Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2009

Ce sont ceux-là qui meurent en Afghanistan

Caporal Anthony Bodin.jpg
Le caporal Anthony Bodin, tué samedi à 22 ans
3ème RIMA de Vannes.jpg
Prise d'armes du 3ème RIMA de Vannes
(Cliquez sur la photo pour la voir en entier)
« Il était trop jeune pour mourir ». Dans son appartement à l’étage d’un immeuble HLM de Dinan, Christine, la maman d’Anthony Bodin, le jeune militaire de 22 ans tué hier en Afghanistan, a les larmes aux yeux. « Hier quand j’ai vu le colonel, un gendarme et le maire sur le pas de la porte, j’ai compris tout de suite. »

Passionné de moto, Anthony Bodin avait décroché un BEP mécanique moto et cycles au lycée Jean Jaurès à Rennes. « Mais comme il n’avait pas trouvé de travail, il s’était engagé dans l’armée il y a trois ans et ça lui plaisait beaucoup. » Il exerçait dans une unité de chars du 3e régiment d’infanterie de marine basé à Vannes.

Fierté de sa maman et de ses deux jeunes frères de 17 et 20 ans, le portrait d’Anthony en tenue militaire trône sur le buffet du salon. Entre deux missions il rentrait à Dinan retrouver sa famille et Maxime, son meilleur copain rencontré au collège Roger Vercel, avec qui il partageait des balades à moto ou en quad. « Il venait d’être choisi comme parrain du fils de Maxime qui vient de naître, il n’aura même pas connu son filleul », se désole la mère d’Anthony.

Sa maman a encore du mal à croire que le drame est arrivé. « Anthony était un bon vivant, il ne méritait pas de mourir. Il était parti en Afghanistan le 6 juillet et m’avait promis de revenir pour Noël. Il n’a jamais raté une fête familiale. » La maman ne sait pas encore quand le corps de son fils sera rapatrié en France. Une chose est sûre pour l’hommage qui lui sera rendu, elle veut des fleurs jaunes et blanches. « C’est ce qu’il m’offrait toujours pour mon anniversaire ».


Fabienne RICHARD - Ouest-France - 02.08.09
Nous adressons nos condoléances émues à la famille et aux amis d'Anthony Bodin.
Qu'il repose en paix!

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

02/08/2009

VIDEO La baignade dans la crique

http://www.youtube.com/watch?v=HaKtHX5bKQY

23:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Kouchner justifie l'engagement de la France en Afghanistan en fidèle chien de garde du N.O.M

Bernard Kouchner - 2 août 09.jpg
Un bla-bla-bla criminel et mensonger

Après la mort d'un vingt-neuvième soldat français, le chef de la diplomatie française justifie l'engagement de la France en Afghanistan.

LE FIGARO. - Que pensez-vous du rapport britannique publié dimanche qui déplore l'absence d'une «vision et d'une stratégie cohérentes basées sur les réalités de l'histoireet de la culture afghanes» ?

Bernard KOUCHNER. - Tout d'abord, je voudrai saluer le courage et le professionnalisme des soldats français. L'histoire de l'Afghanistan, je la con­nais bien. J'ai fréquenté l'Afghanistan pendant sept ans, plusieurs mois par an, en tant que médecin. Bien sûr qu'il faut se demander quels buts nous poursuivons et quels sont les résultats. Après les attentats du 11 septembre 2001, l'objectif était de lutter contre al-Qaida. Puis la communauté internationale s'est engagée à défendre l'existence d'un gouvernement démocratique. Même si les pratiques en Afghanistan ne sont pas toujours celles de la démocratie occidentale.

Nous n'allons pas imposer la paix, mais nous pouvons créer les conditions pour y parvenir. Pour cela, il nous faut être en phase avec la population. C'est notre stratégie, et j'ai pu moi-même constater qu'à Kapisa (zone sous commandement français, NDLR) cette collaboration avec les civils est devenue une réalité. Cette région est très pauvre. Nous avons contribué par exemple à la construction de hangars pour stocker les grains de grenade, seule richesse locale, et les vendre ainsi à un meilleur prix. Nous avons lancé également des projets médicaux, scolaires … La paix, nous voulons la construire avec les Afghans, je dirais même sous la direction des Afghans. Cela, évidemment, ne plaît pas aux talibans, mais c'est ainsi que nous devons agir si nous voulons instaurer la confiance.

Les Américains partagent-ils ce point de vue ?

Les Américains ont changé de stratégie depuis l'arrivée d'Obama. Ils ont compris que si on ne convainc pas la population, c'est perdu d'avance.

Certains experts estiment que la paix ne sera possible qu'en dialoguant avec les talibans.

Bien entendu qu'il faut négocier avec les talibans. En tout cas, avec ceux qui sont prêts à déposer les armes et à dialoguer. Mais ce n'est pas à nous de le faire, c'est un sujet qui relève de la responsabilité des autorités afghanes élues. Pour le moment, la seule tentative de négociations, ap­puyée par le président Karzaï, a eu lieu en Arabie saoudite sous la houlette du prince Saqri. Certains ont tenté localement de prendre contact avec les talibans pour diverses raisons, militaires, d'organisation locale. Il faut surtout une attitude coordonnée des alliés et il faut que les conditions soient réunie. C'est une opération des Nations unies, il ne faut pas l'oublier. Rien ne serait pire que de négocier chacun de son côté.

Pourquoi ces contacts n'ont-ils pas abouti ?

