Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2009

Malgré le froid...

Fleur de géranium 30 décembre 2008.JPG
Fleur de géranium (Photo Gaëlle Mann)

23:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Ophélie Bretnacher: dernière vidéo

http://mf.index.hu/player_ng.swf?file=/belfold/ophelie_deak

Après un mois de recherches à Budapest, l'étudiante française reste introuvable. Les images de la vidéosurveillance livrées jeudi 8 janvier par la Hongrie ne font que renforcer la conviction de son père qui ne croit pas au suicide. 

A l'Assemblée: http://www.dailymotion.com/video/x7ygpd_la-disparation-do...

 

Le parquet de Budapest vient de rejeter la plainte déposée par les parents d'Ophélie. Pour autant, la police hongroise n'arrête pas les investigations : un nouvel appel à témoins vient d'être lancé pour retrouver deux pêcheurs. Le point sur un mois d'enquête.

Mercredi, l'Office du procureur municipal de Budapest a rejeté la plainte pour enlèvement, déposée par Sylvie et Francis Bretnacher car « selon les informations et les faits à la disposition des autorités, il n'y a aucun soupçon qui soutienne l'hypothèse criminelle », a-t-il annoncé dans un communiqué.

Une plainte rejetée qui ne signifie pas l'arrêt des investigations, encore moins le classement de l'affaire. En témoigne le nouvel appel à témoins lancé : les policiers recherchent activement deux pêcheurs qui ont été aperçus par des caméras de surveillance, circulant en aval du pont durant le créneau horaire où Ophélie a disparu.


C'est loin d'être la seule piste explorée. Depuis le 4 décembre, jour où la jeune Rémoise s'est évaporée dans la nature, les policiers ont visionné des centaines de vidéos de surveillance, interrogé toutes les personnes qui sont entrées dans la boîte de nuit le soir du 3 décembre. Ils ont, à plusieurs reprises, entendu près de 120 personnes : famille, proches, amis de la disparue. La thèse du suicide reste une piste possible parmi tant d'autres : la cellule d'investigation n'abandonne pas la piste de l'enlèvement par une connaissance et tente de déterminer si un inconnu est entré en contact avec Ophélie, quelques jours avant sa disparition.


Un mois d'enquête qui a permis de fermer plusieurs portes : deux jours après la disparition, un homme s'est présenté au commissariat indiquant qu'il avait entendu un cri ce soir-là, près du pont. Les enquêteurs ont pris très au sérieux cette déclaration, malheureusement, ils ont vite compris qu'il s'agissait d'un faux témoignage. Et puis, il y a eu cette voiture suspecte stationnée un long moment, place Roosevelt durant cette nuit fatidique. Alors qu'ils n'avaient en leur possession qu'une plaque d'immatriculation partielle, ils ont réussi à identifier le véhicule. Le conducteur a été longuement entendu, mais là aussi, il s'agissait d'une fausse piste.

 

 
Quatre jours après la disparition soudaine d'Ophélie, une étudiante américaine a été très violemment agressée en centre-ville de Budapest : victime d'une tournante, tabassée et laissée pour morte sur un coin de trottoir. Pouvait-il s'agir des mêmes auteurs ? Là encore, ce fut une fausse piste : quinze jours après, les violeurs étaient identifiés, interpellés. Ils ont un sérieux alibi pour la nuit du 3 au 4 décembre.
« Ils explorent toutes les pistes, même celles qui paraissent peu probables. La police hongroise n'a quasiment pas d'affaires non résolues. Ça remet en cause leur efficacité. C'est important pour eux d'élucider les faits. » Jacques Cohen, adjoint au maire de Reims, chargé des relations internationales, connaît très bien la ville, les enquêteurs et les autorités françaises sur place. « La police hongroise a l'habitude de manipuler la presse et les témoins afin d'endormir la vigilance et laisser les langues se délier. »


Les policiers auraient aussi en leur possession tous les enregistrements sonores des conversations téléphoniques échangées, en centre-ville, le soir du drame. Le contenu serait actuellement épluché. Enfin, la plainte déposée à Paris par la famille Bretnacher a reçu une réponse favorable : « Il n'est pas exclu que des enquêteurs français spécialisés dans ce type de dossiers viennent. Ce ne serait pas mal perçu, ça permettrait d'ajouter du crédit en France aux investigations entreprises par les policiers hongrois », assure à Budapest, une source proche de l'enquête.
Dimanche, une marche silencieuse pour Ophélie est programmée à Paris. Le rassemblement est prévu vers 14 heures au Champ-de-Mars.

(Source: L'Union - 08.01.09)


20:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Vieil homme dans les ruines de Rafah

Rafah vieil homme et ruines d'un immeuble 9 1 09.jpg
  Rafah - 9 janvier 2009

19:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Offensive israélienne au 14ème jour du conflit

Offensive israel sur gaza 9 1 09.jpg
Gaza - 9 janvier 2009
Offensive israëlienne Gaza.jpg
Gaza - 9 janvier 2009
 Ces photos sont prises par des journalistes occidentaux- AFP

Voici les événements des dernières 24 heures, au 14ème jour de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza:

= ASPECTS MILITAIRES

JEUDI 8 JANVIER

- Violents combats à Beit Lahya et Jabaliya (nord). Dans la soirée, une Ukrainienne et son bébé ainsi qu'une Marocaine et deux membres de sa famille sont tués par des tirs israéliens (sources médicales palestiniennes).

- Trois soldats israéliens, dont deux officiers, tués.

- Des roquettes tirées du Liban s'abattent sur le nord d'Israël qui riposte par plusieurs tirs d'obus. Le Hezbollah nie toute implication. La Finul renforce ses troupes dans le sud du Liban.

VENDREDI 9

- Série d'attaques nocturnes israéliennes visant une cinquantaine de cibles. Incursion de chars à l'est de Khan Younès (sud). Des navires de guerre israéliens bombardent des cibles en bordure de mer.

- Poursuite des combats malgré l'appel de l'ONU à un cessez-le-feu.

