Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2008

En Colombie, des familles craignent des représailles

FABIOLA, de Cali, dans le sud de la Colombie, a appris la nouvelle par une amie

«C'était peu après la fin du journal télévisé de 12 h 30. Il devait être environ 13 h 40. J'ai allumé la télévision.

Il est maintenant 16 heures et on ne parle que de ça depuis l'annonce. Les programmes ont été interrompus, la radio n'arrête pas d'annoncer la nouvelle. C'est un peu confus encore pour l'instant, on ne sait pas si les otages libérés vont être amenés sur la base militaire de Toledaima ou s'ils vont directement à Bogotá. Les informations sont données par le ministre de la Défense et je pense que, dans les minutes qui suivent, on va en savoir plus. Mais j'ai déjà entendu des réactions d'associations. Comme par exemple l'Association des mères et des familles des séquestrés, qui ont déclaré qu'elles se réjouissaient de cette nouvelle, tout en insistant sur leur inquiétude au sujet de possibles représailles pour ceux qui restent.

» D'après les déclarations du ministre de la Défense, ce n'est pas une libération, mais bien un sauvetage, et cela a impliqué une tromperie des Farc à qui on a demandé de déplacer les otages vers le sud, dans un endroit où se serait trouvé Alfonso Cano. Il n'y aurait eu aucun coup de feu, mais les associations se disent très inquiètes au sujet de ceux qui restent otages.

« On espère qu'il n'y aura pas de représailles »

» Ici, à Cali, où, l'année dernière, onze des douze députés du Valle del Cauca avait été assassinés dans des circonstances troubles alors qu'ils étaient aux mains des Farc depuis plusieurs années, je n'ai entendu aucune manifestation de joie dans la rue, rien de particulier depuis l'annonce de cette nouvelle. Bien sûr, je suis heureuse pour Ingrid, les Américains et les militaires libérés. Comment ne pourrait-on pas l'être ? Et je suppose que mes compatriotes le sont aussi. Mais plus que jamais, un accord humanitaire est nécessaire. On ne peut pas en faire l'économie. Les Farc doivent montrer leur volonté de paix, et le gouvernement doit aussi oeuvrer dans le sens d'un accord. C'est une grande préoccupation pour nous, pour les familles des otages et pour tous les Colombiens. On espère que cet accord arrivera et que les otages encore aux mains des Farc ne subiront pas de représailles de cette opération. »

Il y a encore des otages aux mains des FARC et leurs familles tremblent pour eux!

Il n'y a pas de quoi faire la fête en France! C'est indécent vis-à-vis des Colombiens qui souffrent!

Pour ceux qui se feraient du souci au sujet de la santé d'Ingrid Betancourt, qu'ils se rassurent: elle va bien, elle a déjà été examinée par les meilleurs médecins de Bogota, et en France, c'est le médecin de l'Elysée qui va la suivre. Je viens de l'écouter sur le Point: il la trouve en pleine forme! Et il y a de quoi s'étonner: après 6 ans dans la jungle... affamée, atteinte d'une hépatite B... torturée.. Tout ceci était-il bien vrai?

On est loin de tout savoir.

Sarközy espère redorer son blason en carton-pâte avec Ingrid Betancourt, promue icône des Français:

Encore une nouvelle immigrée!

La France célébrait jeudi la libération en Colombie d'Ingrid Betancourt en attendant d'accueillir vendredi l'ex-otage, qui a été au coeur d'une mobilisation exceptionnelle dans tout le pays, du sommet de l'Etat jusqu'aux plus petits villages.  

 

Ingrid parvis.jpg
Sur le parvis de l'Hôtel de Ville à Paris

En milieu de journée, la présidence française a annoncé que "la Franco-Colombienne" arriverait en France vendredi dans l'après-midi, à bord d'un Airbus de la présidence française.

L'appareil, à bord duquel ont pris place la famille d'Ingrid Betancourt, le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner et le médecin-chef de la présidence française, était attendu à Bogota entre 08H00 et 09H00 locales (13H00/14H00 GMT) pour des retrouvailles qui s'annonçaient particulièrement émouvantes.

Dans une déclaration faite juste après sa libération, après six ans et quatre mois aux mains de la guérilla colombienne des Farc, Ingrid Betancourt a remercié "sa douce France", où elle a passé une partie de sa vie et fait des études, rendant hommage à tous ceux qui l'ont soutenue.

 "Je suis colombienne mais je suis française (par son premier mariage), mon coeur est partagé. Je vais très vite être avec vous, je rêve d'être en France", a-t-elle dit.

Le président Nicolas Sarközy, qui avait fait de la libération de la Franco-Colombienne une "priorité" de son action diplomatique et multiplié les initiatives en ce sens, a exprimé mercredi soir la "joie immense de toute la France", entouré par les enfants de l'ex-otage, Mélanie et Lorenzo Delloye, et sa soeur, Astrid Betancourt.

"C'est le moment tant attendu. Avec toute ma famille, on manque de mots. On n'attend que le moment de serrer maman dans nos bras", a dit Mélanie Delloye, la gorge serrée. "C'est le meilleur moment de ma vie", a assuré son frère.

