Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2008

La police française n'a plus droit de cité

Cross moto villiers le bel enquête contre police.jpg
La moto-cross percutée à Villiers-le-Bel: mort de 2 jeunes imprudents 
L'armée, la police...  Il ne restera bientôt plus aux Français qu'à constituer des milices d'auto-défense. Qui seront aussitôt interdites... 

Pour l'avocat des familles de 2 ados renversés en moto en novembre 2007, le véhicule de police est en cause. Rapport d'expertise à l'appui.


7 mois après les faits, l'enquête sur la collision entre un véhicule de police et une moto, qui avait causé la mort de 2 ados, en novembre 2007, à Villiers-le-Bel, dans le Val d'Oise, avance enfin.

Et les déclarations de Jean-Pierre Mignard, l'avocat des familles des 2 jeunes victimes, font tâche d'huile...

Pour lui, c'est tout sauf un "banal accident", contrairement à ce qu'avait déclaré après la collision le directeur général de la police nationale Frédéric Péchenard, qui avait décrit "un banal et tragique
accident de la route".

Me Mignard cite le rapport d'expertise, ordonné par la juge d'instruction, qui semble clairement mettre en cause la police:

-le véhicule de police roulait à
64,3 km/h au moment du choc (alors que les policiers ont toujours déclaré avoir circulé entre 40 et 50 km/h, la vitesse limite en agglomération)

-le véhicule de police était en phase d'accélération au moment de la collision: selon l'expert, le véhicule est passé de 59km/h à un peu plus de 64km/h sur les 16 derniers mètres avant le choc, d'où l'absence de visibilité au carrefour qui a probablement empêché les policiers pour voir le deux-roues arriver.

-les policiers roulaient sans gyrophare

-l'analyse des trajectoires et des dégâts sur les deux véhicules montre que c'est la voiture qui a percuté la moto de plein fouet alors que celle-ci arrivait par la gauche à une vitesse de 66km/h. (L'avocat précise toutefois qu'à ce stade, "aucune indication ne montre que les policiers auraient volontairement percuté la moto". )

Jean-Pierre Mignard conteste aussi l'affirmation de la police selon laquelle le véhicule ne se trouvait pas en intervention au moment de la collision.

Que savait-on de la nature du déplacement de la police?
Selon les éléments révélés par Le Monde le 20 février, le centre d'information et de commandement avait appelé une voiture de la BAC à se diriger vers un quartier où un vol de GPS venait d'être déclaré. Entendant le message à la radio,
le chef de bord du véhicule avait alors fait part de sa volonté de se "rapprocher des lieux".

Que dit aussi l'avocat?
Concernant la vitesse de la voiture de police, il parle d'une "faute pénale qui légitime, à posteriori, l'ouverture d'une information judiciaire."

Que dit la police?
Elle n'est pas d'accord: "
L'enquête, en cours, ne laisse pas apparaître une responsabilité des policiers. Mais si, comme je l'ai toujours dit, les policiers ont fait une erreur et que la procédure le démontre, ils seront sanctionnés" a-t-il déclaré au Monde ce mardi.
Le Post - 01.07.08

Mon opinion... par Jean-Dominique Merchet

Jean-Dominique MERCHET Secret Défense Blog de Libération.jpg
SECRET DEFENSE
un blog de Libération par J.-D. Merchet

Réagissant au drame de Carcassonne, le président de la République a utilisé aujourd'hui des mots d'une rare vigueur. Cette violence vis-à-vis de l'institution militaire laisse sans voix.

Il y a eu l'erreur d'un homme - un sergent - qui, à l'heure où j'écris ces lignes, doit être personnellement effondré. Il n'y a eu - par miracle - aucun mort. Soyons clairs : quelque chose, dans l'institution militaire, n'a pas fonctionné selon les règles. La justice essaiera de comprendre quoi, et d'ici là espérons que la médecine parvienne à soigner les blessés, vers lesquels vont toutes nos pensées.

Sans faire de procès d'intention, ce que le président de la République a montré aujourd'hui, c'est ce qu'il pense vraiment de l'armée. Il ne la comprend ni ne l'aime. La grogne des militaires lui reste manifestement en travers de la gorge. L'imagine-t-on, un instant, tenir les mêmes propos de la police ? L'antimilitarisme de droite est-il un fantasme ?

Je rappelle que le régiment-frère du 3ème RPIMa de Carcassonne, le 8ème RPIMa de Castres est arrivé ce matin même en Afghanistan. Envoyé par ce même président de la République sur un théâtre de guerre.

Sur leur VAB, les paras du 8 devront servir leur mitrailleuse de 12,7 mm sans protection. Les blindés AMX-10 RC, envoyés pour les soutenir, ont un plancher en aluminium, évidemment à l'épreuve de toutes les mines !  Rappellons-nous cette phrase, prononcée aujourd'hui par le chef des Armées : "Il y a eu des négligences inacceptables. Elles devront être sanctionnées"...

