Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2009

BAUDELAIRE La vie antérieure - mélodie d'Henri Duparc

Duparc_1880.jpg
Henri Duparc, compositeur français (1848-1933)
Chant: Bernard Kruysen (hollandais) accompagné au piano par Noël Lee

podcast

La vie antérieure

 

 

J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux,
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient d'une façon solennelle et mystique
Les tout-puissants accords de leur riche musique
Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et dont l'unique soin était d'approfondir
Le secret douloureux qui me faisait languir.

 

Les Fleurs du mal  (1857)

 

23:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

VIDEO Sarközy découvre que Anders Fogh Rasmussen est américain...

http://www.dailymotion.com/video/x8vlu6_sarkozy-decouvre-...

M. Sarközy découvre à Strasbourg en plein sommet de l’OTAN (du 04/04/2009) que le Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen candidat européen désigné au poste de secrétaire général de l’Otan pour les futures opérations en Afghanistan est en fait aussi un citoyen américain

18:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Sarközy proclame son hostilité à l'entrée de la Turquie dans l'UE... - Prenons date...

Turquie Obma et sarkozy clash.jpg
Le clash? - Prague 5 avril 2009
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Nicolas Sarközy a réaffirmé dimanche son hostilité à une entrée de la Turquie dans l'Union européenne, après le soutien apporté par le président américain Barack Obama à une telle adhésion.

 

"Je travaille main dans la main avec le président Obama, mais s'agissant de l'Union européenne, c'est aux pays membres de l'Union européenne de décider", a déclaré M. Sarközy, interrogé sur TF1 en duplex depuis Prague où il participe au sommet UE-Etats-Unis.

"J'ai toujours été opposé à cette entrée et je le reste. Je crois pouvoir dire qu'une immense majorité des Etats membres (de l'UE) est sur la position de la France", a-t-il ajouté. "La Turquie, c'est un très grand pays allié de l'Europe et allié des Etats-Unis. Elle doit rester un partenaire privilégié, ma position n'a pas changé", a déclaré le chef de l'Etat.

 M. Obama avait estimé un peu plus tôt devant les dirigeants de l'UE à Prague que l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne "constituerait un signal important" envoyé à ce pays musulman. Les pourparlers d'adhésion de la Turquie au bloc européen, entamés en octobre 2005, marquent actuellement le pas. Certains pays comme la France ou l'Allemagne sont opposés à la perspective de voir ce pays entrer dans l'UE et privilégient une association étroite avec lui.

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni, en revanche, militent depuis longtemps pour une adhésion.

Vendredi et samedi, au sommet de l'Otan à Strasbourg/Kehl/Baden Baden, la Turquie s'était opposée à la nomination du Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen au poste de secrétaire général de l'Alliance avant de s'y ranger. Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué samedi que ce revirement suivait le fait que le président Obama se soit porté "garant" d'un certain nombre d'engagements, qu'il n'a pas précisés.

La désignation de M. Rasmussen, "posait des problèmes à nos amis turcs, parce qu'il y avait l'histoire des terroristes kurdes avec le PKK et puis l'histoire des caricatures. Mais nous nous étions déterminés à ne pas céder, parce que M. Rasmussen est un homme démocratique, un homme de grande qualité", a dit M. Sarközy.

Interrogé sur d'éventuelles concessions, il a répondu qu'il "a fallu convaincre nos amis turcs de notre fermeté. Le président Obama a joué un rôle considérable, s'est montré comme un vrai leader, et à la sortie, à l'unanimité, on a décidé que ce serait Rasmussen".

La Turquie reprochait au candidat son soutien à un journal danois qui avait publié des caricatures de Mahomet en 2005 et son refus de fermer la chaîne de télévision Roj TV, considérée par Ankara comme porte-voix des rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Selon plusieurs journaux turcs, Ankara a obtenu l'assurance que Roj TV sera prochainement interdite d'émettre depuis le Danemark, que M. Rasmussen allait adresser "un message positif" sur l'affaire des caricatures, ainsi que la désignation de responsable turcs à des postes clés de l'Otan.

