Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2009

Un keffieh palestinien pour Benoît XVI

610x.jpg
Le pape avec le keffieh.jpg
Au Vatican, le 22 avril 2009
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
Un groupe de jeunes Palestiniens, originaires de Bethléem, a offert un keffieh noir et blanc au pape Benoît XVI, qui a brièvement mis sur ses épaules ce symbole du peuple palestinien, mercredi à l'issue de l'audience générale place Saint-Pierre au Vatican.

Un jeune homme et une jeune fille, membres d'une délégation de 27 pèlerins venus d'une paroisse de Bethléem, en Palestine, ont remis le grand foulard noir et blanc au pape lorsque celui-ci leur a serré la main.

Benoît XVI se rendra en Jordanie et en Israël du 8 au 15 mai. Une étape est prévue à Bethléem le 13 mai.

(Dépêche AFP - Blog  ACTU VUE PAR JSS)

Le Vatican et la Ligue arabe ont signé jeudi 23 avril 2009 un accord de coopération politique et culturel "en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité régionale et internationale", a indiqué le Vatican.

L'accord, qui entre en vigueur immédiatement, a été paraphé par le ministre des Affaires étrangères du Vatican, Mgr Dominique Mamberti, et le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a précisé le Vatican dans un communiqué.

L'accord renforce "les liens de collaboration existants entre le Saint-Siège et la Ligue arabe, spécialement au niveau politique et culturel, en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité régionale et internationale", dit le Vatican.

M. Moussa sera reçu vendredi après-midi par le pape Benoît XVI, a indiqué jeudi le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

Cet accord a été signé peu avant le premier voyage du pape en Jordanie et en Israël du 8 au 15 mai. (belga/th)
 (7 sur 7 - 23/04/09)

00:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

15/05/2009

Darcos envisage des portiques de détection des métaux, mais...

Darcos collège fenouillet.jpg
Le ministre Darcos le 15 mai devant le collège François-Mitterand à Fenouillet, dans la banlieue de Toulouse
(Cliquez sur la photo)

Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos, en visite au collège de Fenouillet (Haute-Garonne) où une enseignante à été grièvement poignardée vendredi, a envisagé l'installation de portiques de détection de métaux devant certains établissements.

"Nous sommes en face d'un fait divers grave, face auquel il faut chercher des solutions, mais nous ne sommes pas en face d'un problème structurel", a déclaré M. Darcos après s'être entretenu avec les enseignants et les parents d'élèves du collège François Mitterrand.

"Est-ce que nous sommes capables d'empêcher que des armes par destination puissent entrer dans les établissements?", a demandé M. Darcos.

Il a a annoncé l'organisation mercredi d'une réunion des services du ministère "avec les responsables des établissements que sont les départements et les régions".

Il s'agit, a-t-il dit, "d'examiner toutes les solutions possibles: on peut imaginer dans certains établissements des portiques, des systèmes de fouille. Nous verrons. Les collectivités territoriales estimeront peut-être que dans certains établissements, c'est une réponse possible".

Il a par ailleurs annoncé que le recteur et l'inspecteur d'académie de Haute-Garonne reviendraient lundi au collège de Fenouillet pour faire "un diagnostic". Si "cet établissement n'a pas de difficultés particulières, il y a un public scolaire qui se dégrade un peu", a-t-il dit.

"Cet établissement de 600 élèves est très bien doté. Vous ne réglerez pas avec un demi-poste de surveillant de plus le fait qu'un enfant de 13 ans arrive avec un couteau pour frapper un professeur alors qu'on n'a aucun signalement de violence", a-t-il souligné.

AFP. 15/05/09

Cet élève de 13 ans a beaucoup de force et une certaine expérience des couteaux, semble-t-il...

 

20:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Un collégien de 13 ans poignarde sa prof

I - Un élève de 13 ans a agressé vendredi matin sa professeure, la blessant légèrement d'un coup de couteau, dans une salle de classe du collège François-Mitterrand à Fenouillet, près de Toulouse, a-t-on appris auprès de l'inspecteur d'académie du département.