L'événement faisait jeudi la Une de tous les journaux français, sans exception, tandis que radios et télévisions bouleversaient leurs programmes pour des émissions spéciales.

Les médias français ont surtout mis en avant un succès personnel du président colombien Alvaro Uribe, qui ne semble pas avoir mis au courant les autorités françaises d'une opération de libération menée dans le plus grand secret.

Le bras droit de Nicolas Sarközy, Claude Guéant, a déclaré que la France n'avait "pas pris part" à l'opération de libération de l'otage par l'armée colombienne.

"Il est vrai que nous ne l'attendions pas à ce moment-là", a reconnu M. Guéant. "Ce dénouement, nous l'avons appris un quart d'heure" avant que les médias colombiens ne l'annoncent, a-t-il dit.

Ingrid Betancourt est devenue en France une icône, un symbole du drame des otages dans le monde. Elle a suscité la mobilisation de nombreux artistes, associations, personnalités de tous bords et citoyens ordinaires.

Le portrait de l'otage avait été affiché au fronton de très nombreuses mairies, qui en avaient fait leur citoyenne d'honneur. Eygalayes, un village de 75 habitants dans la Drôme (sud-est), avait même rebaptisé sa place centrale du nom d'Ingrid Betancourt.

En début de semaine, son portrait avait été hissé au Mont Blanc, le plus haut sommet des Alpes.

AFP.03.07.08

16:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Who's who Ingrid Betancourt Pulecio

250px-Ingrid-Betancourt.jpg
Le 2 juillet 2008
Ingrid Betancourt Pulecio, née à Bogotá le 25 décembre 1961, est une personnalité politique franco-colombienne. Elle a été enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) le 23 février 2002 et a été libérée le 2 juillet 2008 (soit après 2 321 jours) avec trois otages américains et onze militaires colombiens.
 Íngrid Betancourt ayant acquis la nationalité française par mariage, sa captivité et l'action de son comité de soutien ont bénéficié d’une importante couverture médiatique en France.

Íngrid Betancourt est la fille de Gabriel Betancourt, ancien ministre colombien de l'Éducation (sous la dictature du général Gustavo Rojas Pinilla) et de Yolanda Pulecio, ancienne reine de beauté du département de Cundinamarca devenue sénatrice.

Elle passe une partie de son enfance en France, lorsque son père obtient un poste à l'UNESCO. Elle fait ses études primaires à Paris (Lubeck) puis ses études secondaires au Lycée Français Louis Pasteur de Bogota.Après son baccalauréat, elle retourne à Paris pour suivre les cours de l'Institut d'études politiques. Son père est alors ambassadeur de Colombie à l'UNESCO, et de nombreuses personnalités fréquentent la famille. C'est ainsi qu'Íngrid Betancourt fait la connaissance du poète Pablo Neruda, avec lequel sa famille garde un fort lien d'amitié jusqu'à sa mort en 1973.

Sa sœur, Astrid Betancourt, se marie avec Daniel Parfait, ancien ambassadeur de France en Colombie de 2000 à 2004, et depuis 2004 directeur des Amériques, s’occupant notamment du dossier colombien au Quai d’Orsay?

Après être rentrée en Colombie et avoir vécu la séparation de ses parents, Íngrid repart pour Paris et entre à l'Institut d'études politiques où elle a pour professeur Dominique de Villepin. C'est là qu'elle fait la connaissance d'un Français, Fabrice Delloye, qu'elle épouse en 1981. De cette union naissent deux enfants, Mélanie et Lorenzo Delloye.

En 1990, Íngrid Betancourt divorce, revient seule à Bogotá et entre au ministère colombien des Finances. Elle est élue députée en 1994 et crée son parti écologiste, Oxígeno Verde, en 1998. Elle est élue sénatrice la même année.

(Source: Wikipédia)

Ingrid Betancourt a-t-elle encore quelques gouttes de sang français dans les veines?

Bettencourt est un nom de famille, d'origine normande, porté par de nombreuses personnes françaises.


Il y a beaucoup de personnes
portugaises appelés Bettencourt, surtout dans les îles des Açores et Madère, qui sont descendants de la famille de l'explorateur normand Jean de Béthencourt (1360-1425).

Au Portugal les variantes Betencourt, Betancourt, Bitencourt et Betancour sont aussi utilisées.
Quelques dénommés Bettencourt célèbres :

La famille Bettencourt des Açores a donné plusieurs personnalités importantes au Portugal et en Amérique latine.

 

 

 

 

 

16:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

VIDEO "Elle rêve de sa douce France"

http://www.dailymotion.com/video/x5zxv9_ingrid-betancourt...

On a fait croire aux bobos-gogos qu'elle était à l'article de la mort. C'était faux. Sarközy lui-même doutait qu'elle soit encore en vie. Il avait "positionné" un avion sanitaire militaire en Guyane. Sur le parvis de Notre-Dame de Paris, brûlaient des veilleuses... s'élevaient des prières bouleversantes...

Quelle comédie! A laquelle a mis fin une opération commando menée de main de maître par l'armée colombienne!

