Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1704

  • John Demjanjuk restera en prison - Camp de Sobibor en Pologne

    SobiborMuseum construit en 1993.jpg
    Camp de Sobibor - Musée construit en 1993
    chapelle de Sobibor.jpg
    Chapelle du village de Sobibor
    Gare de Sobibor.jpg
    Gare terminus du village de Sobibor
    Le camp, construit près de la gare en mars 1942, a été utilisé par les Nazis de mai 1942 à octobre 1943.  
    (Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

    De nombreux criminels de guerre nazis ont échappé à la justice allemande en raison d'un relâchement de la traque à partir des années 1970. Mais John Demjanjuk, lui, attendra son éventuel procès en détention.

    Tous les obstacles sont désormais levés. La justice allemande a estimé que John «Yvan» Demjanjuk, ancien gardien du camp nazi de Sobibor pendant la Seconde Guerre mondiale, était apte à rester en prison en attendant son éventuel procès pour son implication dans la mort de 29 000 Juifs. À moins d'une subite dégradation de sa santé physique ou mentale, ce qui sera sans doute le dernier grand procès de criminel nazi devrait donc avoir lieu en Allemagne. Cependant, de nombreux Nazis recherchés sont passés au travers des mailles de la justice allemande, qui n'a pas toujours fait preuve d'une grande diligence.

    «Ces dernières années, les poursuites judiciaires contre les criminels nazis en Allemagne ont souffert d'un manque de volonté», estime Efraim Zuroff, directeur de centre Wiesenthal de Jérusalem et l'un des derniers grands chasseurs de nazis encore en activité.

     

    90 % des criminels de guerre nazis non jugés

     

    Dans l'après-guerre immédiate, les forces d'occupation de l'Allemagne organisent à Nuremberg le procès des 24 principaux responsables du régime nazi. En 1952, lorsque la pression des alliés occidentaux pour pourchasser les criminels s'émousse, la justice allemande s'endort. Jusqu'en 1958, lorsque dix responsables de la Gestapo sont jugés à Ulm. La même année est créé le centre de Ludwigsburg, chargé d'élucider les crimes nazis. Les années 1960 sont marquées par plusieurs grands procès, dont ceux des crimes commis à Auschwitz, Treblinka et Majdanek. L'Allemagne fait son examen de conscience à travers ces procès spectaculaire. Mais peu à peu elle renonce à la traque systématique et sans relâche des auteurs des crimes.

    Le nombre des criminels traduits devant les tribunaux décline d'année en année. Depuis 1945, la justice allemande a condamné quelque 6 500 criminels de guerre nazis à des peines plutôt sévères mais, pendant la même période, les enquêteurs ont lancé 106 000 procédures : 90 % des criminels n'ont pas été traduits en justice. « Ils ont tranquillement élevé des lapins et des truites aux États-Unis ou en Amérique latine, écrit le grand juriste de la Süddeutsche Zeitung, Heribert Prantl. «La compréhension pour les criminels nazis était plus grande que la disposition à leur faire assumer la responsabilité de leurs crimes.»

    Le Conseil central des juifs en Allemagne se félicite que Demjanjuk soit enfin traduit en justice. Il y voit l'une des dernières occasions d'établir des faits concrets pour nourrir la mémoire des générations futures. Cependant, Charlotte Knobloch, sa présidente, déplore «l'indulgence» des enquêteurs à l'égard des criminels qui a coûté un temps précieux à la justice. «Une grande partie de la population de l'Allemagne d'après-guerre a enfoui la vérité effrayante des crimes nazis en estimant que l'on avait suffisamment œuvré pour la justice avec les grands procès», affirme Knobloch. Kurt Schrimm, enquêteur en chef du centre de Ludwigsburg et fer de lance d'une nouvelle génération de juristes plus motivés, rejette les accusations de lenteur. Schrimm se dit persuadé qu'il obtiendra la condamnation de Demjanjuk.

    Le Figaro - 14 mai 2009

  • Berlusconi ne veut pas d'une Italie multiethnique!

    Des clandestins refoiulés arrivent en Libye.jpg
    Des clandestins refoulés d'Italie manifestent leur colère à Tripoli - 7 mai 2009
    (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

    Les propos de Silvio Berlusconi, qui a rejeté l'idée d'une Italie multiethnique pour justifier des reconduites en Lybie, suscitent la polémique.

    Fram est désespéré. Cet adolescent gambien de 17 ans a dépensé toutes les économies que sa tante lui avait données pour gagner l'Angleterre. Vendredi, avec 226 autres clandestins, il a été ramené en Libye par des ­garde-côtes italiens. Leur embarcation avait été arraisonnée en haute mer, sur indication des autorités maritimes libyennes. C'était la première fois que Tripoli acceptait de reprendre des immigrés partis de son territoire. En deux jours, plus d'un demi-millier de clandestins interceptés en mer ont été refoulés vers ce pays.

