Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1686

  • Malgré deux autopsies, ils ne croient pas au suicide

    Firminy marche silencieuse.jpg
    Marche silencieuse à Firminy le 11 juillet 2009
    "Il ne s'est pas suicidé, ce n'est pas vrai". Proches, amis et nombreux voisins du jeune décédé après sa garde à vue dans un commissariat de la banlieue de Saint-Etienne ont marché ensemble samedi pour réclamer "justice" et "la vérité" sur son décès.

    Rassemblés au pied de l'immense barre où vit la famille de Mohamed Benmouna, dans le quartier de Firminy-Vert à Firminy (Loire), face à l'église de Le Corbusier, plus de 350 personnes ont pris vers 15H le chemin du commissariat du Chambon-Feugerolles (Loire), où le jeune a été retrouvé pendu dans sa cellule.

    "La famille d'abord, les poussettes et les grands-mères après, et les jeunes derrière": dans la confusion, les marcheurs bricolent une banderole et se lancent au milieu de la route principale de Firminy, où les policiers, présents en nombre, interviennent rapidement pour couper la circulation.

    Les parents, absents, avaient demandé l'annulation de cette marche, craignant qu'elle ne dégénère.

    Malgré le résultat de deux autopsies ordonnées par le parquet, indiquant que Mohamed n'a pas été frappé et que les traces sur son cou sont "compatibles avec une pendaison", les manifestants ne croient pas à la thèse du suicide.

     "On le connaissait. Il n'est pas suicidaire. On veut marcher pour ne pas l'oublier. Et aussi parce qu'on veut faire notre deuil en paix. Pour ça, il faut arrêter de dire qu'il s'est suicidé, c'est pas vrai", lance Myriam, jeune tante de la victime, en djellabah foncée et turban blanc.

    "Mon petit, il a été tué", gémit à ses côtés la grand-mère de Mohamed.

    Malgré l'intervention répétée de quelques adultes, plusieurs dizaines de jeunes d'une vingtaine d'années prennent rapidement la tête du cortège, scandant "Allah akhbar", "Allah est le seul Dieu et Mohamed est son prophète" ou "Justice pour Mohamed".

    Arrivés au commissariat après une heure et demie de marche, les organisateurs persuadent la foule de s'asseoir à une centaine de mètres du cordon de CRS, afin qu'une vingtaine de membres de la famille déposent deux gerbes de fleurs sur les lieux de la tragique garde à vue, protégés par une quinzaine de fourgons de police.

    "Ca s'est bien passé grâce à vous et grâce à Dieu. On va rentrer à la maison dans le silence, le respect et la dignité", lance l'oncle de Mohamed, Nordine Benkreuidem, sous les applaudissements, avant d'entonner une ultime prière.

    Après plusieurs minutes de confusion, pendant lesquelles des animateurs du quartier et des parents battent le rappel non sans mal, les jeunes finissent par se résoudre à reprendre sous le soleil la route de Firminy.

    Un important dispositif policier était toujours en place samedi soir à Firminy Vert, secoué par des violences depuis mardi soir.

    Le centre commercial a été entièrement détruit dans la nuit de jeudi à vendredi, et plusieurs dizaines de véhicules ont été incendiés depuis mardi.

    AFP. 11.07.09

  • Troisièmes Rencontres de la revue HYBERBOREE - Dimanche 19 juillet 2009 - Château de Roquefavour

    Chers amis,

     

    Voilà que nous instituons désormais une tradition : celle de nous rencontrer le troisième dimanche du mois de juillet pour passer ensemble une journée culturelle et conviviale.

    -          Comme chaque année, notre collaborateur et ami, le professeur Paul-Georges Sansonetti animera la matinée à partir de 9h30. Nous ne pouvons insister davantage sur l’exceptionnelle qualité de l’intervenant qui présentera deux conférences dont vous trouverez ci-après le résumé.

    -          Suivra vers 13h l’apéritif et un repas habituellement provençal ; cette année, grillades diverses, ratatouille maison et pommes de terre rôties constitueront le plat du jour.

    -          Nous irons ensuite visiter, sous la conduite de Pierre-Émile Blairon, le site antique de Saint-Blaise, surplombant l’étang de Berre puis, après un passage à Saint-Chamas par le fameux pont Flavien et le « lavoir aux contagieux », nous finirons la journée à flâner ou déguster une glace dans la cité médiévale de Miramas-le-Vieux.

     

    Les deux conférences de Paul-Georges Sansonetti auront pour thème, la première : la signification ésotérique de l’étendard d’Occitanie, la seconde, « La Tête de Louis XVI », une montagne curieusement dessinée par la silhouette dudit roi de France dans la région de Barcelonnette. P.- G. Sansonetti nous dévoilera les mystères de cette curieuse géographie.

    -          La première conférence portera donc sur l'ésotérisme de l'étendard d'Occitanie : Il s'agit de la fameuse "croix cléchée, évidée et pommetée d'or sur champ de gueule", selon les termes héraldiques. "Cléchée" signifie semblable à une clef et la formule "évidée", trop complexe pour être résumée ici, fait écho aux fleuves de vie jaillissant de ce que symbolise le jardin d'Éden ainsi qu'à "la croix du Verbe" marquant toute cité idéale. Quant au terme de "pommetée", il évoque une constellation de thèmes où se retrouvent la pomme de l'Arbre de la Connaissance, les fruits d'or du jardin des Hespérides ou de la déesse viking Idunn mais aussi la mystérieuse île d'Avallon où, selon la légende, repose le roi Arthur. Nous découvrirons en quoi cet étendard est en réalité une "mise en mémoire" de données essentielles qui ouvrent et ferment un cycle de civilisation.