Parce que les talibans ne veulent pas la paix. Ou plus exactement, il y a deux sortes de talibans. Il y a ceux qui pourraient être intégrés dans un gouvernement légal, et le président Karzaï s'est déjà dit prêt à les accueillir à Kaboul dès qu'ils voudront négocier. C'est avec les talibans qui auraient le goût et surtout le respect d'un certain nombre de règles que la paix sera possible. À terme, c'est avec eux que le futur président fera la paix. Et puis il y a les partisans du djihad global. Ceux-là se refusent à négocier.

Dans ces conditions, quelle crédibilité accorder à la présidentielle du 20 août prochain ?

Si les Afghans parviennent à voter de la façon la plus régulière possible, ce sera un gros échec pour les talibans. Maintenant, il faut se demander comment procédera le futur gouvernement. La Constitution afghane ne prévoit pas de premier ministre. Il y a des propositions pour que les quatre départements ministériels les plus conséquents (sic)- l'armée, l'économie, l'éducation, la santé - soient administrés par un superministre ou un coordinateur, ce qui nous permettrait de suivre les efforts entrepris. Pour le moment, on sait par où ne passe pas l'argent, c'est-à-dire qu'il en arrive encore trop peu à la population et c'est cela que nous nous employons collectivement à corriger.

Le Figaro - 02.08.09

23:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

L'OTAN s'enlise en Afghanistan pour de faibles résultats - rapport accablant des Britanniques

afghanistan-soldats-britanniques Helmand nuit.jpg
Soldat britannique aux aguets dans la vallée d'Helmand à la tombée de la nuit
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Les députés britanniques ont rendu dimanche un rapport accablant sur la mission des forces internationales en Afghanistan, moins efficace que prévue. Les élus mettent notamment en cause «l'éparpillement des objectifs et le manque de sensibilité culturelle».

Alors que l'Afghanistan connaît à l'approche de la présidentielle du 20 août une flambée de violence, des députés britanniques ont publié dimanche un rapport au vitriol sur l'efficacité de la mission de l'Otan dans le pays. «En huit ans, l'Alliance n'a pas rempli les objectifs promis», déplorent les députés de la commission des Affaires étrangères des Communes. «L'effort international a donné beaucoup moins de résultats que prévu. Son impact a été considérablement affaibli par l'absence d'une vision cohérente basée sur les réalités de l'histoire, de la culture et de la politique en Afghanistan», écrivent-ils.

En cause notamment, «l'important manque de sensibilité culturelle» de certains militaires et les bombardements aériens meurtriers pour la population civile. Cela a amoindri «le soutien des Afghans aux troupes», pointe le rapport. La mauvaise organisation des priorités de l'Otan est aussi responsable de ce mauvais bilan. «Des fautes évitables, comme l'éparpillement ou les chevauchements dans les prises de décision rendent aujourd'hui» la tâche de l'Alliance «beaucoup plus difficile». L'Occident est aussi desservi dans ses efforts par l'absence de «progrès tangible dans la lutte contre la corruption». «Une force de police corrompue pousse les Afghans à chercher la justice auprès des talibans», s'alarment les députés.

L'Otan devrait également songer à mieux répartir l'effort de guerre entre tous les pays membres. «L'incapacité de certaines nations à faire en sorte que le fardeau soit partagé exerce une tension inacceptable sur une poignée de pays». Le risque est grand de voir les efforts de l'Otan entravés et sa réputation en tant qu'alliance militaire, à même de mener des opérations en dehors de son périmètre, gravement atteinte», lit-on dans le rapport

Ce document accablant survient à un moment critique pour l'Alliance atlantique. La force a perdu en juillet 75 hommes, un record absolu depuis la chute des talibans fin 2001. Le mois d'août ne s'annonce guère meilleur. Pour la seule journée du 1e août, l'Otan a annoncé le décès de six de ses soldats, trois Américains, un Français du 3e Rima, basé à Vannes et deux soldats dont la nationalité n'a pas été précisée. Toutefois, les députés insistent : il n'est pas question de retrait. La communauté internationale doit rester jusqu'à ce que les autorités afghanes soient «en mesure de prendre le contrôle de leur propre sécurité. Ceci doit être l'objectif premier».

 

La stratégie de Londres aussi très critiquée

 

Les députés britanniques sont d'une même sévérité lorsqu'il s'agit d'évaluer la stratégie britannique en Afghanistan. «Notre déploiement dans la province du Helmand a été compromis par une planification irréaliste, un manque de coordination entre les services et d'une manière cruciale, par une incapacité à donner une orientation claire aux militaires», estiment les députés. Non seulement Londres, distrait par son intervention en Irak, a donné des consignes imprécises mais il a mal jugé les attentes des Afghans. Le gouvernement britannique a aussi pénalisé ses troupes en n'envoyant pas suffisamment d'hommes dans le Helmand, en proie à l'insurrection talibane.

En outre, l'armée britannique, engagée au nom de la lutte contre le terrorisme international, se concentre sur des tâches trop lourdes et non prioritaires comme la lutte contre la drogue. «En acceptant d'être le principal responsable de la lutte contre les narcotiques, l'Angleterre a reçu un calice empoisonné». 267 millions de dollars ont été dépensés dans cet effort anti-drogue entre 2004 et 2008 sans résultats : la production d'opium a triplé sur la même période, note le rapport.

