Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2009

Des chiffres encore plus pessimistes...

Carte récession chômage 2009.jpg
(Cliquez sur l'image pour la voir en totalité)

La France devrait s'enfoncer un peu plus dans la récession avec un PIB en chute libre au premier semestre 2009 et une flambée des destructions d'emplois, selon les dernières prévisions de l'Insee.

La chute du PIB devrait ensuite se modérer au deuxième trimestre (-0,6%), les plans de relance français et étrangers permettant de limiter un peu l'impact de la crise internationale, prévoit l'Insee dans sa note de conjoncture de mars.

Si la croissance devait être nulle au deuxième semestre, la France achèverait l'année 2009 sur un recul du PIB de 2,9%, prévient l'Insee. L'institut ne fournit pas de prévision pour le deuxième semestre.

De son côté, le gouvernement prévoit désormais une baisse du PIB de 1,5% sur l'ensemble de 2009.

Si les prévisions de l'Insee se réalisent, l'objectif du gouvernement passerait par une croissance de 1,9% pour chacun des deux derniers trimestres, indique Eric Dubois, chef du département de la conjoncture de l'Insee. Le responsable insiste sur le caractère "particulièrement incertain" des prévisions en temps de crise.

Malgré ces sombres prévisions pour le premier semestre, la France compte parmi les moins mauvaises performances des pays développés. Selon l'Insee, les Etats-Unis achèveraient le premier semestre avec un PIB en recul de 2,9%, la moyenne de la zone euro étant de -3,6%, l'Allemagne -4,9% et le Japon -6,5%...

Principale conséquence en France de cette récession brutale et généralisée: des destructions d'emplois massives, à un rythme deux fois plus rapide que celui enregistré lors de la précédente récession en 1993.

Selon l'Insee, le premier semestre se solderait par la disparition de 387.000 emplois dans le secteur marchand non agricole. Soit plus en six mois que la totalité des destructions annoncées pour la totalité de l'année 2009 par le gouvernement (350.000).

Dans le même temps, le taux de chômage grimperait en flèche pour atteindre 8,8% de la population active en France métropolitaine au premier semestre (7,8% au dernier trimestre 2008), un niveau supérieur à celui enregistré en 2006.

La consommation des ménages, traditionnel soutien de la croissance française, afficherait toutefois encore une très légère progression sur les six premiers mois mais à un rythme bien moins soutenu: +0,6% contre 1,3% sur l'ensemble de 2008 et 2,5% en moyenne les deux années précédentes.

Le pouvoir d'achat des ménages échapperait lui aussi à la baisse, à la faveur d'un fort recul de l'inflation. Si les revenus d'activités devraient bel et bien baisser (-0,6% au premier semestre), le pouvoir d'achat gagnerait tout de même 0,7% grâce aux prestations sociales et à certaines mesures du plan de relance.

Ce plan n'aurait toutefois un effet positif que de l'ordre de "quelques dizièmes de points de PIB" au premier semestre, estime Eric Dubois.

L'investissement des entreprises s'effondrerait (-8,8% à la fin juin), de même que la production (-3,9%), la baisse généralisée de la demande et les difficultés de crédit gonflant les stocks invendus.

20:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEOS "Lili Marleen" - Marlène Dietrich - Suzy Solidor

http://www.youtube.com/watch?v=W7J6OPurrtw

http://www.youtube.com/watch?v=UEnQFJQM3D4

 

Version française:  http://fr.wikipedia.org/wiki/Lili_Marleen#Version_fran.C3...

Devant la caserne

Quand le jour s'enfuit,
La vieille lanterne
Soudain s'allume et luit.
C'est dans ce coin-là que le soir
On s'attendait, remplis d'espoir
Tous deux, Lily Marlène. (bis)
Et dans la nuit sombre
Nos corps enlacés
Ne faisaient qu'une ombre
Lorsque je t'embrassais.
Nous échangions ingénûment
Joue contre joue bien des serments
Tous deux, Lily Marlène. (bis)
Le temps passe vite
Lorsque l'on est deux !
Hélas on se quitte
Voici le couvre-feu…
Te souviens-tu de nos regrets
Lorsqu'il fallait nous séparer ?
Dis-moi, Lily Marlène ? (bis)
La vieille lanterne
S'allume toujours
Devant la caserne
Lorsque finit le jour
Mais tout me paraît étranger
Aurais-je donc beaucoup changé ?
Dis-moi, Lily Marlène. (bis)
Cette tendre histoire
De nos chers vingt ans
Chante en ma mémoire
Malgré les jours, les ans.
Il me semble entendre ton pas
Et je te serre entre mes bras
Lily... Lily Marlène. (bis) »

02:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Polémique: Cohn-Bendit a-t-il un passé de pédophile? Pas de fumée sans feu...

579px-DanyLeRouge.jpg
A Bruxelles en 2006
Daniel Cohn-Bendit  est né le 4 avril 1945 à Montauban de parents juifs allemands qui s'étaient installés en France en 1933  pour fuir le nazisme

En 2001, une polémique a lieu a propos de son livre Le Grand Bazar (Belfond, 1975), où il relatait ses activités d’aide-éducateur au jardin d’enfants autogéré de Francfort.

