Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2008

La culture de mort s'affiche

97644924254a9450f56730c1f2ee6c70.jpg

Le conseil régional d'Île-de-France a financé, à hauteur de 300000 euros, une publicité qui fait débat.

«Sexualité, contraception, avortement. Un droit, mon choix, notre liberté.» C'est le titre militant de la campagne d'information qu'a lancée­ hier le conseil régional d'Ile-de-France pour promouvoir l'accès des femmes à l'avortement. Une première qui indigne de nombreuses associations, non seulement d'un point de vue éthique mais encore d'un point de vue politique.

En effet, si de fréquentes campagnes en faveur de la contraception ont eu lieu depuis la libération sexuelle, jamais ne s'était produit ce parti pris, véritable «publicité pour l'avortement», décrient les opposants à cette initiative. D'autant que les 300 000 euros engagés pour le placardage des quelque 600 affiches dans le métro et RER du réseau francilien relèvent d'un financement public.

 

Choqué par cette campagne qui «vend » l'avortement comme un voyagiste ferait « une promo pour les vacances de ski », Pierre Balincourt, porte-parole de la Life Parade, une association militante pour la  vie et la famille,  s'indigne de cette «véritable incitation». «“Venez, c'est gratuit !”, a l'air de dire cette campagne, dit-il. C'est un sujet trop grave pour qu'on agisse ainsi.

 Des manifestations sont prévues demain, notamment à Paris avec la « marche pour la vie». Organisateur de cet événement annuel, qui se tient à chaque date anniversaire de la loi Veil, le collectif «30 ans, ça suffit» condamne ce «cran de plus dans l'horreur», cette «banalisation de l'imbanalisable », commente Paul Ginoux Desermon, porte-parole du collectif, qui attend 10 000 personnes.

     

00:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

19/01/2008

Un historien américain accuse la Pologne communiste d'épuration ethnique

Le régime communiste d'après-guerre aurait incité à l'exil les rescapés de la Shoah.

C'est une nouvelle onde de choc que l'historien américain Jan Gross vient de déclencher en Pologne. En 2001, Gross, qui enseigne à l'université de Princeton, avait transgressé un tabou en racontant, dans son livre Les Voisins, le massacre de Jedwabne, une bourgade de l'est de la Pologne où, le 10 juillet 1941, la quasi-totalité de la population juive fut brûlée vive par des Polonais. Ces révélations impulsèrent un travail de mémoire sur les relations judéo-polonaises, demeurées longtemps une «page blanche» dans l'historiographie polonaise. Un vaste débat public qui conduisit l'ex-président Aleksander Kwasniewski à demander pardon au cours d'une cérémonie sans précédent à Jewabne.

L'historien américain vient de récidiver en accusant cette fois la Pologne d'«épuration ethnique». Dans un nouveau livre, intitulé Fear (La Peur) et paru cette semaine en polonais, il évoque le sort réservé juste après la Seconde Guerre mondiale aux survivants de l'Holocauste et la vague d'antisémitisme dont ils furent à nouveau les victimes : leurs maisons occupées, les pogroms… Celui de Kielce notamment, où, le 4 juillet 1946, l'accusation de crime rituel d'un enfant polonais provoqua l'assaut d'un bâtiment occupé par des rescapés juifs et l'assassinat de 42 d'entre eux.

Après ce massacre, 92 000 juifs quittèrent la Pologne. La communauté juive, estimée à 250 000 personnes en 1946, ne s'élevait plus qu'à 69 000, soit 2% de la population juive d'avant-guerre (3,5millions de personnes). C'est ainsi, écrit Gross, qu'à l'instar de la société «Judenrein» rêvée par les nazis «les communistes au pouvoir ont exaucé les vœux des nationalistes polonais en donnant naissance à un État ethniquement pur».

Un «réquisitoire»?

 

Dès les premiers exemplaires mis en vente, le parquet de Cracovie a lancé une enquête préliminaire destinée à vérifier si l'auteur ne s'était pas rendu coupable de « diffamation publique ». À l'initiative des frères Kaczynski, un nouveau paragraphe introduit en 2006 dans le Code pénal prévoit jusqu'à trois ans de prison pour «quiconque impute à la nation polonaise la complicité, l'organisation ou la responsabilité de crimes communistes ou nazis».

En 2001, les révélations de Gross sur Jebwabne avaient provoqué une véritable catharsis. Cette fois, à l'instar d'Adam Boniecki, rédacteur en chef de l'hebdomadaire catholique Tygodnik Powszechny, beaucoup redoutent que ce nouveau livre perçu comme un réquisitoire «ne nuise aux relations polono-juives», voire renforce un courant antisémite canalisé par l'extrême droite et le courant intégriste de l'Église catholique incarné par Radio Maryja...

