Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1562

  • "Le danger le plus important reste l'extinction des réacteurs"

    Commandant de bord d’un 777 d’Air , Eric Bernard explique pourquoi le nuage de cendres volcaniques représente un danger pour les avions.

    Pourquoi tous les avions restent-ils cloués au sol ?
    Eric Bernard.
    Les nuages de cendres volcaniques sont composés de particules solides. Ces cendres peuvent affecter l’avion en lui-même, avec un effet abrasif, notamment sur les pare-brise.

    Elles peuvent aussi pénétrer dans le système de climatisation, entraînant une pollution olfactive et des fumées et le colmatage des filtres. Mais surtout, le danger le plus important reste l’atteinte au bon fonctionnement des moteurs, avec des phénomènes aléatoires tels que la surchauffe et parfois l’extinction des réacteurs.

    Pourquoi ne pas simplement passer au-dessus ou au-dessous du nuage ?
    Lors des phases de montée ou de descente, il est nécessaire de passer à travers le nuage qui serait à des altitudes inférieures. Mais la question ne se pose même pas aujourd’hui : le nuage est d’une épaisseur très importante, et il est actuellement présent dans les basses couches de l’atmosphère de la région parisienne.

    Avez-vous déjà rencontré une telle situation ?
    J’ai connu des éruptions de volcans, mais aux effets plus réduits. Il peut arriver que nous soyons informés de la présence d’un volcan en activité avec une masse nuageuse de cendres, mais en général sur une surface très limitée. La situation actuelle est exceptionnelle, car il y a convergence d’une éruption avec un nuage important ainsi qu’une situation météo anticyclonique. Du jamais-vu en Europe.

    Les pilotes ont-ils une formation pour ce type d’événement ?
    Oui. Nous nous entraînons régulièrement en simulateur. En cas de pénétration dans l’un de ces nuages, le demi-tour est la consigne de base, et nous avons aussi des procédures particulières pour chacune des pannes qui pourraient survenir.

     

    Le Parisien - 18/04/10

  • Foot: deux joueurs de l'équipe de France entendus dans une affaire de proxénétisme

    rib_govou.jpg
    Sidney Govou et Franck Ribéry
    Abou.jpg
    Le marocain Abou, "intermédiaire du monde de la nuit"...
    (Cliquez sur les photos)
    Deux joueurs de l'équipe de France de football, Franck Ribéry et Sidney Govou, se sont croisés la semaine dernière dans les locaux de la brigade de répression du proxénétisme (BRP), l'ancienne brigade mondaine. Les deux joueurs qui, hasard du calendrier, s'affronteront mercredi en demi finale de la Champion's League dans le cadre du match Bayern de Munich - Lyon, se sont retrouvés cette fois sur le terrain judiciaire, entendus comme simples témoins dans le cadre d'une commission rogatoire du juge parisien André Dando. Ou plutôt comme clients.

    Leur audition survient à la suite d'une enquête de plusieurs mois de la BRP sur un réseau de prostitution qui s'organisait notamment autour du Café Zaman, un club huppé situé au 66, avenue des Champs Elysées, dans le très chic VIIIe arrondissement de Paris. Au centre de ce réseau, un certain Abou, un intermédiaire du monde de la nuit d'origine marocaine, qui a grandi dans les quartiers défavorisés de Lyon. Plusieurs fois candidat à La Nouvelle Star, sur M6, ce trentenaire au carnet d'adresses bien rempli, placé sur écoutes depuis plusieurs mois par les enquêteurs, est soupçonné d'avoir alimenté en prostituées plusieurs de ses riches clients. De jolies jeunes filles, le plus souvent d'origine marocaine.

    L'avocate de Ribéry confirme l'audition de son client

    Dimanche soir, l'avocate de Franck Ribéry, maître Sophie Bottai, a reconnu l'audition de son client par la police. Voilà l'ensemble de son communiqué diffusé par RMC : "Des personnalités, dont Franck Ribéry et d'autres joueurs de renommée internationale, comptent dans leur relationnel un proche d'un animateur d'un réseau d'escort-girls. C'est uniquement en raison de cette relation qu'ils ont été ou seront entendus par les services de police, à qui une enquête a été confiée. Selon Maitre Sophie Bottai, avocate de Franck Ribéry, cette affaire ne le concerne pas et ne pourrait, dans le pire des cas, que relever de la seule sphère privée de son client et n'appelle ainsi aucun autre commentaire."

    Dans cette affaire, c'est, selon nos informations, le parquet qui a demandé à ce que Franck Ribéry soit entendu par les policiers.

    Lundi dernier, à l'aube, une descente de police a eu lieu dans le Café Zaman. Une vingtaine de jeunes femmes ont été conduites dans les locaux de la BRP pour être entendues. Problème de taille : l'une d'entre elles était mineure lorsqu'elle aurait vendu ses charmes à Franck Ribéry. C'est pour cette raison que le milieu de terrain de l'équipe de France a été entendu en milieu de semaine par les policiers.

    Franck Ribéry a affirmé aux policiers ignorer que la jeune femme était mineure. Également auditionné par la police, Sidney Govou aurait, lui, connu la jeune femme alors qu'elle était majeure.

    Deux autres Bleus dans le collimateur

    Deux autres membres de l'équipe de France, l'un évoluant en Espagne et l'autre dans le Sud de la France, doivent être entendus la semaine prochaine dans le cadre de cette affaire. Eux aussi sont soupçonnés d'avoir profité des charmes de cette jeune fille d'origine marocaine, mais seul l'un des deux l'aurait fréquentée lorsqu'elle était mineure. Selon une source judiciaire, ce joueur, ainsi que Franck Ribéry, pourraient être poursuivis pour incitation de mineurs à la débauche.
    Quatre personnes sont actuellement écrouées dans le cadre de cette affaire : le dénommé Abou, le patron du café Zaman et deux autres intermédiaires du monde de la nuit.
    Un agent de joueur serait également dans le collimateur de la justice. A moins de deux mois de la coupe du monde et alors que Raymond Domenech dévoilera, le 11 mai prochain, la liste des 23 joueurs sélectionnés, le football français n'avait vraiment pas besoin de ça.
    Le Point -18/04/10

  • Israël marque le Jour du souvenir de ses morts

    Israël.jpg
    (Cliquez sur la photo)

    Israël a commencé à célébrer dimanche soir la Journée du souvenir de ses morts au service de la nation, à la veille des cérémonies du 62e anniversaire de l'indépendance de l'Etat hébreu.

