Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2008

VIDEOS Bombay la nuit d'horreur

http://www.dailymotion.com/video/x7jfws_nuit-dhorreur-bom...

http://www.dailymotion.com/video/x7jkpg_spectaculaire-att...

23:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Bombay: des Britanniques (pakistanais) parmi les terroristes

Evening star mumbai-gunman2-415x275.jpg
"Assassin: one of the terrorists who attaqued Mumbaï" - Evening Standard

Des Britanniques d'origine pakistanaise faisaient-ils partie des commandos qui ont semé la terreur, mercredi, à Bombay?

En Grande-Bretagne, plusieurs sources évoquent cette implication.

Ce matin, le quotidien The Evening Standard affichait en Une:

"Les assaillants de Bombay étaient britanniques".

Le quotidien qui cite des sources gouvernementales indiennes affirme que "certains des assaillants étaient de nationalité britannique", précisant même que deux d'entre eux seraient de la région de Leeds et Bradford.

Une autre source corrobore ces affirmations.

Erika Mann, une députée européenne allemande, présente à Bombay au moments des attentats, déclare avoir entendu que des Britanniques d'origine pakistanaise étaient impliqués dans les attaques. Toujours d'après elle, ils n'auraient pas survécu. Mais elle n'a pas précisé quelle était sa source.

The Evening Standard rapporte également que deux Britanniques nés au Pakistan auraient été capturés en compagnie de huit autres assaillants après l'assaut des commandos indiens contre les deux palaces et le centre communautaire juif.

750.000 Britanniques d'origine pakistanaise vivent outre-Manche.

Le Premier ministre Gordon Brown a déclaré, hier, qu'il s'était entretenu avec son homologue indien, Manmohan Singh et qu'à "aucun moment le Premier ministre indien n'a laissé entendre qu'il y avait à ce stade des preuves d'implications de terroristes d'origine britannique." L'information est encore sujette à caution: pour la chaîne de télévision indienne NDTV, tous les assaillants (ils seraient environ 25) sont Pakistanais...

23:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

Inquiétante précocité dans le mal - Substitution de population

 La responsabilité pénale dès l'âge de 12 ans

 

C'est ce que préconise le rapport de la commission lancée par la garde des Sceaux Rachida Dati pour réformer la justice des mineurs. Présidée par André Varinard, cette instance doit rendre son rapport à la ministre de la Justice le 3 décembre en vue d'un prochain projet de loi annoncé pour juin 2009.

Pour la commission Varinard, composée notamment de magistrats, d'éducateurs et de parlementaires, fixer l'âge de la responsabilité pénale à 12 ans se justifie "au regard de la réalité actuelle de la délinquance juvénile". La détention provisoire pour des crimes à partir de 12 ans sera donc possible. Actuellement, la responsabilité pénale doit être établie par le juge en charge du dossier, avec un critère subjectif, celui du discernement. Par ailleurs, pour les mineurs avant l'âge de 12 ans, le rapport suggère au ministère de créer un statut particulier pour leur audition. Le jeune pourrait être retenu pour une durée de 6 heures, renouvelable une fois.

Nouvelle gradation des sanctions

Le rapport propose en outre des sanctions plus rapides et plus fermes. L'âge de la majorité pénale - lorsqu'on ne relève plus des tribunaux spécialisés pour enfants et qu'on encourt la même peine qu'un adulte - serait abaissé de 18 à 16 ans pour les récidivistes. Autre mesure proposée : la création d'un tribunal correctionnel pour mineurs, compétent notamment pour juger "les mineurs devenus majeurs au moment du jugement, les mineurs poursuivis avec des majeurs et les mineurs de 16 à 18 ans en état de nouvelle récidive". D'autre part, un "tribunal des mineurs à juge unique" pourrait être mis en place pour juger "des délits pour lesquels la peine encourue est inférieure ou égale à 5 ans d'emprisonnement", propose la commission. Une nouvelle gradation des sanctions est aussi proposée avec des mesures comme la "déjudiciarisation de la première infraction", la responsabilisation des parents par la création d'une infraction de non-comparution, ou encore l'instauration d'un avertissement final à l'issue duquel la saisine du juge des mineurs deviendra obligatoire.

À l'annonce de ces différentes mesures préconisées par le rapport de la commission, Rachida Dati s'est empressée de justifier une telle réforme et de mettre les points sur les "i". "Responsabilité pénale ne veut pas dire incarcération. Il faut faire la nuance", a-t-elle précisé. Et d'ajouter aussitôt : "On va attendre le rapport et on verra bien si on retient ça."