(Le Figaro - 19.01.08)

     

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le grand dévot !

ab3d17e91c321e8eed9103a358e5ab58.jpg
Lors de la présentation des voeux au corps diplomatique, il a encore prêché...

La religion. Alors que la polémique sur la « laïcité positive » évoquée dans ses discours de Latran et de Riyad continue d'agiter la gauche, Nicolas Sarközy est encore revenu sur son thème de prédilection du moment. « Un des défis du 21e siècle est celui des conditions du retour du religieux dans la plupart de nos sociétés » a-t-il souligné. « C'est une réalité incontournable. Seuls les sectaires ne le voient pas «, a prévenu le chef de l'Etat en faisant allusion à la formule prêtée à André Malraux, «Le 21e siècle sera religieux ou ne sera pas».

Par ailleurs il a cru bon de préciser que "la seconde (sic) religion de France était l'Islam"...

(Source Le Figaro 18.01.08)

 

 

23:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les propos exacts qu'il a tenus en terre d'Islam

796127113967d96425f67928022a3d82.jpg
A Riyad

Le président de la République a évoqué les fondements de sa «politique de civilisation» dans un discours prononcé devant le Conseil consultatif saoudien.

» DOCUMENT - L'intégralité du discours du chef de l'État

Un mois après son discours du Vatican qui avait fait couler beaucoup d'encre, Nicolas Sarközy est revenu hier, dans un tout autre cadre, sur le rôle «civilisateur» qu'il assigne aux grandes religions. Des propos qui, ne manqueront pas de critiquer certains, l'ont amené à frôler, voire à mordre, la ligne jaune que le chef d'un État laïque est tenu de respecter.

Devant le Conseil consultatif (Majlis ach-Choura) du royaume wahhabite, l'Assemblée saoudienne composée de 150 membres, tous nommés par le souverain, le président de la République a rappelé que «les grandes religions divines se rassemblent autour d'un certain nombre de principes communs et partagent les grandes valeurs de tolérance». Un socle sur lequel, pour Nicolas Sarközy, «nous devons fonder la politique de civilisation dont le monde, aujourd'hui, a tant besoin».

Dans l'enceinte officielle d'un pays dont le roi est le «gardien des lieux saints», connu aussi pour sa pratique la plus rigoureuse de l'islam, le président de la République a fait résonner des mots d'un œcuménisme pour le moins inhabituel. «J'ai le devoir de faire en sorte que chacun, qu'il soit juif, catholique, protestant, athée, franc-maçon ou rationaliste, se sente heureux de vivre en France», a-t-il déclaré. Mais, a enchaîné Nicolas Sarközy, «j'ai aussi le devoir de préserver l'héritage d'une longue histoire, d'une culture et, j'ose le mot, d'une civilisation». «C'est peut-être dans le religieux que ce qu'il y a d'universel dans les civilisations est le plus fort», a dit encore le chef de l'État.

«Message dénaturé»

 

Son discours a pris l'intonation d'un sermon quand Nicolas Sarközy a loué «Dieu qui n'asservit pas l'homme, mais qui le libère. Dieu qui est le rempart contre l'orgueil démesuré et la folie des hommes». Ce message, a souligné le président de la République a «souvent été dénaturé». Pourtant, a-t-il dit, «ce n'est pas le sentiment religieux qui est dangereux, c'est son utilisation à des fins régressives au service d'une nouvelle barbarie». Et d'ajouter, «le sentiment religieux n'est pas plus condamnable à cause du fanatisme que le sentiment national ne l'est à cause du nationalisme».

Au pays qui fut l'un des creusets d'al-Qaida, Nicolas Sarkozy a martelé que «l'intégrisme, c'est la négation de l'islam». «La France et l'Arabie saoudite veulent tout faire pour que soit évité le choc des civilisations», a-t-il assuré.

Pour conjurer ce risque, les deux partenaires devraient s'engager, sur la base des valeurs communes aux grandes religions, vers une «politique de civilisation, une politique qui se donne pour but de civiliser la globalisation». Cela implique, a insisté Nicolas Sarközy, de promouvoir une politique de diversité, de solidarité et de partage.

«Une politique de civilisation, c'est d'abord une politique de justice. Car le sentiment de l'injustice nourrit la haine», a déclaré le chef de l'État, en illustrant ses propos par le conflit israélo-palestinien, le Liban, le Darfour et la nécessité d'un «partage plus équitable des rentes» au niveau mondial. «C'est au nom de la justice que la France soutient que l'accès au nucléaire civil doit être un droit pour tous les peuples», a dit encore Nicolas Sarközy avant de s'envoler pour le Qatar et Abu Dhabi, où un accord sur la coopération nucléaire doit être signé, du type de ceux passés avec l'Algérie et la Libye.

