Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2008

JÖRG HAIDER meurt dans un accident de voiture

Jörg HAIDER.jpg

Le chef du parti populiste autrichien BZÖ et gouverneur de Carinthie, Jörg Haider s'est tué samedi matin dans un accident de la route, a annoncé la police de Klagenfurt (sud).

"Le gouverneur de Carinthie et chef du BZÖ Jörg Haider est mort des suites d'un accident de voiture aux premières heures du jour samedi à Klagenfurt", a annoncé l'agence APA en citant le permanencier de la police municipale Friedrich Hrast.

Selon les premières indications, M. Haider, âgé de 58 ans, circulait seul à bord de sa voiture de service sur une route nationale au sud de la capitale de la Carinthie lorsque son véhicule a quitté la route pour une raison encore inconnue. Peu avant l'accident, il venait de doubler un autre véhicule dont la conductrice a alerté la police. M. Haider, dont la voiture a effectué plusieurs tonneaux après avoir quitté la chaussée, a été grièvement blessé à la tête et au thorax et est décédé peu après des suites de ses blessures, a encore indiqué la police.

Il devait participer samedi à une fête de famille en Carinthie à l'occasion du 90e anniversaire de sa mère.

"Pour nous c'est la fin du monde", a commenté le porte-parole et vice-président du BZÖ, Stefan Petzner à l'APA.

Lors des élections du 28 septembre dernier, Jörg Haider, qui avait repris la tête du parti populiste autrichien BZÖ fin août, avait réussi à hisser sa formation à la quatrième place de l'échiquier politique autrichien avec 10,7% des suffrages juste derrière l'autre parti d'extrême droite FPÖ de Heinz-Christian Strache qui a obtenu 17,5% des voix.

Jörg Haider n'avait pas exclu que son parti entre dans une coalition gouvernementale soit avec les sociaux-démocrates (SPÖ) en tête avec 29,3% ni avec les conservateurs (ÖVP, 26%). Lui-même avait indiqué qu'il resterait gouverneur de Carinthie, un poste qu'il occupait depuis 1999.

Le chef des sociaux-démocrates Werner Faymann avait cependant exclu toute coalition avec l'extrême droite.

Jöerg Haider avait surtout fait parler de lui en 2000 lorsque son parti de l'époque, le FPÖ dont il s'est dissocié en 2005 pour créer le BZÖ, était entré au gouvernement du chancelier conservateur Wolfgang Schüssel.

Les propos antisémites de Jörg Haider avaient alors entraîné des sanctions diplomatiques européennes contre l'Autriche pendant plusieurs mois.

AFP. 11.10.08

Les routes sont extrêmement dangereuses en Autriche pour certains...

Est-ce un accident de la route ou un meurtre déguisé?

Cet accident rappelle celui qui avait causé la mort de Jean-Pierre Stirbois, leader du Front National.

 

09:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (23)

Le Nouvel ordre financier mondial

Peter Mandelson.jpg
Peter Mandelson

Prison Planet, Paul Joseph Watson, 8 octobre 2008


    Les banquiers centraux du monde se réunissent cette semaine à Washington pour la conférence du FMI et de la Banque Mondiale, et on s'attend à ce qu’on lubrifie les rouages pour créer un mécanisme de gouvernance économique mondial, une patrouille de police économique mondiale, de facto une dictature financière, sous prétexte de prévenir le retour d’une crise financière.


    Peter Mandelson, le membre des Bilderberg récemment nommé Ministre des Affaires au Royaume-Uni, soutenait la semaine dernière que de nouvelles solutions globales sont nécessaires car « il n’existe guère de mécanisme mondial de gouvernance économique, » ajoutant : « C’est le moment d’un Bretton Woods pour ce siècle, » indique le Telegraph, en notant que « L’opinion est maintenant en train de s’affermir autour de la cause d’une nouvelle architecture mondiale faisant respecter les règles qui assurent que les leçons soient apprises. »


    Ceci fait suite à la proposition de créer un nouvel organe de l'UE pour réglementer les banques sur l'ensemble du marché financier européen.


    Les haut fonctionnaires de l'UE, notamment le commissaire de l'économie Joaquin Almunia, a déclaré que l'UE devrait avoir de plus grands pouvoirs pour réglementer les opérations des institutions financières en Europe et agir sur elles.


    Les médias influents géants, comme le Wall Street Journal, poussent à un « nouvel ordre mondial » afin de résoudre la crise, pendant que le Premier ministre britannique Gordon Brown en appelle à un « nouvel ordre financier mondial » pour remplacer les institutions créées après la Seconde Guerre Mondiale.


    Les "élitistes" sont encore à la hauteur de leurs vieux trucs, après tout, le léopard ne modifie jamais ses taches.


    Ils ont créé le problème follement irresponsable de la réserve fractionnaire bancaire [*], la bulle de la dette et la crise du crédit en gonflant sans cesse la masse monétaire, et maintenant, ils vont proposer leur solution à la crise : centraliser un peu plus le pouvoir économique mondial dans moins de mains.


    La nomination de l'ancien directeur général de Goldman Sachs à la supervision du renflouage, pour assurer que les banquiers se partagent entre eux le butin du plus grand fric-frac de l'histoire ne leur suffit pas. Ils veulent aller en "pension complète" et exploiter la crise qu'ils ont provoquée pour accélérer le programme balbutiant de gouvernement mondial, dont la meilleure part est cours d’élaboration depuis au moins 100 ans.



Original :http://www.infowars.com/?p=5151
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info


* NDT : Le principe de la réserve fractionnaire est la fameuse règle permettant à une banque de « prêter » un multiple de la « réserve » qu’elle « détient. »


alterinfo.org - 10 octobre 2008

01:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Dati et son "supposé"compagnon...