Fronde des syndicats


Mais ces propositions sucitent déjà de nombreuses critiques. Le durcissement de la justice des mineurs ainsi que l'avancement en France de 13 à 12 ans de l'âge légal d'un emprisonnement pour un crime sont au coeur des revendications des syndicats de magistrats. "Ce rapport n'est pas en conformité avec un certain nombre d'accords internationaux, comme la Convention internationale des droits de l'enfant", a estimé Christophe Régnard, président de l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire). Pour la présidente du Syndicat de la magistrature (SM, gauche), Emmanuelle Perreux, "on est dans cette politique du tout-pénal qui oublie complètement qu'un mineur peut être un délinquant mais qu'il est surtout "un être en construction"". De son côté, le principal syndicat d'éducateurs judiciaires, le SNPES-PJJ, a annoncé qu'il déposerait un préavis de grève la semaine prochaine, sans doute le 3 décembre, lorsque seront rendues les conclusions de la commission Varinard.

Au 1er octobre dernier, 673 mineurs étaient incarcérés en France. Les condamnations pour des crimes, notamment sexuels, concernent chaque année une poignée d'adolescents de moins de 13 ans et quelques centaines de jeunes âgés de 13 à 18 ans. Concernant l'importance du phénomène de la délinquance des mineurs, l'analyse varie.

Le ministère de la Justice fonde son projet sur des chiffres qui montrent, selon lui, que le phénomène a explosé. Alors qu'en 1945, un mineur sur 166 était mis en cause dans une affaire pénale, la proportion est passée à 1 sur 30 en 2006, plaide-t-il. Il s'agit à 43 % de vols, à 22 % de violences et à 34 % d'"atteintes à la paix publique", ce qui comprend les affaires de drogue.

Le Point - 29.11.08

Un emplâtre sur une jambe de bois? La véritable solution ne réside évidemment pas dans ces mesures, déjà contestées par les immigrationistes.

20:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Au nom d'Allah - Le carnage de Bombay a fait 195 morts

Bombay Hôtel Taj Mahal.jpg
Dernier assaut contre le Taj Mahal - 29 novembre 2008

Les forces de sécurité indiennes ont abattu samedi les derniers hommes armés encore retranchés dans un hôtel de Bombay mettant fin à plus de deux jours d'attaques et de fusillades menées par des extrémistes islamistes qui ont fait au moins 195 morts, dont 26 étrangers.

Les trois derniers islamistes encore retranchés dans le luxueux hôtel Taj Mahal ont été tués samedi matin, a affirmé la police, annonçant du même coup la fin des opérations.

"Toutes les opérations sont terminées. Tous les terroristes ont été tués", a déclaré Hassan Gafoor, le chef de la police de Bombay, près de 60 heures après le déclenchement des attaques.

"Nous avions dit qu'il y avait trois terroristes... Et nous avons trois corps", a déclaré J.K. Dutt, chef de la Garde nationale indienne, en soulignant que ses hommes avançaient "chambre par chambre pour vérifier que la situation est sûre".

Le Taj Mahal, établissement prestigieux de la capitale économique indienne, était le dernier endroit où se réfugiaient encore des assaillants.

La police avait annoncé vendredi soir la fin des opérations à l'Oberoi/Trident, l'autre palace occupé par les islamistes, tandis que les forces spéciales indiennes étaient intervenues vendredi dans un immeuble abritant un centre juif ultra-orthodoxe, également occupé par des hommes armés.

Le bilan des attaques de Bombay s'élève à 195 morts et 295 blessés, a annoncé samedi un responsable du bureau de gestion des catastrophes à Bombay.

Face à ce lourd bilan, les télévisions indiennes ont évoqué un "11 septembre indien", en référence aux attentats contre les Twin Towers de New York en 2001.

Neuf assaillants ont été tués dans les opérations commando indiennes et un autre arrêté, et 15 membres des forces de sécurité ont péri.

Des sources au sein des services indiens de renseignements ont déclaré samedi à l'AFP que huit des assaillants s'étaient infiltrés dans la ville un mois plus tôt, menant "des missions de reconnaissance en prélude aux attaques" et se faisant passer pour des étudiants.

Les raids sur Bombay, lancés mercredi soir, ont surtout visé des étrangers, particulièrement des Américains et Britanniques, ainsi qu'un centre juif. Mais les extrémistes, puissamment armés, ont aussi frappé des cibles indiennes, tuant 50 personnes à la gare centrale de Bombay, et attaqué un hôpital.

La mort d'au moins 26 étrangers - huit Israéliens, cinq Américains, deux Français, deux Australiens, deux Canadiens, un Britannique, une Singapourienne, un Japonais, un Italien, une Thaïlandaise, un Allemand et un Mauricien - a été confirmée par leurs pays respectifs.

Ce chiffre de 26 victimes étrangères pourrait toutefois évoluer, notamment dans le cas où plusieurs d'entre elles posséderaient une double nationalité.

AFP. 29.11.08

17:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

28/11/2008

VIDEO Quand Sarközy était pour la caricature et la liberté d'expression

http://www.wat.tv/video/sarkozy-caricatures-avant-apres-1...

 

Nicolas Sarközy n'a pas obtenu gain de cause vendredi dans son combat contre la poupée vaudou à son effigie, la cour d'appel de Paris décidant de ne pas en interdire la commercialisation, même si elle a jugé qu'elle portait atteinte à la dignité du chef de l'Etat.

