Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2009

"Le système scolaire français tend à exclure les enfants des migrants" selon Marie-Rose Moro

Marie-Rose Moro.jpg
Marie-Rose Moro se pose bien des questions qui pourraient être rapidement résolues...
(Cliquez sur la photo)
Les talents et difficultés spécifiques des enfants de migrants sont souvent négligés par le système scolaire qui exclut rapidement un très grand nombre de ces élèves, souligne dans un entretien à l'AFP Marie-Rose Moro, professeur de psychiatrie.

"L'école ne reconnaît pas à l'enfant de migrants son bilinguisme, son statut transculturel et le prive ainsi de compétences, notamment linguistiques, qui sont essentielles pour son parcours scolaire futur", note celle qui a développé la clinique transculturelle à l'hôpital Avicenne de Bobigny.

Selon le professeur Moro, "la culture et la langue d'origine de l'enfant - le bambara, le turc ou l'arabe - sont reléguées à un statut mineur ou ignorées par l'école alors qu'il faut au contraire donner à l'élève l'envie d'atteindre une rive en s'appuyant sur celle qu'il connaît".

 

A un des moments de "grande vulnérabilité psychologique", celui des grands apprentissages - lecture et écriture - de 6 à 8 ans, "on demande à l'enfant de migrants d'effectuer un choix impossible et traumatique: tourner le dos à ses parents en prenant le risque de perdre leur amour pour s'intégrer dans son pays d'accueil".

"Cette situation crée chez l'enfant un clivage entre le monde du dedans - la famille - et celui du dehors représenté par l'école - et provoque parfois une inhibition qui bloque les apprentissages et le potentiel créatif", dit-elle.

"Pourtant, in fine, les enfants de migrants sont en avance sur les autres et ont naturellement une grande agilité intellectuelle, la capacité d'avoir une réflexion sur le langage puisqu'ils naviguent entre deux langues", poursuit-elle. "Mais on doit les aider à créer des ponts entre les mondes et les savoirs".

"Une frange réussit de manière spectaculaire sur le plan scolaire", relève la psychiatre, "mais une énorme proportion est en échec et est orientée très rapidement". Ainsi environ 40% d'une classe d'âge en moyenne est dirigée, souvent contre son gré, dans des voies dites "adaptées ou professionnelles", d'autres décrochent.

Et cet échec scolaire est "vécu comme une exclusion très violente qui a des répercussions sur l'ensemble de la vie", explique le professeur Moro.

Pour le prévenir, explique-t-elle, il faut notamment "reconnaître qu'il existe d'autres rapports au savoir" - l'initiation et l'oralité des Soninkés du Mali par exemple- , "valoriser les parents à l'école", "prendre en compte le fait que l'enfant aura peut-être du mal à réussir en s'identifiant à des parents humiliés par l'exil", "former les enseignants, qui sont d'ailleurs très demandeurs, à l'anthropologie et au plurilinguisme".

Le professeur en psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent regrette que l'Education nationale "ne généralise pas les initiatives de transculturalité qui marchent, par exemple en Seine-Saint-Denis, alors que la majorité des écoles aujourd'hui accueillent un métissage d'enfants".

Marie-Rose Moro se dit "encouragée" par une résolution du parlement européen d'avril 2009 sur ce sujet et espère qu'une "prise de conscience" de l'Education nationale lui permettra un jour de ne plus recevoir en consultation des jeunes "placés dans une situation intenable par un système scolaire qui les conduits à renier une partie d'eux-mêmes".

AFP. 09.09.09

Pour éviter ces "drames", le mieux est que ces enfants et leurs parents restent dans leur pays d'origine! Et ne viennent pas perturber l'enseignement donné aux petits Français!

 

18:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

08/09/2009

JEUX - Charade

Mon  premier est un chien ou un petit poisson

Mon second qualifie un certain âge

Mon troisième n'inspire que le mépris

Mon quatrième se trouve au fond des rivières

Mon tout est un écrivain français du XIXème siècle

22:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (18)

Des vêtements religieux qui sont des armes de guerre contre l'Occident

burkini en Turquie piscine bleu.jpg
Un mannequin présente un modèle de "burkini" en Turquie

Les gouvernements des pays de l'UE hésitent sur la conduite à tenir face au port du voile intégral dans les lieux publics.