La voici miraculeusement ressucitée d'entre les morts, revenue gaillarde des enfers putrides de la jungle !

Un miracle, oui, dans la mesure où les médias n'ont cessé de tromper l'opinion publique.

On assiste maintenant à l'explosion d'une joie mondialiste! 

Pour Rama Yade, qui est sans vergogne pour flagorner son maître, c'est Nicolas Sarközy qui a délivré Betancourt des griffes des FARC!

Toute la clique de Kouchner fonce vers Bogota!

09:41 Publié dans Blog | Tags : betancourtmania | Lien permanent | Commentaires (10)

Grande victoire d'Uribe: 15 otages libérés dont Ingrid Betancourt

Bétancourt et Alvaro Uribe.jpg
Le Président Alvaro Uribe accueille les 15 otages des FARC à Bogota

AFP. L'ex-otage libérée, la franco-colombienne Ingrid Betancourt, a raconté mercredi lors de son arrivée à l'aéroport militaire de Bogota, "les conditions surréalistes" de sa libération par l'armée colombienne.

  "Les conditions de nos libérations ont été complétement surréalistes", a affirmé Ingrid Betancourt avant d'en faire le récit.

"Nous étions levés depuis cinq heures du matin, a-t-elle indiqué. Ils (les geôliers des Farc) nous avaient demandé de ranger nos affaires et ils nous ont fait attendre toute la matinée en nous disant qu'ils ignoraient ce qui allait se passer".

Selon le déroulement de cette opération présenté par le ministre colombien de la Défense Juan Manuel Santos, l'armée avait infiltré des hommes parmi les guérilleros des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc-marxistes) chargés de surveiller les otages. Ces derniers étaient parvenus à faire croire aux geôliers des Farc que des dirigeants de l'état-major des rebelles voulaient rencontrer les otages et qu'il fallait dans cet objectif les regrouper.

 Asprilla (des FARC) m'a dit que nous allions tous monter dans un hélicoptère et que nous irions dans un endroit qu'il ne connaissait pas pour parler avec un dirigeant des Farc. Asprilla pensait qu'il s'agissait d'Alfonso Cano (le nouveau chef des rebelles)", a-t-elle dit.

"Quand les deux hélicoptères blancs sont arrivés, et je dois confesser que j'ai ressenti quelque chose d'étrange parce que normalement lorsque nous entendions les hélicoptères arriver nous sortions en courant pour nous cacher. Et cette fois ils étaient devant nous et nous attendions tranquillement qu'ils atterrissent", a indiqué Ingrid Betancourt, vêtue d'un treillis militaire et les cheveux noués sur la nuque.

Un seul des deux hélicoptères s'est posé, selon les militaires colombiens, et le second est reparti.

"Quand les passagers de l'hélicoptère sont descendus, a-t-elle poursuivi, la confusion a été totale. C'étaient des membres des Farc, ils étaient avec eux, certains même avaient des chemises à l'effigie du Che Guevara".

Le commandant des forces militaires colombiennes, le général Freddy Padilla a pour sa part révélé que seul l'hélicoptère utilisé pour la libération avait à son bord deux pilotes, deux navigateurs militaires ainsi que neuf membres des forces spéciales.

"Nous sommes montés à bord avec beaucoup de difficulté car ils nous avaient lié les mains, ce qui était humiliant, puis après être montés ils nous ont attaché les pieds . Ils ont alors fermé les portes de l'hélicoptère, et tout à coup j'ai vu le commandant (Farc) nu au sol. Je n'ai pas même ressenti de bonheur à ce moment", a ajouté l'ex-otage soulignant que ce guérillero l'avait personnellement humiliée à de nombreuses reprises pendant sa captivité.

"Après avoir neutralisé les deux commandants Farc qui étaient montés avec nous dans l'hélicoptère, le chef de l'opération a crié: + Nous sommes l'armée nationale, vous êtes libres.

"A ce moment, nous avons ri, sauté de joie, je pensais que c'était un miracle".

"L'opération militaire de l'armée de mon pays a été parfaite", a conclu l'ancienne candidate présidentielle des verts qui a rendu hommage au président colombien colombien Alvaro Uribe.

Le ministre de la Défense Santos a estimé que cette opération de sauvetage des otages s'était déroulée "comme dans un film".

De son coté, le général Padilla a, dans un discours public, précisé qu'au cours de l'opération de libération "il n'y a pas eu un seul tir, pas un seul blessé".

Ingrid Betancourt a aussi remercié le président français Nicolas Sarközy, son prédécesseur Jacques Chirac et son ami l'ancien premier ministre Dominique de Villepin. "Je veux dire merci au président Sarközy qui a tant lutté pour moi, avec ma famille, mes enfants, avec maman, ma soeur", a déclaré Ingrid Betancourt, otage depuis plus de six ans. "Je suis Colombienne mais je suis Française", avait auparavant affirmé Mme Betancourt.

Sur le tarmac de Bogota, elle s'est aussi mise à genoux avec sa mère, Yolande Pulecio, pour remercier Dieu et la Madone.

08:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

La chronique de Philippe Randa

EUROPE RÉELLE CONTRE EUROPE LÉGALE
Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

Après les Irlandais, ce sont les Polonais qui s’en mêlent ! Décidément, tout ne va pas pour le mieux en Union européenne et pour Nicolas Sarközy en particulier, au moment où la France accède à la Présidence de celle-ci.
Ce n’est certes pas la première crise, ni sans doute la dernière, bien sûr. Au moins, les crises européennes se règlent-elles désormais sinon à l’amiable, du moins en simples crispations, suivi d’accords plus ou moins durables plutôt qu’à coups de canons. Cela évite toujours les routes jonchées de cadavres, on ne s’en plaindra pas.
Certains responsables de l’UE s’insurgent donc contre ces pays, tels l’Irlande et la Pologne, qui ont largement bénéficié des mannes financières de l’UE et mettent la pagaille en refusant de signer le Traité de Lisbonne, pis-aller de feu la giscardienne constitution européenne, précédemment enterrée, elle, par les Pays-Bas et la France.
Pour les dirigeants de l’UE, cela semblait pourtant aller de soi : nous payons, vous signez ! Mais aucune clause ne stipulait que l’un n’allait pas sans l’autre. Une colossale erreur, incompréhensible de la part de vieux chevaux de retour de la politique, de hauts fonctionnaires blanchis sous le harnais des échanges internationaux.
Incompréhensible sauf d’admettre… ce qu’eux-mêmes ne pourront jamais comprendre pour cause de formatage idéologique, certains qu’ils sont de détenir, eux et eux seuls, la seule et unique vérité. Cette folle prétention les empêche d’envisager tout avis contraire.
La construction européenne telle que la conçoit cette caste d’arrogants – telle qu’on leur a appris à la concevoir – peut ne pas être forcément, automatiquement, du goût de tous. Elle pourrait même ne pas l’être du tout pour une majorité d’Européens.
Faire fi de l’histoire des peuples, de leurs particularités régionales, de leurs sensibilités nationales, culturelles ou religieuses, vouloir imposer comme une évidence le rouleau-compresseur d’une pensée politique unique, d’une administration totalitaire autant qu’anonyme, de décrets incessants, incompréhensibles, d’ukases insupportables, et surtout la morgue en permanence affichée de leur douteuse supériorité auto-proclamée, déclenche un inévitable et bien naturel sentiment de rejet…
Vouloir imposer de force des traités, via des politiciens toujours plus jaloux de leur pouvoir légal, mais toujours plus coupés du pouvoir réel, ne peut que susciter d’inévitables déconvenues.
De la même façon, le royaliste Charles Maurras critiquait déjà, voilà près d’un siècle, le régime républicain et ses administrations hyper-centralisées, ses partis politiques et ses soutiens idéologiques qui formaient, pour lui, un « masque grotesque, tyrannique et inefficace », superposant artificiellement le « pays légal » au « pays réel », le pays qui « travaille et qui vit », que l’on appellerait aujourd’hui la société civile.
Les blocages de l’Union européenne proviennent bien davantage de cet état d’esprit largement faussé de dirigeants persuadés d’être les propriétaires du destin des peuples européens… que de l’ingratitude de ces derniers.
Les claques à répétition qui leur sont administrées parviendront peut-être à fissurer leur terrifiante armure de certitudes…


© Philippe Randa est écrivain et éditeur (www.dualpha.com). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soit indiquée leurs origines, c’est-à-dire le site www.philipperanda.com.
Visitez le site www.philipperanda.com : chaque semaine, la tribune libre d’un invité… Tout savoir sur Peter et Philippe Randa (leurs entretiens, leurs livres…)

Découvrez les sites d’éditions partenaires www.dualpha.com et www.Librad.com

LIBRAIRIE - COMPTOIR DE VENTE ÉDITEURS
Mél. primatice@francephi.com
Vous aimez les revues, CD, DVD, cartes postales, jeux et livres non conformistes ? Antiquité, Ancien Régime, Cinéma, Histoire, Ésotérisme, Essais politiques, Guerre d’Algérie, Histoire des religions, Littérature, Moyen Âge, Politique internationale, Régionalisme, Seconde Guerre mondiale, Sport…
Primatice diffusion-distribution
ouvert au public du lundi au samedi de 10h00 à 13h00 et de 15h00 à 20h00
10 rue Primatice 75013 Paris
Tél. 01 42 17 00 48 Fax 01 42 17 01 21
La rue Primatice est juste derrière la Mairie du XIIIe
Métro : Place d’Italie

Sites partenaires : www.dualpha.com… www.philipperanda.com… www.librad.com




00:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

02/07/2008

SYTIBLOG

http://www.syti.net/Blog/Blog1.html

Vivement conseillé!

23:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Mais que fait Céline Dion?

Celine_inGermany_Berlin_June6_sol 2 XXXY.jpg
En tournée à Berlin, le 6 juin 2008, Céline Dion regarde par une plaque en verre le Mémorial souterrain de Bebelplatz. Il paraît que c'est une fan de la Shoah... Auparavant elle s'était rendue au Mémorial de l'Holocauste, entre les cubes de béton gris.  
http://www.celinemaniacs.com/le_ultime4/Celine_inGermany_...