(Le Figaro - 15.01.08)

     

22:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Jeunes poseurs de bombes à Melun

Melun (Seine-et-Marne)

Deux jeunes, mineursde 15 et 16 ans, originaires de Melun (77), s'entraînaient depuis des mois à faire exploser des bombes dans les bois de la ville-préfecture. Avant-hier, ils ont décidé de passer à l'action en terrain urbain, en plaçant l'explosif entre les barreaux de la grille du collège Pierre-Brossolette à Melun, établissement où ils sont scolarisés. A 10 h 15 précises, l'engin explose.

Pas de blessé, pas trop de dégâts, si ce n'est la grille qui a souffert. A 18 h 10, nouvelle explosion, cette fois dans la cage d'escalier d'un immeuble de la rue Estienne-d'Orves. Là non plus, pas de victime. Il n'empêche, deux explosions dans la même journée, l'inquiétude grandit dans la ville. Saisis de l'enquête, les policiers de la sûreté départementale entendent les jeunes du collège visé. Hier, deux mineurs de 15 ans sont interpellés. Ils se trouvaient à proximité de l'établissement lorsque l'explosion a eu lieu. Placés en garde à vue, ils vont être mis hors de cause rapidement. Cependant, ils vont donner des informations importantes sur deux de leurs copains. Ces derniers aimeraient confectionner des explosifs. A 11 heures, les policiers ramènent les suspects au commissariat. Très vite, ils vont passer aux aveux et expliquer« qu'ils ont fait ça pour se marrer. Ils voulaient voir les effets produits. Depuis des mois, ils confectionnent des explosifs qu'ils font péter dans les bois du quartier de l'Almont avant de voir ce que ça ferait en ville. »
Les apprentis artificiers ont trouvé la formule en consultant Internet et auprès de leurs connaissances. Inconscients des risques qu'ils courent et font courir aux autres, ils prennent une bouteille en plastique et mélangent de l'acide chlorhydrique avec des barrettes d'aluminium. « Un cocktail qui, a tout moment, pouvait leur exploser en pleine figure ou leur arracher un bras ou une main. La bombe pouvait exploser en vingt, trente ou cinquante secondes suivant le dosage. Les jeunes l'ignoraient », explique un policier.

Hier soir, les deux jeunes qui n'ont pas de casier judiciaire ont été remis à leurs parents. Ces derniers étaient hors d'eux et n'en reviennent toujours pas de ce qu'ont pu faire leurs enfants. Le 6 mars, les deux mineurs seront convoqués devant le juge des enfants de Melun pour dégradations volontaires de biens privés et biens publics par engins explosifs.

Ils aiment ça, confectionner des bombes avec de l'acide chlorhydrique et des barrettes d'aluminium... Ils font ça pour se marrer, disent-ils, et la police les croit.

On se demande qui sont les vrais crétins!

(Source Le Parisien 19.01.08)

18:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le FN fera une "campagne de pauvre" à l'image des Français

La vice-présidente exécutive du FN Marine Le Pen a assuré vendredi que le Front national n'aurait «aucune difficulté» à vendre son siège de Saint-Cloud et que le parti était «sorti de ses difficultés financières».

«Le processus de vente du siège du Front national est en route. A partir du moment où la décision a été prise, et c'est récent, et bien je pense qu'on n'aura aucune difficulté de le vendre», a déclaré Mme Le Pen sur Canal+.

«Le FN va pouvoir racheter un nouveau local plus performant, plus efficace, peut-être moins grand, peut-être plus moderne, plus adapté à l'activité politique» et il va aussi être en mesure de «régler ses dettes», a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen a toutefois concédé que son parti devrait «adapter son mode de vie» à la baisse des subventions publiques consécutive à ses faibles scores électoraux. «Cela ne nous pose aucune difficulté, nous conservons le courage, la détermination et la conviction plus que jamais», a-t-elle lancé.

Pour les municipales et cantonales de mars, le FN fera «une campagne de pauvre. Les Français le sont aussi, donc ça tombe bien, ils vont nous comprendre», a-t-elle dit en réaffirmant qu'avec «près de 200 listes» le FN présenterait «plus de candidats qu'en 2001» aux municipales.

(Le Parisien 18.01.08)

17:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

CAMILLE PISSARRO (1830-1903)

d5a5ad437d54f46a8c139504c473fc12.jpg
Le jardin au printemps
fe6aa20d9b12d55afd638e60fba9dea9.jpg
La moisson à Montfoucault

01:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le robot humanoïde japonais

89d223e0caca22023773a4770a8cd026.jpg

AFP/JIJI press ¦ Robot activé à distance grâce à un singe, le 15 janvier 2008 au Advanced Telecommunications Research Institute International (ATR) laboratory près de Kyoto (Japon)

Des chercheurs japonais et américains ont conçu un robot humanoïde dont les deux jambes sont activées à distance par les signaux détectés dans le cerveau d'un singe en train de marcher à l'autre bout du monde, ce qui pourrait à terme permettre à des handicapés de se mouvoir.

