Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2009

Pédophilie: 20 ans de prison pour Dominique Guillouche

dominique-guillouche.jpg

Après cinq semaines de procès, le jury a rendu son verdict et condamné Dominique Guillouche à 20 ans de réclusion. Jugé pour avoir violé ou agressé sexuellement au moins 19 victimes, dont 18  fillettes de 2 à 14 ans, cet homme de quarante ans a été condamné pour tous les faits qui lui étaient reprochés. Sa condamnation a été assortie d'une peine de sûreté de près de 14 ans.

Au deuxième jour de son procès, le premier pédophile interpellé en France grâce à l'alerte enlèvement en 2005, a raconté sa vie entre une mère et une épouse dominatrices.


Les jurés ont également condamné son ex-épouse Alfréda Deneux à 12 ans de prison assortie de 8 ans de sûreté. Les deux sont aussi frappés de dix ans d'interdiction des droits civiques et familiaux, avec un suivi socio-judiciaire accompagné d'injonction de soins de respectivement 15 et 10 ans.

Les accusés étaient notamment jugés pour l'enlèvement, la séquestration, des viols en réunion et des agressions sexuelles de la petite Aurélia, âgée de 6 ans à l'époque des faits. Suite à la diffusion de la première alerte enlèvement en France, le couple avait relâché la fillette et s'était dénoncé.
TF1 NEWS -16.12.09 

18:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Islam: de nouvelles exigences de plus en plus incompatibles avec la vie dans la société française

Fatma poussette.jpg

De nouvelles exigences religieuses en entreprise et dans les hôpitaux irritent ou inquiètent.

Au gré des auditions, les députés ont découvert de nouvelles exigences religieuses ou communautaristes. Consultant en ressources humaines, notamment pour des sociétés du CAC 40, Carl Pincemin a raconté comment des salariés ayant obtenu des menus confessionnels, refusent désormais que «la viande halal soit proposée à côté de plats contenant de la viande “normale” jugée impure». En clair, ils désirent des cantines séparées et ne veulent plus «s'asseoir à côté de personnes qui mangent du porc !», tempête Jacques Myard, député UMP de la mission. D'autres ont constitué l'équivalent d'un «syndicat confessionnel». Ils réclament la reconnaissance de jours fériés musulmans, demandent des lieux de culte dans l'entreprise et prétendent que les femmes de service chargées de servir les plats à la cantine doivent se présenter «les bras couverts».

 

«Des pratiques intolérables»

 

Ces revendications, de la plus simple aux plus extravagantes posées au nom de l'islam, embarrassent les responsables des entreprises. «Ils perdent leur bon sens», estime l'anthropologue Dounia Bouzar, auteur d'un livre intitulé Allah a-t-il sa place dans l'entreprise ?  (Albin Michel, 2009). «Certains craignent d'être traités d'islamophobes s'ils refusent. Et cèdent à des pratiques intolérables.» Jusqu'à accepter que des salariés ne passent plus l'entretien d'évaluation avec leur chef de service si c'est une femme. Tandis que d'autres, à l'inverse, «répriment toute manifestation de foi, même si elle ne perturbe pas le bon fonctionnement du service». Pour Cathy Kopp, l'ex-DRH d'Accor chargée de mission au Medef, «l'entreprise est demandeuse de règles plus claires en matière de revendications religieuses».

L'hôpital aussi, si l'on en croit André Gerin (PCF), le président de la mission parlementaire sur le voile intégral. Les députés ont visité à Lyon la maternité Mère-Enfant. «Le personnel se sent abandonné.» On compte «quatre à cinq incidents par semaine» dans les services d'obstétrique, affirme André Gerin. «Un homme sage-femme appelé à la rescousse lors d'un accouchement difficile s'est fait casser la gueule en octobre par un mari», a raconté le responsable hospitalier. Les pompiers ont dû le réanimer pour qu'il achève l'accouchement. Un traumatisme pour tout le service, qui «n'en peut plus» de devoir slalomer entre les exigences religieuses et déminer l'agressivité de certains. «Les maris insistent pour que leurs femmes soient vues par des médecins femmes. Beaucoup refusent une anesthésie par crainte qu'un homme apparaisse», a relaté le personnel. Comme en 2004, lorsque pour la première fois, plusieurs chefs de service d'obstétrique avaient dénoncé ces pressions devant la commission Stasi. Depuis, une charte rappelle qu'on ne peut choisir son médecin dans le service public. «Mais les personnels restent seuls à gérer les conflits», regrette André Gérin.

Sur le terrain, les maires de banlieue réunis dans l'association Ville et Banlieue s'inquiètent d'une montée en puissance des exigences religieuses. Après les repas sans porc à l'école, les requêtes portent sur des menus sans viande ou halal. Tandis que la demande pour des créneaux horaires réservés aux femmes s'accroît dans les piscines et les gymnases.

Le Figaro - 15.12.09

17:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO Le discours de Sarkozy sur le Grand emprunt!

http://tv.lepost.fr/2009/12/14/1840768_le-petit-journal-d...

Il vaut mieux en rire qu'en pleurer!

00:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Froid glacial à Moscou, le mercure à -25°C

Moscou par - 25° -parc promeneur.jpg
Dans un parc de Moscou, par moins 25°, un promeneur solitaire... (à droite de l'écran)
(Cliquez sur la photo)

AFP. MOSCOU- 15.12.09 — Un froid glacial s'est abattu mardi sur Moscou, où le thermomètre est tombé à -25 degrés, défiant les conférenciers qui planchent sur le réchauffement climatique à Copenhague...