  Le collégien, en classe de 5e, "avait été puni la veille et a attendu que l'enseignante soit dans sa classe ce matin (vendredi 15 mai) pour lui donner un coup de couteau de cuisine" au torse, a dit à l'AFP l'inspecteur d'académie, Jean-Louis Baglan, qui s'est rendu sur place.

L'enseignante, âgée de 32 ans, professeur de mathématiques en poste depuis 3 ans à Fenouillet, "souffre d'une plaie superficielle et a été soignée par le Samu" avant d'être conduite à l'hôpital Rangueil de Toulouse, a ajouté M. Baglan, précisant que "les poumons n'ont pas du tout été touchés".

L'élève n'est pas "spécialement connu pour des problèmes de comportement", a dit M. Baglan, précisant que l'établissement scolaire de Fenouillet était considéré comme "un collège tranquille" de la banlieue de Toulouse.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la punition infligée jeudi au collégien de 13 ans par sa professeure était "liée à son travail en classe, pour un corrigé de devoir non rendu", a dit l'inspecteur.

"Cet enfant, d'un milieu modeste, avait quelques difficultés d'apprentissage mais n'était pas repéré comme un enfant violent", a indiqué de son côté le principal du collège, Serge Blanc.

Le collégien a été entendu par les gendarmes puis "remis à la brigade des mineurs de la gendarmerie", a précisé le principal.

AFP. 15/05/09

.............................................................................................................................................................

2 - L'enseignante blessée d'un coup de couteau vendredi matin par un élève de 13 ans dans un collège de Fenouillet (Haute-Garonne) a été opérée dans la journée pour une hémorragie interne mais ses jours ne sont pas en danger, a-t-on appris auprès du rectorat de Toulouse.

  Le premier diagnostic de la blessure de l'enseignante, Véronique Adès, professeur de mathématiques de 32 ans, faisait état vendredi matin d'une "plaie superficielle". "Après les premières constatations du Samu, des investigations complémentaires à l'hôpital de Toulouse-Rangueil ont révélé une hémorragie interne d'une artère du thorax", a déclaré à l'AFP Michel-Paul Montredon, porte-parole du recteur de l'académie de Toulouse.

L'enseignante blessée, a ajouté le porte-parole, se trouvait en fin d'après-midi en salle de réveil après son opération à l'hôpital de Rangueil.

"Le pronostic vital n'est pas engagé mais les blessures sont plus importantes que le diagnostic initial", a souligné M. Montredon, présent sur place au collège de Fenouillet où le ministre de l'Education était attendu en fin d'après-midi.

"Le ministre (Xavier Darcos) envisageait de lui rendre visite mais tout cela reste conditionné à l'aval du corps médical", a indiqué M. Montredon.

AFP. 15/05/09

Collège françois- mitterrand.jpg

Le collège François-Mitterrand à Fenouillet le 15 mai 2009
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

20:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Plainte déposée contre le Pape "coupable de recel" dans les caves du Vatican

“Itamar Ben Gvir et Baroukh Marzel, militants du « Ihoud Leoumi » ont annoncé leur intention de porter plainte contre le Pape Benoît XVI, en tant que responsable de l’Eglise, « pour les objets du Temple volés par les Romains lors de la destruction du deuxième Temple et qui seraient encore conservés aujourd’hui dans les caves du Vatican ».


Dans la lettre qu’ils présenteront au Tribunal de Paix du District de Jérusalem, est mentionnée toute une série d’objets et d’ustensiles du Temple, et parmi eux la célèbre Menorah à 7 branches (Candélabre), la Table des Pains de Proposition, l’Autel des Encens, l’Autel en or des sacrifices etc. A noter qu’il ne s’agit pas là d’une initiative due à un petit groupe d’activistes politiques. Sur la lettre de plainte, ont signé d’éminentes personnalités religieuses, et rien moins que les deux Grands Rabbins d’Israël, Rav Shlomo Amar et Rav Yona Metzger, ainsi que le Rav Israël Ariel, Directeur de l’Institut du Temple.