AFP. 05/04/09

 

 
 

17:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Rome: des enfants clandestins dormaient dans les égouts

Ils dormaient sur des cartons. Vingt-quatre enfants afghans vivant sans parents dans les égouts de Ostiense, l'une des deux grandes gares de Rome ont été découverts. C'est la police ferroviaire romaine qui les a trouvés au cours d'une vaste opération de contrôle des sans-abri dans les gares romaines.
 
Agés de 10 à 15 ans, les enfants, certains dans un état de santé précaire, ont été confiés aux services sociaux. Aucun des enfants ne parlant l'italien ou l'anglais, les autorités n'ont pu établir précisément jusqu'à présent ni leur âge exact, ni leur situation familiale, pas plus que leur ville ou région d'origine.
 
 
L'hypothèse la plus plausible est qu'ils ont traversé l'Iran, la Turquie puis l'Est européen dans des camions avant de traverser clandestinement la mer Adriatique sur des embarcations pneumatiques ou cachés dans des camions sur des ferries, écrit le quotidien La Repubblica. Débarqués sur les côtes des Pouilles ou à Ancône, plus au nord, ils ont réussi à gagner
Rome, ville qui semble n'être qu'une étape sur leur route vers l'Angleterre et l'Europe du Nord où ils espèrent retrouver des parents ou des Afghans originaires de leur région.
 
"Nous ne nous attendions pas à trouver autant d'enfants. C'est une situation vraiment choquante et pénible", a déclaré le chef de la police ferroviaire de
Rome, qui a mené l'opération "Gares propres" destinée à débarrasser les trois principales gares de la capitale de leurs occupants clandestins nocturnes.
 
En plus des 24 enfants
afghans, 98 adultes dont de nombreux Afghans ont été découverts vivant dans les mêmes conditions dans la gare d'Ostiense et dirigés vers les services sociaux et les associations caritatives, selon La Repubblica. Selon la branche italienne de l'association caritative Save the Children, le nombre des mineurs afghans échouant dans les rues de la capitale italienne, en constante augmentation, est passé de 32 en 2004 à 264 en 2007. Rome a dû accueillir 1.152 mineurs étrangers sans parents en 2007, a précisé le directeur de Save the Children en Italie. La même année, un total de 7.797 mineurs étrangers non accompagnés sont arrivés dans la péninsule.

 

Pakistan : 46 Afghans découverts morts dans un conteneur

Les cadavres d'au moins 46 Afghans ont été découverts dans le conteneur d'un camion retrouvé abandonné dans le sud-ouest du Pakistan. Le camion faisait probablement route vers l'Iran. Plus de huit millions d'Afghans ont fui leur pays au cours des quelque trente années de conflits qui ont déchiré l'Afghanistan: invasion par les troupes d'URSS dans les années 1980, guerres civiles des années 1990 et combats entre talibans et troupes internationales depuis 2001.

 

LCI.fr - 04/04/09

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le baiser!

Baiser carla embrasse Michelle.jpg
Pas sur la bouche, mais presque...
 La Première dame américaine a offert une guitare (une Gibson) à Carla Bruni-Sarközy, en «signe d'amitié» à l'occasion de leur première rencontre lors du sommet de l'Otan.  

 

Alors que les deux chefs d'Etat saluaient respectivement leur leadership,  les deux femmes, elles, ont visité la cathédrale de Strasbourg, déjeuné ensemble et se montraient proches l'une de l'autre, s'embrassant pour se saluer et se tenant brièvement la main. 