 
Poupée vaudou jugement 2.jpg
 

"Grandement soulagée", la société Tear Prod a d'ores et déjà annoncé une nouvelle production de 20.000 exemplaires.

Le 29 octobre, le TGI de Paris, saisi d'une demande d'interdiction du "Manuel vaudou, Nicolas Sarkozy" - un coffret comprenant un ouvrage humoristique sur le chef de l'Etat, une poupée à son effigie et un lot de 12 aiguilles - avait débouté le président de la République.

Vendredi, la cour d'appel a estimé "que l'incitation du lecteur à piquer la poupée, action que sous-tend l'idée d'un mal physique, serait-il symbolique, constituait une atteinte à la dignité de la personne de M. Sarkozy".

Les magistrats ont toutefois considéré qu'il n'y avait "pas lieu d'interdire la poupée", cette mesure n'étant "pas proportionnée".

Ils ont donc enjoint à Tear Prod, éditeur du livret, "d'apposer au besoin par un bandeau, sur tout coffret mis en vente ou proposé à quelque titre que ce soit au public, la mention" de la condamnation.

L'éditeur, qui s'est engagé vendredi à "demander aux libraires de bien vouloir les appeler si, à titre exceptionnel, des exemplaires du premier tirage leur restaient en stock, afin de leur fournir immédiatement un bandeau à poser sur le coffret", devra verser au président un euro de dommages et intérêts.

L'avocat de M. Sarközy, Me Thierry Herzog, devrait s'entretenir avec son client "des suites à donner à cette affaire". Il pourrait en effet décider d'engager une action au civil et réclamer des dommages et intérêts supplémentaires.

Vendredi, Me Herzog s'est déclaré "tout à fait satisfait" de cet arrêt "qui a permis que la loi soit rappelée".

En première instance, les magistrats avaient estimé que la poupée litigieuse ne constituait "ni une atteinte à la dignité humaine, ni une attaque personnelle", mais un gadget s'inscrivant "dans les limites autorisées de la liberté d'expression et du droit à l'humour".

Ils avaient surtout estimé que "nul ne pouvait prendre au sérieux ce procédé et croire qu'il prônerait un culte vaudou tel que pratiqué aux Antilles".

Alors qu'il n'avait même pas effleuré ce sujet en première instance, Me Herzog l'avait finalement abordé en appel. Il avait plaidé qu'inciter des gens à blesser Nicolas Sarközy en criblant sa poupée d'aiguilles "dépassait de loin le droit à la caricature" et constituait une véritable "incitation à la haine".

La cour lui a donné raison sur ce point.

"La caricature et la satire, même délibérément provocantes ou grossières, participent de la liberté d'expression", a-t-elle relevé, mais "il n'en demeure pas moins une limite, toute personne, quelles que soient ses fonctions, ayant droit à la protection des atteintes à la dignité de sa personne".

A ce titre, "le fait d'inciter le lecteur à avoir un rôle actif en agissant sur une poupée dont le visage est celui de l'intéressé et dont le corps porte mention d'expressions qui se rattachent à lui, avec des épingles, piquantes par nature, outrepasse à l'évidence les limites admises et constitue une atteinte à la dignité de cette personne sans qu'il soit nullement besoin de se référer à quelque croyance que ce soit".

C'est la première fois que Nicolas Sarközy poursuit un éditeur depuis son arrivée à l'Elysée, même s'il a déjà saisi à plusieurs reprises la justice sur des questions d'atteinte à son image.

AFP. 28.11.08

Ségolène Royal avait aussi sa "poupée"... elle a perdu l'élection pour une centaine de voix...

 

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un sans-abri agressé et brûlé volontairement en Gironde

SDF brûlé en Gironde.jpg

En signe de solidarité et de soutien, ils ont grossièrement dessiné sa silhouette sur le mur contre lequel il s'est adossé en gémissant. Commerçants et clients du Poulailler, un bar situé place du 14-Juillet à Bègles, étaient encore sous le choc, hier. Outrés.

Mercredi en début de soirée, un SDF a été volontairement et grièvement brûlé aux jambes. Il était allongé dans le hall d'un immeuble voisin où il comptait passer la nuit, comme il le faisait depuis plusieurs jours. Soudain, une cliente de l'établissement « le voit en flammes », raconte la gérante du Poulailler, Françoise Lissonde.

« Elle l'a amené jusque sur la terrasse. Là, on l'a éteint comme on a pu. Il gémissait de douleur », ajoute-t-elle. Des clients, attablés dehors sous une couverture, depuis la suppression voulue par le maire des parasols chauffants, ont accouru au secours du SDF. Guidés au téléphone par les pompiers, ils ont tenté d'étouffer les flammes qui dévoraient les jambes du malheureux au moyen du plaid.

Médicalisé sur place, il a ensuite été conduit au service des grands brûlés de l'hôpital Pellegrin. Au vu de la gravité des faits, la brigade criminelle de la sûreté départementale a été chargée du dossier.