    Les cérémonies ont débuté dimanche à 20H00 locales (17H00 GMT). Les Israéliens se sont figés pendant une minute au son des sirènes retentissant sur l'ensemble de leur territoire.

    Le président de l'Etat, Shimon Peres, a rendu hommage aux soldats tombés au champ d'honneur lors de la cérémonie d'ouverture des célébrations au Mur occidental (des Lamentations) dans la Vieille ville de Jérusalem, conquise en juin 1967 puis annexée.

    Il a par la même occasion appelé une nouvelle fois les ennemis d'Israël et et en premier chef le "régime iranien" à ne pas "mésestimer les capacités d'Israël à se défendre".

    Les drapeaux ont été mis en berne sur les édifices publics.

    Lundi, à 11H00 locales (08H00 GMT), les sirènes doivent à nouveau retentir pendant deux minutes, donnant le coup d'envoi d'une série de cérémonies dans les 43 cimetières et hauts lieux militaires du pays.

    A l'issue de ce Jour du souvenir, les Israéliens fêteront l'indépendance de l'Etat d'Israël créé le 14 mai 1948 selon le calendrier hébraïque, correspondant cette année au 20 avril.

    Pour cette occasion, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé dimanche à se souvenir des propos de Théodore Herzl, fondateur du sionisme politique, qui conseillait aux juifs de compter uniquement sur eux-mêmes.

    "Il ne faut pas compter sur l'aide des autres", a-t-il a affirmé lors du Conseil des ministres.

    "Il est important que chaque garçon et chaque fille en Israël sache qui était Herzl. A mes yeux, il fut l'un de nos prophètes, et sans lui nous ne serions pas réunis autour de cette table", ajouté M. Netanyahu.

    Un timbre a été émis en Israël pour marquer le 150e anniversaire de la naissance de Théodore Herzl, journaliste, écrivain et fondateur du mouvement sioniste, le 2 mai 1860 à Budapest.

    Selon des chiffres communiqués par le ministère des Affaires étrangères, les guerres et violences ont fait 22.682 morts, dont 3.971 civils, depuis 1860, année choisie en référence à la construction des premiers quartiers d'habitation juifs hors des limites de la Vieille ville.

    Depuis avril 2009, 112 membres des forces de sécurité israéliennes sont morts en service, ajoute le ministère dans un communiqué sans préciser les circonstances des décès.

    Le Point - 18/04/10

     

     

  • Le président iranien prévoit la chute d'Israël

    mahmoud-ahmadinejad-233x300.jpg
    Israël est “engagé sur la voie menant à sa chute”, a réaffirmé aujourd’hui Mahmoud Ahmadinejad lors d’un discours à l’occasion de la Journée de l’armée.

    Le président iranien, qui s’exprimait devant les principaux chefs militaires du pays réunis pour assister à un défilé au mausolée de l’Imam Khomeiny, dans le sud de Téhéran, a également appelé les pays occidentaux à mettre leur militarisme de côté et cesser de soutenir ce régime meurtrier”.

    Le régime sioniste est engagé sur la voie menant à sa chute. Les nations de la région, après quelque 60 ans [d'existence d'Israël], veulent déraciner ce microbe corrompu, qui est la principale cause d’insécurité dans la région”, a déclaré le président iranien.

    Altermedia Info - 18 avril 2010

  • Vol test d'Air France réussi

    Le premier vol d'évaluation lancé par Air France, en accord avec la DGAC, pour mesurer l'impact du nuage de cendres volcaniques, s'est posé à l'aéroport de Toulouse-Blagnac en provenance de Paris-Charles de Gaulle", a annoncé Air France, qui précise qu'"aucune anomalie n'a été rapportée".

    Ce vol est le "premier d'une série de cinq vols d'évaluation", a précisé la compagnie aérienne, ajoutant qu'un deuxième vol d'évaluation est en cours "dans la région du Sud-Ouest".

    Le premier vol Paris-Toulouse "s'est déroulé dans des conditions normales". "Aucune anomalie n'a été rapportée", a ajouté Air France. "Les inspections visuelles n'ont pas révélé d'anomalies. Des inspections plus approfondies sont en cours".

    Selon la compagnie aérienne, ces vols sont destinés à "définir des conditions opérationnelles particulières qui permettraient à Air France de reprendre en toute sécurité une partie de son activité commerciale".

    Le Figaro - 18/04/10

  • Des compagnies aériennes testent la résistance des appareils dans le "nuage" de cendres

    Air France, KLM et la Lufthansa ont fait voler des avions sans passager. Ils espèrent pouvoir faire transiter certains vols réguliers. Des pilotes d'Air France réclament des éléments «concrets» sur les risques.

    Les compagnies aériennes ne tiennent plus en place. Dès samedi, KLM, a fait voler un de ses avions entre Amsterdam et Düsseldorf, sans passager, pour tester la résistance de l'appareil dans le nuage de cendres volcaniques venu d'Islande. Alors que ces conditions exceptionnelles suscitent depuis quatre jours les plus grandes craintes pour les réacteurs, les sondes de vitesse et la visibilité, KLM a fait savoir que son Boeing 737, qui a volé à l'altitude maximale autorisée (13 kilomètres), s'était posé sans encombre.