Il déclare à ce propos : « Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : "Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d'autres gosses ?" Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même ». Et ailleurs : « J’avais besoin d’être inconditionnellement accepté par eux. Je voulais que les gosses aient envie de moi, et je faisais tout pour qu’ils dépendent de moi ».

Ces passages ont été interprétés 25 ans plus tard, comme un acte de pédophilie. Cohn-Bendit se défend, expliquant que le texte était une provocation, n’avait pas fait scandale à l’époque et qu’aucune plainte d’enfant ou de parent n’avait été déposée. « Prétendre que j’étais pédophile est une insanité. La pédophilie est un crime. L’abus sexuel est quelque chose contre lequel il faut se battre. Il n’y a eu de ma part aucun acte de pédophilie. »

(Source Wikipedia)

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Rama Yade est "ahurie" par les propos du Pape

Yade contre le pape - ahurie.jpg
Rama Yade le 17 mars 2009

La secrétaire d'Etat française chargée des droits de l'Homme, Rama Yade, s'est dite mercredi "ahurie" par les propos "régressifs" tenus par le pape Benoît XVI selon lesquels l'usage du préservatif "aggravait" le problème du sida.

"Je suis personnellement ahurie par ces propos qui remettent en cause l'esprit et la pratique d'un combat de plusieurs décennies", a déclaré Mme Yade sur la radio Europe 1.

"Ces propos semblent régressifs. C'est un coup porté à tous ceux et celles qui se battent au quotidien pour faire reculer la maladie", a-t-elle ajouté.

"Le vrai débat, c'est un débat de santé publique sur le sida, ce n'est pas "un point de doctrine théologique", a-t-elle dit.

"Quand on voit les ravages de la maladie, en Afrique notamment, on doit traiter le problème: oui naturellement, oui absolument au préservatif, car il préserve la vie", a encore déclaré la secrétaire d'Etat, d'origine sénégalaise.

"Je pense aux victimes, aux médecins, aux chercheurs, aux ONG, à tous ceux qui sont certainement blessés. Je voudrais leur dire ma solidarité et mon admiration", a-elle poursuivi.

 Mme Yade a été enfin interrogée sur les propos d'un autre membre du gouvernement, la ministre du Logement Christine Boutin, catholique pratiquante, qui a déclaré qu'il n'était "pas drôle de mettre le préservatif" et a souligné qu'il ne fallait pas attendre du pape "qu'il dise qu'il faut mettre le préservatif".

"Je ne sais pas ce qu'elle a voulu dire, c'est son point de vue personnel. Ce que je sais, c'est que le préservatif est là pour préserver la vie", a-t-elle dit.

"Le préservatif préserve la vie": non, pas toujours! Si son père avait mis une capote, elle ne serait pas là!

 

01:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

18/03/2009

Benoît XVI déclenche une polémique mondiale à propos du sida et de la sexualité responsable

A Yaoundé Cameroun.jpg
Dans une rue de Yaoundé
Carte Benoît XVI en Afrique.jpg
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

L'entourage du pape Benoît XVI, en visite à Yaoundé, tentait mercredi de calmer la polémique mondiale déclenchée par les déclarations la veille du souverain pontife sur le préservatif et qui éclipse la portée de son premier voyage sur le continent noir.

En estimant que l'usage du préservatif aggravait le problème" du sida, le pape n'a fait que réaffirmer la position officielle de l'Eglise catholique qui met l'accent "sur l'éducation à la responsabilité", a déclaré le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi.

"Il ne faut pas attendre de ce voyage un changement de position de l'Eglise catholique envers le problème du sida", a-t-il souligné. L'Eglise estime que "développer une idéologie de confiance dans le préservatif n'est pas une position correcte".

Le père Lombardi a préféré évoquer "l'éducation à la responsabilité de la sexualité et l'affirmation des valeurs du mariage et de la famille, l'engagement pour des soins efficaces, et l'attention portée aux malades".

De nombreuses personnalités du monde médical, des associations mais aussi plusieurs gouvernements ont dénoncé comme contre-productive voire irresponsable la critique par le pape des campagnes pour l'usage du préservatif, alors que l'Afrique est le continent du monde le plus touché par la pandémie du sida.

Les propos du pape, qui souhaite vouloir "prendre dans ses bras" toute l'Afrique, ont soulevé une "très vive inquiétude" à Paris, la "consternation" à Bruxelles, l'"indignation" du Fonds mondial sur le sida.

Mercredi, son agenda ne comportait en principe qu'une visite au président Paul Biya, une rencontre avec les évêques et la célébration des vêpres avec le clergé local.

Mais pour désamorcer la polémique et manifester la "sollicitude" de l'Eglise catholique envers les personnes touchées par le virus, Benoît XVI a ajouté à son programme une brève rencontre en début de matinée avec des jeunes d'une association d'aide aux malades du sida, animée par la communauté catholique Sant'Egidio.

