Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2008

VIDEO Leni Riefenstahl - extrait de TIEFLAND

http://fr.youtube.com/watch?v=TL7rx-VklQQ

02:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO Encore une valse!

http://fr.youtube.com/watch?v=PwxYxQg2gcY

02:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La directrice d'une maison de retraite suspendue pour "racisme"

La directrice d'une maison de retraite privée de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) a été suspendue de ses fonctions après avoir été accusée de racisme par une partie de son personnel, a-t-on appris auprès groupe Medica France gérant l'établissement.

"Une enquête interne a été ouverte. Pour l'instant, cette directrice continue d'être rémunérée mais elle est relevée de ses fonctions", a annoncé mercredi à l'AFP une porte-parole de Medica France.

La décision a été prise mardi, alors qu'une grève, révélée par Le Parisien, avait été déclenchée par une partie du personnel pour demander le départ de cette responsable, qui avait pris ses fonctions en mai dernier.

"Elle disait y'a trop de Noirs et trop d'Arabes, je vais faire le ménage, mettre du sang propre ici", a témoigné sur place une infirmière, accompagnée d'une collègue.
"Le problème, c'est qu'il n'y a que des Noirs et des Arabes qui acceptent de faire ce travail", a-t-elle ajouté, en requérant l'anonymat.

Mais la discussion a rapidement tourné court, une supérieure hiérarchique étant venue signifier aux deux infirmières qu'elles n'avaient "pas à parler à un journaliste pendant les heures de travail".
Aucun autre responsable de la structure, qui dispose de 96 lits, n'a souhaité répondre à l'AFP.
Le groupe Medica France dispose de 126 établissements en France et en Italie, dont 89 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).
Ex-filiale de la Caisse des dépôts (CDC), Medica France a été vendu au fonds de pension britannique Bridge Point en 2003, puis racheté par le fonds BC Partners en 2006.
17.09.08

02:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

L'Irlande devra revoter...

irlande-12062008.png

Communiqué de presse de JEAN-MARIE LE PEN

Les hommes politiques irlandais et européens se sont mis d’accord sur une stratégie commune : l’Irlande devra revoter sur le traité de Lisbonne, avec éventuellement quelques déclarations interprétatives sur la fiscalité, l’avortement ou la neutralité qui ne modifient en rien le traité constitutionnel.
Pour ne pas “polluer” les élections européennes, le referendum aurait lieu à l’automne 2009 afin que le Traité de Lisbonne entre en vigueur un an plus tard.
Il convient de rappeler que le Traité de Lisbonne est mort depuis son rejet par la peuple irlandais le 12 juin dernier et que les tentatives désespérées de Sarkozy et consorts de le ressusciter sont vouées à l’échec.
Pour sa part, le Front National fera campagne aux élections européennes sur le NON au traité de Lisbonne et OUI à l’Europe des Nations et des peuples libres.

17.09.08

01:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Les plus belles valses: Strauss et Tchaïkovski

http://fr.youtube.com/watch?v=qJNcomorvjg

01:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Pourquoi les pays de l'OTAN ne reconnaîtraient-ils pas l'Ossétie du Sud?

Flotte russe de la mer Noire.jpg

Flotte russe de la mer Noire

Par Alexandre Khramtchikhine, pour RIA Novosti - 15 septembre 2008

Malheureusement, tout le monde ne voit pas aujourd'hui que l'OTAN réduit très rapidement son potentiel militaire, et que l'élargissement de l'Alliance à l'Est, au lieu de la renforcer, l'affaiblit, que presque tous les pays d'Europe continentale envoient des contingents très insignifiants en Afghanistan et refusent d'y combattre, alors que les Anglo-Saxons ne parviennent pas à mener deux guerres à la fois (en Irak et en Afghanistan).

Les événements en Géorgie ont entièrement confirmé ces tendances.

La sympathie de tous les pays de l'Alliance est allée à Tbilissi, ce qui était parfaitement évident. Cependant, lors de sa guerre contre la Russie, la Géorgie n'a reçu aucune aide militaire de l'OTAN. Aucune arme ne lui a été livrée, sans même parler d'une intervention directe dans les combats. Bien plus, l'OTAN n'a même pas pu adopter de résolution politique un tant soit peu intelligible sur les événements en Géorgie (quant à l'UE, au lieu de prendre des sanctions contre la Russie, comme elle l'avait initialement annoncé, elle s'est contentée de l'appeler à ne pas "s'isoler elle-même"). La composition de l'escadre de l'OTAN apparue en mer Noire à l'issue de la guerre a confirmé que le bloc s'était avéré inefficace.

L'OTAN dispose formellement de forces navales bien plus puissantes que la Flotte russe de la mer Noire. Elle dispose, entre autres, de 17 porte-avions, mais aucun d'entre eux n'est apparu en mer Noire. Aucun avion militaire des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Canada, des Pays-Bas ou d'autres pays de l'Alliance ne s'est posé sur les aérodromes de Turquie, de Bulgarie et de Roumanie. Autrement dit, l'escadre est restée sans aucune couverture aérienne (l'aviation turque, sans parler des aviations roumaines et bulgares, n'a pas le potentiel suffisant pour assurer ce genre de couverture). Rien que cela témoigne du fait que l'OTAN n'a pu exercer aucune pression sur la Russie (sans parler d'actions militaires réelles). De tous les navires de l'escadre, seul le destroyer américain USS McFaul avait des moyens lui permettant de frapper des cibles terrestres. D'ailleurs, à cause de l'absence susmentionnée de couverture aérienne, la majeure partie des 90 silos de lancement Mk41 à bord du McFaul contenaient non pas des missiles de croisière Tomahawk, mais des missiles de DCA Standart. En envoyant une telle escadre vers la Géorgie, l'OTAN a en fait montré, à la Russie, qu'elle était impuissante et tentait tant bien que mal, au minimum, de ne pas perdre la face (c'est-à-dire, tout simplement, de rappeler son existence).

Hélas, la Russie, plus précisément les médias russes, se sont comportés de façon inadéquate, en semant une panique indécente, humiliante pour une grande puissance. On se demande bien quelle menace peut représenter cette escadre. 3-4 porte-avions avec leurs formations, autant de groupes opérationnels de navires lance-missiles et une dizaine d'escadrilles d'avions sur des aérodromes de pays riverains de la mer Noire: voilà qui aurait pu inquiéter. Mais il n'y a rien eu de tel.

L'admission éventuelle de l'Ukraine et de la Géorgie à l'OTAN signifierait le maintien des tendances apparues dès les années 90, qui se résument au fait que l'OTAN se trouve face à la nécessité de défendre un territoire de plus en plus grand avec des forces qui se réduisent. L'Alliance admet dans ses rangs des pays de moins en moins efficaces sur le plan militaire, alors que ses "vieux" membres perdent, d'année en année, le désir et/ou la possibilité de faire la guerre. C'est pourquoi la crainte éprouvée par les Russes face à l'élargissement de l'OTAN à l'Est ne peut être expliquée que par une sous-information sur la situation réelle et des complexes psychologiques hérités de l'époque de la guerre froide.

Examinons la question de l'adhésion éventuelle de la Géorgie à l'OTAN.

Le fait que Tbilissi n'ait pas bénéficié d'une aide réelle de l'OTAN lors de la guerre contre la Russie peut donner lieu à deux questions. Premièrement: pourquoi la Russie craint-elle tellement l'adhésion de la Géorgie à l'Alliance (en effet, peut-on considérer comme un malheur l'adhésion des pays baltes à l'OTAN)? Deuxièmement: pourquoi la Géorgie veut-elle adhérer à un bloc inefficace?