Londres doit «concentrer ses ressources limitées sur une priorité comme la sécurité», recommandent les élus. Les députés soulignent également que la menace d'al-Qaïda émane désormais du Pakistan et non plus de l'insurrection talibane afghane. Le réseau de Ben Laden a potentiellement accès à l'arsenal nucléaire d'Islamabad. Ce rapport devrait embarrasser un peu plus le gouvernement de Gordon Brown dont l'action en Afghanistan est sur la sellette depuis l'explosion des pertes dans les rangs britanniques.

22 soldats ont été tués pour le seul mois de juillet.

Le Figaro - 02.08.09

23:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Décès du traître Francis Jeanson

Francis Jeanson.jpg
Le philosophe Francis Jeanson, fondateur d'un réseau de soutien au FLN pendant la guerre d'Algérie (réseau dit des "porteurs de valise"), est mort à 87 ans, hier soir près de Bordeaux, a-t-on appris auprès de sa famille.

Auteur de nombreux ouvrages notamment sur Jean-Paul Sartre dont il était très proche, collaborateur de la revue Les Temps modernes, Francis Jeanson est mort à la Clinique d'Arès où il avait été hospitalisé, a précisé son fils Olivier.
Le Figaro - 02.08.09

22:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (25)

SOS chats et chatons abandonnés

Chaton refuge de Chamarande.gif
Au refuge de Chamarande le 23 juillet 2009

 Dans les locaux de la Société protectrice des animaux (SPA) à Chamarande, des dizaines de chatons attendent d’être recueillis. Le refuge le plus grand de l’Essonne abrite plus d’une centaine de chiens en ce moment.

« On est saturé, c’est la pire période pour les refuges », reconnaît-on ici. Mais le site accueille également une centaine de chats, adultes ou non. Et il s’agrandit.
Actuellement en construction, une chatterie, prévue pour 50 protégés, doit s’ouvrir en octobre. Elle a été pensée pour les félins avec des espaces en hauteur, sur lesquels ils pourront s’installer. L’an dernier, la SPA de l’Essonne a placé environ 170 matous contre 450 chiens.

« Brûlé pour faire disparaître un tatouage »

Jusque-là, Shadok, Azazel et les autres n’ont pas eu de chance. Certains ont été ramassés dans la rue ou les bois, saisis dans des élevages plus ou moins légaux… Parfois, les arrivants ont été maltraités. « Brûlés pour faire disparaître le tatouage par exemple », explique Simone Dias, la représentante essonnienne de la SPA. Il arrive que les propriétaires viennent directement à la SPA se débarrasser de leurs animaux.
« Pour les chats, on vient en nous disant : Je suis allergique. Des animaux âgés, comme si l’on ne pouvait pas s’en rendre compte avant », s’agace Geneviève du Boisrevenu, la trésorière.
A Chamarande, sept salariés et une vingtaine de bénévoles soignent et câlinent les animaux. Grizzli, lui, va mieux. Trouvé dans un équestre à Etampes, apporté par la police municipale, ce matou gris est arrivé abîmé. Aujourd’hui en forme, il dort sur une chaise en attendant un maître. Pour adopter, comptez 80 € pour un chat, 100 € pour un chaton. « Une participation pour la nourriture et les soins. On castre les mâles, stérilise les femelles, rappelle Simone Dias. Cela n’est pas gratuit. »
Départementale 99, lieu-dit le Poirier-Rouge à Chamarande. Accès par la N 20. Tél. 01.60.82.32.93 ou http://chamarande.spa.asso.fr.

 

Le parisien - 2 août 2009

22:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Un nouveau variant du VIH identifié

Gorilles.jpg
Trois gorilles
Une équipe de virologues français a identifié un nouveau variant du VIH de type 1, virus à l'origine de la majorité des cas de sida, génétiquement très proche du virus d'immunodéficience simien SIVgor découvert récemment chez le gorille.

Il existe deux types de virus du sida, le VIH-1, majoritaire, et le VIH-2 peu fréquent. Le VIH-1 est divisé en trois groupes : M, à l'origine de la pandémie mondiale et deux autres groupes très rares, O et N.

Le nouveau variant identifié par l'équipe de Jean-Christophe Plantier (Laboratoire associé au Centre national de référence du virus de l'immunodéficience humaine, Centre hospitalier de Rouen) semble être le prototype d'un nouveau groupe du type VIH-1, appelé groupe P par les chercheurs.

Le VIH-1 est relié au virus d'immunodéficience du chimpanzé, même si le SIV du gorille a pu être suspecté d'être à l'origine du groupe N, a expliqué uune des chercheuses, Marie Leoz. Pour ce qui du nouveau variant, le SIV du gorille "est pour l'instant la source qui est la plus proche", a-t-elle indiqué. "Mais il est assez difficile de dater quand cette transmission aurait pu avoir lieu". "Ca ne fait que peu de temps qu'on sait que le gorille est également infecté par un SIV, donc très peu de souches sont disponibles", ajoute-t-elle.

Le nouveau variant a été identifié chez une patiente originaire du Cameroun qui présentait un profil rare. Les chercheurs ont d'abord pensé qu'il pouvait appartenir au groupe O, mais l'étude de son génome complet (séquençage) a permis d'établir qu'il s'agissait d'un nouveau groupe.
Le Figaro - 02.08.09

20:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

JOHN MARTIN (1789-1854)

Le Barde John Martin 1817.jpg
Le Barde - 1817
Le barde se retrouve dans tout le domaine celtique : bardos en gaulois, bard en irlandais, bardd en gallois, barz ou barth en breton et en cornique. Dans la civilisation celtique de l'Antiquité, c'est un poète et chanteur qui tient une place prépondérante dans la société en perpétuant la tradition orale. Il appartient à la classe sacerdotale, de même que les druides  et les vates.
800px-John_Martin_Le_Pandemonium_Louvre.jpg
Le Pandemonium - 1841
800px-MARTIN_John_Great_Day_of_His_Wrath.jpg
Le Grand Jour de Colère -1853
(Cliquez sur les tableaux pour les voir en totalité)
John Martin est un célèbre peintre et graveur anglais de la première moitié du XIXe siècle.

02:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Iran: des manifestants se repentent lors de leur procès

Plusieurs personnes, dont un membre du camp réformateur, accusées d'avoir participé à des manifestations contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad ont affirmé samedi devant un tribunal de Téhéran avoir commis une erreur en prenant part aux protestations.

Sur le banc des accusés, Mohammad Ali Abtahi, ancien vice-président sous le mandat du président réformateur Mohammad Khatami (1998-2005), a affirmé que "la question des fraudes était un mensonge sorti pour provoquer des émeutes".

M. Abtahi figure parmi la centaine de personnes -dont plusieurs réformateurs- jugées à partir de samedi par ce tribunal révolutionnaire et accusées de troubles à l'ordre public lors des manifestations post-électorales.

Celui qui fut conseiller du candidat Karoubi a en outre affirmé que les réformateurs, notamment les leaders de l'opposition, avaient trahi le Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

"Je pense que les réformateurs ont mené des actions pour limiter la marge de manoeuvre du Guide", a-t-il dit.

M. Abtahi a parlé d'un "serment" de solidarité passé entre MM. Moussavi, Khatami et l'ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani.

"Moussavi ne connaissait probablement pas le pays, mais Khatami connaissait parfaitement la situation. Il connaissait la puissance du Guide, mais il a rejoint Moussavi et ça c'était une trahison", a indiqué M. Abtahi, ajoutant que M. Rafsandjani voulait se venger de sa défaite à la présidentielle de 2005 remportée par M. Ahmadinejad.

M. Abtahi a encore affirmé avoir commis une "erreur" en participant aux rassemblements, reprochant à M. Karoubi de l'y avoir poussé.

Les accusés encourent une peine de cinq ans de prison, selon Fars qui a précisé que s'ils étaient reconnus coupables d'être "mohareb" (ennemi de Dieu), ils risquaient la peine de mort.

Jusqu'à 2.000 personnes ont été arrêtées et une trentaine d'autres tuées lors des manifestations. Environ 250 manifestants demeurent emprisonnés.

Le journaliste irano-canadien Maziar Bahari, travaillant pour Newsweek, a lui demandé pardon au guide suprême lors d'une déclaration à la presse à la sortie de l'audience, selon l'agence Irna.

"Inconsciemment, j'ai participé à la révolution de velours" que l'Occident voulait organiser en Iran avec l'aide de ses médias, a-t-il déclaré.

"Les médias étrangers avaient un rôle de premier plan dans les manifestations pacifiques ou violentes. Je demande pardon et grâce au guide suprême pour avoir participé à ces rassemblements ayant porté atteinte à la sécurité nationale", a-t-il ajouté.

Le sociologue irano-américain Kian Tajbaksh, également sur le banc des accusés, a affirmé qu'un projet de longue date des Etats-Unis visait à changer le régime iranien.

"Les vrais responsables des manifestations sont des organes gouvernementaux, semi-gouverneemntaux et services de renseignements implantés aux Etats-Unis", a-t-il dit, selon l'agence Irna.

Vendredi, le gouvernement iranien avait de nouveau désigné les pays occidentaux, et particulièrement la Grande-Bretagne comme responsables des manifestations.

AFP. 1er août 2009

01:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Attentats en Espagne et services secrets étrangers

attentats en Espagne.jpg

MOSCOU, 30 juillet - RIA Novosti. Les attentats en Espagne seraient organisés par des services de renseignements étrangers plutôt que par l'organisation séparatiste basque ETA, a estimé jeudi à Moscou Pavel Zolotarev, professeur à l'Académie des sciences militaires russe, dans une interview à RIA Novosti.

Les membres d'ETA (Euskadi Ta Askatasuna, pour "Pays basque et liberté" en basque) "n'en ont pas besoin s'ils luttent effectivement pour l'indépendance des Basques. Ces attentats ne sont pas liés au 50e anniversaire de cette organisation. A mon avis, ils ont été organisés par les services secrets d'un État étranger", a indiqué M.Zolotarev, directeur adjoint de l'Institut russe des Etats-Unis et du Canada.

"Il est évident pour un spécialiste que les services secrets sont liés avec les organisations terroristes et les associations criminelles, parce qu'il doivent y infiltrer leurs agents. C'est le cas au Kosovo où opèrent les services de renseignement américains et en Inde, à Mumbaï. (...) A présent, quelque chose se passe autour de l'Espagne", a-t-il ajouté.

Les Basques et leur organisation ETA n'ont pas besoin de ces attentats, de l'avis de l'expert. "Ceux qui comptent tirer profit de ces attaques, les font coïncider avec le 50e anniversaire" de l'ETA, a-t-il noté avant d'appeler les dirigeants de tous les pays à contrôler les activités des services de renseignement.

01:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sodome et Gomorrhe au coeur de Tel Aviv - un inconnu ouvre le feu

800px-John_Martin_-_Sodom_and_Gomorrah.jpg
La destruction de Sodome et Gomorrhe par John Martin -1852
(Cliquez sur le tableau pour le voir en totalité)

Deux personnes ont été tuées samedi soir à , par des tirs d'un inconnu. Huit autres personnes ont été blessées. Le drame s'est déroulé près d'un de la communauté homosexuelle, selon les services d'urgence.