Le souverain pontife a par ailleurs incité les évêques à se faire "les défenseurs des droits des plus pauvres" et à travailler "à la collaboration entre les ethnies pour le bien de tous".

Durant les vêpres célébrées en fin d'après-midi dans la basilique Marie Reine des Apôtres de Yaoundé, Benoît XVI a élargi à tout le clergé son exigence d'un "style de vie" à l'image du Christ "chaste, pauvre et obéissant".

Des injonctions qui semblaient reprendre en termes mesurés les critiques entendues au Cameroun sur le train de vie de certains évêques, dont le quotidien privé Le Messager s'est fait l'écho mercredi.

Le journal a publié un classement des 30 évêques camerounais prenant en compte notamment leurs "capacités en gestion" et leur "train de vie". Une douzaine de prélats obtiennent un satisfecit, mais on pouvait lire les commentaires suivants sur d'autres: "Cupide et retors", "aime les belles voitures", "aime le luxe et l'argent", "corrompu", "a une femme et trois enfants à nourrir".

La première véritable rencontre du pape avec la foule n'aura lieu que jeudi avec une messe dans un stade de Yaoundé. Toutefois, quelque 4.000 personnes dans la Basilique Marie Reine et plusieurs milliers à l'extérieur sous la pluie ont pu assister aux vêpres mercredi.

Selon les statistiques officielles de l'Eglise catholique, le nombre de fidèles en Afrique a encore progressé de 3% en 2007 alors qu'il est resté stable sur l'ensemble de la planète. Et près de la moitié des baptêmes d'adultes dans le monde ont lieu en Afrique, selon le quotidien Il Corriere della Sera.

AFP. 18.03.09

Pour le Pape, les Noirs ne sont pas des animaux, mais des êtres humains responsables 

23:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

De nombreux jeunes Allemands sont racistes

De nombreux adolescents allemands se déclarent racistes, consomment des drogues et sont dépendants des jeux vidéos sur ordinateur, selon une vaste étude sur les jeunes et la violence publiée mardi.

Le ministre de l'Intérieur, Wolfgang Schäuble, s'est dit "épouvanté" par ces données présentées lors d'une conférence de presse à Berlin, six jours après un massacre commis par un adolescent amateur de jeux vidéo.

"Ces chiffres sont si élevés qu'ils sont une bonne raison pour intensifier nos efforts" de lutte contre l'extrême droite, a ajouté le ministre conservateur.

Un adolescent sur sept (14,4%) se déclare ainsi très raciste, et 29,7% des jeunes estiment qu'"il y a trop d'étrangers en Allemagne", affirment les chercheurs de l'Institut de recherches en criminologie (KFN) de Hanovre (nord).

Quelque 4,3% des adolescents interrogés se disent également fortement antisémites tandis que 4,9% ont affirmé appartenir à un groupe d'extrême droite.

Les chercheurs ont interrogé au total 44.610 adolescents de 15 ans dans différentes régions d'Allemagne.

L'étude montre également des résultats alarmants en matière de jeux vidéos sur ordinateurs...
AFP. 18 mars 2009

23:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Y'a bon awards!

Aïssa MaÎga Y'a bon awards.jpg
Aïssa Maïga

Les premiers "Y'a bon awards", parodie des César destinée à tourner en dérision les préjugés ethno-raciaux, ont été décernés mardi soir à Paris à l'occasion de la semaine internationale d'action contre le racisme.

Sous les éclats de rire, le député-maire UMP du Raincy (Seine-Saint-Denis) Eric Raoult a été décoré "pour l'ensemble de son oeuvre", Luc Ferry, ancien ministre de l'Education nationale, a reçu le prix "Le bruit et l'odeur" pour des propos sur les violences conjugales, qui seraient des traditions importées des pays arabes.

Yvan Rioufol, éditorialiste au Figaro a remporté le prix littéraire "de l'Académie bien française" pour s'être inquiété du risque de "défrancisation" dans une France métisse et plurielle.

Sylvie Noachovitch, avocate et candidate UMP aux législatives de 2008 dans le Val-d'Oise, a quant à elle reçu le prix des "Envahisseurs", l'intellectuel et écrivain Alain Finkielkraut celui de "Tu l'aimes ou tu la quittes" et l'animateur de télévision Pascal Sevran décoré à titre posthume.

Animée par la comédienne Aïssa Maïga et l'humoriste Blanche, la soirée était organisée à l'espace Barbara (Paris, 18e arrondissement) par "Les Indivisibles", une association d'une centaine de membres fondée en janvier 2007 en référence au premier article de la Constitution affirmant le principe d'une République "indivisible".

Avec les "Y'a bon awards", clin d'oeil à l'imagerie coloniale du tirailleur africain véhiculée par une célèbre marque de boisson chocolatée, l'association entend "responsabiliser les personnalités médiatiques et publiques dans leurs propos" et "susciter un débat citoyen".