L'OTAN ne fera jamais la guerre à la Russie (à moins que celle-ci ne s'effondre de l'intérieur). Cela concerne d'autant plus la Géorgie, indépendamment de son adhésion ou non à l'OTAN. Après la défaite essuyée dans la guerre des cinq jours, une nouvelle guerre est impossible dans ce pays. Au mois d'août, Tbilissi pouvait encore supposer que la Russie, qui avait formellement reconnu à ce moment-là l'intégrité territoriale de la Géorgie, n'interviendrait pas dans le conflit. A présent, toute tentative de récupérer l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud entraînerait une guerre contre la Russie. Quelles que soient les circonstances, la Géorgie ne pourra la gagner. Mais pourquoi donc Tbilissi a-t-il besoin de l'OTAN? N'a-t-il pas encore compris qu'aucun pays du bloc n'entrerait en guerre pour le rétablissement de l'intégrité territoriale de la Géorgie? Bien plus, à mon avis, les pays européens de l'OTAN feront maintenant tout leur possible pour que la Géorgie ne soit jamais admise à l'Alliance. La possibilité, même théorique, d'un conflit militaire contre la Russie est la dernière chose dont ils ont besoin. Les Européens ne le diront certainement jamais ouvertement, ils tâcheront de noyer cette question dans des procédures bureaucratiques.

Un "échange de pièces" serait à coup sûr l'issue la plus raisonnable à cette situation. La Géorgie et tous les pays d'Occident reconnaissent l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, après quoi la Géorgie dans ses nouvelles frontières peut adhérer à n'importe quelle organisation. La Russie ne s'y opposera pas, même sur le plan de la rhétorique. Bien plus, cette décision ferait l'affaire de la Géorgie. Il est parfaitement évident qu'elle ne pourra récupérer les deux républiques, à moins que la Russie ne se désintègre, et même dans ce cas, uniquement au moyen d'un génocide.

La Géorgie doit reconnaître qu'elle a créé elle-même cette situation: d'abord, par le nationalisme primitif de Gamsakhourdia, ensuite par l'aventure insensée de Saakachvili. Elle doit cesser d'accumuler cette haine insensée qui ne trouvera aucune issue, et gagner enfin une authentique liberté. Ce pays s'intégrera ainsi bien plus facilement aux structures occidentales (Qu'est-ce que cela lui apportera? C'est une autre question).

Quant à l'Occident, il doit reconnaître que ses actions à l'égard du Kosovo ont créé pour la Russie la possibilité de reconnaître l'indépendance des anciennes autonomies géorgiennes. Il doit cesser d'employer les doubles standards. Moscou, pour sa part, pourrait comprendre enfin que sa peur irrationnelle de l'OTAN est une chose indigne. Cet "échange de pièces" et la constatation de la réalité permettraient à toutes les parties de sortir de l'impasse actuelle et de reprendre l'établissement de relations normales.

Alexandre Khramtchikhine est chef du service analytique de l'Institut d'analyse politique et militaire.

00:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Afghanistan: Robert Gates à Kaboul, Mullen à Islamabad

Robert Gates à Kaboul.jpg
Robert Gates à Kaboul
Alors que l'Afghanistan ressemble de plus en plus à un cercueil géant pour les forces d'occupation, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, est arrivé mardi à Kaboul en provenance de Bagdad pour des entretiens avec les commandants de la force internationale et avec le président afghan Hamid Karzaï.

Cette visite de Gates intervient alors que les forces internationales et le gouvernement afghan tentent de faire face au regain de violences des insurgés talibans.

D'ailleurs, à l'issue d'une rencontre avec le secrétaire américain à la défense, le commandant de l'occupation internationale dirigée par l'OTAN, la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf), a par ailleurs déclaré mardi soir avoir besoin de 10.000 hommes supplémentaires pour « combattre l'insurrection des talibans ».
Sans renforts rapides de troupes au sol, "le danger est que nous risquons d'être ici plus longtemps et que nous dépenserons plus de ressources et subirons plus de souffrance humaine", a expliqué le général McKiernan.

D'ailleurs, on apprend ce mercredi que quatre soldats de l'occupation dirigée par les Etats-Unis en Afghanistan, ainsi qu'un Afghan, ont été tués mercredi par l'explosion d'un engin piégé dans l'est du pays.
C'est ce qu'a annoncé l'occupation sans aucune indication sur la nationalité et les circonstances entourant l'attaque qui porte le nombre de soldats des forces internationales tués dans le pays à au moins 210 depuis le début de l'année, selon un bilan établi à partir de chiffres officiels.

Environ 70.000 soldats étrangers, dont 33.000 Américains, sont actuellement déployés en Afghanistan.

Sur un autre plan, Gates devrait examiner de près les faits entourant un bombardement fin août par les Américains qui, selon le gouvernement de Kaboul et l'Onu, a tué 90 civils, a indiqué son porte-parole Geoff Morrell.

Le commandant de l'Isaf, McKiernan, a par ailleurs annoncé avoir émis une directive révisée qui durcit les procédures du recours à la force létale, après le raid aérien du 22 août.

Les relations entre Washington et Kaboul ont connu un net refroidissement depuis ce bombardement:. Karzaï a dénoncé vigoureusement le bombardement, tandis que son conseil des ministres suggérait qu'un nouvel accord devrait être négocié sur l'utilisation de la force par la coalition.
Mardi, la Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a condamné les pertes humaines parmi les civils en Afghanistan, soulignant que le mois d'août avait été le plus meurtrier depuis la chute des talibans à la fin 2001, avec 330 tués.

Ce mercredi, au Pakistan, ce pays voisin de l'Afghanistan où la colère contre les violations des forces américaines est grandissante, le chef d'état-major américain a rencontré à Islamabad son homologue pakistanais .

Ainsi, sur fond de vives tensions entre Washington et Islamabad après la multiplication des attaques américaines visant Al-Qaïda dans le nord-ouest du Pakistan, l'amiral américain Michael Mullen, arrivé à Islamabad mardi soir pour une visite annoncée publiquement au tout dernier moment, "s'entretient avec le chef d'état-major des armées pakistanaises le général Ashfaq Kayani", a indiqué un haut responsable de l'armée pakistanaise, sous couvert de l'anonymat.
Personne n'a donné de détails sur l'entretien.

L'amiral Mullen doit également rencontrer le Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani.

L'armée américaine, largement majoritaire au sein des forces internationales combattant l'insurrection des talibans en Afghanistan, tire presque quotidiennement depuis des semaines des missiles à partir de drones -avions sans pilote- dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, frontalières de l'Afghanistan, où Washington est convaincu que les insurgés afghans et Al-Qaïda ont reconstitué leurs forces.

Ces missiles tuent certes les groupes armés mais n'épargnent pas, presque à chaque fois, les civils alentours.

Depuis peu, le Pakistan, pourtant son allié-clé dans sa "guerre contre le terrorisme", dénonce vigoureusement mais en vain, ces "violations" de sa souveraineté.

Le ton est monté le 3 septembre quand, pour la première fois avérée, un commando des forces américaines a attaqué directement au sol un village des zones tribales, tuant, selon Islamabad, 15 civils, dont des femmes et des enfants.
Washington n'a jamais commenté cette information mais ne l'a jamais démentie non plus.
alterinfo.org -17 septembre 2008

00:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

17/09/2008

Jessica Sebaoun-Darty assigne en justice...

Les magazines people Voici et VSD font  l'objet d'assignations au tribunal de Nanterre pour des "photos  volées" du mariage de Jean Sarkozy à la mairie de Neuilly-sur-Seine, a-t-on appris, mercredi, de l'avocat de son épouse. Ces assignations pour "atteinte à la vie privée et au droit à l'image" sont des "actions personnelles" de Jessica Sebaoun-Darty, l'épouse du fils cadet du chef de l'Etat, a précisé l'avocat, confirmant une information du Parisien.
 
