrit. Le texte prohibe leur utilisation dans les zones peuplées de civils. L'armée israélienne n'a pas démenti avoir usé des obus au phosphore, soulignant toutefois n'utiliser que des armes non prohibées par les conventions internationales.

23:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Israël sait déjà qu'il n'y aura pas de "changement" avec Obama...

BHO en visite à Sdérot - Israêl le 23 juillet 2008.jpg
Barack Obama, un mondialiste sioniste convaincu - A Sdérot (sud Israël) le 23 juillet 2008

Israël ne s'attend pas à un changement de la politique américaine au Proche-Orient sous l'administration du nouveau président Barack Obama, a déclaré mercredi le vice-Premier ministre Haïm Ramon.

"La politique des Etats-Unis ne va certainement pas changer sur le fond", a estimé M. Ramon, dans une interview à la radio publique.

"Cette politique se fonde sur deux principes: "la lutte contre le terrorisme et la nécessité de parvenir à une paix sur la base de deux Etats", israélien et palestinien", a-t-il souligné.

De son côté, le député du Likoud Yuval Steinitz, un dirigeant du principal parti de l'opposition de droite, a rappelé les déclarations de soutien à Israël de Barack Obama durant sa campagne.

"Je suis convaincu qu'après les élections de février, Barack Obama aura d'excellents rapports avec Benjamin Netanyahu à la tête de l'Etat, avec lequel il avait eu des entretiens fructueux", a ajouté M. Steinitz.

L'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, leader du Likoud, est le grand favori selon les sondages pour former le prochain gouvernement après les législatives anticipées du 10 février en Israël.

 M. Netanyahu avait lui-même estimé mardi que M. Obama comprenait la "détresse" des Israéliens et la "cruauté des ennemis que nous combattons" en allusion aux islamistes palestiniens du Hamas contre lesquels l'armée israélienne a mené une opération (27 décembre- 17 janvier) dans la bande de Gaza qui a fait plus de 1.300 morts...

M. Obama avait déclaré dimanche qu'il mettait en place une équipe qui puisse s'engager immédiatement dans "le processus de paix" au Proche-Orient, dès son investiture le 20 janvier.

Selon le Washington Post, il prévoit de nommer le sénateur à la retraite George Mitchell, artisan de la paix en Irlande du Nord, comme envoyé spécial pour le Proche-Orient, chargé en particulier du conflit israélo-palestinien.

Dans un rapport qu'il avait préparé en 2001 sur les causes de la seconde Intifada palestinienne, M. Mitchell avait recommandé des mesures de confiance, un retour aux négociations de paix et un gel total de la colonisation juive dans les territoires palestiniens occupés. Cette dernière exigence est complètement rejetée par le Likoud.

Au cours des dernières semaines, M. Obama a "résisté aux pressions" pour qu'il s'exprime sur l'offensive israélienne, expliquant qu'il n'y avait "qu'un président à la fois" aux Etats-Unis. Il n'en a pas fait mention dans son discours d'investiture.

Son prédécesseur George W. Bush avait toujours apporté un appui inconditionnel à Israël. Le Premier ministre israélien sortant Ehud Olmert lui a rendu un vibrant hommage en novembre affirmant que "son nom restera gravé en lettres d'or pour de longues années dans le coeur d'Israël".

AFP.21.01.09

19:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

LOUIS XVI, ROI DE FRANCE ET MARTYR

LouisXVIexecution guillontine 21 janv 1793.jpg
Le 21 janvier 1793, une date fatale pour la France
Louis XVI, âgé de 38 ans, est exécuté le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution (précédemment place Louis XV, aujourd'hui place de la Concorde).

Le roi martyr meurt en homme digne et courageux.

Les mains liées dans le dos, il s'avance vers le bord de l'échafaud et lance à la foule : «Français, je meurs innocent ; je pardonne à mes ennemis ; je désire que ma mort soit...» Un roulement de tambour couvre ses dernières paroles.

Sitôt Louis XVI décapité, le bourreau montre sa tête à la populace et celle-ci répond par un cri : «Vive la nation ! Vive la république !»