    -          La seconde intervention concerne ce qu'il est convenu de nommer la géographie ésotérique de la Provence : L'énigmatique "Tête de Louis XVI", Barcelonnette et la vallée de l'Ubaye. Une montagne dominant cette vallée est curieusement appelée "la Tête de Louis XVI". Pourquoi une telle dénomination? Simplement parce que le contour du sommet évoque le profil du roi guillotiné ? Ou parce qu'il sert à occulter tout un ensemble de faits appartenant à l'Histoire secrète et nous préparant, à la fin du cycle et aux révélations que nécessite l'avènement d'une ère nouvelle.

    PRATIQUE :

    Une participation aux frais de 30 euros par personne sera requise.

    Les inscriptions définitives seront closes le jeudi 16 juillet 2009.

    Chèques à l’ordre de Crusoe  à expédier à Crusoe c/o. P.-E. Blairon

    Château de Roquefavour, 13122, Ventabren. Tél : 06 81 31 55 47

    Courriel : pebhyperbor@yahoo.fr

     

  • VIDEO Ouïgours ou yoghourts?

    http://www.dailymotion.com/video/x9tbqo_bernard-kouchner-confond-ouigours-e_news

    L'article du Figaro sur les Ouïgours, musulmans turcophones menacés de perdre leur "culture" et obligés de manger du porc à la cantine...

    http://www.lefigaro.fr/debats/2009/07/15/01005-20090715ARTFIG00001-pourquoi-les-ouigours-ne-se-sentent-pas-chinois-.php

  • Les socialistes se déchirent à Hénin-Beaumont - Dalongeville, incarcéré, conteste l'élection de Duquenne!

    Daniel Duquenne.jpg
    Daniel Duquenne
    Dalongeville contre-attaque!.jpg
    Gérard Dalongeville

    L'ex-maire socialiste, en détention provisoire pour une affaire de corruption, dépose un recours contre l'élection de son successeur, Daniel Duquenne, sur fond de guerre fratricide au PS du Nord-Pas-de-Calais.

    Hénin-Beaumont n'en a pas fini avec les polémiques. Une semaine après qu'un front républicain ait (sic) empêché de justesse l'élection du Front National à la tête de cette petite ville du Nord-Pas-de-Calais, c'est au tour du maire sortant de contester la victoire de son successeur.

    Gérard Dalongeville, édile de la ville jusqu'à ce qu'il soit suspendu de ses fonctions et actuellement incarcéré pour une affaire de fausses factures, a déposé un recours contre Daniel Duquenne (divers gauche), le nouveau maire élu la semaine dernière grâce au front républicain. Devant le tribunal administratif, il conteste l'élection de son successeur au motif que l'article 213.15 du code électoral déclare inéligibles «les directeurs généraux, directeurs, directeurs-adjoints, chefs de service et adjoints au chef de service (...) des conseils régionaux».

    Trois plaintes en une semaine

    Or, Daniel Duquenne exerce le métier de «chargé de mission» au conseil régional du Nord-Pas de Calais, où il possède le grade de directeur territorial. La préfecture a cependant validé sa candidature, tout comme l'an dernier, explique l'intéressé pour se défendre, arguant qu'il n'est «pas chef de service» et n'a «pas de personnel sous [ses] ordres».

    Steeve Briois, le candidat FN battu avec 48% des voix dimanche dernier, va également déposer un recours basé sur les mêmes arguments. Il dénonce également notamment un «chantage à la subvention» exercé selon lui à l'encontre des habitants de Hénin-Beaumont, qui auraient craint selon lui de voir coupées les subsides à leur commune si le Front National avait emporté la mairie.

    Enfin, Daniel Duquenne fait l'objet d'une troisième plainte pour «calomnie et injures», déposée cette fois par Pierre Ferrari, le candidat socialiste du premier tour de la municipale, qui l'accuse de l'avoir, dans des tracts électoraux, associé à «la gestion de l'ancien maire Gérard Dalongeville, aujourd'hui placé en détention».

     L'ambiance explosive qui règne à Hénin-Beaumont s'est étendue aux instances socialistes du département. Jeudi soir, le député-maire de Lens, Guy Delcourt, a quitté la direction départementale du parti. Un départ provoqué, selon l'intéressé, par les propos de la première secrétaire fédérale. Cette dernière aurait expliqué que Pierre Ferrari, qui avait le soutien de Delcourt, s'était «auto-exclu» du PS en déposant sa plainte contre Duquenne.

    Réponse de Guy Delcourt : «Si c'est comme ça, je m'auto-exclus de la fédération». Ambiance... Par ailleurs, le député maire, qui continue de soutenir Ferrari, dénonce lui aussi la campagne calomnieuse menée par Daniel Duquenne contre son poulain. Il n'envisage en revanche pas de quitter le parti. Au contraire, affirme-t-il, «c'est maintenant qu'il faut donner un grand coup de pied dans la fourmilière, de façon à ce que tranquillement, on se remette autour d'une table et qu'on ne refasse jamais plus ça».

    Le Figaro - 10 juillet 2009

       
  • Que fait Brice Hortefeux face aux racailles de Firminy? Il attend que "le calme revienne"...

