Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2009

Bébé géant à Sumatra

Bébé géant en Indonésie.jpg
(Cliquez sur la photo)

Un bébé de 8,7 kg à la naissance est devenu une attraction en Indonésie, où des dizaines de personnes se pressent pour tenter d'apercevoir l'enfant "qui ne cesse de réclamer à manger", selon sa mère.

Les curieux se sont pressés à l'hôpital public de Kisaran, une ville du nord de l'île de Sumatra, où est né lundi, par césarienne, Muhammad Akbar Risuddin, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Je suis vraiment très heureuse. C'est un don de Dieu...", a dit sa mère, Ani, 41 ans, à l'AFP.

"Mon bébé a tout le temps faim. Mon lait ne suffit pas. Nous devons aussi lui donner le biberon", a-t-elle ajouté, interrogée par téléphone sur son lit d'hôpital où elle se remet des difficultés de l'accouchement.

Ani affirme "n'avoir jamais imaginé être enceinte d'un tel bébé", qui mesurait 62 cm à la naissance, et pensait "attendre des jumeaux".

18:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

JEUX Le paradoxe de Protagoras

Protagoras enseignait le droit en Grèce. Il accueillit un étudiant pauvre mais talentueux et l’accepta gratuitement à ses cours à condition que celui-ci le paie aussitôt après avoir gagné son premier procès. L’étudiant accepta. Mais quand il eut terminé ses études, il ne se lança dans aucun procès. Au bout d’un certain temps, Protagoras annonça à l’étudiant qu’il allait le poursuivre en justice pour l’obliger à le payer. L’étudiant le railla en lui disant «vous n’avez aucune chance, car si je perds le procès je ne vous devrai rien, et si je le gagne, je n’aurai pas à vous payer ». Protagoras sourit, et répondit « vous verrez bien ». Et effectivement, il finit par être payé. Comment s’y est-il pris ?

01:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

JEUX - Devinette

Nous les servons, nous les nourrissons sans jamais un mot de reconnaissance de leur part. Il arrive parfois que l'un d'entre nous devienne un assassin.

Qui sommes-nous?

 

01:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

Netanyahu menace: il faut empêcher les "tyrans de Téhéran" d'avoir la bombe

NEW YORK (Nations unies) - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé jeudi la communauté internationale à empêcher les "tyrans de Téhéran" de se doter de l'arme nucléaire, dans une allocution devant l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

"Le défi le plus urgent que cette organisation (l'ONU) doit relever est celui d'empêcher les tyrans de Téhéran d'acquérir des armes nucléaires", a-t-il ajouté.

Netanyahu a vertement critiqué les pays qui n'ont pas boycotté le discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad mercredi.

"A ceux qui ont refusé d'assister (au discours de M. Ahmadinejad) et à ceux qui ont quitté la salle en signe de protestation, je vous salue. (...) Vous avez fait honneur à vos pays", a dit M. Netanyahu jeudi lors de son allocution à la tribune de l'ONU.

En revanche, "ceux d'entre eux vous qui ont écouté ce négationniste (M. Ahmadinejad), je dis au nom de mon peuple, le peuple juif : "N'avez-vous pas honte? N'avez vous aucune décence?", a continué le chef du gouvernement israélien.

Mercredi soir, une douzaine de délégations, dont la française et l'américaine, ont quitté la salle de l'Assemblée générale afin de protester contre le discours du président iranien, que Benjamin Netanyahu a qualifié de "dernière saillie antisémite".

Lors de son allocution, le président iranien a dirigé ses attaques à mots le plus souvent voilés contre les Etats-Unis et les juifs.

Netanyahu a en outre critiqué le rapport "biaisé" d'une commission d'enquête du Conseil des droits de l'homme de l'ONU accusant notamment Israël de crimes de guerre lors de son offensive de l'hiver dernier à Gaza.

Qualifiant le rapport de "perversion de la justice", il a affirmé que les critiques qu'Israël a essuyées de la part de l'ONU après son offensive à Gaza pourrait le dissuader d'avancer sur la voie de la paix avec les Palestiniens.

"En condamnant Israël, cette instance (l'Assemblée générale) pourrait asséner un coup mortel à la paix", a-t-il dit.

A propos du conflit avec les Palestiniens, il a répété qu'il était prêt à accepter un Etat palestinien démilitarisé aux côtés d'Israël mais n'a pas abordé la question de la colonisation juive dont la poursuite entrave une reprise des négociations de paix.

La seule déléguée palestinienne présente dans la salle l'a quittée peu après le début du discours de M. Netanyahu.

A Gaza, le mouvement islamiste Hamas a dénoncé le discours de M. Netanyahu.