 

- L'ONU, citant des témoins, affirme que l'armée israélienne a tué cette semaine dans un bombardement 30 civils faisant partie d'un groupe de 110 Palestiniens qu'elle avait rassemblés dans une maison de Gaza. L'armée israélienne dit avoir ouvert une enquête.

- Une trentaine de roquettes tirées sur le sud d'Israël dont certaines jusqu'à 40 km du territoire palestinien.

- L'armée israélienne arrête environ 300 Palestiniens dans le nord de la bande de Gaza (témoins).

= INITIATIVES DIPLOMATIQUES

- Le Conseil de sécurité de l'ONU lance un appel à un cessez-le-feu immédiat dans sa résolution 1860, adoptée jeudi soir par 14 voix sur 15, les Etats-Unis s'étant abstenus. La résolution "appelle à un cessez-le-feu immédiat, durable et pleinement respecté, menant au retrait complet des forces israéliennes de Gaza". Elle "condamne toute violence et hostilité dirigées contre des civils et tout acte de terrorisme", sans désigner explicitement les tirs de roquettes du Hamas.

- Le cabinet de sécurité israélien décide la poursuite de l'offensive.

- Le président palestinien Mahmoud Abbas estime que la résolution est un "pas important".

- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU se réunit en session extraordinaire, à Genève.

= HUMANITAIRE

- L'Unrwa maintient la suspension de ses activités humanitaires après qu'un de ses convois eut été touché par des obus de l'armée israélienne et un chauffeur palestinien tué. Le Hamas critique cette suspension.

- Le CICR annonce avoir temporairement réduit ses activités à Gaza-ville après que l'un de ses véhicules eut essuyé des tirs.

- Le porte-parole de l'Unrwa affirme que la situation humanitaire empire "d'heure en heure".

= MANIFESTATIONS

- Appel du Hamas à une seconde "journée de colère" contre l'offensive à Gaza: des dizaines de milliers de personnes manifestent notamment à Amman, Koweït, Bagdad, Alger. Plus de 50.000 personnes se rassemblent à Alexandrie, dans le nord de l'Egypte. Manifestations en Cisjordanie où des heurts éclatent à Ramallah entre sympathisants du Fatah et du Hamas. Des manifestations ont également lieu en Europe.

= BILAN DES PERTES HUMAINES DEPUIS LE DEBUT DE LA GUERRE LE 27 DECEMBRE

- Au moins 785 Palestiniens ont été tués et plus de 3.200 blessés (sources médicales palestiniennes).

- Trois civils et 10 soldats israéliens ont été tués et 154 blessés (armée).

AFP. 09.01.09

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

"Génocideurs à Gaza, flics de la pensée en France"

Génocideurs à Gaza et flics de la pensée en France.

Pendant que les génocideurs sionistes s'activent à génocider le peuple palestinien à Gaza, leurs amis s'emploient à museler toute expression en France.

Plus de 750 morts et 3000 blessés Palestiniens, civils pour la plupart, après 12 jours de massacres perpétrés par Israël à Gaza.

Et les Israéliens continuent à se faire passer pour des victimes, comme s'il pouvait y avoir quelque rapport entre les quelques katiouchas qui tombent sur Israël et les tonnes de bombes à l'uranium appauvri déversées sur Gaza.

On aura vu les médias français utiliser toute une dialectique visant à innocenter Israël et à criminaliser le Hamas...

Les médias français à la botte des israéliens et de leurs complices continuent à parler de "riposte" israélienne, de "bavures" à propos des bombes larguées sur une école gérée par l'ONU et des tirs délibérés sur les ambulances.

Ils n'auront pas manqué d'inviter les spécialistes israéliens pour nous parler de leur offensive ; et les amis d'Israël pour nous parler de paix.

Tout le monde aura entendu Avi Pazner, le correspondant permanent des médias, dire qu'"il aimait les Palestiniens"...

Comme preuve de la bonté des israéliens, la communauté internationale aura même obtenu une "trêve quotidienne de 3 heures par jour", pour les besoins de la propagande et dire combien "Israël est bon"...

On a vu Sarkozy s'activer dans la région pour dire que le Hamas était responsable de tout et tenter de "négocier un plan de paix" avec Moubarak, consistant à empêcher le Hamas de se ravitailler en armes...

Sarkozy nous a dit aussi que le "conflit israélo-palestinien" ne devait être importé en France...
Est-ce bien nécessaire qu'il soit importé ou non, puisque nous autres indigènes français, sommes considérés comme des sous-citoyens et nous nous voyons interdire de fait toute opinion, toute expression, tout droit qui n'aient été agréés par les polices de la pensée...

MAM (Michelle Alliot-Marie), Ministre de l'Intérieur, a du reste convoqué les habituels "représentatifs" du culte musulman qui ne se font jamais prier, c'est l'essentiel de leur boulot, pour leur rappeler leur devoir de fidélité naturelle (aux amis d'Israël.)...

Parmi les officines de délation, le "Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme" (sic) dirigé par l'ex-commissaire Ghozlan, s'est montré particulièrement actif dans la traque de tout ce qui lui apparaissait être de l' "antisémitisme". 

Il s'est même particulièrement lâché sur son site : www.sosantisemitisme.org , à propos de ceux qu'il appelle "les islamo-terroristes".

Des forums de l'internet ont été fermés, à l'instigation de www.sosantisemitisme.org du fait de l'abondance de commentaires anti-israéliens, jugés "antisémites", évidemment..

La voix et la volonté d'Israël devant régner partout !

(Source: Daniel Milan - ALTER INFO - 09.01.09)

 

 

17:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

VIDEO HAENDEL (1685-1759)

http://fr.youtube.com/watch?v=0V0OxkKXG-M

01:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

08/01/2009

Les voeux de Jean-Marie Le Pen

Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi de vous souhaitez la bienvenue et de vous remercier d’avoir accepté l’invitation que je vous ai lancée afin de vous présenter mes vœux de Nouvel An et, à travers vous, au peuple français, en ma qualité de Président du Front National et de Député français au Parlement Européen.