Selon l'avocat, la première assignation, visant Voici, a été envoyée, mardi, au tribunal de Nanterre. "VSD fera également l'objet de poursuites et d'autres journaux sont dans le viseur", a-t-il ajouté. Aucune date de procès n'a été fixée pour l'instant. 30.000 euros de provision sur dommages et intérêts sont réclamés à Voici. "Toute somme accordée en réparation sera versée à une association", a précisé l'homme de loi.
 
Cérémonie privée?
 
Dans son édition du 13 au 19 septembre, Voici a diffusé une photo, prise durant la réception qui a suivi la cérémonie à l'Hôtel de ville de Neuilly, mercredi dernier. Dans son édition du 17 au 23 septembre, VSD montre, pour sa part, un cliché pris durant la cérémonie civile. Les deux titres appartiennent au groupe Prisma Presse.
 
"Il y a des lieux publics qui peuvent devenir privés dans certaines  circonstances et voir leur accès réservé.Il s'agissait d'une cérémonie  privée, dont les photos n'étaient pas destinées à être publiées", a expliqué Me Ilouz, l'avocat de Jessica Sebaoun-Darty. Le mariage de Jean Sarközy, président du groupe UMP au conseil général des  Hauts-de-Seine, fait également la une des magazines Gala et Point de vue, cette  semaine.
 
(Source LCI.fr - 17 septembre 2008)

..."qui peuvent devenir privés dans certaines circonstances": lesquelles? En cas de mariage dans une Mairie, les portes de celle-ci doivent rester ouvertes durant toute la cérémonie de mariage, et ensuite également!

Une Mairie ne peut être transformée, par des ukases inconnus de la République, en un LIEU PRVE!

Le mariage civil est une cérémonie publique à laquelle tout citoyen a le droit d'assister. Comme celui de pouvoir lire les bans publiés avant le mariage.


Et les photographes ont le droit de prendre des photos des mariés et de l'assemblée! 

19:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

VIDEO Disparition d'Antoine - l'enquête piétine


http://www.dailymotion.com/video/x6s1rq_antoine-debut-de-...

Le petit Antoine Brugerolle de Freysinette, 6 ans, habitant 1 rue des Fours à Issoire (centre-ville), a disparu. Toute personne qui aurait aperçu Antoine est priée de contacter la gendarmerie d'Issoire au 04.73.89.80.80, de composer le 17 ou le 112

01:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEOS Scarlatti (1685-1757)

CHARD

CHARD tousimmigres.gif
CHARD moussaouishalit.gif
CHARD putaindtarace.gif

00:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

16/09/2008

UN SDF agressé par un vigile à la Gare RER de St Germain-en-Laye

Gare St Germain en Laye.gif

Un agent de sécurité, âgé de 42 ans, a été mis en examen hier soir par un juge de Versailles. La justice lui reproche d’avoir grièvement blessé un SDF dans la nuit de samedi à dimanche dans la gare RER de Saint-Germain-en-Laye.

Vers 1 h 10, les pompiers et la police sont appelés par un riverain. Un SDF, couvert de sang, âgé 48 ans, gît inconscient dans la cabine du photomaton de la galerie souterraine.


« Il avait une importante plaie au tibia gauche », se souvient un policier. Le Samu prend en charge la victime et le conduit à l’hôpital de Poissy. Il est sérieusement blessé. Les policiers, qui connaissent bien les lieux, demandent à voir les images de vidéosurveillance.
« Sur la bande, on voyait le vigile donner un violent coup de pied dans le tibia au cours d’une altercation », précise une source proche l’enquête. Aussitôt démasqué, l’homme est placé en garde à vue au commissariat de Saint-Germain-en-Laye.



Lors de son audition, il raconte qu’il faisait sa ronde après le départ de la dernière rame de RER. Il a trouvé la victime endormie sur le quai et lui a demandé de quitter les lieux. Le vagabond l’aurait insulté. « Il a perdu le contrôle de ses nerfs avant de frapper le SDF alors qui était par terre », rapporte un enquêteur. La victime a été entendue mais elle donne des versions contradictoires sur l’origine de la bagarre. La RATP, contactée hier, précise que le suspect n’est pas un agent de la Régie. Il s’agit d’une société privée chargée d’assurer la surveillance de la gare. La RATP n’a fait aucun autre commentaire sur cette affaire.

Dans la gare, les commerçants et les salariés sont étonnés par cette histoire. « Vous savez, à cette heure-ci, constate une salariée de la gare, il n’y a personne. Après le dernier train, on ferme les grilles. » Selon les riverains, la gare n’est plus comme autrefois un abri pour les vagabonds. « Avant, ils s’installaient là avec des matelas et des chiens, raconte une femme de 50 ans. Mais, aujourd’hui, on n’en voit qu’un ou deux traîner. »

23:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Une nouvelle idée lumineuse de Borloo!

   INFO LE PARISIEN. Jean-Louis Borloo a une nouvelle idée pour décliner son bonus-malus : le ministre de l'Ecologie songe à l'appliquer aussi à la consommation d'électricité.

Objectif : primer les ménages qui font tourner leur compteur en heures creuses et pénaliser les foyers les plus énergivores. Une première réunion sur le sujet a eu lieu lundi avec les professionnels du secteur.

    La mesure pourrait voir le jour dès 2010.

Auvergne: colère et détresse des éleveurs

Eleveurs d'Auvergne.jpg
Clermont-Ferrand le 16 septembre 2008

Les éleveurs bovins et ovins du Massif Central, excédés par la baisse de leurs revenus, se sont rassemblés par milliers, mardi à Clermont-Ferrand, qu'ils considèrent comme la capitale de l'élevage en France.

"Nous serons 20.000 aujourd'hui", avait proclamé au début de la manifestation Pierre Chevalier, président de la Fédéaration nationale bovine (FNB), la police faisant état de 13.000 manifestants.

Les éleveurs répondaient à l'appel de la Fédération régionale des syndicats agricoles (FRSEA) du Massif central, des jeunes agriculteurs (CNJA) et des éleveurs de race à viande. La plupart étaient arrivés par autocars entiers de 25 départements.

Le rassemblement, qui avait démarré vers 10H30 du côté de Montferrand, quartier limitrophe de la capitale auvergnate, s'est transformé une bonne heure plus tard en un cortège qui s'est ébranlé lentement vers la place de Jaude, au centre de Clermont-Ferrand.

En tête de la manifestation, trois tracteurs roulaient au pas, suivis d'un énorme taureau rouge de race Salers. Les paysans, soutenus par quelques élus ruraux ceints de leur écharpe tricolore, ont défilé dans une ambiance bon enfant mais les slogans brandis sur des calicots en disaient long sur le climat d'amertume et de détresse : "la montagne est déprimée, ses enfants sont menacés", "pas de territoire sans paysans, pas de paysans sans revenus", "Cantal en danger, paysans révoltés".

En signe d'encouragement, une jeune fille pose à sa fenêtre un panneau sur lequel est écrit : "fille de paysans soutient les éleveurs", récoltant quelques applaudissements.

"Ca fait un peu chaud au coeur", estime un éleveur de vaches charolaises dans l'Allier. "12.000 euros par an, c'est le revenu moyen des agriculteurs des régions du centre, c'est inférieur à la moyenne nationale. L'écart de revenus des éleveurs est de 1 à 8 entre l'Auvergne et le Bassin parisien", déplore-t-il.

Même son de cloche chez Annick Geneix, qui élève des moutons dans le Puy-de-Dôme et qui préside la Fédération départementale des éleveurs ovins (FDO): "je gagne en moyenne 700 euros par mois et encore, pour ça, il faut travailler dur".