"C'est un discours mensonger car c'est Israël qui perpétue un Holocauste à l'encontre des Palestiniens", a déclaré à l'AFP un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri.

Il a par ailleurs balayé les critiques que le Premier ministre israélien a faites de l'ONU, publié à la mi-septembre.

"Ce rapport prouve qu'Israël a massacré des civils à Gaza", a dit le porte-parole qui a réclamé que le rapport soit soumis au Conseil de sécurité.

La commission, sous la présidence du juge Richard Goldstone (Goldstein), accuse Israël, mais aussi des groupes armés palestiniens, d'avoir commis des crimes de guerre et peut-être de crimes contre l'humanité à Gaza.

Romandie News (©AFP / 24 septembre 2009 22h55)

01:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

VIDEO Les bons voisins du "corbeau"...

http://tf1.lci.fr/infos/france/faits-divers/0,,4762252,00...

00:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

24/09/2009

JEUX - Enigme policière

Un homme est retrouvé pendu à une poutre dans une pièce close où il règne une chaleur accablante. Cette pièce ne contient aucun meuble, elle est entièrement vide. Elle est fermée de l'intérieur et ne dispose d'aucun passage secret.

Comment cet homme est-il mort?

22:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Les mondialistes ont-il trouvé "mieux" que l'arme nucléaire?

Obama NUCLEAIRE.jpg
Le 24 septembre 2009

Le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni en un sommet exceptionnel sous la présidence de Barack Obama, a adopté jeudi à l'unanimité une résolution appelant à l'instauration d'un monde dénucléarisé.

Peu après, M. Obama a cité un de ses prédécesseurs à la Maison Blanche, le républicain Ronald Reagan, en disant à ses quatorze collègues du Conseil: "Une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit donc jamais être livrée".

La résolution 1887, rédigée par les Etats-Unis, appelle les Etats signataires du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) à respecter leurs obligations et les autres à le rejoindre au plus tôt en tant qu'Etats non dotés (de l'arme atomique), afin de le rendre universel.

Le TNP compte 189 pays signataires. Israël, qui est considéré comme possédant l'arme nucléaire mais ne l'a jamais admis publiquement, n'en fait pas partie. L'Inde et le Pakistan, qui sont dotés de l'arme atomique, ne l'ont pas signé non plus. La Corée du Nord a quitté le traité en 2003.

Le texte appelle aussi tous les Etats à "s'engager de bonne foi dans des négociations sur des mesures efficaces de réduction des arsenaux nucléaires et de désarmement" et à oeuvrer à l'élaboration d'un "Traité de désarmement général et complet sous strict contrôle international".

La résolution ne fait aucune mention explicite de l'Iran ou de la Corée du Nord mais rappelle la validité des résolutions adoptées récemment par le Conseil et sanctionnant ces deux Etats pour leurs activités nucléaires ou balistiques sensibles.

AFP. 24.09.09

20:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Sarkozy a commis un délit en portant atteinte à la présomption d'innocence - Il ne s'agit pas d'un lapsus de sa part

http://www.dailymotion.com/video/xal9d6_pour-sarkozy-vill...

Interrogé sur les déclarations de Dominique de Villepin qui, juste avant l'ouverture du procès, lundi, avait dénoncé "l'acharnement de Nicolas Sarkozy" contre lui, le chef de l'Etat a lâché: "Au bout de deux ans d'enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant un tribunal correctionnel."


La réaction du camp Villepin ne s'est pas faite attendre: l'avocat de Dominique de Villepin, Me Olivier Metzner, a fait savoir qu'il allait porter plainte contre Nicolas Sarkozy pour atteinte à la présomption d'innocence.

De leur côté, la patronne du PS,
Martine Aubry et les amis de Dominique de Villepin montent au créneau, alors que l'UMP "ne voit pas où est le problème".

Dans cette polémique, une réaction a attiré l'attention: celle du patron des sénateurs UMP, Gérard Longuet, qui a déclaré: "J'ai un long souvenir, notamment de Michel Poniatowski, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur qui avait été menacé d'être renvoyé en Haute cour de justice pour avoir, en effet, présenté des prévenus pour des coupables."

D'accord. Mais concrètement, que risque Nicolas Sarkozy? Quelles sont les conséquences de ses propos?

Sur Le Post, la présidente du Syndicat de la magistrature, Emmanuelle Perreux, estime qu'en parlant des "coupables" de l'affaire Clearstream, le chef de l'Etat a voulu "exercer une pression sur le cours de la Justice".