 

19:18 Publié dans Blog | Tags : 21 janvier 1793 | Lien permanent | Commentaires (10)

Jean-Marie le Pen: lourde peine de prison avec sursis confimée en appel!

Le Pen - prison - 21 janv 09.jpg

Jean-Marie Le Pen, qui avait déclaré que l'Occupation allemande en France n'avait pas été "particulièrement inhumaine", a vu mercredi sa peine de prison avec sursis confirmée, la cour d'appel considérant qu'il avait minimisé les crimes commis par les Nazis.

Voyant dans cette décision "une atteinte extraordinaire à la liberté d'expression", son avocat, Me Wallerand de Saint-Just, a indiqué qu'il se pourvoirait en cassation, voire devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) où il espère que son client pourra "bénéficier d'un climat plus favorable".

Il a rappelé que la semaine dernière, la CEDH avait condamné la France dans l'affaire Aussarresses, estimant que l'ancien général ne s'était pas rendu coupable d'apologie de crimes de guerre, en évoquant dans un livre la torture en Algérie.

Le 8 février 2008, le tribunal correctionnel de Paris avait reconnu Jean-Marie Le Pen coupable de "complicité d'apologie de crimes de guerre" et de "contestation de crime contre l'Humanité", à la suite de propos publiés en janvier 2005 dans l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol.

Les magistrats l'avaient condamné à 10.000 euros d'amende et trois mois de prison avec sursis, une peine extrêmement lourde en la matière.

Le président du Front national avait notamment déclaré : "En France du moins, l'Occupation allemande n'a pas été particulièrement inhumaine, même s'il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés".

Il avait également présenté une version jugée choquante du massacre d'Ascq, perpétré dans la nuit du 1er au 2 avril 1944, et durant lequel 86 Français avaient été fusillés en représailles au déraillement d'un train allemand.

Concernant le massacre d'Ascq, a jugé la cour, M. Le Pen l'a certes raconté d'une manière approximative, mais il ne l'a pas pour autant jugé favorablement. Pas plus qu'il n'a tenté de réhabiliter cet épisode qu'il qualifie lui-même de "massacre".

La 11e chambre l'a donc relaxé de "complicité d'apologie de crimes de guerre", qui était le chef de poursuites retenu par le parquet.

En revanche, elle a confirmé l'analyse du tribunal pour les faits de "complicité de contestation de crimes contre l'Humanité", poursuivis par l'association des Fils et filles de déportés juifs de France (FFDJF), qui a déposé la plainte initiale.

Elle a considéré que M. Le Pen avait bien minimisé de façon outrancière les exactions commises par les nazis et laissé entendre que la Gestapo avait joué en France un rôle protecteur de la population.

A l'audience du 29 octobre, Jean-Marie Le Pen avait dénoncé un "procès d'intention", estimant que les propos qu'il avait tenus n'étaient "pas monstrueux". Il avait également soutenu que les propos poursuivis étaient "une conversation à bâtons rompus" que Rivarol n'aurait pas dû publier. La cour a rejeté ces arguments.

Elle a, par ailleurs, confirmé les peines d'amende (respectivement 2.000 et 5.000 euros) du journaliste Jérôme Bourbon et de la directrice de publication de Rivarol, Marie-Luce Wacquez (Camille Galic), pour avoir publié ces propos.

L'avocat de la FFDJF, Me Olivier Maudret, s'est réjoui d'un tel arrêt qui "confirme que le délit poursuivi peut l'être y compris lorsqu'il est commis par voie d'insinuations, même lourdingues".

 

AFP. 21.01.09

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (26)

Un octogénaire se pend à la clinique - on appelle la police 9 heures plus tard!

Un homme de 86 ans, hospitalisé à la polyclinique Saint-Claude de Saint-Quentin (Aisne) a été retrouvé pendu dans sa chambre, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Si l’octogénaire a bien  été découvert au cours de la nuit, les services de police quand à eux n’ont été avertis que neuf heures plus tard…

Et quand les policiers sont arrivés sur les lieux du suicide, ils ont constaté que la victime avait été détachée, ce qui n’est pas la règle en matière de suicide.