C'est une première en Europe : une femme portant le niqab, ce voile couvrant tout le visage, a pu témoigner début août dans un tribunal de Copenhague, alors même que la justice danoise proscrit chapeaux et lunettes de soleil à la barre ! Comme en France, le port de la burqa fait l'objet d'intenses débats au Danemark, à la suite d'une proposition du parti conservateur, au pouvoir, visant à l'interdire dans les lieux publics.

Les Pays-Bas ont été les premiers, dès 2005, à envisager une interdiction totale de la burqa, pour des raisons de sécurité. Un texte avait été déposé par le député populiste Geert Wilders, adversaire résolu de l'islam radical. Mais, depuis, le gouvernement tergiverse : aucune loi n'a encore été adoptée. Et, dans la pratique, les municipalités ont du mal à imposer une interdiction : une commune qui avait refusé de verser ses allocations sociales à une femme n'ayant pas trouvé d'emploi à cause de sa burqa a été condamnée en juin 2007.

 

Interdit «sauf pendant le carnaval»

 

En Suède et en Italie, la burqa est aussi, en théorie, bannie dans les lieux publics. Au Luxembourg, les règlements de police stipulent qu'«en dehors du carnaval, il est interdit à toute personne de paraître masquée dans les rues»… En Grande-Bretagne, aucune législation n'existe en la matière. Les femmes intégralement voilées de noir se banalisent dans certains quartiers immigrés. Ce qui n'a pas empêché une institutrice d'être suspendue, en 2006, alors qu'elle souhaitait enseigner vêtue d'un niqab.

Cet été, c'est le "burkini", ce maillot intégral à capuche, inventé par une Libanaise en Australie en 2007, qui a fait des vagues. Interdit dans une piscine d'Émerainville (Seine-et-Marne), puis dans une petite commune piémontaise, en Italie, il vient en revanche d'être autorisé à Oslo. La municipalité, qui ne voit «aucune raison technique» pour justifier l'interdiction, compare le burkini aux combinaisons utilisées par les nageurs professionnels...

En Suède, une piscine municipale en propose, depuis peu, à la location. En Grande-Bretagne aussi, les tenues de bain islamiques font leur apparition. «Les personnes inscrites à la “natation multiculturelle” doivent respecter le code vestimentaire suivant : tee-shirt et collant sans pieds descendant sous le genou», précise ainsi le règlement de la piscine de Scunthorpe, dans le North Lincolnshire. À Berlin, un test a récemment été pratiqué dans deux établissements municipaux, afin de déterminer les répercussions éventuelles sur la qualité de l'eau et la fréquentation. Expérience qui a tourné court, puisque seule une baigneuse s'est présentée en maillot intégral !

Si cette tenue gagne du terrain en Europe, elle n'a pas encore conquis le Proche-Orient. En juillet, la piscine d'un hôtel de Marsa Matrouh, en Égypte, a même refoulé une Norvégienne en burkini. «Choquée», elle s'est plainte auprès de son ambassade…

Le Figaro - 08.09.09

21:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

BB défend les sangliers de St Tropez

Sanglier.jpg
Face à la prolifération des sangliers, le maire de Saint-Tropez a autorisé les chasseurs à des battues à proximité de la célèbre station balnéaire de la Côte d'Azur, ce qui a provoqué aujourd'hui l'ire de Brigitte Bardot, qui y possède une maison.

"Non ! Non ! Non ! Vous n'avez pas le droit humainement d'autoriser une destruction massive de sangliers dans le quartier résidentiel des Salins à Saint-Tropez", a écrit l'actrice dans une lettre ouverte au maire dont l'AFP a obtenu copie.

"Ce que vous faites est scandaleux, flinguer, tuer, massacrer, exterminer, semer la mort comme à la guerre, une guerre de lâches contre de pauvres animaux qui, lorsqu'on les connaît, s'apparentent à des chiens, des animaux que j'aime, que je respecte et que je protège comme tous les autres", ajoute Mme Bardot, connue pour son combat pour la défense des animaux.

"Saint-Tropez est aussi mon village d'adoption depuis plus de 50 ans", rappelle-t-elle. Selon elle, le maire, Jean-Pierre Tuveri, "se fait manipuler par les chasseurs" et est "à mettre dans le même panier que tous les anciens ministres de l'Agriculture, de l'Ecologie, incapables, sans coeur et sans couilles".