Le footballeur Lilian Thuram, qui faisait partie du jury, était présent. Aucune personnalité nommée n'est venue chercher son trophée, une sculpture dorée représentant une peau de banane.

Dimanche, lors des premières Assises nationales de la lutte contre les préjugés, organisées à Paris par SOS Racisme et l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), ces deux organisations ont affirmé, sondage à l'appui, que pour lutter contre le racisme la pédagogie était plus efficace que les statistiques ethniques.

22:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un infirmier écroué pour viols à l'hôpital Bichat

Ibrahim T. est infirmier à l’hôpital Bichat et aussi conseiller municipal socialiste à Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine.

Et
depuis jeudi dernier, cet homme de 49 ans, est écroué à la prison de la Santé à Paris, selon Le Parisien.

Il a été mis en examen pour «viols sur personne vulnérable» par un juge parisien.

C’est une jeune malade qui a porté plainte contre l’infirmier.

Cette jeune femme de 21 ans, originaire de Tahiti, affirme avoir été violée à trois reprises par l’infirmier, précise Le Parisien.

La jeune tahitienne, enceinte de 8 mois, a été hospitalisée en urgence à la fin du mois de février à l’hôpital Bichat, pour être opérée d’une pathologie cardiaque lourde.

Le 4 mars dernier, elle s’est confiée à une employée de l’hôpital.

La patiente aurait demandé à ne plus être seule dans sa chambre et à ne plus être soignée par des infirmiers masculins, avant de confier qu’elle avait été violée dans sa chambre à trois reprises dans la nuit du 28 février au 1er mars et le lendemain, par deux fois.

La jeune femme a désigné son agresseur, l’infirmier Ibrahim T.

L’arrestation de ce dernier a étonné son entourage politique.

Ainsi Serge Setterahamane, adjoint au maire PRG qui, précise au Parisien:

"C’est un homme très souriant jovial, toujours prêt à faire la fête. Il arrivait à coïncider son engagement politique et sa vie professionnelle."

Même son de cloche, chez le patron de l’UMP locale, Patrice Pinard:

«Il est plutôt agréable, affable, poli et enjoué. Rien ne laissait imaginer qu’il soit un jour déféré pour ce genre de situation.»

Le Post - 18 mars 2009

18:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO Gad Elmaleh est pour le bouclier fiscal

http://www.youtube.com/watch?v=UMhpAPv818I

18:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un déplacement impérial... Témoignage...

Ce mardi 03 mars à 11h00, l'empereur SARKOZY 1er était chez nous, dans la Drôme.

A l'heure des économies, à l'heure où il faut se serrer la ceinture, il aura encore "claqué" des millions d'euros pour sa propagande !!!
1265 gendarmes déployés !!! Oui, vous avez bien lu 1265 !
Nous montons la garde 24h/24 à l'aérodrome de Chabeuil et à la gare TGV. Son altesse ne voulant pas venir en Falcon république, il vient en Airbus (plus spacieux et nettement plus "digne" de son rang, du moins le pense-t-il).
Seulement, il n'y a pas de rampe pour le faire descendre de l'avion ; ce n'est pas grave, on en fait venir une, vite fait, par convoi exceptionnel depuis Lyon !!!
 Ce soir, je prends le boulot à 19h30, jusqu' à demain 15h30... C'est ma troisième nuit ! Pour ne pas être gêné, l'Empereur aura la voie rapide Valence/ Romans coupée dans les deux sens pendant 30 mn. - 60 voitures d'usagers de la SNCF (sur son passage) seront mises à la fourrière. Si jamais il y avait un contretemps, ce ne serait pas grave : un hélico Puma est tenu à sa disposition ainsi qu'un hélico Gazelle en appui....
 Il va donc aller faire le beau sur deux sites (Ecole de Chatuzange-le-Goubet et salle polyvalente d'Alixan) et pour se faire
mousser, il a invité 3000 (TROIS MILLE) personnes à un petit vin d'honneur avant de remonter dans son avion à 14h00. Je vous laisse faire le calcul de la facture à l'adresse des contribuables que nous sommes...
Dire que la France est au bord de la faillite et lui, il nous met une balle dans la nuque!
 En 26 ans, j'en ai fait des services de ce genre (sous Mitterand et sous Chirac) mais jamais je n'ai vu un tel déploiement et surtout un tel coût !
Pour info, c'est une évidence, mais il est bon de le dire... au moindre sifflet, au moindre tag, à la moindre banderole hostile, le
préfet saute ainsi que le Commandant de Groupement de gendarmerie....Pauvre France, nous sommes tombés bien bas avec un tel
imposteur !

Je suis non seulement écœuré mais révolté que tant d'argent soit claqué et que mes voitures de service affichent 250.000 km au compteur...


Signé : Un vieux commandant militaire de la Gendarmerie, qui en a pourtant vu d'autres et c'est peu de le dire.

17:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Haïti: la vérité en quelques chiffres

drapeau_haiti.png
Drapeau haïtien
Haiti-beach -déforestation.jpg
Plage à Haïti - Déforestation
Carte et photo des Gonaïves Haïti.jpg
Aux Gonaïves - mars 2009
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

8,6 millions de personnes vivent en Haïti, le pays le plus pauvre du continent américain.

Moins de la moitié de la population a accès à l’eau potable.

1% seulement de la couverture forestière originelle du pays demeure.

Les Gonaïves, 200 000 habitants, a été la ville la plus touchée par le cyclone Jeanne (2 000 morts en 2004), les ouragans Fay, Gustav, Hanna et Ike (600 morts en 2008).

600 000 m 3 de boue (sur 2,5 millions de tonnes) ont été dégagés en six mois.
Aux Gonaïves, ville sinistrée par la déforestation et les ouragans.

Quand l’eau a commencé à monter, Chimène Fisaimé et sa famille se sont réfugiées dans un hôtel voisin. Puis, durant trois mois, tous ont vécu chez des proches, sur les hauteurs des Gonaïves. Vendeuse de cosmétiques, cette mère de trois enfants a tout perdu lors des cyclones Fay, Gustav, Hanna et Ike, qui se sont abattus sur Haïti à l’automne. Envahie par un mètre trente de boue, la maison qu’elle loue a été déblayée par le propriétaire. Pour les abords, Chimène a recruté un journalier qui travaille à crédit. « Je le paierai quand j’aurais de l’argent. J’aimerais reprendre mon commerce mais je ne veux pas m’endetter davantage. Mon mari est chauffeur mais ne trouve pas de véhicule à conduire. Je n’ai pas grand-chose à donner à manger à mes enfants. Un jour oui, un jour non… » Dans la cour, elle montre leur ancien puits, obstrué et hors d’usage. A deux pas, une pompe à main fraîchement réhabilitée fournit de l’eau gratuite : c’est l’une des raisons qui a décidé Chimène à rentrer chez elle.

Les Gonaïves cumulent les drames

Dans les nuées de poussière soulevées par les camions, un monument dédié « aux victimes des catastrophes naturelles » se dresse à l’angle d’un boulevard. Depuis 2004 et le cyclone Jeanne, les Gonaïves et ses quelque 200 000 habitants cumulent les drames liés aux changements climatiques et à la dégradation environnementale.
 
Surplombée de monts aux versants vides d’arbres et de végétation, cette ville plate située au niveau de la mer reçoit les eaux qui s’écoulent comme dans une cuvette.

Les travaux engagés il y a cinq ans avec l’aide de la communauté internationale pour tenter de canaliser les flots n’ont pas eu le temps d’aboutir. Les nouveaux ouragans ont dévié le cours de la rivière La Quinte et inondé la ville de millions de mètres cube de boue. La « terre du cyclone » a séché, bouchant les canaux jusqu’à en effacer certains. Parfois, d’immenses trous emplis d’eau des « piscines » ironisent les habitants coupent la chaussée.

La catastrophe a privé la population d’« eau pour boire » comme on dit en créole. Fournir les habitants en eau potable a donc été la priorité d’une coordination d’ONG étrangères. La phase des distributions d’urgence achevée, l’association française Action contre la faim (ACF) a, par exemple, oeuvré à la réhabilitation de 300 points d’eau et d’une quinzaine des kiosques du réseau public de la Société nationale d’eau potable (Snep).
 De 25 à 40 % des habitants, selon les sources, auraient aujourd’hui accès à une quantité suffisante d’eau potable (15 litres par personne et par jour), gratuite ou payante. Près d’un kiosque du quartier Bienac, Isma Sylène, 36 ans, marchande d'eau ambulante, proteste au regard du prix fixé par la Snep. Le comité local, qui se sert peut-être au passage, vend ici 2 gourdes le bokit d’eau (0,04 € les 20 litres), soit le double d’avant les cyclones.
« J’ai huit enfants, j’utilise beaucoup d’eau, surtout pour mon dernier. Tout ce que je gagne dans la journée y passe parfois », se plaint cette maman. « Pompage, distribution, réparations… Nous connaissons les difficultés mais avons besoin de rentrées financières », défendent les ingénieurs du Snep. Certains habitants pourtant jugent cette eau chlorée du réseau public « mauvaise » parce que « salée » et préfèrent acheter à ces petits commerces qui vantent « eau miracle » ou « courage eau » à 20 gourdes le seau (40 centimes d’euro) sous prétexte de traitement purificateur par « osmose inversée ».