Hier, après enquête de voisinage, audition des témoins et de la victime, toujours hospitalisée, les enquêteurs en étaient à démêler le vrai du faux parmi des versions contradictoires ou des signalements divergents de l'agresseur présumé.

Et preuve n'est pas encore faite que l'agresseur a utilisé un produit inflammable avant d'allumer son briquet.

« Il n'était pas agressif », témoigne encore Françoise Lissonde. « Il venait prendre un café, fumer une cigarette. Avec le froid qu'il faisait, certains avaient signalé sa présence au Samu social. On espère vraiment que l'agresseur va être interpellé. »

Pour le maire, Noël Mamère, il s'agit d'un « fait divers symbolique, révélateur de l'état d'esprit de la société malade d'aujourd'hui où on criminalise les plus pauvres ».

Sud-Ouest - 27.11.08

Sa silhouette dessine une croix sur le mur...

Qui peut être assez méchant à Bègles pour aller brûler un pauvre homme? 

 

23:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Poulet bio à la mélamine

Poulet bio.jpg
La France n'est pas à l'abri de la crise du lait contaminé à la mélamine, une substance toxique utilisée dans les résines et les colles, qui sévit en Chine depuis septembre dernier. Un taux de mélamine cinquante fois supérieur à la norme autorisée a été retrouvé dans près de 300 tonnes de tourteaux de soja importés de Chine par l'entreprise vendéenne Bio nutrition animale, une filiale du groupe Terrena. Ces produits, livrés avant analyses à 127 éleveurs bio des Pays de Loire, ont été incorporés dans la nourriture destinée aux volailles, et les animaux en ont consommé une partie importante.
"L'un des 3 lots importés, de 293 tonnes, présentait un taux de mélamine de 116 mg/kg pour une norme de 2,5 mg. Tous les aliments fabriqués à partir de ces matières ont été retirés du marché début novembre", a indiqué Christophe Courroussé, directeur de la communication de la coopérative Terrena à Ancenis en Loire-Atlantique.

"Aucun danger pour la santé publique"

Mais cette contamination serait sans conséquence sur la qualité de la viande. "Les analyses de viande de porc et de poules pondeuses montrent qu'il n'y a aucun danger pour la santé publique. Contrairement à la dioxine, la mélamine ne s'accumule pas dans l'organisme. Il n'y a pas de transmission dans la chaîne alimentaire", a précisé Frédéric André, de la Direction des services vétérinaires de Vendée. Néanmoins, la société Bio nutrition animale a fait part de son intention de porter plainte pour fraude caractérisée, l'adjonction de mélamine permettant d'augmenter artificiellement le taux de protéines et d'augmenter ainsi le prix de vente du produit.

Les tourteaux de soja à la mélamine ont été utilisés pour fabriquer des aliments pour des éleveurs de 11 départements : Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Deux-Sèvres, Vendée, Calvados, Eure, Ille-et-Vilaine, Indre-et-Loire, Sarthe et Orne. Le soja est un élément indispensable dans la fabrication de l'alimentation animale. Or, selon l'Agence France Presse, la France ne produit que 4.000 tonnes sur les 18.000 tonnes de soja qu'elle consomme chaque année. Il faut donc importer le reste.
Le Point - 28.11.08

22:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Carla fait de l'humanitaire!

carla-bruni humanitaire sida.jpg
Une merveilleuse occasion de voyager et de faire de nouvelles rencontres, loin de l'Elysée...

Après la frénésie de la mode, la volupté de la musique et le luxe de l'Elysée, Carla Bruni-Sarközy est en passe d'embrasser une nouvelle passion. Elle va s'engager dans la lutte contre le sida auprès du Fonds mondial en charge de combattre cette pandémie.
 
L'épouse du chef de l'Etat présentera lundi, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, sa mission auprès du Fonds en présence de son directeur exécutif, le Pr Michel Kazatchkine, lors d'une conférence de presse à 15 heures à l'hôtel de Marigny, à deux pas de l'Elysée, a indiqué la présidence dans un communiqué confirmant une information parue dans l'hebdomadaire l'Express. Carla Bruni-Sarkozy devrait donc devenir ambassadrice mondiale pour la protection des mères et des enfants contre le sida.

Dans une interview à Elle, qui paraît lundi, elle déclare vouloir "mettre à profit" sa médiatisation "pour une cause utile". "Je serai le plus disponible possible avec ceux qui sont sur le terrain avec le Fonds mondial et qui me sollicitent. Je travaillerai main dans la main avec eux", promet la "Première Dame de France" dans l'hebdomadaire.

"Globalement utile"
 
Créé en 2002, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme assure les deux-tiers du financement des traitements de la tuberculose dans le monde, 45% de celui de la prévention et du traitement du paludisme, et près de 30% de celui des programmes de lutte contre le sida. Basé à Genève, le Fonds, partenariat entre gouvernements, société civile, secteur privé et communautés affectées, assure avoir approuvé l'engagement de 11,4 milliards de dollars pour plus de 550 programme et 136 pays. (Quel fromage!)
 