La mairie de Saint-Tropez a indiqué à l'AFP que "le maire avait pris un arrêté pour répondre aux préoccupations des viticulteurs dont les récoltes sont ravagées par les sangliers, mais aussi des riverains qui subissent des nuisances par la divagation des animaux".
Le Figaro - 08.09.09

20:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO Mélissa et Jason empoisonnés par leurs parents

http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafMyH_.html

 

20:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Eric Besson indigné par le "marquage" des Roms

Roms marqués pour comptage.gif

Le système des tampons va désormais être réservé aux gérants de discothèques qui souhaitent s’assurer que leurs clients ont bien payé leur entrée dans leur établissement... Hier, le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire a en effet réagi par communiqué au procédé employé par les gendarmes lors du contrôle d’une communauté rom installée sur les communes d’Ormoy, Corbeil et Villabé.


juge que « le procédé du tampon humide particulièrement est inopportun concernant les opérations de contrôle visant des étrangers en situation irrégulière ». Il s’est donc « assuré auprès du directeur général de la gendarmerie nationale que les consignes adéquates avaient été passées afin qu’il n’en soit plus fait usage dans ce cas. » Joint au , le ministre n’a pas souhaité commenter davantage ce communiqué.

« Ces procédés rappellent étrangement ceux employés durant la Deuxième Guerre mondiale » (?)

Le 28 août, la gendarmerie s’était avancée sur le campement d’Ormoy-Villabé-Corbeil, composé d’une centaine de Roms, afin de notifier à certains d’entre eux des de quitter le territoire français (OQTF). Les habitants des caravanes sont en effet expulsables s’ils ne peuvent justifier d’un salaire au bout de trois mois.
 Une fois contrôlés, ces ressortissants roumains ont un mois pour partir.
Ce jour-là, la gendarmerie possède une soixantaine d’OQTF établies par la préfecture de l’Essonne. Après avoir procédé aux contrôles d’identité, les forces de l’ordre ont choisi d’appliquer un tampon humide de nature administrative sur le bras des Roms. Une marque lavable qui a choqué la communauté, ainsi que les associations locales. « Ces procédés rappellent étrangement ceux employés durant la Deuxième Guerre mondiale, soupirent les responsables de l’association Solidarité avec les familles roumaines. C’est une satisfaction de savoir que cela ne se reproduise plus.
Nous sommes soulagés aussi que l’on accorde enfin du crédit à nos propos. »
Du côté de la préfecture, on prend note de cette position du ministre. « Cette méthode permettait de ne pas parquer les personnes déjà contrôlées dans un coin en attendant de voir les autres, avance-t-on en préfecture. La gendarmerie nous avait bien montré que c’était le moyen le plus pratique de procéder afin d’éviter de contrôler deux fois la même personne. »
Le parisien - 08 septembre 2009

 

20:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Double infanticide: Mélissa et Jason ont été drogués pendant plusieurs mois

Marie-hélène martinez 7 09 Aix.jpg
Marie-Hélène Martinez arrive à la Cour d'assises d'Aix-en-Provence le 7 septembre
(Cliquez sur la photo)

Mélissa et Jason, qui sont morts empoisonnés en 2005, ont absorbé plusieurs médicaments à fort effet sédatif pendant plusieurs mois avant le soir du drame, selon un expert interrogé mardi au deuxième jour du procès de la mère et du beau-père des deux enfants.

Les analyses toxicologiques des cheveux, qui excluent les toxiques ingérés le jour fatal, ont révélé "une concentration importante" de plusieurs anxiolytiques destinés à des adultes, parmi lesquels du Lexomil, Seresta, Temesta.

C'est un niveau "totalement anormal", a souligné Pascal Kintz, expert judiciaire au laboratoire Chemtox, basé à Strasbourg. Ainsi, la concentration de Lexomil retrouvée chez Jason correspond à 360 comprimés avalés.

"Ce sont probablement les concentrations les plus élevées que je n'ai jamais vues", a-t-il affirmé, en concluant que l'administration des médicaments avait dû se faire sur "une très longue période".

Selon M. Kintz, les enfants devaient par conséquent "fonctionner au ralenti, somnoler, être peu réactifs, souvent prostrés, sédatés".

Interrogés à ce sujet, la mère Marie-Hélène Martinez et le beau-père Jean-Paul Steijns disent n'avoir rien remarqué de bizarre et nient tous deux leur avoir donné des médicaments.

 "Il me paraît inconcevable qu'ils aient pu ignorer les troubles du comportement" des enfants, a réagi Me Nicole Pollak, qui représente les grands-parents paternels, avant d'émettre l'hypothèse que "depuis des mois, ces enfants gênaient".

Le père de Mélissa et Jason, Antoine Correlejo, n'a pas observé de changement non plus, mais il n'a quasiment pas pu voir les enfants, qui n'étaient en outre pas scolarisés, au cours de la dernière année de leur vie.