Si elles n'atteignent pas un record pour un 15 décembre (-27,3 degrés en 1997), de telles températures sont inédites depuis trois ans dans la capitale (-28,3 en février 2006), a relevé le directeur de l'agence locale de météorologie, Alexeï Liakhov, cité par l'agence Ria Novosti.

Le thermomètre a aussi dégringolé à -51 degrés dans la république des Komis (Grand Nord), -46 dans la région d'Irkoutsk (Sibérie) et -49 à Krasnoïarsk (Sibérie orientale), contrées traditionnellement abonnées aux grands froids.

Une personne est morte de froid dans la capitale, a indiqué une source au sein des services d'urgence citée par l'agence Ria Novosti.

Les Moscovites ont ressorti leur équipement d'hiver, chapkas, manteaux et bottes fourrés, et se sont acharnés pour certains à faire démarrer leur voiture.

Au centre de la capitale, le trafic était très perturbé mardi, des véhicules paralysés par le gel bloquant la circulation. Le 7 décembre, de fortes chutes de neige avaient déjà créé des embouteillages monstres et soulevé une polémique sur les compétences des services météo.

Depuis plusieurs jours, les patineurs ont retrouvé droit de cité sur les étangs gelés de Moscou, dont l'Etang des Patriarches, rendu célèbre par le roman "Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov.

La presse populaire mettait toutefois en garde mardi patineurs et amateurs de pêche au trou, rappelant qu'il faut au moins cinq à sept jours de fortes gelées pour que la glace tienne bon sous leur poids.

00:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

15/12/2009

VIDEO La Suède dans la tourmente de l'immigration musulmane

http://www.youtube.com/watch?v=y6Y1pyy8ESM

A la télévision suédoise. Sous-titrage ajouté en français.
Filmé à Malmö.

Malmö (danois : Malmø) est une ville au sud de la Suède.
C'est la ville la plus importante de la région de Scanie avec 248 000 habitants.
La commune de Malmö a 270 000 habitants, ce qui en fait la 3e plus importante de Suède, après celles de Stockholm et Göteborg.
La métropole de Malmö compte plus de 530 000 habitants et jouxte celle de Copenhague et ses 1 million d'habitants ; cet ensemble, appelé région de l'Øresund constitue un pôle majeur en Scandinavie.

Un tiers des habitants de Malmo sont des immigrés de première ou deuxième génération
(Source Wikipedia)

Après des décennies de laisser-faire, la situation en Suède est devenue explosive. Dans certaines villes, telle Malmö, troisième ville du pays, plus d’un quart de la population est étrangère et l’ensemble des services publics se disent submergés par l’afflux des migrants.

NOVOPRESS - 15.12.09

23:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Immigration et criminalité en Europe

Avis-de-recherche.jpg
Extrait de deux pages des avis de recherche de la police nationale
PARIS -15.12.09 (NOVOpress) – Tous les immigrés ne sont pas des délinquants en puissance. Mais l’amorce d’une immigration massive extra-européenne favorise souvent, au sein des pays d’accueil européens, le développement de drames et d’abus aux multi-facettes : usurpation d’identité, manifestations identitaires hostiles, terreur imposée par les bandes multiethniques dans les banlieues, mafias : prostitution, stupéfiants, esclavage, trafic d’organes et grand banditisme.

Au Danemark, 65% des mineurs de moins de 18 ans arrêtés en 2007 à Copenhague sont d’origine immigrée. Tout groupe d’âge confondus, le chiffre s’élève à 63%. Un danger qui se dessine sur le long terme. Chargée d’enseignement à l’Université de Paris X, Anastassia Tsoukala remarque qu’au sein des pays d’Europe du Nord, la « criminalisation des immigrés » « couvre aussi bien les immigrés clandestins que les demandeurs d’asile et les immigrés de la deuxième génération ». Italie, France, Allemagne, Belgique… Au chapitre, « La criminalité étrangère à travers les statistiques », l’universitaire rappelle que le taux d’incarcération des immigrés est très nettement supérieur à celui des nationaux.

23:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Quick se met au hamburger halal

Quick halal.jpg
ARGENTEUIL (VAL-D’OISE), MERCREDI. Zoubir et ses deux filles, Lilia (à gauche) et Emma, ont dégusté des cheeseburgers
dont la viande a été produite conformément au rite musulman.
(Cliquez sur la photo pour la voir en entier)

15/12/2009 (NOVOpress) – Après la sous-culture, l’industrie du fast-food s’intéresse à l’islam. La chaîne Quick propose des hamburgers halal dans huit villes de l’Hexagone : Toulouse, Marseille (deux enseignes), Roubaix, Villeurbanne (près de Lyon), Argenteuil, Garges-lès-Gonesse, Buchelay (région parisienne). Une foultitude de petits restaurants imposaient déjà leurs produits confectionnés avec de la viande certifiée consommable par les musulmans. Désormais, il s’agit d’un groupe international, le numéro un de la « restauration rapide » en Belgique, Luxembourg et numéro deux en France, qui s’étend aussi en Algérie, Russie, Catalogne, etc.