En effet, en cas de suicide, la police doit être prévenue immédiatement pour procéder aux premières constatations.

Ce qui n’a pas été le cas à la polyclinique Saint-Claude.

Face à ce dysfonctionnement, le parquet de Saint-Quentin a ouvert une information judiciaire en recherche des causes de la mort.

Une autopsie devrait être pratiquée sur le corps de la victime dans les prochains jours.

Le Post - 18 janvier 2009

Comment ce vieil homme s'est-il pendu? Il n'y avait donc aucune surveillance...

Pourquoi la police n'a-t-elle été appelée que neuf heures plus tard?  

Que s'est-il passé entre-temps?

Voilà le sort des vieux en France...Ca n'empêche pas la pimpante Bachelot de dormir!

01:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

"Yes! Oui! Kahn!"

Courrier Picard Dessin-d-Alex-du-20090120_medium.jpg
Dessin d'ALEX dans Le Courrier Picard - 20 janvier 2009

01:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

VIDEO Miss France sanglote à Washington!

http://www.wat.tv/video/chloe-mortaud-boulversee-miss-17s...

01:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

VIDEO Hommage aux ambulanciers de Gaza

http://www.dailymotion.com/video/x82yac_exclusif-avec-un-...

Malgré toutes les précautions oratoires, les images parlent d'elles-mêmes!

01:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

20/01/2009

La Planète des Obamas

Obama feme vendant T-sh à HARLEM 20 Janv 09.jpg
Femme vendant des T-shirts à Harlem  - 20.01.09
Obama supporters noirs à W 20 janv 09.jpg
Supporters à Washington  - 20.01.09
Obama tee-shirt 20 janv.jpg
Washington - 20.01.09
Obama soldat Us pleurant Bagdad.jpg
Soldat US pleurant devant la télévision en Irak près de Bagdad
Obama en famille 20 janv 09.jpg
Avant de prêter serment - 20.01.09
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

23:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Julien Dray est protégé par la police!

Julien DRAY sous surveillance policière pour le protéger.jpg

Julien Dray bénéficie depuis le week-end dernier d'une discrète protection policière, a révélé mardi matin RTL. Cette surveillance avait été réclamée par Me Léon-Lef Forster, l'avocat du député socialiste de l'Essonne. Visé par une enquête préliminaire pour abus de confiance, Julien Dray aurait en effet reçu des menaces, notamment à caractère antisémite.

 

Selon l'avocat, il s'agit non pas d'une escorte permanente, mais de «surveillances renforcées», avec des patrouilles plus nombreuses dans le quartier où vivent le parlementaire et sa famille. Ce dispositif se justifie, selon lui, par les mises en causes répétées de Julien Dray dans les médias et notamment la diffusion d'attaques antisémites sur Internet.

leparisien.fr -20.01.09

 Internet, c'est la plus dangereuse des inventions

23:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

L'Esprit européen

http://esprit-europeen.fr/perspectives_edito.html#gaza_no...

Un lien intéressant, à découvrir

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

19/01/2009

Le Birobidjan existe toujours!

Birobidjan place centrale.jpg
Place centrale de Birobidjan
Birobidjan - 70è aniversaire.jpg
Birobidjan URSS.jpg
Le Birobidjan (d) couvre une superficie de 36.000 km2
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

A part quelques initiés, tout le monde a ignoré, et ignore toujours, qu’il existe une « république autonome juive », installée il est vrai sur un territoire de l’URSS. En 1928 (donc vingt ans avant la création d’Israël), sur proposition du président Mikhaïl Kalinine, Staline décide de créer à 8 400 kilomètres de Moscou, au Birobidjan, région perdue, marécageuse et désertique de l’Extrême-Orient sibérien, près de la frontière avec la Chine, une « entité nationale juive », avec le statut de terre d’accueil (appelée aussi la "Sion soviétique") pour les Juifs d’URSS.