Un inconnu a ouvert le feu sur un attroupement de membres de la communauté de gays et lesbiennes rue Nachmani, au coeur de Tel Aviv, avant de prendre la fuite.

Des représentants de la communauté homosexuelle ont estimé qu'il s'agissait d'une attaque homophobe.

Le parisien - 1er août 2009

00:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

01/08/2009

VIDEO Arno Breker (1900-1991)

http://www.youtube.com/watch?v=Q5yVX4fYyxw

19:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'agresseur sexuel d'une adolescente de 13 ans à La Rochelle est un Réunionnais déjà condamné pour viol

Calogine et sa compagne.jpg
Jean-Sylvestre Calogine et sa compagne

Jean-Sylvestre Calogine, un Réunionnais de 38 ans, est depuis mercredi mis en examen et écroué à La Rochelle pour enlèvement de mineur, séquestration, agression sexuelle et tentative de viol. Le 30 juin dernier, avec de l’aide de sa compagne, ce marginal enlevait dans la rue une adolescente de 13 ans avant de lui faire subir un véritable calvaire.

CHARENTE-MARITIME. C’est une bien sordide affaire impliquant un Dionysien qui vient d’être résolue par les policiers de la brigade des mineurs de la sûreté urbaine de La Rochelle (17) et qu’a révélé le quotidien Sud-Ouest dans son édition d’hier.

 Le 30 juin dernier, vers 11 h, Jean-Sylvestre Calogine, un marginal de 38 ans originaire de l’île, aborde avec sa compagne une jeune fille de 13 ans qui attend sa mère à l’arrière d’une voiture garée devant un lycée rochelais. La femme, âgée de 41 ans, s’installe au volant tandis que le Réunionnais monte précipitamment à l’arrière, à côté de l’adolescente qu’il menace à l’aide d’une bombe lacrymogène. La voiture démarre et va tourner plusieurs heures dans la ville, le trentenaire enchaînant les agressions sexuelles sur la mineure tandis que sa compagne conduit le véhicule. Vers 15 h, tous trois arrivent au pavillon abandonné que squatte le couple depuis quelques jours.

 Et alors que la femme repart pour acheter de l’alcool, Jean-Sylvestre Calogine ligote la collégienne avec des fils électriques et la bâillonne avec un morceau de tissu. Pendant une heure, l’agresseur tente de violer sa victime, l’étranglant, lui donnant des coups de poings. Mais l’ado ne se laisse pas faire et, excédé, l’homme quitte un instant la chambre en promettant de revenir. La victime met à profit cet instant de répit pour se défaire des liens qui l’entravent et s’enfuit par la fenêtre, pour se réfugier chez des voisins.

Arrêté lors d’un contrôle de routine

Alertés, les policiers vont d’abord perdre la trace du couple, en fuite. Ils disposent cependant d’un signalement précis des deux personnes que la jeune fille a gardé en mémoire et va restituer aux enquêteurs avec beaucoup de courage et de détermination. Le Réunionnais, cheveux longs et moustache, porte un dragon tatoué sur le bras. Les techniciens de l’identité judiciaire collectent également plusieurs empreintes ADN dans le véhicule et sur les lieux de l’agression. Le portrait-robot ne sera finalement pas diffusé au public, mais c’est un contrôle de routine qui va tout faire basculer. Le 22 juillet au soir, dans le quartier du port de la Pallice, un individu au crâne rasé est contrôlé. Les policiers reconnaissent néanmoins Jean-Sylvestre Calogine pour faire l’objet d’un mandat d’arrêt délivré en 2008. L’homme est en effet soupçonné dans le cadre d’une autre affaire et se trouve en liberté conditionnelle (lire par ailleurs). Sa compagne, âgée de 41 ans, est interpellée en début de semaine. Calogine, qui ne sait pas encore qu’il est suspecté de l’agression de la jeune fille, est alors interrogé. Confronté aux preuves matérielles et au témoignage de sa compagne, il finit par reconnaître les faits en garde à vue. Déféré mercredi, il a été écroué. Sa compagne a quant à elle été inculpée pour complicité, mais a été laissée libre sous contrôle judiciaire. Une décision dont le parquet de La Rochelle a fait appel

S. G. avec Sud-Ouest

Déjà condamné pour un viol à Saint-Louis

Jean-Sylvestre Calogine était depuis un peu plus d’un an en liberté conditionnelle dans le cadre d’une condamnation à 10 ans de réclusion pour viol. Recherché depuis l’été 2008, ce Réunionnais également condamné pour un vol à main armée se trouvait à La Rochelle depuis quatre mois environ lorsque la jeune fille a été enlevée.

 L’homme est en outre soupçonné d’être l’instigateur d’un autre enlèvement commis le 14 avril dernier dans un centre d’apprentissage de Rochefort, toujours dans la région. Ce jour-là, avec deux autres complices arrêtés depuis, il se serait introduit dans l’établissement pour enlever un adolescent, retrouvé plus tard dans un champ, nu et dépouillé de toutes ses affaires. Là encore, l’ADN pourrait prouver son implication dans cette affaire pour laquelle il n’est pas encore mis en examen.

Selon ses proches, Jean-Syvestre Calogine avait quitté la Réunion pour la métropole il y a quatorze ans et n’a jamais plus donné de nouvelles à sa famille. Après trois années au centre pénitentiaire de la Plaine-des-Galets, après une condamnation pour un viol commis à Saint-Louis, il avait en effet été transféré à la prison de Rochefort (près de la Rochelle) pour finir de purger sa peine. A sa sortie, il était resté en métropole.