Cette prouesse, qui allie robotique et neurosciences, a été annoncée mercredi par l'Agence de la Science et des Technologies japonaise et l'Université Duke aux Etats-Unis.

"Nous avons réussi à transmettre des Etats-Unis au Japon les données issues du cerveau d'un singe en détectant les influx nerveux qui commandent le mouvement des jambes", ont expliqué les chercheurs.

"Nous sommes ensuite parvenus à contrôler les jambes du robot en temps réel grâce à ces signaux, de sorte que le robot marche de la même façon que le singe", ont-ils poursuivi.

Il s'agit selon eux d'une première mondiale.

Les chercheurs américains ont entraîné deux chimpanzés à marcher sur un tapis roulant comme un humain et ont enregistré les signaux émanant de plusieurs centaines de neurones commandant les mouvements.

L'équipe nippone a ensuite converti ces informations en instructions compréhensibles par son robot androïde.

"Grâce à ces résultats, nous pouvons dire que nous avons fait un grand pas dans la possible réalisation de prothèses neuronales qui pourraient faire recouvrer leurs capacités motrices à des paralysés", ont souligné les chercheurs.

(Source 20minutes 18.01.08)


 

00:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

18/01/2008

Comme sa copine Carla Bruni...

2f5a2898b62d3a0db7325b5bc75349bd.jpg
Naomi est née le 22 mai 1970, Carla le 23 décembre 1968 1967
La belle histoire que vit actuellement sa copine Carla Bruni avec Nicolas Sarközy aurait-elle donné des ailes à Naomi Campbell ? Une rumeur un peu folle veut que la top ait craqué pour Hugo Chavez, le très médiatique (lui aussi) président vénézuélien ! Il y a deux mois, la tigresse des podiums avait eu l'occasion de l'interviewer pour le magazine britannique GQ. Et le courant serait très bien passé entre eux... Séparé de sa deuxième épouse (lui aussi !), El Comandante, âgé de 53 ans (lui aussi !), ne quitterait donc plus celle qui l'a surnommé "l'ange rebelle". Mais si leur love story - passionnée - est un peu plus discrète, comme chez nous la presse s'emballe et imagine des noces imminentes...
Le nom du président de la République française traîne dans les échos people, les news des top models, dans tout ce qui est vain, futile, sexy, et qui rapetisse la France...

23:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Un prêtre pédophile suisse sévissait en France

L’affaire a éclaté la semaine dernière après la publication d’un article dans Tribune de Lyon. J. A., un prêtre suisse de 67 ans, a confié à un journaliste avoir abusé sexuellement d’un enfant entre 1989 et 2005 lors d’un séjour en France. Aujourd’hui, la justice cherche à savoir s’il a fait d’autres victimes.

Le procureur général de Lyon, Jean-Olivier Viout, a saisi dès la sortie du journal, le 10 janvier, son homologue suisse pour lui demander « l’audition détaillée » du père J. A. afin de confirmer sur procès-verbal ses déclarations. Quelques jours plus tôt, après avoir reconnu être l’auteur de nombreux viols en Suisse, le père J. A. avait affirmé avoir sévi en France, où il a été envoyé entre 1989 et 2005 par des responsables catholiques de Fribourg.

Le plus étonnant est que son transfert en France s’est produit alors que plusieurs affaires de pédophilie le mettant explicitement en cause étaient mises au jour en Suisse...

Le père J. A. a d’abord séjourné dans la région de Grenoble, où il avait la responsabilité d’une paroisse, puis à Bron, où il a très discrètement trouvé refuge après des révélations de la Télévision suisse romande (TSR) qui avait retrouvé l’une de ses victimes. Cette dernière, un servant de messe (enfant de choeur), aurait reçu 100.000 francs d’indemnité de Mgr Bernard Genoud en 2002. Histoire de ne pas ébruiter une affaire plus que dérangeante. Aujourd’hui encore, la justice suisse ignore si le clergé avait connaissance des abus du prêtre. « Savoir se taire, c’est répréhensible moralement, souffle Jean Crevoisier, le juge d’instruction suisse chargé du dossier. Mais ça ne l’est pas pénalement. »

Il a confirmé tous les faits

Le religieux, qui vit reclus chez les capucins de Delémont, dans le Jura suisse, depuis 2005, a été « mis au vert » pour quelques jours par ses supérieurs avant d’être entendu, lundi 14 janvier , par la police judiciaire suisse. Là, « il a confirmé tous les faits », explique une source judiciaire. Il a ainsi avoué aux policiers avoir agressé sexuellement son neveu de 12 ans, chez lui, dans le Trièves, près de Grenoble. Les faits se seraient déroulés en 1992-1993. Il a aussi reconnu de nouveaux viols à Estavayer-le-Lac, à côté de Fribourg (Suisse), au milieu des années 1980.