Les requérants affirment détenir des documents qui attesteraient que ces objets, ou une partie d’entre eux au moins, sont secrètement conservés depuis l’époque dans les fameuses caves du Vatican. Mais la liste ne s’arrête pas là. Ben Gvir et Marzel prétendent que le Vatican détient également près de 7500 ouvrages de la littérature religieuse juive, tels des exemplaires du Talmud, de l’œuvre de Maïmonide et des ouvrages de philosophie juive. Ils affirment qu’une partie de ces livres a même été exposée à plusieurs reprises dans des expositions internationales.


Pour Ben Gvir et Marzel, « le Pape, ainsi que d’autres hautes personnalités du Vatican sont tout simplement coupables de recel, et doivent remettre au Peuple juif le patrimoine qui lui a été volé ».


En plus de la plainte portée contre la Pape, Ben Gvir et Marzel veulent obtenir une interdiction de sortie du territoire à l’encontre de Benoît XVI jusqu’à ce que les Tribunaux aient prononcé leur verdict sur cette question !


Ces requêtes n’ont aucune chance d’être acceptées, car elles touchent à des domaines trop sensibles des relations internationales, et judéo-chrétiennes en particulier. Mais elles ont le mérite d’avoir été déposées, au moment où le représentant de l’Eglise Catholique, qui a un passif si lourd envers le peuple juif, se rend en Israël avec toute une série de revendications concernant des biens que l’Eglise demande à Israël de lui céder, notamment dans le domaine foncier.”
__________________

*Article extrait du journal israélien Actu.co.il

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Les rapport parents-enfants-enseignants ont bien changé..

RAPPORT PARENTS-ENFANTS-ENSEIGNANTS.JPG
(Cliquez sur l'image pour la voir en totalité et l'agrandir)

01:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'Annonciation - Pèlerins à Nazareth

Annonciation XXX.jpg
L'Annonciation - Fra Angelico (vers 1430)
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
Pèlerins à Nazareth 14 mai 2009.jpg
Nazareth - 14 mai 2009

00:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

14/05/2009

Le chat "Hitler"

Chat hitlérien.jpg
(Photo non retouchée)

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Le Parlement italien criminalise l'immigration clandestine

Berlusconi 14 mai 09.jpg

Le gouvernement de droite de Silvio Berlusconi a remporté mercredi 13 mai un vote de confiance du Parlement sur un projet de loi controversé instaurant un tour de vis dans la lutte contre l'immigration clandestine, qui devient désormais un délit passible d'une importante amende.

316 députés ont voté pour et 258 contre ce texte, alors que l'Italie est critiquée en Europe pour avoir refoulé à deux reprises ces derniers jours des embarcations chargées de clandestins vers la Libye, sans même offrir la possibilité aux candidats à l'entrée sur son territoire de déposer une demande "d'asile politique".

Le projet de loi prévoit ainsi que l'entrée ou le séjour illégaux sur le territoire italien deviennent un délit et soient passibles d'une amende de 5 000 à 10 000 euros.

Le séjour des immigrés clandestins dans les centres d'identification et d'expulsion passe de deux à six mois tandis que les personnes louant un logement aux clandestins ou les hébergeant risquent jusqu'à trois ans de prison.

Les mesures de lutte contre l'immigration font partie d'un projet de loi plus vaste, sur la sécurité en général, prévoyant deux autres votes de confiance, sur la microcriminalité dans les villes et la lutte contre la mafia. Le document devra ensuite passer au Sénat qui doit le voter dans les mêmes termes pour qu'il entre en vigueur.

Les autres mesures de cette loi controversée et à laquelle même certains élus de droite étaient opposés, raison pour laquelle le gouvernement a dû demander un vote de confiance, prévoient, entre autres, un «registre des sans-abri» qui seront fichés par le ministère de l'Intérieur.

Le Figaro - 14 mai 2009

VIVA ITALIA !

19:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Dieudonné a déposé sa liste anti-sioniste au ministère de l'Intérieur

Dieudonné a déposé mercredi au ministère de l'Intérieur son unique liste "anti-sioniste" pour les européennes du 7 juin en Ile-de-France.

"Tout le monde a bien compris que la politique actuelle était paralysée par une mafia. Nous sommes là pour libérer la France de cette mafia. Donc nous irons jusqu'au bout de ce combat", a déclaré Dieudonné.