L’année 2008 rappelle malheureusement de sombres périodes de notre histoire.

La France a conjugué une crise financière brutale et l’aggravation de la crise économique qui depuis longtemps déjà minait le pays.

Notre industrie, notre agriculture, notre secteur de la pêche, déjà bien malades, subissent les conséquences de la crise bancaire et sombrent inexorablement.

L’insécurité et l’immigration clandestines augmentent, notre existence quotidienne devient plus difficile, notre pouvoir d’achat diminue plus rapidement qu’auparavant, pendant qu’une misère qu’on croyait disparue se fait chaque jour plus visible dans nos villes et nos campagnes.

Mais ce désastre porte en lui-même les germes de notre espérance pour l’année 2009.

Car cette crise, ce sont tous ceux qui nous ont gouvernés ou nous gouvernent qui en sont les responsables.

Oui, les responsables, ce sont les apprentis sorciers de l’économie qui auréolés d’une gloire factice, éblouis par des idées qu’ils croyaient modernes ont détruit Nations, Etats constitués - les équilibres éternels de la Raison d’Etat et de la sagesse immémoriale des peuples - services publics, tous livrés aux lois de la marchandisation universelle.

Ces histrions se voyaient plus grands que l’Histoire dont ils annonçaient la disparition au profit du veau d’or, du nouveau Léviathan, le libéralisme mondialisé !

Mais l’Histoire donne de terribles leçons aux petits marquis poudrés qui nient les réalités essentielles de la vie, mais terrifiantes leçons que payent nos concitoyens !

Car la magie de leurs compétences proclamées, de leur fausse science, de leur technique économique et financières qui n ‘étaient que mensonges et faux-semblants, est bien morte.

Et si leurs erreurs n’accablaient pas nos concitoyens, on s’esclafferait à les voir essayer de rebâtir ce qu’ils ont détruit hier, en nous présentant le retour en arrière comme l’alpha et l’oméga de la réforme !

Les voilà tous, avec l’ardeur des néophytes, des nouveaux convertis, défenseurs des Nations protectrices des intérêts de la communauté nationale, adeptes du contrôle et des réglementations, eux qui ne juraient hier que par le « laissez faire laissez aller » !

Mais l’année 2009 n’est pas seulement ce roboratif dégonflement de baudruches, cette dégringolade de piédestal, elle est aussi et il faut nous en réjouir l’année du « Bas les masques ! ». Il n’a pas fallu longtemps au fondé de pouvoir des Grands du Cac 40, pour les remercier de leur soutien avant et après son élection ! Ce n’est pas Nicolas Sarkozy, c’est Nicolas Fouquet !

Après l’aumône du paquet fiscal aussi inefficace qu’injuste, nous voilà rentré dans le vif du sujet !
- A TF1, la suppression de la publicité dans l’audio visuel public et la deuxième coupure publicitaire des films et des oeuvres de fiction

- A la grande distribution, l’abrogation de la loi Royer: l’implantation des grandes surfaces dans les villes de moins de 40.000 habitants, dans 300 quartiers de villes de plus de 30.000 habitants, de superettes dans les communes de moins de 2.500 habitants !

- Au secteur privé, le démantèlement de la Poste, l’affaiblissement de l’hôpital public, la réduction programmée de tous les services publics !

Et pour couronner le tout, une immigration clandestine si faiblement combattue qu’elle est objectivement encouragée par ces nouveaux esclavagistes, ces négriers des temps modernes qui se livrent à une exploitation éhontée de cette misère humaine.

Doublement profitable puisqu’elle permet dans le même temps de pousser à la baisse les salaires des travailleurs français !

Les voilà, les trente deniers de Judas, de celui qui osait se prétendre, à la place du Front National, mieux que le Front National, le défenseur des Français, de tous les Français et en particulier des plus faibles et des plus démunis !

Mais le Président Nicolas Fouquet, surintendant des finances de cette Europe du capitalisme financier, de cette Europe des Banksters, ne mène pas le bal tout seul !

Tous unis : PS, Modem, Besancenot dans le plus d’Europe et le plus d’immigration, laissant cette fois encore, plus encore que naguère le Front National dans le seul contre tous !

Et c’est avec la conviction d’être aujourd’hui le seul rempart véritable à cette crise, dans la conviction intime que dans les graves difficultés que nous vivons, et qui se profilent plus gravement encore, que le Front National trouve la force de sa renaissance !

C’est pourquoi, profondément imprégné de son indissoluble communauté de destin avec la France, par ce qu’assuré qu’il est le seul, l’unique, le véritable défenseur de la France et des Français, de leur avenir, que malgré les difficultés, les échecs et les trahisons, le Front National renaît toujours de ses cendres lorsque le pays a besoin de lui.

C’est pourquoi, enfin sorti de ses ennuis financiers, le Front national va repartir au combat, à ce combat essentiel qu’il mène depuis plus de trente ans pour la survie, d’abord et la renaissance de la France !

C’est pourquoi je lui souhaite en cette année 2009 mes meilleurs vœux d’espérance !

Ne craignez pas l’avenir, regardez le en face, prenons le ensemble à bras le corps, débarrassés enfin de ces augures menteurs que la crise a mis à nu.

Non, la crise n’est pas inéluctable, elle est la création de leurs erreurs, de leurs fautes, de leur lâcheté et de leurs compromissions.

Souvenez vous que « les Français sont des lions commandés par des ânes » reprenez votre destin en main et ensemble bâtissons l’avenir que méritent la France et les Français.

Je vous souhaite donc que l’année 2009 soit une année de renaissance et de reconquête.

Vive la France !

23:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Le CRIF réagit aux propos de JMLP sur Gaza

Jean-Marie Le Pen a présenté ce jeudi matin ses voeux à la presse.

JMLP voeux 2009.jpg

Le président du FN en a profité pour faire une digression sur Gaza, qu'il a comparé à "un camp de concentration".