Le procès-verbal d’audition a été transmis au parquet de Grenoble qui pourrait décider dans les prochains jours de l’ouverture d’une information judiciaire. S’il s’agit d’attouchements et non de viols, comme l’a assuré le père A., le délai de prescription est, selon la loi française, de trois ans à compter de la majorité de la victime. Mais il est de dix ans si l’enquête permet d’établir que l’agresseur avait « autorité » sur sa victime. Si tel était le cas, les faits ne seraient alors pas prescrits. Il serait donc possible de poursuivre A. en justice. Mais la question de la responsabilité de certains membres de la fraternité des capucins et de l’Eglise reste toutefois à définir.

La semaine dernière, France 3 a retrouvé un ancien camarade du prêtre, Jacques Duperthuy, qui a rapporté aux journalistes les paroles d’un responsable catholique à l’époque de l’arrivée de J. A. en France : « Les Suisses ont un petit problème avec lui. Il a eu une histoire avec des enfants, mais il semble repartir du bon pied. On nous demande de l’accompagner un peu… »

(Edition France Soir du jeudi 17 janvier 2008)

Ce pédéraste récidiviste semble bénéficier de beaucoup d'indulgences...

23:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le martyre du colonel Luis Mendieta, otage des FARC

bb301c481e605fd47d7ce1adca5a1ac2.jpg
Le colonel Luis Mendieta
La libération de Clara Rojas et de Consuelo Gonzalez de Perdomo par les Farc la semaine dernière a rejeté dans l’ombre les centaines d’autres victimes aux mains de ces rebelles sans pitié. L’un des otages, le colonel Luis Mendieta, a souffert de paralysie aux jambes. Il devait ramper pour aller faire ses besoins, le cou enchaîné, et couché dans la boue !

L’apparition miraculeuse à Bogota, dans un orphelinat, d’Emmanuel, l’enfant conçu par Clara avec un rebelle et né le 16 avril 2004, ne peut faire oublier cette tragique réalité.

Dans le pays des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie), l’horreur le dispute à l’ignominie dans les rares témoignages écrits parvenus aux familles des otages. 746 séquestrés continuent de pourrir dans la jungle, enchaînés, victimes de maladies tropicales derrière les barbelés de cette guérilla considérée comme « terroriste » par l’Europe.

Captif des Farc depuis près de dix ans, le colonel Luis Mendieta a côtoyé un temps Ingrid Betancourt, elle-même enlevée par les rebelles le 23 février 2002. Tous les deux étaient malades. Ils étaient transportés dans des brancards par leurs ravisseurs.

L’histoire, ou plutôt le martyre du colonel Luis Mendieta, méritera un livre et un film, qu’Oliver Stone (JFK, Wall Street, Platoon) aura du mal à réaliser en Colombie après ses hommages au combat selon lui « héroïque » des Farc quand il est venu soutenir le président vénézuélien Hugo Chavez, en décembre 2007.

« Je vous aime, je vous adore, priez pour moi, je ne sais quand je vous reverrai », avait crié le colonel à sa famille depuis son téléphone portable, quelques minutes avant d’être enlevé par un commando des Farc dans la caserne de Mitu, en pleine Amazonie colombienne, à la frontière brésilienne, au sud-est, le 1er novembre 1998. Cette confidence avait été faite en 2004 par son épouse Maria Teresa, son fils José Luis, et sa fille Jenny Estafani, dans leur appartement de Bogota.

Maria Teresa avait sorti de ses cartons, en pleurs, les courriers de l’otage reçus jusqu’à la mi-2001. Depuis cette date, ce fut un silence total, celui d’une morgue puisque sa famille le croyait mort. Jusqu’à ce 15 janvier 2008, quand une lettre du colonel lui est parvenue, transmise par Consuelo de Perdomo après sa libération.

Un témoignage émouvant

Son témoignage a fait pleurer les 45 millions de Colombiens lorsque Maria Teresa a lu cette longue missive devant les caméras de télévision, entre deux hoquets. Le colonel a assisté au drame de Clara Rojas, enceinte, et souligne les « conditions infra-humaines » de son accouchement. Lui et les autres séquestrés ont pu jouer avec le bébé et lui confectionner des habits et des chaussures de fortune avec leurs propres vêtements.

