Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2008

Marseille: un fou dangereux s'est échappé de l'hôpital psychiatrique Edouard-Toulouse

Un schizophrène considéré comme dangereux s'est échappé d'un hôpital psychiatrique de Marseille et est actuellement activement recherché. L'homme s'est échappé dans la nuit de vendredi à samedi de l'hôpital psychiatrique Edouard Toulouse. En 2004, il avait été mis en examen pour le meurtre d'un octogénaire.

"C'est un individu a priori schizophrène et dangereux. Il est recherché activement", a indiqué à l'AFP le parquet de Marseille.

Des auditions de membres de sa famille sont actuellement en cours pour tenter d'identifier ses points de chute éventuels. La préfecture de la région Provence Alpes Côte d'azur a confirmé l'évasion de cet homme, Joël Gaillard, âgé de 38 ans.

En 2004, ce dernier avait tué à coup de hache un octogénaire, Guy Trabuc en pleine rue à Gap. Il avait bénéficié d'un non lieu dans ce dossier.

Comment a-t-il réussi à s'échapper? Complicités... négligences...

 

 

18:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

France 2: publicité déguisée pour le tourisme en pays Dogon

Dogon au Mali - greniers à blé.jpg

Pour la première de ses soirées sans publicité, France 2 propose de découvrir le pays Dogon à travers le regard d'Edouard Baer, dans un nouveau numéro, remarquable de qualité, de "Rendez-vous en terre inconnue", à partir du 2 janvier 2009.

L'humour et la curiosité du comédien Edouard Baer, la générosité et l'humanisme de ses hôtes Dogons et la fascination qu'exerce la culture de ce peuple africain créent une alchimie presque parfaite: l'intérêt ne faiblit jamais pendant les deux heures de l'émission.

"Rendez-vous en terre inconnue" veut faire découvrir aux téléspectateurs un peuple lointain, dont la culture et les traditions sont menacées par un mode de vie moderne. Cette découverte s'effectue via le regard d'une personnalité, qui accepte de s'envoler pour une destination qu'il découvre une fois dans l'avion.

Edouard Baer passe donc deux semaines dans la famille d'Ama Ibé, un chef de clan de 78 ans. Il participe aux repas, aux travaux agricoles, aux veillées... Les Dogons vivent dans des conditions extrêmes au coeur du Mali et constituent l'une des sociétés les plus secrètes d'Afrique.

Lors d'une expédition sur la falaise de Bandiagara, corniche haute de 200 mètres et longue de 200 kilomètres, Edouard Baer résume leur mode de vie d'une voix incrédule: "ces gens réussissent l'impossible". Ils cultivent du mil, des oignons et du tabac là où rien ne devrait pousser, avec un engrais qu'ils vont chercher dans des tombes vieilles de plusieurs siècles et perchées à des dizaines de mètres au-dessus du sol.

Les Dogons fascinent les ethnologues... et les touristes. Depuis quelques années, des circuits intégrant la visite de villages Dogons sont organisés, et la question du tourisme est abordée, sans manichéisme ni angélisme.

Si Ama Ibé "préfère rester au fond de sa grotte plutôt que de danser pour de l'argent", l'un de ses fils, plus jeunes, dit sa souffrance de ne pas avoir pu aller à l'école faute d'argent. Car l'argent du tourisme permet aussi de construire écoles et dispensaires.

L'émission aborde également l'aggravation de la sècheresse ces dernières années, l'organisation sociale, la primauté du groupe sur l'individu, les tabous. Frédéric Lopez et Edouard Baer assistent aussi au rendez-vous annuel de la pêche sacrée et à une cérémonie mortuaire exceptionnelle.

Enfin, la rencontre entre la famille d'Ama Ibé et Edouard Baer est le ciment de cette émission enthousiasmante. Le comédien français est un Candide curieux mais plein de tact, dont l'humour répond à celui, malicieux, des Dogons.

18:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Raids aériens massifs contre le ghetto de Gaza: 200 morts

Gaza immeuble bombardé 27 12 08.jpg
Gaza - 27.12.08
Gaza fumées de frapes israélienes.jpg
 Gaza - 27.12.08

Israël a lancé samedi des raids aériens massifs contre le Hamas à Gaza, tuant près de 200 Palestiniens dans une tentative d'en finir avec les tirs de roquettes depuis le territoire sous son contrôle.