Quelques averses créent des inondations

La saison des pluies débute bientôt et des averses ont provoqué des inondations il y a dix jours. L’inquiétude gagne les habitants. « Ce qu’il faudrait, c’est déplacer les Gonaïves sur les hauteurs », défend Prosper Saint-Louis, responsable technique pour ACF et expert en agronomie. « Mais où va-t-on avec 300 000 personnes ? » interroge Roosevelt Compère, régisseur à la Direction de la protection civile. « Réhabiliter et réduire les risques aux Gonaïves demanderait vingt ou trente ans de travaux colossaux. Or la capacité d’investissements est insuffisante », reconnaît son collègue Jean-Arsène Constant. L’évacuation reste le seul moyen de protéger les populations : l’orientation de 100 000 personnes vers des abris provisoires est envisagée pour la prochaine saison cyclonique. Chimène Fisaimé s’y prépare : « Cette fois, je partirai avant l’eau des ouragans. »
 Le Parisien - 16 mars 2009
Haïti devint en 1804 la première république de population majoritairement noire indépendante après la Révolution haïtienne (1791-1803) qui conduisit l'armée de Napoléon à abandonner l'île.

 

 

00:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

17/03/2009

Les Mureaux: le jeune arrêté s'enfuit!

Un mandat d'arrêt a été lancé  mardi à l'encontre de l'adolescent arrêté lors des échauffourées aux Mureaux (Yvelines). Le garçon âgé de 14 ans "a échappé à la garde" de l'éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse lundi, alors qu'il venait d'être mis en examen. ..

L'adolescent était censé regagner le foyer où la justice l'avait placé. «L'éducateur n'a pas les pouvoirs d'un policier, il ne peut pas entraver un mineur, par exemple», a rappelé le procureur de la République de Versailles, Michel Desplan.

Lorsqu'il sera arrêté, l'adolescent, déjà «connu défavorablement des services de police et de la justice», risque de voir son «contrôle judiciaire révoqué» et «être placé en détention provisoire», selon le procureur....


Le parisien- 17/03/09

On l'a laissé volontairement s'échapper! 

23:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

La mort civile de Dieudonné

Dieudonné - annulé dans plusieurs villes.jpg

L'humoriste français de Dieudonné, qui avait provoqué un tollé en conviant sur scène dans un de ses spectacles le négationniste de la Shoah Robert Faurisson, a vu quatre de ses représentations annulées lundi et mardi dans le nord et l'est de la France.

 

Une "conférence" de l'humoriste prévue le 24 mars à Villeneuve d'Ascq (nord) a été annulée par l'hôtel où elle devait se tenir, en raison de "risques de troubles à l'ordre public", a-t-on appris mardi auprès du directeur de l'établissement.

Le directeur, Christophe Sarzi, a décidé de dénoncer le contrat signé avec la société de production de Dieudonné, qui selon lui ne mentionnait pas l'identité du conférencier.

Le maire de Villeneuve d'Ascq, Gérard Caudron (divers gauche), a fait savoir qu'il approuvait cette décision. "A titre personnel, le citoyen Gérard Caudron et les élus de Villeneuve d'Ascq ont le plus profond mépris pour les méthodes et les discours de ce personnage (Dieudonné, ndlr)", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le Casino de Dunkerque (nord) a lui aussi annoncé l'annulation d'une représentation de Dieudonné, prévue le 23 mars, au motif que la société de production n'avait pas "communiqué le programme et les horaires définitifs".

Des arguments juridiques également invoqués par le groupe Novotel, qui a annulé lundi deux représentations de l'humoriste à Belfort et Besançon (est) parce que la société de production n'avait pas fourni la licence nécessaire.

D'autres spectacles de Dieudonné ont été annulés depuis janvier. Fin décembre l'humoriste avait invité sur la scène du Zénith de Paris le négationniste Robert Faurisson, plusieurs fois condamné pour ses thèses niant l'existence des chambres à gaz. Il lui avait fait remettre le "prix de l'infréquentabilité et de l'insolence" par une personne déguisée en déporté juif.

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête.

L'humoriste, qui s'est rapproché ces dernières années de l'extrême droite, a déjà été condamné pour des propos sur la mémoire de la Shoah, qualifiée de "pornographie mémorielle", et pour avoir comparé les juifs à des "négriers".

AFP. 17 mars 2009

23:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

La "madone" de la jungle demande le divorce à son second mari, Juan Carlos Lecompte

Betancourt et son second mari après sa libération en 2008.jpg
Avec son second mari, Juan Carlos Lecompte, après sa libération en juillet 2008

C'est son  publicitaire de mari qui a organisé toute la campagne autour de la libération de sa femme, incluant aussi les enfants du premier mariage de sa femme.

Il s'est plaint qu'Ingrid ne lui était pas reconnaissante de ses efforts, et qu'elle avait une attitude distante depuis sa libération qui présageait cette rupture.

Ingrid Betancourt, elle, demande le divorce à cause de la séparation de corps de 6 ans, révèle la revue colombienne Semana.

Mais va-t-elle l'obtenir? Pas sûr! Car les avocats de son plus ou moins ex-mari font valoir que la séparation de corps était tout sauf volontaire, et entrait plutôt dans la catégorie des cas de force majeure.

Par ailleurs les denières révélations des ex-otages américains des FARC, libérés en même temps qu'elle, pourraient inverser la demande, dans la mesure où ceux-ci affirment qu'elle a  eu une relation avec un des ex-otages.