Le martyre a commencé alors pour le colonel et pour Ingrid Betancourt, avec qui il s’est retrouvé. « Nous étions malades tous les deux, dit-il dans cette lettre. Les rebelles nous ont transportés dans des brancards. J’ai pu lui parler à l’occasion. » Mais ils ont vite été séparés. Paralysé par des douleurs dans les jambes pendant au moins cinq semaines, l’officier reçoit une série de dix piqûres de pénicilline à 5 millions d’unités chacune. « J’étais attaqué en plus par les moustiques, les araignées, et une série de bestioles », poursuit-il, avant cet aveu effrayant : « Pour mes besoins naturels, il me fallait ramper dans la boue, à l’aide uniquement de mes bras puisque mes jambes m’échappaient. »

La motricité de ses jambes lui reviendra progressivement grâce à des exercices intensifs de natation dans les rivières, mais avec la même contrainte, « une chaîne autour du cou, attachée à un piquet ». « Vos prières que j’imagine ont dû m’aider à recouvrer l’usage de mes jambes », ajoute le colonel. A cette lecture, son épouse a eu du mal à la poursuivre, d’autant que l’otage évoque alors la leishmaniose dont il a été victime, avec sept plaies dans le corps. Cette maladie parasitaire nécessitera 38 piqûres successives pour lui éviter la mort. Il subira ensuite deux crises de paludisme, avant les douleurs « dans la poitrine ou dans le cœur » qu’il évoque en dernier.

Depuis quatre ans, cet otage n’a pas vu un seul livre. Il a commencé à apprendre l’anglais avec Alan Jarra. Cet ancien gouverneur du Meta a la particularité d’avoir été enlevé en juillet 2001 par un commando des Farc alors qu’il se trouvait dans une voiture… de l’ONU. Les rebelles l’en ont arraché. Les Nations unies ont protesté, exigé sa libération, mais sans succès.

(Edition France Soir du vendredi 18 janvier 2008)

23:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

"Les villes contre l'islamisation"

Hier jeudi 17 janvier 2008, s’est tenue à Anvers, en Flandre, la réunion constitutive de l’organisation européenne “Les villes contre l’islamisation”. Plusieurs mouvements identitaires ont en effet décidé de créer une structure commune au niveau européen afin de lutter contre “l’islamisation” de nos cités.

Cette organisation a été présentée à la presse par le porte-parole du Vlaams Belang, notre ami Filip Dewinter, le président du FPÖ (Autriche), Heinz-Christian Strace, et le président du mouvement régionaliste et identitaire Alsace d’Abord, Robert Spieler, qui représentait aussi la revue Synthèse nationale.

Afin de sensibiliser les Européens contre la menace islamique qui pèse sur nos villes, des grandes réunions publiques vont être organisées dans les prochains mois à Rotterdam, Paris, Londres, Milan, Cologne, Madrid, Strasbourg…

Samedi 2 février, lors du colloque organisé par Synthèse nationale à Paris, Robert Spieler expliquera le sens de cette démarche qui s’inscrit parfaitement dans la vaste réaction identitaire en Europe.

(Altermedia.info 18.01.08)

 

22:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Harmonie, 19 ans, a disparu depuis samedi

e5f401d0dea5aa7aadd8ada983daea5f.jpg
Harmonie, 19 ans

Harmonie, 19 ans, étudiante à Orléans, avait quitté samedi soir son domicile dans le village de Dhuizon, au nord de la Sologne, où elle vit avec sa mère et son frère, pour se rendre chez une amie. Après avoir quitté la maison, elle avait envoyé un SMS à un ancien petit ami. Depuis, plus de nouvelle. 

Dimanche, sa mère alertait les gendarmes. La voiture de la jeune fille, stationnée près d'une rivière, ainsi que son sac à main abandonné un peu plus loin sur sol, étaient retrouvés dans la journée à Selle-Saint-Denis, à une trentaine de kilomètres de son domicile. De la jeune fille, aucune trace.

D'importantes recherches dans les bois environnants et dans le cours d'eau ont été lancées par les gendarmes aidés de plongeurs, d'un maître-chien, de la famille, des proches et des gens du village. Elles n'ont pour l'heure rien donné. Selon le Parquet de Blois, "une procédure de recherches des causes de la disparition a été ouverte".

D'après agence

21:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Un médecin se suicide au commissariat

677ecf78fdd9c8099b8dfaf4f7bd95a6.jpg
Commisssariat de police d'Asnières

Mis en cause dans une affaire de viol sur une patiente, un médecin généraliste d'Asnières s'est tiré une balle dans le coeur dans les toilettes du commissariat de la ville.

Sur le point d'être placé en garde à vue, il n'avait pas encore été fouillé. (?)

«C'est pour mon honneur. » Ce sont les derniers mots qu'a prononcés le docteur Michel L. avant de mourir en plein commissariat de police d'Asnières (Hauts-de-Seine) hier matin.

Ce médecin de 60 ans s'est tiré une balle dans le coeur dans l'enceinte même du commissariat alors qu'il allait être placé en garde à vue dans une affaire de viol. L'hypothèse d'une bavure, ou même d'un meurtre, paraît d'ores et déjà écartée, même si hier soir l'inspection générale des services (IGS), la police des polices, poursuivait l'audition du lieutenant de police ayant convoqué le médecin. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme est mort dans les bras de ce fonctionnaire et il s'agit bien d'un suicide. Si la victime a pu garder son arme sur elle face aux policiers, c'est parce qu'elle n'était pas encore placée en garde à vue. Il n'y avait donc aucune raison de fouiller le médecin et l'entrée du commissariat n'est pas équipée de portique de sécurité.