    Convaincue par ce test, KLM a prévu de ramener dimanche à Amsterdam sept avions, toujours sans passager. La compagnie allemande Lufthansa a annoncé qu'elle avait déjà effectué dix vols entre Francfort et Munich, parvenant aux mêmes conclusions. De son côté, Air France a mené un premier test dimanche après-midi. Un Airbus sans passager s'est posé peu avant 15 heures à l'aéroport de Toulouse-Blagnac. «Ces vols d'évaluation consistent à réunir des éléments permettant d'améliorer les connaissances de l'impact du nuage de cendres sur l'avion», ont précisé Air France et la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), dans un communiqué. Bilan : ce premier vol «s'est déroulé dans des conditions normales». «Aucune anomalie n'a été rapportée», a indiqué Air France. «Les inspections visuelles n'ont pas révélé d'anomalies. Des inspections plus approfondies sont en cours».

     

    Convaincre les autorités aériennes

     

    Pour les compagnies aériennes, ces évaluations doivent surtout convaincre les autorités nationales et l'Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne, Eurocontrol, du faible danger du nuage de cendres, et de la possibilité de faire transiter certains vols réguliers. «Nous espérons recevoir la permission dès que possible pour débuter nos opérations et transporter nos passagers vers leurs destinations», a déclaré le directeur de KLM, Peter Hartman, qui était à bord de l'avion-test samedi.

    Car les premières critiques se font jour. «Je ne comprends pas que l'on n'ait pas fait des vols tests avant samedi soir, ni envoyé des avions-renifleurs ou des ballons. Les compagnies aériennes ont fini par y aller toutes seules mais il n'y a pas eu jusque là de travail de fond sur le risque des poussières volcaniques», a estimé Gérard Feldzer, directeur du Musée de l'air et de l'espace du Bourget et ancien pilote Air France.

    Joachim Hunold, patron de la deuxième compagnie allemande Air Berlin a quant à lui regretté : «En Allemagne, il n'y a même pas eu de ballon météo pour mesurer si et combien de cendres volcaniques se trouvent dans l'air». Le principal syndicat de pilotes d'Air France, le SNPL, a lui réclamé des «éléments tangibles et concrets» pour déterminer si ces cendres posent bien un problème pour la sécurité des vols, car «on n'en a aucun aujourd'hui».

    Pour contourner cette paralysie totale du ciel européen, quelques aménagements seraient envisageables. «On peut provisoirement peut-être faire baisser un certain nombre de niveaux pour un certain nombre de vols, en particulier des vols à courte distance sur le plan interne à l'Europe. C'est ce qu'on est en train de regarder», a suggéré le ministre français des Transports, Dominique Bussereau, interrogé dimanche matin sur RTL.

    Plus la fermeture des espaces aériens se prolonge, et plus la facture augmente pour les compagnies. Selon des estimations de l'Agence internationale du transport aérien, «l'impact financier […] en terme de chiffre d'affaires perdu» serait de 200 millions de dollars par jour (148 millions d'euros). «Aux pertes de revenus s'ajoutent pour les compagnies aériennes les coûts pour modifier les itinéraires de leurs appareils, prendre en charge des passagers et des appareils bloqués dans les différents aéroports», indiquait vendredi un porte-parole de l'AITA.

    Interpellée, l'Union européenne a pour l'instant écarté toute idée d'aide envers ce secteur, jugeant les informations sur l'impact financier «très préliminaires», alors que «la situation peut s'améliorer bientôt».

    Le Figaro - 18/04/10

     

  • Faut-il vraiment fermer les espaces aériens?

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/planete/20100418.OBS2644/faut-il-vraiment-fermer-les-espaces-aeriens.html

    Pour un géophysicien islandais et les deux plus grandes compagnies aériennes allemandes, Lufthansa et Air Berlin, les perturbations du trafic aérien auraient pu être nettement moindre si on avait disposé de mesures précises quant à la concentration des cendres volcanique dans l'air.

  • La Pologne enterre son président - De nombreux hôtes étrangers absents

    Messe funèbre à Cracovie.jpg

    Quelque cent cinquante mille personnes se sont rassemblées à Cracovie pour les obsèques du président Lech Kaczynski, en l'absence de nombre des hôtes étrangers, bloqués par la paralysie du trafic aérien en Europe.

    Le président américain Barack Obama a renoncé au voyage en raison de la fermeture des espaces aériens de nombreux pays européens. Mais le président russe Dmitri Medvedev a pu atterrir en Pologne pour rendre hommage à son homologue mort en Russie le 10 avril dans un accident d'avion.

    La chancelière allemande Angela Merkel, le président français Nicolas Sarkozy et d'autres dirigeants et têtes couronnées se sont désistés.

    Plusieurs dirigeants d'Europe centrale sont venus en voiture ou en train pour échapper au nuage de cendres volcaniques d'Islande qui a envahi le ciel d'Europe.

    Dmitri Medvedev a rencontré dès son arrivée le Premier ministre polonais Donald Tusk et le président par intérim Bronislaw Komorowski.

    Une messe funèbre a été dite dans l'après-midi en la basilique Notre-Dame richement ornée, située au coeur de l'ancienne capitale de la Pologne, dans le sud du pays, en présence des hôtes étrangers.

    "Cette catastrophe qui s'est produite il y a huit jours a éveillé de nombreux témoignages de bonté, des preuves de compassion et d'aide de la part de nos frères russes qui ravivent l'espoir d'un rapprochement et d'une réconciliation de nos deux nations slaves", a déclaré l'archevêque de Cracovie, Mgr Stanislaw Dziwisz, ancien secrétaire personnel de Jean Paul II.

    "Voilà un objectif pour notre génération, nous devons avancer sur cette voie", a ajouté Mgr Dziwisz au début de la messe.

    Le président polonais par intérim Bronislaw Komorowski a émis à la fin de la cérémonie l'espoir que ce rapprochement amènerait la Russie à faire toute la lumière sur le massacre de 22.000 officiers polonais, perpétré en 1940 sur ordre de Staline et qui a empoisonné les relations polono-russes.