Les cadavres de Mélissa et Jason, 8 et 7 ans, avaient été retrouvés en octobre 2005 dans le coffre de la voiture de leur mère.

Le couple risque la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict est attendu vendredi.

AFP. 08.09.09

 

 

 

19:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le retour

Afghanistan le retour.jpg
Aéroport de Roissy le 8 septembre 2009
(Cliquez sur la photo)

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Une chanson de Gainsbourg peu connue...

http://www.dailymotion.com/video/x1nr7c_le-sable-et-le-so...

Cette chanson écrite en l' "honneur" de la guerre de 1967 est restée très discrète durant toute la carrière de Serge Gainsbourg avec l'aide bienveillante des médias français.

Le chanteur avait ordonné de cacher cette chanson afin de garder comme clients les Français horrifiés par les crimes de l'entité sioniste. C'est avec un zèle incroyable que cette chanson fut cachée à la population française pendant des décennies. La carrière de ce sioniste fut bien sûr fulgurante, le passage de ses chansons "neutres" remplirent les radios et tous les plateaux T.V étaient à l'écoute pour toutes les promotions possibles. Comme il est simple d'être connu et célèbre dans le beau pays qu'est la France...


Alterinfo -02.09.09

02:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (40)

JEUX - Bonne pioche!

heaume_o_1.jpg
Un roi tyrannique a capturé son opposant le plus farouche. Le lendemain, il lui donne une ultime chance d'être gracié.
Il place deux billes au fond d'un heaume, une blanche symbolisant la liberté, une noire représentant la mort.
Devant le peuple réuni pour l'occasion, le prisonnier devra tirer au hasard une seule bille qui décidera de son sort.
La nuit, un espion apprend au prisonnier que le roi a placé dans le heaume deux billes noires.
Comment peut-il s'y prendre pour être libéré en ne tirant au hasard qu'une seule bille? 

01:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

"Sarkozy , Israël et les Juifs" de Paul-Eric Blanrue enfin diffusé en France

Les éditions Oser dire qui ont publié
Sarkozy, Israël et les juifs de Paul-Éric Blanrue
(208 pages - ISBN : 9782919937127 16 euros)
ont trouvé un diffuseur en France :

Primatice diffusion distribution
10 rue Primatice 75013 Paris
Tél. 01 42 17 00 48 - Fax 01 42 17 01 21


CE QU'ILS EN DISENT :
« (Le dernier livre de l’historien à succès Paul-Éric Blanrue n’était en effet pas disponible dans les librairies françaises) Non que son contenu ait été condamné par les tribunaux, mais parce qu’au mépris total de la liberté d’expression, le distributeur de son éditeur a tout simplement décidé de ne pas le diffuser. C’est que son sujet est explosif : les liens entre le président de la République française et la colonie juive de Palestine. Grâce à la concentration économique dans le domaine de l’édition, la censure politique ne passe plus par des institutions publiques, mais par de grands groupes privés. » (www.voltairenet.org).

« Un livre qui mérite le débat, et non un interdit de fait » (Alain Gresh, directeur-adjoint du Monde diplomatique).

« Sarkozy, Israël et les juifs, le livre qu’on nous cache
Paul-Éric Blanrue vient de faire une de ces erreurs qui vous plombent à jamais la carrière d’un écrivain. S’imaginant naïvement que la France était toujours une démocratie, notre homme a enquêté sur les rapports qu’entretient l’époux de Carla Bruni avec une communauté religieuse influente et avec l’État qu’elle a instaurée entre le Jourdain et la Méditerranée. Il en est ressorti le livre : “Sarkozy, Israël et les juifs”. S’il avait été sage, quand tous les éditeurs français à qui ils le proposa, eurent refusé, les uns après les autres, son manuscrit, Paul-Éric Blanrue aurait du se poser la question de l’opportunité de sa publication. Il ne l’a pas fait. Il s’est obstiné et a soumis son livre à des maisons francophones à défaut d’être françaises. C’est ainsi que l’ouvrage est finalement paru, en Belgique, aux éditions Oser dire. En avait-il fini de ses tracas ? Non pas, car il ne suffit pas d’éditer un livre, encore faut-il qu’il soit mis à la disposition des libraires, ce qui est le travail des diffuseurs. Or toutes les sociétés assurant ce service en France refusèrent de mettre “Sarkozy, Israël et les juifs” à leur catalogue, condamnant l’ouvrage à un statut de samizdat distribué quasiment sous le manteau par des réseaux improbables.
Dans le même temps, les grand médias habituellement si prompts à dénoncer toutes les censures et toutes les atteintes à la liberté d’expression sont, significativement, restés muets, se refusant à aborder tant le livre que le scandale de sa proscription.
Ainsi, dans la patrie de Voltaire et des Droits de l’Homme, à défaut d’interdire les écrits qui dérangent organise-t-on leur occultation.
» (Christian Bouchet, Flash Infos magazine n°18)