Clicanoo.com - 1er août 2009

18:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (122)

Progression de l'avilissement moral: la pilule abortive RU486 mise sur le marché en Italie

Au terme de deux ans de procédure, l'agence italienne du médicament (Aifa) a validé jeudi la mise en vente de la pilule abortive RU 486. Elle accède ainsi la demande du laboratoire français Exelgyn qui avait déposé sa requête en novembre 2007. Elle y met néanmoins plusieurs conditions : la pilule abortive, autorisée en France depuis 1998, ne pourra être administrée "que dans le cadre hospitalier" et "avant le 49e jour de grossesse, c'est-à-dire avant la septième semaine".  

 La RU486 -à ne pas confondre avec la pilule du lendemain, le Norlevo, commercialisée en Italie depuis 2000-permet de ne pas recourir à l'avortement chirurgical et d'interrompre par voie médicamenteuse une grossesse non désirée.
 
L'autorisation de la RU486 ne s'est pas faite sans mal. L'Eglise, qui défend les "droits" de l'embryon "dès sa conception", la droite conservatrice et plusieurs membres du gouvernement s'y sont en effet opposés. 

 Le président émérite de l'Académie pontificale pour la Vie du Vatican, Mgr Elio Sgreccia, a ainsi réaffirmé "l'excommunication pour le médecin, la femme et tous ceux qui poussent à l'utilisation" de la RU486. Cette pilule "n'est pas un médicament mais un poison mortel", tempête-t-il. "On prend une décision comme s'il s'agissait d'un quelconque anti-fièvre et non d'un instrument pour supprimer une vie, même si elle en est à son stade initial", souligne pour sa part le sous-secrétaire à l'Intérieur, Alfredo Mantovano. "C'est la culture de la mort qui triomphe", ajoute un député du parti UDC (centre-droit), Luca Volonté.
 
Selon des données rapportées ces derniers jours par le gouvernement, vingt-neuf femmes seraient mortes dans le monde depuis 1988 après avoir pris la RU486. "Il s'agit de cas dans lesquels notre mifépristone (ndlr : la molécule du RU486) n'a pas été pris selon les indications. C'est une accusation ridicule. Ces femmes ne sont pas mortes de l'avortement", réplique Exelgyn dans La Repubblica.

LCI.fr - 31 juillet 2009 

02:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Israël reconnaît avoir utilisé du phosphore blanc à Gaza

Phosphore blanc achevant de se consumer.jpg
Des restes de phosphore achèvent de se consumer près d'une école de l'ONU à Beit Lahia, au nord de la bande de Gaza, bombardée par l'aviation israélienne le 24 janvier 2009
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Dans son premier rapport exhaustif sur l'offensive à Gaza, l'Etat hébreu assure avoir employé l'agent chimique "de manière légale" pour former des écrans de fumée, et non comme arme contre les civils. Ce que contestent les organisations humanitaires.

Israël fait machine arrière. Après avoir nié pendant des mois avoir utilisé des munitions au phosphore blanc lors de son offensive sur Gaza en début d'année, le gouvernement admet dans un rapport, publié jeudi, en avoir finalement fait usage.

Mais cette utilisation a été en tout point conforme au droit international en la matière, martèlent les autorités israéliennes dans ce premier document exhaustif sur l'opération «Plomb durci». L'agent chimique n'a été utilisé que pour former des écrans de fumées pour protéger l'avancée de ses soldats, explique-t-on côté israélien en réponse aux organisations humanitaires et aux Palestiniens. Ceux-ci accusent l'Etat hébreu d'avoir violé le droit international de la guerre, lors de «Plomb durci» et avoir sciemment détruit des biens et tué des civils.

Les munitions au phosphore n'ont jamais été tirées contre les civils, à l'intérieur de zones d'habitation, ce qui aurait constitué une violation du droit, affirme le rapport. Le phosphore cause en effet de grave brûlures de la peau, des muscles, voire des os. Sa combustion ne s'arrête que lorsqu'il est privé d'oxygène. Mais, affirme le rapport,«il ne paraît pas y avoir de morts documentées à Gaza résultant de l'exposition au phosphore blanc lui-même».

L'aveu des autorités israéliennes surprend peu. Il devenait de plus en plus difficile pour Israël de nier avoir eu recours au phosphore. De nombreux restes de munitions où des traces blanches de phosphore étaient visibles, ont été retrouvés dans Gaza. L'ONU avait même affirmé détenir des preuves démontrant que la substance avait été utilisée lors du raid mené contre un de ses entrepôts lors de l'offensive.

 

Tsahal étudie une centaine de plaintes

 

La bande de Gaza étant une des zones les plus densément peuplées de la planète, le rapport prend toutefois des précautions : ses rédacteurs n'excluent pas "que des éclats d'obus contenant des résidus de phosphore blanc puissent avoir fait des blessés ou provoqué des incendies." Cependant, font-ils valoir, «il ne semble pas que les dégâts liés à cette utilisation puissent être considérés comme excessifs».

Leur rapport, qui sort avant celui des Nations unies sur les crimes de guerre à Gaza, entend faire ressortir le bien-fondé et la légalité de l'offensive de 22 jours. L'opération «Plomb durci», qui a fait plus de 1.400 morts (dont 300 enfants) côté palestinien et 13 du coté de l'Etat hébreu, «était nécessaire et proportionnée», affirme le texte.