    Ces opérations ont suscité une vive polémique. Le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni (Ligue du Nord) parle de «décision historique»: pour la première fois, Tripoli applique l'accord bilatéral sur la régulation des flux d'immigration. De Charm el-Cheikh où il se trouvait mardi, Silvio Berlusconi a affirmé que ces arrivages massifs de clandestins par voie maritime en Italie «ne sont pas le fruit du hasard, mais le résultat d'une stratégie délibérée de bandes criminelles planifiant ces transferts de manière scientifique». Il refuse que l'Italie, avec 7 % de population immigrée, ne devienne multiethnique.

    Sur les 26 800 clandestins entrés l'an dernier en Italie, 23 000 étaient arrivés par la mer. Quelque 6 000 l'ont fait depuis le début de l'année : 85 % d'entre eux ont débarqué sur l'île de Lampedusa.

    Le pays consacre un effort important pour contrôler ses côtes. Plus d'un demi-millier de garde-côtes, vedettes et unités de la marine patrouillent en permanence dans le canal de Sicile.

    Lundi soir, le patrouilleur Spica a débarqué à Porto Empedocle (Sicile) 69 immigrés - dont seize femmes - recueillis la veille dans les eaux sous juridiction maltaise, mais dont ni La Valette ni Tripoli n'avaient voulu.

    Le ministre des Affaires étrangères Franco Frattini a transmis à Bruxelles un dossier accablant sur l'internement dans les camps de transit maltais, dans des conditions d'une dureté sans équivalent en Italie. Il réclame une réunion extraordinaire de l'Union européenne pour endiguer l'afflux d'immigrés et «ne pas laisser l'Italie seule».

    Silvio Berlusconi de son côté en discutera avec Mouammar Kadhafi lors de sa venue en Italie, les 11 et 12 juin.

        Le Figaro - 12 mai 2009
  • Journée mondiale contre l'homophobie

    Homophobie.jpg
     Des transgenres à Paris, le 16 mai 2009
    (Cliquez sur la photo pour la voir en entier)

    La journée internationale contre l'homophobie, lancée à l'origine à l'initiative d'une organisation québécoise, est célébrée dans une cinquantaine de pays ce week-end pour rappeler que si "l'homosexualité n'a pas de frontières" la discrimination n'en a pas non plus.

    Cette journée intervient au lendemain de l'annonce en France que la transsexualité ne sera plus classée comme une maladie mentale, une décision gouvernementale qualifiée d'"historique" par les associations concernées.

    "Il y a 192 pays à l'ONU et, dans la moitié, l'homosexualité est encore interdite, notamment sur l'essentiel du continent africain, dans les pays arabes et en Asie", souligne Laurent McCutcheon, président de la Fondation Emergence, à l'origine de la journée contre l'homophobie.

    La première journée contre l'homophobie a été organisée au Québec en 2003 et, depuis, l'idée a été reprise dans d'autres pays.

    "Ces trois dernières années on voit des initiatives un peu partout", a indiqué M. McCutcheon à l'AFP, précisant que des manifestations devaient avoir lieu dans une cinquantaine de pays ce week-end.

    Le 17 mai a été choisi pour cette journée (International Day Against Homophobia, en anglais, connue sous l'acronyme IDAHO), car c'est un 17 mai que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait retiré l'homosexualité de la liste des maladies mentales.

    "Il y a encore beaucoup de travail à faire", souligne toutefois le président d'Emergence. Soixante-sept pays seulement ont signé la déclaration relative aux "droits de l'homme et à l'orientation sexuelle et l'identité de genre", présentée l'an dernier à l'Assemblée générale de l'ONU à l'initiative de la France et des Pays-Bas. "Le Vatican n'a pas voulu la signer", relève M. McCutcheon.

    "La Russie semble être un noyau dur", a-t-il aussi estimé à propos des violences dont sont victimes des membres des communautés, gay, lesbienne ou transgenre dans ce pays.

    La Russie a maintenu vendredi son veto à la "gay pride" prévue pour coïncider samedi avec la finale du concours de l'Eurovision à Moscou, laissant ainsi planer un risque d'incidents. Lors de précédents défilés interdits en 2006 et 2007, de jeunes ultra-nationalistes avaient violemment agressé des militants gay.

    Emergence a indiqué avoir reçu des demandes de matériel promotionnel ou des annonces d'initiatives émanant d'organisations de pays comme l'Albanie, l'Allemagne, l'Australie, la Belgique, la France, l'Italie, la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis.

    En France, où plusieurs manifestations étaient prévues et où un congrès se tenait vendredi sur le respect des droits des homosexuels, le thème cette année est la "transphobie", ou refus des personnes transgenres.

    Une centaine d'homosexuel(le)s, bi- et transsexuels ont participé samedi à Paris à la première cérémonie nationale en hommage aux victimes de l'homophobie.

    Un sondage rendu public vendredi par Emergence montre que les enfants d'immigrants ont une conception nettement plus positive de l'homosexualité que leurs parents. "C'est rassurant de voir que les immigrants de la deuxième génération adhèrent aux valeurs de la société québécoise", a jugé M. McCutcheon au cours d'une conférence de presse.

    Il a indiqué que son organisation comptait s'attaquer l'an prochain à l'homophobie dans le monde du sport. "C'est tout un défi", a commenté la ministre québécoise de l'Immigration Yolande James qui assistait à la présentation.