    

01:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Triste bilan pour Obama

Chômage USA mars 09.jpg
L'économie américaine a détruit 663.000 emplois en mars - le nombre total de chômeurs s'élève à 13,2 millions
C'était il y a pratiquement deux mois. Lundi 9 février, alors en pleine manoeuvre pour faire adopter son plan de relance de l'économie américaine, Barack Obama prédisait une " catastrophe " si une enveloppe de 787 milliards de dollars n'était pas débloquée au plus vite. "Je ne veux pas prétendre que ce jour marque la fin de nos problèmes économiques, pas plus qu'il ne représente tout ce que nous allons devoir faire pour remettre notre économie sur les rails, mais ce jour marque le début de la fin de la crise", déclarait alors le nouveau chef d'État américain, mettant soigneusement en scène la signature du décret phare de son programme électoral . Sous les applaudissements nourris de ses partisans, le patron de la Maison-Blanche lançait, sûr de lui : "Nous allons mettre les Américains au travail", tablant sur la sauvegarde ou la création de 3,5 millions d'emplois dans les deux années à venir. Le chômage frappait alors 7,6 % de la population active, son plus haut niveau depuis 25 ans.

Deux mois plus tard, triste bilan pour Barack Obama. La crise économique a détruit 663.000 postes de travail en mars, faisant bondir le chômage à 8,5 %, selon les chiffres corrigés des variations saisonnières publiés vendredi. C'est son plus haut niveau depuis novembre 1983. "À l'évidence, les États-Unis sont frappés durement", a déclaré vendredi soir Barack Obama depuis Baden-Baden, en Allemagne, lors d'une conférence de presse conjointe avec la chancelière Angela Merkel. "Si nous n'agissons pas de manière concertée, nous ferons faillite collectivement", a-t-il ajouté, se disant "fier" des réformes sur le fonctionnement de l'économie mondiale que le sommet du G20 a approuvées jeudi à Londres.

Obama multiplie les plans d'aide et essaie de rassurer

Outre-Atlantique, la série noire remonte à décembre 2007, le mois où les États-Unis sont entrés en récession. Mais la situation s'est considérablement aggravée en décembre 2008. Avec 681.000 postes détruits, ce mois s'est avéré le plus désastreux depuis 1949 sur le front de l'emploi. En janvier, 655.000 autres postes ont disparu. Mêmes dégâts en février. Résultat, la situation est aujourd'hui critique. Depuis décembre 2007, ce sont 5,1 millions d'emplois qui ont été supprimés, dont 3,3 millions au cours des cinq derniers mois.

Le nombre de chômeurs aux États-Unis atteint désormais 13,2 millions, selon le décompte officiel du ministère. À cela s'ajoutent plus de 5,5 millions de personnes disant vouloir trouver un emploi, mais non comptabilisées dans la population active pour diverses raisons. Le nombre de chômeurs de longue durée (27 semaines ou plus) continue d'augmenter pour atteindre désormais 3,2 millions. Près d'un chômeur sur quatre est un chômeur de longue durée, proportion qui n'a plus été constatée depuis mi-1983, écrit le ministère. Et pour couronner le tout, selon le ministère, 9,3 millions de personnes sont contraintes de travailler à temps partiel contre leur gré, du fait de la conjoncture économique, soit plus de 4 millions de plus qu'un an plus tôt.

Dans ses dernières prévisions publiées en février, la Réserve fédérale (Fed) tablait sur un chômage compris entre 8,5 % et 8,8 % en 2009, mais au rythme où vont les choses, plusieurs analystes estiment qu'on ne pourra éviter un chômage à deux chiffres en 2010, voire dès cette année. Depuis sa prise de fonction, le 20 janvier dernier, Barack Obama a enchaîné les mesures de sauvetage de l'économie américaine. En plus du colossal plan de relance de 787 milliards de dollars , adopté en février, l'administration américaine a mis en place à la fin mars un dispositif d'urgence destiné à "épurer" les banques de leurs actifs toxiques , et surtout, lundi, le chef de la Maison-Blanche s'est attaqué à l'industrie automobile américaine , au bord du gouffre. Mais surtout, en attendant que ces mesures produisent leurs effets, la seule arme de Barack Obama semble être sa force de persuasion. Devant les parlementaires , en conférence de presse , ou lors d'un "chat" inédit avec les Américains , le patron de la Maison-Blanche répète inlassablement que les États-Unis "sortiront plus forts de la crise", qu'ils commencent à "voir des signes de progrès", ou mieux encore, que les États-Unis ont "l'économie la plus forte au monde ". C'est dire.
Le Point - 03/04/09

00:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Nouvel Ordre Mondial: Le Pen dit non

http://www.dailymotion.com/video/x8sbdw_nouvel-ordre-mond...