Dati et compagnon 2.jpg
Dati et son supposé compagnon.jpg
8000 € x 2 = 16 000 €!
Depuis une dizaine de jours, le site Shoot News, qui permet aux particuliers de mettre en vente leurs photos, propose deux photos de Rachida Dati avec "son supposé compagnon".

Datés du dimanche 28 septembre, ces clichés montrent la ministre de la Justice attablée à un restaurant avec un mystérieux inconnu, au café Costes "Le Coq", situé place du trocadéro, dans le 16ème arrondissement de Paris.

Chaque photo est à vendre pour la modique somme de... 8.000 euros!


Sur Le Post, le directeur de la société Shootnews explique pourquoi des photos de Rachida Dati, avec "son supposé compagnon", sont en vente sur son site au prix de 8.000 €.

Qui a pris ces photos?
"Deux citoyens reporters qui passaient par là. Ils ont pris les photos avec leur téléphone portable."

Qu'est-ce qui vous permet d'écrire dans la légende d'une des photos que l'inconnu, en face de Rachida Dati, serait "son supposé compagnon"?
"La légende le laisse entendre mais ne l'affirme pas. Je n'en ai aucune garantie  mais les photographes sont persuadés que cet homme est le père de l'enfant de Rachida Dati. Ils me l'ont dit quand je les ai rencontrés à Paris."

Comment peuvent-ils en être persuadés?
"Car Rachida Dati portait des lunettes de soleil, ce qui ne lui arrive quasiment jamais. Surtout, elle est arrivée au café bras dessus, bras dessous avec ce monsieur. Au moment où les deux citoyens reporters les ont vus et se sont approchés d'eux, les gardes du corps de la ministre ont tout fait pour les empêcher de prendre en photo madame Dati et l'homme qui l'accompagnait."

Ces photos ont-elles été achetées par des médias?
"Non pas encore. Mais j'ai reçu beaucoup d'appels. J'ai été contacté par le groupe de presse Prisma [qui édite notamment VSD, Gala et Voici, ndlr] qui était intéressé par ces photos mais ne les a pas achetées pour autant."

Pourquoi?
"J'ai l'impression que les médias font très attention. Avant d'acheter ces photos, les magazines people attendent d'être certains que l'homme en question est bien le père de l'enfant que porte la ministre."

Avez-vous été contacté par Rachida Dati ou son entourage pour enlever ces photos de votre site?
"Non. Mais si Rachida Dati me le demandait, je retirerais ces photos du site."

Le Post (Source: Shootnews.com)

00:14 Publié dans Blog | Tags : people | Lien permanent | Commentaires (5)

10/10/2008

McCain: "le scrutin présidentiel sera un référendum sur la personnalité d'Obama"

Country First.jpg
McCain hier soir dans le Wisconsin

John McCain se demande jusqu'où aller dans ses attaques personnelles contre Barack Obama. Jeudi, ses conseillers ont soupesé la question lors d'une conférence téléphonique. Certains commencent à s'inquiéter des répercussions de leur assaut contre la personnalité du candidat démocrate.

La stratégie consistant à mettre en cause le patriotisme, les origines et les fréquentations d'Obama avait été décidée vendredi dernier lors d'une réunion de son état-major de campagne à Phoenix (Arizona). Depuis, McCain et ses alliés passent leur temps à distiller la peur sur le sénateur de l'Illinois. «Qui est-il vraiment ?», martèle le sénateur de l'Arizona sur les podiums, pointant du doigt ses relations «avec un vieux terroriste dépassé» du nom de Bill Ayers, ancien activiste violent devenu quasi-notable de Chicago. «Il ne voit pas l'Amérique comme vous et moi», renchérit sa colistière, Sarah Palin. «Imaginez ce que vous ressentirez si vous vous réveillez le 5 novembre avec Barack Hussein Obama comme président élu des États-Unis», a lancé Bill Platt, président local du Parti républicain, mercredi à Bethleem (Pennsylvanie).

Les réactions du public conservateur dépassent les attentes du ticket républicain. «Qu'on lui coupe la tête !», s'est écrié un homme au meeting de Bethleem. La veille, un supporteur de McCain portait un T-Shirt représentant Obama sous le masque de Satan. En Ohio, une pancarte affichait : «Obama = Oussama», en référence à Ben Laden. Dans un documentaire diffusé sur Fox News, un activiste de droite, Andy Martin, décrit le travail d'«organisateur de communauté» effectué par Obama dans sa jeunesse comme «un entraînement extrémiste pour renverser le gouvernement.»

 

«Seule la guerre des cultures peut nous faire gagner»

 

D'après son conseiller Mark Salter, John McCain est «très content» du tour pris par sa campagne. Lundi, il avait déclaré au New York Times vouloir faire du scrutin «un référendum sur la personnalité d'Obama». Dans le Los Angeles Times, Timothy Garton Ash, professeur à Stanford (Californie), analyse ainsi la stratégie républicaine : «Seule la guerre des cultures peut nous faire gagner. Sur l'Irak, on perd. Sur l'économie, on perd. Mais en caricaturant “l'altérité” d'un candidat nommé Barack Obama, on a une chance d'arracher la victoire.» Dans le Washington Post, Dan Balz «décode» le message : «Il y a quelque chose de sinistre à propos d'Obama.» Les démocrates ne se font pas d'illusion sur le sens profond de ces attaques : «Il y a mille raisons de voter pour Obama et une raison de voter contre, la race», estime l'élu de Pennsylvanie Thimothy Letson. Dans les sondages, 83 % des Américains assurent que la couleur de peau ne joue aucun rôle dans leur choix. Mais une étude de l'université de Stanford évalue l'écart potentiel entre les déclarations des sondés et leur vote à 6 % des voix, pratiquement l'avance actuelle d'Obama. C'est «l'effet Bradley», du nom d'un candidat noir au poste de gouverneur de Californie en 1982, qui avait perdu de justesse alors que les sondages le donnaient gagnant. Dans le cas d'Obama, s'y ajoute une complication : 46 % des Américains sont incapables d'identifier sa religion et 13 % pensent qu'il est musulman.