Depuis 1980, le cheptel ovin est passé de 13 millions à 8,5 millions de têtes, explique-t-elle. "Nous ne représentons que 35% de la consommation. Il y a trop d'importations de pays comme la Nouvelle-Zélande, qui ne sont même pas en Union européenne. Ce que nous voulons, c'est un rééquilibrage de 30 euros par brebis, qui nous mettrait au même niveau d'aide que pour la vache allaitante", ajoute Mme Geneix.

"Nous sommes en plein désarroi et nous ne comprenons pas l'attitude des pouvoirs publics", explique Pierre Chevalier. "Nous représentons quand même la sécurité et l'autonomie alimentaire de l'Europe. Il y a un an, nous avons été les sacrifiés du Grenelle de l'environnement. Nous ne serons pas les sacrifiés du pouvoir d'achat", lance-t-il.

Vers 13H15, les éleveurs avaient complètement investi la place de Jaude, sans incident particulier, hormis quelques feux de poubelles. Leurs représentants devaient être reçus à la préfecture dans l'après-midi. AFP. 16.09.08

VIDEO Liberté pour l'Histoire

http://www.dailymotion.com/video/x6qxeu_liberte-pour-lhis...

par Me Eric Delcroix

19:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Recensement des Roms en Italie

Palaiseau roms.jpg

Les Roms sont furieux de l'aval donné par l'Union européenne au "fichage" des membres de leur communauté en Italie et l'ont clairement signifié lundi lors d'une grande conférence organisée par la Commission européenne à Bruxelles.

Le financier George Soros s'est fait leur héraut au cours de cette conférence. "Je suis sérieusement préoccupé par le fichage des Roms en Italie. Je crains que cela ne devienne une norme de facto dans l'Union européenne", a-t-il dénoncé. Il a été fait "citoyen Rom" par un représentant de la communauté.

"Le fichage ethnique devrait être illégal et j'espère que la Cour européenne de Justice établira ce fait", a-t-il lancé.

May Bittel, membre fondateur du forum des Roms et des gens du voyage au Conseil de l'Europe, enfonce le clou. "Si on avalise la manière de faire en Italie, c'est toute l'Europe qui va suivre", a-t-il soutenu.

L'intervention de M. Soros a suivi une brève allocution du président de la Commission européenne José Manuel Barroso, qui a donné l'occasion aux représentants des Roms de lui signifier leur mécontentement après le feu vert donné par l'exécutif européen au recensement des membres de leur communauté en Italie.

M. Barroso, embarrassé, a cherché à minimiser la décision de la Commission. "Vous dénoncez la discrimination ethnique. La Commission est tout à fait sur cette ligne", a-t-il assuré.

Ses services viennent pourtant de donner leur bénédiction au recensement controversé des Roms en Italie, après que le projet final de Rome eut été un peu amendé, un recensement sur base ethnique ou religieuse étant exclu selon Bruxelles.

"La situation dramatique des Roms ne peut être réglée depuis Bruxelles", a toutefois averti M. Barroso. "Les instruments pour créer ce changement sont dans les mains des Etats membres. Les politiques pour l'intégration des Roms sont de la compétence des Etats membres", a-t-il insisté.

La présidence française de l'Union européenne, représentée par la ministre du Logement et de la Ville Christine Boutin, s'est engagée à soumettre des propositions d'actions concrètes en faveur des Roms lors d'un sommet européen en décembre.

Une déclaration publiée à l'occasion de la conférence de Bruxelles va servir de base pour les travaux du sommet de décembre. Elle insiste sur un engagement contre toutes les formes de discrimination et sur la défense des droits de toutes les minorités.

"Nous devons faire la preuve que les valeurs que nous défendons à l'extérieur sont vivantes chez nous et que nous sommes exemplaires en la matière", a affirmé le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner dans une déclaration lue en son nom.

"J'espère que le sommet européen de décembre verra se concrétiser l'illégalité du fichage ethnique en Europe", lui a répondu depuis la tribune Soraya Post, présidente du réseau international des femmes Roms.

Plus virulent, Valeriu Nicolae, représentant de l'organisation European Roma Grassroots, s'est demandé à quoi servait cette conférence.

"Nous subissons aujourd'hui un gentil bla bla sur l'intégration, alors que cela fait 800 ans qu'on essaie de nous expulser d'Europe, et personne aujourd'hui ne nous a dit ce qui va être fait pour nous débarrasser des comportements anti-Roms", a-t-il lancé, ovationné par l'assistance.

Représentante de la communauté Rom élue au Parlement européen, Livia Jaroka a rappelé que "les Roms font partie de la société européenne".

Les Roms, peuple sans Etat, seraient quelque 10 millions en Europe et constituent la plus grande minorité ethnique de l'UE.

AFP. 16.09.08

 

16:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La piste antisémite se dégonfle - agressions de jeunes juifs dans le XIXème

Agression Juifs XIXème.jpg
Effervescence  communautaire dans le XIXème
La piste antisémite se dégonfle mardi dans l'agression de trois jeunes juifs, à Paris (XIXème) le 6 septembre, les enquêteurs privilégiant de "classiques tensions entre jeunes" dans cet arrondissement marqué par des violences accrues entre bandes rivales.

Cinq jeunes étaient toujours en garde à vue mardi en fin de matinée dans le cadre de l'agression le 6 septembre de trois jeunes juifs dans le XIXe arrondissement, a-t-on appris de source policière.

Six personnes avaient été interpellés lundi et placés en garde à vue à la 2e division de police judiciaire (DPJ). L'un d'entre eux a été libéré depuis, a-t-on appris mardi de source judiciaire. Selon des sources proches de l'enquête, le "caractère antisémite" de cette agression n'est plus "l'hypothèse privilégiée" des enquêteurs qui penchent plus pour de "classiques incidents et bagarres entre jeunes", "fréquents" dans cet arrondissement.

Lundi soir encore, deux personnes, un jeune noir et une personne d'origine maghrébine, ont été blessés à coups de couteau peu avant 20H00, rue de Crimée, non loin de la cité Curial, théâtre de plusieurs agressions récentes, a-t-on appris auprès de la Préfecture de Police (PP). Plusieurs des suspects interpellés lundi ont nié toute agression antisémite, selon les même sources. Des confrontations sont prévues mardi afin "d'affiner l'enquête".

Agés de 16 à 23 ans, ce sont des "jeunes du quartier". Trois sont noirs, un autre est juif, selon les mêmes sources. Ils pourraient être déférés mardi soir ou mercredi.

Le Syndicat national des officiers de police (Snop, majoritaire) a également estimé mardi que l'agression des jeunes juifs n'était "pas antisémite". Dans un communiqué, il a relevé le "contexte difficile" du XIXème évoquant certes des "actes antisémites et racistes en progression" mais aussi un "phénomène de bandes ethniques et communautaires".

Le 6 septembre, vers 18H30, une agression avait commencé par un tir de pistolet à billes en direction des trois jeunes qui portaient la kippa. Une discussion avait suivi et dégénéré en bagarre avec un groupe de six à sept personnes qui leur avaient porté des coups. Les autorités avaient mis en avant la possibilité d'une agression antisémite dont la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie et le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë.

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, s'était déclaré "certain" du caractère antisémite de l'agression. La communauté juive du XIXè arrondissement, très importante, a manifesté depuis une profonde inquiétude et déclaré attendre des mesures concrètes des pouvoirs publics pour éviter que la situation "ne dégénère".

La PP a promis lundi au Crif de multiplier les rondes et les caméras de surveillance. Des bagarres entre bandes rivales ont récemment eu lieu dans cet arrondissement, l'un des plus sensibles de Paris, selon la police. Dans le même quartier, un jeune homme a été tué par balles il y a une quinzaine de jours, un autre étant blessé par balles Cité Curial juste après.