     

  • Allocution de Ban Ki-Moon censurée par la presse

    Allocution de ban ki moon censurée par la presse.jpg
    Allocution de Ban Ki-Moon lors de la 63ème cession de l'Assemblée générale pour le 60ème anniversaire de l'admission d'Israël [à l'ONU]
    11 mai 2009

  • OLIVIER MESSIAEN - Quatuor pour la fin du temps - 4ème mouvement: intermède

    O.Messiaenjpg.jpg
    Olivier Messiaen, compositeur français (1908- 1992)

    podcast
    Ce Quatuor a été écrit pendant la captivité d'Olivier Messiaen dans le camp de Görlitz (Silésie) et créé dans ce camp le 15 janvier 1941 avec trois autres prisonniers de guerre.
    Cet extrait est le quatrième mouvement du "Quatuor pour la fin du temps" (qui en comporte huit), intitulé "Intermède".
    Envoi de G.R. que nous remercions

  • Les transsexuels ne sont plus des malades mentaux à partir du 16 mai 2009

    Trans ne sont plus des malades mentaux.jpg
    Manif de prostituées et de transsexuels en 2007 à Paris
    (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

    La transsexualité ne sera plus classée en France comme une maladie mentale, une décision gouvernementale qualifiée samedi d'"historique" par les associations concernées, à la veille de la journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie.

     La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a saisi "ces derniers jours" la Haute autorité de santé en vue d'un décret sortant la transsexualité de la catégorie des affections psychiatriques, a déclaré une porte-parole du ministère.

    Jusqu'à présent, les transsexuels bénéficiaient d'une exonération du ticket modérateur pour leur prise en charge médicale au titre d'une affection de longue durée classifiée ALD23 pour "troubles récurrents ou persistants".

    Pour le ministère de la Santé, il s'agit d'un "signal fort envoyé à l'ensemble de la communauté", les transsexuels ressentant "cette admission en ALD23 comme stigmatisante".

     

    Cette classification, découlant de celle de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), était aussi liée au fait que la transsexualité figurait sur la liste des pathologies recensées dans le manuel médical DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) auquel se réfère le corps médical, tout comme l'était l'homosexualité il y quelques années.

    Dans une tribune parue dans Le Monde daté de dimanche-lundi, de nombreuses personnalités dont la première secrétaire du PS Martine Aubry, la communiste Marie-George Buffet, le Vert Daniel Cohn-Bendit ou encore les Prix Nobel Françoise Barré-Sinoussi (médecine) ou Elfriede Jelinek (littérature), ont demandé à l'OMS "de ne plus considérer les transsexuels comme atteints de troubles mentaux".

    C'est parce que l'OMS avait décidé le 17 mai 1990 de sortir l'homosexualité de la liste des maladies mentales, que cette date a été retenue pour la Journée mondiale contre l'homophobie, célébrée dimanche et dès samedi dans de nombreux endroits.

    Il est donc symbolique que la France choisisse ce moment-là pour être "le premier pays au monde" à "supprimer la transidentité de la liste des maladies mentales", a commenté le Comité IDAHO (International Day Against Homophobia and transphobia).

    Cette "décision historique" est aussi "une explosion d'espoir pour toutes les personnes trans du monde", a estimé Joël Bedos, secrétaire général du Comité IDAHO.

    L'association Homosexualités et Socialisme (HES) a "salué" également cette annonce qui répond "à une revendication portée de longue date" de la communauté lesbienne, gay, bi et trans de France (LGBT). Pour HES, il est "temps, à présent, de passer du symbole aux actes concrets, en luttant contre les violences et les discriminations qui pèsent sur les trans".

    Car au-delà de "cette mesure de déclassification, il reste encore beaucoup à faire pour que le transsexuels (...) soient pleinement reconnus comme des citoyens de première zone", a insisté pour sa part la coordination Inter-LGBT.

    AFP. 16/05/09

  • Suicide d'Amaury, 15 ans, handicapé physique: "certains élèves se moquaient de lui"

    Amaury suicide collège.jpg
    L’ambiance était pesante hier au collège privé Haffreingue de Boulogne-sur-Mer, les élèves restaient sous le choc après l’annonce de la mort d’un de leurs camarades. Amaury, 15 ans, en classe de 3ème , s’était jeté la veille du troisième étage de l’établissement. Vers midi, ce jeudi, il aurait quitté sa classe de cours et a gagné l’escalier de service.
    A environ 12 mètres du sol, il aurait enjambé une rambarde puis serait tombé dans le vide avant de chuter, la tête la première, dans la cour de récréation sous les yeux de nombreux témoins. Il a été transporté d’urgence dans un état critique à l’hôpital où il est décédé dans la soirée.

     

    Selon certains amis, il supportait mal ses problèmes de santé à la hanche qui le handicapaient. Se déplaçant avec des béquilles, il devait régulièrement s’absenter pour des examens. « J’ai vu le corps à terre, raconte Anne-Charlotte, on reste sous le choc. Il était un peu diminué physiquement et certains élèves se moquaient de lui.