McCain compte sur ces facteurs pour remonter le courant. Mais il prend garde de ne pas trop se découvrir. Jeudi, le candidat républicain a maintenu la «ligne rouge» tracée devant le nom de Jeremiah Wright, l'ancien pasteur d'Obama dont les diatribes «antiaméricaines» avaient fait polémique durant les primaires. Pressé par certains de l'inclure dans ses attaques, comme l'a déjà fait Sarah Palin, il s'y refuse au nom «du respect de la foi ». « Ce n'est pas à cause de la race», assure un de ses conseillers. L'inquiétude commence pourtant à percer sur les limites de sa stratégie : «J'aimerais que John ait un discours positif sur la résolution des problèmes de l'Amérique», dit son ami sénateur Lindsey Graham. 

Le Figaro - 10.10.08    

23:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Panique mondiale: de la récession à la dépression

La Bourse de Paris a poursuivi vendredi son plongeon, emportée dans le tourbillon de panique mondiale, le CAC 40 chutant de 7,73% pour conclure la pire semaine de son histoire, et revenir au plus bas depuis cinq ans.

  L'indice vedette a perdu 266,21 points à 3.176,49 points, après avoir reculé de plus de 11% en début d'après-midi, dans un volume d'échange très élevé de 10,557 milliards d'euros.

Malgré le léger rebond de mardi, le CAC 40 a chuté de 22,16% sur la semaine, la pire de ses vingt ans d'existence.

Francfort a abandonné 7,01%, Londres 8,85% et l'Eurostoxx 50 9,21%.

"Les fondamentaux sont jetés par la fenêtre. C'est un mélange de panique et de ventes forcées. On vend à n'importe quel cours", explique Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez Global Equities, ajoutant: "tout le monde attend le G7".

La nervosité des marchés accroît encore la pression sur la réunion des ministres de l'Economie et des Finances et des gouverneurs des banques centrales des sept pays les plus industrialisés (G7), qui débutait à Washington à 18H00 GMT.

 Les investisseurs n'ont pas paru rassuré non plus par les propos du président américain George W. Bush, qui a assuré que les Etats-Unis allaient continuer à combattre la crise économique.

La séance a pâti également du "débouclage de 400 milliards de dollars de CDS (instruments financiers dérivés permettant aux entreprises de se couvrir contre le risque de crédit) émis par (la banque américaine en faillite) Lehman Brothers", comme le souligne le courtier Aurel.

De son côté, Valérie Plagnol, directeur de la stratégie du Crédit Mutuel-CIC, relève que "la contagion gagne les marchés de la planète alors que l'assèchement des liquidités atteint son paroxysme".

Ni la multiplication des mesures et garanties gouvernementales en faveur du secteur bancaire, ni l'annonce mercredi de baisses de taux concertées de sept grandes banques centrales, n'ont suffi à ralentir la propagation de la crise financière et apaiser les craintes des investisseurs.

La réaction des marchés "montre que le ralentissement de la croissance économique devient un motif d'inquiétude et que les investisseurs sont confrontés à une énorme inconnue, ce qui pourrait être une profonde récession", relèvent dans une note les analystes de Global Equities.

"En l'absence de signes d'amélioration des taux interbancaires et avec la chute des marchés d'actions, il faut se demander ce qui peut être fait de plus pour éviter le passage de la récession à la dépression", s'inquiète Paul Niven responsable de l'allocation d'actifs chez F&C Asset Management.

Le plongeon s'est étendu à tous les secteurs, ArcelorMittal chutant de 12,67% à 21,915 euros, Renault de 14,49% à 28 euros, Saint-Gobain de 10,22% à 26 euros.

Les évolutions sectorielles "sont désormais étrangement homogènes sur l'année et déconnectées des fondamentaux, notamment des révisions de croissance bénéficiaire", explique la Lettre mensuelle de la française des placements.

Les valeurs financières ont poursuivi leur chute, BNP lâchant 10,50% à 59,86 euros, Société Générale 13,04% à 50 euros, Crédit Agricole 12,03% à 11,44 euros et Axa 10,74% à 17,16 euros.

Quelques rares valeurs ont toutefois résisté, Dexia gagnant 2,87% à 5,99 euros après avoir obtenu la garantie des Etats français, belge et luxembourgeois pour emprunter sur les marchés, LVMH 0,48% à 51,53 euros et Areva 3,69% à 453,25 euros.

Paris - AFP 10.10.08. - 21h16

 

 

22:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Line Renaud fait de la résistance!

Line Renaud et Pierre Mondy.gif
Avec Pierre Mondy, le collabo...
Quand elle était venue dans les locaux du « Parisien » et d’« Aujourd’hui en France », il y a quelques mois, Line Renaud travaillait sur « le Silence de l’épervier », diffusé en avril dernier. Elle y incarnait la directrice de la rédaction d’un quotidien régional. A cette occasion, elle nous avait confié à quel point son prochain tournage lui tenait à coeur.
« Le rôle que je tiendrai dans La Femme tranquille est inspiré de l’histoire de ma mère pendant la guerre », nous avait-elle confié, l’oeil brillant. Ouvrière dans une usine de toile, cette dernière défiait les Allemands en passant sous leur nez, chaque jour sur son vélo, des vêtements civils pour les parachutés alliés. Trop petite pour avoir une quelconque idée des dangereuses activités de sa mère, Line n’en avait eu connaissance que bien des années plus tard.