L’initiative de Quick, observée de près par son concurrent américain, McDonald’s, renforce le communautarisme et l’islam en Europe. Elle suscite aussi de nombreuses protestations des défenseurs des animaux. Car pour que la viande convienne aux musulmans, il faut que le boeuf soit égorgé vif, la tête tournée vers La Mecque par un sacrificateur agréé. L’un de nos lecteurs vient d’écrire à Valérie Raynal, responsable de la communication corporate Quick (valerie.raynal@quick.fr). « Au nom d’une religion (mais qu’est ce donc que cette religion qui impose la souffrance des animaux pour les consommer ?) nous connaissons un retour à la barbarie », déplore-t-il, en ajoutant dans son courriel : « La souffrance inutile des animaux de boucherie, c’est le retour à la barbarie ». Mais que pèse la souffrance des animaux face au business du marché halal ?

Valérie Raynal a déjà fait savoir que ceux qui ne voulaient pas manger halal n’avaient qu’à aller se restaurer… ailleurs. Dans un courriel adressé à WLS, la Webtélévision souverainiste, la « responsable communication corporate » assène : « Vous écrivez que “Quick impose à ses clients des menus halal“. Depuis le 30 novembre, nous avons en effet pris la décision de tester la vente d’une gamme de produits à base de viande halal dans un restaurant franchisé de Villeurbanne ; ce qui ne constitue en rien une obligation pour nos clients car parallèlement, nous disposons de 10 restaurants Quick dans l’agglomération de Lyon, 33 en région Rhône Alpes, proposant des menus classiques. » Elle ajoute : « Enfin, une dernière précision, les viandes halal dans les menus de ce restaurant test sont certifiées par différentes mosquées selon la région où se trouve l’abattoir. » Des mosquées, mais cela elle ne le précise pas, qui se font rétribuer pour cela. Ou quand « Quick corporate » nourrit le budget d’« Allah corporate ».

Dernière précision : Quick n’est pas une simple entreprise privée. Ainsi que le révèle Minute http://www.minute-hebdo.fr à paraître demain, Quick, société belge à l’origine, a été acquis en 2007 par CDC Capital Investissement. « Une filiale… de la Caisse des dépôts et consignations, supposée assurer, pour le compte de l’Etat français, des missions d’intérêt général. » Elle est placée sous le contrôle du Parlement et a pour devise : « Foi publique ».

 

 

23:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Recrudescence des vols par ruse

Vol par ruse le faux plombier.jpg
Un faux plombier s'active pendant que son compère vole la vieille dame
(Cliquez sur la photo pour la voir en entier)
Près de 10 000 personnes ont déjà été dépouillées cette année par des malfrats se faisant passer pour des livreurs, des plombiers ou des postiers
Policiers et gendarmes sont plus que jamais mobilisés, en cette fin d’année, pour tenter de juguler la recrudescence de vols par ruse commis au domicile de personnes âgées. « Près de 10 000 faits sont recensés, chaque année en , principalement au préjudice de retraités, relate un enquêteur, spécialisé dans la lutte contre cette forme de délinquance.
et sa banlieue sont particulièrement touchés. Mais les grandes agglomérations de province n’échappent pas au phénomène. »
La préfecture de police de
vient de mettre en place plusieurs dispositifs d’information et de prévention sur les marchés parisiens et auprès des auxiliaires de vie, s’occupant de retraités. « La lutte contre les vols par ruse est une mission difficile car les auteurs sont très discrets et laissent peu de traces derrière eux, ajoute la même source. Les préjudices sont très variables mais les conséquences psychologiques peuvent s’avérer très importantes. »

 

Des vols en augmentation.
Au cours des dix premiers mois de l’année, 9 226 vols par ruse ont été enregistrés sur l’ensemble du territoire. A Paris et en petite couronne parisienne, 1 403 vols de ce type ont été relevés sur la même période contre 1 381, l’an passé. « Au total, pour l’année 2008, 1 666 faits avaient été relevés à Paris et en petite couronne, relate une source proche de la préfecture de police. Un peu plus de 700 faits ont été élucidés et 232 personnes mises en cause interpellées. » A Paris, les X e et XIX e arrondissements ont été les plus touchés en 2008.

Des dizaines de modes opératoires.
Selon un policier, « il existe autant de techniques, qu’il y a d’équipes ». Récemment est apparue la technique dite des « cardiaco-dépressives ». Deux jeunes femmes suivaient des retraitées en train de faire leurs courses, notaient discrètement le code secret de la carte bancaire, composé par la victime pour régler ses achats avant de la suivre. Dans le hall de son immeuble, une des deux simulait un malaise cardiaque. Elles demandaient de l’aide à leur victime avant de lui voler discrètement sa carte bancaire…

Le parisien - 15.12.09
 

 

22:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO La rue Myrha interdite - La milice musulmane fait la loi

http://www.dailymotion.com/video/xbh81v_dlr-75018-la-laic...

Interloquée par plusieurs sources faisant état de personnes priant dans la rue dans le 18ème arrondissement, la fédération de Paris de Debout La République a voulu en avoir le coeur net. Un adhérent parisien de DLJ (Debout Les Jeunes) s'est ainsi rendu sur place, à l'origine pour atteindre la rue Myrha.

La vidéo commence à 14h11 le vendredi 11 décembre 2009 au croisement de la rue de la Goutte d'Or et du boulevard Barbès. Pour info, elle finit faute de bande (elle s'est en effet révélée plus longue que prévue).

Ce qui y est montré est une contribution aux débats sur l'identité nationale et sur la votation suisse interdisant les minarets.