 
Gaza 27 12 08 Plomb durci.jpg
Gaza - 27.12.08

L'opération "Plomb durci", une des attaques les plus meurtrières lancée par Israël contre les Palestiniens depuis des dizaines d'années, a été déclenchée à 11H30 (09H30 GMT) lorsqu'une soixantaine d'appareils israéliens ont bombardé une cinquantaine de sites du mouvement islamiste, notamment le quartier général de la police dans la ville de Gaza et des camps d'entrainement.

La plupart des victimes sont des policiers du Hamas, a-t-on précisé de sources hospitalières et policières palestiniennes.

Mouawiya Hassanein, chef des services d'urgence, a fait état de 195 morts.

"Le nombre de victimes a atteint 195 martyrs et plus de 300 blessés dont 120 sont dans un état grave", a-t-il déclaré à l'AFP. "Le bilan s'est alourdi en raison de nouveaux raids israéliens et l'évacuation de plusieurs martyrs sous les décombres", a-t-il ajouté.

Il était encore provisoire du fait de la poursuite de raids sporadiques.

Les dirigeants israéliens avaient brandi la menace d'une opération d'envergure à Gaza après la fin, le 19 décembre, d'une trêve de six mois négociée par l'intermédiaire de l'Egypte.

L'opération "se poursuivra et s'intensifiera autant que cela sera nécessaire", a averti le ministre israélien de la Défense Ehud Barak, lors d'une conférence de presse dans l'après-midi

La riposte palestinienne n'a pas tardé. Une trentaine de roquettes, dont une dizaines de "grad", de plus longue portée, et un obus de mortier ont été tirés, selon la police israélienne.

Une de ces roquettes a tué un civil israélien à Netivot et fait quatre blessés dans cette localité du sud du pays, selon les services d'urgence israéliens. D'autres ont atteint les villes méridionales de Sdérot et d'Ashkelon, mais sans faire de victimes.

Le général Tawfik Jaber, chef de la police du Hamas, a été tué dans les raids qui ont tout particulièrement visé le quartier général de la police du Hamas dans la ville de Gaza, selon le porte-parole de cette force, Islam Shawan.

Selon lui, plus d'une centaine de policiers figurent parmi les morts.

A l'hôpital Al-Chifa de Gaza, des corps déchiquetés et des blessés affluaient dans la confusion totale.

Des corps s'entassent sur le sol dans le service d'urgence mais aussi dans les couloirs. Des blessés hurlent. Totalement débordés, médecins et infirmiers parent au plus pressé.

Le Hamas a appelé son bras armé, les brigades Ezzedine al-Kassam, à "mettre tous les moyens en oeuvre pour empêcher les sionistes de dormir" et des combattants palestiniens ont dit aux Israéliens de "préparer des linceuls".

Sur le plan diplomatique, le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé des "contacts urgents avec plusieurs pays arabes et autres pour faire cesser l'agression lâche et les massacres dans la bande de Gaza". A Ramallah (Cisjordanie), le gouvernement palestinien a affirmé que des contacts étaient en cours pour une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies.

Alors que Bruxelles, Paris, Moscou notamment appelaient à un cessez-le-feu immédiat, la ministre des Affaires étrangères israélienne Tzipi Livni a réuni ses collaborateurs en vue d'une campagne d'information internationale pour justifier l'action israélienne.

Les Etats-Unis ont pressé Israël de faire en sorte que les raids ne fassent pas de victimes civiles tout en avertissant le Hamas qu'il devait cesser ses attaques à la roquette "pour que la violence cesse".

En réaction aux raids israéliens, des centaines de Palestiniens ont manifesté en Cisjordanie, notamment à Hébron, à Bethléem, à Kalendia, à Ramallah, et dans les villages de Nilin et Bilin, selon des témoins. AFP. 27.08

 

 
 

17:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

La négrification de l'Europe

Clandestins lampedusa 1 milllier afrique noire.jpg
Les effets visibles de la décolonisation
Qui sont les nouveaux négriers?

Plus d'un millier de candidats à l'immigration partis des côtes africaines à bord de plusieurs embarcations ont rejoint depuis jeudi soir l'île italienne de Lampedusa, au sud de la Sicile, selon un bilan vendredi de l'agence Ansa.

Un nouveau groupe d'immigrés - 80 personnes dont 15 femmes - a été intercepté vendredi soir par une vedette de la police financière à une quarantaine de km au sud de la petite île où un millier de clandestins sont arrivés depuis jeudi soir.

Deux bateaux avaient été repérés jeudi en difficulté dans le canal de Sicile et secourus par la marine italienne. Le troisième est arrivé à l'aube vendredi par ses propres moyens à Lampedusa.