      Fils de médecins, Amaury n’aurait pas laissé de lettre, selon les autorités, pour expliquer son geste désespéré. « Il ne parlait pas beaucoup, il était souvent devant son ordinateur. En apparence, rien ne laissait présager une telle issue », confie un proche de la famille.


    Sur les grilles de l’établissement, proche du centre-ville, plusieurs adolescents ont accroché des roses blanches avec des mots de condoléances.

    (Leparisien.fr- 16 mai 2009)

  • L'Algérien ex-détenu de Guantanamo hospitalisé à Clamart

    L'Algérien Lakhdar Boumediene, ex-détenu de Guantanamo arrivé vendredi en France, se trouvait samedi à l'hôpital militaire Percy à Clamart, à l'ouest de Paris, a-t-on appris de sources militaires, une admission entourée de la plus grande discrétion.

    L'ex-détenu de 42 ans innocenté pa la justice américaine, affaibli par plus de sept ans d'emprisonnement et plus de deux ans de grève de la faim, avait atterri vendredi sur la base militaire d'Evreux (Eure), selon les mêmes sources.

    Lakhdar Boumediene, qui a voyagé dans un avion militaire américain, devait retrouver en France sa femme, Abassia Bouadjimi, et leurs deux filles, Radjaa, 13 ans, et Rahma, 8 ans, arrivées depuis peu d'Algérie où elles résidaient, selon l'avocat américain de l'ex-détenu, Robert Kirsch.

    Selon l'avocat, Lakhdar Boumediene devrait passer quelques jours à l'hôpital pour des examens.

    Il devrait ensuite rejoindre un appartement mis à sa disposition par le gouvernement français pour se réadapter à une vie normale.

    Le reste de la famille de l'ex-détenu résidant en France affirmait samedi quant à elle n'avoir aucune nouvelle de lui depuis plusieurs jours.

     "On n'a pas dormi de toute la nuit. On est de plus en plus stressé parce qu'on ne sait rien du tout", a déclaré à l'AFP sa belle-soeur, Louiza Baghdadi, qui vit à Nice avec ses cinq enfants dans un appartement où elle se dit disposée à accueillir son beau-frère.

    Mme Baghdadi, avec des larmes dans la voix, s'est dit certaine que son beau-frère "n'est pas bien".

    "Ce qui serait normal c'est que le gouvernement nous donne des informations, nous dise comment il est entré, comment il va, qu'on sache s'il va venir ou non habiter chez nous. Mais nous ne sommes au courant de rien", a-t-elle dit.

    L'hôpital d'instruction des armées Percy de Clamart (Hauts-de-Seine) est un hôpital polyvalent, d'une capacité de 426 lits, dont le personnel est composé majoritairement de militaires mais qui accueille principalement des patients civils. L'hôpital avait accueilli le président palestinien Yasser Arafat, qui y était mort en novembre 2004.

    AFP. 16/05/09

     

  • FÊTE DU LIVRE SOUS L'AQUEDUC

    affiche fete du livre.JPG
    (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)
    Dimanche 17 mai, durant la matinée, les coureurs à pied se donneront rendez-vous à Ventabren pour la traditionnelle course pédestre. Mais dès midi, ils pourront se restaurer dans le parc du Château de Roquefavour et participer à la première fête du livre sous l’aqueduc qui regroupera une trentaine d’auteurs et éditeurs régionaux.

    Poursuivant sa volonté de promotion des auteurs régionaux et de présentation de son catalogue, la maison d’édition PROLEGOMENES, en partenariat avec le CRUSOE, organisera le dimanche 17 mai une fête du livre dans le cadre exceptionnel du Château de Roquefavour, à 10 minutes d’Aix-en-Provence, au pied même de l’Aqueduc de Roquefavour, plus grand aqueduc en pierre du monde, classé monument historique.

    CHÂTEAU DE ROQUEFAVOUR
    RD 65 -
    4642, route de Roquefavour
    13122 Ventabren

  • VIDEO Carla Bruni rencontre cinq lectrices de Femme Actuelle

    Quelques vues:  http://www.youtube.com/watch?v=BsQiKvr4EOo 

    Carla Bruni a accordé une interview d'une heure à 5 lectrices de Femme Actuelle.

     Pour le numéro de lundi prochain, Femme Actuelle a augmenté son tirage.


    Sur Le Post, Marie-Laure Zonszain, chef de rubrique actualité de Femme Actuelle, raconte les coulisses de l'interview.

    Carla Bruni-Sarkozy a-t-elle accepté rapidement votre invitation?
    "Quand Carla Bruni-Sarkozy est arrivée dans le paysage pipolitique français, nous nous sommes dit que nous pourrions l'interviewer dans le cadre de ces rendez-vous que nous organisons avec nos lectrices et différentes personnalités. Nous avions par ailleurs reçu Nicolas Sarkozy avant la présidentielle. Nous avions fait la demande et un jour son attachée de presse m'a rappelée et m'a dit que l'idée d'être interviewée par des lectrices lui plaisait beaucoup. En outre, elle lance sa fondation sur la culture et l'éducation, donc ça lui permettait d'en parler."