    "Les paroles et les gestes de la société russe, les paroles et les gestes du président ici présent à Cracovie et du Premier ministre russe nous donnent l'espoir que nous allons connaître toute la vérité sur le crime de Katyn", a-t-il dit.

    Le pape Benoît XVI a appelé les Polonais à "l'unité" et à "la coopération active avec les autres peuples", dans un message lu pendant l'office.

    Le très eurosceptique président tchèque Vaclav Klaus a jugé "inexcusable" l'absence des dirigeants de l'UE aux obsèques.

    Quelque 150.000 personnes étaient rassemblées dans divers points de Cracovie pendant la messe, selon la police. Les organisateurs avaient prévu pour leur part jusqu'à un million de personnes.

    Les cercueils de Lech Kaczynski et de son épouse étaient en fin d'après-midi posés sur des affûts de canon et acheminés vers le château du Wawel où ils doivent être enterrés dans une crypte de la cathédrale, lieu de sépulture des rois et grands hommes de Pologne.

    Dans la cité historique baignée de soleil, les gens étaient rassemblés sur la place du Marché, où se trouve la basilique, ainsi que le long du trajet du cortège.

    "Peu importe que des délégations étrangères se soient désistées. C'est un cas de force majeure. Ils ont fait preuve de bonne volonté et l'important est que les Polonais viennent nombreux", a estimé Jerzy, policier à la retraite.

    "Nous sommes contents que Medvedev ait décidé de venir. Les Russes se comportent de manière exceptionnelle", a lancé Adam, venu tôt le matin avec sa femme et leurs trois enfants.

    Les 96 passagers du Tupolev 154 du président polonais se rendaient à des cérémonies marquant le 70e anniversaire du massacre de Katyn, symbole des difficiles relations russo-polonaises et d'un mensonge entretenu pendant cinquante ans par l'URSS, qui avait accusé l'Allemagne nazie de ce crime.

    Voila - Actualités - 18.04.10

  • Benoît XVI défend à Malte les valeurs chrétiennes fondamentales

    Malte 2.jpg
     (Cliquez sur la photo)

    AFP - Le pape Benoît XVI a trouvé dimanche un accueil chaleureux sur la très catholique île de Malte qu'il a invitée à "défendre" les valeurs chrétiennes.

    Tout au long de sa visite éclair, il s'est félicité des positions défendues par le plus petit pays de l'Union européenne (443.000 habitants), comme l'interdiction du divorce et de l'avortement.

    "Je vous encourage à continuer à faire ainsi. Tout ce que le monde d'aujourd'hui propose n'est pas digne d'être accepté par le peuple de Malte", a dit le pape dans son homélie prononcée en anglais, au cours de la messe célébrée place des Greniers à Floriana, devant des dizaines de milliers de personnes enthousiastes qui brandissaient des portraits du souverain pontife ou des drapeaux blanc et or, couleurs du Vatican.

    "Votre nation doit continuer à défendre l'indissolubilité du mariage ainsi que la vraie nature de la famille", avait-il déjà déclaré, à son arrivée la veille, au président maltais George Abela.

    Le message a été très bien reçu dans l'île qui compte 95% de catholiques.

    "Nous sommes très émus et honorés qu'il ait choisi Malte pour l'un de ses rares voyages à l'étranger", a déclaré à l'AFP l'une des fidèles, Tanya Aquilina, selon laquelle Benoît XVI "doit être heureux du soutien que lui apporte notre pays".

    Même écho chez Martin Chetcuti, 30 ans, qui n'est "pas d'accord avec les gens qui jugent mal toute l'Eglise, sans reconnaître le bien qu'elle fait à travers le monde", même s'il souhaite "des actions contre les prêtres pédophiles".

    "J'ai fait l'expérience d'un accueil aussi chaleureux que celui que vos ancêtres réservèrent à l'Apôtre Paul en l'an 60", s'est réjoui le pape qui effectue ce voyage à l'occasion du 1950ème anniversaire du naufrage de saint Paul au large de l'île.

    AFP. 18.04.10

  • Le Pape reçu à Malte avec enthousiasme

    Pape Malte 3.jpg
    Le Pape à Floriana (Malte) le 18 avril 2010

    LA VALETTE — Le pape Benoît XVI, sous le feu des attaques suite à l'avalanche des scandales pédophiles, a rencontré dimanche à Malte des victimes d'abus auprès desquelles il a exprimé "sa honte et son regret".

    Le pape a fait part de sa "profonde émotion face à leurs histoires et a exprimé sa honte et son regret pour ce que les victimes et leurs familles ont enduré comme souffrances", a dit le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican, lisant un communiqué publié quelques minutes plus tôt.

    Devant la presse, il a ensuite précisé que les huit hommes, "des jeunes adultes", accompagnés des évêques de Malte et Gozzo, l'autre île de l'archipel, avaient été reçus pendant une vingtaine de minutes dans la chapelle de la nonciature, l'ambassade du Vatican, près de La Valette.

    "Il y a d'abord eu un moment de prière silencieuse, à genoux, puis le Saint-Père les a reçus un à un pour les écouter et leur parler. Puis ils ont tous dit une prière ensemble", a-t-il ajouté, précisant que la rencontre s'était déroulée dans une "atmosphère intense, émue, mais sereine".

    Le pape a assuré que "l'Eglise fait et continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir pour enquêter sur les allégations (d'abus sexuels, NDLR), remettre à la justice les personnes responsables d'abus et appliquer des mesures concrètes pour protéger à l'avenir les jeunes", a indiqué le Vatican.

    Il y a un mois Benoît XVI avait exprimé la "honte" et le "remords" de l'ensemble de l'Eglise catholique face aux actes pédophiles commis par des religieux, dans une lettre aux fidèles d'Irlande secoués par un scandale dans leur clergé, au ton très dur pour l'épiscopat les ayant couvert.