Un quatrième a été intercepté vendredi en fin de matinée à quelques centaines de mètres des côtes de l'île italienne, destination de nombreux "boat-people" qui tentent la traversée de la Méditerranée vers l'Europe.

Tous les clandestins déjà débarqués ont été dirigés vers le centre de premier accueil de Lampedusa, qui hébergeait déjà 160 personnes dont une centaine de mineurs.

Le centre qui a une capacité théorique de 850 personnes en accueillait donc un peu plus de mille vendredi mais ces arrivées en masse "ne posaient pas de problème particulier", a indiqué au téléphone à l'AFP la vice-directrice du centre Paola Silvana.

"Les nouveaux arrivants sont majoritairement originaires d'Afrique du Nord, Tunisie et Maroc", a-t-elle précisé.

Le centre de Lampedusa a battu le 31 juillet un record de surpopulation, avec 1.700 personnes.

Les clandestins ne restent que très peu de jours dans l'île. Ils sont ensuite dirigés vers des centres de rétention sur le continent italien où les autorités statuent sur leur sort.

Onze clandestins africains qui venaient à peine de toucher terre, les vêtements encore mouillés, ont par ailleurs été appréhendés sur la côte sicilienne, près de Donna Lucata (sud-est). Leur embarcation n'a pas été retrouvée, selon Ansa.

Les arrivées par la mer ont fortement augmenté en 2008 en Italie, passant de 14.200 sur la période de janvier à mi-septembre 2007, à 24.241 sur la même période en 2008, selon les chiffres du ministère italien de l'Intérieur.

La majorité des clandestins rejoignent l'Italie depuis les côtes libyennes.

Un accord "historique" entre Rome et Tripoli, signé en août 2008 pour solder le passé colonial italien en Libye, prévoit une collaboration entre les deux pays pour lutter contre l'immigration clandestine mais celle-ci ne s'est toujours pas concrétisée.

AFP.26.12.08

 

 

00:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

26/12/2008

VIDEO Humour "Je suis le Noir de service"

http://www.youtube.com/watch?v=qLxKmcn7h1k

23:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Paulette Rolland, une force de la nature

Georgette retouvée vivante à 86 ans.gif

Enorme soulagement à Cambon, près d’Albi, quand les habitants de ce petit village du Tarn ont appris que Paulette Rolland, 86 ans, avait été retrouvée saine et sauve après avoir passé une nuit à la belle étoile par - 3 ou - 4 o C. Hier, cette grand-mère se remettait doucement de sa mésaventure dans une clinique d’Albi.

D’après son petit-fils, Alexandre, 35 ans, la vieille dame souffre de quelques petites lésions aux mains et au visage. Pas de fracture. Quand on l’a retrouvée, sa température et sa tension étaient bonnes en dépit d’une journée et d’une nuit passées recroquevillée sous des branchages dans un bois.

« Elle était piégée comme dans des sables mouvants »

C’est lundi vers 7 h 30 que Charlette, la fille de Paulette Rolland, s’aperçoit de la disparition de sa mère. Celle-ci vit seule depuis le décès de son mari, non loin des domiciles de ses enfants. Sur la table de la cuisine, un bol de café et du boudin laissent deviner que Paulette a pris son petit déjeuner, puis est sortie alors que le jour n’était pas encore levé. L’octogénaire avait l’intention d’aller tailler une parcelle de vigne.
Très rapidement, une vingtaine de gendarmes entame les recherches. Une équipe cynophile de Toulouse arrive en renfort. Puis, dans l’après-midi, un hélicoptère survole le village et les environs. « On espérait la repérer grâce à son chapeau rouge », explique le lieutenant Jean-Claude Marangon. Mais à la tombée de la nuit, le dispositif est levé sans que l’on ait retrouvé la moindre trace de la disparue. Le lendemain, avec l’aide d’une quinzaine de personnes du village volontaires pour participer aux recherches, celles-ci reprennent sur un périmètre élargi. Vers 10 h 30, Alexandre reçoit un appel sur son portable : sa grand-mère vient d’être retrouvée vivante, dans un bois, à quelques centaines de mètres du village. La veille, les recherches avaient été stoppées tout près de là en raison de la nuit qui tombait… L’endroit est assez abrupt. L’octogénaire a-t-elle glissé ? Elle a été retrouvée enfouie sous des broussailles et des branchages d’un mètre de haut. « Elle était piégée comme dans des sables mouvants, raconte son petit-fils, mais c’est sans doute ce tapis de feuillage qui lui a évité d’avoir le corps en contact avec le sol froid et mouillé. »

««Ma grand-mère est une vraie force de la nature »