Dans un communiqué transmis à l'AFP, M. Delanoë a écrit avoir appris "avec consternation" la nouvelle agression de lundi soir. "Ce nouvel acte confirme l'aggravation manifeste du climat d'insécurité dans ce quartier", a-t-il dit. Il a souhaité "que les efforts déployés" par la PP soient "intensifiés". AFP. 16.09.08

16:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Discours intégral de Bruno Gollnisch à Evian

A propos de l’Union Soviétique européenne

Ce titre m’a été inspiré par un vidéo clip de l’ancien dissident russe Boukovski, publié sur You Tube, et que je vous recommande particulièrement. Il se termine par ces mots prémonitoires « J’ai vécu votre futur, et ça n’a pas marché »

Notre identité nationale, mais aussi notre souveraineté, qui est à une nation ce que la liberté est à une personne, sont attaquées sur le plan physique, par l’effet conjugué de la dénatalité et de la politique d’immigration massive. Elles le sont aussi sur le plan moral, par la négation de notre identité, ou par la véritable guerre psychologique qui se manifeste notamment au travers des exercices obligés de repentance à répétition, visant à inculquer à notre peuple, et spécialement aux plus jeunes, un sentiment diffus de dégoût de leur nation et de culpabilité collective les privant de toute réaction. Elles le sont enfin sur le plan institutionnel, par la dissolution de l’Etat français dans un ensemble supranational ouvert à tous les vents, à tous les flux migratoires, à toutes les marchandises, à tous les capitaux.

A cet égard comme à bien d’autres, une précision s’impose. Il est fait grief aux Nationaux d’être «contre l’Europe». Il serait aussi stupide pour les patriotes d’un pays d’Europe d’être «contre l’Europe» qu’il le serait pour des Africains d’être «contre l’Afrique», comme pour des Asiatiques d’être «contre l’Asie», etc. A la vérité ils ne sont pas contre l’Europe, dans la mesure où leurs nations appartiennent géographiquement à l’Europe. Dans la mesure aussi où ils reconnaissent, par delà l’extrême diversité des caractères nationaux, un certain patrimoine commun aux peuples d’Europe. Dans la mesure encore où, dès lors que le voisinage impose des relations, ils préfèrent naturellement que celles-ci soient pacifiques, voire fructueuses, plutôt qu’agressives, voire hostiles.

Les nationaux ne sont donc ni «contre l’Europe» en tant que réalité géographique, humaine et culturelle, ni même contre toute forme de coopération européenne. Mais ils sont résolument contre l’escroquerie qui consiste, sous le couvert de cette coopération, à édifier un Super-Etat destructeur de leurs identités particulières, de leurs souverainetés, de leurs libertés, sans même pour autant édifier un ensemble véritablement européen, mais un espace euro-mondialiste ouvert à tous les vents, à tous les flux de personnes, de marchandises et de capitaux, même quand ces personnes sont l’avant-garde d’une colonisation de peuplement venue d’autres continents, d’autres races, d’autres cultures, même quand ces marchandises ont été fabriquées à vil prix par les nouveaux esclaves des temps modernes, dans quelque pays asiatique, par des ouvriers surexploités ne disposant d’aucun droit social ou syndical, et même enfin quand ces capitaux sont des instruments de domination et de contrôle de ce qu’il nous reste d’industrie aux mains de puissances étrangères ou de fortunes anonymes et vagabondes.

En d’autres termes, les nationaux combattent résolument les évolutions criminelles de l’Union européenne, puisque c’est d’elle qu’il s’agit. Ce refus d’un Super-Etat Eurocratique, bien éloigné des bénéfiques influences de l’Empire Romain, ou même du saint Empire médiéval dont le roi de France «empereur en son royaume» se faisait d’ailleurs l’égal, ce refus ne qualifie pas les nationaux comme anti-européens. Au contraire ! Leur attitude est conforme à la vraie tradition européenne, puisque l’Europe, cette petite péninsule située à l’extrémité de l’immense continent asiatique est l’espace qui a inventé la liberté et légalité des nations, modèle unique et sans équivalent ailleurs : ni le modèle chinois traditionnel, avec ses cercles concentriques de subordination au fils du Ciel, ni le modèle islamique du Khalifat, où se confondent pouvoir religieux et politique, ni le modèle marxiste de la domination de la « patrie des travailleurs » sur ses satellites n’en offrent d’exemples.

Ce modèle européen de nations libres, égales, souveraines et donc indépendantes, se gouvernant librement, sans ingérence extérieure, puise comme nous l’avons dit plus haut ses plus anciennes racines dans les Cités grecques distinguant dans leur ligues et amphictionies l’hegemon du despotès, pratiquant entre elles l’arbitrage ; il est le fruit de l’émergence des Etats dotés de la summa potestas chère à Jean Bodin ; il repose sur les principes juridiques du droit des gens européen, énoncés plus haut, et sur le principe politique du justum potentiae equilibrium, : le “juste équilibre des puissances” consacré par les traités de Westphalie (1648), qui mirent fin à la guerre de 30 ans, puis par celui d’Utrecht (1715), qui mit fin à la guerre de Succession d’Espagne et ceux qui ont suivi ; principe auquel se heurteront Charles Quint, Louis XIV, Napoléon, Hitler (sans autre rapprochement entre ces divers personnages !).

Or, ce droit international est en constant recul. L’arrogance des forces mondialistes, la substitution méthodique de la sensiblerie à la raison, et la manipulation des opinions qui en résultent, l’insertion forcée de notre pays dans cet ensemble supranational qu’est devenue l’union européenne, et beaucoup d’autres facteurs encore y concourent.

Au plan international, les effets de cette décomposition juridique sur notre droit interne sont proprement terrifiants. C’est ainsi que l’abandon de notre souveraineté a eu pour effet la soumission de notre droit, même le plus élevé dans la hiérarchie des normes juridiques, à la réglementation bruxelloise.

Nous disons bien : à la réglementation et non seulement aux traités. Entrons un peu dans la technique juridique. Notre constitution comporte un article, l’article 55, qui dispose que :
Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur ratification, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque traité ou accord, de son application par l’autre partie. Mais depuis toujours, nos tribunaux, tant de l’ordre judiciaire que de l’ordre administratif, estimaient qu’il n’était pas en leur pouvoir d’écarter l’application d’une loi française postérieure à un traité, même si elle comportait des dispositions en apparente contradiction. C’était le problème du Ministre des Affaires Etrangères ; c’était le problème du Gouvernement. Ces principes ont volé en éclats depuis les arrêts Café Jacques Vabre de la Cour de Cassation et Nicolo du Conseil d’Etat. Et depuis, les lois votées par le Parlement sont subordonnées non pas seulement aux traités eux-mêmes, mais, ce qui est encore plus inadmissible, à la réglementation européenne la plus subalterne.

Rien ne symbolise mieux les manières à la fois pernicieuses et arrogantes de l’Eurocratie que la question du siège du Parlement européen, question mineure, au regard d’autres enjeux, et cependant révélatrice.

Le lobby bruxellois est à l’oeuvre depuis des années pour transférer ce qui reste des activités de ce Parlement de Strasbourg à Bruxelles, où siègent déjà la Commission et le Conseil, dans le but -qui devrait être évident pour chacun- d’en faire en quelque sorte le Washington DC du nouvel Empire eurocratique. Mes collègues députés européens français, flamands, allemands de la Coordination des droites européennes furent quant à eux unanimes dans leurs défenses de Strasbourg comme Siège du Parlement Européen, au sujet duquel nous avons, avant tous les autres, tiré la sonnette d’alarme.