    Depuis, les révélations d'abus se sont succédé en Europe et aux Etats-Unis et le Vatican a été accusé d'avoir cherché à étouffer ces affaires.

    La rencontre de ce dimanche est la troisième du genre pour Benoît XVI qui a déjà reçu en audience des victimes de prêtres pédophiles lors de ses voyages en Australie et aux Etats-Unis.

    Elle est intervenue alors que le pape effectue une visite de 26 heures dans la très catholique île de Malte qu'il a invitée à continuer à "défendre" les valeurs chrétiennes et félicité pour ses positions sur le divorce et l'avortement, tous les deux illégaux.

    "Je vous encourage à continuer à faire ainsi. Tout ce que le monde d'aujourd'hui propose n'est pas digne d'être accepté par le peuple de Malte", a dit le pape dans son homélie prononcée en anglais, au cours de la messe célébrée devant des dizaines de milliers de personnes enthousiastes qui brandissaient des portraits du souverain pontife ou des drapeaux blanc et or, couleurs du Vatican.

    Le message a été bien reçu dans l'île qui compte 95% de catholiques.

    "Nous sommes très émus et honorés qu'il ait choisi Malte pour l'un de ses rares voyages à l'étranger", a dit à l'AFP l'une des fidèles, Tanya Aquilina, selon laquelle Benoît XVI "doit être heureux du soutien que lui apporte notre pays".

    "J'ai fait l'expérience d'un accueil aussi chaleureux que celui que vos ancêtres réservèrent à l'Apôtre Paul en l'an 60", s'est réjoui le pape qui effectue ce voyage à l'occasion du 1950e anniversaire du naufrage de Saint-Paul au large de l'île.

    Benoît XVI en a profité pour appeler cette nation qui a rejoint l'Union européenne en 2004, à réserver "un espace digne" aux nombreux immigrés clandestins qui échouent sur ses rives.

    "Rappelez-vous que l'échange des biens entre vos îles et le monde est une réalité à double sens. Ce que vous recevez, évaluez-le avec soin, et tout ce que vous possédez et qui a de la valeur, partagez-le avec les autres", a-t-il dit dans son homélie.

    AFP. 18/04/10

  • La statue du Christ de Rio couverte de graffiti

    Christ de Rio.jpg
    (Cliquez sur la photo)

    La tête, les bras et la poitrine... Cette statue d'environ 40 mètres de haut, qui domine les montagnes, les plages et la baie de Rio est couverte d'inscriptions. A l'aide d'échafaudages mis en place pour des travaux d'entretien, des vandales ont peint à la bombe des graffiti sur la statue du Christ Rédempteur qui domine Rio de Janeiro du haut du mont Corcovado. Parmi les inscriptions portées sur la statue, on peut lire "Quand le chat n'est pas là, les souris dansent", et d'apparentes allusions à des habitants de Rio ayant péri ou disparu dans des affaires criminelles récentes, selon O Globo. L'accès de la statue avait été fermé à la suite de pluies torrentielles qui ont provoqué des coulées de boue à travers la ville.

    "Ces criminels paieront pour ce qu'ils ont fait. Ils iront en prison", a affirmé le maire de Rio, Eduardo Paes, cité vendredi par le journal O Globo. "Rio de Janeiro et le Brésil ne méritent pas ça." La statue de pierre à savon (stéatite), achevée en 1931, se dresse au sommet du Corcovado (700 mètres). Elle est visible de nombreux points de la ville. Rio a fait un usage abondant de son image, ainsi que de celle du Pain de sucre, pour sa candidature fructueuse à l'organisation des Jeux olympiques de 2016.

    TF1 News - 16/04/10
  • Hommage en Pologne aux victimes du crash, les hôtes étrangers se désistent

    Plus de cent mille Polonais se sont recueillis samedi à la mémoire des victimes de l'accident de l'avion présidentiel, tandis que le président américain et d'autres dirigeants invités aux obsèques du président Lech Kaczynski se sont désistés en raison de la paralysie du trafic aérien.

    Le président Barack Obama a annoncé samedi qu'il n'assisterait pas aux obsèques dimanche à Cracovie après la fermeture de l'espace aérien européen touché par un nuage de cendres volcaniques.

    La chancelière allemande Angela Merkel a fait de même. Ont également annulé leur venue entre autres, le Premier ministre canadien Stephen Harper, son homologue coréen Chung Un-chan, le prince Charles.

    Quelque 100.000 Polonais se sont recueillis pendant près de quatre heures au cours d'une cérémonie grandiose sur une immense place de Varsovie à la mémoire des 96 victimes de l'accident survenu il y a une semaine à Smolensk dans l'ouest de la Russie.

    Les sirènes ont retenti et les cloches des églises ont sonné dans la capitale pour marquer le début des cérémonies, tout comme plus tôt, à 08H56 locales (06H56 GMT), à travers tout le pays à l'heure exacte de la catastrophe aérienne à Smolensk, dans l'ouest de la Russie.

    "De telles choses n'arrivent jamais, elles sont impossibles!", s'est exclamé le Premier ministre Donald Tusk, "c'est la plus grande tragédie dans l'histoire de la Pologne après la Seconde guerre mondiale".

    Le pape Benoît XVI a transmis un message de "solidarité" au peuple polonais, lu par son nonce apostolique, l'archevêque Jozef Kowalczyk.

    "En ces jours difficiles pour notre patrie, nous ne nous sommes pas retrouvés seuls. Nous sommes pour cela reconnaissants aux citoyens de Russie qui ont spontanément apporté à la Pologne et aux Polonais leur compassion", a déclaré pour sa part le président en exercice Bronislaw Komorowski.

    Sur la place, un autel avait été dressé à l'endroit où le pape Jean Paul II avait célébré sa messe mémorable, lors de son premier pèlerinage en Pologne communiste en 1979. Une simple croix blanche, sur fond d'un immense panneau noir avec les photos de toutes les victimes de la catastrophe.