30 juin 2008

 

18:39 Publié dans Blog | Tags : secret defense | Lien permanent | Commentaires (3)

Carcassonne: le scénario de la fusillade

Un chargeur avec des balles réelles. L'accident s'est déroulé dimanche, alors que les journées portes ouvertes à la caserne touchaient à leur fin. En fin d'après-midi, pour la sixième fois du week-end, les militaires exécutent une simulation de libération d'otages. Le scénario prévoit l'irruption d'un ennemi fictif et la riposte des militaires. Sauf que, cette fois, les balles qui s'échappent du fusil-mitrailleur d'un des soldats ne sont pas à blanc, comme elles auraient dû l'être, mais bien réelles. Les coups partent en rafales, et les victimes s'effondrent. « Pour une raison qui reste à déterminer, le soldat avait conservé sur lui un chargeur de balles réelles, décrypte le procureur de Montpellier qui s'appuie sur le visionnage d'un film amateur. Le malheur a voulu qu'il choisisse par réflexe ce mauvais chargeur au moment de recharger son arme. La scène dure un dixième de seconde. » La justice s'intéresse également au scénario de l'exercice et à la présence de la foule dans l'axe de tir.

Un drame « théoriquement impossible ». Selon l'armée, les protocoles en vigueur excluent le déroulement d'un tel drame : le soldat n'aurait jamais dû avoir de balles réelles en sa possession. Selon les premiers résultats de l'enquête, le sergent avait conservé ces munitions à l'issue d'un exercice de tir réalisé autour du 20 juin. « Les procédures sont pourtant très strictes, réagit le colonel Le Testu, du Sirpa-terre (service d'information de l'armée de terre). Quand ils ont fini leurs activités de tir, les soldats doivent restituer toutes les munitions non utilisées. » L'enquête devra donc déterminer les raisons pour lesquelles le sergent fautif avait conservé ces balles-là. « C'est une hypothèse, mais le sergent a peut-être complété ce chargeur avec des balles à blanc sans se rendre compte qu'il restait à l'intérieur des balles réelles », nous confiait le procureur dans l'après-midi. Les deux projectiles n'ont pourtant rien à voir.

Un soldat sans histoires. Engagé depuis huit ans, le soldat mis en cause était un « militaire expérimenté et très bien noté », selon le ministre de la Défense, Hervé Morin. « Il estime être le seul responsable de la faute, souligne le procureur. Il se rend compte qu'il a commis un acte qui aura des conséquences irrémédiables sur beaucoup de personnes, qui en conserveront de lourdes séquelles. » Les tests d'alcoolémie du sergent se sont révélés négatifs et ceux de recherche de stupéfiants sont en cours.

L'identité de ce sergent n'a pas été révélée.

(Source: Le Parisien - 01.07.08)

18:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Démission du chef d'état-major de l'Armée de terre

Cuche et Hervé morin.jpg
Bruno Cuche, chef d'état-major de l'Armée de terre, et Hervé Morin en novembre 2007 à Pau

AFP.01.07.08. Le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Bruno Cuche, a payé mardi au prix fort la bavure sanglante de Carcassonne, par sa démission, annoncée laconiquement par l'Elysée.

Dix-sept personnes, dont quinze civils et des enfants, ont été blessées dimanche, certaines grièvement, par des tirs à balles réelles lors de ce qui devait être une démonstration de libération d'otages par le 3e Régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) dans une caserne de Carcassonne.

"Le président de la République, chef des armées, a accepté la démission que lui a présentée le général d'armée Bruno Cuche, chef d'état-major de l'armée de terre", a déclaré la présidence dans un communiqué.

Parlant d'un "geste fort" mais sans rendre hommage au général Cuche, figure respectée des armées, l'Elysée a souligné une nouvelle fois que le président suivait "avec attention les différentes enquêtes en cours".

"Il entend que les armées en tirent toutes les conséquences quant à leur organisation et leur fonctionnement", a réaffirmé aussi la présidence.

La démission du général Cuche a été annoncée alors que le ministre de la Défense Hervé Morin lui avait demandé le matin même de prononcer à "titre conservatoire" des "sanctions immédiates" dans l'affaire de Carcassonne, "sans attendre les conclusions des enquêtes judiciaire et de commandement".

Juste avant de démissionner, le général Cuche a du reste suspendu le sergent de 28 ans auteur des coups de feu. Toujours en garde à vue mardi, celui-ci devait être mis en examen dans la journée pour "blessures involontaires", la justice privilégiant l'hypothèse d'une "erreur humaine" et d'"un acte involontaire".

Le général Cuche s'est refusé à toute déclaration publique mais à fait adresser un "message d'information" aux 130.600 civils et militaires de l'armée de terre. Ce message confirme sa décision de démissionner, "assumant jusqu'au bout la plénitude de ses responsabilités".

Commentaire d'un officier interrogé sous couvert de l'anonymat par l'AFP: "le chef de l'Etat s'en prend à la hiérarchie, c'est une crise de confiance entre l'Elysée et l'institution militaire".