Or, sous prétexte de réunion du Bureau du Parlement “étendu à tous les députés”, concept absurde et illégal, mais créé pour la circonstance, le Président socialiste Baron Crespo a réussi à imposer, en violation des traités et du règlement de cette Assemblée, des réunions plénières à Bruxelles où s’édifiait parallèlement, sur fonds privés, dans l’illégalité la plus totale, un hémicycle qui fut, une fois achevé, loué à prix d’or au Parlement aux termes d’un bail exorbitant conclu par ce même président dans les dernières heures de son mandat. De “Bureau élargi à tous les députés”, on est passé au concept de “mini-sessions” de quelques heures, puis de 24h ; puis de 48h : les “ mini-sessions ” de Bruxelles tendent à devenir des “ maxi-sessions ”, cependant que parallèlement on réduisait la durée de celles qui ont lieu à Strasbourg. Chacune de ces violations des traités et des accords internationaux aurait du trouver sur son chemin toute l’énergie des responsables politiques français, au delà des clivages partisans, à commencer par la mairesse de Strasbourg, elle-même euro-député, qui aurait du mobiliser contre de telles manoeuvres tous les députés sans exception, qui, comme nous, étaient prêts à l’épauler. Par faiblesse, par aveuglement, par complicité ou par sectarisme, personne n’en a rien fait. Le fameux compromis d’Edimbourg qui garantissait 12 sessions à Strasbourg, fruit d’une timide réaction du Gouvernement français, a été ouvertement bafoué. Jusqu’à ce que la Cour de justice en réaffirme le principe, ce qui n’a eu d’autre effet que de réduire de cinq jours à quatre (en fait, à trois) la durée des « semaines » de session. L’unique réaction a été la construction d’un quatrième hémicycle de ce Parlement, édifié à grand frais, après celui de Luxembourg, celui que nous occupions naguère à Strasbourg, et celui qui fut édifié et loué à Bruxelles dans l’illégalité totale que nous venons de décrire. Ce projet pharaonique achevé, les quatre cinquièmes des activités parlementaires européennes sont déjà passés à Bruxelles. L’effondrement hautement symbolique du toit de ce nouveau parlement fera hélas le reste.

Mais, si cette affaire est symbolique, soit de l’incurie, soit de la collaboration volontaire, et en tous cas de la corruption des élites politiques face aux forces euro-mondialistes, abandonnant le dépôt de l’indépendance nationale qu’elles ont pourtant mission de chérir et de conserver, il est des questions beaucoup plus graves que celle du siège. Ce sont les diverses étapes par lesquelles se réalise progressivement l’Union Soviétique Européenne : ensemble dont les dirigeants ne sont pas choisis par les peuples, et souvent même totalement inconnus d’eux, qu’ils ne peuvent par conséquent ni contrôler ni révoquer, et qui cependant tendent à régir tous les domaines de la vie politique, économique, sociale, et jusqu’aux aspects les plus intimes de la vie de plus de quatre cent millions d’européens. Ensemble qui a depuis longtemps dépassé le stade de la discussion entre la forme fédérale et la forme confédérale, et qui agit désormais directement dans la vie intérieure de nos nations, à la façon d’un Etat centralisé dont la France-et les autres-, de surcroît démembrés, ne seraient plus que des collectivités locales.

L’Eurocratie de la sorte, Parlement compris, légifère sur tout. Sur la largeur des béquilles des cyclomoteurs, sur le point de savoir si le corbeau freu, la pie grièche, le choucas des clochers, doivent ou non être protégés, par une réglementation unique applicable de l’Algarve à la Laponie et de Brest à Nicosie, sur le changement de prénom des transexuels, sur la teneur en graisse du chocolat, etc.

Cette évolution de type totalitaire ne va pas sans rencontrer des résistances, mais celles-ci, lors même qu’elles ont le droit pour elles, sont systématiquement occultées, contournées, méprisées. Ainsi par exemple, le 29 mai 2005, par 15 millions et demi de suffrages, le peuple de France, à une large majorité, et contre la volonté politique de 90% de la classe parlementaire, disait non à la Constitution européenne, non à la disparition de la France, non au Super-Etat Eurocratique sur lequel les peuples n’auraient aucun contrôle, non aux forces obscures du mondialisme, non à la dictature des intérêts abjects de la finance anonyme et vagabonde, non aux politiques Euro-mondialistes qui ruinent nos économies, nos emplois et notre pouvoir d’achat.

Pourtant aujourd’hui, par un incroyable camouflage qui masque le camouflet que lui a infligé sa classe politique, le même peuple s’est vu cyniquement imposer le même texte.

Car tous les dirigeants européen qui ont encore un reste d’honnêteté intellectuelle le disent en effet, par franchise, ou par cynisme : de la chancelière allemande Angela Merkel à l’ancien Président du Conseil italien Giorgio d’Amato, du ministre des Affaires étrangères néerlandais Karel de Gucht au Premier Ministre luxembourgeois Junker, et même Valéry Giscard d’Estaing, le père de la Constitution européenne de 2005 rejetée par le peuple : le traité de Lisbonne n’est ni “mini”, ni “simplifié”. C’est la Constitution européenne bis ! Imposer sous une autre forme aux Français exactement le texte même qu’ils ont rejeté, c’est un véritable coup de force contre le peuple, et ce coup de force a lieu dans une indifférence que nous sommes les seuls à briser !

Le Super-Etat européen comporterait : des institutions anti-démocratiques : un Président non élu qui n’aura de comptes à rendre à personne ; la Commission de Bruxelles, véritable gouvernement eurocratique mais où tous les pays ne seront plus représentés et d’où même, fait inouï, la France pourrait être complètement absente ; un Quasi-Ministre des Affaires Etrangères et de la défense , inféodé aux Etats-Unis et à l’OTAN , qui pourrait nous entraîner dans des guerres qui ne sont pas les nôtres : hier en Irak ou contre la Serbie, demain contre l’Iran ou ailleurs…

Des décisions prises à la majorité dans presque tous les domaines (économie, social, immigration…), sans plus aucune garantie pour nos intérêts vitaux ni d’ailleurs pour ceux des autres nations. Décisions supérieures comme on l’a dit, à notre droit national et même à notre Constitution.

La France ne sera plus qu’une collectivité locale asservie, morcelée, écartelée en Euro-Régions ou en Euro-Länder, que préfigure déjà le découpage de son territoire depuis les élections européennes de 2004. L’Eurocratie, se verrait bien en effet comme unique interlocuteur de 200 régions d’Europe en position de quémandeurs de subventions, et plus docile que des Etats-Nations qui peuvent refuser de se laisser broyer, et lui résister comme le Danemark résista à Maastricht et comme l’Irlande résiste au traité de Lisbonne.

L’euro-mondialisme destructeur est toujours là : Un libre-échange international sans protection, facteur de concurrence déloyale, de fermetures ou de délocalisations d’entreprises. Une prétendue “libéralisation” des services, qui tirera des millions de salaires vers le bas… Une Banque centrale européenne qui commande nos finances, donc notre économie, donc notre politique sociale depuis Francfort sans aucun contrôle, ni de la part des autorités des Etats-membres, ni même, ce qui est proprement stupéfiant, de la part des institutions politiques européennes. Dans cette Europe sans frontières et sans identité, Bruxelles décidera des autorisations d’entrée dans toute l’Union Européenne, donc en France. Toutes les politiques de visas, immigration, asile, nous échapperont. Une fois admis dans un pays, tous les étrangers non-européens acquièrent le droit de s’installer librement dans les autres : en toute légalité, des centaines de milliers de clandestins régularisés par un autre Etat pourront venir vivre chez nous, sans qu’on nous demande notre avis. On refuse de définir les frontières de l’Europe, et les conditions d’adhésion presque exclusivement idéologiques et administratives sont tellement larges que demain, l’Ouzbékistan ou l’Algérie pourraient en devenir membres. Le préambule du Traité refuse de reconnaître les racines chrétiennes de l’Europe pour mieux intégrer la Turquie, dont on continue à négocier l’adhésion, quoi que prétende Sarkozy. Elle serait le pays le plus puissant de la nouvelle “Eurocratie”.