Quelles peuvent être les conséquences pour Nicolas Sarkozy?
"Déjà, il faut rappeler que l'atteinte à la présomption d'innocence est un délit. Mais comme le chef de l'Etat bénéficie de l'immunité pénale, tant que Nicolas Sarkozy est président de la République, il ne risque rien. Il n'y aura aucune conséquence pour Nicolas Sarkozy à court terme. Après son mandat, il peut être inquiété mais ce qu'il a dit porte sur l'affaire Clearstream. Comme le procès se déroule actuellement, cela n'aurait pas de sens de l'attaquer dans trois ans, alors que le procès sera terminé."

Que pensez-vous de ses propos?
"Je ne sais pas ce que Nicolas Sarkozy avait dans la tête quand il a parlé des 'coupables'. Mais en disant cela, c'est une manière d'exercer une pression sur le cours de la Justice. Nicolas Sarkozy est partie civile dans le procès Clearstream mais aussi président du conseil supérieur de la magistrature, il est le premier magistrat de France et sa parole compte beaucoup dans les débats..."

En annonçant qu'il allait porter plainte, Dominique de Villepin a-t-il tenté de reprendre la main?
"Oui, je pense qu'il a annoncé qu'il allait porter plainte pour marquer le coup. Pour rappeler que Nicolas Sarkozy a commis une infraction pénale."

Le Post - 24 septembre 2009

18:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Discours d'Ahmadinejad à l'ONU: les sionistes quitent la salle

Ahmadinejad le 23 sept 09 Discours à l'ONU.jpg
Le Président iranien Ahmadinejad à la tribune de l'ONU le 23 septembre 2009 à New York

Une douzaine de délégations, dont la française et l'américaine, ont quitté mercredi soir à New York la salle de l'Assemblée générale de l'ONU afin de protester contre le discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, jugé "antisémite".

Le départ de la délégation française a été confirmé de source diplomatique française. Le discours du président iranien était "inacceptable", a déclaré à l'AFP un diplomate français, précisant qu'une concertation entre Européens avait eu lieu au préalable pour décider d'un éventuel départ.

Les Etats-Unis ont aussi quitté la salle, a-t-on indiqué de source diplomatique américaine. "Il est décevant que M. Ahmadinejad ait choisi une nouvelle fois de recourir à une rhétorique haineuse, insultante et antisémite", a déclaré dans un communiqué Mark Kornblau, porte-parole de la mission américaine auprès de l'ONU.

Lors de son allocution, le président iranien s'est livré à un long réquisitoire contre l'état actuel du monde, dirigeant des attaques à mots le plus souvent voilés contre les Etats-Unis et les juifs.

"Il n'est plus acceptable qu'une petite minorité domine la politique, l'économie et la culture dans une large partie du monde grâce à ses réseaux sophistiqués, instaure une nouvelle forme d'esclavage et nuise à la réputation d'autres nations, y compris des nations européennes et des Etats-Unis, afin d'atteindre ses objectifs racistes", a ainsi dit M. Ahmadinejad.

Dans une allusion aux Etats-Unis et à ses interventions en Irak et en Afghanistan, le président iranien a estimé qu'"il n'était pas acceptable d'envoyer des troupes à des milliers de kilomètres pour y faire la guerre et répandre le sang, la terreur et l'intimidation".

Selon un diplomate européen, outre les Etats-Unis et la France, les pays ayant quitté la salle de l'Assemblée étaient au moins une douzaine. Parmi eux, a précisé ce diplomate à l'AFP, figuraient la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Allemagne, le Danemark, la Hongrie, l'Argentine, le Costa Rica, l'Uruguay, la Nouvelle-Zélande et l'Australie.

Plus tôt dans la journée, l'entourage du président français Nicolas Sarkozy avait indiqué que les délégations des 27 pays de l'Union européenne (UE) pourraient quitter la salle de l'Assemblée générale pendant le discours, en cas de "provocation" de M. Ahmadinejad.

AFP. 24.09.09

10:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Sarkozy: la médiocratie dans tous ses états

Bocsa le 23 09 09.jpg

A la veille du sommet du G20, Nicolas Sarkozy s'est livré mercredi soir, depuis New York, à un tour complet de l'actualité en réaffirmant ses ambitions sur la régulation financière ou le climat et en rejetant tout "échange" avec l'Iran dans l'affaire Clotilde Reiss.

Pour sa rentrée médiatique, en léger différé, dans les journaux télévisés de TF1 et France 2, le chef de l'Etat a d'abord redit son ambition d'obtenir des "résultats concrets" sur la régulation financière lors de la réunion de Pittsburgh, notamment sur les bonus qu'il a jugés "moralement choquants".