Vers 9 heures hier, le docteur Michel L. pénètre au commissariat, répondant un peu tardivement à la convocation du lieutenant. Celui-ci entend l'interroger à nouveau sur une sombre affaire de viol remontant à l'été 2006.

Le 11 juillet de cette année-là, une femme habitant la résidence où est installé le cabinet du médecin, à Asnières, dépose plainte. Elle affirme avoir été abusée par son généraliste. Celui-ci lui aurait fait avaler des gouttes contenant une drogue pour pouvoir profiter d'elle. L'analyse de son sang révèle qu'elle a en effet absorbé une substance chimique douteuse. Michel L. est donc placé en garde à vue et interrogé. Il nie. Dans son cabinet, les policiers découvrent un produit que le médecin n'aurait pas dû posséder. Il prétend en avoir besoin pour son chien. Après une quinzaine d'heures de garde à vue, le suspect est remis en liberté et un expert est désigné pour décortiquer la composition du produit et le comparer à la molécule retrouvée dans le sang de la patiente. Puis l'affaire s'enlise.

Cette semaine, alors qu'il avait reçu les résultats d'expertise, le lieutenant en charge de l'enquête convoque le médecin pour mercredi. Michel L. ne se présente pas. Le policier lui enjoint de venir le lendemain. Il se présente enfin, un Smith & Wesson de calibre 32 en poche, et s'entend dire que des "éléments nouveaux" sont parvenus aux enquêteurs. Il devra donc être à nouveau placé en garde à vue. Prétextant souffrir d'une gastro-entérite, Michel L. demande alors la permission de se rendre aux toilettes. « Le lieutenant l'a accompagné et comme toujours a laissé la porte ouverte. » L'homme tournait donc le dos au policier. Et soudainement, la détonation claque. Le sexagénaire a visé le coeur. Il s'effondre aussitôt dans les bras du lieutenant en voulant sauver « son honneur ».

Immédiatement après le drame, le procureur Philippe Courroye a saisi l'IGS avant de se rendre sur place. Le commissariat paraît franchement « secoué » par le drame. Le lieutenant, un policier expérimenté, « très apprécié » et maîtrisant parfaitement la procédure, selon un de ses collègues, serait même « très choqué ».

On est aussi très choqué dans le voisinage du médecin. « Il laisse deux enfants, se désole une habitante. Et pour sa mère, ça va être terrible. » Agée de 91 ans, la mère de la victime lui donnait un coup de main au cabinet. « C'était un homme super, insiste une habitante de la résidence. Il travaillait comme un médecin de campagne, il aidait tout le monde. » « En plus d'être mon médecin, c'était mon confident, reprend-elle avant de préciser que « cette histoire de viol », elle « n'y croit pas ».

(Le Parisien 18.01.08)

17:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO Une très ancienne chanson serbe

http://www.dailymotion.com/video/x411zx_vidovdan_politics

17:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Europe Résistance

http://www.youtube.com/v/jEUaA1KJ5SM&rel=1

02:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Michel Lajoye

http://fr.youtube.com/watch?v=B-q8pScrL1A

01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

ALFRED SISLEY (1839-1899)

201d9089bb22d6e83bb30feb6651cfd0.jpg
Le repos au bord d'un ruisseau
0e2614c6a11fe51339be8ae781895cec.jpg
Matin brumeux
 
f4b6b2e2db87ca0946e8ffd99f1d5981.jpg
Moret-sur-Loing
D'origine anglaise, Sisley naît à Paris le 30 octobre 1839. Comme Monet et Renoir, ses amis, il est l'élève de Gleyre ; mais, fuyant l'académisme, il s'en va peindre en forêt de Fontainebleau. Ses toiles sont d'abord influencées par le réalisme de Courbet, et surtout par Corot. Puis il évolue vers l'impressionnisme auquel il resta fidèle toute sa vie, malgré les difficultés économiques et la misère dues à la guerre de 70. Sisley n'obtient jamais un véritable succès, malgré l'exposition personnelle qu'il eut à la fameuse galerie Durand-Ruel en 1883.
Un très grand peintre, né pour réenchanter notre monde

01:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Suzanne Winter: une femme courageuse

"Ce n'était pas la voix de l'Autriche, c'était une voix dont nous nous distançons." Après le chancelier social-démocrate et son vice-chancelier conservateur, après le gouverneur de Styrie, le président de la République, Heinz Fischer, qui recevait les voeux du corps diplomatique, a dénoncé à son tour mardi 15 janvier les violentes attaques verbales lancées contre l'islam par Suzanne Winter, candidate d'un des partis d'extrême droite aux élections municipales de Graz, la deuxième ville d'Autriche.