Aujourd’hui, pour faire passer un texte aussi contraire au véritable génie de l’Europe, aucun gouvernement, sauf en Irlande, ne veut de référendum, parce que, comme l’a declaré Nicolas Sarkozy devant la conférence des Présidents de Groupe du Parlement Européen, ils savent que les peuples diront “non”. Mais en France, ce que le peuple a fait, seul le peuple peut le défaire !

C’est pourquoi, et quelle que soit l’issue de cette procédure, les Nationaux dénient par avance à ce texte toute légitimité ; ils ne l’acceptent et ne l’accepteront pas plus que leurs pères n’ont accepté le honteux traité de Troyes qui livrait la France à l’étranger, pas plus que les Etats-Généraux n’ont reconnu le traité de Madrid par lequel le roi prisonnier François 1er abandonnait la Bourgogne à l’Empereur Charles Quint, pas plus que les Alsaciens et Lorrains de Moselle n’ont accepté le traité de Francfort qui en 1871 les abandonnait à l’Allemagne !

C’est pourquoi, la poignée de résistants que nous sommes ne craint pas de ramasser dans le caniveau où ils l’ont jeté le drapeau lacéré de la patrie.

C’est pourquoi, dans la grande solidarité qui doit unir les patriotes et tous ceux dont les mêmes forces obscures menacent l’identité, nous allons édifier l’union des Patriotes, avec nos amis autrichiens, bulgares, italiens, britanniques, flamands et wallons, serbes et croates, russes et ukrainiens, et beaucoup d’autres encore.

Je veux encore faire litière d’un élément de propagande mille fois ressassé. Lorsque par exemple ils ont été placés devant la nette victoire du « NON » au projet de ratification du traité constitutionnel européen, les partisans de l’Eurocratie ont dressé un sombre tableau de la situation. Comme ils le font toujours, ils reprochaient aux nationaux d’agiter, contre la construction européenne, des peurs injustifiées. Ce sont eux en réalité qui les agitent, en laissant entendre qu’il n’y a d’autre alternative que l’Eurocratie boulimique ou le retour aux conflits passés qui ont opposé et déchiré les nations. « Si vous êtes contre la Constitution, c’est que vous voulez refaire la guerre à l’Allemagne » nous a-t-on, en substance, seriné presque dans ces termes.

CE QUI RESTERA

Pourtant, la nette victoire du NON n’a pas été la fin du monde. Quoi qu’on en ait dit, il n’y a pas eu de résurgence des antagonismes heureusement disparus. Ce n’est d’ailleurs pas l’indépendance nationale qui a provoqué les guerres civiles européennes que furent les conflits mondiaux ; ce sont au contraire les menaces contre l’indépendance nationale, que nos voisins n’exercent plus.

Il doit être clair que nous sommes des gens parfaitement raisonnables, et que nos positions ne conduisent pour notre pays à la perte d’aucun bénéfice.

Les nationaux n’entendent porter aucune atteinte à ce qui relève des perfectionnements du « droit des gens européen » que nous décrivions à l’instant, et notamment :
- au principe de l’intangibilité des frontières,
- à l’arbitrage pacifique des différends,
- à la sécurité mutuellement garantie, (dont l’UEO aurait pu être le cadre si elle avait été absorbée par l’Union Européenne au lieu que cette dernière s’en remette à l’OTAN sous contrôle américain.)
- et, pourquoi pas, à la concertation entre les délégués des peuples d’Europe, ministres ou parlementaires, notamment dans ce haut lieu chargé d’histoire et de symboles qu’est la ville de Strasbourg, siège à temps partiel, et très menacé, du Parlement.

Ils savent, certes, que le maintien du statu quo n’est pas la solution de tous nos problèmes. Juridiquement, le Traité de Nice resterait en vigueur - dont Valéry Giscard d’Estaing nous dit aujourd’hui qu’il est le plus défavorable aux intérêts de la France que l’on ait jamais conclu. Mais Jacques Chirac et Lionel Jospin, qui l’avaient négocié, lorsqu’ils présidaient le Conseil Européen, présentaient à l’époque comme une considérable avancée.

Nous resterons donc avec ce dispositif, susceptible de renégociations dans la pratique, comme M. Delors l’a reconnu à demi-mot.

Que l’on ne vienne pas dire que cette perspective d’une renégociation est utopique ou que les textes ne la prévoient pas. La France a, dans le passé, pratiqué la politique dite « de la chaise vide », et elle avait obtenu le « Compromis de Luxembourg », qui lui donnait satisfaction.

Elle peut surtout à cet égard mettre en œuvre la clause de réciprocité contenue dans l’article 55 de sa constitution, jamais invoquée jusqu’à présent. Il ne manquerait pas de motifs pour l’invoquer, ne serait-ce que les illégales manœuvres menées contre Strasbourg, en violation des traités, évoquées plus haut.

RENOUVEAU EUROPEEN

Les nationaux ont donc raison de vouloir empêcher le train fou qu’est aujourd’hui devenue l’Union Européenne d’aller dans le précipice. Et plus raison encore, si elle y va, de vouloir sauter du train en marche. Que l’augmentation indéfinie des domaines d’intervention, véritable machine à broyer les identités nationales, se trouve bloquée, n’a de soi, aucun caractère « négatif ». Le processus d’adhésion de la Turquie serait, au moins provisoirement, entravé. La boulimie de compétences de l’Union européenne serait enfin remise en cause. Ceci obligerait donc à recentrer la coopération sur des projets précis, chiffrés, identifiables quant à leur rapport coûts-avantages : Airbus, Ariane, le CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire sur la structure de la matière). Mais aussi, par exemple, les bourses d’étudiants Erasmus, ou les projets trans-européens de liaisons fluviales, ferroviaires, aériennes, le système européen de positionnement par satellite Galileo, toutes actions légitimes de coopération qui n’ont aucune raison de s’arrêter, au contraire.

En refusant l’adhésion de la Turquie, non pas pour des motifs humiliants à l’égard de cette grande nation, mais pour la seule raison qu’elle n’est pas, ni sur le plan culturel, ni sur le plan linguistique, ni sur le plan religieux, ni même sur le plan historique, un état européen, nous sommes des défenseurs plus conscients et plus exigeants quant à l’identité européenne que nos adversaires prétendus «européistes ».

De même, en réclamant que cet ensemble européen, à l’intérieur duquel les cloisons avaient sauté, mais qui devait en être pourvu sur ses limites extérieures, devienne un ensemble cohérent, raisonnablement protégées sur son pourtour à l’égard des flux financiers, des flux migratoires, des invasions de produits fabriqués à vil prix par les millions d’ouvriers sous-payés du tiers-monde, ce qui n’est plus le cas depuis que cet espace a été intégré dans l’Organisation Mondiale du Commerce, nous sommes à tout prendre plus soucieux des intérêts de l’Europe que nos adversaires. Et nous sommes de meilleurs défenseurs qu’eux des traditions européennes, quand nous défendons la famille, la vie, les corps intermédiaires, le droit naturel, la personne.

Si toutefois par extraordinaire, le système de l’Union Européenne devait définitivement se bloquer, d’autres coopérations internationales seraient parfaitement concevables.