"Le général Cuche a été extrêmement marqué par les propos du président de la République lundi à Carcassonne", a ajouté cet officier.

De sources proches du dossier, le président SarkÖzy aurait exprimé lundi son "fort mécontentement" au général Cuche, accouru à Carcassonne dès dimanche soir.

Nicolas Sarközy avait manifesté publiquement sa colère à deux reprises lundi, sur place et sur France 3, où il s'était dit "accablé" par une affaire qui "ne peut rester sans conséquences".

Le général Cuche, 60 ans, devait quitter prochainement ses fonctions. Il était pressenti pour occuper ensuite les fonctions prestigieuses de gouverneur des Invalides. L'interim à la tête de l'armée de terre sera assuré par son bras droit, le général Elrick Irastorza.

"C'était quelque chose qu'il avait en tête parce que c'est un très grand militaire, parce que c'est un homme qui a conscience de ses responsabilités, qui a conscience de l'image de l'armée de terre", a souligné Hervé Morin.

L'affaire de Carcassonne intervient au moment où ce dernier s'apprête à annoncer les restructurations de la Défense qui, pour l'armée de terre, se traduiront par une réduction de 17% des effectifs. La suppression d'une vingtaine de régiments serait envisagée.

 

Carcassonne infographie.jpg

17:49 Publié dans Blog | Tags : carcassonne | Lien permanent | Commentaires (7)

STATS JUIN 2008

Visiteurs uniques:    10 216

Visites:                   15 660

Pages:                    50 740

Pages par jour (Moy/Max):  1 691/2 214

Visites par jour (Moy/Max):   522/849

17:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

VIDEO Carcassonne inversion des balles

http://www.dailymotion.com/video/x5ypbu_inversion-des-bal...

01:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

30/06/2008

KONK

Konk - bac.JPGKonf jeanne d'arc au TPI.jpg
Konk franc monnaie.jpg
Konk Ivg poubelles.jpg

23:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Carcassonne: dix balles réelles découvertes...

Un journaliste de la Dépêche du Midi indique avoir trouvé dimanche, à proximité de la caserne, dix balles réelles enveloppées dans une boîte de préservatifs. Il a apporté ces balles au commissariat de police, ce qui a "interpellé" les enquêteurs.

Ils ont confirmé qu'il s'agissait bien de munitions d'arme de guerre et ont procédé à des relevés d'empreintes digitales avant de joindre ces projectiles au dossier.

Le président Nicolas Sarközy, qui s'est rendu lundi matin à l'hôpital Antoine-Gayraud de Carcassonne, a estimé qu'il y avait eu "des négligences inacceptables". "Elles devront être sanctionnées. La réaction sera rapide et sévère", a-t-il promis.

Pourvu que ces balles retrouvées ne deviennent pas des balles "perdues"!

(Source Le Monde - 30 juin 2008)

19:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

CHARD

CHARD immigration choisie.gif
chard293.gif

18:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

"Ventres à louer": clash entre Morano et Boutin

Le débat sur les mères porteuses n'a pas fini de faire parler de lui. Ces derniers jours, il a même donné lieu à de vifs échanges entre deux membres du gouvernement. Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille, a en effet regretté samedi 28 juin, la "confusion" apportée au débat par la ministre du logement Christine Boutin, qui a lancé une pétition contre la légalisation de la "gestation pour autrui".

Une commission sénatoriale a recommandé cette semaine l'autorisation de la"gestation pour autrui" (GPA), que la loi sur la bioéthique de 1994 interdit en France alors que le procédé est légal en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. Au terme de cinq mois d'auditions, les membres du groupe de travail sur la "maternité pour autrui" ont cependant recommandé d'encadrer strictement la pratique.

Depuis mercredi, Mme Morano  s'est déclarée favorable à plusieurs reprises à cette légalisation, affirmant qu'elle pourrait porter l'enfant de sa fille si cette dernière souffrait d'une malformation utérine. Des propos jugés "surprenants" par Mme Boutin. "Je ne peux imaginer que Mme Morano, en charge de la famille, n'ait pas envisagé les conséquences familiales, psychologiques et éthiques de son acceptation du principe de pouvoir être la mère de ses propres petits-enfants", a déploré la ministre du logement dans un communiqué diffusé vendredi. Cette dernière, catholique, ayant combattu notamment contre l'instauration du Pacs, a également annoncé le lancement d'une pétition "pour alerter l'opinion" sur une éventuelle légalisation.

La réaction de Mme Boutin, selon Mme Morano, est "passionnée", mais "en même temps elle apporte beaucoup de confusion parce que le Sénat est très précis dans ses conditions", lui a répondu Mme Morano sur RTL, précisant que la mère porteuse ne devait "en aucun cas être la mère génitrice, c'est-à-dire la mère biologique". "La mère porteuse n'intervient que pour porter, donc il n'y pas de confusion de filiation", a-t-elle jugé. "Je ne donne pas à Mme Boutin le monopole des convictions religieuses", a également répliqué Mme Morano. (dont on ne dit pas la religion d'origine).

18:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Sarközy: "Bâtir une Europe de l'asile"

Dès les 7 et 8 juillet, à Cannes, lors d'une réunion des vint-sept ministres chargés de l'immigration, la France présentera officiellement le "pacte sur l'immigration et l'asile" qu'elle compte faire adopter, à l'automne, par le Conseil européen. Depuis janvier, le ministre français de l'immigration, Brice Hortefeux, a sillonné l'Europe pour convaincre ses membres de la nécessité de s'entendre sur des principes communs.

 

Sur ce dossier, une priorité pour la présidence française sarközienne, le ministre se dit convaincu que les initiatives françaises peuvent être rapidement couronnées de succès. Pour lui, "ce pacte peut être la démonstration que l'Europe est capable de relever les défis de société". S'inspirant de la conception de l'"immigration choisie" défendue par Nicolas Sarkozy, le texte proposé par la France s'articule autour de cinq "engagements".

Organiser l'immigration légale. Le premier engagement porte sur l'organisation de l'immigration légale, "en fonction des besoins et capacités d'accueil de chaque Etat membre". Le principe d'une "immigration choisie et concertée à caractère professionnel" est clairement affirmé. Il doit conduire les Etats membres à "renoncer à l'avenir aux régularisations générales".

Organiser l'éloignement effectif des illégaux. En matière d'éloignement des clandestins, les Etats devront respecter la règle selon laquelle "un migrant en situation irrégulière a vocation soit à partir volontairement, soit à être reconduit dans son pays".

Alors que seule une mesure d'éloignement sur trois est exécutée en Europe, le pacte invite les capitales à négocier rapidement avec les pays d'origine des accords de réadmission, "au moyen de tous les instruments diplomatiques et commerciaux". Il les incite à recourir, "chaque fois que c'est nécessaire", à des "vols de retour conjoints" entre plusieurs Etats.

Mieux protéger les frontières. Il s'agit aussi d'améliorer "l'efficacité des contrôles aux frontières" extérieures de l'UE. Les Vingt-Sept devront pour cela s'engager à ne plus délivrer que des visas biométriques à partir de 2011 et à renforcer les moyens de l'agence Frontex, chargée de cordonner l'action des polices aux frontières extérieures.

Bâtir une "Europe de l'asile". Le projet de pacte pose les fondements d'une "Europe de l'asile". Constatant l'hétérogénéité des politiques en la matière, la France appelle les Vingt-Sept à mettre en place, dès 2009, un "bureau d'appui" pour faciliter les échanges d'informations et d'expériences. Dans un délai de cinq ans, les Européens devraient adopter des "critères communs de demandes d'asile et de reconnaissance du statut de réfugié".

Favoriser le "développement solidaire". Le texte pose le principe du "développement solidaire" pour "construire un partenariat avec les pays d'origine et de transit, au service de leur développement". Il invite à favoriser les possibilités pour les migrants d'investir dans leur pays d'origine et à encourager une "immigration de mobilité". Elle permettra à des étrangers de se former ou de se perfectionner en Europe, avant de retourner mettre leurs acquis au service du développement de leur pays.

(Source Le Monde -30 juin 2008)

La fin de l'Europe blanche est clairement programmée!

18:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

"Mères porteuses": à quel prix?

Au fond, de quoi s'agit-il ? Tout simplement de faire un enfant. Mais encore ? Un enfant génétiquement de soi. Et pour y satisfaire quand on n'y arrive pas à deux, on n'hésiterait pas à faire courir des risques à de nombreuses personnes. Comment ? D'abord en pratiquant une fécondation in vitro (FIV) avec les ovules de la femme dépourvue d'utérus et le sperme de son compagnon. Puis en transférant l'embryon ainsi obtenu dans l'utérus d'une femme porteuse. Ce qui compte, c'est l'enfant de soi, de ses gènes.

La mère est celle qui accouche, mais l'enfant peut avoir une parentalité multiple. La grossesse n'est pas un simple portage, c'est une expérience fondamentale qui façonne les deux protagonistes : la future mère et l'enfant en gestation. On découvre à peine la complexité et la richesse des échanges entre la mère et l'enfant in utero. Ce ne sont pas des élucubrations de psychanalystes. Les chercheurs scientifiques de toutes les disciplines n'en sont qu'au début de leurs découvertes concernant les mécanismes de ces échanges et leurs conséquences.

Même les animaux n'y échappent pas : les embryons d'étalon portés par une solide jument se retrouvent avec des caractéristiques repérables de la jument porteuse. Faut-il, au nom de la filiation génétique, organiser la venue au monde d'enfants portés par une femme dont le travail psychique conscient et inconscient consistera à pouvoir l'abandonner ? On peut imaginer son ambivalence si, comme il est prévu, elle garde la possibilité de se rétracter à l'accouchement et les conséquences pour l'enfant d'une rétractation... Faut-il, au nom de la souffrance de parents infertiles, croire que l'amour peut tout, et réduire ces échanges à... rien ?