    Centre commercial en feu.jpg
    Nuit du 9 au 10 juillet 2009 à Firminy (Loire)
    Centre commercial de Firminy après incendie criminel.jpg
    Le centre commercial de Firminy ravagé par les flammes - 10 juillet 2009
    (Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
    Le parquet de Saint-Etienne a ouvert vendredi une information judiciaire contre X pour "homicide involontaire" .

    Le centre commercial du quartier de Firminy (Loire), théâtre de violences entre des jeunes et la police pour la troisième nuit consécutive, a été ravagé par les flammes dans la nuit de jeudi à vendredi.

    Dans ce quartier situé en face du domicile du jeune retrouvé pendu lundi soir au commissariat de la commune voisine du Chambon-Feugerolles (Loire), la pharmacie, la boulangerie, le salon de coiffure, la parfumerie, le café et le tabac ont été réduits en cendres, de même qu'une dizaine de véhicules.

    Seule la supérette située au pied de l'immeuble de la famille de Mohammed Benmouna était intacte, mais restait portes closes.

    Le jeune homme de 21 ans était décédé mercredi à l'hôpital des suites de sa tentative de suicide.

    Quelque 200 personnes, rassemblées par petits groupes au soleil en bas de leurs immeubles, pointaient du doigt vendredi matin les médias, surtout la télévision, principaux responsables de la situation, selon eux.

    "Ils n'ont rien à faire ici, hier (jeudi), ils étaient là comme au spectacle", ont affirmé à l'AFP des habitants du quartier sous couvert d'anonymat.

    Plus loin, un homme âgé craignait que la présence des médias n'encourage les jeunes à "cramer autre chose".

    Six jeunes ont été interpellés par la police durant la nuit et placés en garde à vue au commissariat de Saint-Etienne. Par ailleurs, les trois autres jeunes interpellés dans la nuit de mercredi à jeudi étaient toujours en garde à vue vendredi matin.

    Plusieurs voitures de police et de pompiers ont été endommagées par des jets de pierres et la police a fait usage de gaz lacrymogènes. Aucune personne n'a été blessée.

    Selon des habitants du quartier, une marche silencieuse à la mémoire de Mohammed, qui avait été interpellé pour une affaire d'extorsion de fonds, devait être organisée samedi après-midi. Le parquet de Saint-Etienne avait pourtant tenté de couper court à la polémique en assurant jeudi que l'autopsie du jeune homme n'avait révélé "aucune trace de violence".

    La famille Benmouna a néanmoins déposé une plainte contre X jeudi pour que "la lumière soit faite sur cette affaire".

    Sur Europe 1 vendredi, Brice Hortefeux a affirmé que les forces de sécurité déployées à Firminy après le décès d'un jeune homme en garde à vue, serait "renforcées" et "resteront tant que le calme sera pas revenu". Le ministre de l'Intérieur a affirmé que la vigilance serait "approfondie", notamment pour le 14 juillet. "Aujourd'hui l'important c'est que les populations locales appellent au calme, que la famille appelle au calme, et que la police se donne les moyens du retour au calme", a conclu le ministre, qui n'envisage pas pour le moment de se rendre sur place. "La question ne se pose pas à l'heure actuelle", a-t-il affirmé.

     
  • 3ème nuit de violences et de saccages à Firminy après le suicide de Mohamed Benmouna

    Firminy 3ème nuit de violences.jpg
    Sarközy devait sévir contre les racailles!
    (Cliquez sur la photo pour la voir en entier)
    Des échauffourées entre jeunes et forces de l'ordre ont éclaté jeudi soir pour la troisième nuit consécutive à Firminy, dans la banlieue de Saint-Etienne, après le suicide par pendaison d'un jeune dans un commissariat. Les affrontements ont débuté vers 23H00 au pied de l'immeuble où habitait la victime, Mohamed Benmouna, là où un peu plus tôt une centaine de personnes se sont réunies autour de sa famille, pour évoquer une marche en son honneur.

    Des jeunes ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre, a constaté l'AFP. La police a ensuite répliqué, en faisant usage de gaz lacrymogène, ont précisé les pompiers.

    Un bureau de tabac et une pharmacie ont été incendiés, ainsi que des poubelles, selon l'AFP.

    Le parquet de Saint-Etienne avait pourtant tenté de couper court jeudi à la polémique sur une possible "bavure policière" dans l'affaire de ce jeune retrouvé mort dans la cellule d'un commissariat. L'autopsie n'a révélé «aucune trace de violence» et a confirmé qu'il avait succombé à un «arrêt cardiaque par suffocation», selon le parquet.

    La famille de Mohamed Benmouna a néanmoins déposé jeudi une plainte contre X. Dans son dépôt de plainte, Abdelkader Benmouna, le père de Mohamed, demande «que la lumière soit faite sur cette affaire».

    Accompagné par Messaoud Mehila, consul d'Algérie pour la Loire et l'Auvergne, M. Benmouna a été reçu jeudi après-midi par le procureur de Saint-Etienne au commissariat du Chambon-Feugerolles, théâtre du drame, survenu lundi dans cette banlieue de Saint-Etienne.

    Le parisien - 9 juillet 2009

    Ces émeutes de jeunes Maghrébins coûtent très cher aux contribuables!

     

  • La colère des recalés et de leurs parents...