    Outre M. Tusk, le ministre des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski, l'ex-président et père du mouvement anticommuniste Solidarité Lech Walesa et l'ex-président Alexander Kwasniewski étaient présents, ainsi que les proches des victimes.

    Le frère jumeau de Lech Kaczynski, Jaroslaw, a été applaudi à son arrivée avec la fille du couple présidentiel, Marta.

    Un acteur a lu les noms de chacun des passagers qui se rendaient dans la forêt de Katyn pour un hommage à la mémoire de 22.000 officiers polonais tués sur ordre de Staline en 1940. Celui du président, de son épouse Maria, de tous les chefs d'état-major de l'armée du pays, de figures de la résistance et de la lutte contre le communisme, de députés et vice-ministres, d'ecclésiastiques. Du chef du comité olympique polonais également, du président de la banque centrale et de bien d'autres personnalités mais aussi des traducteurs et interprètes, des jeunes agents de sécurité et hôtesses de l'air.

    A 17H30 (15H30 GMT), les cercueils du président et de son épouse, exposés depuis mardi au palais présidentiel, ont été transférés à la cathédrale Saint-Jean. Un premier office pour le couple y a été célébré dans la soirée, avant les obsèques dimanche à Cracovie (sud).

    Dans son homélie, le primat de Pologne Mgr Henryk Muszynski, a lui aussi évoqué les relations difficiles de la Pologne et de la Russie à travers l'histoire et les espoirs de réconciliation.

    "Le sang versé est capable d'unir. C'est un signe d'espoir et une chance de rapprochement et de réconciliation entre nos deux peuples", a-t-il déclaré : "Pourvu que nous sachions ne pas gaspiller cette chance".

    Les corps du couple présidentiel doivent être transférés dimanche matin en avion militaire à Cracovie, où la municipalité dit attendre jusqu'à un million de personnes pour les obsèques.

    metro AFP - 17/04/10

  • Avilissant: un livre porno pour les aveugles

    Image tactile corps nu.jpg

    OTTAWA — La photographe canadienne Lisa Murphy voulait permettre aux aveugles de percevoir le monde "très sexualisé" qui nous entoure. Elle a donc créé le premier livre d'érotisme pour malvoyants, recueil d'images tactiles de corps nus accompagnées de textes suggestifs.

    "Nous vivons dans une société très sexualisée - prenez seulement la publicité. Mais si vous ne pouvez pas voir, vous n'avez sans doute pas conscience de l'importance de cette sexualisation", explique l'auteur à l'AFP.

    "Je crois que les non-voyants ont été (à tort) laissés à l'écart de cette expérience", dit-elle encore.

    L'ouvrage, "Tactical Mind (Esprit Tactile)", est fait de pages de plastique thermoformé, le matériel qui sert à imprimer le Braille, présentant des images de femmes et d'hommes nus dans diverses positions, portant parfois des masques ou prenant des poses suggestives.

    Pour sa publication, Mme Murphy a photographié des amis vêtus de costumes et de masques, puis a transformé ces clichés en petites sculptures, un procédé qui lui a pris une cinquantaine d'heures par portrait. Chaque livre est vendu 225 dollars canadiens (autant en dollars américains).

    "C'est tellement plus facile de convaincre les gens de se déshabiller devant un appareil photo s'ils ne peuvent pas être identifiés", fait remarquer au sujet des masques la créatrice, qui fait elle-même partie des modèles.

    Les 17 illustrations du livre sont rassemblées par une reliure en spirale qui permet de les "lire" sur une surface plane ou des les détacher.

    Des images de "pubis rasé", "pénis circoncis", "poitrine parfaite" ou "femme avec un harnais-godemiché" sont également disponibles à l'unité, sur commande sur le site www.tactilemindbook.com.

    Lisa Murphy s'est d'abord intéressée à la cause des non-voyants alors qu'elle travaillait comme bénévole à l'Institut national canadien pour les aveugles. A l'époque, elle adaptait des images d'animaux destinées à des ouvrages éducatifs pour enfants. Une expérience qui lui a donné les aptitudes nécessaires pour se lancer dans l'imagerie érotique.

    Après le premier essai, "les plus petits détails devaient être refaits, comme un poignet, une cheville, une fesse ou une hanche pour les rendre plus lisses. Ce sont des choses que je ne pouvais pas voir, mais que mon relecteur aveugle sentait", raconte-t-elle.

    Le livre a été publié il y a deux ans, mais il a gagné une attention planétaire après avoir fait l'objet d'un article dans un quotidien torontois dimanche dernier.

    "Lancement d'un magazine pornographique pour les aveugles", titrait le Daily Telegraph de Grande-Bretagne lundi. "De la pornographie qu'on peut toucher", annonçait le lendemain le New York Daily News.

    "Je le traîne dans les salons érotiques depuis deux ans. C'était un travail d'amour et je n'ai jamais pensé en tirer de l'argent", fait remarquer l'auteur.

    Les 64 premières copies dédicacées ont été vendues ou offertes à des acheteurs non-voyants. Mais la demande a soudainement explosé, dit-elle, en se préparant à un "week-end occupé" à répondre aux commandes.

    AFP. 17/04/10

  • Turquie: un bébé de deux jours victime d'un "crime d'honneur"

    Sept personnes ont été arrêtées hier près d’Istanbul, après l’assassinat d’un nouveau-né de 2 jours dans le cadre d’un « crime d’honneur », rapporte l’agence de presse Anatolie. Le bébé, né hors des liens du mariage, aurait été étouffé par sa grand-mère.


    La mère, âgée de 25 ans, qui a été arrêtée elle aussi, a expliqué aux enquêteurs que la mort de son enfant avait été décidée par la famille, et que le corps avait été enterré par ses frères dans le jardin de la maison.

    Les policiers ont été alertés par un coup de téléphone anonyme. Parmi les personnes interpellées figurent un médecin et sa secrétaire, qui auraient accepté contre une somme d’argent de ne pas signaler la naissance.