"L'offensive de grande envergure lancée contre une population civile, concentrée dans ce qui est un véritable ghetto, un camp de concentration, me paraît choquante. Car ces gens sont enfermés dans un territoire dont ils ne peuvent pas sortir. Ça ressemble à un camp de concentration, oui c'est vrai!", a-t-il dit, rapporte RTL.

Quand on lui demande si ce terme n'est pas connoté: "Il n'y a pas un monopole des camps de concentration! La misère des hommes est identique quelle que soit leur nationalité et leur couleur."

Le CRIF n'a pas manqué de réagir à ces propos.

Le Conseil représentaif des institutions juives de France a dénoncé "le vocabulaire d'amalgame outrancier et mensonger" de Jean-Marie Le Pen.

(Source Le Post - 08.01.09)

 

23:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

Fusillade de Carcassonne: le sergent a été révoqué

Le sergent qui avait fait 17 blessés lors d'une journée portes ouvertes dans une caserne de Carcassonne, en tirant par erreur à balles réelles le 29 juin 2008, a été révoqué de l'armée de Terre, a dit mercredi 7 janvier le colonel Benoit Royal, confirmant une information du site internet du Midi Libre.

Cette sanction disciplinaire, qui a été notifiée au sergent Nicolas Vizioz mercredi, conduit à «sa révocation définitive des cadres de l'armée et à son retour à la vie civile», a précisé le porte-parole de l'armée de Terre à l'AFP.


Le sous-officier fait par ailleurs l'objet de poursuites judiciaires et encourt une peine de trois ans d'emprisonnement, pour «blessures involontaires».

...............................................................................................................................................................

Au cours de cette fusillade, Gabriel, un petit garçon de trois ans, avait été grièvement blessé.

Le 9 août 2008, le petit garçon est sorti du CHU de Toulouse-Purpan, mais d'une manière "temporaire" vu son état.

"Il s'agit d'une sortie thérapeutique de trois jours, qui pourrait déboucher mardi soir, selon son état, sur un départ vers un centre de rééducation", a indiqué l'avocat de la famille.

L'enfant, qui assistait le 29 juin dernière, à Carcassonne, à une démonstration d'exfiltration d'otage dans la cour de la caserne en compagnie de ses parents, avait notamment été touché à la tête et au coeur.

Lors de cette démonstration devant plus d'un millier de spectateurs, un sergent de 28 ans du 3e Régiment de parachutistes d'infanterie de marine (3e RPIMa) de Carcassonne avait blessé 16 autres personnes, dont 14 civils en tirant à balles réelles au lieu de balles à blanc.


Dans un communiqué antérieur à la sortie de Gabriel, et publié vendredi, la préfecture de l'Aude parlait pour lui d'une "bonne évolution après greffe de peau".

L'enfant avait dû subir plusieurs opérations délicates, notamment pour extraire un éclat de balle de sa boîte crânienne. Il devait de plus être anesthésié, vu son âge, à chaque changement de pansement.

Sa mère, âgée de 29 ans et blessée à une cheville et à une main, reste la seule victime encore hospitalisée.

Un homme et une femme, tous deux âgés de 40 ans, touchés respectivement à une cuisse et à un genou, ont quitté le CHU de Purpan au début de la semaine.

Un autre enfant, Mickaël, âgé de 9 ans, blessé à une cuisse, est sorti le 23 juillet.

Les 12 autres victimes, qui avaient pu regagner leur domicile entre le 29 juin et le 7 juillet "font l'objet de suivis administratif et médical attentifs", a rappelé la préfecture.

Source: AFP-Le Post-  9 août 2008

 

 

22:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Israël: 13ème jour de guerre

Israêl 13ème jour de guerre.jpg

La bande de Gaza faisait face jeudi à une situation humanitaire de plus en plus alarmante après la suspension des opérations de la principale agence humanitaire de l'ONU au moment où le bilan des morts de l'offensive israélienne atteignait les 763 morts.  

L'Unrwa, l'agence de l'ONU d'aide aux réfugiés palestiniens, a décidé de suspendre ses opérations après qu'un de ses convois eut été touché par des obus de l'armée israélienne. Un chauffeur palestinien a été tué dans l'incident, près de terminal d'Erez entre Gaza et Israël.
"L'Unrwa a suspendu ses opérations à Gaza", a affirmé Chris Gunness, le porte-parole de l'agence. "Nous maintiendrons cette suspension tant que les autorités israéliennes ne garantiront pas la sécurité de nos équipes".

Déplorant une situation humanitaire critique, il a affirmé qu'elle empire "d'heure en heure" en dépit de l'interruption quotidienne des combats par l'armée israélienne pendant trois heures, une pause jugée "insuffisante".

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné dans un communiqué l'attaque israélienne contre le convoi, qui était clairement marqué par des drapeaux de l'organisation.

Un million de personnes vivent sans électricité, 750.000 personnes sont sans eau et tous les hôpitaux fonctionnent en continu grâce à des générateurs de secours menacés de s'arrêter en cas de manque d'essence, a détaillé M. Gunness.

"Nous disposons de réserves alimentaires pour quelques jours, pas des semaines", a-t-il insisté.

Le département d'Etat américain a aussi appelé jeudi Israël à prolonger les horaires d'accès de l'aide d'urgence dans la bande de Gaza, dénonçant une situation humanitaire "terrible".

"Nous pensons qu'il doit être ouvert plus longtemps", a déclaré un porte-parole, Robert Gibbs, à propos du couloir humanitaire ouvert mercredi.

"Nous pensons évidemment que la situation humanitaire est terrible. Nous sommes très préoccupés de ce qui se passe sur le terrain", a-t-il encore ajouté.

Alors que la situation humanitaire se dégradait, les attaques israéliennes se sont intensifiées avant et après la pause humanitaire de trois heures. Dans la soirée des combats violents se déroulaient à Gaza-ville.

21:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Crise: une gouvernance mondiale est "inévitable"

Trois mondialistes 8 janv 09.jpg
Trois mondialistes  - 8 janvier 2009
Tony Blair le 8 janv 09.jpg
Nouveau monde, nouveau capitalisme!