En 1934, le Birobidjan reçoit son statut officiel de "région autonome juive". En 1937, on y compte 37 000 Juifs.

 

La comparaison avec Israël serait évidemment excessive : le Birobidjan n’est pas un « Etat juif », mais une « autonomie » plus ou moins relative selon les époques, où la population juive et la langue officielle yiddish — largement enseignée jusqu’en 1948 — sont peu à peu devenues quasiment fictives.

Après l’implosion de l’URSS en 1991, un grand nombre de ses habitants a émigré en Israël, en Europe ou aux Etats-Unis. Aujourd’hui, la population serait d’environ 5 800 personnes d’origine ou de religion juive — sur un total d'environ 200.000— et un petit mouvement de retour semble s’esquisser (environ 150 personnes depuis ces dernières années).

 

La Région (ex-république) autonome juive du Birobidjan, ainsi qu’on l’appelait jusqu’en 1996, était l’un des quatre-vingt neuf « sujets » de la Fédération de Russie, formée après la dislocation de l’URSS. Elle devait être intégrée le 1er mars 2008 à la région de Khabarovsk. Ce regroupement fait partie d’une réforme en cours, dont la caractéristique est de dissoudre des régions et districts de petites minorités ethniques dans des ensembles administratifs régionaux, ou encore de regrouper les villes de Moscou et Saint-Pétersbourg avec leurs régions environnantes de Moscou et Leningrad (l’ancien nom de la ville est resté pour la région). Cette réforme se fait au nom de la « rationalité » économique et administrative. A l’automne 2007, il n’y avait déjà plus que quatre-vingt cinq « sujets » (au lieu de quatre-vingt neuf).

Le Birobidjan avait été créé après des tentatives infructueuses en vue d’établir un territoire juif dans d’autres régions, notamment la Crimée (Ukraine) où des communes agricoles juives s’étaient formées. Mais, dans ces régions, la création d’une république juive rencontrait de fortes oppositions locales. Au point que le projet criméen, relancé après 1945 et encouragé par les Juifs américains, fut l’un des prétextes de la répression antisémite déclenchée par Staline en 1948 et qui dura jusqu’à sa mort en 1953.

La création d’un territoire juif en URSS, dont l’idée remonte à 1917, a souvent étonné : elle apparaît comme une version soviétique du « sionisme », alors que celui-ci y était condamné. Il n’en est rien : le projet sioniste visait la terre de Palestine, alors qu’en URSS la politique officielle consistait à former des territoires à titulaires ethniques : il en fut de même pour les Allemands de la Volga, les Tatars de Crimée ou de Kazan, les Abkhazes et les Ossètes de Géorgie installés en « autonomies » sur la terre de leurs ancêtres.

 La « curiosité » du Birobidjan est qu’il a été installé dans une région d’Extrême-Orient où ne vivaient pas de Juifs auparavant. S’il s’agissait, pour Staline, après l’émancipation des Juifs par la révolution bolchevique, de créer une république juive de nature à satisfaire l’aspiration nationale de certains d’entre eux, d’autres observateurs privilégient la volonté de les éloigner et d’en profiter pour peupler une région stratégique, aux frontières de la Mongolie et, au-delà, de la Chine. Cette opération s’explique aussi par le contexte des années 1920-1935, favorable à un certain fédéralisme et au développement des cultures nationales, avant que Staline n’impose centralisme et russification — ce qui n’a pas empêché l’URSS de conserver sa diversité linguistique.

(Source: le Monde diplomatique - 26 mars 2008)

23:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

France 2009: nette récession et forte hausse du chômage

Eric Woerth et Lagarde le 14 janvier 2009.jpg
Woerth et Lagarde le 14 kanvier 2009

La Commission européenne prévoit une nette récession en France en 2009, qui devrait s'accompagner d'une forte hausse du chômage et d'une explosion des déficits publics, à plus de 5% du PIB, selon ses prévisions économiques actualisées publiées lundi.

Elle anticipe un recul du Produit intérieur brut (PIB) de 1,8% en 2009, après une croissance de 0,7% en 2008. Elle s'attend ensuite à un léger redressement de la situation, avec une croissance de 0,4% en 2010.