    Comment s'est passée la rencontre avec vos lectrices?
    "Très bien. Carla Bruni n'avait aucune exigence, elle ne s'est braquée sur rien et à répondu à toutes les questions. Nous avions rendez-vous vers 15h et nous sommes arrivées en avance pour nous préparer. Nous ne nous y attendions pas, mais Carla Bruni est arrivée elle aussi en avance, elle est venue nous dire bonjour et elle est restée tout le temps de la préparation avec nous. Ce moment a contribué à briser la glace. Elle a mis à l'aise nos lectrices tout de suite. Elle n'est vraiment pas conventionnelle!"

    Des moments ou des questions vous ont marquée?
    "Quand une lectrice lui a demandé si elle aimerait redevenir anonyme, elle a alors répondu "Je me déguise". Au départ, nous pensions que c'était une blague, mais elle nous a affirmé que c'était réellement le cas. On lui a demandé comment, car tout le monde la reconnaît. Elle nous a affirmé: 'Pour aller faire mes courses, je me déguise en mettant des lunettes, et je change ma voix'. Elle nous a donc fait entendre la voix qu'elle prenait!".

    Avez-vous vu Nicolas Sarkozy?
    "Oui! On ne s'y attendait pas, mais à un moment leurs deux chiens sont arrivés et on s'est demandé qui pouvait arriver, et c'était le Président! Nos lectrices étaient estomaquées! L'une d'entre elles ne s'est pas démontée: elle leur a dit: " Vous avez l'air très bien à deux!" Il n'est pas resté longtemps, cinq minutes environ. Ils avaient des gestes très affectueux, elle lui a même remis les sourcils!"

    Le Post- 15 mai 2009
    Comment peut-on être aussi BÊTES?


  • La France en récession depuis un an...

    Christine Lagarde 6 mai 09.jpg
    La France sombre mais elle résiste! - 6 mai 2009
    Carte la france en récession.jpg
    (Cliquez sur l'image pour la voir en totalité)

    La France se trouve depuis un an dans une récession profonde, caractérisée par un recul de l'activité de 1,2% au premier trimestre 2009, selon des chiffres officiels publiés vendredi, mais elle est sauvée du naufrage par la résistance de la consommation.

    L'Institut national de la statistique (Insee) a publié vendredi une série de chiffres qui montrent que la récession a commencé il y a un an. Il a révisé à la baisse les chiffres de croissance des trois trimestres précédents: -1,5% au quatrième trimestre 2008, -0,2% au troisième et -0,4% au deuxième.

    Même si elle traverse sa plus grave crise depuis le premier choc pétrolier de 1975, la France semble résister un peu mieux à la récession mondiale que ses principaux voisins. L'Allemagne a subi une chute de 3,8% de l'activité au premier trimestre, l'ensemble de la zone euro un recul de 2,5%.

    "La France résiste mieux, s'agissant de ce trimestre beaucoup mieux, que les autres pays de la zone euro", a commenté vendredi le Premier ministre François Fillon, en déplacement en Bretagne (ouest).

     "Le PIB de la France a reculé de 1,2% au 1er trimestre 2009. C'est énorme dans l'absolu, mais, au regard des standards internationaux, cette baisse est relativement limitée", a souligné Nicolas Bouzou, économiste au cabinet Astères.

    La France est, avec les Etats-Unis, le seul pays industrialisé où la consommation des ménages a progressé ces derniers mois. La hausse est certes modeste (0,2%), mais elle permet de sauver la face.

    Cette consommation des ménages est cependant très fragile et la flambée du chômage pourrait avoir raison dans les prochains mois de cette exception française au sein de l'Union européenne. Selon les chiffres publiés vendredi, 138.000 emplois ont été détruits dans le pays au premier trimestre.

    "Si la consommation venait à céder sous les coups de boutoir de la flambée du chômage, il serait alors possible que la récession se transforme en dépression", a mis en garde Alexander Law, économiste à l'institut Xerfi.

    Dans la foulée de la publication de ces chiffres, le gouvernement français a révisé à la baisse ses prévisions économiques officielles pour l'ensemble de l'année. Il table désormais sur une contraction de 3% du Produit intérieur brut (PIB) contre une précédente prévision de -1,5%.

    Toutefois, le gouvernement compte toujours sur "une reprise graduelle en 2010", a rappelé la ministre de l'Economie Christine Lagarde.

    AFP. 15/05/09

  • L'Arctique, dernière destination à la mode!

    Arctique touristes cherchant à voir un ours polaire.jpg
    Près du village de Ny-Aalesund en Norvège, des touristes cherchent à voir un ours polaire (26 avril 2009)
    (Cliquez sur la photo)
    Davantage que les ours blancs ou les blizzards, les touristes débarqués en masse par de gros navires polluants représentent la bête noire des scientifiques de l'Arctique, pourtant tributaires de cette manne pour pouvoir effectuer leurs travaux.
    A Ny-Aalesund, communauté isolée de chercheurs sur l'archipel norvégien du Svalbard (Spitzberg), les termes de l'équation sont connus mais, même pour de brillants cerveaux, la solution idoine semble difficile à trouver.