Librairie - comptoir de vente éditeur
Primatice
10 rue Primatice 75013 Paris
Tél. 01 42 17 00 48 - Fax 01 42 17 01 21
Mél. primatice@francephi.com
www.dualpha.com
www.librad.com

La rue Primatice est juste derrière la Mairie du XIIIe
Métro : Place d’Italie

01:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"La fin des mensonges" par une historienne juive russe

bolchevicks_vn.jpg
En 1992 parut en Allemagne un livre qui fit l’effet d’une petite bombe : Das Ende der Lügen [La fin des mensonges], signé par l’historienne juive russe Sonia Margolina. L’auteur, qui ne cache pas qu’elle est la fille d’un bolchevik russe, faisait une description honnête et réaliste de la participation juive massive dans les atrocités bolcheviques, un sujet habituellement tabou.

Extraits choisis :


« Si l’officier, l’officiel aristocrate ou le bureaucrate en uniforme étaient typiques du régime tsariste, ensuite sous le nouveau pouvoir révolutionnaire bolcheviste, le commissaire juif avec sa veste de cuir et son pistolet automatique, qui parlait souvent mal le russe, devint un spectacle courant dans la rue. »

« Mais en tous cas, des débordements de potentiels destructeurs, criminels et pathologiques, qui s’étaient accumulés à l’intérieur de la communauté juive, se mirent en mouvement dans les premières années de la Révolution Soviétique… Le problème était que les Juifs avaient pris le pouvoir pour la première fois dans l’histoire russe. Et pour la première fois ils apparaissaient non comme des victimes, mais comme des agresseurs… Quoi qu’il en soit, les horreurs de la révolution, de la guerre civile et des répressions qui s’ensuivirent ne peuvent pas être séparées du règne de la terreur instauré par les commissaires juifs. 
Tout à fait typiques étaient les révolutionnaires juifs comme Jakov Bljumkin, un socialiste de gauche, qui tua l’ambassadeur allemand von Mirbach en 1918. Cet aventurier névrosé avait été accepté par la Tcheka en récompense de ses services rendus aux bolcheviks. Nadesha Mandelstam raconta dans ses mémoires que dans un café de Kiev Bljumkin montrait à une foule horrifiée des formulaires en blanc de condamnation à mort. Il se vantait qu’il pouvait inscrire tout nom qu’il voulait sur les formulaires de mort imprimés à l’avance. Mandelstam le décrivit comme un mélange de meurtrier et d’intellectuel – pas un personnage typique de cette époque. »

« Pour une personne impartiale comme l’historien Boris Paramanov, qui vit à New York, la présence juive dans le pouvoir était si frappante qu’il se demandait si la promotion des Juifs à des postes de direction n’avait pas été une ‘gigantesque provocation’ envers le peuple russe. »

« Les Juifs du monde entier soutenaient le pouvoir soviétique, et restaient silencieux face à toute critique venant de l’opposition. »

« La participation enthousiaste des Juifs bolcheviks à la subjugation et à la destruction de la Russie fut disproportionnée. Ce fut un péché historique qui était porteur de sa propre punition. Le pouvoir soviétique serait confondu avec le pouvoir juif, et la haine furieuse contre les bolcheviks deviendrait de la haine contre les Juifs… Il y avait maintenant des Juifs partout et à tous les niveaux du pouvoir. Le peuple russe voyait les Juifs à la tête de la Ville du Tsar, Moscou, où le nouveau pouvoir soviétique était concentré, et aussi comme commandants de l’Armée Rouge… »

« Le citoyen russe ordinaire avait une bonne chance d’avoir affaire à un interrogateur et à un exécuteur juif. Partout où le Russe allait, il rencontrait un Juif dans un poste supérieur. Ce n’est pas une surprise, quand les Russes d’aujourd’hui comparent leur situation avec celle du passé, s’ils arrivent à la conclusion que le pouvoir actuel [de Eltsine] est à nouveau juif et donc si horrible. »