"Je crois que notre combat est important ici, indispensable. C'est pour cela que nous le mènerons jusqu'au bout. Nous avons d'ores et déjà gagné de toute façon", a-t-il dit.

Dieudonné était venu avec les principaux membres de sa liste à bord d'un bus avec lequel ils entendent mener campagne. Leur véhicule a été stoppé par la police à quelques centaines de mètres du ministère de l'Intérieur, qu'ils ont finalement rejoint à pied.

Lui et ses partisans estiment avoir déjà atteint leur objectif, notamment médiatique, après la polémique déclenchée par le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, qui a évoqué la possibilité de faire interdire la liste de Dieudonné, qu'il a qualifiée "d'antisémite".

"Aujourd'hui beaucoup de gens qui n'ont jamais fait l'effort de prendre leur carte d'électeur, pensent que les élections ne servent à rien. Ce sont des jeunes. On a un gros potentiel et ce n'est pas "one shot". On ne va pas s'arrêter aux européennes. Ce n'est que le début du combat. Nous sommes entrés en résistance", a de son côté déclaré l'essayiste polémiste et ex-membre du Front national Alain Soral.

 AFP. 13/05/09

02:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (32)

Le Pape face au cri des enfants du camp d'Aïda, à Bethléem

pape-camp_article.jpg
Grillages, barbelés, mirador et mur de séparation - 13 mai 2009
Pape enfant-camp_article.jpg
Enfants du camp d'Aïda - 13 mai 2009
Au pied du mur de séparation, Benoît XVI a passé une heure mercredi 13 mai au coeur du camp de réfugiés palestiniens d’Aïda. À cette occasion, le président Abbas a lancé un appel direct aux Israéliens pour la paix

Sofia a 16 ans, de grands yeux verts. Pour l’occasion, elle a mis une magnifique robe traditionnelle palestinienne, rouge et or. Sofia danse devant Benoît XVI, dans la cour de l’école des Nations unies. Que voudrait dire au Pape cette jeune Palestinienne, née ici, dans le camp d’Aïda ?

« Que nous sommes des enfants, et que nous voulons avoir la même vie que les enfants du monde entier. » Sofia regarde ensuite le mur, construit par les Israéliens, qui se dresse, avec son imposant mirador, à quelques mètres de l’école qui accueille le pape. Cette école qui accueille Benoît XVI se trouve tout près du check-point. Plusieurs fois détruite, elle est devenue l’un des endroits les plus dangereux du camp.

Sofia ne connaît pas la terre de sa famille, en Israël, de l’autre côté de Jérusalem : « Je ne peux pas y aller. Je veux être journaliste, pour pouvoir raconter », affirme-t-elle avec ses grands yeux décidés. Son amie préférerait, elle, devenir ingénieur : « Oui, pour construire des maisons. »

« Nous voulons leur montrer qu’il y a un avenir possible, explique Mokacem, leur maître de danse, que l’on peut sortir des idées toutes faites sur la violence et l’horreur. » La musique mélange Beethoven, puis le son du muezzin et des battements de cloche : « Pour montrer que nous pouvons vivre ensemble, musulmans et chrétiens. »

Devant le pape, les jeunes danseurs virevoltent, portant au-dessus de leurs têtes des clés géantes, symboles, pour les réfugiés, des maisons perdues. La famille de Mokacem est dans l’autre camp, celui de Deiheisha, où Jean-Paul II s’est rendu en 2000.

« La visite du Pape, les vieux nous en ont parlé pendant longtemps, c’est important », explique le jeune homme, musulman comme tous les habitants du camp. Mokacem n’attend rien de « magique » de la venue de Benoît XVI. Simplement, le geste lui fait plaisir : « Un homme aussi grand dans la religion, qui prend de son temps pour venir nous voir, c’est une marque de respect et une chance, on lui montre un peu de notre vie et de ce que l’on est. »

À quelques mètres de là, tout contre le mur, Sofia montre l’emplacement de la première estrade, celle que les responsables du camp avaient d’abord prévue pour le pape, et qu’ils ont dû enlever, à la demande des Israéliens, car elle était trop "collée" au mur... L’emplacement est cependant resté, symbolique, avec ces quelques mots « Welcome Pope in Aida camp ».