Ingrid Betancourt libérée par l'armée colombienne

Ingrid Bétancourt libérée et sa fille.jpg
 

L'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, trois otages américains et onze militaires colombiens ont été libérés par l'armée colombienne, a annoncé mercredi 2 juillet à Bogota le ministre colombien de la Défense, Juan Manuel Santos.

  Les otages, parmi lesquels les Américains Marc Gonsalves, Thomas Howes et Keith Stansell, ont été libérés lors d'une opération héliportée de l'armée, a ajouté le ministre.

Onze militaires colombiens, principalement des officiers, ont également pu retrouver la liberté lors de cette opération, selon le ministre. (AFP).

22:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

LE GRAND RABBIN DE FRANCE

Rabbin de France.jpg

Gilles Bernheim a été élu grand rabbin de France, dimanche, à une large majorité. Il reprendra le flambeau tenu durant vingt et un ans par Joseph Sitruk, en janvier prochain.

C'est le rabbin de l'intelligentsia.  Gilles Bernheim est celui dont on salue la pensée, pour mieux souligner son austérité. À 56 ans, le philosophe au regard bleu et à l'allure d'éternel étudiant accède enfin à la tête de la communauté juive de France. Alors qu'un jeune juif portant la kippa s'est fait lyncher dans le XIXe arrondissement de Paris. Alors que l'émotion se joue de la raison. Lui choisit la prudence : «Il appartient à la justice de déterminer les circonstances de l'agression et les mobiles des auteurs.» Même si «le caractère antisémite est probable, je ne dis pas certain, seulement probable».

Cette réserve tranche, dans un monde communautaire souvent à fleur de peau. Pourtant, Gilles Bernheim connaît les regards et les insultes dont souffrent certains juifs. «Avec mon chapeau et ma barbe, on m'identifie facilement. À plusieurs reprises, on m'a traité de sale juif», raconte-t-il. Comme le grand rabbin Sitruk avant lui, il conseille aux croyants d'abdiquer d'un symbole, la kippa, pour la remplacer par un couvre-chef plus anodin.

Beaucoup de Juifs portent la kippa sous une casquette de baseball de couleur foncée

19:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Pourquoi le Président polonais dit non à la ratification du traité de Lisbonne

  • Lech Kaczynski, le président polonais.

Lech Kaczynski

Le président Lech Kaczynski estime que le non irlandais a rendu le traité «sans objet». Nicolas Sarközy dit ne pas pouvoir imaginer un tel scénario.

  • Le président polonais Lech Kaczynski ne veut pas ratifier le traité européen de Lisbonne. Pour lui cette question est pour le moment «sans objet». Et d'ajouter, dans une interview au quotidien Dziennik que «l'affirmation selon laquelle il n'y a pas d'Union s'il n'y a pas de traité n'est pas sérieuse».

    Cette défection est un sérieux coup porté au premier jour de la présidence française de l'Union, alors que Nicolas Sarkozy a souligné que sa priorité était de «circonscrire le problème aux Irlandais» et de faire en sorte que les autres pays européens «continuent de ratifier». Un objectif qui s'éloigne avec le refus polonais, qui s'ajoute au problème tchèque, où la ratification est loin d'être acquise, en raison de l'euroscepticisme d'une partie de la droite libérale au pouvoir à Prague, à commencer par le président Vaclav Klaus.

    Le président tchèque soutient la décision polonaise

     

    Le président tchèque a d'ailleurs apporté son soutien mardi à la décision de son homologue polonais. Vaclav Klaus «considère l'opinion (de Lech Kaczynski) sur le traité de Lisbonne comme très raisonnable et très proche de la sienne», a ainsi déclaré son porte-parole, qui précise que le président tchèque a lu «très attentivement» l'interview donnée par Lech Kaczynski.

    Dans cet entretien, le président polonais met en garde ses homologues européens contre une tentation d'isoler l'Irlande. «Si on brise la règle de l'unanimité une fois, elle n'existera plus jamais. Nous sommes trop faibles pour accepter ce genre de solution», a-t-il dit.

    Le parlement polonais a pourtant, dès avril, approuvé la ratification du traité destiné à réformer le fonctionnement des institutions européennes. Mais, selon la Constitution polonaise, c'est le président qui ratifie en dernier ressort les traités. Aucune disposition ne l'oblige, même si le Parlement le lui a demandé.

    De vieilles attitudes eurosceptiques

     

    Paradoxalement, Lech Kaczynski refuse de ratifier un texte qu'il a lui-même longuement négocié avec son frère jumeau, Jaroslaw Kaczynski, alors premier ministre et aujourd'hui chef du plus grand parti d'opposition. Mais, depuis sa cinglante défaite aux élections parlementaires de novembre, le parti conservateur des frères Kaczynski a repris de vieilles attitudes eurosceptiques.