Sauf que Paulette Rolland était alors totalement invisible. C’est en ayant l’attention attirée par un lapin qui entrait dans la garenne, qu’un habitant du village a aperçu une tête qui bougeait sous les branchages. « Ma grand-mère est une vraie force de la nature, mais sa résistance dans cette aventure reste pour moi un miracle », souffle son petit-fils Alexandre qui tient à remercier les gens de Cambon pour leur solidarité. Le lieutenant Marangon avoue lui aussi sa surprise et son admiration : « Franchement, je ne m’attendais pas à la retrouver vivante. » En souriant, il ajoute : « Ces anciens, ils ont, comme on dit, la couenne dure. J’ai dit à mes hommes : La même chose serait arrivée à l’un de nous, on serait au cimetière ! » Et de conclure : « Cette famille va pouvoir fêter Noël sereinement. »

 

 

22:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Une erreur qui n'aurait pas dû avoir lieu

Le flacon de chlorure de magnésium, qui aurait provoqué la mort du petit Ilyès, lors d'une perfusion à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul (Paris, XIVe) n'était pas à sa place, a indiqué une source proche du dossier, ajoutant que ce flacon n'aurait jamais du se trouver là. 

Selon cette source, les deux flacons étaient extrêmement ressemblant avec un même bouchon et une même étiquette bleus même si les inscriptions, B46 pour l'un, et Chlorure de magnésium pour l'autre, étaient dissemblables.

L'infirmière de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul (XIVe) soupçonnée d'avoir causée la mort d'Ilyès, un enfant de 3 ans, en raison d'une erreur de perfusion, a été mise en examen pour "homicide involontaire" et placée sous contrôle judiciaire avec interdiction provisoire d'exercer.

Cette frêle jeune femme blonde de 35 ans est sortie livide du cabinet de la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy. Elle était accompagnée du directeur de l'hôpital et d'un psychiatre et entourée de ses parents. Son avocate n'a pas souhaité s'exprimer.

L'infirmière avait été déférée dans l'après-midi au pôle santé publique du tribunal de Paris pour y être présentée à la juge d'instruction en vue de son éventuelle mise en examen.

Le parquet, qui avait ouvert en fin d'après-midi une information judiciaire, avait requis son placement sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul et d'entrer en contact avec les personnels.

La juge a retenu ces demandes, allant au-delà en interdisant provisoirement à la jeune femme d'exercer sa profession. AFP.26.12.08
 

22:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Les voeux-préservatifs du maire UMP

2725657hokvo.jpg
En 2008, la carte rappelait le combat pour Ingrid Betancourt. Et pour 2009 ? Jean-Luc Meissonnier, maire UMP de la ville de Baillargues, près de Montpellier, dans l'Hérault, a eu une idée plus originale encore.
 Voici les vœux qu'il a envoyés à ses 6.000 habitants sur le thème de la crise financière et économique. Unique en son genre, la carte est munie de deux préservatifs.

A-t-il envoyé la carte à Nicolas Sarközy ? 

20:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

VIDEO Il aime parler pour ne rien dire...

http://www.dailymotion.com/video/x7tj8u_les-mots-de-sarko...

20:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Cassez-vous!

Carla et Sarkôzy jogging sur la plage Itacaré.gif
 Sarközy passe les fêtes de fin d'année à Itacaré. "Pour ses vacances, il ne s'est pas trompé. C'est un des plus beaux endroits du littoral brésilien. Faites comme lui! Venez découvrir ce petit coin de paradis." Le site internet de promotion d'Itacaré, une petite ville du nord-est du Brésil n'a pas laissé passer l'occasion : la présence du président est mentionnée dès la page d'accueil.
   

Pourtant, il était entendu que le lieu de résidence du couple présidentiel, qui passe ses vacances de Noël au Brésil, devait rester secret. Mais la presse brésilienne a rapidement découvert l'hôtel de luxe où ont décidé de séjourner jusqu'au 29 décembre Carla et Nicolas Sarközy. Le chef de l'Etat et son épouse ont choisi de passer les fêtes dans un complexe hôtelier cinq étoiles situé sur une plage isolée d'Itacaré, une petite ville située à 430 km au sud de Salvador de Bahia, dans le nord-est du Brésil.


Un lieu paridisiaque, mais surtout très protégé. Les bungalows, éloignés les uns des autres, sont implantés dans une cocoteraie, à l'abri des regards indiscrets. Interrogés sur le lieu de villégiature du couple, les services de l'Elysée n'ont pas souhaité faire de commentaires sur les révélations de la presse brésilienne. Pas plus que les responsables de l'hôtel qui ont éludé les questions des journalistes.

19:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

VIDEO - Mort d'Ilyès, 3 ans - chronologie des faits

http://www.dailymotion.com/video/x7ua76_tlzapping-mon-fil...

Un enfant de trois ans est mort, mercredi 24 décembre au soir, à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris (14e arrondissement), victime de l'erreur d'une infirmière, qui a reconnu s'être trompée dans l'administration d'un médicament.

 "Dès les premiers moments, l'infirmière est venue dire à son chef de service qu'il s'agissait d'une erreur", a déclaré jeudi à la presse la ministre de la santé, Roselyne Bachelot. L'infirmière a été placée en garde à vue dès mercredi soir et le parquet a décidé, dans la soirée de jeudi, de prolonger de 24 heures cette mesure.

 

L'état de l'enfant s'est détérioré à 19 heures et il a été emmené en réanimation.

Selon un médecin interrogé par l'AFP, un décès provoqué par chlorure de magnésium est surprenant étant donné la bénignité habituelle de ce produit.

Le Monde - 26.12.08

19:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le dernier et le plus grand ghetto du monde

Carte de GAZA.jpg

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

MADOFF: procès en cascade - mise en cause de la responsabilité de l'Etat

Les épargnants floués poursuivent en justice les fonds qui ont investi leur argent auprès de l'escroc américain.

L'arnaque du siècle va en­gendrer une série de procès en cascade. Les actions en justice d'épargnants floués se multiplient depuis l'arrestation, le 11 décembre, de Bernard Madoff, 70 ans, gestionnaire de fonds qui a avoué avoir détourné quelque 50 milliards de dollars placés chez lui dans une escroquerie consistant à verser des rendements impressionnants (8 à 12 %) en puisant dans les fonds apportés par les nouveaux clients. Ancien patron de la Bourse du Nasdaq, figure de l'establishment financier international, Madoff avait gagné la confiance de fonds d'investissement ayant pignon sur rue et de personnalités éminentes telles que le cinéaste Steven Spielberg ou le Prix Nobel de la paix Elie Wiesel.

Les milliers de clients floués étudient à présent les moyens de se retourner contre l'escroquerie, avec le maigre espoir de récupérer une partie de leurs avoirs. La firme de Madoff ayant été déclarée en faillite, aucune poursuite civile contre elle ne vaut la peine d'être tentée. Du coup, les épargnants se retournent contre les nombreux fonds intermédiaires qui avaient placé leur argent chez Madoff. La prestigieuse New York University (NYU), qui a perdu 24 millions de dollars dans l'affaire, a intenté mardi un procès contre les fonds new-yorkais Gabriel Capital et Ariel Fund, du financier Ezra Merkin. L'université reproche à Ezra Merkin d'avoir placé ses fonds chez Madoff sans l'avertir, tout en s'enrichissant à ses dépens via des commissions.

Responsabilité de l'État

Deux habitants de l'Illinois ont de leur côté intenté une action contre le fonds Fairfield Greenwich Group, géré par le milliardaire new-yorkais Walter Noel, qui a perdu 7,5 milliards de dollars chez Madoff, après y avoir réalisé 160 millions de dollars de plus-values en 2007. Il s'agit d'une class action, c'est-à-dire une action collective destinée à représenter tous les investisseurs lésés dans l'affaire. Les fonds Tremont Group Holding et Oppenheimer Acquisition Corp., liés à la compagnie d'assurances Massachusetts Mutual Life Insurance ont également été assignées lundi. Et la liste risque de s'allonger au fil des jours.

Une New-Yorkaise de 61 ans, Phyllis Molchatsky, qui a perdu près de 2 millions de dollars investis chez Madoff, a, elle, déposé une plainte administrative contre la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse américain. Elle lui réclame 1,7 million de dollars, pour avoir manqué à sa mission de détecter la fraude.

À travers la SEC, c'est tout simplement la responsabilité de l'État américain qui est visée.

Le FBI a lancé il y a une semaine un appel à témoins pour recueillir les plaintes d'investisseurs lésés. Face à l'ampleur de l'investigation, il a réaffecté des agents auparavant chargés de la lutte antiterroriste au sein de ses brigades financières. Le scandale a entraîné le suicide mardi à New York du gérant français Thierry de La Villehuchet, qui avait perdu 1,5 milliard de dollars dans l'affaire.

L'affaire prend de l'ampleur. En Espagne, le parquet anticorruption va demander à la SEC des informations sur la société de Bernard Madoff.