«La Femme tranquille, sur France 3 le 9 octobre à 20 h 50, est en effet une partie de l’histoire que nous avait racontée Line, admet Thierry Binisti, le réalisateur. Mais souvent, les gens sont persuadés que leur vie ferait un film formidable, alors que rien ne vient vraiment en troubler le cours… Ainsi, la mère de Line s’est livrée à des actes de résistance, mais heureusement tout s’est bien passé ! »

« Il y avait un Allemand qui la prenait sur ses genoux »

Le travail des scénaristes, Daniel Tonachella et Isabelle de Botton, a donc consisté à muscler la réalité. Dans la fiction, Louise Delarme est une restauratrice qui s’accommode plutôt bien de l’occupation allemande, jusqu’au jour où elle sauve un « English » d’une mort certaine. Alors qu’elle le cache dans sa cave, un officier allemand prend une chambre dans sa pension. Les événements iront de mal en pis, jusqu’au dénouement final, parfaitement tragique.

D’autres souvenirs de Line ont été intégrés au scénario. « Il y avait un Allemand dans le bar de sa mère, souvent saoul, qui la prenait sur ses genoux. Parfois, il lui passait son arme sur le visage, juste pour rigoler », poursuit le réalisateur. Une autre fois, la petite fille est passée à côté d’une trentaine de corps tombés à la rivière, fusillés pour l’exemple après s’être rendu coupables d’actes de résistance.

Ces deux « images fortes », ajoutées à d’autres faits "véridiques", créent une « réalité disparate » et contribuent à crédibiliser une fiction moins anecdotique qu’il y paraît de prime abord. « Nous avons fait en sorte que ce café-restaurant donne une image de la France dans ce que l’époque voulait dire de danger, de double jeu, de mensonge, de trahison, de tension… explique Thierry Binisti. Chaque personnage a un poids sur les épaules. Ça crée une tension, une situation dramatique qui peut faire penser à un polar. » Dans le rôle du collabo, Pierre Mondy quitte, pour une fois, les habits du sympathique rondouillard qui lui reviennent souvent. Line Renaud, elle, avait assuré à notre journal pendant le tournage qu’elle tenait là « le rôle qui manquait à sa carrière ».
Quel témoignage sur les "heures les plus sombres"! De quoi mourir de rire!

 

 

 

 

19:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

Le prix Nobel de la Paix, ce n'est pas elle, c'est lui!

Prix Nobel de la Paix.jpg

Ce ne sera ni Ingrid Betancourt - qui avait pourtant calé une conférence de presse, au cas où - ni le dissident chinois Hu Jia. Le nouveau prix Nobel de la Paix s'appelle Martti Ahtisaari. Président de la Finlande de 1994 à 2000, il est ainsi récompensé pour ses nombreuses médiations à travers le monde. Choisi parmi 197 personnalités et organisations en lice pour ce prix Nobel, le diplomate succède ainsi à Al Gore et au Groupement intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec), consacrés l'an dernier.

 

Médiateur notamment de l'accord de paix dans la province indonésienne d'Aceh, Martti Ahtisaari, 71 ans, est récompensé «pour ses importants efforts, sur plusieurs continents et pendant plus de trois décennies, en vue de résoudre les conflits internationaux», a déclaré à Oslo le président du comité Nobel norvégien, Ole Danbolt Mjoes.


Le prix Nobel, qui consiste en une médaille, un diplôme et un chèque de 10 millions de couronnes suédoises (un million d'euros), sera remis à Oslo le 10 décembre, date-anniversaire de la mort de son fondateur, l'industriel et philanthrope suédois Alfred Nobel.

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Les Rosenberg étaient coupables

 JuliusEthelRosenberg.jpg

Pour la première fois, les fils d'Ethel et Julius Rosenberg, exécutés en 1953 aux Etats-Unis pour espionnage au profit de l'Unuin soviétique, ont admis la culpabilité de leurs parents. Leur principal complice (condamné à 18 ans de prison), âgé de 91 ans, Morton Sobell, est passé aux aveux dans le New York Times après avoir nié pendant plus de 50 ans.

(Faits & Documents n°262 - 1er au 15 octobre 2008) 

L'affaire Rosenberg a été l'une des grandes causes de la Guerre froide: leur condamnation à mort provoqua un vaste élan de solidarité à travers le monde, entraînant notamment tout les intellectuels français, persuadés de l'innocence de ce couple de modestes Américains communistes, perçus comme des victimes du Maccarthysme.

Jusqu'à leur exécution en 1953, les époux Rosenberg ont clamé leur innocence. Ethel a ainsi écrit, quelques heures avant de mourir:

« Mon mari et moi sommes innocents, nous ne pouvions trahir notre conscience. »

 

Ethel et Julius Rosenberg, un couple de juifs newyorkais, ont été arrêtés en 1950, accusés d'espionnage au profit de l'URSS concernant l'arme atomique, que les Etats-Unis étaient alors les seuls à posséder.

Le patron du FBI, Edgar Hoover, était convaincu de tenir en Julius, lui-même ingénieur électricien, le chef d'un réseau soviétique impliquant son propre beau-frère, ancien employé de l'usine atomique de Los Alamos. Ce beau-frère, David Greenglass, sera d'ailleurs un des principaux témoins de l'accusation.

Le verdict de culpabilité ne suffit pas à convaincre les défenseurs des Rosenberg, et les campagnes de solidarité redoublèrent d'intensité dans le monde. Elles ne parvinrent toutefois pas à empêcher leur passage sur la chaise électrique au pénitencier de Sing Sing, le 19 juin 1953, quelques mois après la mort de Staline.