ALLIANCE FRANCO-RUSSE

Une nouvelle organisation internationale pourrait naître, incluant par exemple des pays et des peuples européens qui ne font pas encore partie de l’Europe (Serbie, Ukraine, Biélorussie, Russie). Nous pourrions renouer avec une tradition nationale naturelle en termes de géopolitique, qui va du mariage d’Anne de Kiev avec le futur roi de France, il y a presque mille ans, à l’Alliance Franco-Russe scellée à la fin du XIXe siècle. Il ne s’agirait pas ici comme par le passé d’une alliance défensive, mais de faire que l’Europe ainsi réconciliée surmonte sa grande division, qui remonte au partage de Théodose au IVe siècle entre Empires latin et grec, et à la séparation sous Photius du catholicisme et de l’orthodoxie. Cette ligne de partage est très exactement le méridien de Sarajevo, ligne d’affrontement de 1914 à nos jours. Refaire l’Unité de l’Occident, abroger les conséquences politiques de la division de l’Europe chrétienne, participer -à profits partagés- à la mise en valeur des richesses naturelles de ces immenses espaces ; voilà un champ d’action nouveau.

OU UNE UNION LATINE

Une autre piste supposerait une volonté politique nouvelle, en particulier dans les autres pays concernés. Elle requerrait la coopération des Etats latins : France, Espagne, Portugal, Italie, Roumanie, avec la mise en œuvre de leurs réseaux d’influence pour les trois premiers de ces pays, influence tenant aux liens historiques, culturels, économiques, politiques avec de nombreux pays dans le monde. Les quelques 52 Etats francophones, hispanophones, lusophones représentent une masse d’un milliard d’êtres humains. Une force culturelle capable de faire contrepoids à la domination culturelle jusqu’ici incontestée du monde anglo-saxon. Une force politique décisive dans le concert des Nations-Unies. Un terreau pour un vrai développement du tiers monde, fondé sur l’intérêt réciproque de tous les acteurs concernés.

SURSAUT NATIONAL

En tout état de cause, au plan national, la victoire des nationaux ne sonnerait pas seulement la fin d’une illusion, mais aussi celle d’un alibi. Celui de nos dirigeants politiques dans la constante évasion de leurs responsabilités. «C’est à cause de Bruxelles» ne pourrait plus être l’excuse de l’inaction, des promesses non tenues, des réformes en souffrance. Cette victoire peut être l’occasion d’un sursaut national, renouveau dans lequel nous ferions enfin jouer, au service de nos intérêts légitimes, les atouts réels de la France que sont :

. Les ressources d’un territoire le plus vaste, le plus diversifié, et le plus hospitalier de l’Europe occidentale. Et qui pourrait sans difficulté héberger 100 ou 120 millions de Français, si l’aménagement du territoire était plus harmonieux, et si nos villages étaient aussi peuplés qu’au Moyen Age, quand les rendements agricoles étaient cependant vingt fois inférieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui.

. Les ressources d’un territoire qui a ses prolongements dans ce qui nous reste de l’acquis de nos marins, pionniers, découvreurs : les confettis d’un ancien empire répartis encore sur tous les océans : Atlantique, Indien, Pacifique, Mers Australes.

. Un domaine maritime qui, en vertu de la Convention de l’ONU de Montego Bay sur le droit de la mer, événement majeur mais méconnu, est le troisième du monde. A l’heure où l’avenir de l’humanité se joue davantage dans les mers que dans l’espace.

. Une influence culturelle qui peut revivre pour autant que des Français comme M. Rocard ne scandalisent pas nos collègues italiens du Parlement européen en affectant de s’exprimer en anglais (sans pour autant être d’ailleurs plus compréhensibles que lorsqu’ils s’expriment en français).

. Un savoir faire exceptionnel de concepteurs, d’ingénieurs et de techniciens, capables de construire les meilleurs avions, les meilleurs trains, d’excellentes voitures, et beaucoup d’autres réalisations encore.

. Un art de vivre que le monde entier nous envie et qui ne s’altère que par la progression de l’égoïsme social et de l’insécurité.

A chacune de ces consultations populaires qui se font de plus en plus rare –et pour cause !- on a voulu faire peur aux Français en leur disant que la claque fantastique que constituerait un rejet de l’Eurocratie contre l’établissement politique qui la soutient ouvrirait une crise de régime. Mais quand le régime est pourri, la crise de régime est salutaire !

Nous ne sommes pas chargés d’organiser la survie d’une classe politique solidaire dans la corruption financière (ainsi notamment que l’a montré, entre autres, l’affaire des lycées d’Ile-de-France), solidaire dans le reniement de ses promesses, solidaire dans le mensonge institutionnel et la duperie des Français, solidaire dans l’effroyable décadence morale, solidaire dans le trucage des modes de scrutin, solidaire dans l’instauration de la police de la pensée dans le pays autrefois le plus libre du monde.

Nous ne sommes pas chargés de la survie du système, nous sommes chargés de la survie de la France.

Le 29 mai 2005, lors du referendum sur la Constitution européenne, par son NON fort et clair, elle a manifesté comme un malade qui sort du coma, son premier réflexe, celui de l’instinct de conservation, celui d’un peuple qui ne veut pas mourir ! A nous de lui offrir l’occasion de sa renaissance !

nations presse.info - 15 septembre 2008

02:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le lac Léman en automne

EVIAN En route sur le Lac -bateau de pêche qui part.JPG
EVIAN Petit port Evian.JPG
EVIAN Fées du Lac Léman.JPG
Evian le lac Léman.JPG
Photos d'E.B. - 12 septembre 2008

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

L'offense faite au Roi Soleil

Expo Koons à Versailles.jpg
"Lobster" suspendu en guise de lustre dans le salon de Mars
Exposition de l'américain Jeff Koons au Château de Versailles du 10 septembre au 14 décembre 2008

LE FIGARO. - Pourquoi ce choix de Jeff Koons ?
Jean-Jacques AILLAGON. - Tant qu'à inviter un artiste à ­Versailles, il fallait viser un artiste d'une notoriété absolue. Jeff Koons est l'un des plus célèbres et Versailles, l'un des monuments les plus célèbres du monde. Outre cette adéquation de notoriété, Jeff Koons est un artiste cultivé. Quand «le plus baroque des artistes néopop» regarde Versailles, il comprend Versailles. Il ne ferme pas les yeux.

Ce que Versailles apporte à Jeff Koons est évident. Qu'apporte-t-il à Versailles ?
Versailles lui apporte une grande joie. Il est très fier d'être le premier artiste contemporain accueilli par Versailles. Ce qu'il apporte à Versailles, c'est son regard, son intelligence du lieu et cette capacité à nous inviter à regarder Versailles, à éviter que Versailles échappe à la banalité née de l'habitude. On se rend compte de la formidable justesse de l'exercice. Balloon Flower 3 (Olive), dans la Cour royale, est une œuvre en acier qui réfléchit le décor, démultiplie l'image du château, crée une relation dynamique entre le bâtiment, le décor, les gens, les visiteurs et l'œuvre. Moon (Light Blue) dans la galerie des Glaces, c'est un mariage puissant. Malgré l'été pourri et donc pauvre en fleurs, Split Rocker éclaire le parterre de l'Orangerie. Hanging Heart (Red/Gold) trône dans l'Escalier de la reine. François Pinault a souhaité le voir aussitôt accroché.

Jeff Koons est né en 1955 aux E.U. Il a épousé en 1991 la star du porno italienne (puis eurodéputé), La Cicciolina, née en Hongrie. Jean-Jacques Aillagon a été ministre de la Culture de 2002 à 2004.

Cette expo incongrue pour tourner en dérision Versailles, symbole de la Monarchie française?