Le Figaro - 26.12.08

17:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'entreprise Gamelin n'a pas été aidée par l'Etat malgré les promesses de Sarközy

Entreprise GAMELIN.jpg

Le patron des chantiers navals Gamelin, Joël Gamelin, s'est suicidé mercredi 24 sur son lieu de travail à La Rochelle.

Un seul mot laissé sur un tableau à l'intention de ses salariés : "Pardonnez-moi de n'avoir pas pu sauver l'entreprise".

L'entreprise Gamelin avait été placée en redressement judiciaire début décembre. Le chef de l'entreprise ne l'aurait pas supporté.

Joël Gamelin était âgé de 55 ans. Il avait 3 enfants.

Il avait lui-même fondée cette entreprise il y a 25 ans, en 1983. L'entreprise spécialisée dans la construction et la réparation navale compte 120 salariés


Le 5 décembre, l'entreprise Gamelin a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de La Rochelle. Accablé par tant et trop de pressions, le chef d'entreprise a mis fin à ses jours.

Et ce patron était parti de pratiquement rien, lisez plutôt son parcours :

"Un ouvrier chaudronnier hautement qualifié qui s'était fait à la force du poignet, après être passé par le chantier Simbad, près de Dompierre-sur-Mer. Il y avait déployé toute son adresse pour former les tôles d'aluminium.

L'alu, c'était la signature Gamelin. Celle qui de 1987 à aujourd'hui a donné naissance à plus de 150 navires civils, de 11 à 37 mètres : voiliers de luxe, coureurs des mers, ateliers mytilicoles, navires de servitudes, jusqu'aux navires à passagers qui, ces dernières années représentaient 80 % de l'activité du chantier rochelais.

Le prochain projet visait la réalisation d'un bac de l'île d'Aix, projet reporté pour des raisons administratives et techniques", nous dit le journal du Sud Ouest.

"Un homme qui avait monté son entreprise, recruté du personnel, qui se battait comme un lion", a dit de lui le député-maire de La Rochelle, Maxime Bono, cité par Sur Ouest.

Le lion est mort ce mardi et sa disparition laisse le pays de La Rochelle et le milieu maritime en état de choc....

Le gouvernement n'avait eu pourtant de cesse de nous le répéter : les banques doivent aider les entreprises françaises pour faire face aux difficultés actuelles rencontrées lors de cette crise mondiale...

Le fleuron de notre pays, la construction navale , un vrai savoir-faire à la française, alors quoi de ce gouvernement, de ses promesses, qu'en est-t-il aujourd'hui ? Combien faudra-t-il d'entreprises mises sur le carreau, jetées en pâture aux repreneurs à un euro, aux liquidateurs judiciaires, pour que ce gouvernement se remonte les manches et se jette à fond dans le sauvetage du savoir-faire à la française?

(Source Sud Ouest - Le Post)

01:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO Des sans-papiers parfaitement Français...

http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafJw4C.html

23 décembre 2008

 

 

01:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Que serait-il sans les journalistes?

http://www.wat.tv/video/bresil-sarkozy-enerve-contre-15r5...

00:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

25/12/2008

La garde à vue de l'infirmière prolongée - son erreur était-elle mortelle?

Elle a immédiatement reconnu son erreur. L'infirmière à l'origine de la mort du petit Ilyes, 3 ans, décédé mercredi soir à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul (Paris XIVe), s'est trompée en administrant un médicament à l'enfant. Sa garde à vue, qui a débuté la nuit du drame à 23 heures, a été prolongée de vingt-quatre heures par le parquet de Paris, ce jeudi soir.

 
Multimédia
Video : Le poignant témoignage du père
 

 A l'issue, le parquet pourrait ouvrir une information judiciaire, probablement pour «homicide involontaire», et l'infirmière être présentée à un juge d'instruction.

 

Souffrant d'une angine aggravée, le petit garçon, né à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) en novembre 2005, avait été conduit le 24 décembre vers 18 heures par ses parents aux urgences pédiatriques de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul. Selon une source proche du dossier, il a été mis sous perfusion de sérum glucosé destiné à le réhydrater, placé dans une poche en plastique.

Entre 18 heures et 19 heures, l'infirmière a changé la poche de l'enfant et s'est trompée de produit, en injectant du chlorure de magnésium. L'état de l'enfant s'est détérioré à 19 heures et il a été emmené en réanimation. Il est décédé vers 20h45, selon le parquet de Paris.

Un produit a priori bénin

Le chlorure de magnésium n'est pas un produit dangereux en soi, mais il l'est pour un enfant de cet âge avec un goutte à goutte réglé sur la base du produit initialement prévu, selon le parquet de Paris.