"Il faut qu'on trouve un accord. Nous voulons clairement que le montant des bonus soit plafonné en fonction, par exemple, d'un pourcentage du chiffre d'affaires, d'un montant de fonds propres, et c'est ce que nous discutons en ce moment-même", a-t-il indiqué, reconnaissant implicitement des divergences entre les membres du G20, notamment les Etats-Unis, sur cette question.

Comme il l'avait déjà laissé entendre, Nicolas Sarkozy a confirmé qu'il "n'excluait pas" après Pittsburgh "de voir s'il n'y a pas matière à faire une régulation de l'activité bancaire en France".

A propos des autres sujets au menu du sommet, le président s'est réjoui de la disparition des paradis fiscaux. "Les paradis fiscaux, le secret bancaire c'est terminé", a-t-il insisté, espérant que ses partenaires mondiaux adoptent "dès le premier trimestre de l'année prochaine, des sanctions" contre les pays qui ne respecteraient pas les nouvelles règles.

Au lendemain du sommet de l'ONU sur le climat, Nicolas Sarkozy a insisté à nouveau sur l'urgence de débloquer rapidement les négociations à moins de trois mois du sommet de Copenhague. "Le monde va à sa perte si on continue à émettre du carbone qui crée un trou dans la couche d'ozone et qui brise les équilibres de la planète".

A tous ceux qui, notamment dans sa majorité, ont émis des doutes sur la future taxe carbone, le chef de l'Etat a répété que "tout l'argent au centime près vous sera rendu" et a à nouveau milité pour l'instauration d'une mesure équivalente aux portes de l'Europe.

Nicolas Sarkozy a par ailleurs écarté tout "échange" avec l'Iran pour accélérer le retour en France de l'universitaire Clotilde Reiss, suggérée la veille par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad. "C'est du chantage", a-t-il tranché.

Partisan affiché de la fermeté dans le dossier du nucléaire iranien, il s'est rangé à la politique de la main tendue offerte à Téhéran par Barack Obama mais a souligné que cette offre de "dialogue" devait être assortie d'une "date limite" qu'il a fixée au "mois de décembre".

S'il n'a pas riposté aux attaques lancées contre lui par l'ex-Premier ministre Dominique de Villepin à l'ouverture du procès Clearstream, Nicolas Sarkozy a répété qu'il ne retirerait pas sa constitution de partie civile controversée dans ce dossier: "Je ne suis pas un homme qui renonce et je ne suis pas un homme qui plaisante avec les principes d'honneur et de probité".

Balayant les sujets de l'actualité hexagonale, le chef de l'Etat a confirmé l'augmentation avant "la fin du mois" du forfait hospitalier et, implicitement, que les indemnités versées par la Sécurité sociale aux accidentés du travail seraient bientôt soumises à l'impôt.

Nicolas Sarkozy a enfin concédé que les propos controversés de Brice Hortefeux à un jeune militant UMP d'origine maghrébine constituaient une "maladresse", ajoutant que "l'idée même du racisme" était "totalement étrangère" à son ami et ministre de l'Intérieur.

AFP. 23.09.09

01:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Stop! Après la taxe carbone, la taxe sur les indemnités des accidents du travail!

Lorsqu’on a comme seul outil un marteau, tous les problèmes ressemblent à un clou.

Lorsqu’on ne sait gouverner qu’avec une obsession fiscale, toutes les réformes prennent la forme d’un prélèvement obligatoire supplémentaire.

Après la taxe carbone, voilà la taxe sur les indemnités des accidents du travail. Nicolas Sarkozy a en effet confirmé qu’il envisageait de fiscaliser les indemnités journalières pour accident du travail; cette intention avait été annoncée dans la matinée par son ministre du Budget Eric Woerth qui agissait en éclaireur.

Gagner moins et payer plus

Comble du cynisme, la nouvelle lubie présidentielle est présentée comme une mesure de “justice fiscale”. Il ne faut pas connaître le monde du travail pour croire que l’on s’enrichit en étant victime d’un accident du travail; le système Sarkozy va voir l’application de la formule: “gagner moins et payer plus.”

Et puisqu’il fallait en rajouter , le président de France annonce qu’après avoir décidé la mesure, il ouvre la concertation.

Altermédia info - 23.09.09

00:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

23/09/2009

Climat tendu avant le discours d'Ahmadinejad à l'ONU

Ahmadinejad_Monde sans zionisme.jpg
Ahmadinejad écoute le discours d'Obama 23 09.jpg
Le président Ahmadinejad écoute le discours d'Obama le 23 septembre 2009 à l'ONU
(Cliquez sur les photos pour les voir en entier)

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad s'apprêtait mercredi à monter la tribune de l'ONU dans un climat tendu entre l'Iran et les grandes puissances, qui recherchent une réponse commune au défi nucléaire posé par la République islamique.