«Israël avait, et le droit, et l'obligation, de prendre des mesures militaires pour faire cesser les tirs presque incessants de roquette et de mortiers du Hamas», peut-on lire encore. En outre, plaide-t-il, "Israël a pris plusieurs mesures pour tenter de limiter les souffrances des Gazaouis."

 Ce rapport souligne également qu'Israël a pris en compte les accusations de violations des droits de la guerre formulées par les organisations humanitaires. L'armée israélienne enquête sur une centaine de plaintes concernant des abus de ses soldats et a ouvert 15 enquêtes criminelles. Tsahal a promis de rendre public les résultats de ses investigations lorsqu'elles seront arrivées à leur terme.

Le Figaro - 31 juillet 2009

On oublie de parler des bombes à l'uranium appauvri...

02:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un paquebot "en quarantaine" à Marseille pour cause de grippe A

Les passagers du paquebot de croisière "Voyagers of the Seas" attendus samedi à Marseille ne seront pas autorisés à débarquer et devront attendre une enquête épidémiologique sur la grippe A H1N1 qui sera menée à l'arrivée du bateau, annonce vendredi la préfecture des Bouches-du-Rhône.

"A son bord, 60 membres d'équipage sont atteints par le virus de la grippe A H1N1. Soixante-dix autres présentent des signes de la maladie. La surveillance médicale exercée à bord a permis de détecter quatre passagers atteints", précise la préfecture. Le préfet des Bouches-du-Rhône a décidé, après avoir pris contact avec la cellule d'urgence sanitaire conjointe du ministère de l'Intérieur et de la Santé, de suspendre le débarquement des membres de l'équipage et des croisiéristes lors de leur escale à Marseille.

"Une enquête épidémiologique sera menée à l'arrivée du bateau par des médecins qui monteront à bord afin de rencontrer l'équipe médicale et les personnes atteintes", indique le communiqué. "A la suite des résultats de cette enquête, une décision pourra alors être prise sur l'autorisation de débarquement de passagers", conclut-il. Dans un premier temps, la préfecture des Bouches-du-Rhône avait décidé de ne consigner que l'équipage du navire en provenance de Naples et transportant plus de 5.000 personnes. Le paquebot, en rade de Villefranche-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes, devait reprendre sa route vendredi soir vers Marseille.

Dans un précédent communiqué, la préfecture a annoncé qu'il s'agissait de "cas confirmés" de grippe A H1N1, mais la compagnie norvégienne Royal Caribbean, qui exploite le navire, a affirmé que les tests s'étaient avérés négatifs.

Le paquebot "Voyager of the seas", avec à son bord 3.600 passagers et 1.500 membres d'équipage, était arrivé en rade de Villefranche-sur-Mer vendredi matin.

Durant son escale à Villefranche, les membres d'équipage malades étaient restés à l'isolement sur le navire, les autres membres d'équipage étaient restés à bord, tandis que les voyageurs avaient été autorisés à débarquer pour la journée.

Il avait quitté Barcelone, en Espagne, le 26 juillet. Une porte-parole a précisé que les membres d'équipage atteints n'avaient pas été en contact avec les passagers et qu'ils étaient en isolement sur le navire. Les autres membres d'équipage sont restés à bord vendredi mais les passagers ont été autorisés à débarquer pour la journée dans la petite commune de la Côte d'Azur. L'action de la compagnie Royal Caribbean a perdu jusqu'à 7% pendant quelques heures à Oslo après l'annonce des autorités françaises.

Cependant, la compagnie assure que les 62 membres d'équipage et les deux passagers qui présentaient des symptômes de la grippe A ont été testés et que les résultats étaient négatifs.
"Tous ont été testés et tous les résultats se sont révélés négatifs", a déclaré une porte-parole de Royal Caribbean, Cynthia Martinez, s'exprimant par téléphone des Etats-Unis. Le directeur adjoint de la Direction des affaires sanitaires et sociales des Alpes-Maritimes, François Xavier Lorre, a maintenu qu'il s'agissait de cas de grippe A. "Il s'agit bien de cas, il ne sont pas sévères et nous avons administré du Tamiflu aux personnes malades".
 

le-paquebot-ou-plusieurs-membres-d-equipages-sont-atteints-par-3551084jdqpz_1378.jpg
Le paquebot de croisière "Voyagers of the Seas"
LCI.fr - 31 juillet 2009
Le début d'un monde de terreur permanente?

00:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'OTSC, contrepoids à l'OTAN?

ROUKH ORDO (Kirghizstan), 31 juillet - RIA Novosti. Le sommet informel de l'OTSC (Organisation du Traité de sécurité collective, ndlr) consacré à la sécurité et la lutte contre l'extrémisme religieux a été marqué par "un débat franc et constructif au maximum", a déclaré vendredi aux journalistes le président kirghiz Kourmanbek Bakiev.

Ces questions concernent non seulement la zone de responsabilité de l'Organisation mais aussi le monde entier, a noté le président kirghiz.

Selon lui, les chefs d'Etat de l'OTSC ont convenu de "mener une politique coordonnée en matière d'information" et de "créer sur les bords d'Issyk-Koul un centre d'éducation pour jeunes".

Il a également été décidé de mettre en place en Russie un centre de technologies de sécurité informationnelle, "une décision très sérieuse", selon M.Bakiev.

Le président kirghiz s'est félicité du fait que le sommet ait réuni tous les chefs d'Etat de l'Organisation, le précédent sommet en juin à Moscou ayant été boycotté par le leader biélorusse Alexandre Loukachenko en raison de différends commerciaux avec la Russie.