    INFO LE PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE. Les élèves du bac professionnel comptabilité de l'académie de Créteil ont-ils été «sacqués» ? Sur les 106 candidats au rattrapage, seuls six ont été admis. Des résultats dévoilés dans une ambiance houleuse, mercredi, sur leur centre d'examen, le lycée professionnel Georges-Cormier à Coulommiers.

    Les élèves ont pris à parti le jury et ont refusé de sortir de l'établissement.


    Jeudi matin, une vingtaine de leurs parents ont manifesté leur colère devant le lycée professionnel Joliot-Curie à Dammarie-lès-Lys, où s'est rendu le directeur de cabinet du recteur. «Il peut y avoir eu des problèmes avec ce jury. Si c'est le cas, nous devons le savoir. C'est pourquoi nous avons demandé un avis d'expertise à une inspectrice générale et attendons les conclusions de ce rapport», indique-t-on au rectorat.

    «Je comprends que ces résultats soient rageants pour les élèves, reconnaît Jacques Marchal, l'inspecteur d'académie de Seine-et-Marne. Mais, au final, avec 335 admis sur 496 candidats, le résultat du bac pro comptabilité est correct. Le taux moyen de réussite en bac professionnel se situe entre 60 et 80%.»

    09/07/09

    Avoir son bac est devenu un DROIT !

  • Le traité antisémite de Martin Luther

    Luther_by_Lucas_Cranach_der_%C3%84ltere.jpg
    Martin Luther (1483-1546) - portrait par Lucas Cranach l'Ancien (1529)
    1543_On_the_Jews_and_Their_Lies_by_Martin_Luther.jpg
    Page de garde du traité "Des Juifs et leurs mensonges" - 1543

    Des Juifs et leurs mensonges (en vieil allemand: Von den Jüden und iren Lügen et en allemand moderne: Von den Juden und ihren Lügen) est un traité de 65 000 mots écrit en 1543, soit trois ans avant sa mort, par Martin Luther, moine allemand, réformateur de l'Église catholique et initiateur du protestantisme (luthéranisme).

    Dans son traité, Luther écrit que les Juifs sont un « peuple de débauche, c'est-à-dire pas des gens de Dieu, et que leurs fanfaronnades sur leur lignage, la circoncision et leurs lois doivent être considérées comme une cochonnerie". « Ils sont remplis d'excréments du diable… dans lesquels ils se vautrent comme des pourceaux. » Quant à la synagogue, c'est une « putain incorrigible et une souillure du diable... » Il soutient que leurs synagogues et leurs écoles doivent être brûlées, leurs livres de prières détruits, leurs rabbins interdits d'officier, les hommes rasés, et leurs biens et argents confisqués. On ne doit montrer à leur égard aucune pitié ni aucune bonté, ne leur procurer aucune protection légale et ces « vers venimeux et vénéneux » doivent être punis de travaux forcés ou expulsés une fois pour toutes. Il semble aussi recommander leur meurtre quand il écrit: « Nous sommes fautifs de ne pas les tuer.»

    Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Des_Juifs_et_leurs_Mensonges

  • Un avion "furtif" inventé par des ingénieurs allemands reconstruit aux Etats-Unis

    MOSCOU, 7 juillet 2009 - RIA Novosti. Les ingénieurs américains ont reconstitué l'avion "furtif" avec lequel les Nazis espéraient remporter la victoire dans la Seconde Guerre mondiale.

    Le prototype du bombardier Horten Ho-229 a effectué avec succès son premier vol d'essai en 1944, mais Berlin n'a pas eu le temps de le construire en série, affirme le journal The Daily Mail.

    Un groupe d'ingénieurs américains a pu le vérifier, après avoir rétabli le prototype des Stealths américains en s'appuyant sur les dessins existants. Le modèle, qui n'est pas destiné à voler, a permis de mener cette vérification au moyen d'un radar.

    En 1943, lorsque les Nazis se sont mis à fonder leurs espoirs dans de nouvelles technologies, notamment l'aviation. Une multitude de bombardiers allemands étaient abattus pendant les missions, et le nouvel avion devait surpasser les appareils existants en termes de vitesse et de rayon d'action.

    Le chef de la Luftwaffe, Hermann Goering, exigeait notamment que le bombardier transporte une charge de 1.000 kg sur une distance de plusieurs milliers de km à la vitesse de 1.000 km/h. Les frères Reimar et Walter Horten ont proposé de créer une "aile volante". Les ingénieurs nazis ont construit seulement trois prototypes. Une fois en Allemagne, les Américains ont saisi les dessins et les développements, avant de les transférer aux Etats-Unis.

    La société Northrop-Grumman (elle a participé à la conception de l'avion furtif B-2) a su recréer, en se fondant sur les dessins et sur l'unique prototype restant, une copie grandeur nature du Ho-229, et le vérifier de manière expérimentale. La reconstitution a demandé 250.000 dollars et 2.500 hommes/heures.

    Il s'est avéré que l'avion était en effet assez peu visible et suffisamment rapide pour, par exemple, atteindre Londres avant que la chasse britannique soit alertée.

    "Si les Allemands avaient eu le temps de créer cet avion cela aurait pu être un coup dur", estime le Britannique Peter Marton, de l'Imperial War Museum à Duxford. "Il pouvait développer des vitesses très élevées et avait un rayon d'action surprenant", explique-t-il.