26 mars 2009

00:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

04/04/2009

VIDEO Jean Raspail - Le Camp des saints

http://www.dailymotion.com/video/x8vkp9_jean-raspail-le-c...

Une oeuvre prophétique publiée en 1973

L'entretien est de 1977

23:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La tante d'Obama risque d'être expulsée des Etats-Unis...

Une tante kényane du président américain Barack Obama, en situation irrégulière aux Etats-Unis, a comparu mercredi devant un tribunal du Massachusetts (nord-est) pour faire appel d'une procédure d'expulsion à son encontre.

Zeituni Onyango a évité les journalistes et quitté le tribunal de Boston par une porte dérobée après l'audience, qui s'est tenue à huis clos.

La prochaine audience la concernant est prévue le 4 février 2010, a indiqué Elaine Komis, porte-parole du bureau chargé des révisions dans le cadre des affaires d'immigration au département américain de la Justice.

Mme Onyango, quinquagénaire, avait reçu en 2004 un ordre d'expulsion des Etats-Unis, mais elle a continué depuis à vivre à Boston. En décembre 2008, peu après la victoire de Barack Obama à la présidentielle, un tribunal a permis à son cas d'être à nouveau examiné.

Mme Onyango est la soeur du défunt père de Barack Obama.

M. Obama, né d'un père kényan et d'une mère américaine blanche du Kansas, (centre) a indiqué qu'il n'avait jamais su que sa tante se trouvait en situation irrégulière aux Etats-Unis.

AFP. 04/04/09

 

 

 

19:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEOS Le bain de foule, c'est 90% de claque UMP!

http://www.dailymotion.com/video/x8v4l2_barrack-michele-c...

et: http://www.dailymotion.com/video/x8v808_une-claque-ump-po...

Le président Nicolas Sarközy a été accueilli par le maire de Strasbourg Roland Ries, et quelque 500 militants UMP venus l'applaudir", écrit le site des Dernières Nouvelles d'Alsace.

Une information confirmée par une personne qui a collaboré à l'organisation de l'évémenent. Elle a souhaité témoigner sous couvert de l'anonymat: "L'accueil de Nicolas Sarkozy et Barack Obama a été réservé à 90 % de militants UMP. Les autres personnes présentes sont des résidents du quartier qui avaient un badge pour accéder dans ce périmètre sécurisé et interdit par la police aux habitants de la ville. Il pouvait également y avoir quelques personnes autorisées, comme des personnes de la mairie ou de l'organisation". "L'UMP a réussi à placer ses troupes pour assurer un accueil positif à Nicolas Sarkozy", précise-t-elle.

Contactée par Le Post, une des personnes présentes dans la foule confirme que "la majorité des gens présents étaient de l'UMP". Avant de préciser qu'"il y avait aussi d'autres personnes, pas forcément militant au parti". Pour faire partie des heureux élus, il confie "avoir été invité par un membre de l'UMP".

Une habitante de Strasbourg a envoyé ce message au Post: "Je ne vois pas comment ces gens ont pu rentrer dans la cour des Rohan fermée depuis jeudi. Il faut savoir que ce palais se trouve derrière la cathédrale. Il est entièrement piétonnier et facile à boucler. En face du palais c'est l'Ill, un cours d'eau que les gens n'ont pas pu traverser en bateau. Ce sont forcément des gens triés et autorisés à passer par l'UMP."

Interrogé par France 3 Alsace, un membre du parti majoritaire le confirme
: "Fallait être militant UMP pour avoir une bonne place". Une journaliste de la chaîne se laisse d'ailleurs aller à un petit commentaire: "Peut-être pas très démocratique tout ça..."