L'inégalité - vécue comme une injustice - devant la fertilité est mise en avant par certains pour justifier la gestation pour autrui pour les couples infertiles. C'est oublier qu'en matière de vie en général et de procréation médicalement anonyme (PMA) en particulier, on est dans le règne de l'injustice : à ce jour, la moitié des couples qui ont recours à la FIV n'auront pas d'enfant. On peut certes espérer améliorer cet état de fait, mais il y aura toujours des limites.

S'adjuger neuf mois de la vie d'un être humain, ce n'est pas rien ! Une grossesse, ce n'est pas toujours simple, et une mère porteuse n'est à l'abri ni d'une fausse couche, ni d'une césarienne, ni de complications, ni de porter un enfant malade, ni d'un baby blues. Ses propres enfants devront intégrer l'idée que l'enfant qu'elle porte n'est pas un frère ni une soeur, qu'il n'a pas été conçu avec leur père et qu'il sera (aban)donné à une autre famille dès la naissance. La société peut-elle exposer de la sorte ces enfants au bon vouloir de leur mère ? Et le couple ? Et le mari ? Messieurs les députés, que diriez-vous si votre femme vous annonçait qu'elle allait porter un enfant pour un autre couple ? Mesdames les députées, allez-vous donner l'exemple ?

N'est-ce pas une forme majeure d'aliénation du corps de la femme ? La principale motivation est et restera une motivation économique liée ou non à une réparation psychique, consciente ou non, qu'il paraît douteux d'encourager. Il y a sûrement de par le monde des prostituées libres de choisir l'usage qu'elles veulent faire de leur corps, mais la très grande majorité sont exploitées et n'ont pas le choix.

Il n'y a qu'à regarder les offres financières faites aux mères porteuses - qu'elles aient eu ou non des enfants - pour comprendre que la régulation n'est qu'un cache-misère et que les dérapages sont inscrits dans la démarche même de légaliser cette forme de prostitution au nom de la souffrance des couples qui ne peuvent procréer mais qui peuvent payer. Certes le tourisme procréatif existe. Dans ce contexte, tenir sur des positions de principe paraît rétrograde. Mais les contraintes dont on veut se débarrasser au nom de la liberté des uns et des autres sont autant de remparts contre les dérapages.

Certes, des enfants de parents français ont été portés par une femme californienne ou ukrainienne. Les parents ont agi en connaissance de cause, mais font pression sur la justice française - au nom du bien-être de l'enfant -, sujet sensible s'il en est, pour faire reconnaître la filiation. Si l'on considère que la mère est celle qui a accouché, l'enfant qu'elle a abandonné ne pourrait-il être adopté par le couple qui a l'intention de l'élever et qui se trouve être les parents génétiques ? Manière de ne pas faire comme s'il ne s'était rien passé. Car, aujourd'hui, l'enjeu que pose chaque technique de procréation assistée est de savoir s'il est possible ou non de l'humaniser en instituant la parenté sans confusion sur les origines.

Ces réflexions intéressent la société tout entière et, au premier chef, les parents qui veulent à tout prix un enfant, dont on dit, à tort, qu'il n'a pas de prix.

(Source Le Monde- 30.06.08)

17:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Carcassone: "C'est un mauvais réflexe!"

La volonté du procureur Brice Morin de vouloir innocenter à tout prix le militaire coupable du 3ème RPIMA a quelque chose de suspect, qui donne à réfléchir. Ce para n'était pas un "bleu", mais un militaire expérimenté qui, de plus, n'aurait pas dû avoir sur lui, dans sa poche, ce chargeur à balles réelles.

Des films amateur ont été tournés au moment du drame.

Qui est ce parachutiste si "négligent", qui porte sur lui un chargeur interdit au cours d'une démonstration en public et cela contre le réglement? Pourquoi a-t-il désobéi? Simple désobéissance due à la sottise et volonté de malveillance?

Il doit être immédiatement limogé. Il y va de l'honneur de l'armée.

Toutes les hypothèses demeurent ouvertes. Et le public doit être tenu informé. Il y a 17 blessés graves, dont un enfant de 3 ans.

.................................................

La justice dispose de films tournés lors de la fusillade qui a fait 17 blessés par balles dimanche durant un exercice de démonstration à la caserne de Carcassonne et a esquissé lundi le scénario du drame, «une erreur humaine», selon le procureur de la République, le sergent qui a tiré se trompant de chargeur.

Un des films saisis a été réalisé de «façon amateure» et en «temps réel» par un militaire présent, a souligné le procureur de la République de Montpellier, Brice Robin, selon lequel le sergent de 28 ans, à l'origine du drame, «s'est trompé lorsqu'il a rechargé son arme».

«Quand on voit le film, a déclaré le procureur lors d'un point de presse à Carcassonne, on comprend très bien que (le sergent) a à peu près un dixième de seconde pour enlever le chargeur initial, dont il a tiré les 25 balles et recharger».