Ces estimations sont bien plus pessimistes que les précédents pronostics publiés par Bruxelles début novembre. La Commission tablait alors encore sur une stagnation de l'économie en France en 2009 (0,0%) puis sur une croissance de 0,8% en 2010.

Bruxelles s'attend par ailleurs à ce que cette dégradation nette de la situation économique s'accompagne d'une forte augmentation du chômage et d'un creusement important des déficits.

Le taux de chômage devrait passer en France de 7,8% en 2008 à 9,8% en 2009 et 10,6% en 2010, selon les prévisions de la Commission.

C'est la première fois que le taux de chômage en France repasserait au-dessus des 10% depuis 1999, d'après les chiffres de l'institut statistique européen Eurostat.

Selon la Commission, les déficits devraient dépasser dès 2008 en France la limite de 3% autorisée dans l'UE, à 3,2%, pour passer ensuite à 5,4% en 2009 et s'améliorer légèrement à 5,0% en 2010.

C'est nettement plus pessimiste que les prévisions du gouvernement français, qui a jusqu'ici seulement reconnu début janvier que le déficit public pourrait dépasser pour 2008 la barre de 3% du PIB, au lieu des 2,9% prévus. Pour 2009, il table sur 3,9%.

Le ministre du Budget Eric Woerth doit cependant annoncer des chiffres actualisés cette semaine, tenant compte de moins-values fiscales annoncées début janvier.

Pour "le chiffre final de 2008, que l'on va discuter bien sûr avec les autorités françaises, d'après l'information qui a été publiée en France par le gouvernement, il y a eu à la fin de l'année 2008, en novembre, une chute inattendue des revenus, en particulier en provenance de l'impôt sur les sociétés", a commenté le commissaire européen aux Affaires économiques Joaquin Almunia, lors d'une conférence de presse.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, pour 2009, la Commission a établi ses prévisions à partir d'un chiffre de croissance "plus négatif que les prévisions que je connais jusqu'à présent de la part du gouvernement français".

"C'est pour cela que les estimations de déficits pour 2009 dans notre cas sont plus élevées que celles des autorités françaises", a-t-il précisé.

Mais "chiffres à part, le diagnostic de la situation de l'origine des déséquilibres et des mesures nécessaires pour y faire face une fois que la récession sera finie est commun", a-t-il dit.

"Il y a sur la détérioration du chiffre du déficit public en France d'un côté l'impact de la situation économique -de la chute des revenus et de l'augmentation de certaines dépenses- et en plus l'impact du plan de relance", a-t-il encore ajouté.

Le commissaire a précisé que, selon ses services, "l'impact dû à la crise économique est plus grand que l'impact budgétaire du plan de relance".

AFP.19.01.09

22:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Sarah Obama, la grand'mère paternelle

Sarah Obama à KISUMU.jpg
Sarah Obama, 86 ans, 3ème épouse de son grand-père

Un tabouret traditionnel à trois pieds, un chasse-mouches et un bouclier, symboles de pouvoir parmi l'ethnie Luo, sont les cadeaux que Sarah Obama compte offrir à son petit-fils Barack pour son investiture comme 44ème président des Etats-Unis.

Mme Obama, âgée de 86 ans, est originaire de Kogelo, village situé à une soixantaine de kilomètres de la ville de Kisumu (ouest du Kenya).

Elle a quitté le Kenya le 17 janvier en compagnie d'autres membres de sa famille pour assister le 20 janvier à Washington à l'investiture du président élu Barack Obama.

Citée lundi dans le journal kényan The Standard, Sarah Obama a expliqué qu'elle avait initialement prévu d'offrir également à son petit-fils une lance traditionnelle de l'ethnie Luo, majoritaire à Kisumu et dont était issu le défunt père de Barack Obama.

"Mais on m'a dit que pour des raisons de sécurité, je ne serai pas autorisée à monter dans l'avion avec la lance", a-t-elle expliqué au journal.

"Le jour que j'attendais est finalement arrivé. Je ne peux pas dissimuler ma joie", a-t-elle ajouté.