Le Post - 4 avril 2009

18:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Carnaval de Marseille "Pile ou Face" - samedi 4 avril 2009

CARNAVAL MARSEILLE 4 AVRIL 2009 Public du carnaval.JPG
Public et associations  (photo EB)
Cliquez sur les photos pour les voir en totalité
CARNAVAL MARSEILLE4 AVRIL 2009 - l'animateur.JPG
L'animateur du carnaval sur le char OUTREMER (photo EB)
PUBLIC DU CARNAVAL MARSEILLE 4 AVRIL 2009 couple mixte.JPG
Public sur le Prado (photo EB)
CARNAVAL MARSEILLE4 AVRIL 2009 Danses jaunes.JPG
Danses exotiques (photo EB)
Cliquez sur les photos pour les voir en totalité
CARNAVAL MARSEILLE 2 AVRIL 2009 -danses d'ailleurs.JPG
Danses d'ailleurs (photo EB)
Cliquez sur les photos pour les voir en totalité
CARNAVAL MARSEILLE 4 AVRIL 2009- enfants maghrébins.JPG
Enfants des cités défilant sur le Prado (photo EB)
CARNAVAL MARSEILLE 2 AVRIL 2009 - Noir.JPG
Un jeune carnavalier  (photo EB)
CARNAVAL MARSEILLE 2 AVRIL 2009 - enfants du carnaval.JPG
En marche vers le Parc Borély (photo EB)
Cliquez sur les photos pour les voir en totalité

17:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (18)

03/04/2009

VIDEO Obama ignore Sarközy

http://www.youtube.com/watch?v=OBBa6Ajtz9Y

23:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

La France dépotoir va accueillir un ex-Guantanamo

Nicolas Sarközy a déclaré vendredi 3 avril que la France était disposée à accueillir un ancien prisonnier de Guantanamo à la fermeture de cette prison américaine pour terroristes présumés.

"Oui, on a parlé, oui, on s'est mis d'accord, et oui, c'est logique et cohérent et c'est honnête", a dit le président de la République

M. Sarközy s'exprimait lors d'une conférence de presse commune avec son homologue américain Barack Obama à Strasbourg, quelques heures avant le début du sommet de l'OTAN.

"J'ai pris la décision de fermer Guanatanmo parce que je pense que ça ne rend pas l'Amérique plus sûre", a expliqué M. Obama.

Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a de son côté précisé que le prisonnier que Paris acceptait d'accueillir était algérien.

L'avocat des deux détenus algériens restant à Guantanamo a confirmé vendredi que Paris et Washington discutaient de l'accueil de l'un d'entre eux par la France.

 "Les discussions dont on a fait état ce matin concernent un Algérien détenu à Guantanamo qui serait accueilli par la France", a déclaré Stephen Oleskey, avocat de Lakhdar Boumediene, qui a déposé avec succès un recours devant la cour suprême, et Sabir Mahfouz Lahmar. AP

Yahoo- France - 03/04/09

Il va être accueilli où et comment? Qu'il aille donc en Algérie puisqu'il est algérien! Voilà qui serait "logique et cohérent"...

19:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Obama "esclave noir" au service du sionisme

AL Qaïda - capture d'écran -.jpg
Capture d'écran: Obama prie avec des Juifs en Israël (g) - Ayman Zawahiri, n°2 d'Al Qaïda - Malcolm X (d) -  19 novembre 2008
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

19:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Carla Bruni absente du G20

http://www.newsnours.com/2009/04/carla-bruni-absente-%C3%...

01:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

KATYN: du massacre à l'imposture soviétique

Katyn.jpg
Avec Katyn, Andrzej Wajda signe le premier film sur le massacre de vingt-deux mille Polonais, perpétré par l'Armée rouge, sur l'ordre de Staline, au début de la Seconde Guerre mondiale (AP Photo/Berlinale)
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Avec son nouveau film, «Katyn», présenté à la Berlinale en présence de la chancelière Angela Merkel, Andrzej Wajda signe une œuvre magistrale sur une page terrible de l'histoire polonaise.