 

 

20:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Tentative d'enlèvement d'une adolescente à Athis-Mons

Selon les déclarations de la jeune fille, les faits se seraient déroulés vers 7h15, avenue de Morangis à Athis-Mons. Le passager arrière d'une Volkswagen Golf noire, âgé d'une trentaine d'années et de type nord-africain, de corpulence athlétique et mesurant environ 1,80m, selon le texte de l'appel à témoin, se serait adressé à l'adolescente. Selon le récit livré par cette dernière, cet homme lui a demandé la direction de l'aéroport d'Orly, avant de sortir de la voiture, de la saisir par les épaules en l'attirant à l'intérieur du véhicule.

Alors qu'elle se débattait, son agresseur aurait tenté de lui appliquer sur le visage un tissu humide sans odeur, mais elle a réussi à lui échapper. L'adolescente est ensuite montée dans un bus d'où elle a contacté ses parents. Le commissariat d'Athis-Mons a été chargé de l'enquête.

Un appel à témoin, lancé dans un premier temps mardi, a finalement été "suspendu" et devrait être "différé d'un jour ou deux", selon une source judiciaire. Il s'agit d'effectuer des vérifications qui doivent permettre par la suite de pouvoir trier plus efficacement les informations susceptibles d'être apportées par des témoins qui contacteraient la police, a-t-on ajouté de source judiciaire, sans plus de précisions.

TF1 NEWS - le 15 décembre 2009 à 15:50

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Rachida Dati incompétente et inadaptée au Parlement européen

http://www.dailymotion.com/video/xbhsm3_rachida-dati-inco...

Rachida Dati a réfuté aujourd'hui toute frustration à l'égard de son statut de députée européenne, après avoir été piégée par une caméra de télévision, et a jugé "indigne" sa mise en cause par son collègue écologiste Daniel Cohn-Bendit.

"Je suis très surprise par l'ampleur que ça a, c'est très microcosmique" mais "on ne m'a jamais rien épargné, cela je le savais", a-t-elle déclaré à Strasbourg où elle participait à une session du Parlement européen.

A l'origine de la polémique: un reportage diffusé dimanche soir sur M6 et remontant à septembre. Oubliant les micros, Mme Dati y confie sa lassitude par téléphone à une amie. "Je suis dans l'hémicycle du parlement de Strasbourg. Je n'en peux plus, je n'en peux plus ! Je pense qu'il va y avoir un drame avant que je finisse mon mandat", explique-t-elle.  "Je suis obligée de rester là, de faire la maligne, parce qu'il y a un peu de presse et, d'autre part, il y a l'élection de (José Manuel) Barroso" à la présidence de la Commission européenne, poursuit Mme Dati.

Le Figaro - 15.12.09

19:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Minarets: recours déposé à Strasbourg

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) devra se pencher sur l'interdiction des minarets, approuvée par le peuple suisse fin novembre : l'ancien porte-parole de la mosquée de Genève, Hafid Ouardiri, a en effet déposé un recours à Strasbourg, en vue de faire constater que cette mesure contrevient à la liberté de religion et à l'interdiction de discrimination.

La plainte a été déposée cet après-midi, a précisé à Me Pierre de Preux, l'un des cinq avocats qui représentent Hafid Ouardiri. Une lettre a également été envoyée au gouvernement suisse et à tous les membres du Conseil de l'Europe afin de les informer de cette démarche, a ajouté Me de Preux. AP

Le Figaro - 15.12.09

18:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Nadine Morano en "dérapage contrôlé" sur les jeunes musulmans

Nadine Morano.jpg

Lors d'un débat public sur l'identité nationale, la secrétaire d'Etat à la Famille a affirmé qu'elle «voulait d'un jeune musulman qu'il aime son pays, qu'il trouve un travail, qu'il ne parle pas le verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers». Une phrase qu'elle estime «sortie de son contexte».

Alors que l'Elysée et le gouvernement tentent de calmer le jeu sur l'identité nationale, de nouveaux propos - tenus dans les Vosges lundi par la secrétaire d'Etat chargée de la Famille et de la solidarité, Nadine Morano - focalisent un peu plus le débat sur la question de l'islam. A un jeune homme qui l'interrogeait sur la compatibilité de l'islam avec la République, elle a répondu : «On ne fait pas le procès d'un jeune musulman. Sa situation, moi je la respecte. Ce que je veux, c'est qu'il se sente français lorsqu'il est Français. Ce que je veux, c'est qu'il aime la France quand il vit dans ce pays, c'est qu'il trouve un travail, et qu'il ne parle pas le verlan. C'est qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers. C'est qu'il essaye de trouver un boulot, et qu'on l'accompagne dans sa formation». Une dépêche AFP, qui rapportait mardi matin ces propos, ne les retranscrivait que partiellement, et se concentrait sur le verlan et la casquette à l'envers.

La phrase est «complètement sortie de son contexte par rapport à quatre heures de débat», s'est d'ailleurs défendue la ministre sur RMC. «Nous parlions de la problématique des jeunes qui viennent des banlieues dont je viens et dont je suis issue, et je disais qu'avec cette caricature, cette stigmatisation qu'il y avait, moi, je leur conseillais, non seulement de ne pas porter leur casquette de travers, de ne pas parler verlan, mais j'expliquais aussi (qu'il fallait) que l'on utilise le potentiel de la double culture.»