«Il avait sur lui plusieurs chargeurs, le malheur a voulu qu'il choisisse par réflexe un chargeur qui était dans une poche et qui malheureusement contenait des balles réelles», a ajouté le procureur qui a martelé que le militaire avait tiré «involontairement».



«Il n'aurait jamais dû être en possession d'un chargeur à balles réelles», a-t-il précisé. Les balles que le sergent «avait avec lui sont des balles qui proviennent d'un résidu de tirs d'une opération qui remonte à fin juin». «Il n'était pas normal qu'il ait ces balles sur lui. C'est bien pour ça qu'il est actuellement en garde à vue», a poursuivi le procureur.

Selon le procureur, l'exercice de démonstration «consistait à extraire un otage qui était retenu». «Il y a eu à chaque fois quatre militaires qui tiraient à balles à blanc. Tout s'était très bien déroulé jusque-là, jusqu'à la malheureuse sixième représentation» de la journée. (Source Le Parisien 30.06.08)

 

 

16:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Carcassone: impossible de se tromper de chargeurs

Soldats carcasonne lieux du drame.jpg
Deux autres soldats du 3ème RPIMA devant les lieux du drame
Soldats du 3ème régiment Carcassone.jpg
Des soldats du 3ème RPIMA devant leur caserne le 30 juin 2008

AFP.30 juin 2008. Les enquêteurs privilégiaient lundi la thèse de l'accident au lendemain du drame dans une caserne à Carcassonne, lorsqu'un soldat a tiré sur le public à balles réelles, au lieu de balles à blanc, faisant 17 blessés dont quatre graves.

La fusillade a eu lieu lors d'une simulation de libération d'otages, à l'occasion d'une journée portes ouvertes du 3e Régiment parachutiste d'infanterie de marine (RPIMa). Cinq enfants figurent parmi les blessés dont un enfant de 3 ans grièvement atteint, touché au coeur et au bras.

L'état des blessés est "encore préoccupant" mais il "évolue dans le bon sens", a déclaré Nicolas Sarközy à sa sortie de l'hôpital pour enfants du CHU Purpan de Toulouse.

"Il y a eu des négligences inacceptables. Elles devront être sanctionnées", avait-il déclaré un peu plus tôt après s'être rendu au chevet de blessés hospitalisés à Carcassonne.

"La réaction sera rapide et sévère", avait-t-il promis. "Ce sont des professionnels, cela ne peut pas rester sans conséquence".

Sur les quatre militaires qui portaient des fusils d'assaut Famas lors de l'exercice qui a mal tourné, seul l'auteur présumé de la fusillade, restait en garde à vue lundi, les trois autres ayant été relâchés, a déclaré lundi à Carcassonne le procureur de la République de Montpellier, Brice Robin.

Ce sergent du 3e RPIMa a agi "involontairement", par "maladresse", "absolument pas de manière préméditée" et le drame est la conséquence d'une "erreur humaine", a-t-il précisé.

Le militaire devrait être présenté mardi devant un juge d'instruction à Montpellier.

"Nous demanderons qu'il soit mis en examen pour le délit de blessures involontaires ayant entraîné une incapacité totale supérieure à trois mois", a affirmé le procureur. Il a ajouté qu'il retiendrait "vraisemblablement une circonstance aggravante", le militaire ayant "violé les règles de sécurité".

L'armée cherche à comprendre comment un sergent a pu faire usage de balles réelles au lieu de balles à blanc alors qu'il participait à une démonstration du Groupe de commandos parachutistes (GCP).

Ce "militaire était expérimenté et très bien noté", a déclaré lundi le ministre de la Défense Hervé Morin. Mais, selon lui, "il y a eu des fautes ou des manquements".

"Un militaire qui a de l'expérience ne peut pas confondre" un chargeur à balles réelles et un chargeur de balles à blanc, a expliqué le ministre, rappelant que les deux types de munitions étaient de couleur différente et que les balles non utilisées devaient être rendues "après chaque exercice", ce qui n'a pas été le cas.

Selon lui, l'auteur des tirs avait d'abord vidé un chargeur de balles à blanc avant "malheureusement" d'en placer un second à balles réelles dans son arme. "Pourquoi était-il dans sa poche?", s'est-il interrogé.

Le drame relève "à 99,9% d'une faute non volontaire", a assuré de son côté le colonel Benoît Royal, chef du service d'informations de l'armée de terre.

"Sur le coup, les gens tombaient, on a cru que ça faisait partie de l'exercice, et puis on a vu du sang!", a raconté à l'AFP un témoin de la fusillade.

"Immédiatement, un responsable a crié au micro depuis le camion-sono: "arrêtez le feu"!", a poursuivi ce témoin, âgé de 44 ans et qui a souhaité rester anonyme. Selon lui, au moins un millier de spectateurs étaient présents.