Après son mariage en février avec Nicolas Sarközy, l'ex-mannequin aujourd'hui chanteuse avait déclaré peu après, lors d'un voyage avec son mari en Afrique du Sud, qu'elle souhaitait s'engager dans l'humanitaire. A l'occasion d'une visite d'Etat en Tunisie deux mois plus tard, elle avait visité un village d'orphelins et confié qu'elle souhaitait profiter de son statut de Première dame de France pour être "globalement utile".

LCI.fr - 28.11.08

Le statut de "Première dame" n'existe en France que pour les journalistes! Mais Carla Bruni-Sarközy est persuadée qu'elle est la Première dame de France!

20:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

VIDEO Martin Hirsch hué!

http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafJYLX.html   

Mercredi 26 novembre 2008

20:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Salauds de pauvres blancs, qui gâchent le paysage!

SDFmendicite-sans-abri-misere-sans-domicile-fixe-clochard-2550067.jpg
Un peu de coeur, un peu d'humanité pour ceux qui n'ont plus rien sur cette terre...
Un sans-abri a été retrouvé mort vendredi matin dans le IVe arrondissement de Paris, a-t-on appris de source policière, le sixième en un mois en région parisienne.
 
L'homme âgé de 55 ans a été retrouvé sans vie vers 5 heures sur un trottoir de la rue de la Cerisaie, dans le IVe arrondissement de Paris par un livreur qui venait approvisionner un supermarché. Malgré les efforts des secours l'homme n'a pu être ramené à la vie. Les causes de la mort n'ont pas été précisées.

Après le décès de ce 6e sans-abri en région parisienne, la mairie de Paris a réclamé "un engagement sensiblement accru de l'Etat, tant en termes de pilotage que de financements à la mesure des enjeux", en faveur de l'urgence sociale.
 
Mercredi soir, un homme de 51 ans avait été découvert mort dans la camionnette aménagée dans laquelle il vivait à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

 Six SDF sont décédés récemment dans la région parisienne.

 En un an, selon l'association Emmaüs, 265 sans-abri sont morts dans la rue.

Ndb: Ils ne veulent plus aller dans les centres d'hébergement d'urgence où ils sont volés, molestés, agressés, parfois violés pour les femmes et les plus jeunes, par les caïds qui règnent en toute impunité dans ces lieux! Beaucoup de ces SDF ont aussi un chien qui est leur seul compagnon et qui les protège, mais les chiens ne sont pas acceptés...

19:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Bombay: la bataille continue contre les preneurs d'otages islamistes

Bombay forces spéciales larguées sur le centre juif.jpg
Forces spéciales larguées sur le Centre juif Nariman House - 28 novembre 2008
Bombay carte attentats.jpg

Les forces indiennes continuaient vendredi à traquer les islamistes armés retranchés à Bombay, deux jours après les spectaculaires attaques, accompagnées de prises d'otages, qui ont fait plus de 130 morts dans la ville, dont au moins 17 étrangers.

Les commandos des forces spéciales luttaient toujours pour reprendre le contrôle de la situation, encore très confuse bien que la police ait annoncé la fin des opérations dans l'Oberoi/Trident, l'un des deux hôtels de luxe attaqué mercredi avec un autre palace, le prestigieux Taj Mahal.

On ignorait en fin de journée combien d'assaillants restaient en liberté et combien d'otages étaient encore retenus, après la libération de dizaines d'entre eux, notamment des étrangers.

Selon un diplomate israélien, cinq otages israéliens ont été tués au Centre juif, autre cible des attaques contre lequel les forces spéciales ont donné l'assaut vendredi à l'aube. Ces otages ont été tués par les islamistes au cours de l'assaut, d'après un responsable indien.

 Des échanges de tirs nourris étaient entendus aux abords du Taj Mahal, où l'armée a lancé un assaut à la grenade pour déloger un ou plusieurs islamistes. La police a annoncé que des explosifs susceptibles de provoquer des "dégâts majeurs" avaient été découverts dans cet hôtel.

L'Inde a ouvertement accusé le Pakistan, son voisin et rival, d'être derrière ces attaques coordonnées, très bien orchestrées, qui ont frappé une dizaine de cible à travers Bombay, une ville de 13 millions d'habitants. Islamabad a fermement démenti.

Des responsables occidentaux avaient eux évoqué la piste du réseau terroriste Al-Qaïda.

Les raids, revendiqués au nom d'un groupe islamiste inconnu disant se battre pour la défense des musulmans d'Inde, ont visé en particulier des étrangers, plus spécifiquement des clients américains et britanniques des deux palaces, symboles de la richesse de Bombay, ainsi que le Centre juif.

Les islamistes, armés de fusils automatiques et de grenades, visiblement très jeunes, ont aussi frappé des cibles indiennes, comme la gare centrale de Bombay où ils ont fait 50 morts.