Les dirigeants allemand et français, Angela Merkel et Nicolas Sarközy, ont lancé jeudi avec l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair un appel à une gouvernance mondiale de l'économie, enjoignant à Washington de s'unir pleinement à leurs efforts, au cours d'un colloque à Paris.

"A crise mondiale, réponse mondiale", il doit y avoir "de nouvelles enceintes et de nouvelles décisions", a souligné le président français à l'ouverture du colloque sur les voies de régulation du capitalisme mondial.

"Nous avons besoin que la Chine apporte sa force d'entraînement, que le Brésil dise sa part de vérité, que l'Afrique soit associée à ce que nous allons construire, et que nous rebâtissions ensemble un système international", a-t-il insisté.

"Les décisions, nous les prendrons le 2 avril, à Londres", au cours d'une réunion du G20 où les dirigeants des grands pays développés et émergents doivent poursuivre leurs discussions pour relancer l'économie mondiale et mieux réguler les marchés financiers, a-t-il dit.

La chancelière allemande a exprimé l'espoir que de nouvelles règles financières voient le jour "dès le mois d'avril". Elle a suggéré la création d'un "conseil économique" mondial aux côtés du Conseil de sécurité de l'ONU.

 

"Il est possible qu'en dehors du Conseil de sécurité, on ait également un Conseil économique qui fasse autre chose que l'ECOSOC", le Conseil économique et social des Nations unies qui "passe des mois, des années à rédiger certaines expertises", a déclaré Mme Merkel dans son discours.

Le G8 (Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, France, Etats-Unis, Japon, Canada, Russie) "n'est plus un groupe qui peut faire régner l'ordre" sur les marchés, a-t-elle souligné.

Elle s'est également prononcée en faveur de l'établissement d'une "charte pour une économie à long terme raisonnable" à l'image de la charte des Nations unies sur les droits de l'homme.

M. Blair, coorganisateur du colloque, qui accueillait notamment le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet et le directeur général de l'Organisation mondiale du Commerce Pascal Lamy, s'est lui aussi prononcé pour l'établissement d'un système de "gouvernance" mondiale de l'économie.

Il a jugé "inévitable" une "refondation du système de supervision internationale" comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI).

Mme Merkel, MM. Blair et Sarközy ont tous trois souligné la nécessité que les Etats-Unis, qui se sont montrés réticents à l'idée d'une régulation plus forte du marché, s'associent pleinement à ces efforts.

"Aucun pays ne peut agir seul aujourd'hui , même les Etats-Unis, si puissants soient-ils", a souligné la chancelière allemande.

"Que les choses soient claires: au 21e siècle il n'y a plus une seule nation qui puisse dire ce qu'il faut faire, qui explique aux autres : "payez la dette qui est la nôtre"", a pour sa part lancé M. Sarközy.

Il a dit espérer "de tout coeur" que les Etats-Unis "accompagneraient ce changement".

"Nous avons toutes les raisons de faire confiance au président Barack Obama, dont j'ai cru comprendre qu'il avait été élu sur le changement et donc la volonté de reconstruire un ordre nouveau", a encore déclaré M. Sarközy, à l'issue d'un entretien avec Mme Merkel.

19:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Madoff avait caché des bijoux de grande valeur...

Madoff a caché des bijoux.jpg
Madoff (c) le 5 janvier 2009

Le financier américain Bernard Madoff, accusé d'une gigantesque fraude, a essayé de cacher des bijoux, notamment des montres en diamants, contrevenant aux conditions de sa liberté sous caution, a indiqué le parquet mercredi.

Le parquet de New York avait demandé lundi l'emprisonnement du financier, affirmant qu'il avait contrevenu aux conditions de sa liberté sous caution en cachant des bijoux, alors que ses avoirs sont gelés. Le juge fédéral qui doit se prononcer sur cette demande avait réservé sa décision, attendant un complément d'informations.

Pour le parquet, qui a publié des détails mercredi, Madoff représente "un danger pour la société" car il n'a pas respecté les conditions de sa liberté sous caution. Les avocats de Madoff devraient faire parvenir mercredi leur réponse au juge, et le gouvernement a ensuite jusqu'à jeudi midi pour apporter de nouveaux arguments.

Le bureau du juge Ronald Ellis a indiqué à l'AFP que la décision d'emprisonner ou non Madoff serait certainement annoncée vendredi ou lundi.

Selon le document du parquet, Madoff "a envoyé un paquet contenant en tout environ 13 montres, un collier de diamants, une bague en émeraude et deux paires de boutons de manchette. Le gouvernement a été informé que la valeur de ces objets pourrait dépasser un million de dollars".

Madoff a aussi envoyé à des membres de sa famille une montre Cartier et une montre Tiffany, toutes deux serties de diamants, quatre broches en diamants et d'autres bijoux. Tous ces objets ont été remis au gouvernement, a indiqué le bureau du procureur.

Le Wall Street Journal, citant le procureur, affirmait lundi que ces objets avaient été envoyés par Madoff et sa femme Ruth à leurs fils, au frère de Madoff et à un couple en Floride.

Son avocat, Ira Sorkin, avait expliqué que ces envois avaient été faits "innocemment".

Bernard Madoff, 70 ans, a été arrêté le 11 décembre dernier et accusé d'une fraude "pyramidale" portant sur quelque 50 milliards de dollars, qui a fait perdre des fortunes à des banques, des particuliers, des universités ou des organisations caritatives juives.

Il a été libéré sur promesse de versement d'une caution de 10 millions de dollars, garantie notamment par son appartement de Manhattan, où il est assigné à résidence 24 heures sur 24.

19:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les Juifs ultra-orthodoxes manifestent

Juifs ultraorthodoxes manifestation.jpg
07/01/2008 – 19h00


TEL AVIV (NOVOpress) – Plusieurs dizaines de juifs ultra-orthodoxes appartenant à un courant radical antisioniste, ont manifesté aujourd’hui contre l’offensive israélienne à Gaza.