    "Plus de touristes, c'est plus d'argent mais aussi plus de pollution", explique Bendik Eithun Halgunset, conseiller scientifique de Kings Bay, la société qui gère le site, minuscule empreinte humaine posée entre fjord et montagnes.

    Certains jours d'été, il arrive qu'entre 2.000 et 3.000 visiteurs, appareils photo en bandoulière, envahissent pour quelques heures le paisible petit village où ne retentit généralement que le bruit des motoneiges.

    De quoi déborder la modeste population de scientifiques qui atteint tout au plus 180 personnes.

    "C'est un peu surréaliste. Tout d'un coup, il y a ici vingt fois plus de touristes que de chercheurs", confie Dorothea Schulze, une ingénieur allemande de l'Institut polaire norvégien.

    Chaque arrivée de bateau s'accompagne d'un pic d'émissions de CO2 qui affolent les fines mesures atmosphériques réalisées à Ny-Aalesund. En une journée, les paquebots peuvent polluer davantage que la centrale au diesel, qui fournit le village en électricité, en un an.

    "Les visiteurs eux-mêmes n'affectent pas directement les travaux scientifiques mais leurs navires polluent", témoigne Marcus Schumacher, directeur de l'institut de recherche franco-allemand Avipev, qui réalise notamment des études atmosphériques.

    "Nos données sont plus difficiles à interpréter", ajoute-t-il.

    Difficile aussi de garder un oeil sur ces hordes humaines strictement cantonnées dans l'enceinte du village en raison de la menace des ours polaires qui rôdent dans les parages, attirés par l'odeur des cadavres de phoques dont on nourrit les chiens.

    La venue des touristes, souvent des retraités venus des Etats-Unis ou de pays européens, laisse parfois des souvenirs mémorables.

    "Il est arrivé qu'ils nous donnent des pommes" croyant que le village est totalement coupé du reste du monde, explique M. Halgunset.

    "Ou bien ils nourrissent les renards polaires (ce qui les habitue à l'homme, ndlr), ou ils touchent des équipements valant des millions de dollars ou ils ramassent et emportent avec eux des vestiges", ajoute-t-il.

    A Ny-Aalesund, où tout le monde se connaît, on a perdu l'habitude de fermer les portes à clé. Ce qui n'est pas non plus sans poser problème.

    "Nous avons des visiteurs qui entrent dans nos chambres et qui prennent des photos", précise M. Halgunset.

    La manne touristique reste néanmoins indispensable, représentant une contribution de 4 à 5 millions sur un budget de fonctionnement annuel d'environ 37 millions de couronnes (4,3 millions d'euros), selon Kings Bay.

    "Cela permet de limiter le coût de séjour des scientifiques", confirme M. Schumacher de l'Avipev.

    Ne voulant pas apparaître comme des ermites dépensant l'argent des contribuables dans le secret des laboratoires, les chercheurs tiennent aussi à garder un lien avec le monde extérieur pour vulgariser leurs travaux.

    "Une solution serait peut-être d'interdire les gros paquebots et de n'accepter que les petits navires embarquant des passagers moins nombreux mais plus avides d'apprendre", estime M. Halgunset.

    "Mais le risque serait alors que les gros paquebots fassent escale dans d'autres endroits vulnérables du Svalbard où l'on n'aurait plus aucun contrôle sur eux", dit-il.

    AFP. 11/05/09
  • Un keffieh palestinien pour Benoît XVI

    610x.jpg
    Le pape avec le keffieh.jpg
    Au Vatican, le 22 avril 2009
    (Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
    Un groupe de jeunes Palestiniens, originaires de Bethléem, a offert un keffieh noir et blanc au pape Benoît XVI, qui a brièvement mis sur ses épaules ce symbole du peuple palestinien, mercredi à l'issue de l'audience générale place Saint-Pierre au Vatican.

    Un jeune homme et une jeune fille, membres d'une délégation de 27 pèlerins venus d'une paroisse de Bethléem, en Palestine, ont remis le grand foulard noir et blanc au pape lorsque celui-ci leur a serré la main.

    Benoît XVI se rendra en Jordanie et en Israël du 8 au 15 mai. Une étape est prévue à Bethléem le 13 mai.

    (Dépêche AFP - Blog  ACTU VUE PAR JSS)

    Le Vatican et la Ligue arabe ont signé jeudi 23 avril 2009 un accord de coopération politique et culturel "en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité régionale et internationale", a indiqué le Vatican.

    L'accord, qui entre en vigueur immédiatement, a été paraphé par le ministre des Affaires étrangères du Vatican, Mgr Dominique Mamberti, et le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a précisé le Vatican dans un communiqué.

    L'accord renforce "les liens de collaboration existants entre le Saint-Siège et la Ligue arabe, spécialement au niveau politique et culturel, en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité régionale et internationale", dit le Vatican.

    M. Moussa sera reçu vendredi après-midi par le pape Benoît XVI, a indiqué jeudi le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

    Cet accord a été signé peu avant le premier voyage du pape en Jordanie et en Israël du 8 au 15 mai. (belga/th)
     (7 sur 7 - 23/04/09)
  • Darcos envisage des portiques de détection des métaux, mais...