Un hôpital accueillant des femmes et des enfants pauvres a également été attaqué.

Selon un bilan provisoire, au moins 130 personnes ont été tuées et plus de 370 blessées dans ces attaques et les tirs qui ont suivi.

La mort d'au moins 17 étrangers a été jusqu'à présent confirmée par leurs autorités nationales.

Outre les cinq otages israéliens tués au Centre juif, on compte deux Américains, deux Français, deux Australiens, un Britannique, un Japonais, un Allemand, un Canadien, un Italien et un Singapourien.

Dans les hôtels Oberoi/Trident et Taj Mahal, les commandos indiens ont poursuivi vendredi leur minutieuse opération de ratissage, explorant une par une les centaines de chambres pour en déloger les derniers islamistes.

Neuf assaillants ont été tués au cours des opérations et un autre arrêté, et 15 hommes des forces de sécurité tués, a déclaré le vice-Premier ministre de l'Etat du Maharashtra, R.R. Patil.

A l'Oberoi/Trident, où 93 otages avaient été libérés vendredi matin, la police a annoncé avoir découvert 24 cadavres, précisant que les opérations étaient terminées.

Aux abords du Centre juif, des centaines de personnes se sont rassemblées en fin de journée pour acclamer les soldats, croyant l'opération terminée.

Mais la police a averti que la fouille du bâtiment, "étage par étage", se poursuivait, pendant que la foule était appelée à quitter les lieux.

Des otages libérés, comme des policiers ou soldats, ont raconté les scènes d'horreur vécues à l'intérieur des hôtels, témoignant de la détermination des assaillants.

"Ce sont des gens impitoyables. Ils ouvraient le feu sur quiconque se trouvait face à eux", a raconté un commando de marine. Il y avait "du sang partout", "des corps gisant ça et là".

Ces attaques d'une ampleur inédite, qui ont frappé le coeur financier de la dixième puissance économique mondiale, ont été revendiquées au nom d'un groupe islamiste, les Moujahidine du Deccan, du nom du plateau qui couvre le centre et le sud de l'Inde.

L'un des assaillants de l'Oberoi/Trident, interrogé par une télévision, a affirmé que le groupe réclamait la fin des "persécutions" contre les musulmans d'Inde, une forte minorité de 150 millions de personnes, victimes de violences par le passé, dans ce pays de 1,2 milliard d'habitants, hindous en majorité.

Mais l'Inde a une nouvelle fois vu la main du Pakistan, souvent accusé par Delhi de soutenir des groupes islamistes auteurs d'attentats sur le sol indien.

"Selon des informations préliminaires, des éléments au Pakistan sont responsables", a déclaré vendredi le ministre indien des Affaires étrangères Pranab Mukherjee.

Islamabad, qui a rejeté ces accusations, a annoncé la prochaine visite en Inde du chef des services de renseignement pakistanais, le puissant Inter-Services Intelligence (ISI), le général Ahmed Shuja Pasha, afin d'aider à l'enquête.

Une démarche inédite alors que les deux pays, rivaux depuis leur fondation en 1947, accusent régulièrement les services de renseignement de l'autre de tentatives de déstabilisation.

Selon l'agence indienne PTI, citant des sources officielles, trois extrémistes, dont un Pakistanais, ont été arrêtés dans le Taj Mahal.

Ils appartiendraient, selon l'agence, au Lashkar-e-Taïba, un groupe islamiste basé au Pakistan, connu notamment pour avoir attaqué le Parlement indien en 2001, un attentat qui avait précipité l'Inde et le Pakistan au bord d'une nouvelle guerre.

18:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Deux Français ont été tués à Bombay

La fondatrice du groupe de lingerie féminine Princesse Tam Tam, Loumia Hiridjee, et son époux Mourad Amarsy, ont été tués lors des attentats à Bombay, a déclaré vendredi à l'AFP Roland de Farcy, président du groupe.

Il s'agit des deux Français dont la mort avait été annoncée plus tôt par le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a-t-on par ailleurs précisé de source proche du dossier.
Les attentats à Bombay ont fait au moins 130 tués.

"L'ambassade et les services du consulat nous ont appris il y a deux heures le décès de Mourad Amarsy et Loumia Hiridjee", a déclaré M. de Farcy.

Selon une source diplomatique, le couple s'est retrouvé pris dans une fusillade.

Loumia Hiridjee, 46 ans, d'origine malgache mais de nationalité française, avait fondé Princesse Tam Tam avec sa soeur Shama en 1985. Elle avait trois enfants.

Mme Hiridjee s'occupait toujours de la ligne de Princesse Tam Tam, racheté par le distributeur japonais Fast Retailing fin 2005.

 Loumia et Shama Hiridjee ont une vingtaine d'années lorsqu'elles fondent Princesse Tam Tam. Les deux soeurs tiennent au départ une petite boutique dans le sixième arrondissement de Paris, où elles vendent des caleçons pour hommes en cotonnade, que s'arrachent les femmes.