Les témoignages se succèdent devant le pape, dans ce pauvre décor, détaillant les difficultés de la vie au camp. Benoît XVI écoute, attentif, touché. Entre deux saynètes avec des enfants, un responsable cite le poète Mahmoud Darwich : « Nous ne voulons plus être des victimes, mais seulement des gens ordinaires. »

Des ballons noirs, portant le nom des villages rasés en 1948 à la création de l’État d’Israël, sont lâchés. Abirtad, une croix autour du cou, brandit le portrait de son mari, Fadi, 29 ans, arrêté par l’armée israélienne il y a trois mois. « Nous ne savons même pas quelles sont les charges retenues contre lui. Peut-être que le pape peut nous aider », veut-elle croire. Puis Benoît XVI a échangé quelques mots avec deux familles de prisonniers palestiniens...
Isabelle DE GAULMYN et Karim LEBHOUR, à Bethléem


La-Croix.com - 13 mai 2009
En cage comme des animaux...

00:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

13/05/2009

"Welcome Pope in Aida Camp"

Camp de Aîda Welcomme Pope.jpg
Dans le camp de Aïda - 13 mai 2009
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

A Aïda, Benoît XVI a parlé dans la cour d'une école dominée par un tronçon en béton, haut de huit mètres, de la "barrière de séparation" qui empiète sur les terres palestiniennes...

Après avoir vu la "barrière de séparation" de près, il a affirmé avant de quitter Bethléem que les murs "peuvent être abattus".

"Il est d'abord nécessaire d'ôter les murs construits autour de nos coeurs, les barrières érigées contre nos voisins" a insisté le Pape, qui "attend ardemment de voir se réaliser la paix et la réconciliation dans ces terres tourmentées".

Quelque 4.600 réfugiés, originaires de 43 villages rasés par les forces israéliennes lors de la création de l'Etat hébreu en 1948, s'entassent dans le camp d'Aïda.

AFP. 13/05/09

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'enquête sur le meurtre de Jonathan Coulom (10 ans et demi) est relancée

Guérande - 2tang près du manoir de Porte Calon.jpg
L'étang de Porte-Calon où été retrouvé le corps de Jonathan - le manoir de Porte-Calon a été aménagé en logements et galerie d'art 

Depuis plus de cinq ans, l’enquête sur l’enlèvement et le meurtre de Jonathan Coulom, 10 ans et demi, est dans l’impasse. Le petit garçon avait disparu dans la nuit du 6 au 7 avril 2004 d’un centre de vacances de Saint-Brévin-les-Pins où il séjournait pendant une classe de mer.

 

Son corps entravé et lesté d’un parpaing avait été retrouvé dans un étang le 19 mai 2004 à Guérande.


Récemment, la juge d’instruction du tribunal de Saint-Nazaire, Aline Bironneau, s’est rendue en Allemagne avec des enquêteurs gendarmes. La piste d’un tueur en série allemand avait déjà été évoquée avant d’être écartée, elle est de nouveau d’actualité. Un nouveau témoignage recueilli sur le site Internet ouvert l’an dernier accrédite la thèse de la présence d’une berline avec des plaques d’immatriculation d’outre-Rhin à proximité du manoir de Porte-Calon, à Guérande, au moment des faits.

Ils sont toujours onze gendarmes à enquêter sur le meurtre de Jonathan. Officiellement, ce déplacement ces jours derniers de la juge et des enquêteurs fait partie des « échanges réguliers pour faire le point » avec les officiers du bureau de la police criminelle allemande, qui avaient alerté leurs homologues français à l’époque sur des similitudes entre l’affaire Jonathan et un tueur d’enfants en Allemagne.
Un tueur qui sévit depuis les années 1990 et pénètre à chaque fois dans des lieux clos, comme des internats, des centres de vacances ou des campings pour enlever de jeunes garçons avant de les abuser. Un homme qui a déjà tué au moins à quatre reprises dans son pays. Un homme prudent utilisant toujours gants et masque, qui a commis ses crimes lors des congés scolaires. Le déplacement de la juge a été l’occasion de « rencontrer les autorités judiciaires locales », confirme la gendarmerie.