Le dirigeant ultra-conservateur, qui a multiplié les provocations envers l'Occident ces derniers jours, devrait délivrer un "message de paix", selon l'un de ses collaborateurs.

Il devrait s'exprimer dans un climat tendu. L'entourage du président français, Nicolas Sarkozy, a indiqué que les délégations des vingt-sept pays de l'Union européenne (UE) pourraient quitter la salle de l'Assemblée générale pendant le discours en cas de "provocation" de M. Ahmadinejad.

La délégation canadienne a prévenu qu'elle quitterait la salle au moment du discours, afin de protester contre les nouvelles dénégations de l'Holocauste par le président iranien.

Des centaines de manifestants, plantés devant le siège de l'ONU à New York, avaient commencé dans la matinée à dénoncer les violences commises en Iran après la réélection contestée de M. Ahmadinejad en juin.

Les délégués ne s'attendent pas à ce que le dirigeant iranien change d'un iota sa ligne intransigeante sur son programme nucléaire, qui concentre les inquiétudes des grandes puissances.

Celles-ci soupçonnent depuis 2002 l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous couvert d'un programme civil, ce que Téhéran nie farouchement, proclamant son droit à enrichir de l'uranium.

Malgré l'impasse, la négociation à haut niveau doit reprendre le 1er octobre à Genève, après quatorze mois d'interruption.

L'Iran a fini par répondre à la main tendue par le président américain Barack Obama, mais refuse de mettre sur la table son programme nucléaire.

Le temps presse pour la diplomatie. Certains analystes estiment que l'Iran pourrait n'être qu'à quelques mois de la capacité de fabriquer une bombe et Israël a prévenu qu'il empêcherait cela, au besoin militairement.

L'Iran commettrait "une erreur tragique" s'il persistait, a lancé M. Sarkozy à la tribune. Il avait fixé un peu plus tôt à décembre la date-limite pour des négociations.

AFP.23.09.09

23:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Insémination post-mortem interdite

Fabienne Justel sperme congelé.jpg
Fabienne Justel, 39 ans

Fabienne Justel se dit «révoltée». Le ministère public a demandé mercredi en fin de matinée le rejet de la requête de cette veuve de 39 ans qui tente d'obtenir le droit d'utiliser le sperme congelé de son époux décédé. Cette demande a peu de chance d'aboutir, puisque la loi française interdit toute insémination post-mortem.

 La décision du tribunal de grande instance de sera rendue le 15 octobre.

 

L'épouse du donneur décédé, qui souhaite se faire inséminer à l'étranger, avait assigné en justice à la mi-août le Cecos de Rennes, d'études et de conservation des oeufs et du sperme. Alors qu'il se savait malade et condamné, , son second mari, avait fait plusieurs dépôts dans la banque de sperme du Cecos, en vue de ce projet commun. Il est décédé il y a plus d'un an.

«J'encourage le tourisme procréatif et à se diriger vers l'étranger»

Après sa mort, «lorsque le Cecos m'a dit qu'il lui était impossible de me restituer les paillettes, j'ai été anéantie parce que jamais on nous avait parlé de cette éventualité», a dit Fabienne Justel. Car selon elle, si elle avait été informée, le dépôt de sperme aurait été effectué dans un autre pays. Le chef de service du Cecos, rattaché au CHU de Rennes, s'est seulement engagé à ne pas détruire les gamètes de son mari, comme la loi le lui permet.

«En refusant la restitution des paillettes, on ne porte pas atteinte à une disposition légale», a estimé à lissue de l'audience Cécile Vivien, vice-procureure chargée du parquet civil. «Il n'y pas de trouble manifestement illicite» qui justifierait la demande en référé déposée par l'épouse du donneur décédé, a fait valoir la magistrate.

Fabienne Justel, visiblement éprouvée, a déclaré : «J'aurais voulu prendre la parole. J'étais révoltée. J'encourage le tourisme procréatif et à se diriger vers l'étranger.» 

 Mère de trois enfants d'un premier mariage, elle a écrit aux parlementaires pour les sensibiliser et a reçu de «très nombreuses réponses». Ses beaux-parents ont saisi le président Nicolas Sarkozy. Il leur a été répondu qu'une dérogation n'était pas possible.

Le Parisien - 23 septembre 2009

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Simone Veil soutenait la candidate bulgare

Simone Veil à Prague.jpg
Bulgare Irina Bokova.jpg
Irina Bokova

L'ancienne ministre française et rescapée d'Auschwitz Simone Veil a défendu lundi la candidature de la bulgare Irina Bokova à la direction de l'Unesco, jugeant que celle-ci était garante "d'ouverture" et la "mieux qualifiée" face au favori égyptien Farouk Hosni.