    Darcos collège fenouillet.jpg
    Le ministre Darcos le 15 mai devant le collège François-Mitterand à Fenouillet, dans la banlieue de Toulouse
    (Cliquez sur la photo)

    Le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos, en visite au collège de Fenouillet (Haute-Garonne) où une enseignante à été grièvement poignardée vendredi, a envisagé l'installation de portiques de détection de métaux devant certains établissements.

    "Nous sommes en face d'un fait divers grave, face auquel il faut chercher des solutions, mais nous ne sommes pas en face d'un problème structurel", a déclaré M. Darcos après s'être entretenu avec les enseignants et les parents d'élèves du collège François Mitterrand.

    "Est-ce que nous sommes capables d'empêcher que des armes par destination puissent entrer dans les établissements?", a demandé M. Darcos.

    Il a a annoncé l'organisation mercredi d'une réunion des services du ministère "avec les responsables des établissements que sont les départements et les régions".

    Il s'agit, a-t-il dit, "d'examiner toutes les solutions possibles: on peut imaginer dans certains établissements des portiques, des systèmes de fouille. Nous verrons. Les collectivités territoriales estimeront peut-être que dans certains établissements, c'est une réponse possible".

    Il a par ailleurs annoncé que le recteur et l'inspecteur d'académie de Haute-Garonne reviendraient lundi au collège de Fenouillet pour faire "un diagnostic". Si "cet établissement n'a pas de difficultés particulières, il y a un public scolaire qui se dégrade un peu", a-t-il dit.

    "Cet établissement de 600 élèves est très bien doté. Vous ne réglerez pas avec un demi-poste de surveillant de plus le fait qu'un enfant de 13 ans arrive avec un couteau pour frapper un professeur alors qu'on n'a aucun signalement de violence", a-t-il souligné.

    AFP. 15/05/09

    Cet élève de 13 ans a beaucoup de force et une certaine expérience des couteaux, semble-t-il...

     

  • Un collégien de 13 ans poignarde sa prof

    I - Un élève de 13 ans a agressé vendredi matin sa professeure, la blessant légèrement d'un coup de couteau, dans une salle de classe du collège François-Mitterrand à Fenouillet, près de Toulouse, a-t-on appris auprès de l'inspecteur d'académie du département.

      Le collégien, en classe de 5e, "avait été puni la veille et a attendu que l'enseignante soit dans sa classe ce matin (vendredi 15 mai) pour lui donner un coup de couteau de cuisine" au torse, a dit à l'AFP l'inspecteur d'académie, Jean-Louis Baglan, qui s'est rendu sur place.

    L'enseignante, âgée de 32 ans, professeur de mathématiques en poste depuis 3 ans à Fenouillet, "souffre d'une plaie superficielle et a été soignée par le Samu" avant d'être conduite à l'hôpital Rangueil de Toulouse, a ajouté M. Baglan, précisant que "les poumons n'ont pas du tout été touchés".

    L'élève n'est pas "spécialement connu pour des problèmes de comportement", a dit M. Baglan, précisant que l'établissement scolaire de Fenouillet était considéré comme "un collège tranquille" de la banlieue de Toulouse.

    Selon les premiers éléments de l'enquête, la punition infligée jeudi au collégien de 13 ans par sa professeure était "liée à son travail en classe, pour un corrigé de devoir non rendu", a dit l'inspecteur.

    "Cet enfant, d'un milieu modeste, avait quelques difficultés d'apprentissage mais n'était pas repéré comme un enfant violent", a indiqué de son côté le principal du collège, Serge Blanc.

    Le collégien a été entendu par les gendarmes puis "remis à la brigade des mineurs de la gendarmerie", a précisé le principal.

    AFP. 15/05/09

    .............................................................................................................................................................

    2 - L'enseignante blessée d'un coup de couteau vendredi matin par un élève de 13 ans dans un collège de Fenouillet (Haute-Garonne) a été opérée dans la journée pour une hémorragie interne mais ses jours ne sont pas en danger, a-t-on appris auprès du rectorat de Toulouse.

      Le premier diagnostic de la blessure de l'enseignante, Véronique Adès, professeur de mathématiques de 32 ans, faisait état vendredi matin d'une "plaie superficielle". "Après les premières constatations du Samu, des investigations complémentaires à l'hôpital de Toulouse-Rangueil ont révélé une hémorragie interne d'une artère du thorax", a déclaré à l'AFP Michel-Paul Montredon, porte-parole du recteur de l'académie de Toulouse.

    L'enseignante blessée, a ajouté le porte-parole, se trouvait en fin d'après-midi en salle de réveil après son opération à l'hôpital de Rangueil.

    "Le pronostic vital n'est pas engagé mais les blessures sont plus importantes que le diagnostic initial", a souligné M. Montredon, présent sur place au collège de Fenouillet où le ministre de l'Education était attendu en fin d'après-midi.