(Rue89)

A lire: Association pour le réexamen de l'affaire Rosenberg

http://rosenberg.asso.fr/spip.php?article97

18:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

LE KRACH

Bourse de Francfort 10 àct 2008.jpg

                                        La Bourse de Francfort le 10 octobre 2008

Les marchés financiers européens et américains ont poursuivi leur chute libre vendredi après-midi, s'enfonçant davantage dans un krach historique et accroissant la pression sur les grands argentiers du G7 qui se réunissent en fin de journée à Washington.

  Après une semaine noire, la Bourse de New York a dégringolé encore vendredi, le Dow Jones abandonnant près de 8% quelques minutes après l'ouverture et passant sous les 8.000 points pour la première fois depuis avril 2003.

Après avoir déjà plongé de 7,33% jeudi, Wall Street a accéléré la chute des Bourses européennes: Paris, Londres et Francfort chutaient vers 13H50 GMT de plus de 10%.

L'indice vedette de Wall Street est repassé dans le vert une demi-heure après, effaçant une partie de ses pertes et permettant aux Bourses européennes de limiter la casse.

Les autres Bourses européennes --de Madrid à Amsterdam et de Lisbonne à Athènes-- subissaient des pertes semblables, tandis qu'à Moscou, les autorités ont préféré carrément ne pas ouvrir les deux marchés, le RTS et le Micex.

Les ministres des Finances et banquiers centraux du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) tenteront de trouver la parade à une crise financière qui n'arrête pas de s'aggraver et se propager au reste de l'économie.

Les gouvernements ont multiplié des mesures et garanties pour sauver le secteur bancaire de la faillite, six grandes banques centrales ont envoyé un électrochoc en baissant simultanément leurs taux, mais rien n'y fait: les investisseurs continuent à s'affoler.

"C'est la panique, tout devient absurde, les gens vendent même les vaches sacrées" (valeurs refuges), témoigne le directeur des ventes de la salle des marchés "Global Equities" à Paris, Xavier de Villepion.

L'effervescence boursière tranche avec la paralysie du marché interbancaire, qui manque toujours désespérément de liquidités. Echaudées par les déboires de grands établissements financiers, les banques continuent en effet d'ignorer les injections massives de liquidités par les Banques centrales.

Signe d'une défiance croissante, les Allemands confient de plus en plus leurs économies aux caisses d'épargne, malgré la garantie de l'Etat annoncée par la chancelière Angela Merkel pour tous les comptes en banque. Et seuls 55% d'entre eux estiment que leurs économies sont en sécurité, selon un sondage.

Seule consolation pour les particuliers, les cours de l'or noir baissent. Le pétrole est passé sous 80 dollars à Londres et à New York, en raison de la chute de la demande. Le brut est loin de ses records historiques du 11 juillet à plus de 147 dollars.

Les grands argentiers du G7, qui se réunissent à partir de 18H00 GMT à Washington, auront du mal à parler d'une seule voix, tant les remèdes pour affronter la crise divergent d'un pays à l'autre.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a appelé les gouvernements du monde entier à suivre l'exemple du Royaume-Uni dans son initiative "révolutionnaire" visant à secourir le système bancaire par le biais de nationalisations partielles.

La chancelière allemande Angela Merkel a plaidé pour une règlementation internationale des marchés pour éviter de nouvelles crises financières.

Le chef du gouvernement espagnol Jose Luis Rodriguez Zapatero a demandé à Nicolas Sarkozy, président en exercice de l'Union européenne, de "réunir d'urgence les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Eurogroupe" pour une "action forte et coordonnée" face à la crise financière.

Mais même le plan Paulson de soutien au secteur financier américain, portant sur 700 milliards de dollars, est resté impuissant à ramener la confiance des investisseurs.

Alors que les Etats-Unis se retrouvent en position d'accusés face aux autres membres du club, le président George W. Bush devait faire une déclaration à 14H00 GMT pour "assurer aux Américains qu'ils peuvent avoir confiance".

Selon la presse japonaise, Tokyo va proposer au G7 la création d'un fonds d'urgence d'environ 200 milliards de dollars (146 milliards d'euros) pour prêter de l'argent aux petits pays affectés par la crise financière mondiale.

Après les journées noires de lundi et mercredi, les grandes Bourses affichent des reculs dignes de la définition informelle du krach --une baisse des cours de plus de 20% en quelques jours-- qui justifient les comparaisons avec les crises de 1929 et 1987.

Cauchemar général en Asie également. En clôture, Tokyo a subi une nouvelle chute historique de 9,62%, Hong Kong a perdu 7,2%, Sydney et Manille 8,3%, Singapour 7,34% et Bangkok 9,61%.

A l'issue de sept séances consécutives de baisse, le Nikkei de Tokyo plonge donc de 24,33% sur la semaine. Et de 54,68% depuis son pic de juillet 2007, à l'aube de la crise mondiale. La Bourse de Tokyo respirera jusqu'à mardi, lundi étant jour férié au Japon.

A Paris, avant la clôture hebdomadaire, le CAC-40 perdait déjà plus de 20% depuis lundi, portant ses pertes depuis le début de l'année à 43%. Le CAC 40 pulvérise ainsi les records de baisse hebdomadaire établis après les attentats du 11 septembre 2001 (-11,42%) et début juillet 2002, après la révélation des manipulations comptables du géant américain des télécommunications Worldcom (-9,06%).

Et la menace d'une contagion de la crise financière à "l'économie réelle" se fait plus pressante. Selon des analystes parisiens, la paralysie du marché interbancaire met des établissements en faillite potentielle faisant craindre une flambée du chômage.

Outre le G7 financier et un possible G8, Washington accueillera également à partir de samedi des réunions du G20, rassemblant les ministres et banquiers centraux des principaux pays riches et émergents, et les réunions d'automne du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

AFP. 10.10.08.- 17h

 

18:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les Bourses asiatiques s'effondrent à la suite Wall Street

Tableaux des cotations à la Bourse de Séoul.jpg
Tableaux des cotations à la Bourse de Séoul le vendredi 10 àctobre 2008

 Cette crise mondiale prend des allures quasi surnaturelles...