Des explications corroborées par Ahmed Bellal, un membre du Conseil régional du culte musulman de Lorraine, qui était présent lundi soir au débat : «Elle n'a absolument pas stigmatisé la religion musulmane car si elle l'avait fait, croyez-moi j'étais là et j'aurais réagi tout de suite». Elle a «répondu [au jeune homme qui l'interrogeait] en disant qu'il ne fallait pas stigmatiser certains jeunes, qu'il fallait respecter tout le monde et qu'il fallait, quand on se présente devant un patron et qu'on cherche un travail, parler correctement et ne pas parler verlan. Pour tous les jeunes qui souhaitent aller vers un emploi». «Donc c'est sorti vraiment de son contexte», assure Amed Bellal.

 

«Un dérapage supplémentaire», estime Benoît Hamon

 

«J'ai pris la précaution en plus, parce que je ne voulais pas que des phrases soient sorties de leur contexte, de filmer ce débat et nous le mettrons en ligne», a également précisé Nadine Morano sur RMC. «Un dérapage supplémentaire», a malgré tout asséné mardi le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon. «On est dans une stratégie de bouc-émissaire, de caricature et de stigmatisation permanente, avec toujours les mêmes cibles. C'est consternant». «C'est de la malhonnêté politique pure», a renchéri Arnaud Montebourg. «C'est renouer avec la conception ethnique de la nation, celle qui a donné lieu à Vichy, a-t-il ajouté. Dans les années 30, quand on a commencé à stigmatiser tous les juifs qui fuyaient les persécutions de l'Est de l'Europe et qu'on a commencé à dire 'ils ne peuvent pas s'intégrer', ça s'est terminé comme vous le savez.»

Le Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) a demandé «la démission de Nadine Morano», «coutumière des propos stigmatisant à l'égard des musulmans», « et l'arrêt immédiat du débat sur l'identité nationale». Pour les Verts, «le gouvernement y va fort pour récupérer les voix de l'extrême droite à quelques mois des élections régionales».

Pour Mouloud Aounit, président du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), contacté par 20minutes.fr, les propos de Nadine Morano «sont particulièrement dangereux et d'une violence extrême», envers les musulmans de France, «à qui on dit qu'ils ne seront jamais des Français à part entière». «Je crois qu'on est aujourd'hui dans une terrible logique inflationniste de propos islamophobes», a-t-il ajouté. SOS Racisme a pour sa part qualifié ces propos d'«abjects» et appelé le premier ministre François Fillon à «enjoindre ses ministres de cesser de tenir des propos stigmatisants».

Devant plus de 300 personnes réunies à Charmes, Nadine Morano avait pourtant rappelé que le débat sur l'identité nationale, «ce n'est pas un débat sur l'immigration», écrit le quotidien départemental Vosges Matin. Des précisions apportées juste avant de parler de la burqa - assimilée par la secrétaire d'Etat à «un problème de sécurité» - et , rapporte Vosges Matin, d'attaquer «un autre couplet sur la nécessaire régulation de l'immigration et la mise en place de règles strictes».

Le Figaro - 15.12.09

   

18:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (25)

14/12/2009

7,5 millions d'euros pour la communication de Sarkozy en 2009

Com sarkozy 7,5miilions d'euros.jpg
La cellule communication de l’Elysée, dirigée par Franck Louvrier (à gauche), détermine la meilleure stratégie pour faire passer le message de Nicolas Sarkozy : discours, déplacements, etc.

Ce matin, a rendez-vous avec plus de cent journalistes pour une conférence de presse sur le grand emprunt, la deuxième seulement depuis son élection. L’exercice rappelle les entretiens du général De Gaulle avec les médias dans la salle des fêtes de l’Elysée. Pourtant, loin d’imiter ses prédécesseurs, Sarkozy a révolutionné la communication présidentielle en en faisant « le » pilier de son action politique.

L’époque n’est plus aux « gourous » et « sorciers » venant conseiller les princes, comme le fit Jacques Pilhan avec puis . L’heure est encore moins à la rareté de la parole présidentielle, théorisée par le même Pilhan. Aujourd’hui, le président de la République investit massivement sur la télévision, les sondages et Internet, saturant l’espace médiatique de ses interventions.

Pour quel résultat ?

« Le Parisien » - « Aujourd’hui en France » a enquêté sur la communication politique du chef de l’Etat, recensant le nombre de personnes qui se consacrent à cette tâche et le coût que cela représente. Selon nos calculs, confirmés par l’Elysée, en 2009, plus de 7,5 millions d’euros d’argent public ont été déboursés pour valoriser la seule image de Sarkozy. Des chiffres que la Cour des comptes épluchera début 2010, après avoir épinglé les largesses de l’Elysée sur les sondages dans son rapport 2008.
 A cela il convient d’ajouter la facture dédiée au SIG (service d’information du gouvernement), rattaché à Matignon, qui assure le service après-vente des réformes. Son patron, Thierry Saussez, a demandé 21,9 millions d’euros pour 2010.

Sept millions et demi d’euros, donc, pour la seule image de Sarkozy. Mais pour quel résultat ? Depuis la rentrée, sa communication semble grippée, débordée par des polémiques à répétition, démunie face à sa chute dans les sondages.
Le parisien - 14.12.09

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un an, dont deux mois ferme, pour le tortionnaire de Mambo

L'histoire du petit chien errant, baptisé Mambo, avait ému la Le 10 août, à Espira de l'Agly (Pyrénées-Orientales), un jeune, aidé par son amie de 22 ans, avait aspergé le chien d'essence avant d'y mettre le feu.