    NP Info - 17 avril 2010

  • Le château d'Himmler transformé en musée des SS

    889358_himmler.jpg
    Château Himmler.jpg
    Château du Wewelsburg - (Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

    C'est un musée d'un genre particulier. Il vient d'ouvrir ses portes cette semaine en Allemagne et retrace l'histoire des SS (NDLR: SchutzStaffel = groupe de protection) d' au sein d'un mystérieux château qui aurait dû servir de foyer spirituel après la victoire nazie.

    Le musée, le premier au monde consacré uniquement aux SS, retrace la montée en puissance de cette garde d'élite d'Hitler qui finit par compter plus d'un million de membres, responsables des plus abominables exactions commises pendant la seconde guerre mondiale.

    Considérés dans un premier temps comme les gardes du corps personnels du Führer, auquel ils avaient prêté serment, ces groupes sont rapidement devenus le bras armé du chancelier allemand arrivé au pouvoir en 1933 pour exécuter ses basses oeuvres. Les SS ont ainsi participé à la fameuse nuit des Longs Couteaux. 

    Des uniformes, des crois gammées et... l'agenda d'Himmler

    Parmi les objets exposés dans le musée figurent l'agenda de Heinrich Himmler, des uniformes noirs, ainsi que des anneaux en argent, attribués par Himmler à des officiers supérieurs, avec croix gammée, de , et runes stylisées du sigle des SS.

    Selon Moritz Pfeiffer, un jeune historien de 27 ans qui a aidé à mettre sur pied le musée, les objets sont exposés avec des rappels historiques des crimes nazis, afin d'éviter les accusations de tentative de glorification des SS.

    «L'idéologie raciste ne doit pas être représentée sans prendre en compte le contexte des crimes auxquels elle a mené», selon M. Pfeiffer.

    Le musée établi dans l'ancien centre spirituel nazi

    Pour le ministre de la Culture Bernd Neumann, présent à l'inauguration, le musée doit être «un endroit qui rappelle les victimes comme les coupables».

    Le château triangulaire, construit au XVIIe siècle sur une colline du centre de l'Allemagne, non loin de Hanovre, et qui abrite également une auberge de jeunesse, a lui même joué un rôle de premier plan dans l'histoire des SS.

    Himmler en avait pris le contrôle en 1934, juste après la venue des nazis au pouvoir, pour en faire une école d'élite pour officiers SS. Par la suite, il commença à transformer le château pour en faire un centre spirituel nazi au sein duquel une flamme éternelle devait brûler dans une crypte circulaire.

    Au dessus de la crypte, une autre salle circulaire, baptisée «salle des leaders suprêmes SS», devait, selon la légende, permettre à Himmler de se réunir autour d'une table ronde avec ses 12 principaux généraux. Le château attire toujours des néo-nazis et les autorités cherchent à éviter qu'il ne devienne un lieu de «pèlerinage».

    «Il y avait des gens qui venaient au château et qui faisaient le salut hitlérien», selon Heinz Köhler, un responsable local.

    «On ne peut changer cette façon de penser qu'en montrant à quoi elle mène», ajoute-t-il.

    Des règles de visite strictes

    «Le musée a un règlement. Les visiteurs n'ont pas de droit de dire certaines choses, de faire certains signes ou de porter certains vêtements», selon Moritz Pfeiffer faisant allusion aux slogans et salut hitlérien, interdits en Allemagne, et aux vêtements affectionnées par les néo-nazis.

    «Nous nous réservons le droit de mettre des visiteurs à la porte et nous l'avons déjà fait par le passé», ajoute M. Pfeiffer.

    Le Parisien - 16 avril 2010

     

  • Pologne: une batterie de missiles Patriot sera déployée en avril 2010

    VARSOVIE (Reuters) - Une batterie de missiles Patriot américains sera déployée en avril dans le nord de la Pologne avec l'unité américaine qui en aura la charge, rapporte dimanche l'agence de presse polonaise PAP.

    "Le ministère de la Défense prévoit la mise en oeuvre début avril dans la ville de Morag de la première phase du stationnement d'une batterie anti-aérienne Patriot et d'une équipe d'entretien de 100 hommes", écrit PAP.

    Le déploiement de cette batterie américaine fait partie de l'Accord sur le "statut des forces" (Sofa) signé entre les deux pays en décembre dernier et vivement critiqué par Moscou.

    Face à une Russie qui réaffirme ses ambitions en politique étrangère, la Pologne déplore qu'il n'y ait ni troupes ni grandes installations militaires américaines sur son territoire, dix ans après son adhésion à l'Otan et malgré l'importance des contingents qu'elle a envoyés aux côtés des Etats-Unis en Irak et en Afghanistan.

    Le ministre russe de la Défense Anatoly Serdioukov a déclaré vendredi que son pays pourrait déployer des missiles tactiques Iskander dans son enclave de Kaliningrad, frontalière de la Pologne, s'il se sentait directement menacé par l'Europe.

    En janvier 2009, la Russie a suspendu le déploiement de missiles Iskander à Kaliningrad lorsque le président Barack Obama a déclaré qu'il n'était pas pressé d'installer en Europe des éléments d'un bouclier antimissile américain, projet cher à l'ancien président George Bush.

    La décision d'Obama a plu au Kremlin, mais celle de la Pologne de déployer sur son sol des missiles intercepteurs Patriot a relancé les inquiétudes de Moscou.

    Rob Strybel, version française Pascal Liétout

    La Tribune - 21 février 2010

  • Deux jours de funérailles grandioses en Pologne

    Château de Wevel à Cracovie.jpg
    Château du Wewel à Cracovie

    L'enterrement du très russophobe Lech Kaczynski pourrait mettre fin à des siècles d'incompréhension avec la Russie.