« Le peuple était révolté par le fait que des communistes juifs participent à la destruction des églises russes. »

« A la fin des années 20, on vit pour la première fois un nombre appréciable de communistes juifs investis d’un pouvoir de vie ou de mort dans les campagnes. C’est pendant la collectivisation que se fixa définitivement l’image du Juif comme ennemi implacable du paysan – jusque dans les endroits les plus reculés où personne n’avait jamais vu un Juif en chair et en os. »

« Les Juifs constituèrent l’élite de la révolution, ils étaient dans le camp des vainqueurs. »

« Il y a, dans cette histoire, des pages que l’on ne peut ouvrir sans frémir. Et ce sont précisément ces pages qui ont été sciemment et systématiquement occultées dans la conscience des Juifs. »

Sonia Margolina ose même remarquer :

« Le solide capital moral amassé par les Juifs après Auschwitz semble aujourd’hui épuisé. »

Nous laisserons la conclusion finale à Soljenitsyne, dans le second volume de son livre Deux siècles ensemble (édition française, Fayard 2002) : à l’argument habituel des Juifs d’aujourd’hui qui éludent (assez lâchement) la question en disant que les Juifs bolcheviks étaient des Juifs non-religieux, donc « renégats », Soljenitsyne répond : « les nations peuvent-elles renier leurs renégats ? ». Comme chacun sait, c’est une chose interdite aux Allemands.
VOXNR.com - 06.09.08

00:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

07/09/2009

Faurecia: les ouvriers-figurants ont été choisis pour leur petite taille... Si c'est vrai, c'est vraiment ridicule!

VIDEO : http://www.wat.tv/video/sarkozy-utilise-figurants-1rp5t_o...

Le 3 septembre 2009, Nicolas Sarközy visitait l'usine Faurecia de Caligny. Derrière lui, quelques ministres et des employés de plusieurs sites du groupe. A sa droite, discrète et presque hors-cadre, se trouvait une ouvrière de l'usine, en tablier blanc. Avant le discours du chef de l'Etat, la chaîne belge RTBF lui tend son micro, et le journaliste lui lance : "On m'a dit que vous avez été choisie sur un critère de taille. Est-ce que c'est vrai?" "Oui", répond cette femme. "Il ne faut pas être plus grand que le président?", insiste le journaliste. "Voilà", répond l'employée.

Celle-ci aurait donc été choisie pour sa "petite" taille, de même, on l'imagine, que les autres ouvriers présents à l'image, pour ne pas paraître plus grands que le chef de l'Etat. L'Elysée a réagi dimanche, qualifiant cette affirmation de "saugrenue" et "grotesque", démentant catégoriquement que tout consigne ait été donnée. Même réaction de la part de la direction de l'entreprise.

Mais un syndicaliste CFDT de Faurecia a assuré lundi que l'Elysée avait effectivement demandé que soient sélectionnés pour l'occasion des salariés de petite taille. "Nous avons la certitude, de source sûre et fiable, que cette exigence n'est pas sortie de la tête d'un responsable de Faurecia  et qu'il s'agit bien d'une requête venant de l'Elysée", a déclaré José De Sa Moreira, délégué syndical  central, dans une interview au site internet Rue89. Et un salarié de Faurecia souhaitant garder l'anonymat a lui aussi déclaré que le critère de taille "était une demande de l'Elysée". Présent lors du déplacement du président à l'usine de Caligny, il a évoqué l'existence "d'une liste de la direction avec le nom des personnes et leur taille". Le chef de l'Etat "était sur une tribune, il ne fallait pas que les gens derrière soient trop grands", a-t-il expliqué.

  Quoi qu'il en soit, le sujet fait désormais boule de neige. Benoît Hamon, porte-parole du PS, a dénoncé lundi  la "mise en scène complète" de la visite de Nicolas Sarkozy à l'usine Faurecia et le fait que cette "manipulation" n'ait été révélée que par la télévision belge et par aucune des télévisions françaises sur place. Mais selon la RTBF, la question de la taille n'était qu'un élément parmi d'autres : pour cette visite très cadrée, tout avait été "mis en oeuvre pour ne pas laisser de place à l'imprévu : des questions ciblées, une usine difficile d'accès pour éviter les manifestants et des employés d'autres sites sélectionnés sur casting", a ajouté la chaîne belge.