Leur geste avait d'abord provoqué la colère dans tout le village.

 Ce lundi, le mineur de 17 ans a été condamné par le tribunal pour enfants de Perpignan à un an de prison, dont deux mois ferme. Le tribunal a également prononcé une mise à l'épreuve avec obligation de soins durant 18 mois. L'adolescent sera placé dans un centre d'éducation fermé lorsqu'il aura purgé sa peine de prison, a précisé Me Eric-Denis Ferré, avocat de la Société protectrice des animaux (SPA) nationale qui, comme d'autres associations de défense des animaux, s'était constituée partie civile.

Une pétition contre le jeune homme avait été lancée sur le Net pour demander «que le tribunal correctionnel de Perpignan, rende un jugement exemplaire et dissuasif envers l'adolescent de 17 ans qui a agi avec cruauté envers Mambo». Sa petite amie de 22 ans, qui avait maintenu le chien pendant qu'il versait l'essence, avait déjà été jugée le 15 septembre par le tribunal correctionnel de Perpignan qui l'a condamnée à six mois de prison ferme pour actes de cruauté envers les animaux.

Brûlé sur plus de 40% du corps, Mambo est aujourd'hui sorti d'affaire. Sa nouvelle maîtresse, Dany Goizé, une bénévole de la SPA et restauratrice à Espira-de-l'Agly, l'avait trouvé agonisant dans les rues du village le lendemain de son agression.

Le parisien - 14.12.09

Le tribunal a été beaucoup trop indulgent

 

23:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Un jeune musulman de 12 ans abattu pour "laver un affront" - à Lyon les maghrébins font la loi

Café Lyon arabes.jpg
Le café devant lequel s'est produite la fusillade
(Cliquez sur la photo)

Un adolescent de 12 ans a été tué au cours d'une fusillade dimanche à Lyon par des individus qui ont pris la fuite en voiture, après "une altercation banale entre jeunes de quartiers différents" et un homme, considéré comme un "témoin important", était en garde à vue lundi.

Cet homme "majeur", interpellé lundi à Bron, dans la banlieue lyonnaise, "n'est pas l'auteur présumé des faits, mais c'est un témoin important car il était impliqué dans une des bagarres qui ont précédé les coups de feu", a souligné Marianne Charret-Lassagne, commissaire-chef de la sûreté départementale, au cours d'une conférence de presse à l'hôtel de police.

Mortellement blessé par un "tir de chevrotine de calibre 12", le jeune Amar est décédé dimanche après-midi lors de son transfert à l'hôpital, a-t-elle précisé.

Inconnu comme lui des services de police, un deuxième adolescent, âgé de 17 ans, a été blessé à une cuisse et a pu quitter l'hôpital dimanche soir.

Selon les premiers éléments de l'enquête, confiée à la brigade criminelle de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône, "trois à cinq individus encagoulés" et "armés de deux armes longues", une "carabine" et une "arme 7,62 mm de type fusil mitrailleur", ont ouvert le feu dimanche vers 17H30 sur un groupe de jeunes, dans le 8e arrondissement de Lyon, un quartier "sensible", a déclaré Mme Charret-Lassagne.

Ces personnes, ainsi que leur "véhicule de marque Citroën dont les plaques avaient été masquées par du ruban adhésif", étaient activement recherchées lundi, a-t-elle dit, soulignant que l'enquête s'annonçait "difficile".

Selon des témoins, la voiture "qui roulait à vive allure" aurait ralenti à la vue du petit groupe de jeunes et des coups de feu auraient été tirés depuis le véhicule.

Quatorze impacts de balles ont été retrouvés par les enquêteurs, principalement sur les vitrines d'un bureau de tabac et d'un commerce d'alimentation.

"Il s'agit d'une altercation banale, pour un motif futile, entre jeunes de quartiers différents", a précisé le parquet de Lyon, qui a exclu une "histoire de guerre entre bandes rivales".

Une jeune fille d'un quartier voisin serait venue dimanche après-midi acheter des cigarettes dans un tabac-presse place Latarjet, où a eu lieu le drame, et à sa sortie, des jeunes présents lui auraient adressé des "propos salaces et des moqueries".

Elle s'en serait plainte auprès de jeunes de son quartier qui seraient revenus, en voiture, pour laver l'affront.

Le groupe de jeunes se trouvait à proximité du petit centre commercial de ce quartier situé en bordure de l'autoroute A43 (Lyon-Grenoble) quand il a été la cible des coups de feu.

Le jeune Amar "était simplement venu acheter du pain dans la boulangerie située à côté" du tabac, a observé Mme Charret-Lassagne.

Près de 500 personnes, certaines vêtues de noir, ont participé en début de soirée à une marche silencieuse en hommage à la victime.

Le cortège a marqué un arrêt devant le tabac où s'est produit le drame. Certains participants ont alors déposé une rose blanche ainsi que des lumignons allumés et collé sur la devanture des portraits d'Amar, avant d'observer une minute de silence.

AFP. 14.12.09

Et Sarkozy a lancé un débat sur l'identité nationale! C'est à rire!

22:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

Aux Pays-très-Bas, une école catholique voulait servir pour Noël un repas Halal pour tous!

ecolecatholique hallal.jpg
S'apprête-t-il à décrocher le crucifix?
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

C’était pour des « raisons pratiques » que l’école catholique avait opté pour un repas de Noël halal pour tous, explique sa direction. Car « rien n’interdit aux catholiques de manger de la viande halal, alors que l’inverse est vrai pour les musulmans ». Raisonnement confondant de stupidité. Rien n’interdit non plus aux catholiques de porter la burqa, alors pourquoi ne pas en généraliser l’usage ?