Appartenant au groupuscule des Neturei Karta (« Les gardiens de la Cité »), ces militants juifs se sont rassemblés dans le quartier de Méa Shéarim, brandissant des pancartes appelant à « stopper le massacre terroriste sioniste à Gaza ». Autres mots d’ordre : « Nous sommes contre le gouvernement sioniste », ont scandé les manifestants en criant « Gevald ! », terme yiddish voulant dire : « Sauve-qui-peut ! ».

Les Neturei Karta sont radicalement opposés à la création de l’Etat d’Israël qui, selon eux, ne pourra intervenir que lors de la venue du Messie. Par ailleurs, ils soutiennent également la politique nucléaire de l’Iran et les mouvements radicaux palestiniens. Des revendications explosives en terre israélienne...


 http://fr.novopress.info

01:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Pas question de pouponner!

Rachida Dati a quitté la clinique de la Muette à Paris (16e arrondissement), mercredi matin à 9 h 45, avec sa petite Zohra. Son bébé dans les bras, la Garde des Sceaux est sortie sous les applaudissements d'une quinzaine de badauds, lui criant  «Félicitations !» . Elle était accompagnée d'une de ses soeurs et de quelques proches.

 
Multimédia
Video : Nos images de sa sortie
 
 
En savoir plus
Le tour du monde des congés maternité
 
 

Une voiture officielle l'attendait. Elle s'est ensuite rendue à l'Elysée à 11 heures, ce mercredi, pour participer au conseil des ministres et assister aux voeux du président de la République. La Garde des Sceaux est arrivée parmi les dernières, entourée de Roselyne Bachelot (Santé), Christine Lagarde (Economie) et Alain Marleix (Collectivités locales). En tailleur noir et talons hauts, la ministre de la Justice, très souriante, a brièvement posé pour les photographes au moment de pénétrer dans le palais.

 

Une présence «de tous les instants»

Nicolas Sarközy a «particulièrement salué» mercredi en Conseil des ministres la «jeune maman», a déclaré le porte-parole du gouvernement Luc Chatel. Peu avant le Conseil des ministres, tous les membres du gouvernement ont également «félicité Rachida pour cette naissance», au cours d'un petit-déjeuner qui les réunissait au ministère de l'Intérieur, a-t-il assuré.
Interrogé sur le très court congé pris par la ministre à l'issue de son accouchement, Luc Chatel a estimé que la position ministérielle impliquait une présence «de tous les instants». «Rachida a toujours dit qu'être maman c'était le plus grand des bonheurs, mais en même temps qu'elle avait des fonctions importantes qu'elle continuerait à exercer, ce qui est tout à fait légitime», a-t-il poursuivi.

leparisien.fr - 07.01.09

00:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

07/01/2009

Au Vatican, le cardinal Renato Martino...

Au Vatican, le cardinal Renato Martino, ministre de la Justice et de la Paix, a estimé dans un entretien que la bande de Gaza "ressemble de plus en plus à un camp de concentration".

Dénonçant ces propos, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien, Ygal Palmor, a accusé le cardinal d'employer des termes "tirés de la propagande du Hamas".

Israël affirme que son offensive vise à contraindre le Hamas à mettre fin aux attaques à la roquette, qui ont tué quatre israéliens depuis le 27 décembre.

AFP.07.01.09

23:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

La France a froid, le sud est paralysé, et des sans-abri meurent...

Marseille Parc balnéaire du Prado 7 1 09.jpg
Marseille le 7 janvier 2009

Le sud de la France était paralysé par la neige, mercredi, tandis que le reste du pays continuait de souffrir du froid après une nuit jugée "la plus glaciale de l'hiver". Deux sans-abri sont morts.

A Lille (nord), le corps d'un homme de 32 ans a été retrouvé mercredi dans un parc public du centre-ville, où ce sans-abri est mort probablement de froid, selon les pompiers. A Bobigny, en région parisienne, un homme apparemment sans domicile fixe a été découvert mort d'hypothermie dans la cave d'un immeuble.

Météo France a levé la vigilance orange sur les Hautes Alpes mercredi après-midi, mais a maintenu jusqu'à minuit Les Alpes de Haute-Provence, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Var et le Vaucluse en alerte pour la neige et le verglas.

La nuit de mardi à mercredi, qualifiée de "nuit la plus glaciale de l'hiver" (jusqu'à -20 dans les Ardennes), a laissé place en journée sur tout le pays à un froid mordant (-1 à Paris, -5 dans l'est).

Il faut remonter à 1997 pour trouver des températures plus froides en janvier à Paris et à 1985 pour la Picardie.

En Belgique, où les températures ont chuté jusqu'à moins 20°C, un homme d'une trentaine d'années est mort de froid.

La neige est tombée en abondance sur les Bouches-du-Rhône (20 à 40 cm, y compris sur le littoral), 5 à 10 cm sur l'ouest du Var ainsi que sur le Vaucluse, paralysant le trafic TGV, autoroutier et aérien dans la région de Marseille.

Les intempéries ont privé 12.000 foyers des Bouches-du-Rhône d'électricité.

Les préfets des Bouches-du-Rhône et du Var ont pris des arrêtés interdisant l'accès à l'ensemble du réseau autoroutier des Bouches-du-Rhône et d'une partie du Var, en raison des fortes chutes de neige.

Environ 550 véhicules avec leurs occupants étaient bloqués à la mi-journée sur les deux autoroutes au nord de Marseille, selon les marins-pompiers de Marseille qui procédaient au ravitaillement des automobilistes immobilisés.

Un carambolage dû à la neige et impliquant vingt véhicules --13 voitures et 7 poids lourds-- s'est produit dans l'après-midi sur l'A7, à 15 km de Montélimar (Drôme), faisant un blesser léger et entraînant la fermeture de l'autoroute dans le sens sud-nord.

Le trafic ferroviaire en Paca était aussi très perturbé. Dans l'après-midi, la SNCF a indiqué avoir profité d'une accalmie "pour assurer quatre allers et retours TGV entre Paris et Marseille et une navette TER" entre Marseille et Toulon.