 Les bourses asiatiques s'écroulaient de nouveau vendredi, paniquées par la chute de Wall Street, à quelques heures d'une réunion cruciale des grands argentiers du Groupe des Sept.

Après une accalmie précaire jeudi, les marchés d'Asie ont plongé dans la matinée, dans le sillage du Dow Jones qui a terminé sur une baisse de 7,33%, la septième consécutive, atteignant son plus bas niveau depuis cinq ans.

L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo plongeait de 10,44% en début d'après-midi et se dirigeait vers sa pire chute en clôture en 21 ans. La compagnie japonaise Yamato Life Insurance s'est déclarée dans la matinée en cessation de paiement, devenant le premier assureur nippon à se déclarer en faillite depuis le début de la crise financière internationale.

Les autres marchés asiatiques vivaient également une séance cauchemardesque. Vers 04H15 GMT, Hong Kong perdait 7,48%, Shanghai 3,81%, Séoul 7,34%, Sydney 7,54%, Singapour 6,71%, Bangkok 7,19% et la Nouvelle-Zélande 4,80%. "On est au-delà de la panique", a estimé Oh Hyun-Seok, de Samsung Securities auprès de Dow Jones Newswires.

"Après la chute de General Motors, les inquiétudes vis-à-vis de l'économie mondiale s'aggravent et il n'y a aucun signe d'une amélioration des conditions du crédit", a-t-il dit.

Le baril de pétrole Brent pour livraison en novembre est tombé sous les 80 dollars dans les échanges électroniques en Asie, plombé par la crise financière et les inquiétudes sur la demande de brut.

Ce nouvel effondrement des marchés renforce la pression sur la réunion des ministres de l'Economie et des Finances et des gouverneurs des banques centrales des pays les plus industrialisés (G7) qui débute à Washington à 14H00 (18H00 GMT). Ils devraient "discuter des démarches entreprises par chacun pour faire face à cette crise et des moyens de renforcer nos efforts collectifs", a déclaré le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson.

Les Etats-Unis pourraient se retrouver en position d'accusés face aux autres membres du club (Allemagne, Canada, France, Grande-Bretagne, Italie et Japon). Le président américain George W. Bush fera une déclaration vendredi vers 14H00 GMT pour "assurer aux Américains qu'ils peuvent avoir confiance" car "les responsables économiques agissent énergiquement de toutes les manières possibles pour stabiliser notre système financier", a déclaré sa porte-parole. Les deux leaders démocrates du Congrès lui ont demandé de convoquer un sommet de crise du G8 (les Sept et la Russie) pour tenter de trouver une réponse à la tourmente financière.

Fébriles, les marchés boursiers européens s'étaient enfoncés jeudi dans le rouge après un rebond initial, malmenés par les inquiétudes persistantes sur l'avenir du secteur bancaire. L'électrochoc des baisses de taux concertées de six grandes banques centrales occidentales annoncées mercredi n'aura finalement pas réussi à endiguer la spirale baissière.

Londres a terminé en recul de 1,21%, Francfort de 2,53%, Paris de 1,55%.

Le problème de fond persiste: le marché interbancaire reste paralysé, car les banques ne se prêtent plus entre elles, paniquées à l'idée de possibles faillites.

La Banque du Japon a mis vendredi 5.500 milliards de yens (41 milliards d'euros) à la disposition des banques, sa plus forte injection de liquidités en une journée depuis le début de la crise financière. La BCE avait mis sur le marché 100 milliards de dollars jeudi, doublant la somme habituelle.

En ordre dispersé, les gouvernements continuent de tenter de colmater les brèches du système bancaire afin d'éviter les faillites et de rouvrir le robinet du crédit.

Dans le même temps, les Etats continuent à multiplier les mesures susceptibles de rassurer les épargnants.

Les Pays-Bas ont annoncé qu'ils mettraient à la disposition du secteur financier 20 milliards d'euros et se porteraient garants de l'épargne des 120.000 clients néerlandais d'Icesave.

L'Irlande a étendu sa garantie totale sur les dépôts bancaires à cinq banques étrangères fortement implantées dans le pays.

Et les Etats belge, français et luxembourgeois ont à nouveau volé au secours du bancassureur franco-belge Dexia, partiellement nationalisé la semaine dernière, en lui apportant leur garantie pour lui permettre d'emprunter sur les marchés.

"Certaines institutions financières vont faire faillite" aux Etats-Unis en dépit des récentes mesures, a averti M. Paulson. Selon le New York Times, Washington envisage désormais de prendre des parts dans le capital de "beaucoup de banques américaines pour essayer de ramener la confiance dans le système financier".

La chancelière allemande Angela Merkel, interrogée sur d'éventuelles nationalisations bancaires, a déclaré qu'elle ne "pouvait rien exclure définitivement".

AFP. 10.10.08

 

 

08:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Yom Kippour

http://www.dailymotion.com/video/x201iw_erev-yom-kippur-t...

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

B.A. BA de la crise des suprimes

http://www.rue89.com/files/subprimesRue89.pdf

Une drôle de BD qui explique tout!

01:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Soros, profession usurier

http://www.dailymotion.com/video/x6ue9b_soros-la-crise-ne...

00:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

09/10/2008

Grenoble: le jeune qui avait agressé le proviseur a été arrêté

Un jeune de 23 ans a été arrêté après l'agression du proviseur d'un lycée grenoblois mardi, a annoncé le ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos.

«Je suis venu exprimer à la fois ma sympathie mais aussi ma détermination vis à vis des problèmes de violence à l'école», a déclaré le ministre après s'être rendu sur place.