Une école primaire catholique de Weert aux Pays-Bas avait décidé de servir un repas strictement halal pour Noël. Cette école compte 400 élèves environ, dont une dizaine de musulmans. Après des plaintes de parents, l’école a fait marche arrière.

Le repas de Noël est organisé chaque année avec l’association des parents d’élèves. Selon le principal Margo Janssen, c’est pour des raisons pratiques qu’ils avaient opté pour un repas halal pour tous. Les années précédentes, ils tenaient compte des musulmans en leur servant des plats halal séparément. Mais si l’on sert des plats halal à tout le monde, il n’est plus nécessaire d’agir ainsi. Jannsen fait d’ailleurs remarquer que c’est le cas dans les hôpitaux et les prisons. Il leur avait semblé plus simple et meilleur marché de servir des plats halal à tout le monde cette année.

Selon Janssen, cela s’inscrit dans une démarche chrétienne, qui appelle à prendre les autres en compte. Pour lui, il n’y a pas de quoi en faire toute une histoire. « C’est l’air du temps. Nous n’avons aucunement l’intention de faire passer un message de la sorte. Ce n’en est pas moins un repas chrétien dans un contexte chrétien. » Il y aurait une crèche et une marche aux flambeaux. Ça partait des meilleures intentions, ajoute-t-il.

Selon Jean Paul van der Donk, président de l’association des parents d’élèves, huit plaintes de parents en colère ont été reçues. Mais, ajoute-t-il, il faudrait que ces parents comprennent qu’ils n’avaient pas opté pour des repas halal pour des raisons religieuses, mais pratiques. Rien n’interdit aux catholiques de manger de la viande halal, alors que l’inverse est vrai pour les musulmans.

Après ces plaintes des parents, la direction de l’école a décidé de revoir le problème. L’école a modifié sa position et a décidé de donner à chacun le choix de son type de repas. « Nous avons fait preuve de naïveté », dit le site de l’école. Ils souhaitent désormais passer un repas de Noël qui soit une fête, et espèrent que leur précédente décision ne portera pas atteinte à la réputation de l’école.

Source : Islam in Europe (Sources originales : Telegraaf, Trouw)
Traduction Bivouac-ID.

NOVOPRESS - 14.12.09

20:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Un agriculteur charentais gravement intoxiqué par un herbicide Monsanto - son dossier d'indemnisation en appel

opération de traitement au Monsanto.jpg
Opération de traitement d'un champ à l'herbicide du groupe international Monsanto
(Cliquez sur la photo)
La chambre sociale de la cour d'appel de Bordeaux a examiné jeudi le dossier d'un agriculteur charentais gravement intoxiqué en 2004 par un herbicide du groupe Monsanto, maladie pour laquelle son assurance n'avait pas voulu prendre en charge sa rechute.
La cour rendra son arrêt le 28 janvier.

En première instance en novembre 2008, Paul François, un agriculteur de Bernac (Charente) âgé de 45 ans, avait obtenu auprès du tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) d'Angoulême la reconnaissance d'un lien entre la pathologie dont il souffre et son intoxication.

L'assurance accidents des exploitants agricoles (AAEXA) avait fait appel de cette décision.

M. François avait été empoisonné en avril 2004 en manipulant du Lasso, un herbicide fabriqué par le groupe chimique américain Monsanto, contenant notamment un solvant nocif le chlorobenzène, et dont la vente est interdite en France depuis 2007.

L'agriculteur, à la tête d'une exploitation céréalière de 240 ha, avait inhalé ce produit alors qu'il nettoyait une cuve-pulvérisateur ayant contenu le produit.

 Lors de l'audience d'appel, l'avocate de l'AAEXA, Me Sandrine Surget, a contesté le lien entre la maladie, l'hospitalisation et le premier arrêt de travail de 5 semaines en avril 2004 suite à l'inhalation de l'herbicide et la rechute quelque mois plus tard de Paul François, qui avait de nouveau dû être hospitalisé.

Un argumentaire battu en brèche par l'avocat de l'agriculteur, Me François Lafforgue, qui a affirmé que des analyses notamment pratiquées sur les cheveux de la victime avaient permis de dater l'intoxication.

Cet avocat a mis en cause deux médecins des centres antipoison de Bordeaux et Angers qui sont intervenus lors des hospitalisations de Paul François. Me Lafforgue déplore que ces spécialistes n'aient pas demandé "d'analyses complémentaires", une attitude aberrante, selon l'avocat compte tenu de la toxicité du produit.

D'autre part, Me Lafforgue a indiqué qu'il avait engagé une action contre la firme Monsanto pour "faute" sur "le manque de renseignements sur la dangerosité du produit" devant le TGI de Lyon. Une première audience de mise en état du dossier se tiendra le 26 janvier.

De son côté, l'exploitant agricole est toujours en "arrêt maladie", le médecin conseil de l'AAEXA refuse que je reprenne le travail, a-t-il indiqué à l'AFP.