  • Le déclassement social des Français

    L’ascenseur social mène de plus en plus au sous-sol

    Un rapport du Centre d’analyse stratégique confirme la tendance au déclassement dans la société française. Souvent ceux qui croyait être éternellement à l’abri dans un pays en voie de sous-développement sont finalement rattrapés par la réalité

    Le déclassement est en effet, l’incapacité à maintenir la position sociale de ses parents. Avec l’appauvrissement général du pays, l’amélioration des statuts sociaux devient de plus en plus difficile.

    Signe des temps, il y a des personnes dans la même position sociale que leurs parents, qui ne peuvent pas aspirer au même confort. Ainsi, un jeune enseignant dans les années 1960 achetait sa maison, mais pas aujourd’hui.

    De 22 à 25% des trentenaires et des quadragénaires sont aujourd’hui plus bas dans l’échelle sociale, contre environ 18% au début des années 1980.

    Le déclassement n’épargne plus les diplômés. A la fin des années 1960, 70% des bacheliers accédaient à un emploi de cadre ou de profession intermédiaire, contre 22% aujourd’hui.

    Altermedia info - 09.07.09

  • Simone Veil a inauguré son double en cire au musée Grévin

    Cire Veil.jpg
    Il manque au double le sourire reptilien...
    Simone Veil a inauguré jeudi soir son personnage de cire à Grévin, trente ans après une première entrée au musée de cire parisien, année où elle devenait la première femme présidente du Parlement européen.

    "Dans ce musée de cire, vous nous faites, Madame, fondre de reconnaissance", lui a lancé Eve Ruggieri, membre de l'Académie Grévin, dans son discours d'intronisation, où ont été passés en revue les nombreux combats politiques de l'impétrante. Et particulièrement celui qu'elle a mené jusqu'au vote en 1975 de la loi légalisant l'interruption volontaire de grossesse et portant son nom.

    "Que de vies sauvées: vous avez permis aux femmes de choisir dans la sérénité et le bonheur la venue de l'enfant désiré", a souligné Eve Ruggieri, rappelant aussi les "autres combats" de Simone Veil, ancienne déportée et première femme devenue ministre d'Etat en France. "Que de combats menés", a poursuivi Eve Ruggieri, évoquant notamment celui contre l'état de délabrement des prisons ou du sauvetage de l'Institut Pasteur.

    "Je trouve que je suis un peu sévère, et ça m'inquiète, mais je suis rajeunie", a déclaré Simone Veil en découvrant son personnage de cire, sur l'air de Chérubin de Mozart.

    A en croire le sculpteur Eric Saint-Chaffray, Mme Veil a été "très sage" aux cours des séances poses auxquelles elle s'est astreinte sur une durée de six mois pour la réalisation de son double de cire.

    Revêtu d'une veste tailleur à damiers noir et blanc, d'une jupe bleu nuit, petit sac à main noir en bandoulière et coiffé de son célèbre chignon, le double en cire de Simone Veil sera visible dès vendredi dans la scénographie consacrée aux personnages politiques contemporains, à deux pas de Nicolas Sarközy et de Barack Obama. AP -09/07/09

     

  • Les Maccabiades

    http://www.lemonde.fr/sports/article/2009/07/08/les-maccabiades-variante-juive-des-jeux-olympiques_1216584_3242.html

    Le Monde - 08.07.09

  • VIDEO - L'église du Sacré-Coeur profanée à Toulon dans le silence des médias...

    http://www.youtube.com/watch?v=rbkgO9tHsEU

    Dans le quartier des Routes à Toulon (Var) l’église du Sacré-Cœur a été victime d’agressions répétées : vols, pillages, profanations du tabernacle, urine dans le bénitier, excréments, agression d’une paroissienne de 73 ans qui a eu le bras cassé. Pour arrêter ces exactions l’église a du rester fermée pendant plusieurs semaines.

    Ceci dans un silence politico-médiatique assourdissant, à part un article du journal local Var-Matin. Et malgré l’intervention des paroissiens : après une messe « on s’est rassemblé dans la cour, on avait sollicité la presse, elle ne s’est pas déplacée»  indique une paroissienne au micro de Novopress.

    Rien à voir avec le tintamarre politico-médiatique qui aurait suivi une seule de ces exactions concernant un lieu de culte d’autres religions, mosquée ou synagogue...

    Recounquista – Les jeunes Identitaires de Provence a fait un tractage pour sensibiliser les habitants du quartier à la défense de leur église. Novopress a suivi cette opération et a interviewé les riverains en micro-trottoir.

    Novopress.info, 2009, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine
    [
    http://fr.novopress.info]  

     05 juillet 2009

  • Silence complice autour de la mort d'une religieuse de 74 ans victime de jeunes CPF

    http://blog-va.com/index.php/2008/12/02/347-silence-complice-autour-dune-religieuse-victime-de-linsecurite-ordinaire

    Deux jeunes âgés de 15 ans ont été mis en examen le 3 juillet 2009 par le parquet des mineurs de Créteil après le décès en novembre 2008 d'une religieuse de 74 ans, qui avait succombé à une chute après une tentative de vol de son sac, a-t-on de source judiciaire.

    Les deux jeunes, qui ont reconnu les faits au cours de leur garde à vue tout en se renvoyant la responsabilité, sont poursuivis pour "tentative de vol avec violence ayant entraîné la mort", a précisé la même source.Ils doivent être présentés dans l'après-midi devant le juge de la liberté et de la détention. Le parquet a requis leur placement en détention provisoire.