D'où l'idée de lancer une ligne de lingerie gaie et colorée, à mi-chemin entre les culottes confortables couleur chair et les guêpières noires affriolantes qui dominent alors le marché.

Elles enrôlent une copine styliste, se décident pour un nom, "Princesse Tam Tam", inspiré d'un film de 1935 où Josephine Baker apparaît en petite tenue, et fixent des prix assez doux. Le succès est immédiat, surtout auprès des adolescentes.

Fin 2005, Princesse Tam Tam a été racheté par le groupe japonais Fast Retailing, également propriétaire des enseignes Comptoir des cotonniers et Uniqlo, pour 70 millions d'euros.

L'enseigne, présente dans 45 pays, compte 158 magasins dans le monde, principalement en France mais aussi en Belgique, Allemagne et Italie.

Ndb: C'est une notice nécrologique ou une publicité pour le groupe, cette info AFP?

 

 

 

 

18:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

27/11/2008

VIDEO Sarközy de plus en plus ridicule!

http://www.dailymotion.com/video/x7jg57_tgv-parisstarsbou...

Carte TGV Est.jpg
Le TGV Est-Européen est en service depuis le 10 juin 2007!

23:16 Publié dans Blog | Tags : sarkozy, tgv est européen | Lien permanent | Commentaires (9)

VIDEO Quel gaspillage!

Korotoumou, réfugiée ivoirienne, vit avec ses deux enfants dans une chambre d'hôtel insalubre de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). Un logement payé plus de 1500 euros par mois par l'Aide sociale à l'enfance du département.

Depuis plusieurs mois, elle dénonce ses conditions de vie lamentables auprès du gérant de l'hôtel, des assistantes sociales qui la suivent, de la mairie et de la police. Mais qu'attend-elle pour retourner en Afrique?  



 http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafJYuR.html

26.11.08

 

 

22:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

VIDEO Boutin lèche-cul - Les SDF blancs préfèrent mourir de froid plutôt que d'un coup de couteau au milieu des cafards!

http://www.dailymotion.com/video/x7jgq1_christine-boutin-...

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Pris les doigts dans le pot de confiture!

http://www.dailymotion.com/video/x7jfsj_nicolas-sarkozy-m...

20:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Diabolique ironie du sort...

Un CRS et trois enfants ont été blessés, dont un très grièvement, mardi après-midi à Saint-Chamond après avoir été fauchés par une voiture lors d'une "séance de sensibilisation à la Sécurité routière".

La victime grièvement blessée est une fillette de 11 ans qui a été admise aux urgences pédiatriques du CHU de Saint-Etienne avec un pronostic vital engagé. Les deux autres enfants et le CRS, plus légèrement blessés, ont eux aussi été hospitalisés.

L'accident est survenu en début d'après-midi dans le centre-ville quand un groupe de 17 enfants d'une école primaire, encadré par deux enseignants et deux CRS détachés à la Prévention routière, effectuait une sortie sur le terrain pour être "sensibilisé" à la dangerosité des carrefours.

Deux voitures sont alors entrées en collision au carrefour. L'un d'elles a été projetée dans la vitrine d'un commerce, percutant sur son passage trois enfants et un des deux CRS qui se trouvaient sur le trottoir. Les deux conductrices en cause dans cet accident, dont l'une semble avoir grillé un feu rouge, ont été placées en garde à vue. Celle-ci a été maintenue mercredi. Une cellule d'assistance psychologique a été mise en place...

LCI.fr - 27.11.08

Ndb: Assez de ces sorties scolaires "sur le terrain" où les enfants sont exposés à tous les dangers, alors qu'ils devraient être en classe à étudier et à faire leurs devoirs!

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Un A320 s'abîme au large de Perpignan

A320.jpg

Un Airbus A320 néo-zélandais, avec 7 personnes à bord (et non cinq comme indiqué dans un premier temps), qui était en phase d'atterrissage à Perpignan, s'est abîmé jeudi  27 en mer Méditerrannée, au large du Canet-en-Roussillon. L'avion effectuait un vol d'entraînement. Toujours selon nos informations, le crash a été signalé aux secouristes par de nombreux riverains à 16h47.

"L'avion a coulé dans la mer, nous ne voyons plus que des débris. On nous a prévenus de la présence de 7 personnes à bord", a expliqué à LCI.fr le capitaine Rigal du Codis 66. Et selon nos informations, un premier corps sans vie a été repêché. Les six autres sont toujours portés disparus.

Le plan rouge a été déclenché. Des ambulances, des plongeurs et de nombreux moyens maritimes ont été envoyés sur place par le CROSS méditerrannée, qui gère les opérations.

LCI.fr - 27.11.08

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Lagarde est déterminée à faire de Paris une grande place d'accueil pour la finance islamique

Illamic Bank of Britain à Londres.jpg
Comment fonctionne une banque halal?