Il a souligné que "les violences étaient souvent le fait de personnes extérieures aux établissements".

«J'essaie d'être extrêmement présent derrière les personnels quand ils se font agresser parce que c'est un scandale qu'on agresse les représentants de l'autorité, de la culture et du savoir, que sont les membres de l'éducation nationale», a-t-il ajouté. «Dans ces affaires-là, il n'y a pas d'égalité entre les adultes et les jeunes, et il faut d'abord essentiellement être du côté de l'institution», a dit le ministre dénonçant le «zèle» de certains à «mettre en garde à vue» des professeurs quand «ils s'énervent un peu».

«L'agresseur a été identifié, arrêté. Il était sur le coup d'une condamnation. Nous sommes en face d'un récidiviste bien connu des services de police, hélas», a dit M. Darcos. Le suspect est le conducteur présumé du scooter qui a fait intrusion dans le lycée, déclenchant l'intervention du proviseur. Il est connu par les services de police pour être impliqué dans de multiples affaires de stupéfiants, vols, incendie.

Le proviseur avait indiqué l'avoir ceinturé lorsque ses amis, qui observaient la scène depuis la rue, se sont rués dans le lycée pour tenter de le libérer. Ils ont asséné des coups au responsable d'établissement ainsi qu'à son proviseur adjoint. La police recherche les complices qu'elle espère interpeller prochainement.

Leparisien.fr avec AFP -09.10.08

23:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Pape rend hommage à Pie XII, controversé à cause de la shoah

Pie XII 26 nov 1955.jpg

(photo: 26 novembre 1955)

Lors d'une messe au Vatican célébrant le cinquantième anniversaire de la mort de Pie XII, jeudi 9 octobre, Benoît XVI a souhaité la poursuite du procès en béatification de ce pape qui fait l'objet d'une controverse pour son attitude jugée trop passive et silencieuse face à la Shoah. Benoît XVI a estimé que Pie XII s'était dépensé sans compter "pour la défense des persécutés sans aucune distinction de religion, d'ethnie, de nationalité et d'appartenance politique", notamment pour les juifs menacés d'extermination, et déploré que le débat historique à son sujet n'ait "pas toujours été serein".

  Dans son homélie, Benoît XVI a déclaré que Pie XII a agi "souvent de façon secrète et silencieuse parce que, à la lumière des situations concrètes de ce moment historique complexe, il a eu l'intuition que c'était le seul moyen de pouvoir éviter le pire et de sauver le plus grand nombre possible de juifs". Benoît XVI n'a pas précisé dans quel délai il signerait le décret ouvrant la voie à cette béatification. Par ailleurs, pour être bouclé, le dossier de Pie XII attend toujours un miracle qui puisse lui être attribué.

Lundi 6 octobre, le grand rabbin de Haïfa, Shear Yshuv Cohen, premier religieux juif invité à s'exprimer devant un synode d'évêques catholiques actuellement réuni au Vatican, s'était fait l'écho des réserves de nombreux juifs face à ce procès en béatification. Il avait estimé que Pie XII "ne doit pas être pris comme modèle et ne doit pas être béatifié parce qu'il n'a pas élevé sa voix face à la Shoah".

Pie XII est né à Rome le 2 mars 1876

Le cardinal Pacelli est élu au pontificat le 2 mars 1939

Décédé le 9 octobre 1958

 

23:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Affaire Yvette Truchelut: 2 mois de prison avec sursis

La propriétaire d'un gîte de Julienrupt, dans les Vosges, poursuivie par l'une de ses clientes, qui l'accuse de lui en avoir refusé l'accès parce que sa mère et elle portaient le voile islamique, a été condamnée mercredi par la Cour d'appel de Nancy à deux mois de prison avec sursis. Une peine réduite puisqu'en première instance elle avait été condamnée à quatre mois de prison avec sursis pour discrimination religieuse.

La prévenue devra également s'acquitter de 500 euros de dommages et intérêts auprès de quatre parties civiles, ainsi que d'un euro symbolique à la Ligue des droits de l'homme, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme et le Mouvement contre le racisme et l'amitié entre les peuples, également parties civiles. En première instance, le tribunal correctionnel d'Epinal avait condamné la propriétaire au paiement de 4400 euros d'amende aux différentes parties civiles.

Yvette Truchelut était jugée pour avoir refusé l'accès de son gîte à Horia Damiati et sa mère, ainsi qu'aux cinq personnes - dont un nourrisson et un adulte handicapé - les accompagnant, parce que les deux femmes n'acceptaient pas d'ôter leur voile islamique comme elle le leur avait demandé. "Je ne leur ai pas refusé le gîte. J'ai demandé qu'elles retirent leur voile dans les parties communes", a précisé la propriétaire le 3 septembre à l'audience d'appel, ce qui a été contesté par Horia Damiati. Yvette Truchelut, "couverte d'injures" depuis cet incident selon son avocat, a depuis choisi de fermer son gîte.

"Le dossier a été monté en sauce, ce qui à un moment a donné lieu à des débordements", a reconnu l'avocat général Philippe-Cédric Laumosne qui, se refusant à faire des deux femmes des "martyres", n'a pas requis d'amende à l'encontre de Yvette Truchelut.

LCI.fr 09.10.08

22:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO L'agité du bocal au salon de l'Auto

http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafYH3j.html

Pas question de risquer la moindre erreur. Ou d'en refaire une... Six jours après que le nom de Nicolas Sarközy a été sifflé par les apprentis réunis à Bercy, trois jours après avoir écourté sa visite à Sandouville, de crainte d'être malmené les salariés de l'usine Renault, l'Elysée ne voulait rien risquer qui ternisse l'image du président de la République.