    Ils ont ainsi accusé les libéraux, maintenant au pouvoir, de vouloir adopter à terme la Charte européenne des droits de l'Homme que la Pologne, comme la Grande-Bretagne, a eu le droit de ne pas intégrer dans le traité de Lisbonne. Un texte qui, selon les jumeaux Kaczynski, permettrait aux Allemands de réclamer des indemnisations pour des biens abandonnés sur d'anciens territoires allemands attribués à la Pologne après la Seconde Guerre mondiale ou obligerait la Pologne à reconnaître des mariages homosexuels.

Le Figaro - 01.07.08

18:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

EDVIGE: le fichage des ados à partir de 13 ans

La Ligue des Droits de l'Homme (LDH) a dénoncé mercredi dans un communiqué le feu vert donné par le gouvernement à un fichage policier des enfants de 13 ans, l'imputant à une politique de surveillance des citoyens «incompatible avec l'état de droit».

«Par deux décrets publiés au Journal officiel du 1er juillet 2008, le gouvernement a accompagné la fusion des RG avec la DST d'une redoutable extension du fichage politico-policier des citoyens», estime la LDH.

«Selon le décret, le fichier, appelé Edvige, contiendra des "données à caractère personnel" concernant "des personnes physiques âgées de 13 ans et plus" avec notamment l'état civil, les adresses physiques, numéros de téléphone et adresses électroniques, ainsi que les "signes physiques particuliers et objectifs, photographies et comportement"».

Avec Edvige, il ne s'agit plus de ficher les auteurs d'infractions constatées, mais, comme pour la rétention de sûreté, de cibler ceux que l'on étiquette d'avance comme de futurs délinquants hypothétiques«, affirme la LDH qui ajoute: » Et il y a pire, désormais vont pouvoir être eux aussi tracés comme futurs délinquants présumés les enfants, dès l'âge de treize ans, que les policiers considèrent comme potentiellement dangereux«.

Elle s'indigne de ce que »poursuites pénales et fichage policier préventif sont devenus une seule et même mission dans l'esprit des gouvernants français«.

Dirigeables équipés de caméras surpuissantes pour filmer les banlieues, prison préventive à vie après la fin de l'exécution d'une peine, extension massive des fichiers d'empreintes génétiques, et à présent fichage d'enfants de treize ans désignés d'avance comme futurs repris de justice, la Ligue des droits de l'Homme évoque un niveau de surveillance des citoyens, généralisée parfois, discriminatoire souvent, qu'elle estime incompatible avec l'état de droit.

Le Parisien- 02.07.08

La Ligue des droits de l'homme, qui a participé à l'invasion/colonisation de notre pays par les masses immigrées, est  très mal venue de dénoncer les politiques de prévention minimum face à la montée de la violence organisée et de la criminalité barbare chez les mineurs.

17:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Israël et le pétrole arabe...

C'est la question que posait hier, 1er juillet, le quotidien "Le Parisien/Aujourd'hui en France" à cinq passants pris au hasard un peu partout en France dans le cadre de sa rubrique-sondage "VOIX EXPRESS": Imaginez-vous vivre sans pétrole?

Une des réponses a retenu mon attention, celle d'une dame blonde, Micheline Sounigo, 67 ans, retraitée, habitant à Val-de-Fontenay (94):

"Nous ne sommes pas prêts. Hormis les Israéliens qui rêvent de voir les pays arabes perdre la puissance que leur confère l'or noir, les gens n'ont envie de l'abandonner. Dans un monde où nous sommes de plus en plus pressés, il est difficile de se passer de voiture ou d'avion. Et nous ne pouvons pas tous dépenser davantage pour acheter des produits sans pétrole."

17:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO Sarközy en off sur France 3

http://www.dailymotion.com/video/x5yyb9_sarkozy-en-off-su... 

La scène se passe en mars 2007, deux mois avant son élection. Alors candidat, Nicolas Sarközy, agacé d'attendre debout dans les coulisses de l'émission «France Europe Express» son intervention, s'était alors emporté, selon le Canard Enchaîné : «Il faut virer la direction de France 3 ! Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ça ne va pas tarder !»

Bis repetita lundi soir 30 juin, dans le studio du 19/20 à quelques minutes du début de son interview sur l'Union européenne. La séquence enregistrée n'est évidemment pas passée à l'antenne mais elle a fuité sur les plateformes de partage vidéo sur Internet et s'est retrouvée sur le site d'information Rue 89. Face à Nicolas Sarközy, le directeur de l'information de la chaîne, Paul Nahon, et les trois journalistes Audrey Pulvar, Véronique Auger et Gérard Leclerc.

'Ca va changer là" 

Le président de la République est pris en charge par des techniciens et une maquilleuse de France 3. Il salue alors un technicien-son venu lui installer un micro. Ce dernier ne répond pas. Nicolas Sarközy ne semble pas apprécier. Après s'être plaint de ce manque de politesse, tout en colère contenue, il assène : "on n'est pas dans le service public, on est chez les manifestants". Et de conclure par: "Ça va changer, là." Maintenant, il peut le faire.

On remarque son extrême nervosisme, ses gestes compulsifs (veste), le fait d'enlever et de remettre sa montre Patek Philip offerte par Clara Bruni... Sa façon de suggérer une question sur Carcassonne...