Avec ce film présenté hors compétition, la Berlinale a retrouvé l'esprit de confrontation historique et politique qui était sa marque avant la chute du Mur. Il revenait au maître du cinéma polonais de signer le premier film sur le massacre de vingt-deux mille Polonais dont plus de 4 000 officiers dans la forêt de Katyn, perpétré par l'Armée rouge, sur l'ordre de Staline, au début de la Seconde Guerre mondiale. Wajda, qui s'est montré dans toute son œuvre un grand historiographe de son pays, avait, en outre, une raison toute personnelle de vouloir traiter cette tragédie longtemps occultée : son père compte parmi les officiers victimes du crime soviétique (1940).

À 82 ans, il évoque enfin un sujet absolument tabou au temps du communisme, au point que le seul fait d'être apparenté à une victime de Katyn pouvait entraîner l'interdiction de faire des études. «Sur le mensonge de Katyn reposait toute la soumission de la Pologne à Moscou», a dit le cinéaste, qui ne s'exempte pas de ce mensonge imposé, lors de la première de son film à Varsovie, le 17 septembre dernier.

Une date symbolique : c'est le 17 septembre 1939 que l'Armée rouge pénètre en Pologne, quinze jours après que les troupes allemandes sont entrées, à l'ouest, déclenchant la guerre. Le début du film montre ces deux vagues d'invasion militaire qui vont à la rencontre l'une de l'autre pour dévaster la Pologne. Le pacte germano-soviétique est alors en vigueur. Après sa rupture, en 1941, les Allemands, avançant vers l'est, découvriront les charniers de la forêt de Katyn, et révéleront le crime soviétique, que la toute-puissante URSS, désormais dans le camp des alliés, saura étouffer.

Tel est le contexte historique d'un film qui cherche avant tout à retracer des aventures humaines individuelles. «Les faits sont connus et indéniables, dit Andrzej Wajda. Ils appartiennent à l'Histoire. En 1989, Gorbatchev a apporté des documents aussi irréfutables que l'ordre de Staline à Beria d'assassiner les officiers capturés. Et des historiens sérieux avaient déjà établi la culpabilité soviétique. Mon propos n'était donc pas d'établir les faits, mais de leur donner chair et vie, de montrer la dimension humaine des événements, la souffrance de ceux qui les ont traversés.»

À partir de lettres et de journaux intimes authentiques, Wajda a créé divers personnages fictifs d'officiers, leurs femmes qui les attendent, sans nouvelles, leurs enfants qui auront en héritage le silence et le mensonge. Le film, magnifiquement mis en scène et interprété, est puissamment articulé autour de trois dates qui jalonnent clairement cet itinéraire du massacre au mensonge : 1939-1940, avec la double occupation et la capture des officiers par les Soviétiques. 1943, où des haut-parleurs et des journaux diffusent les noms des tués : c'est ainsi que les Polonais apprennent le massacre de Katyn, découvert et dénoncé par les Allemands, et aussitôt retourné par les Soviétiques en «crime nazi». 1945, quand l'imposture atteint la nouvelle génération : on voit un jeune homme refusé à l'université parce qu'il est fils d'un officier disparu à Katyn, et tué peu après. Katyn s'achève en revenant à sa terrible origine : le massacre lui-même, sans merci.

«Je me suis demandé s'il fallait ou non montrer ces images, dit Andrzej Wajda. Et cela m'a paru nécessaire, dans le premier film sur ce sujet. Il ne suffit pas de savoir que cela a eu lieu. Il faut voir, sentir et comprendre comment la tragédie s'est déroulée. Parce que cela a été interdit pendant des années, et qu'on a besoin de la vérité.»