    Le 29 novembre dernier, la religieuse a été agressée dans l'après-midi à l'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) par un jeune garçon qui a tenté de lui voler son sac à main.
    Lors de l'agression, la septuagénaire est tombée lourdement au sol et a été transportée dans un état critique à l'hôpital où elle est décédée de ses blessures quelques heures plus tard.

    Le Figaro - 03/07/2009

    Samedi après-midi, alors qu'elle rentrait de promenade et regagnait sa communauté, une religieuse de 74 ans a été agressée, rue des Tournelles, à L'Haÿ-les-Roses, dans le Val-de-Marne.

    Un jeune lui a arraché son sac à main en la projetant violemment au sol avant de prendre la fuite en courant.

    Les secours ont transporté la septuagénaire à l'hôpital d'Antony, dans les Hauts-de-Seine, avec une fracture du col de fémur.

    Selon une source proche du dossier citée par Le Parisien :

    "Ce n'est qu'à son arrivée à l'hôpital que son état s'est brutalement dégradé; elle a sombré sans l'inconscience avant de s'éteindre en début de soirée."

    L'enquête a été confiée au service départemental de la police judiciaire du Val-de-Marne.

    Samedi, dans des villes proches de l'Haÿ-les-Roses, quatre autres agressions ont été commises sur des personnes âgées.

    (Le Post)

     

    .
    .
  • G8: Carla Bruni plaide la cause de l'Afrique dans une tribune du Guardian...

    Alors que les représentants des pays les plus riches de la planète se retrouvent en Italie, à L'Aquila, pour le sommet du G8, la première Dame de France leur a lancé un appel par voie de presse.

    Dans une tribune publiée par le quotidien britannique The Guardian, Carla Bruni-Sarközy a exhorté les dirigeants à conserver leur soutien aux programmes de santé en Afrique.

    L'épouse du président français, italienne de naissance, souligne que d'importants progrès ont été réalisés depuis l'engagement pris par le G8 en 2001 d'un effort multilatéral contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

    Des progrès réels, mais menacés par la crise.

    "Cette révolution commence à transformer l'Afrique, cependant la plupart des progrès réalisés dans la réduction de la pauvreté au cours des décennies passées est menacée par les effets de la crise économique mondiale", écrit Carla Bruni-Sarkozy, ambassadrice du Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme. "Les investissements en matière de santé réduisent les inégalités cependant, et dans une période de difficultés économiques, ils sont plus importants que jamais pour préserver la stabilité sociale", ajoute-t-elle.

    Selon Carla Bruni-Sarközy, les dirigeants du G8 devraient se sentir "fiers de la révolution qu'ils ont entamée il y a huit ans" dans la santé mondiale. "J'espère qu'ils vont célébrer leur réussite en accroissant leur investissement dans le sauvetage de vies et la réduction des inégalités".

    carla-bruni nue au lit 1994.jpg

    LCI.fr - 08.07.09

  • Un jeune se suicide dans sa cellule - émeutes à Firminy

    Firminy Loire.jpg
    Firminy (Loire)
    Benmouna famille.jpg
    La famille Benmouna appelle au calme (8 juillet 2009)

    Le jeune en état de mort cérébrale après une tentative de suicide lundi dans un commissariat de la banlieue de Saint-Etienne est décédé mercredi, et un important dispositif policier a été mis en place de crainte de nouvelles violences après une nuit d'échauffourées.

    Mohamed Benmouna, âgé de 21 ans, «est décédé aujourd'hui à l'hôpital à 16H00», a indiqué le parquet de Saint-Etienne.

    La famille Benmouna a lancé un appel au calme, après une nuit d'échauffourrés entre la police et des jeunes en colère après cette tentative de suicide, véhiculée par la rumeur comme étant une bavure policière.

    Un médecin légiste a été commis pour examiner le corps «afin de vérifier s'il porte d'éventuelles traces de violences», a précisé le procureur, Jacques Pin, qui «écarte a priori» la thèse d'une bavure policière mais a saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

    200 CRS et gendarmes mobilisés

    Quelque 200 CRS et gendarmes ont été mobilisés, notamment à Firminy, la banlieue où habitait Mohamed Benmouna, et au Chambon-Feugerolles, où se trouve le commissariat en question.

    «J'ai parlé avec les jeunes en leur disant que ça ne sert à rien de brûler et de casser. Ce n'est pas une solution. Mais je ne suis pas arrivé à les calmer», a déclaré le père de la victime, Abdelkader Benmouna.

    «On a confiance dans la justice. Je veux savoir ce qui s'est passé pendant la garde à vue... Soit ils (les policiers) ne l'ont pas surveillé, soit le suicide c'est une couverture», a ajouté M. Benmouna. Son fils avait été placé en garde à vue pour une affaire de tentative d'extorsion de fonds.

    Selon le parquet, c'est plutôt la vétusté des lieux qui serait en cause, la cellule étant «délabrée» et «pas aux normes», avec notamment la présence de deux trous dans un mur, auxquels le jeune homme a fixé, pour se pendre, les deux extrémités d'une cordelette fabriquée avec la toile d'un matelas.

    Autre élément discréditant la thèse de la bavure selon le parquet: un fonctionnaire de police lui a rendu visite peu avant son suicide, allant jusqu'à lui offrir une cigarette.