Un médecin interrogé par l'AFP juge néanmoins surprenant qu'un décès puisse être provoqué par du chlorure de magnésium étant donné la bénignité habituelle de ce produit. «S'il est trop dosé ou donné en quantité importante, cela peut entraîner une hypermagnésémie qui peut provoquer la mort, mais de manière rarissime

«Aucune conclusion médicale ne peut être établie» pour le moment, a indiqué une source proche du dossier. D'après nos informations, l'infirmière placée en garde à vue dans les locaux de la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) est une professionnelleexpérimentée, qui exerce sa profession depuis près de onze ans. 

L'assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP) - qui gère 37 hôpitaux à Paris et en Île-de-France - a annoncé qu'elle allait lancer un audit interne pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a par ailleurs indiqué qu'elle allait demander une enquête de la Ddass de Paris. «La famille est prise en charge à l'intérieur du service pour les accompagner dans leur grand malheur», a-t-elle précisé.

Une garde à vue «inhabituelle»

Le président de l'AP-HP, Jean-Marie Le Guen, a par ailleurs exprimé dans la soirée sa «très grande émotion» face à ce drame : «Mes premières pensées vont évidemment à la famille.» Le député PS s'est aussi adressé aux équipes soignantes, «qui sont aujourd'hui bouleversées. Selon lui, «il y a un accord assez général pour dire qu'il s'agit d'une erreur individuelle et non pas d'un dysfonctionnement collectif». En revanche, il s'est étonné de la garde à vue de l'infirmière, «à ma connaissance une procédure tout à fait inhabituelle. Je serai très attentif à ce qu'elle se passe avec le plus grand respect des personnes».

Plus tôt dans la journée, Sud, deuxième syndicat de l'AP-HP, s'était déjà ému de cette procédure. «Je comprends que les parents soient effondrés. Ce qui me pose problème, c'est la façon dont on réagit aujourd'hui en mettant les gens en garde à vue», avait expliqué Marie-Christine Fararik (Sud AP-HP). Jugeant le «risque zéro» impossible, elle avait souligné que l'accroissement «à tout prix» de la «productivité» à l'hôpital «peut favoriser» ce type d'erreur sur fond de «manque d'effectifs» et de «restriction budgétaire». Un responsable de la CGT-santé, Christophe Prudhomme, avait également souligné qu'«à partir du moment où l'erreur n'est pas intentionnelle, la garde à vue est disproportionnée».

Leparisien.fr avec AFP -25.12.08

21:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

La "paella du coeur" réchauffe celui des SDF

Paella du coeur.jpg
A Bordeaux, le 25 décembre 2008

Pour la 15e année consécutive, le patron d'un restaurant bordelais a servi jeudi devant son établissement plusieurs centaines de repas pour les plus démunis, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'opération mobilise environ 70 bénévoles pendant deux jours, chargés de préparer puis de servir jusqu'à 1.000 assiettes de paella, accompagnées de sangria ou de punch, au son d'un orchestre.

"La paella, c'est facile et festif", estime le patron, Daniel Cuny. En ce jour de Noël, M. Cuny et son équipe espèrent soulager un peu "de la profonde détresse" qu'ils observent tous les jours et apporter un peu de réconfort notamment aux SDF, avec lesquels "les commerçants sont en conflit en centre-ville" le reste de l'année.

Parmi les personnes attablées derrière leur assiette fumante, en immense majorité des hommes, on croise Jean Romet, artisan maçon sans revenus, âgé de 60 ans, qui vit en foyer "depuis trois mois": "C'est la deuxième fois que je viens. C'est de mieux en mieux", assure-t-il. "Ca fait du bien d'avoir un bon repas chaud, ça fait plaisir", même si "c'est dur de voir tous ces gens sans travail".

L'espoir de Daniel Cuny, solide gaillard au verbe haut et aux cheveux blancs, serait que son initiative essaime et que "tous les professionnels qui font de la bouffe se sentent concernés".

Il se réjouit d'ailleurs qu'un grand restaurant de l'agglomération bordelaise lui ait emboîté le pas cette année et qu'un boulanger lui fournisse le pain pour accompagner sa "paella du coeur".

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Terrible erreur: une infirmière se trompe de médicament et donne la mort à un enfant de trois ans

Un enfant de trois ans est décédé mercredi soir à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris (XIVe), victime d'une erreur de médicament administré par une infirmière qui a reconnu s'être trompée et a été placée en garde à vue, une procédure contestée par des syndicats.