À la table de la conférence de presse, les acteurs, tous remarquables, pour qui la guerre est un passé lointain, et même le communisme, appuient le cinéaste avec ensemble : «Nous sommes ces enfants à qui on a menti, et qui étaient incapables de comprendre notre histoire, la destruction des élites, la tragédie vécue par nos aînés. Wajda nous a ouvert le cœur et la conscience

Le Figaro - 15 février 2008

01:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (28)

Charniers de vendéens découverts au Mans - Un génocide républicain

galerne.jpg
La Virée de galerne
(Cliquez sur l'image pour la voir en totalité)
Charnier vendéen.jpg
Des charniers ont été découverts en février par les archéologues qui réalisaient des sondages dans le cadre de la construction d'un espace culturel, en plein centre-ville du Mans.
À l’automne 1793, 80.000 à 100.000 Vendéens passent la Loire à Saint-Florent-le-Vieil. Poussés par les massacres des Mayençais, la moitié ne sont pas des combattants. Incapables de prendre Granville, ils refluent sur Angers, mais le fleuve est en crue. Affamés, affaiblis par la maladie, ils se ruent sur la ville du Mans où ils espèrent trouver à manger et se reposer.

Le 12 décembre, pour faire face aux troupes républicaines qui les attaquent, leur chef La Rochejaquelein ne parvient à rassembler que 3.000 hommes.
Et c’est alors au Mans une chasse à l’homme qui n’épargne personne...
« On ne peut s’empêcher de faire les liens avec les textes de l’époque, explique Alain Gérard, directeur du Centre Vendéen de Recherches Historiques.

Ainsi, le témoignage du révolutionnaire Benaben qui accompagne les premières colonnes qu’il cite : "Les soldats, écrit-il s’étaient répandus dans les maisons et, en ayant retiré les femmes et filles des brigands qui n’avaient pas eu le temps d’en sortir et de prendre la fuite, ils les emmenaient dans les places ou dans les rues, où elles étaient entassées et égorgées sur le champ - à coups de fusil, à coups de baïonnette ou à coups de sabre. On les déshabillait ensuite toutes nues et on les étendait sur le dos dans une posture indécente : on appelait cela, mettre en « batterie »."

Le député Francastel écrit depuis la Sarthe à son ami Félix, le 22 décembre 1793, pour le presser de venir sur place “Venez ici ! Je compte sur vous. Je connais vos principes, votre inflexibilité républicaine, votre intention immuable de purger, de saigner jusqu’au blanc la génération vendéenne”.

Les corps dénudés, ceux des femmes, paraissent aller dans le sens de ce texte, explique Alain Gérard. Et cette boucherie semble préfigurer le grand massacre de la population vendéenne, au début de 1794. »

Ces charniers sont terribles. Mais les textes sont encore pires...
...................................................................................................................................

Des fouilles archéologiques ont mis au jour des charniers de Vendéens au Mans. Une sépulture pourrait être donnée à ces morts dans le département.

Trois questions à...

Quand vous avez eu connaissance de cette découverte au Mans, vous avez contacté le maire, Jean-Claude Boulard. Avez-vous évoqué un projet de sépulture ?

J'ai effectivement eu un entretien avec Jean-Claude Boulard. Il m'a dit que nous envisagerions ensemble la solution la plus délicate et la plus décente pour un éventuel transfert des restes de ces Vendéens.

Mais il faut d'abord que les travaux de fouilles se terminent. Et que les historiens et archéologues authentifient les ossements retrouvés. Ils appartiennent a priori à plusieurs charniers datant de la Virée de Galerne (de la bataille du Mans en décembre 1793, ndlr). Ensuite seulement, nous pourrons envisager la solution pour donner une sépulture à ces morts.

En Vendée donc ?

Cette découverte confirme la tragédie de la Virée de Galerne. Également que ces hommes, femmes et enfants étaient en route pour revenir en Vendée. Et cette certitude historique du retour préfigure la localisation de la sépulture. Nous sommes d'accord avec le maire du Mans. Il paraît judicieux que la Vendée enterre ces morts chez elle. Qu'un petit monument rappelle leur histoire, en respectant leur mémoire.

Jean-Claude Boulard a indiqué que si les corps étaient demandés par des familles vendéennes, il n'y était pas opposé. Des recherches génétiques sont-elles envisagées ?

Oui, nous en avons parlé. Après le travail des chercheurs, on pourra peut-être, avec des tests génétiques, retrouver la filiation de ces ossements.