    Des funérailles grandioses telles que la Pologne n'en avait pas connu depuis la mort de Jean-Paul II. Et un casse-tête inouï pour l'ambassadeur de Pologne à Paris, Tomasz Orlowski, chargé de remplacer au pied levé le chef du protocole, Mariusz Kazana, victime du crash de Smolensk.

    Quatre-vingts délégations étrangères, de nombreux rois et chefs d'État, l'élite de l'État polonais, les plus hauts dignitaires de l'Église sont attendus dimanche à Cracovie pour les obsèques du président Lech Kaczynski et de son épouse, Maria. Si toutefois le nuage de cendres islandaises, qui a entraîné hier la fermeture de l'aéroport, daigne s'éloigner du ciel polonais. Un défi de plus en plus cauchemardesque pour l'ambassadeur Orlowski. Dans quel ordre placer les délégations ? Passe encore pour les têtes couronnées, Juan Carlos d'Espagne, le prince Charles ou Harald de Norvège. Mais pour les présidents ? La règle donne la priorité à l'ancienneté. Mais alors, quel affront pour Barack Obama ! À moins de se retrancher sur l'ordre alphabétique. Mais comment imaginer que le représentant de la Russie, Dmitri Medvedev, soit précédé par celui de la Géorgie, Mikhaïl Saakachvili ? D'autant, souligne un diplomate, que «depuis une semaine, les Russes se comportent de manière exemplaire».

     

    «Une douleur commune» 

     

    Car en filigrane de ce débat protocolaire, les funérailles du président polonais ont pris une signification politique inattendue. Elles devraient sceller la réconciliation polono-russe symboliquement amorcée le 7 avril dernier à Katyn par Vladimir Poutine et son homologue polonais, Donald Tusk. En l'espace de dix jours, des gestes et des mots «sans précédent» font croire à Adam Michnik, conscience morale de la Pologne, que les deux pays sont en train de tourner la page. Dans un vibrant éditorial publié vendredi en polonais et en russe, l'ancienne figure de proue de Solidarité salue une «douleur commune» qui pourrait mettre fin à des siècles de «haine et d'incompréhension».

    La condamnation par le président Medvedev des crimes de Staline et notamment du massacre de milliers d'officiers polonais à Katyn, l'accolade de Poutine, visiblement ému, à Tusk après la catastrophe de Smolensk, les gerbes de fleurs déposées devant l'ambassade de Pologne à Moscou ont bouleversé les Polonais. Bien sûr, beaucoup se disent sceptiques. N'empêche, «la compassion et la solidarité des Moskale» (des Russes), écrit Adam Michnik, laissent penser qu'«à Katyn et Smolensk, les deux pays se sont trouvé un destin commun».

    Le Figaro - 16/04/10

     

  • Eyjafjöll: activité volcanique en hausse

    L'activité éruptive du volcan islandais Eyjafjöll, qui perturbe le trafic aérien en Europe depuis le 14 avril, est en augmentation, ont annoncé samedi les chercheurs qui surveillent le volcan, cités par les médias internationaux.

    La colonne de cendre grise dégagée par le volcan s'est élevée samedi à une altitude de 8,5 kilomètres contre 6 kilomètres vendredi, a annoncé Magnus Tumi Gufmundson, professeur de géophysique à l'Université d'Islande, à l'agence AP.


    La projection de cendres provoquée par le refroidissement rapide du magma continuera tant qu'il y a assez de glace au sommet du volcan qui est couvert par un glacier, Eyjafjallajökull. Les chercheurs comptent survoler prochainement l'Eyjafjöll pour déterminer les quantités de glace qui ont fondu et dire combien de temps peut durer l'éruption, a précisé le professeur.

    Le nuage de cendres crachées par l'Eyjafjöll depuis le 14 avril se propage sur tout le continent européen et a déjà paralysé le trafic aérien dans de nombreux pays.

    Les nuages de cendre volcanique qui contiennent des fines particules abrasives de roche sont dangereux pour les avions.

      http://fr.rian.ru/

    Alterinfo - 17/04/10

  • Le président polonais Lech Kaczynski attendait l'installation de missiles Patriot et l'arrivée de militaires américains, qui étaient planifiées pour le mois d'avril 2010

    Patriot.jpg
    Misssile Patriot (Cliquez sur la photo)

    Les missiles américains devaient être déployés dans le nord de la Pologne, dans la base militaire de Morag, située seulement à 60 km de l'enclave russe de Kaliningrad.

    Les Etats-Unis avaient décidé d'abandonner le 17 septembre 2009, leur projet d'installation en Europe centrale d'éléments de leur bouclier antimissile, qui prévoyait d'installer d'ici à 2013 un radar puissant en République tchèque associé à dix intercepteurs de missiles balistiques de longue portée en Pologne. Ce projet provoquait la colère de la Russie qui y voyait une menace directe pour sa sécurité. Son abandon avait été vivement salué par Moscou.

    Mais en février 2010, le président polonais Lech Kaczynski, décédé samedi 10 avril 2010 dans un accident d'avion en Russie, avait  ratifié un accord sur le futur statut régissant le stationnement de troupes américaines sur le sol polonais (SOFA), qui a ouvert la voie au déploiement de missiles Patriot.

    Le lendemain de la ratification, un porte-parole du ministère polonais de la Défense Janusz Sejmej, annonçait que les premiers missiles américains Patriot devaient normalement être déployés en Pologne en avril 2010,
    Les premiers soldats américains devaient arriver au même moment, a-t-il ajouté, cité par l'agence PAP.

    Il y a de quoi se poser des questions ...

    aucun médias n'aborde le sujet ...

    Dans ce genre d'événement, il est rare de connaitre réellement la vérité,
    la manière plus sage d'en savoir plus est d'observer l'après coup :
    quel déroulement pour le pays concerné par l'événement, reste t-il dans la continuité de la politique du président décédé ?
    Ou bien prend-il une direction toute différente, voire contraire ?

    Le Post - 12 avril 2010