Selon ses estimations, la SNCF table sur "une reprise progressive des circulations pour les trains au départ ou à destination de Marseille".

La circulation était délicate sur les routes secondaires de l'arrière-pays niçois où il est tombé 20 à 30 cm de neige depuis mardi soir à partir de 400 mètres, selon la gendarmerie.

La frontière franco-italienne est fermée depuis mardi soir aux poids lourds.

L'Ile-de-France n'était pas épargnée. La circulation automobile y était parfois difficile mercredi matin sur les axes routiers secondaires.

A Roissy-Charles-de-Gaulle, les vols au départ et à l'arrivée enregistraient une demi-heure de retard en moyenne mercredi après-midi en raison des intempéries rencontrées dans certains aéroports européens.

Plusieurs vols, en provenance ou à destination de Marseille et de Milan (Italie) notamment, ont été annulés, selon Aéroports de Paris (ADP).

De nombreux départements ont annoncé des mesures d'urgence en faveur des SDF. Mardi, le ministère du Logement avait fait savoir qu'en plus des 99.000 places d'hébergement habituellement prévues pour les sans-abri, "11.000 places supplémentaires pouvaient être mobilisées en cas de grand froid", dont "près de 6.000 en Ile-de-France".

Pour la deuxième journée consécutive, il n'y avait pas mercredi de transports scolaires dans de nombreux départements dont la Vienne, la Mayenne,l'Oise et la Somme.

Par ailleurs, plusieurs départements du nord ont suspendu, ou sont en passe de le faire, la chasse à certaines espèces d'oiseaux en raison du froid.

 

23:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Ces photos qui dérangent Israël...

Isréliiens regardant les bombardements.jpg
Jeunes Israéliens observant les bombardements sur Gaza à la jumelle...
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
*
Petite fille retrouvée décapitée après le carnage dans une école de l'ONU - 06.01.09  (ndb: photo supprimée
pour le respect dû aux morts)
*
Cette guerre n'est pas "la nôtre"? Non, ce n'est pas la nôtre, mais dans la mesure où nous sommes des êtres humains doués d'une conscience et d'une sensibilité, nous ne pouvons pas demeurer indifférents à ces massacres d'enfants innocents et nous en faire les complices: ayons au moins le courage de regarder  ces photos.
D'autres images de ce qui se passe REELLEMENT à Gaza:

20:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Carnage dans une école de l'ONU: l'ONU dément formellement la version de Tsahal

Des militants palestiniens ont-ils tiré à partir de l'école de l'Onu sur les soldats israéliens ? Non, affirme l'Onu. La riposte de Tsahal avait fait 43 morts mardi après-midi.

L'armée israélienne l'affirme désormais: des militants palestiniens ont bien utilisé le site de l'école de l'Onu pour tirer au mortier sur les troupes de Tsahal. Mercredi matin, le colonel Olivier Rafowicz, un porte-parole de l'armée, a même donné l'identité de deux des tireurs. Il s'agirait d'Imad et de Hassan Abou Askhar, qui ont été tués par la riposte des soldats israéliens.

Initialement, l'armée déclarait "qu'apparemment, les tirs venaient de l'école".
L'Onu dément la présence de combattants palestiniens et demande une enquête indépendante pour déterminer s'il y a eu "crime de guerre". L'Onu rappelle que ses écoles, signalées par le drapeau de l'Onu, servent de centres d'accueils pour les réfugiés et que les autorités israéliennes avaient été prévenues de leur présence sur le site visé par l'artillerie de Tsahal.

D'autre part, une version différente est confiée à Ouest-France:

Le correspondant d'Ouest-France, Radjaa Abou Dagga, est retourné sur les lieux du drame, mercredi matin. Il a rencontré le père d'Imad Abou Askhar qui lui a donné une version différente de celle des Israéliens.


Selon le père d'Imad, il n'y a aucun membre de sa famille qui porte le nom de Hassan. Quant à Imad, qui a bien péri lors de la riposte israélienne, il s'agirait d'un enfant de 12 ans.

Cet enfant aurait été tué alors qu'"il jouait dans la cour de l'école avec des enfants de réfugiés", rapporte notre correspondant qui s'est fait confirmer cette version par des voisins.

Cette tragédie a, en tout cas, suscité un élan de compassion dans les médias israéliens. Le quotidien Haaretz a même publié une "prière pour les enfants de Gaza" écrite par l'un de ses éditorialistes, alors que d'autres journaux s'interrogaient ouvertement sur la responsabilité de Tsahal.
Ouest-France - 07.01.09

19:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (36)