L'Unesco "a besoin de rassembler les peuples et les cultures, de travailler dans un climat de tolérance et de concorde, au-delà des différences. Madame Bokova a sur ce point des idées bien ancrées et fort justes. Pour cette raison, je pense qu'elle est la mieux à même de conduire l'Unesco dans les années à venir", déclare Mme Veil dans un entretien mis en ligne lundi sur le site du quotidien Libération.

Agée de 57 ans, ambassadrice de son pays auprès de l'Unesco, Mme Bokova est arrivée en deuxième place au 3e tour samedi de désignation du nouveau directeur général de l'organisation. Les désistements dimanche de l'Autrichienne Benita Ferrero-Waldner, puis de Mme Baki, ouvrent la voie à une compétition serrée au quatrième tour lundi soir.

La candidature de M. Farouk Hosni, initialement grand favori, est dénoncée depuis des semaines par des organisations juives et des intellectuels, qui l'accusent notamment de prises de position antisémites et anti-israéliennes.

"Les déclarations de monsieur Hosni sur les livres écrits en hébreu et sur les juifs en général suscitent chez moi beaucoup d'interrogations. Certes, il a récemment tenu des propos différents. Mais la teneur de ses propos change pour ainsi dire tous les jours", déclare encore Mme Veil, qui est présidente d'honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

AFP. 21.09.09

19:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

UNESCO: Farouk Hosni victime de la cabale sioniste

Farouk HOSNI.jpg
Farouk Hosni, ministre égyptien de la Culture 

Farouk Hosni, l'Egyptien battu pour le poste de directeur général de l'Unesco, a dénoncé mercredi un scrutin "politisé" et les "pressions sionistes", en réponse aux intellectuels et associations juives qui l'accusent d'antisémitisme et se sont félicitées de sa défaite.

Longtemps favori, le ministre égyptien de la Culture a été devancé, mardi soir, par une diplomate bulgare, Irina Bokova, qui deviendra la première femme directrice générale de l'institution de l'ONU chargée de l'éducation, de la science et de la culture.

"Le candidat égyptien avait contre lui tous les journaux et les pressions sionistes", a déclaré à propos de lui-même Farouk Hosni à des journalistes à son retour au Caire, critiquant un scrutin "politisé" ainsi que l'influence, selon lui, des Etats-Unis.

La presse et les intellectuels égyptiens employaient mercredi des termes similaires pour exprimer leur déception.

En revanche, les organisations juives et les intellectuels qui s'étaient battus contre la candidature Hosni, saluaient mercredi une "victoire de la raison" après le choix d'Irina Bokova, selon le terme de Shimon Samuels, directeur du Centre Simon Wiesenthal, qui lutte contre l'antisémitisme.

"L'Unesco vient d'échapper à un scandale, à un désastre moral", a déclaré sur la radio France Inter le Prix Nobel de la Paix Elie Wiesel. Il s'agit d'une "victoire de la morale sur la realpolitik", a estimé le philosophe français Bernard-Henri Lévy sur la radio RTL.

Les deux intellectuels avaient accusé M. Hosni, ministre de la Culture depuis plus de 20 ans dans son pays, d'être coutumier des déclarations antisémites et anti-israéliennes, et de représenter un régime pratiquant la censure.

Les accusations contre Farouk Hosni, qui avait notamment déclaré qu'il "brûlerait lui-même" les livres israéliens qu'il trouverait en Egypte, ont semé le trouble dans les capitales occidentales. Plusieurs étaient pourtant enclines à soutenir sa candidature au nom du rapprochement avec le monde arabo-musulman.

AFP. 23.09.09

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Ahmadinejad: sa réponse cinglante à Sarközy

http://www.dailymotion.com/video/xaktl6_ahmadinejad-inter...

Interview du président iranien Mahmoud Ahmadinejad sur France 2 le 22 Septembre 2009.

Petit rappel : "Selon le sondage réalisé par l'institut WorldPublicOpinion.org (WPO) : Pour 83 % des Iraniens, Ahmadinejad est un président légitime." France24

18:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Dieudonné: un an de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende ont été requis à l'encontre de l'humoriste

Dieudonné avec son avocat Jacques Verdier 22 09.jpg
Dieudonné s'entretient avec son avocat, Me Jacques Verdier, le 22 septembre 2009
(Cliquez sur la photo)

Un an de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende ont été requis à l'encontre de l'humoriste Dieudonné jugé mardi par le tribunal correctionnel de Paris pour "injures raciales" pour avoir remis sur la scène du Zénith "le prix de l'infréquentabilité" à l'historien révisionniste Robert Faurisson.