(Source: ZeroHora) 17 mars 2009
Veut-elle se remarier une troisième fois? - Pas très belle, mais fatale!

18:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

16/03/2009

Les Mureaux en état de siège - Tout le gouvernement est responsable de ces émeutes à répétition!

Aux Mureaux, MAM 15 mars 09 vers 23 h.gif
MAM aux Mureaux dimanche soir vers 23h

Hier soir, le ministère de l’Intérieur a déployé les grands moyens aux Mureaux. Environ 300 hommes étaient mobilisés, et un hélicoptère, équipé d’un projecteur, surveillait les rues. Un dispositif nécessaire, selon Michèle Alliot-Marie, présente sur place, au vu des violences qui durent depuis une semaine dans la ville.

Celles-ci ont d’ailleurs franchi un cap dans la nuit de samedi à dimanche : 21 policiers ont été touchés, dont 10 blessés en recevant quatre ou cinq tirs de plomb de calibre 12, lors d’affrontements avec des bandes, notamment dans le quartier des Musiciens. Sept interpellations ont été effectuées, mais un seul mineur de 15 ans a été maintenu en garde à vue pour des faits de caillassage.


Depuis sept jours maintenant, la ville est, presque chaque nuit, le théâtre d’affrontements après la mort d’un jeune Muriautin de 29 ans. Ce dernier a été abattu le 7 mars au péage de Courtevroult (Seine-et-Marne) lors d’une course-poursuite avec la police sur l’autoroute A 4. C’était une figure du quartier des Musiciens.
Médiateur de la ville, il totalisait déjà 35 condamnations... (De qui se moque-t-on? Des Français qui paient pour ces racailles!)

Hier matin, les habitants des Mureaux étaient sous le choc en découvrant les stigmates d’une nuit d’une intense violence. A quelques mètres des pierres et des cartouches de grenades lacrymogènes qui jonchent l’axe principal de la ville, l’avenue Paul-Raoult, Dienaba confie son angoisse : « En ce moment, dès que je finis les cours, je rentre chez moi parce que, ce qui se passe, c’est n’importe quoi. Le soir, j’observe ça depuis ma fenêtre. »
Certains policiers confient leurs craintes : « Avec une telle tension, on n’est jamais loin de la bavure. Surtout qu’on est persuadé que le pire est à venir. Pour l’instant, on nous tire dessus avec du plomb, mais on sait que certains ont des armes bien plus dangereuses. Ils hésitent encore, c’est tout. » Dès hier matin, les syndicats (Unsa, SGP et Alliance) montaient au créneau pour faire part de leurs inquiétudes.
Le parisien - 16/03/09

19:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Guerilla urbaine aux Mureaux: ça continue!

Guerilla urbaine aux Mureaux.jpg
Aux Mureaux, dimanche soir 15 mars 2009

Au lendemain d’une nouvelle nuit de violence aux Mureaux, environ 300 hommes ont été déployés, hier, et un hélicoptère a été mobilisé pour la surveillance des rues. La ministre de l’Intérieur s’est rendue sur place peu après 22 heures. Saluant le sang-froid des fonctionnaires de police, Michèle Alliot-Marie a tenu à adresser un message de fermeté en visitant l’impressionant dispositif déployé dans les quartiers : " C’est choquant de voir qu’on peut tirer sur des hommes qui ne font que faire respecter la loi."

"Nous ne laisserons pas des bandes venir perturber la vie des gens. Je comprends que le démantèlement de l’économie souterraine puisse déplaire à certains, mais nous ne laisserons pas faire cela."
Depuis lundi dernier, le quartier des Musiciens est le théâtre de violences urbaines presque tous les soirs. Ces échauffourées interviennent après la mort d’un homme de 29 ans, originaire de la ville. Ce dernier a été abattu le 7 mars au péage de Courtevroult (Seine-et-Marne), lors d’une course-poursuite avec la police sur l’A 4. C’était une figure du quartier...

Médiateur de la ville, il totalisait une trentaine de condamnations!

Vive tension dans les rangs

Depuis son décès, une rumeur court dans les quartiers : ses deux frères auraient annoncé leur intention de « tuer un flic pour se venger ». Dans la nuit de samedi à dimanche, dix policiers ont été légèrement blessés par un homme armé d’un fusil. L’un de ces fonctionnaires touchés raconte.
C’est avec cette menace en tête que les CRS et les policiers des Yvelines ont pris leur service samedi soir. Vers 20 h 30, les forces de l’ordre sont appelées pour protéger les pompiers alors qu’une voiture brûle dans le quartier des Musiciens. Dans une des allées de la cité, les fonctionnaires tombent dans un guet-apens.