La date de la mort était erronée

« Cette piste allemande n’a jamais été abandonnée », insiste encore la gendarmerie qui travaille aussi « sur le tueur de proximité ». Car pour dissimuler le corps dans l’étang du manoir de Guérande, il faut bien connaître les lieux, car cette pièce d’eau n’est pas visible de la route. Le corps du petit Jonathan y avait été retrouvé entravé de liens pouvant laisser penser qu’il s’agissait de noeuds marins. La région regorge de ports de pêche ou de professionnels de la mer. Des noeuds sans doute réalisés par un gaucher d’après les experts.
Mais surtout, les gendarmes de la cellule "Jonathan" ont dû reprendre presque de zéro le travail d’enquête initial, car il était fondé sur une chronologie erronée de la mort de l’enfant. Jonathan aurait été tué bien plus tôt que ce que les premières expertises avaient révélé, laissant entendre que le petit garçon avait été séquestré pendant plusieurs semaines.
Le parisien.fr - 10 mai 2009
Un tueur isolé ou un réseau pédophile bien protégé?

 

02:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Benoît XVI: sa biographie en images

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Dossiers/pape/slides... 

AFP_ratzingerEnfant.jpg
Joseph Ratzinger âgé de cinq ans (1932)
AFP ratzinger1951 avec son frère georg ordination.jpg
Avec son frère Georg (g) lors de leur ordination le 29 juin 1951 à Freising (Bavière)

02:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

12/05/2009

Pêcheurs du soir aux Lecques

LES LECQUES 11 MAI 2009 PHOTO 2.JPG
Plage des Lecques (Var) - 11 mai 2009
(Photo EB)
Cliquez sur la photo pour l'agrandir

02:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Découverte exceptionelle d'un papyrus hébraïque vieux de 2000 ans

Papyrus hébraïque 2000 ans.jpg

Cette découverte a été rendue possible grâce à une opération spéciale de l’office de répression de la contrebande d’antiquités de l’Autorité Nationale des Antiquités avec le concours d’une unité de commandos de la Police des frontières.

Il s’agit d’un document très ancien, écrit sur un parchemin de type papyrus, en caractères hébraïques antiques propres à l’époque du Second Temple. Ce style très caractéristique d’hébreu primitif a été identifié principalement sur les Manuscrits de la mer Morte. Le papyrus n’est pas entier. Il a sans doute été roulé pendant de très longues années et conservé dans des conditions inadéquates ce qui a entraîné l’érosion de sa partie extérieure. La partie qui a été sauvée est d’une dimension de 15 sur 15 centimètres. Le texte qui en résulte est composé d’une quinzaine de lignes, écrites de droite à gauche. La première ligne est particulièrement claire. On peut y décrypter l’inscription suivante : « l’an 4 après la destruction de la Maison d’Israël ». Cette référence permet de supposer qu’il s’agit sans doute de l’an 74 de l’ère chrétienne si l’auteur de ces lignes évoquait la destruction du Second Temple de Jérusalem par Titus en 70.

Une autre éventualité serait que la référence soit celle de l’écrasement de la Révolte de Bar Kohba dans le désert de Judée, à Massada quelques années plus tard, en l’an 135, ce qui daterait ce papyrus de l’an 139. On peut par la suite déceler le nom d’une femme, Myriam fille de Jacob ainsi que le nom Massalav, qui semble être le nom de son lieu de résidence. Il s’agit sans doute de la localité antique de Salavim. D’autres noms propres – prénoms et noms de famille apparaissent par la suite dans ce manuscrit qui semble être un document juridique traitant de la renonciation d’une veuve sur certains de ses biens.

Amir Ganor, le chef l’office de répression de la contrebande d’antiquités de l’Autorité Nationale des Antiquités d’Israël a déclaré que cette découverte revêtait une importance nationale, scientifique et historique.

Il s’agit en effet de la première fois qu’un document fait expressément référence à la destruction du Royaume d’Israël au début de l’ère chrétienne par l’Empire romain. « Nous sommes en présence d’un témoignage rare de la présence du peuple d’Israël sur sa terre il y a deux mille ans avant qu’il ne se soit dispersé pour un long exil jusqu’à sa rédemption avec la création de l’Etat d’Israël » a-t-il déclaré.