La barbarie, nouvelle culture des jeunes?

Petit-Palais-et-Cornemps (Gironde)

Les enquêteurs avouent leur effroi face au meurtre gratuit qui s'est déroulé dans la nuit de jeudi à vendredi derniers au camping le Pressoir, à Petit-Palais-et-Cornemps (Gironde). Jérémy Lepiller, qui devait fêter ses 18 ans dans quelques jours, a été frappé à mort avec une matraque par deux autres jeunes gens âgés de 16 et 22 ans. Plusieurs garçons et filles de 13 à 21 ans ont été témoins du drame à des degrés divers.

« On se trouve face à des gens complètement déconnectés de la réalité, avec de la violence gratuite, extrême, inouïe », confie le capitaine Alexandre Peruch, commandant de la compagnie de Libourne, qui a mené l'enquête.

Celle-ci a démarré lorsqu'un témoin s'est présenté au commissariat de Bordeaux pour soulager sa conscience. « Il en était malade, il pleurait, il tremblait, en état de choc vingt-quatre heures après les faits », constate le procureur adjoint de Bordeaux, Alain Benech. Lorsque les gendarmes arrivent sur les lieux, vendredi à la nuit tombée, leurs premières découvertes confirment l'horreur annoncée, à l'orée d'un bois proche du camping : une chaussette, un bracelet-montre et, surtout, indice macabre, une main.

Les enquêteurs interpellent les trois personnes qui occupaient le mobile home où le drame a débuté. D'autres participants de la soirée se manifestent spontanément. Au fil des auditions, le scénario de l'abominable nuit se met en place. « Au début, onze jeunes se retrouvent pour boire copieusement dans un mobile home occupé depuis début mai par trois d'entre eux, originaires de la région parisienne. Jérémy est présent pour la première fois, et l'idée vient de le "bizuther".

Après des moqueries, cinq individus entraînent le jeune homme dans le bois. Il reçoit un premier coup violent de tonfa sur la tête et s'effondre. Les deux principaux auteurs s'acharnent sur lui, alors que les autres, très choqués, repartent en courant au mobile home », explique le procureur Benech. Les deux meurtriers, couverts de sang, reviennent se laver au bungalow, puis repartent agresser leur victime, devant deux témoins, qui s'éclipsent rapidement. Les bourreaux déshabillent le cadavre du jeune homme. Dans la nuit, ils vont jeter la matraque dans la rivière l'Isle, à quelques kilomètres de là. Le lendemain matin, avec les deux autres occupants du mobile home, ils se débarrassent des vêtements à un autre endroit, puis du corps, dans un petit ruisseau, à Gours. Seuls les témoignages permettront aux enquêteurs de retrouver la dépouille de Jérémy.

Dimanche soir, les deux auteurs principaux ont été mis en examen et écroués pour homicide volontaire avec préméditation. Il s'agit d'un mineur de 16 ans originaire de Rouen, pensionnaire comme la victime d'un foyer d'accueil de Lormont (Gironde). Le second jeune homme, âgé de 22 ans, est d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Une jeune fille de Mantes-la-Jolie (Yvelines), âgée de 21 ans, et un jeune homme de Meulan (Yvelines), âgé de 20 ans, ont été aussi écroués, mis en examen pour non-assistance à personne en danger, dissimulation de preuves et recel de cadavre. D'autres mises en examen pour non-assistance à personne en danger sont possibles. Des expertises psychologiques et psychiatriques vont être ordonnées.

Le Parisien- 01.07.08

00:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Cambrai: un enfant de 5 ans échappe à une tentative d'enlèvement

Un enfant de 5 ans a échappé à une tentative d'enlèvement dimanche soir à Proville, près de Cambrai (Nord), alors qu'il jouait devant son domicile avec un ami, a-t-on appris mardi de source policière.

Vers 21h, «une voiture est arrivée, un homme s'est saisi de l'enfant qui s'est mis à hurler. Sa mère est alors sortie et a crié à son tour.

L'agresseur a relâché l'enfant et s'est enfui», a indiqué cette source à l'AFP, confirmant une information du site internet de La Voix du Nord.

La tentative d'enlèvement, «avérée», ne serait pas due à «un drame familial» mais à une «agression extérieure», selon les premiers éléments de l'enquête, confiée au commissariat de Cambrai, a-t-on ajouté de même source.

Le Parisien- 01.07.08

00:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Tentative d'attentat aux rayons X contre le président iranien

Mahmoud AHMADINEJAD président iranien.jpg
Mahmoud Ahmadinejad

TEHERAN, 30 juin 2008 - RIA Novosti. Une tentative d'attentat au rayonnement intense X a eu lieu contre le président iranien Mahmoud Ahmadinejad lors de sa visite à Rome, a déclaré lundi l'ancien ambassadeur de la République islamique en Italie Abolfazl Zohrevand.

M. Ahmadinejad s'est rendu à Rome pour prendre part à la Conférence internationale sur la sécurité alimentaire tenue au siège de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture du 3 au 5 juin derniers.