"En tournant en dérision, en avilissant sciemment, avec une dose de sadisme, les souffrances que la communauté juive a endurées, il m'apparaît que Dieudonné M'Bala M'Bala a blessé, humilié" cette communauté, a estimé le procureur de la République, Anne de Fontette, dans ses réquisitions.

L'humoriste est jugé pour avoir fait remettre par une personne déguisée en déporté juif le 26 décembre sur la scène du Zénith de Paris un "prix de l'infréquentabilité et de l'insolence" à Robert Faurisson.

Sur plainte de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), Dieudonné était également cité à comparaître, tout comme M. Faurisson, pour "contestation de l'existence d'un ou plusieurs crimes contre l'humanité" lors de la même soirée. Le parquet n'avait pas retenu ce motif de poursuite.

A propos de cette soirée, l'humoriste a livré un discours contradictoire oscillant entre revendication de son geste, qu'il a qualifié d'"attentat humoristique", et tentative d'en relativiser la portée.

Invoquant sa "liberté d'expression", il a totalement assumé une démarche décrite comme "système de promotion de son humour" destinée à susciter le débat dans la société "lorsqu'on n'a pas les moyens de se faire entendre".

"Je continuerai à faire ce que je fais sur scène", a-t-il assuré.

Il a par ailleurs affirmé qu'il ne connaissait pas les thèses révisionnistes de M. Faurisson, absent à l'audience, concernant l'Holocauste mais uniquement ses propos mettant en doute le rôle du port sénégalais de Gorée dans le système de la traite des Noirs.

"C'est son infréquentabilité que j'ai mise en scène et pas le contenu de son discours. Le négationnisme, ça ne me concerne pas; je ne sais pas trop ce qu'est le révisionnisme", a-t-il déclaré.

Dieudonné a déjà été condamné à plusieurs reprises pour ses provocations. La cour d'appel de Paris avait ainsi confirmé le 26 juin 2008 la condamnation de l'humoriste pour avoir assimilé en 2005 la mémoire de la Shoah à de la "pornographie mémorielle". La cour d'appel l'avait également condamné le 15 novembre 2007 pour avoir tenu en 2004 des propos où il comparait les "juifs" à des "négriers".

Le jugement a été mis en délibéré au 27 octobre

AFP. 22.09.09

02:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

22/09/2009

JEUX - Enigmes I et II

I

Sur le bord d’une rivière se trouvent un loup, une chèvre, et un chou. Un batelier doit les faire passer sur l’autre rive, mais sa barque est si petite qu’il ne peut prendre qu’un colis à la fois. Comme doit-il s’y prendre sachant qu’il ne doit pas laisser le loup seul avec la chèvre, ni la chèvre seule avec le chou ?

 

(d’après Nicolas Chuquet, et même d'Alcuin)

 

II

Deux frères sont jugés pour meurtre. Le jury déclare l’un d’eux coupable et l’autre innocent. Pourtant, le juge déclare au coupable : «Bien que votre culpabilité ait été établie sans aucun doute possible, la loi m’oblige à vous relâcher ». Pourquoi ?

 

(d’après Raymond Smullyan)

 

 

 

23:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Dieudonné en correctionnelle

dieudonne- 22 09.jpg
Faurisson couleurs.jpg
Dieudonné est de retour devant la justice. L'humoriste est renvoyé en correctionnelle pour avoir accueilli sur la scène du Zénith le 26 décembre 2008 l'historien révisionniste Robert Faurisson. A cette occasion, une personne déguisée en déporté juif lui avait remis le "prix de l'infréquentabilité et de l'insolence". Trois jours plus tard, le parquet de Paris ouvrait une enquête préliminaire au terme de laquelle il engageait des poursuites pénales pour des chefs "d'injures antisémites".
 
Cette nouvelle provocation de l'humoriste avait suscité un tollé du monde politique et associatif. La ministre de la Culture Christine Albanel s'était notamment déclarée "consternée" par cette "provocation" qui "heurte et blesse à nouveau les mémoires". Benoît Hamon, porte-parole du PS, avait pour sa part qualifié l'humoriste de "faussaire de l'humour". Il avait appelé à une "réaction ferme" des pouvoirs publics et à une "vigilance collective accrue" contre le racisme et l'antisémitisme. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) s'était élevé contre une "mascarade odieuse" qui "fait honte à notre pays".
 