 L'écho d'Israël  09/05/09- Source : Ambassade d’Israël à Paris

01:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Une rescapée de l'Holocauste juge Benoît XVI et ne le trouve pas sympathique

Autre témoignage sur le pape.jpg
Une rescapée, Sarah Montard, chez elle à Tremblay-sur-Mauldre (Yvelines)
A l’époque où Joseph Ratzinger était dans les Jeunesses hitlériennes, Sarah Montard, d’un an sa cadette, vivait cachée sous un faux nom avec sa mère, couturière dans une petite chambre du XIème arrondissement parisien. Jusqu’à ce matin du 24 mai 1944 où la police française, sur dénonciation des voisins, est venue arrêter ces deux femmes juives d’origine polonaise.
Après cinq jours à Drancy, Sarah et sa mère sont expédiées dans « le convoi du 30 mai 1944, n°75 », direction Auschwitz-Birkenau. Soixante-cinq ans après, l’octogénaire n’a pas oublié ce que lui ont dit les gardiens à son arrivée : « Ici, on entre par la porte ; on sort par la cheminée. » Après un passage au camp de Bergen-Belsen où elle se souvient « avoir souri à Anne Frank », elle sera « libérée par les Anglais le 15 avril 1945 » et retrouvera sa mère saine et sauve.

De sa maison du Tremblay-sur-Mauldre, près de Montfort-l’Amaury (Yvelines), Sarah suit avec beaucoup d’intérêt le voyage de Benoît XVI en Terre sainte à travers les journaux télévisés. Et apprécie qu’il s’entretienne avec les deux parties, « Israéliens et Palestiniens ». Tout en rappelant que « le pape est allemand », elle souligne : « Je n’ai pas la haine du peuple allemand mais celle des Nazis », et se dit « traumatisée par le silence de Pie XII pendant la guerre ». « La béatification, c’est une récompense. Je ne sais pas si Pie XII la mérite », soupire cette grand-mère, qui voit dans la visite de Benoît XVI à Yad Vashem un signe positif : « Aller au Mémorial de la Shoah signifie peut-être qu’il veut rattraper l’erreur qu’il a commise en levant l’excommunication de Williamson ».

Le pape actuel n’a pour autant pas sa sympathie : « Je le trouve un peu rétrograde, pas aussi ouvert que l’était Jean-Paul II… »

Leparisien.fr - 11 mai 2009
 

00:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

11/05/2009

Ce que Elie Bankhalter pense de Benoît XVI

Juif à Paris parle du pape.jpg
Elie Bankhalter, un juif parmi d'autres

Père de deux étudiants, Elie Bankhalter, 52 ans, attend avec intérêt la visite de Benoît XVI en Terre sainte. Mais ce juif « pas très pratiquant », qui habite avec son épouse à Clamart (Hauts-de-Seine), fait aussitôt la moue : « Que le chef de l’Eglise catholique refuse de visiter le musée du Mémorial de Yad Vashem au motif que la légende de la photo de Pie XII* ne lui convient pas, c’est très regrettable.

"J’y vois une forme de négationnisme. Ça donne l’impression que le pape fait un pas en avant et aussitôt un demi-pas en arrière." Et que pense-t-il de la béatification de Pie XII ? « Je ne comprends pas ce projet. Au moins, celle de mère Teresa en qui chacun voit un modèle de vie, est porteuse de sens », répond ce Francilien qui travaille dans le milieu du spectacle.

En tout cas, il s’interroge : « Jean-Paul II avait mis la barre très haut en demandant pardon au nom de l’Eglise pour les souffrances infligées au peuple juif. Benoît XVI saura-t-il aller encore plus haut ? » Tout en regrettant que « ce pape véhicule un certain nombre d’ambiguïtés qui jettent une part d’ombre sur un voyage lumineux », Elie apprécie que Benoît XVI se soit présenté comme un « pèlerin de la paix » au Proche-Orient...