 « Une quarantaine de jeunes cagoulés nous ont accueillis avec des pierres et des cocktails Molotov. Puis on a vu un type surgir sur un talus. Il avait le visage bien camouflé et il brandissait un fusil. Il était assez près de nous, environ 30 ou 40 mètres. Il a tiré au moins 4 ou 5 fois. Nous formions une ligne et des plombs se sont abattus sur nous. Moi, j’ai été touché au bas-ventre. Les plombs ont rebondi sur mes protections. »
Lorsque le tireur est apparu, la tension était vive dans les rangs. « C’est impressionnant ! Mais nous avons tenu nos positions, explique le policier. Il faut comprendre qu’on nous tire dessus avec une arme à feu alors que nous ne sommes équipés que de matériel de maintien de l’ordre (NDLR : fusil à balle en caoutchouc et grenades lacrymogènes), ce qui ne nous place pas à armes égales. » Au total, 24 CRS et policiers des Yvelines ont été touchés par les projectiles mais seuls 10 ont été blessés au ventre et aux jambes. « Ce sont surtout des hématomes provoqués par le choc de plomb, précise le fonctionnaire. Tous les blessés ont été soignés sur place. »

 Dans la soirée, sept personnes ont été interpellées. Un peu plus tard, d’autres affrontements ont éclaté dans le quartier de la Vigne-Blanche. Il y avait une quinzaine de jeunes armés de pierres et d’engins incendiaires. Vers 22 h 30 le calme était rétabli.

A Montgeron (Essonne), le commissariat a été attaqué dans la nuit de samedi à dimanche. Vers 2 heures, des coups de feu ont été tirés sur la porte principale, vraisemblablement avec un fusil de chasse. Plus de 140 impacts de petits plombs ont été dénombrés sur la porte vitrée. Le ou les tireurs ont pris la fuite. Personne n’a été blessé. Hier, le syndicat de policiers Alliance ainsi que Gérald Hérault, le maire PS de la ville, ont dénoncé cette attaque.

Le parisien - 16/03/09

 

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Avez-vous le niveau d'un CM2 en Histoire?

http://www.lefigaro.fr/actualites/2008/02/20/01001-200802...

18:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Israël: accord de coalition entre Netanyahu et Avigdor Lieberman

Avigdor Lieberman coalition.jpg
Avigdor Lieberman le 19 février à Jérusalem
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Le Premier ministre pressenti Benjamin Netanyahu (Likoud) semblait se résigner lundi à un cabinet restreint de droite après un accord avec le parti ultra nationaliste "Israël Beiteinou", une alliance qui a suscité des réactions inquiètes dans le monde.

"Nous sommes d'accord sur tous les principes et questions ainsi que sur la répartition des ministères et sur l'option d'un cabinet d'union", a affirmé à la presse le député du Likoud (droite, 27 élus) Guidéon Saar, après avoir paraphé dans la nuit de dimanche à lundi un accord de coalition avec Israël Beiteinou (15 députés sur 120).

Aux termes de ce premier accord de coalition, "Israël Beiteinou" obtiendra le ministère des Affaires étrangères, attribué à son chef Avigdor Lieberman, ainsi que la Sécurité intérieure, les Infrastructures, le Tourisme et l'Intégration (des immigrants).

AFP. 20 Adar 5769 (16 mars 2009)

17:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO Sarközy n'aime pas la Princesse de Clèves parce qu'il a trop souffert "sur elle"!

Un excellent article de Rue89 avec vidéo:

http://www.rue89.com/mon-oeil/2008/07/25/nicolas-sarkozy-...

 

 

02:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

C'est Carla Bruni qui a vendu la mèche au Daily Telegraph!

Qui a bien pu payer le week-end de 50 000 euros de Nicolas et Carla Sarközy dans une résidence de luxe du sud-ouest mexicain avant la visite officielle à Mexico?

C’est la question que se pose légitimement la presse française après que Carla Bruni ait maladroitement révélé dans le “Daily Telegraph” que le couple avait séjourné dans un luxueux complexe hôtelier appartenant au banquier milliardaire Roberto Hernandez Ramirez, l’une des plus grosses fortunes mexicaines.

 RTL a affirmé d’ailleurs que le couple aurait d’abord séjourné dans l’hacienda du milliardaire, membre du conseil d’administration de Citigroup (une des plus grandes institutions financières de la planète) selon le site «Mediapart» généralement très bien informé, le séjour aurait couté 50 000 euros. L’Elysée a affirmé que ce séjour privé s’est déroulé «à l’invitation du président Calderon» ce qui ne semble pas être possible juridiquement au Mexique pour les réceptions en dehors des résidences d’Etat... Puis déclare maintenant qu'ils ont été invités par un groupe d'entrepreneurs mexicains...

Le journal 20minutes pose la question: le couple a-t-il été invité aux frais de Roberto Hernandez Ramirez? Lequel serait soupçonné, selon Rue89, de s’être livré à des activités de narcotrafiquant dans les années 1990.

Séguela fera évidemment remarquer que 50 000 euros c’est à peine plus que le prix de la montre que le président à au poignet (une Patek Philippe de 43 000 €).

 Les Français, eux, regardent médusés ce couple présidentiel m’a-tu-vu se vautrer dans une malséante exhibition bling-bling...

(Source: altermedia.info)

01:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)