Sur les 17 blessés, 15 sont des civils et deux des militaires.

Un bilan dimanche soir faisait état de quatre blessés graves. Deux d'entre eux n'étaient plus en danger lundi, a indiqué le préfet de l'Aude, Bernard Lemaire. Il a ajouté que le père et la mère de l'enfant de 3 ans, grièvement blessé, avaient aussi été touchés.

 

VIDEO Hymne national espagnol

http://www.youtube.com/v/lV2HG2OrEwU&hl=fr

02:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO Jeune Alsace contre le racisme antiblanc

http://www.dailymotion.com/video/x4lxxg_jeune-alsace-cont...

02:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

29/06/2008

Rouen: le procureur va confisquer les voitures...

Rouen confiscation des voitures.jpg

Pour lutter contre l'alcool au volant, mais aussi la conduite sans permis ou les excès de vitesse, le parquet de Rouen prévoit de confisquer les voitures des automobilistes au bout de la troisième infraction consécutive.

Mise en fourrière du véhicule à la troisième infraction, c'est la nouvelle méthode qui sera appliquée dès le 1er juillet dans le ressort du parquet de Rouen afin de lutter contre la délinquance routière. Le procureur de la République, Joseph Schmit, a décidé de frapper très fort. Il explique le mécanisme du dispositif : « A la troisième infraction, dès le moment de l'interpellation, la police ou la gendarmerie prendront la voiture qui sera placée à titre conservatoire dans un garage avec comme objectif d'obtenir du tribunal la confiscation du véhicule avec exécution immédiate.

Si la confirmation est ordonnée, le véhicule deviendra immédiatement et définitivement la propriété de l'Etat, ce qui n'empêchera pas le propriétaire-auteur de l'infraction de payer les frais d'enlèvement et de gardiennage de la voiture. »


C'est la conduite sous l'emprise de l'alcool qui est la première cible, mais les infractions concernant la conduite sans permis, les excès de vitesse, l'emprise de stupéfiants ou encore le défaut d'assurance et la conduite dangereuse connaîtront une sanction identique. L'année dernière, 3 900 permis ont été retirés en Seine-Maritime dont 3 435 pour ivresse au volant. Les services de police et de gendarmerie estiment que cette nouvelle initiative devrait se révéler dissuasive.

Quant au procureur de la République de Rouen, il ajoute : « Au troisième avertissement, nous n'avons plus le choix. Si nous voulons diminuer l'insécurité routière et protéger les conducteurs qui respectent les règles du Code sur la route, la meilleure solution est de leur enlever la voiture. D'après une étude, cela concernera au minimum une centaine de personnes dans la circonscription du parquet de Rouen pour les conduites alcoolisées. Je veux d'abord enlever une arme à quelqu'un qui, j'en suis sûr, s'il a déjà conduit trois fois en état d'ivresse le fera une quatrième. De plus, quand un conducteur se fera saisir sa voiture, cela en fera réfléchir plus d'un. » La loi prévoit que l'auteur de la troisième infraction doit aussi être le propriétaire du véhicule pour la mise en fourrière et une éventuelle confiscation.
Les poids lourds et les cars seront-ils eux aussi confisqués?

23:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

C'est l'Espagne 1 à 0! - Luis Aragonès, sélectionneur

Luis Aragones.jpg
Luis Aragonès, 70 ans, né à Madrid le 28 juillet 1938

Les Espagnols l'ont emporté 1 à 0 face à l'Allemagne à Vienne. Depuis 1964, l'Espagne n'avait plus conquis ce titre.

L'Espagne a remporté le Championnat d'Europe des nations de football pour la deuxième fois de son histoire, quarante-quatre ans après son premier titre, en battant l'Allemagne (1-0) en finale de la XIIIe édition, dimanche au stade Ernst-Happel de Vienne.

L'Espagne décroche ainsi son premier titre majeur depuis 44 ans et la victoire lors de l'Euro-1964 face à l'URSS en finale. Les Espagnols ont inscrit l'unique but du match grâce à l'attaquant Fernando Torres, servi dans la profondeur par Xavi Hernandez, profitant au passage de la lourdeur de la défense allemande et d'une sortie hasardeuse du gardien Jens Lehmann (33).



Rarement mis en danger, les Espagnols se sont créé quelques occasions en seconde période, notamment par Iniesta, dont la reprise fut repoussée sur sa ligne par Frings (63). Puis sur une remise de la tête de Güiza vers Senna, trop court (81).

Les Allemands, qui avaient finalement pu aligner leur capitaine Michael Ballack, ménagé vendredi et samedi, en raison d'un problème musculaire au mollet droit, ont souvent été dépassé par le rythme de leurs adversaires.

Luis Aragonès dirige d'une main de fer l'équipe espagnole

Il est sélectionneur de l'équipe d'Espagne de football depuis 2004. Il déclencha une importante polémique lorsque, lors d'un entraînement, il qualifia le footballeur français Thierry Henry de "negro de mierda" (ce qui se passe de traduction). Pour ces propos, il a été sanctionné de 3 000 euros d'amende par la Fédération espagnole de football.