* Cette légende fait état du silence de Pie XII lors de l’extermination des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Leparisien.fr - 11 mai 2009

 

23:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

Pour Marine le Pen, Dieudonné a le "droit de se présenter" même si elle ne partage pas ses convictions

Marine Le pen 11 mai 09.jpg

Marine Le Pen, vice-présidente du Front National, a affirmé lundi n'être "pas d'accord" pour une éventuelle interdiction des listes de Dieudonné aux Européennes, pour "des raisons de respect de démocratie", jugeant qu'il a "le droit de se présenter".

"Nous sommes dans un Etat de droit. Je ne veux pas laisser à un gouvernement quel qu'il soit le soin d'interdire a priori une liste quelle qu'elle soit", a estimé Mme Le Pen sur Canal +.

"Il y a des tribunaux dans notre pays, il y a des lois, il y a des inéligibilités d'ailleurs qui parfois sont prononcées, mais en aucun cas, un gouvernement ne peut dire "nous considérons que a priori vous n'aurez pas le droit de vous présenter", a jugé la député européenne sortante.

Et les lois contre l'antisémitisme? "Il faut les appliquer mais pour l'instant, elles ne s'appliquent pas à la liste de M. Dieudonné", a-t-elle répondu.

"Ils ont le droit de se présenter, a jugé Mme Le Pen "même si je ne partage pas leurs convictions".

Pour les Européennes où le FN avait fait quelque 9% aux dernières élections, Mme Le Pen compte faire "au moins aussi bien". "On va démontrer que nous sommes de retour", après une "séquence électorale difficile" aux législatives où "on nous a totalement enterrés", a-t-elle assuré.
AFP. 11/05/09

15:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Cinq policiers blessés à Villiers-le-Bel: "aucun jeune n'a été interpellé"

Cinq policiers ont été blessés samedi soir à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) par des projectiles lors de deux incidents distincts avec des jeunes, a-t-on appris dimanche auprès de la police et des pompiers.

Dans un premier temps, à 22H30, une trentaine de CRS qui effectuaient une patrouille boulevard Salavador-Allende, ont été pris à partie par une trentaine de jeunes encapuchonnés et encagoulés qui leur ont jeté des bouteilles de verre et des pierres, selon la police.

 Deux membres des forces de l'ordre ont alors été légèrement blessés, l'un au niveau de la pommette droite et l'autre au dessus de l'oreille gauche, blessure nécessitant deux points de suture. Un véhicule de police a été dégradé.

Dix minutes plus tard, à 22H40, d'autres agents, appelés pour "tapage nocturne", ont été encerclés, allée des Bleuets, par une centaine de jeunes qui leur ont lancé des bouteilles, des pavés et des éléments de barbecue, a-t-on expliqué de source policière.

Trois fonctionnaires ont cette fois été blessés. L'un d'eux, blessé à la cuisse, à l'épaule et au pied, a été transporté au centre hospitalier de Gonesse, où il s'est vu prescrire trois jours d'arrêt de travail. Deux véhicules de police ont été dégradés avec des vitres brisées.

Selon la police, vers 21H25, une trentaine de CRS avaient déjà été pris à partie par une trentaine de jeunes lors d'une patrouille sur la place du Midi. Les forces de l'ordre ont recouru à un tir de dispersion sans faire de dégâts ni de blessés.

Aucun jeune n'a été interpellé.

Leparisien- 10 mai 2009

01:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Des croix gammées sur la basilique de Saint-Denis

Une demi-douzaine de croix gammées ont été dessinées dans la nuit de vendredi à samedi sur plusieurs colonnes de la basilique de Saint Denis (Seine-Saint-Denis), a indiqué samedi soir le ministère de la Culture.

Dans un communiqué, la ministre de la Culture Christine Albanel a fait part de «sa très vive émotion et de son indignation».

«Elle condamne avec fermeté cet acte de vandalisme» et «prend toutes les mesures nécessaires pour que ces inscriptions intolérables soient retirées le plus vite possible», ajoute le texte.

 La majorité des colonnes dégradées avaient pu être masquées ou nettoyées en début de soirée, a-t-on précisé au ministère.

Leparisien.fr - 10 mai 2009

 

01:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)