Révolution en vue dans le monde bancaire. Après Londres, où la première banque islamique a ouvert ses guichets dès septembre 2004, la France pourrait autoriser d’ici à juin 2009 des banques respectant la charia à s’installer dans l’Hexagone en France. Selon nos informations, elles sont au moins trois à avoir déposé une demande d’agrément : la Qatar Islamic Bank, qui dispose déjà d’une filiale à Londres, la Kuwait Finance House et la Al-Baraka Islamic Bank originaire de Bahreïn, l’une des monarchies pétrolières du golfe Persique.


« Dans un premier temps, ils se cantonneront à des activités de financement et d’investissement avant de se lancer d’ici deux ou trois ans dans la banque de détail », confie l’un des experts du cabinet Moody’s en France. Leur cible : les 5 millions de musulmans résidant en France. Un marché alléchant : selon une enquête réalisée en mai 2008 par l’Ifop, « 500 000 personnes d’origine musulmane seraient très intéressées par des emprunts bancaires respectant la charia ».


De ce point de vue, « l’importation en France de la finance islamique serait un facteur d’intégration », souligne Hervé de Charette, président de la chambre de commerce franco-arabe. Principal obstacle : « La finance islamique fait peur car elle est, à tort, assimilée à l’intégrisme religieux, voire au financement du terrorisme », déplore Elyès Jouini, professeur d’économie à l’université de Paris-Dauphine. Voilà pourquoi « les banques françaises sont encore très frileuses sur le sujet », remarque Hervé de Charette.
La crise économique mondiale vient toutefois de bouleverser la donne. De New York à Hongkong, toutes les places financières de la planète s’arrachent désormais les milliards de dollars amassés par les monarchies pétrolières du Golfe.

Drainer en France une partie de cette manne, particulièrement en cette période de crise, tel est l’objectif affiché par Christine Lagarde. « Nous sommes déterminés à faire de Paris une grande place d’accueil de la finance islamique », a affirmé hier la ministre de l’Economie en inaugurant le deuxième forum français de la finance islamique.
Le Parisien. 27.11.08

 

 

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

L'émouvante récupération d'une humble valise...

Camp prisonniers de guerre.jpg
Tri du courrier et salle commune (photo Roger Viollet)

Soixante-trois ans après, le fils d'un prisonnier de guerre français a récupéré la valise de son père détenu de 1940 à 1945 dans un stalag du côté de Dortmund, grâce à la perspicacité d'une jeune étudiante allemande.

"Une surprise énorme, un moment intense d'émotion", a déclaré à l'AFP, Alain Eymard, 70 ans, qui n'a pas hésité à se mettre au volant de sa voiture pour parcourir les 800 km qui sépare son village de Ciel, en Saône-et-Loire, de celui de Meschede, près de Dortmund, en Allemagne.

Deux jours auparavant, le septuagénaire avait eu la "surprise" de recevoir un courriel "d'un cousin éloigné", habitant Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme), lui apprenant la nouvelle de la découverte de la valise de son père Georges.

"C'est une jeune étudiante allemande de 18 ans, Kristin Schlinker, qui, pour un exposé de français, s'est mise à la recherche de documents dans le grenier de la maison familiale de Meschede et a découvert une valise qui dormait là depuis 1945", a raconté Alain Eymard.

"Les documents qu'elle contenait lui ont permis d'avoir une bonne note, ce qui l'a encouragée à retrouver son propriétaire! ", a-t-il poursuivi.

"Quand j'ai ouvert la valise, c'est une vraie bouffée de tendresse qui en est sortie", a affirmé M. Eymard, des sanglots dans la voix.

"Mon père avait gardé toute les lettres de ma mère Marie-Lou avec les photos où je me suis retrouvé bambin", a-t-il ajouté.

Y figuraient aussi des affiches de spectacles de théâtre que le prisonnier de guerre organisait "pour amuser les copains", certaines avec les noms de tous ces comédiens amateurs.

Un tableau "peint par un copain du stalag et dédicacé à mon père" et des "cartes de menus gastronomiques de Noël fantaisistes" élaborés "par jeu et humour" par les prisonniers, se trouvaient aussi dans le bagage. Tout comme "la photocopie d'un ausweiss (permis) au nom de ma mère avec l'adresse", ce qui devait faciliter les recherches. Tout était dans un très bon état de conservation, a précisé Alain Eymard.

"Mon père - décédé en 2004 - ne nous avait jamais parlé de cette valise. En fait il ne s'épanchait pas sur cette période de sa vie", a-t-il regretté.

Détenu au stalag près de Dortmund, après avoir été capturé sur les plages normandes en 1940, Georges Eymard travaillait dans une scierie et "mangeait le midi dans une famille".

Alain et son épouse ont pris la route pour l'Allemagne le 15 novembre dernier pour récupérer la valise. "Nous avons été superbement accueillis, toute la famille nous attendait sur le perron de la maison et, a encore raconté Alain, nous avons pu échanger quelques mots de français avec Kristin et une grande tante qui avait connu mon père et qui était toute émue de serrer dans ses bras le fils de Georges".

AFP. 27.11.08

17:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)