"A la veille de son arrivée dans la capitale italienne, nous avons effectué, à l'aide d'un appareil spécial, un contrôle radiologique des locaux où il devait s'installer", a confié M. Zohrevand à l'agence d'information IRNA.

"Nous avons constaté que le niveau de rayonnement dépassait la normale et continuait de croître, atteignant 1.000 roentgens au moment de l'arrivée du président", a ajouté le diplomate.

Les spécialistes de l'ambassade ont d'abord pensé que le compteur était en panne et ont décidé de le remplacer, mais le nouveau compteur a affiché les mêmes paramètres.

L'ancien ambassadeur s'est gardé de révéler d'autres circonstances de l'attentat, soulignant que les informations supplémentaires, y compris sur ses auteurs, seraient publiées en temps opportun.

La semaine dernière, les médias italiens ont cité Ali Zabihi, conseiller du président iranien, qui avait fait part, lui aussi, de l'attentat manqué contre M. Ahmadinejad lors de sa visite à Rome.

 


00:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

01/07/2008

VIDEO Frédéric Chopin- Alfred Cortot

 http://www.youtube.com/v/IJnZ2BI-WWk&hl=fr

Ballade n°4 in F minor, opus 52, enregistrée à Londres en 1933

Fréréric Chopin (1810-1849)

Chopin révéla très tôt de grandes dispositions pour la musique. Il montra immédiatement un grand sens musical et faisait preuve d'une sensibilité exceptionnelle à la musique. Il commença donc son éducation musicale à six ans (1816) et composa sa première œuvre, la Polonaise en sol mineur, à l'âge de sept ans (1817). Il fit sa première apparition sur scène à huit ans, dans un salon aristocratique de Varsovie (1818).

À partir de ses dix ans, le jeune musicien est amené régulièrement dans la résidence du grand-duc Constantin, frère du Tsar Nicolas 1er. Le grand homme, redouté de tous pour son caractère exécrable et ses redoutables colères, aura le privilège d’écouter le très jeune Chopin des heures durant et trouvera plus d’une fois la paix ainsi.

(Extrait - Wikipédia)

VIDEO Hymne national polonais

 http://www.youtube.com/v/NrnFGPmnoJE&hl=fr

22:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

La Pologne dit non à la ratification du traité de Lisbonne

Pologne.jpg
Sarközy et le président Lech Kaczinsky

Nicolas Sarközy a pris mardi 1er juillet  les rênes de l'Union européenne dans un climat de crise alourdi par le refus du président polonais de ratifier le traité de Lisbonne.

"Je ne peux pas imaginer que le président, qui a lui-même signé en bas du document, à Bruxelles d'abord, à Lisbonne ensuite, puisse remettre en cause sa propre signature", a déclaré M. Sarközy en fin d'après-midi après un entretien avec le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

"C'est une question morale, c'est une question d'honnêteté", a-t-il dit, indiquant qu'il prendrait "contact" avec son homologue polonais.

M. Sarközy s'est également efforcé de minimiser ses "désaccords" avec le commissaire européen au Commerce Peter Mandelson, qu'il avait accusé la veille de vouloir sacrifier l'agriculture européenne.

"C'est parce qu'en Europe, on ne débat pas assez qu'on n'arrive pas à faire comprendre les enjeux", a-t-il assuré.

Un peu plus tôt, le commissaire européen avait jugé "fausses" et "injustifiées" ces attaques, qui, selon lui, nuisent à l'unité européenne dans les négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

M. Mandelson a néanmoins fait le voyage de Paris avec les autres membres de la Commission. Il a participé à un déjeuner suivi d'une réunion de travail de trois heures avec le Premier ministre François Fillon et le gouvernement, mais s'est fait excuser pour le dîner prévu à l'Elysée.

La présidence française aura fort à faire, une quinzaine de jours après le rejet irlandais d'un texte censé sortir l'UE de la crise institutionnelle provoquée par les non néerlandais et français à la Constitution de 2005.

D'autant que le refus du président polonais s'ajoute au problème tchèque, où la ratification est loin d'être acquise. Le président tchèque a d'ailleurs apporté son soutien à M. Kaczynski.

Or, M. Sarközy entendait "circonscrire le problème" à l'Irlande, tablant sur une poursuite de la ratification dans les autres pays. Il se rendra à Dublin le 21 juillet, et non le 11 comme prévu, pour cause d'"emploi du temps surchargé".

"Nous abordons cette présidence avec gravité parce que la situation est difficile et que les défis s'accumulent", a déclaré François Fillon.

Pour donner de l'éclat à sa présidence, la France compte surtout sur le lancement de l'Union pour la Méditerranée (UPM), le 13 juillet. Ont été conviés les dirigeants des pays riverains de la Méditerranée mais aussi, à la demande pressante de Berlin, l'UE dans son ensemble.

Si ce rendez-vous européen est un test politique et diplomatique majeur de son quinquennat, M. Sarkozy n'entend pas paraître délaisser des Français qui, à en croire les sondages, le boudent obstinément.

"En m'occupant d'Europe", a-t-il assuré, "je m'occuperai d'eux".

 

22:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)