"Dès les premiers moments, l'infirmière est venue dire à son chef de service qu'il s'agissait d'une erreur", a déclaré jeudi à la presse la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

Le petit garçon de trois ans, décédé mercredi dans cet hôpital, avait été admis en pédiatrie générale pour une angine pour laquelle cette infirmière lui aurait administré par erreur du chlorure de magnésium, a-t-on appris jeudi de source proche de l'enquête.

"Il est venu aux urgences pour un truc bénin, ça s'est détérioré et il a été emmené en réa", a expliqué à l'AFP sous couvert de l'anonymat un médecin de garde de l'hôpital Cochin-Saint-Vincent de Paul.

L'enfant, dont les parents d'origine maghrébine habiteraient Joinville-le-Pont dans le Val-de-Marne, est décédé mercredi vers 20H00. Une infirmière, dont l'âge n'a pas été précisé, a été placée en garde à vue, mercredi un peu plus tard dans la soirée, dans les locaux de la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) chargée de l'enquête par le parquet de Paris.

La direction de l'AP-HP, qui avait dès mercredi avancé l'hypothèse d'une erreur humaine, a annoncé jeudi matin à l'AFP qu'elle avait "demandé un audit interne pour comprendre les circonstances de ce drame".

Cette infirmière a fait une erreur sur la nature du médicament à administrer, et non sur la dose, a précisé Jean-Marie Le Guen, président du conseil d'administration de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP).

Sa garde à vue, toujours en vigueur jeudi en milieu de journée, "est la procédure normale dans ce cas", a assuré Mme Bachelot, en marge d'une visite à l'hôpital Robert-Debré à Paris (XIXe).

"J'ai demandé une enquête à la DDASS de Paris", a ajouté Mme Bachelot, selon laquelle "la famille est prise en charge à l'intérieur du service pour l'accompagner dans son grand malheur".

Le Parquet prendra sa décision jeudi soir sur une prolongation éventuelle de la garde à vue, a précisé une source policière tandis que deux syndicats ont jugé cette procédure disproportionnée.

Sud, deuxième syndicat de l'AP-HP, a déclaré jeudi à l'AFP que l'"erreur" d'une infirmière ayant débouché sur une "catastrophe", à savoir la mort d'un enfant, n'est pas un "crime" justifiant une garde à vue.

"La mort d'un enfant c'est toujours une catastrophe. Je comprends que les parents soient effondrés. Ce qui me pose problème, c'est la façon dont on réagit aujourd'hui en mettant les gens en garde à vue", a expliqué Marie-Christine Fararik (Sud AP-HP) à l'AFP.

"La ministre peut toujours dire à la télé "vous voyez comme nous sommes du côté des victimes", comme si ça avait été fait exprès, comme si c'était un crime", a-t-elle dénoncé.

Jugeant le "risque zéro" impossible, Mme Fararik a souligné que l'accroissement "à tout prix" de la "productivité" à l'hôpital "peut favoriser" ce type d'erreur sur fond de "manque d'effectifs" et de "restriction budgétaire".

Un responsable de la CGT-santé, Christophe Prudhomme, interrogé par l'AFP, a également souligné qu'"à partir du moment où l'erreur n'est pas intentionnelle, la garde à vue est disproportionnée".

"Aujourd'hui, du fait de la tension qui existe dans les hôpitaux, liée notamment au manque d'effectifs et à la dégradation des conditions de travail", a-t-il ajouté, "on peut prévoir que ce type d'accident, qui devrait rester exceptionnel, risque de se multiplier". AFP.25.12.08

 

 

18:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Noël dans le monde

Gaza une religieuse prie en attendant la messe de minuit.jpg
Gaza: une religieuse prie en attendant la messe de minuit
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

A Gaza, la messe de minuit a été célébrée à 18h00 (16h00 GMT) par le père Manuel Moussalem pour protester contre le blocus israélien du territoire et les violences.

"Nous prions pour la paix et pour que cessent le blocus et le siège (ndlr/ imposés par Israël) à la bande de Gaza, et nous demandons au monde d'aider les Palestiniens", a-t-il déclaré devant quelque 200 fidèles.

Un groupe de 300 chrétiens palestiniens de Gaza a été autorisé mercredi à célébrer Noël en Cisjordanie, pour une période d'une semaine, selon un porte-parole de l'armée israélienne.

 
Moscou messe-russia-christmas.jpg
Moscou: feu d'artifice devant la cathédrale
Pékin messe-china-christmas-rel.jpg
Pékin: catholiques chinois à la messe de minuit

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)