    "Le ministre (Xavier Darcos) envisageait de lui rendre visite mais tout cela reste conditionné à l'aval du corps médical", a indiqué M. Montredon.

    AFP. 15/05/09

    Collège françois- mitterrand.jpg

    Le collège François-Mitterrand à Fenouillet le 15 mai 2009
    (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
  • Plainte déposée contre le Pape "coupable de recel" dans les caves du Vatican

    “Itamar Ben Gvir et Baroukh Marzel, militants du « Ihoud Leoumi » ont annoncé leur intention de porter plainte contre le Pape Benoît XVI, en tant que responsable de l’Eglise, « pour les objets du Temple volés par les Romains lors de la destruction du deuxième Temple et qui seraient encore conservés aujourd’hui dans les caves du Vatican ».


    Dans la lettre qu’ils présenteront au Tribunal de Paix du District de Jérusalem, est mentionnée toute une série d’objets et d’ustensiles du Temple, et parmi eux la célèbre Menorah à 7 branches (Candélabre), la Table des Pains de Proposition, l’Autel des Encens, l’Autel en or des sacrifices etc. A noter qu’il ne s’agit pas là d’une initiative due à un petit groupe d’activistes politiques. Sur la lettre de plainte, ont signé d’éminentes personnalités religieuses, et rien moins que les deux Grands Rabbins d’Israël, Rav Shlomo Amar et Rav Yona Metzger, ainsi que le Rav Israël Ariel, Directeur de l’Institut du Temple.


    Les requérants affirment détenir des documents qui attesteraient que ces objets, ou une partie d’entre eux au moins, sont secrètement conservés depuis l’époque dans les fameuses caves du Vatican. Mais la liste ne s’arrête pas là. Ben Gvir et Marzel prétendent que le Vatican détient également près de 7500 ouvrages de la littérature religieuse juive, tels des exemplaires du Talmud, de l’œuvre de Maïmonide et des ouvrages de philosophie juive. Ils affirment qu’une partie de ces livres a même été exposée à plusieurs reprises dans des expositions internationales.


    Pour Ben Gvir et Marzel, « le Pape, ainsi que d’autres hautes personnalités du Vatican sont tout simplement coupables de recel, et doivent remettre au Peuple juif le patrimoine qui lui a été volé ».


    En plus de la plainte portée contre la Pape, Ben Gvir et Marzel veulent obtenir une interdiction de sortie du territoire à l’encontre de Benoît XVI jusqu’à ce que les Tribunaux aient prononcé leur verdict sur cette question !


    Ces requêtes n’ont aucune chance d’être acceptées, car elles touchent à des domaines trop sensibles des relations internationales, et judéo-chrétiennes en particulier. Mais elles ont le mérite d’avoir été déposées, au moment où le représentant de l’Eglise Catholique, qui a un passif si lourd envers le peuple juif, se rend en Israël avec toute une série de revendications concernant des biens que l’Eglise demande à Israël de lui céder, notamment dans le domaine foncier.”
    __________________

    *Article extrait du journal israélien Actu.co.il

  • L'Annonciation - Pèlerins à Nazareth

    Annonciation XXX.jpg
    L'Annonciation - Fra Angelico (vers 1430)
    (Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
    Pèlerins à Nazareth 14 mai 2009.jpg
    Nazareth - 14 mai 2009

  • Le chat "Hitler"

    Chat hitlérien.jpg
    (Photo non retouchée)

  • Le Parlement italien criminalise l'immigration clandestine

    Berlusconi 14 mai 09.jpg

    Le gouvernement de droite de Silvio Berlusconi a remporté mercredi 13 mai un vote de confiance du Parlement sur un projet de loi controversé instaurant un tour de vis dans la lutte contre l'immigration clandestine, qui devient désormais un délit passible d'une importante amende.

    316 députés ont voté pour et 258 contre ce texte, alors que l'Italie est critiquée en Europe pour avoir refoulé à deux reprises ces derniers jours des embarcations chargées de clandestins vers la Libye, sans même offrir la possibilité aux candidats à l'entrée sur son territoire de déposer une demande "d'asile politique".

    Le projet de loi prévoit ainsi que l'entrée ou le séjour illégaux sur le territoire italien deviennent un délit et soient passibles d'une amende de 5 000 à 10 000 euros.

    Le séjour des immigrés clandestins dans les centres d'identification et d'expulsion passe de deux à six mois tandis que les personnes louant un logement aux clandestins ou les hébergeant risquent jusqu'à trois ans de prison.

    Les mesures de lutte contre l'immigration font partie d'un projet de loi plus vaste, sur la sécurité en général, prévoyant deux autres votes de confiance, sur la microcriminalité dans les villes et la lutte contre la mafia. Le document devra ensuite passer au Sénat qui doit le voter dans les mêmes termes pour qu'il entre en vigueur.

    Les autres mesures de cette loi controversée et à laquelle même certains élus de droite étaient opposés, raison pour laquelle le gouvernement a dû demander un vote de confiance, prévoient, entre autres, un «registre des sans-abri» qui seront fichés par le ministère de l'Intérieur.

    Le Figaro - 14 mai 2009

    VIVA ITALIA !