Pour Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail et membre du Parti socialiste, "le problème ce n'est pas la petite taille des ouvriers choisis pour être derrière Sarkozy, c'est surtout la 'répétition', le casting, la mise en scène effectuée avec les figurants amenés artificiellement alors qu'ils ne sont pas de l'usine. On les voit bel et bien venir et descendre en car spécial. Ils sont déjà tous habillés en blouse blanche toutes marquées Faurecia dans le dos".

LCI.fr - 07 septembre 2009

23:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un couple jugé pour avoir empoisonné ses enfants

Boulevard Rabatau à Marseille.jpg
L'immeuble où ils vivaient Bd Rabatau à Marseille 8ème
(Cliquez sur la photo)

Ce dimanche 18 septembre 2005 à , Mélissa, 8 ans, et son frère Jason, 7 ans, mangent avec réticence leurs cannellonis. Les pâtes à la viande ont un goût amer. Les enfants ne finissent pas leurs assiettes, mais le mal est fait. Ils succombent dans la nuit à un puissant cocktail de cinq médicaments à base d’anxiolytiques.

Leurs assassins présumés, leur mère Marie-Hélène Martinez, 29 ans, et leur beau-père, Jean-Paul Steijns, âgé de 39 ans, comparaissent à partir de ce matin devant la cour d’assises des Bouches-du-, à Aix-en-Provence. Le mobile de ce double infanticide est effroyable.

Expulsé de leur logement et englué dans des difficultés financières inextricables, ce couple fusionnel aurait voulu se débarrasser des enfants pour démarrer une nouvelle vie. Détenu depuis quatre ans, Jean-Paul Steijns reconnaît avoir empoisonné Mélissa et Jason avec son épouse. Libre sous contrôle judiciaire, Marie-Hélène Martinez nie. Tous deux risquent la prison à vie.

 Drogués aux médicaments pendant des mois

Jean-Paul rencontre Marie-Hélène en 2000 dans le restaurant où travaille la jeune mère de famille. C’est le coup de foudre. Il vient déjeuner pendant un an pour voir la serveuse, subjuguée de son côté par l’image de réussite et le train de vie de ce client. Ses généreux pourboires achèvent de la séduire. Ils se marient en mai 2003. Affabulateur invétéré, Jean-Paul ment depuis le début sur sa situation réelle. Cet homme diplômé et intelligent soutire depuis des années de l’argent à son entourage, détourne les fonds d’une entreprise de fruits et légumes, monte des escroqueries au . Dès 2003, ce mythomane, qui s’est construit l’image d’un personnage aisé et fascinant, se retrouve désœuvré.
Chaque matin, il quitte leur domicile en faisant croire qu’il rejoint un lieu de travail imaginaire. Le couple visite de luxueuses villas qu’ils n’ont pas les moyens d’acheter. Jean-Paul cache la vérité à sa femme mais il l’aime. Il s’occupe de Mélissa et de Jason, qui l’appellent « papa », assurant leur parfaite éducation pendant l’année où ils sont retirés de l’école.

La famille vit en vase clos et la mère empêche le père biologique des enfants d’exercer ses droits de visite. Juin 2005 marque sans doute un basculement dans l’avenir du couple. Ils n’ont plus d’argent et vont être expulsés. Le père de Mélissa et de Jason risque de récupérer la garde. Pour Marie-Hélène, l’idée est insupportable. Le 19 octobre, un huissier se présente chez eux. L’appartement est vide.

Le cadavre d’un nouveau-né est découvert sur le balcon. Interpellé le lendemain, Jean-Paul Steijns indique que les corps de Mélissa et de son frère se trouvent dans une voiture garée depuis un mois dans un box. Les expertises confirment l’empoisonnement. Elles révèlent aussi que les victimes ont été droguées aux médicaments pendant des mois. Le beau-père se dit sidéré par cette nouvelle.

Lui qui a d’abord assumé seul les faits finit par impliquer sa femme : le samedi 17 septembre 2005, elle lui aurait expliqué que la seule solution pour repartir à zéro était de sacrifier les enfants.

« M. Steijns s’y est opposé, indique son avocat, Me Fabien Perez. Le dimanche, ils ont commis cette horreur. Cette femme, pour laquelle il conserve des sentiments, l’a toujours mené par le bout du nez. Il avait peur de la perdre. » Marie-Hélène, elle, affirme avoir découvert le décès des enfants après un coma médicamenteux de quarante-huit heures, thèse contredite par les expertises. « Le mari a toujours été manipulateur », relèvent Mes Mudry et Collard, conseils de l’accusée qui plaideront l’acquittement. Quant au nouveau-né, l’enquête n’a pas permis de déterminer s’il avait été tué. Le verdict est attendu vendredi.