    Neuf interpellations

    Neuf jeunes ont été interpellés à la suite des incidents, qui n'ont pas fait de blessés mais causé d'importants dégâts matériels avec des voitures brûlées et des boutiques saccagées. Deux d'entre eux doivent être présentés au juge jeudi en vue d'une mise en examen.

    «La rumeur a circulé très vite qu'il y avait ce jeune qui était décédé et qu'il y avait une bavure policière. Et ces personnes sont venues pour saccager», a déclaré le maire de Firminy, Marc Petit (communiste), accusant les casseurs d'être des «personnes extérieures au département», «venues pour saccager».

    Le maire a organisé mercredi une «réunion de crise» avec les pompiers et la police, mobilisée en vue de l'éventualité d'une nouvelle nuit de violences.

    AFP. 08.07.09

     

  • Iran: le "plan B" d'Israël, le blanc-seing de l'ultrasioniste Joe Biden...

    Selon les médias israéliens, l'Etat hébreu a demandé à ses alliés, Etats-Unis en tête, de passer au "plan B" dans le dossier du nucléaire iranien. Interrogé sur ABC, le vice-président américain, Joe Biden, a estimé qu'Israël pouvait "déterminer par lui-même ce qui est dans son intérêt". Barack Obama n'est pas vraiment de cet avis: il a une nouvelle fois rappelé son intention de négocier.

    "Israël recherche un 'plan B' dans le cas où les pourparlers Etats-Unis-Iran échoueraient". Dans son édition de lundi, le quotidien israélien Haaretz rapporte les inquiétudes israéliennes, après la réélection contestée du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad.

    Selon le journal, Israël aurait donc demandé à ses partenaires - les Etats-Unis, bien sûr, mais aussi l'Allemagne, la France, la Russie et le Japon -, de préparer "un plan B" si l'offre de dialogue proposée par Washington à Téhéran venait à échouer. Celui-ci devrait, selon l'Etat hébreu, inclure des "sanctions paralysantes".

    Selon le Haaretz, après les récents événements en Iran, "les services secrets israéliens pensent que les chances que le dialogue commence sont proches de zéro". Reste à savoir si cela implique des frappes sur le territoire iranien. Selon le Sunday Times, l'Arabie saoudite aurait, dans cette hypothèse, donné son accord tacite au gouvernement israélien pour un survol de son territoire. Israël a démenti cette information.

    Sur ce sujet, le vice-président américain Joe Biden a tenu des propos ambigus dimanche sur la chaîne ABC. "Israël peut déterminer par lui-même, c'est une nation souveraine, ce qui est dans son intérêt et ce qu'il décide de faire vis-à-vis de l'Iran et de quiconque", a-t-il ainsi déclaré. "Que nous soyons d'accord ou non. Ils ont le droit de le faire.Nous ne pouvons dicter à une autre nation souveraine ce qu'elle peut faire et ne pas faire, quand elle décide, si elle décide, qu'elle est menacée dans son existence", a-t-il encore ajouté.

    Des propos interprétés à Téhéran comme un blanc-seing donné à l'armée israélienne pour bombarder les installations nucléaires iraniennes, que la communauté internationale soupçonne de visées militaires. "Les Etats-Unis et Israël savent tous deux la conséquence qu'aurait une décision erronée", a ainsi commenté le chef du comité parlementaire sur la sécurité nationale Aladdin Broujerdi, rapporte le Jerusalem Post. Et de promettre des actions "réelles et décisives" en cas d'attaque.

    Obama croit toujours au dialogue

    Officiellement toutefois, les Etats-Unis soutiennent toujours la voie diplomatique pour régler la question du nucléaire iranien. Dans un entretien accordé au New York Times et publié dimanche, Barack Obama fait part de sa détermination à mener à bien les négociations. "Nous avons offert à l'Iran une voie pour rejoindre la communauté internationale", rappelle-t-il, estimant qu'elle est toujours valable en dépit de la répression des manifestants qui contestent le résultat de l'élection présidentielle du 12 juin dernier. Et d'ajouter qu'il attend des progrès d'ici à la fin de l'année, faute de quoi il n'exclut pas "une gamme de mesures" à l'encontre de Téhéran.

    Mais selon le quotidien Haaretz, les négociateurs américains auraient fait part à des officiels israéliens de leur scepticisme sur les chances de succès du dialogue. Problème pour les Etats-Unis, ils peuvent difficilement adopter un ton plus ferme, du moins dans l'immédiat, au risque de voir leur offre de dialogue considérée par Téhéran comme n'ayant jamais été sérieuse.

    Interrogé dans l'émission Fox News Sunday, le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Michael Mullen, a lui estimé qu'une attaque visant les installations nucléaires iraniennes pourrait s'avérer "extrêmement déstabilisante". "Il est impossible de prédire les conséquences", a-t-il ajouté, estimant toutefois que l'option militaire ne devait pas être écartée. Pour le moment, le gouvernement Ahmadinejad II est resté plutôt discret sur ses intentions.

    Le JDD- 06.07.09

  • Menacé de boycott, Ecclestone s'excuse...

    Bernie Ecclestone a présenté ses excuses pour ses propos à l'égard d'Adolf Hilter et de Saddam Hussein. Samedi dernier, dans un entretien accordé au Times, le patron de la Formule 1, avait estimé que le dictateur allemand "était efficace" et que la démocratie "n'a pas fait grand bien à beaucoup de pays". Il avait par ailleurs estimé que la Grande-Bretagne avait fait "une chose terrible" en soutenant le renversement de l'ancien dictateur irakien.
     