D'autant que le chef de l'Etat avait dérapé au Salon de l'Agriculture, l'autre salon très populaire organisé porte de Versailles. Le 24 février dernier, comme notre site LeParisien.fr l'avait révélé dans une vidéo (toujours consultable sur notre site), Nicolas Sarközy avait répondu à un badaud qui lui disait «touche-moi pas, tu me salis» un sonnant et trébuchant «alors casse-toi, pauv'con».

Ce matin, pour le 100e Salon de l'Auto, rien n'a donc été laissé au hasard. Ni le comité d'accueil, confié aux militants UMP du XVe arrondissement, fiers de serrer le carton d'invitation frappé des armes de l'Elysée. Ni les barricades de gardes du corps. Ni le timing, l'ouverture du hall 1 au public ayant été repoussée de quelques minutes pour éviter un mouvement de foule.

Seul un militant écologiste a brisé l'harmonie en criant «Climat en danger, Sarko complice» à deux reprises avant d'être conduit à l'extérieur. Un peu plus tard, devant un parterre de responsables du secteur automobile, Nicolas Sarkozy n'a pas manqué de lui répondre... en le traitant d' «agité du bocal».

Sarközy sait-il que "l'agité du bocal" (le ténia) est une expression de Céline pour qualifier Jean-Paul Sartre?

 

 

19:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Ce n'est plus une crise, c'est un hold up planétaire

Ce jeudi s'annonçait bien. A l'ouverture, le CAC 40 cote 2,09% . A 15 h 30, il atteint + 2,84 %.  Mais peu avant 17 heures, patatras !,  il passe dans le rouge et tous les gains de la journée s'envolent. A la clôture, il perd 1,55%. La Bourse de Londres a aussi terminé jeudi en baisse, le Footsie-100 perdant 1,21% après avoir passé la quasi-totalité de la journée dans le vert.

   Scénario identique en Allemagne, le Dax finit sur une baisse 2,53%.  La raison ? Wall Street , qui a démarré à la hausse, s'est soudain calmé et est revenu à l'équilibre, douchant l'enthousiasme des Européens. 

 «C'est une catastrophe. Les titres des assureurs et des banques mutualistes dévissent aux Etats-Unis, ce qui entraîne toute la cote ici. Il n'y a même plus besoin d'avoir des annonces pour voir les cours plonger», a expliqué un vendeur d'actions parisien. 

Selon lui, ce décrochage soudain pourrait s'expliquer par la reprise des ventes à découvert sur les valeurs financières à la Bourse de New York, alors qu'elles étaient interdites depuis le 19 septembre.  Ce mécanisme, pratiqué par de nombreux spéculateurs, consiste à emprunter une action dont on pense que le prix va baisser et à la vendre aussitôt, avec l'espoir d'empocher une forte plus-value au moment où il faudra la racheter pour la rendre au prêteur (spéculation ou anticipation à la baisse).

Bientôt, les traders vont voir des extraterrestres danser sur leurs écrans!

 

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Hommage rendu aux victimes du Goulag

Le président russe Dimitri Medvedev a rendu hommage le 24 septembre 2008 aux victimes du Goulag, devant le monument aux millions de déportés à Magadan, sur la côte Pacifique de la Russie, où les détenus étaient regroupés dans des barges qui remontaient le fleuve Kolyma pour être répartis dans les camps de travail forcé. Le président a qualifié les camps de "page tragique de l'histoire du pays".

(Faits & Documents n°262 - 1er au 15 octobre 2008) 

18:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Intelligence et génétique

Réfléchir & Agir n°28 Hiver 2008, extrait de l’article Science & Race d’Edouard Rix:

“L’on dispose de nombreuses études sur la répartition raciale de l’intelligence, en particulier aux USA. La plus célèbre a été publiée en 1969, par Arthur R. Jensen. Pour ce professeur de psychologie à l’Université de Berkeley, le QI des Noirs américains se situe en moyenne quinze points en dessous de celui des Blancs, des facteurs génétiques, plus que socio-économiques, expliquant ces différences psychoraciales.

Dernière grande étude, publiée en 1994, The Bell Curve est un pavé de 845 pages, écrit par le psychologue Richard Herrnstein et le sociologue Charles Murray. Les auteurs confirment l’existence d’une différence de QI entre Blancs et Noirs de quinze points en faveur des premiers. Ils en concluent que les programmes d’affirmative action en faveur des minorités ethniques sont vouées à l’échec, et que les USA se diviseront à l’avenir entre une “élite cognitive”, d’origine européenne et asiatique, et un sous-prolétariat de couleur, financièrement et intellectuellement défavorisé.

En réponse à la campagne de diabolisation dont ils ont été victimes, Herrnstein et Murray ont reçu l’appui de cinquante-deux universitaires, signataires d’un manifeste publié le 15 décembre 1994 dans l’édition européenne du Wall Street Journal. On peut y lire: “Comme le montrent toujours de vastes enquêtes réalisées à l’échelle nationale aux Etats-Unis, les résultats obtenus par les Noirs de dix-sept ans, pour les mathématiques, les sciences et la lecture, se rapprochent en moyenne de ceux obtenus par les Blancs de treize ans”. De même, “les étudiants noirs issus de familles aisées n’obtiennent pas de meilleurs résultats en moyenne que les Blancs issus de familles pauvres”. Leur conclusion rejoint celle de The Bell Curve: “Il n’existe pas de données convaincantes donnant à penser que les courbes de QI des différents groupes ethniques et raciaux soient en train de converger”.

Plus récemment encore, dans IQ and Global Inequality, deux universitaires, Richard Lynn et Tatu Vanhanen, établissent une étroite corrélation entre les mesures du QI des populations et le degré de développement d’un pays.”

Source:Europa Nostra

01:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)