"Je serai l'ambassadrice du Kenya à cette occasion et je serai à la hauteur des espérances", a-t-elle assuré.

Le ministre kényan des Affaires étrangères, Moses Wetangula, a indiqué qu'il sera à la tête d'une délégation gouvernementale pour participer à des festivités de pré-investiture organisées le 19 janvier par les représentations diplomatiques de pays africains aux Etats-Unis.

"C'est une grande fête à laquelle participeront des délégations de nombreux pays africains", a indiqué à la presse M. Wetangula.

"Et comme le Kenya est la nation africaine où Obama a ses racines, je serai l'invité spécial de cet événement", a-t-il précisé.

L'élection à la présidence des Etats-Unis du sénateur démocrate Barack Hussein Obama a été très suivie et provoqué une véritable liesse au Kenya.

Sarah Obama est la troisième épouse du grand-père de Barack Obama. Aucun lien biologique ne les unit mais le nouveau président la considère comme sa grand-mère paternelle.

22:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Poutine a ordonné à Gazprom de reprendre ses livraisons à l'Europe

Poutine le 19 janv 09.jpg
Vladimir Poutine le 19 janvier 2009

Le géant russe Gazprom a reçu l'ordre de reprendre les livraisons de gaz à l'Europe via l'Ukraine, a déclaré lundi le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, à l'issue d'une rencontre à Moscou avec son homologue ukrainienne, Ioulia Timochenko.

"Gazprom a reçu l'ordre de commencer les livraisons de gaz dans toutes les directions. Gazprom est prêt à répondre à la demande quotidienne des consommateurs européens", a déclaré M. Poutine.

Peu auparavant, les compagnies d'Etat russe et ukrainienne, Gazprom et Naftogaz, avaient signé des contrats sur les livraisons de gaz à l'Ukraine et sur le transit vers l'Europe sur dix ans.

17:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

18/01/2009

Le repli d'Israël mérite-t-il le V de la victoire? - Le soldat Gilad Shalit

Soldats israéliens quittent la bande de gaza- 18 janv. - Le Monde.jpg
Soldats israéliens quittant la bande de Gaza le 18 janvier 2009
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
Père de Gilad Shalit - sa mère Aviva....jpg
Noam Shalit exige que Tsahal récupère son fils détenu dans la bande de Gaza - 18 janvier 2009
Gilad Shalit.jpg
Gilad Shalit, caporal dans l'armée israélienne, fait prisonnier par le Hamas le 25 juin 2006

Les médias israéliens manifestaient une grande prudence  après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu unilatéral dans la bande de Gaza décrété par le gouvernement d'Ehud Olmert après 22 jours de combats qui ont fait plus de 1.200 morts palestiniens.

Les deux tabloïds, le Yédiot Ahoronot et le Maariv, publient en Une la même photo montrant un groupe de tankistes sur leur char levant les bras en signe de de joie et brandissant un drapeau israélien en signe de victoire.

Mais les commentaires sont plus nuancés que cette image. Tous relèvent notamment que le soldat "franco-israélien" Gilad Shalit enlevé en juin 2006 et détenu dans la bande de Gaza par le Hamas n'a pas été libéré.

Ben Caspit, un éditorialiste du Maariv, parle malgré tout de "victoire". Selon lui, Israël est parvenu à "réhabiliter son pouvoir de dissuasion et à redéfinir les principes de la lutte contre le terrorisme".

(Le Figaro - 18.01.09)

ndb: Gilad Shalit est né en 1986 en Israël qu'il n'a jamais quitté. Il possède la double nationalité française et israélienne. Il ne parlerait pas cependant le français. Son père se prénomme Noam et sa mère Aviva. Servant dans une armée étrangère, et la France n'étant pas en guerre avec la Palestine, a-t-il toujours droit à cette double nationalité? Sans doute, puisque Nicolas Sarközy se démène pour lui en Syrie et en Israël, et que Bertrand Delanoë avait fait apposer une affiche le concernant sur la Mairie de Paris...

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)