AFP. 14.12.09

 

 

20:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'agriculture française en péril - forte chute des revenus en 2009

Moissons à Saint-Sylvain 4 août 09.jpg
Moisson le 4 août 2009 à Saint-Sylvain dans l'ouest de la France
(Cliquez sur la photo)

Les agriculteurs français ont enregistré en 2009 une baisse de plus d'un tiers de leurs revenus, un coup dur après une année 2008 déjà difficile et qui touche particulièrement les producteurs de lait, un secteur toujours en ébullition.

Les revenus des agriculteurs ont chuté de 34% en 2009 en raison du recul des prix agricoles, après avoir déjà baissé de 20% en 2008, selon les comptes prévisionnels de l'Agriculture publiés lundi par le ministère de l'Agriculture.

Le revenu annuel moyen des agriculteurs devrait se situer en 2009 à 14.500 euros, environ moitié moins que le record de 28.500 euros de 2007. Et leur revenu de 2009 sera inférieur à celui du début des années 1990. Ces revenus comprennent les aides européennes et françaises perçues par les agriculteurs.

Ces chiffres confirment "la gravité de la crise", a réagi le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire. Il avait prévenu dès le mois d'août que l'agriculture française traversait "la plus grave crise depuis trente ans".

Pour M. Le Maire, ces données, qui seront affinées en juillet, "justifient" le plan d'urgence annoncé fin octobre par le président de la République.

D'un montant de 1,650 milliard d'euros dont un milliard de prêts bonifiés, ce plan doit permettre à "chaque agriculteur à trouver une solution à ses difficultés", a réaffirmé le ministre.

M. Le Maire, qui en a fait son cheval de bataille, a insisté à nouveau sur la nécessité d'une régulation des marchés agricoles européens pour contrer la volatilité des prix et ainsi "stabiliser les revenus des agriculteurs".

De façon unanime, les acteurs du secteur ont fait part lundi de leur inquiétude. Le syndicat majoritaire, la FNSEA, fait état d'une "situation désespérée" des agriculteurs tandis que les Chambres d'agriculture évoquent "un effondrement annoncé".

Pour la Confédération paysanne, "les paysans sont au bord du gouffre" et la Coordination Rurale (CR) parle d'un "bilan consternant".

Les éleveurs laitiers sont les plus touchés avec une baisse de plus de la moitié (-54%) de leurs revenus, devant les arboriculteurs (-53%) et les exploitations spécialisées dans les céréales et les oléo-protéagineux (-51%).

Les revenus moyens des éleveurs laitiers pour 2009 atteindront les 9.000 euros, bien en-dessous du Smic. C'est moitié moins que leurs revenus 2008 (19.000 euros), un pic alors dû à la flambée des prix du lait en 2007 et 2008.

Depuis, les prix ont chuté entraînant une mobilisation quasi-permanente des producteurs pour réclamer une hausse des prix afin de couvrir leurs coûts d'exploitation.

La question du prix est toujours en suspens. Certains producteurs laitiers menaçaient de s'associer au mouvement des routiers de blocage de la grande distribution. Mais l'idée a été abandonnée depuis la signature de l'accord entre les transporteurs, selon François Lucas, président de la CR.

Le ministre souhaite mettre tous les syndicats autour d'une table pour convenir d'un prix pour le début 2010.

Parmi les productions qui tirent un peu mieux leur épingle du jeu figure une partie de la viticulture, celle des vins de table et de pays (+39%) tandis que les vins d'appellation sont en chute en 2009.

Les élevages de bovins se redressent (17%) mais cette évolution positive ne rattrape pas encore les fortes baisses des deux années précédentes. De même pour l'élevage ovin dont la progression (22%) ne comble pas le retard pris depuis 2002.

AFP. 14.12.09

 

20:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Grand emprunt de 35 milliards: du "saupoudrage" qui ne résoudra pas la crise selon le FN

La vice-présidente du Front national, Marine Le Pen, a qualifié de "saupoudrage" le Grand emprunt de 35 milliards d'euros annoncé lundi par Nicolas Sarkozy, son père Jean-Marie, président du parti, dénonçant "une fuite en avant" en matière d'endettement.

  "C'est un saupoudrage qui n'aura aucune conséquence sur la dégradation continue de l'économie. Car, contrairement à ce que dit le gouvernement, la crise est loin d'être terminée", a-t-elle déclaré à l'AFP.

"On peut d'ailleurs s'étonner que M. Sarkozy évoque une aide aux PME quand c'est en réalité un soutien aux grosses industries. Les PME ne verront probablement pas d'aide grâce à ce grand emprunt", a ajouté la député européenne.

Qualifiant le grand emprunt de "dernière cartouche", la vice-présidente du FN a remarqué que le montant retenu par le gouvernement était loin des "100 milliards prévus au départ".

Elle a aussi exprimé une "vive inquiétude" sur le montant de la dette. "Cette dette est l'un des problèmes essentiels, nos responsables pensent que c'est indolore, mais la dette, c'est l'impôt de demain", a souligné Mme Le Pen.

Le président du FN, Jean-Marie Le Pen, a jugé de son côté que "déguiser (le Grand emprunt) en "investissements" ne masque pas qu'il s'agit d'une fuite en avant, particulièrement irresponsable dans le contexte actuel".

"Au moment où, selon les sondages, les Français jugent très sévèrement, à juste titre, la façon dont M. Sarkozy a géré la crise, ce n'est certainement pas ainsi qu'il pourra restaurer la confiance qu'il ne méritait pas et qu'il ne retrouvera plus", a affirmé le leader frontiste dans un communiqué.

AFP. 14.12.09

 

19:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)