"Dans notre système, le Prophète serait un pédophile", a-t-elle dit, arguant, hors contexte, de l'âge de sa deuxième épouse Aïsha ; il a rédigé le Coran "sous le coup d'accès épileptiques". Suzanne Winter, la candidate du parti d'extrême droite FPÖ, a voulu frapper les esprits et marquer des points sur le parti rival, le BZÖ du populiste Jörg Haider, qui exploite le même filon xénophobe.

Lors d'un meeting électoral, M. Haider a lui aussi lancé des piques contre l'islam. Mme Winter est parvenue à ses fins. Depuis dimanche soir, un concert ininterrompu de protestations a commencé. Aux voix des représentants de l'islam se sont jointes celles des Eglises catholiques et évangéliques et de la plupart des partis politiques. Même le secrétaire général du BZÖ s'est vertueusement indigné de cette "retombée au temps moyen-âgeux des croisades".

La candidate du FPÖ joue sur le fait qu'en novembre 2007, l'Autriche, comme l'Allemagne, a été la cible de menaces diffusées dans une vidéo attribuée à des partisans du Front islamique médiatique mondial. Mercredi 16 janvier, un film diffusé quelques heures sur YouTube reprenait des extraits du discours de Mme Winter et la menaçait. Le ministère de l'intérieur a refusé de se prononcer sur son origine. La radio nationale et un quotidien populaire ont reçu des courriers électroniques appelant au meurtre de la provocatrice.

Le gouvernement autrichien et la communauté musulmane sont soucieux d'éviter une crise semblable à celle déclenchée par les caricatures danoises en 2005. "Les musulmans d'Autriche sont choqués et irrités par les attaques dénuées de sens d'une femme politique sans envergure... qui cherche à se rendre importante au prix de la paix dans le pays", a commenté le président de la communauté islamique en appelant les musulmans au calme.

Le parquet de Graz a ouvert une enquête pour présomption d'incitation à la haine. La communauté islamique a porté plainte pour dénigrement et insulte à la religion. Sans les récuser, la candidate s'est contentée de banaliser ses propos. Profitera-t-elle dimanche prochain de son éclat ? En 2003, l'extrême droite avait réalisé moins de 8 % des voix aux municipales. C'est pour leur survie au niveau régional que se battent les deux formations qui en sont issues, au prix de toutes les surenchères xénophobes.

(Source Le Monde 17.01.08)

00:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

17/01/2008

Et maintenant le système D!

b81eef9acc3337bf633a2747f1834d9e.gif

Sarközy promettait d'être « le président du pouvoir d'achat », il se trouve pris à son propre piège. Pour la première fois , le nombre de Français mécontents (48 %) du chef de l'Etat dépasse le nombre de satisfaits (45 %), selon un sondage paru cette semaine*. Pis : près des deux tiers ne croient pas à l'efficacité des mesures gouvernementales sur... le pouvoir d'achat. Illustration de ce sentiment général : appelés à témoigner sur notre site Internet, nos lecteurs se sont précipités pour exprimer leur mécontentement, voire leur colère.

Le système D gagne

La viande et le poisson ? « Je n'en achète plus depuis six mois », témoigne Christine. Le cinéma et le théâtre ? « Ce sont des plaisirs que j'ai supprimés en 2007 pour pouvoir manger à ma faim », regrette Serge. Certains font « le plein de diesel avec le fioul prélevé dans les cuves servant au chauffage », détaille Christian. Le système D gagne du terrain. « Existe-t-il une solution ? se désespère Francis. Tout ce que j'ai trouvé, c'est grappiller un euro par-ci, un euro par-là. »

Le système D comme débrouille, ou désespoir. « Pourquoi est-ce toujours le petit qui doit trouver des solutions pour s'en sortir ? » s'indigne Sandrine, gardienne d'immeuble payée au smic. Faut-il d'ores et déjà, huit mois à peine après l'élection présidentielle, conclure à l'échec de la politique gouvernementale axée pourtant sur le « pouvoir consommer » des Français ? Les quelque 11 milliards d'euros injectés dans le circuit économique grâce à la loi dite Tepa (pour Travail, emploi, pouvoir d'achat) votée l'été dernier - heures sup, déduction des intérêts immobiliers et autre bouclier fiscal - n'auraient-ils finalement servi à rien ? Les syndicats en font leur cheval de bataille. Les 5,2 millions de fonctionnaires sont invités à battre le pavé le 24 janvier pour une revalorisation de leurs salaires. Et le patron de la CFDT, François Chérèque, a annoncé hier réfléchir à une action commune, début février, pour défendre le pouvoir d'achat des salariés du privé. Une première depuis 2005.

* Sondage Orange/BVA-« l'Express » réalisé du 10 au 12 janvier auprès de 1 051 personnes

(Le Parisien 17.01.08)

23:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)