"Il se peut que nous ayons obtenu plus que prévu, maintenant nous envisageons l'avenir avec optimisme", a souligné M.Bakiev avant de noter que les pays de l'OTSC avaient convenu d'"agir plus efficacement" sur les questions examinées au sommet.

L'OTSC regroupe l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l'Ouzbékistan, la Russie et le Tadjikistan.

 

00:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

31/07/2009

VIDEO: Accueillis comme des stars!

http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafMH46.html


Les c...!

18:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Joe Glenton le "déserteur" ou le courage de dire la vérité

Joe Glenton déserteur.jpg
Joe Glenton, 27 ans, devant le 10 Downing Street

Joe Glenton estime que les soldats britanniques, qui ont perdu 22 des leurs au cours du seul mois de juillet, sont utilisés par les États-Unis. Il reflète l'avis d'une part de plus en plus grande de l'opinion.

Accompagné par l'association pacifiste Stop the War, Joe Glenton a remis jeudi au 10 Downing Street une lettre expliquant sa décision de quitter les rangs de l'armée il y a deux ans.

Âgé de 27  ans, le soldat de 1re classe du régiment du Royal Logistic Corp, qui sera traduit en cour martiale lundi pour avoir refusé de retourner servir en Afghanistan, s'adresse directement au premier ministre Gordon Brown. Sa principale inquiétude, écrit-il, est que «le courage et la ténacité de ses camarades soient devenus des instruments de la politique étrangère américaine». Pour Joe Glenton, qui risque deux ans de prison, la cause n'est ni juste, ni bonne : «La guerre en Afghanistan ne réduit pas le risque terroriste et, loin d'améliorer la vie des Afghans, sème la mort et la désolation dans tout le pays. La Grande-Bretagne n'a rien à faire là-bas.» Le premier soldat à critiquer publiquement la guerre termine sa missive en demandant au premier ministre un retrait d'Afghanistan : «Je vous implore, Monsieur, de faire rentrer les soldats à la maison.»

Un souhait proféré par un nombre de plus en plus grand de Britanniques qui pleurent le retour des soldats, dont certains ont tout juste 18 ans, dans des cercueils recouverts de l'Union Jack, le drapeau du Royaume-Uni. Selon de récents sondages, 52 % des Britanniques sont désormais favorables à un retrait immédiat des troupes, et 58 % d'entre eux pensent que la guerre est vouée à l'échec. Pour l'association Stop the War, les chiffres parlent d'eux-mêmes et indiquent que «les militaires britanniques ont sous-estimé la force des adversaires en face d'eux lorsqu'ils ont lancé l'offensive ».

L'opération Griffe de Panthère contre les talibans a été meurtrière dans les rangs britanniques. En juillet, 22 «boys » ont péri, ce qui porte à 191 le nombre de morts depuis le début de la guerre. C'est aussi le mois qui a connu le plus fort taux de blessures, selon les chiffres du ministère de la Défense, le MoD.

Sur les deux seules premières semaines de juillet, 57  soldats ont été blessés, contre 46 en juin et 24 en mai. Un chirurgien de l'armée, le colonel Nigel Tai, a déclaré à la BBC qu'avec l'augmentation du nombre de morts et de blessés, «les temps étaient très durs pour les équipes soignantes militaires. C'est très difficile de voir de jeunes gens en bonne santé devoir subir de multiples amputations ».

La dénonciation par Joe Glenton de l'instrumentalisation des soldats par les États-Unis intervient au lendemain d'une conférence de presse tenue à Washington par le ministre des Affaires étrangères britannique, David Miliband, et la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton. Cette dernière a affirmé que les deux pays «continueraient à se serrer les coudes ».

 La Grande-Bretagne et les États-Unis se sont engagés à ne pas relâcher l'effort de guerre en Afghanistan, malgré le scepticisme dans leurs pays respectifs.


Le Figaro - 30 juillet 2009

18:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Sarközy va être grand-père!

Après une année difficile et un malaise vagal qui l’a conduit tout droit à l’hôpital, le temps des réjouissances est venu pour le Président de la République. Son fils Jean, celui qui lui ressemble le plus, un fils étudiant en droit à la Sorbonne mais aussi conseiller général des Hauts-de-Seine (dont il est aussi président du groupe UMP), va devenir papa. Si la nouvelle a peut-être été, au départ, difficile à digérer pour le fringant Nicolas Sarközy, âgé de 54 ans à peine, le chef de l'Etat aurait depuis, très bien accepté son statut de futur grand-père qui le réjouit au plus haut point.

Jean Sarközy et Jessica Sebaoun-Darty, qu’il a épousée en septembre dernier, attendent en effet leur premier enfant. Et pour leur progéniture, Jean et Jessica veulent ce qu’il y a de mieux. C’est donc sans ménager leurs efforts qu’ils cherchent un appartement plus spacieux que leur trois pièces de Neuilly-sur-Seine pour accueillir le fruit de leur amour.

Ce bébé devrait voir le jour dans cinq mois environ, et déjà, Jean Sarközy ne parle que de lui. Plus prévenant, tendre et attentionné que jamais, il couve sa femme Jessica comme le plus précieux des trésors.

Un communiqué officiel annonçant l’heureux événement devrait être diffusé d’ici 48 heures. Toutes nos félicitations au jeune couple, et à l’heureux grand-père.

J.D.


VOICI.fr - jeudi 30 Juil 2009 - 16:38

02:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)