Le Parisien - 07.09.09 

20:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Bonne chance pour Dylan, l'enfant martyr

Privé d'école depuis toujours, Dylan, l'enfant martyr découvert en mars à Millau (Aveyron), a fait sa première rentrée. RTL révèle que le petit garçon est désormais scolarisé en secret.

Il vit dans une famille d'accueil dans les environs de Millau.

 Le garçon de 7 ans vivait enfermé dans une chambre-prison sans toilettes et aux volets toujours clos.

 Ses parents, sa grand-mère et l'un de ses voisins ont été mis en examen. Le procès devrait s'ouvrir en octobre à Rodez.

 Les experts psychiatres qui l'ont examiné ont conclu que l'enfant, intelligent, aurait certainement du mal à se remettre de son traumatisme.

Le parisien - 07.09.09

19:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les Maghrébins se battent avec les Turcs: un Comorien poignardé!

Un déferlement de violence né, semble-t-il, du simple vol d'un autoradio il y a deux mois. Dimanche soir, en plein centre ville du Pontet, une localité située au nord d'Avignon, des jeunes de la communauté magrébine s'en sont pris à d'autres jeunes d'origine turque. L'altercation a fait un mort, un jeune homme d'origine comorienne de 22 ans. Absolument pas mêlée à la querelle, la victime a tenté de s'interposer entre les combattants et a été poignardée en dessous du cœur. Il a succombé à ses blessures à l'hôpital. Deux frères qui cherchaient également à séparer les belligérants ont été grièvement blessés à coups de battes de base-ball et de couteau.

Selon le maire UMP, la dispute n'est pas d'origine communautaire, les jeunes avaient, semble-t-il, décidé d'en découdre pour une histoire de vol d'autoradio. Mais «on m'a dit que les tensions étaient vives depuis le vol de l'autoradio. Dimanche, le ton est monté: c'est le ramadan, il fait chaud, ils se sont énervés», a déploré Alain Cortade. La bagarre s'est alors transformée vers 18h30 en bataille rangée impliquant une centaine de personnes dans la rue principale du Pontet. Les gendarmes ont été dépêchés sur place immédiatement et ont été renforcés par un escadron de gardes mobiles mais la nuit a été calme.

«Je suis très déçu, on fait beaucoup social (sic). Si c'est vraiment pour une simple histoire d'autoradio volé, c'est terrible », regrette Alain Cortade. Le maire réunit lundi matin la police, le médiateur et les présidents des diverses associations des deux communautés pour «faire en sorte qu'il n'y ait pas de représailles». «Je veux du calme dans ma ville».

Une communauté d'origine turque forte d'environ 1.500 personnes vit au Pontet, ainsi qu'une importante communauté maghrébine essentiellement d'origine marocaine. Il y a trois ans, une bagarre similaire avait déjà éclaté cette fois au sujet d'une femme.

Le Figaro - 07.09.09

19:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le droit de vote à 16 ans

L'Union nationale lycéenne (UNL) lance une campagne dans ce sens. Qu'en pensez-vous ?

L'Union nationale lycéenne s'engage pour le droit de vote dès 16 ans, comme cela se fait en Autriche. Le principal syndicat lycéen estime qu'on ne peut pas considérer les jeunes comme pénalement responsables à partir de cet âge et leur interdire de s'exprimer lors des grands scrutins nationaux.

«On constate que les jeunes aujourd'hui savent se mobiliser, réfléchir ensemble, que les jeunes de 16 ans sont responsables pénalement mais ne peuvent pas s'exprimer dans les grands débats publics en France», a déclaré lundi à l'Associated Press le président de l'UNL, Antoine Evennou, à l'occasion de l'annonce de cette campagne.

Le Figaro - 07.09.09

Pour faire voter les jeunes des cités!

19:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Tamara de Lempicka (1898-1980)

Kizette en rose.jpg
Kizette en rose (1926)
(Cliquez sur le tableau pour l'agrandir)
 
Portrait de sa fille par Tamara de Lempicka

03:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

JEUX - Qui suis-je?

 Ici, l'accouchement arrive avant la grossesse; l'adolescence avant l'enfance; la course avant la marche; l'écriture avant la lecture; l'arrivée avant le départ... et l'oeuf avant la poule!

 Qui suis-je?

 

 

 

02:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

06/09/2009

VIDEO Sarközy: le bidonnage de la visite d'usine!

http://www.dailymotion.com/video/xae507_sarkozy-le-bidonn...

23:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)