    "Je suis extrêmement peiné et gêné que ces propos aient été utilisés pour laisser entendre que je soutenais Hitler ou Saddam Hussein", a-t-il expliqué dans un communiqué. "Je ne soutiendrais jamais des gens comme ça". Le Britannique, âgé de 78 ans, estime avoir été "stupide de s'être laissé entraîner dans une discussion sur ces gens". "Mais c'est entièrement de ma faute, ce que je regrette profondément", souligne-t-il.

    Menace de boycott
     

    "Tout cela était un gros malentendu", avait assuré Ecclestone au quotidien allemand à grand tirage Bild. "Je n'ai pas évoqué Hitler comme un exemple positif, j'ai seulement observé que, avant de commettre ses crimes horribles, il avait agi efficacement contre le chômage et la crise économique."
     
    Le vice-président du Conseil central des juifs d'Allemagne, Dieter Graumann, a appelé à un boycott du prochain Grand Prix de Formule 1, qui aura lieu ce  week-end en Allemagne. Mardi, Ecclestone a juré dans Bild qu'il ne lui "serait jamais venu à l'idée" de "blesser les sentiments d'une communauté", et qu'il comptait "de nombreux juifs parmi (ses) amis"...

    LCI. fr - 7 juillet 2009

  • Une universitaire française retenue en Iran pour espionnage

    Clotilde Reiss.jpg
    Clotilde Reiss (photo non datée)

    La détention d'une universitaire française pour espionnage en Iran vient encore accroître les tensions entre Paris et Téhéran au moment où l'Iran accuse les Occidentaux d'"ingérence" après les manifestations contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad en juin.

     L'universitaire Clotilde Reiss, 23 ans, accusée d'espionnage et détenue à la prison d'Evine à Téhéran, a été diplômée en 2008 de l'Institut d'études politiques (IEP) de Lille avec un master de politique comparée après un mémoire sur l'Iran, a indiqué mardi l'école lilloise.

    Le président Nicolas Sarközy a exigé mardi la libération "à très bref délai" de Clotilde Reiss, 23 ans, arrêtée mercredi à l'aéroport de Téhéran alors qu'elle était sur le chemin du retour, via Beyrouth. Il a qualifié les accusations lancées contre elle de "hautement fantaisistes".

    Le père de Clotilde Reiss a assuré mardi à l'AFP que sa fille n'était en rien impliquée dans les affaires intérieures de ce pays et réclamé sa libération immédiate.

    "Clotilde est une dame valeureuse et altruiste qui ne fait pas de politique", a déclaré Rémi Reiss à l'AFP lors d'une interview à Paris.

    "Je commence bien entendu à m'inquiéter. Bien sûr, elle est innocente, elle n'a rien à se reprocher et on ne peut rien lui reprocher. Sa motivation, c'est l'art, c'est la culture, c'est la connaissance de l'Iran", a-t-il expliqué. "Clotilde n'est pas politique", a-t-il affirmé. "Elle n'a pas d'engagement dans cette région, elle ne peut pas être considérée comme militante", a-t-il affirmé.

    Le quai d'Orsay avait révélé lundi soir la détention de l'universitaire et indiqué que l'ambassadeur d'Iran à Paris avait été convoqué. Selon une source diplomatique, elle aurait participé à des manifestations à Ispahan après la réélection contestée du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, pris des photos et envoyé un courriel privé à un ami à Téhéran.

    "Qu'on kidnappe et qu'on retienne les ressortissants français au prétexte d'espionnage, ça, personne ne peut l'accepter", a lancé M. Sarkozy.

    Les autorités iraniennes n'avaient toujours fait aucune déclaration mardi sur le cas de cette lectrice de français à l'université d'Ispahan, dans le centre de l'Iran, détenue à la prison d'Evine à Téhéran après avoir résidé pendant cinq mois dans le pays.

    Après avoir agi dans la discrétion, selon son porte-parole, Eric Chevallier, le ministère français des Affaires étrangères dirigé par Bernard Kouchner a révélé lundi soir la détention de l'universitaire et a convoqué l'ambassadeur iranien à Paris. Une "concertation européenne est en cours" à ce sujet, a précisé M. Chevallier.

    M. Sarkozy s'était dit lundi "totalement solidaire" de Londres, qui a fustigé la détention d'employés de l'ambassade britannique à Téhéran et brandi la menace d'une action commune des pays de l'Union européenne contre l'Iran.

    La détention de la jeune Française vient s'ajouter au contentieux déjà lourd entre la France et l'Iran, Paris ayant été le premier pays occidental à parler de "l'ampleur de la fraude" qui aurait entaché la réélection de M. Ahmadinejad, alors que les autres, plus prudents dans l'expression, évoquaient simplement d'"éventuelles irrégularités".

    Paris a aussi dénoncé les violences lors des manifestations qui ont suivi l'élection et qui ont fait officiellement 20 morts.

    La France a par ailleurs affiché des positions très fermes sur le dossier nucléaire iranien, les Occidentaux soupçonnant l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil.

    Clotilde Reiss a rédigé son mémoire de fin d'études sur le "système éducatif en Iran", a précisé l'Institut d'études politiques de Lille, dans le nord de la France, où elle a étudié.

    Etudiante retenue en Iran.jpg
    Facebook se mobilise...
    (Cliquez sur l'image pour la voir en totalité)
    AFP. 07.07.09