Dieudonné a déjà été condamné à plusieurs reprises pour ses provocations. La  cour d'appel de Paris avait ainsi confirmé le 26 juin la condamnation de l'humoriste pour avoir assimilé en 2005 la mémoire de la Shoah à de la "pornographie mémorielle". La cour d'appel l'avait également condamné le 15 novembre 2007 pour avoir tenu en 2004 des propos où il comparait les "juifs" à  des "négriers".
 De son côté, Robert Faurisson, plusieurs fois condamné pour négationnisme, fait l'objet d'une nouvelle enquête judiciaire pour avoir qualifié l'Holocauste de "religion officielle" qui "continue d'abuser des millions de gens par des procédés grossiers".
 
 
LCI.fr - 22.09.09

19:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

Est-ce bien lui, le "corbeau"?

Corbeau près du viaduc de Millau.jpg
Thierry Jérôme - au fond le viaduc de Millau

La garde à vue de Thierry Jérôme, 51 ans, a été prolongée hier soir. Cet homme sans emploi, grand, malingre, en maladie depuis presque quinze ans et sous traitement, est soupçonné d’être le corbeau qui a envoyé plusieurs lettres de menaces à diverses personnalités , dont le président de la République, .

La dernière aurait été envoyée en fin de semaine dernière au maire de Palavas-les-Flots (), Christian Jeanjean. Des missives rédigées sur un ton vengeur et souvent accompagnées de balles. Interrogé par les policiers de la sous-direction antiterroriste (SDAT), l’homme a passé des aveux complets et a admis avoir agi seul. Ses traces génétiques apparaissent dans au moins quatre lettres. A trois reprises, les timbres l’ont trahi. Une quatrième fois, son empreinte biologique était dans la lettre.

« Un grand malade »

Depuis le 9 février, une centaine de policiers étaient mobilisés pour l’identifier. Thierry Jérôme a été arrêté dimanche dans la maison qu’il occupe à Hérépian (Hérault), avec son épouse Ariane, employée de commerce, qui a été remise en liberté hier soir. Un homme à la personnalité troublée. « Un grand malade qui ressassait les échecs de sa vie », commente un policier.
« Il revendiquait être anarchiste », confie son voisin, Rainhard Schmitz. Il a vite compris que Thierry Jérôme, l’ancien mécanicien automobile d’un garage Peugeot, devenu invalide, n’avait sans doute plus toute sa raison. « Un jour, il est venu à la maison me demander si j’entendais des voix la nuit car, disait-il, notre lotissement avait été construit sur un ancien cimetière », se souvient M. Schmitz. Un autre détail a étonné sa compagne, Bernadette Touchard : « Il passait son temps à faire le ménage en grand ! Il récurait au nettoyeur à haute pression la terrasse, les murs, sa voiture. Un vrai maniaque. » Le tout sur fond de musique techno. Un incident a fini par agacer les voisins. « En février 2008, je l’ai vu arriver à la maison tenant une lettre au bout d’une pince et portant des gants chirurgicaux. Il venait de voler un courrier dans une boîte aux lettres.
Je l’ai interrogé sur la provenance de cette lettre adressée à une ancienne voisine et il est reparti », raconte Bernadette Touchard. Le reste de sa journée, Thierry, l’homme « discret », « gentil » et « serviable » devenu « désagréable », la passait sur Internet. Sur le site MySpace, il se faisait appeler « Lilith666 », un pseudonyme qui fait référence au diable.

« Il me disait:“je n’aime que les rats ”»

Au fil des ans, les voisins l’ont vu « se recroqueviller sur lui-même » et « vivre reclus » derrière son ordinateur. « Quand je le croisais, il me disait, ces derniers temps, j’aime pas les chiens, j’aime pas les hommes, je n’aime que les rats », lâche Rainhard, un temps intrigué par d’autres formules qui ont désormais du sens : « Il n’arrêtait pas de dire qu’il était un tireur d’élite. »
Licencié au club de tir de la ville thermale voisine de Lamalou-les-Bains, Thierry Jérôme a d’abord été un adepte de la carabine à plomb. « Un sportif solitaire mais bon tireur, concentré et précis », détaille Martin Béjar, le président du club. En 2008, Thierry opte pour le tir au pistolet 22 long rifle. « Il est rarement venu. Dans le passé, il avait eu une altercation avec un autre membre du club », précise le responsable du centre, un temps visé par l’enquête.

Hier soir, la fille de Thierry, Angélique, 27 ans, mannequin spécialisé dans la photo de charme posant aussi pour des catalogues de mode , rentrée de Singapour récemment, était entendue comme témoin pour aider à comprendre la personnalité de son père. Le parquet antiterroriste a, lui, été dessaisi de l’enquête.

Le parisien - 22.09.09

Preuves ADN: une lettre est touchée par plusieurs personnes... Les timbres actuels courants sont auto-collants: pas de salive... Et il mettait des gants...  

 

19:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)