Tout le monde se souvient du "noir de merde" balancé en 2004 à propos de Thierry Henry. Remarque sussurée à l’oreille d’un José Antonio Reyes, coéquipier de Titi à Arsenal, qu’il s’agissait de "motiver". Luis a bien expliqué qu’il a plein d’amis noirs, que Reyes lui-même n’est qu’un "gitan", la tirade est mal passée… Tirant les pieds, la fédération espagnole a fini par lui infliger une amende de 3000 euros. La belle affaire.

Le 21 juin, dans une interview au quotidien sportif As, le "Sage d’Hortaleza" (son quartier natal à Madrid), glisse, bonhomme, à propos des Coréens : "Ils sont tous pareils. Ils pourraient mettre 11 joueurs sur le terrain en première mi-temps et les changer tous en seconde, personne ne s’en apercevrait."

 

Carcassonne: la démonstration vire au drame

soldats au tir.jpg

AFP.29 juin 2008. Seize personnes ont été blessées par balles dimanche, dont quatre grièvement, lors d'une journée portes ouvertes dans une caserne de Carcassonne, a-t-on appris auprès du préfet de l'Aude et de l'armée de terre.

Cet accident, dont la majorité des victimes sont des civils, s'est produit lors d'une démonstration de libération d'otages du Groupe de commandos parachutistes (GCP) du 3ème Régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa), a précisé à l'AFP le colonel Benoît Royal, chef du Sirpa-Terre (service d'information de l'Armée de terre).

Il a fait état de 16 blessés, dont quatre grièvement atteints et deux dont le pronostic vital est engagé.

Le préfet de l'Aude, Bernard Lemaire, a précisé au micro de France 3 qu'un enfant figure parmi les deux blessés dont le pronostic vital est engagé.

Quatre enfants au total figurent selon lui parmi les blessés, ainsi qu'un seul militaire.

"Pour une raison incompréhensible, des munitions à balles réelles ont été utilisées à la place de cartouches à blanc", a indiqué le colonel Royal, soulignant "l'incompréhension et la perplexité" de l'armée de terre devant cet événement.

Il a confirmé que les blessés sont en majorité des civils, parmi lesquels figurent nombre de familles de militaires. Deux ou trois enfants seraient au nombre des victimes, a-t-il ajouté.

Le militaire à l'origine du drame, qui appartiendrait au 3e RPIMa, a été placé en garde à vue.

"La question qui se pose est "est-ce-que le militaire a fait un geste criminel ou pas?". Pour l'instant, personne ne peut répondre mais la thèse qui prédomine est celle d'une erreur", a précisé le préfet.

"La thèse qui prédomine, c'est qu'il y a eu erreur, sous réserve des investigations qui sont engagées par la gendarmerie sous la direction du substitut du procureur", a-t-il ajouté.

Le président Nicolas Sarközy a annoncé dans un communiqué qu'il attendait "au plus tôt le résultat des enquêtes déjà diligentées pour en tirer les conséquences qui seront exemplaires".

Il a assuré les familles de "toute sa sollicitude", indiquant qu'il "partage avec elles leur douleur à l'occasion de ce drame. Ses premières pensées vont aux victimes. Tout sera mis en oeuvre pour les soigner".

Le ministre de la Défense Hervé Morin devait se rendre sur place dans la soirée.

La brigade de recherches de Carcassonne, qui a reçu le renfort de la section de recherches de Montpellier, est sur place.

"Des armes ont été saisies et mises sous scellé, et les auditions de plusieurs personnes ont débuté", selon une source de la direction de la gendarmerie nationale. "Toutes les hypothèses sont envisagées".

 

22:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (32)

Tirs à balles réelles: 16 blessés à Carcassonne

Lors d'une "démonstration d'assaut" dans une caserne de Carcassonne, un soldat a tiré à balles réelles au lieu de balles à blanc...

Carcassonne (Aude).

Seize personnes, dont quinze civils, ont été blessées, quatre grièvement, dimanche, vers 18h, "lors d'une démonstration d'assaut" au 3e RPIMA de Carcassonne.
Pendant la journée portes ouvertes, un soldat a tiré à balles réelles au lieu de balles à blanc, a annoncé le préfet de l'Aude au micro de France 3.

Comment c'est possible?
Une erreur de chargement d'une des armes utilisée pour la démonstration serait à l'origine de l'inicident, selon France Info.

Un plan rouge a été déclenché par la préfecture de l'Aude.

Où est le soldat?
Un militaire est ce soir en garde à vue, selon France Info.

Des réactions?
Nicolas Sarközy: il attend "au plus tôt" le résultat des enquêtes "déjà
diligentées" sur l'accident dans une caserne de Carcassonne, "pour en tirer les conséquences qui seront exemplaires".

L'armée de terre: c'est "incompréhensible."

(sources: AFP, France Info, France 3)

20:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)