Propos recueillis par Philippe MIRKOVIC

Ouest-France- 26/03/09

00:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

02/04/2009

Mille milliards de $ pour le Nouvel Ordre mondial

G20 photo des dirigeants.jpg
G20 - 2 avril 2009
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Les dirigeants mondiaux réunis au sommet du G20 de Londres se sont mis d'accord jeudi pour octroyer mille milliards de dollars supplémentaires aux institutions financières internationales pour faire face à la crise et donner naissance à un nouvel ordre mondial, a annoncé le Premier ministre britannique Gordon Brown à l'issue du sommet.

Une liste des paradis fiscaux va également être publiée immédiatement par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour décourager l'évasion fiscale, a-t-il ajouté.

Le communiqué final du sommet affirme que "l'ère du secret bancaire est terminée" et que "des sanctions" seront prises contre les centres fiscaux non-coopératifs.

Pour répondre rapidement à la crise, le FMI verra notamment ses moyens triplés avec 500 milliards de dollars supplémentaires, s'ajoutant aux 250 milliards de dollars de ressources existantes, a précisé M. Brown, hôte du sommet, lors d'une conférence de presse à l'issue de celui-ci.

S'y ajouteront 250 milliards provenant d'une émission supplémentaire de Droits de Tirage Spéciaux (DTS), l'unité de compte du FMI, qui lui permettra d'augmenter ses ressources propres.

Le FMI pourra également vendre une certaine quantité d'or pour aider les pays les plus pauvres touchés par la crise. Si les revenus dégagés par cette opération de vente d'or ne peuvent être quantifiés avec précision, l'ensemble des ressources supplémentaires du FMI atteindront 1,1 milliard de dollars, selon le communiqué publié à l'issue de la réunion du G20.

Les dirigeants du FMI et de la Banque mondiale seront désormais nommés au mérite, mettant fin à l'accord implicite qui réservait le FMI aux européens et la Banque mondiale aux américains.

Le G20 a également indiqué que 250 milliards de dollars seront consacrés à aider le financement du commerce pour relancer les échanges mondiaux et que les banques multilatérales de développement, comme la Banque asiatique de développement et son homologue africaine, recevront 100 milliards de dollars de financement supplémentaires.

Par ailleurs, les pays du G20 se sont mis d'accord pour mettre en oeuvre de "nouvelles règles" sur les salaires et les bonus au niveau mondial, selon M. Brown et obliger les entreprises à faire preuve de "responsabilité sociale".

A l'issue de ce sommet, un nouvel ordre mondial va émerger de la crise économique, a estimé le Premier ministre britannique, alors que la chancelière allemande Angela Merkel a affirmé qu'il s'agissait "d'un compromis historique pour une crise exceptionnelle".

Le président Nicolas Sarközy s'est déclaré "heureux" que ce sommet soit allé "au-delà de ce que nous pouvions imaginer", lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion.

AFP. 02/04/09

19:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Michelle Obama trop familière avec la Reine Elizabeth

Michelle Obama et la reine.jpg
Les Obamas à Buckingham avant l'ouverture du G20 
Michelle Obama trop familière.jpg
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
Michelle Obama ne connaît pas le protocole de la cour royale britannique. En visite avec son époux à Buckingham Palace, la first lady américaine a eu un geste déplacé envers la Reine Elizabeth.

Selon le protocole, il est strictement interdit de toucher Sa Majesté. Très "tactile" et loin des chichis protocolaires, Madame Obama a provoqué un shocking général en donnant une petite tape dans le dos de la Reine.

Un petit geste anodin qui a provoqué un tollé en Grande-Bretagne. A la prochaine visite de Queen Elizabeth à Washington, Michelle Obama recevra peut-être un guide du protocole à la place d'un iPod. (Barack Obama a offert un IPod à la Reine)
 
7 sur 7 - 02/04/09

18:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

VIDEO Faurisson vs Levaï (17 décembre 1980)

Partie I  http://www.dailymotion.com/video/x8u9qo_clash-collector-f...

Partie II http://www.dailymotion.com/video/x8u9r0_clash-collector-f...

01:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)