Fin du juge d'instruction: interview de Christophe Regnard

chistophe-regnard-est-president-de-l-usm-l.jpg
LCI.fr : Nicolas Sarkozy pourrait annoncer dès cet après-midi la suppression du juge d'instruction, cela vous surprend-il ?
Christophe Régnard, ancien juge d'instruction et président de l'Union syndicale de la magistrature : Il y a de quoi être doublement surpris. Sur la forme, d'abord, car il existe actuellement une commission de réflexion, mise en place par Rachida Dati, qui doit rendre le mois prochain ses premières conclusions sur cette question précise du juge d'instruction. Il est donc étonnant que le chef de l'Etat annonce des mesures avant même la remise de ce rapport. Cela étant, on pourrait s'en accommoder si, sur le fond, la situation n'était pas aussi grave. Car l'idée même de transférer des pouvoirs qui appartiennent à un juge indépendant à un autre magistrat, du parquet, qui ne l'est pas, représente une atteinte grave aux libertés publiques.
LCI.fr : Quelles seraient les conséquences directes sur les conditions de l'instruction ?
C.R. : Actuellement le juge d'instruction n'intervient que dans 5% des affaires judiciaires. C'est peu, mais cela représente tous les dossiers les plus compliqués et les plus graves en matière de crimes et d'affaires correctionnelles. C'est parce qu'il est indépendant et qu'il n'a de compte à rendre à personne qu'il est saisi de ces affaires. Il est une garantie pour les citoyens. Si on transfère cette compétence au parquet, il va y avoir un gros problème car ce dernier est complètement dépendant du pouvoir politique, par sa nomination et par sa structure hiérarchique. Cela veut dire que demain, les mêmes affaires devront être traitées par quelqu'un qui sera sous la mainmise directe des hommes politiques en place.
LCI.fr : Cela signifierait-il la fin des enquêtes dites "sensibles" ?
C.R. : C'est évident qu'avec un tel système il ne pourra plus y avoir d'enquêtes sur des affaires politico-financières, ou de santé publique, ou sur toute autre affaire où des politiques pourraient se voir mis en examen. Se pose également la question de l'action publique. Si on supprime les juges d'instruction, je ne vois pas bien vers qui les parties civiles pourront se tourner pour que l'enquête puisse être menée si le parquet refuse de se saisir. Alors que les victimes sont mises au cœur de toute la procédure pénale par Rachida Dati depuis 18 mois, la réforme préconisée va nuire à leurs droits !
LCI.fr : Ce n'est pas la première fois qu'est envisagée la suppression du juge d'instruction. Sa double casquette de juge et d'enquêteur est critiquée depuis longtemps. Tout comme certains abus de pouvoir. Il y a eu l'affaire d'Outreau, mais aussi l'affaire Philippis, plus récemment…
C.R. : C'est un vieux serpent de mer. On en parlait déjà en 1988. A l'époque, il n'y avait pas encore eu l'affaire d'Outreau. Et Mireille Delmas-Marty (ndlr : pénaliste, professeur au collège de France) qui avait mené d'importants travaux sur cette question, avait mis l'indépendance du parquet comme corollaire à la suppression du juge. Le post-Outreau est donc un faux argument. D'autant que depuis, des améliorations ont été apportées. Des pôles de l'instruction ont été créés depuis 9 mois et début 2010, il devait y avoir une nouvelle étape de franchie, à savoir la collégialité de l'instruction. On n'a même pas tiré le bilan de tout cela que l'on décide de tout casser.
La vérité, c'est que le pouvoir politique en place veut se payer le juge d'instruction parce qu'il a dans les années 80-90 fait preuve de beaucoup d'allant pour poursuivre et condamner les hommes politiques et un certain nombre de grands patrons, comme il le faisait avec des citoyens lambdas. Nicolas Sarkozy veut lui régler son compte définitivement. Alors on nous invente tout un tas d'excuses hypocrites. La réalité, c'est qu'on a récemment eu la grâce partielle de Jean-Charles Marchiani. Et maintenant, on s'arrange pour qu'il ne puisse plus jamais être inquiété puisqu'il ne pourra plus jamais y avoir d'enquête. Le parquet ne peut être indépendant vu les atteintes
massives faites à l'institution judiciaire depuis 18 mois.
LCI.fr : c'est-à-dire ?
C.R. : Jusque là, on n'avait jamais vu un procureur convoqué à la Chancellerie pour répondre de propos tenus à l'audience, on n'avait jamais vu des magistrats entendus à 3 heures du matin pour rendre compte sur des décisions qu'ils ont pu rendre, on n'avait jamais vu des procureurs généraux venir rendre compte de décisions prises par des juges du siège, donc indépendants… Tout ceci a créé une situation explosive dans le corps judiciaire. Il faut ajouter à cela une réforme du Conseil supérieur de la magistrature dans laquelle les magistrats deviennent minoritaires, ce qui est un exemple unique dans les démocraties dans le monde. Visiblement, on raye complètement  de la carte le troisième pouvoir, au profit de l'exécutif. C'est scandaleux. Et nous resterons vent debout contre une réforme qui paraît contraire aux intérêts de nos concitoyens.

LCI.fr : Pour pallier la disparition du juge d'instruction, il est envisagé que les enquêtes judiciaires soient confiées au parquet, sous le contrôle d'un magistrat du siège, appelé "juge DE l'instruction"...
C.R. : C'est un leurre ! Le contrôle du parquet ne pourra être que formel. L'intérêt du juge d'instruction, c'est qu'il assure le suivi d'un dossier dans la continuité. Le juge "de" l'instruction n'interviendra que de manière ponctuelle, pour autoriser une perquisition, une écoute téléphonique, ordonner ou pas une expertise... Comme l'a dit mardi le juge antiterroriste Gilbert Thiel, le juge "de" l'instruction va se transformer en "tamponneur". Submerger par le nombre de dossiers, il se contentera d'apposer son paraphe sur ce qu'on lui demandera de signer. Je le répète, c'est un leurre, les garanties offertes en parallèle n'existent pas.

LCI.fr : L'autre syndicat de magistrats, le SM, ainsi que de nombreux avocats, ne s'opposent pas, voire sont favorables à la suppression du juge d'instruction, à la condition expresse que le parquet devienne indépendant. Pas vous ?
C.R. : C'est une question à laquelle je n'ai même pas envie de répondre. Le parquet en France, sauf nouvelle réforme de la Constitution, n'est pas indépendant. Il est nommé par le pouvoir politique. Tout ce qui pourrait être proposé dans le contexte actuel, avec le pouvoir actuel, serait un marché de dupe.

LCI.fr : Le SM appelle à un boycott du discours de Nicolas Sarkozy devant la Cour de
cassation ce mercredi. Et vous ?
C.R. : Non, je serai présent pour entendre exactement ce qu'il va se dire. Pour ensuite pouvoir réagir.

19:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sarközy veut supprimer le juge d'instruction

Dati née de mère juive algérienne.jpg
Dati le 7 janvier 2009 

Nicolas Sarközy a annoncé mercredi son intention de supprimer la fonction du juge d'instruction, magistrat indépendant et l'un des piliers du système pénal français depuis près de 200 ans, pour en faire un "juge de l'instruction" qui ne serait plus chargé des enquêtes.

 

 

A l'occasion de la rentrée de la Cour de Cassation, le chef de l'Etat a confirmé des informations parues dans la presse, en estimant qu'il était "temps que le juge d'instruction cède la place à un juge de l'instruction, qui contrôlera le déroulement des enquêtes mais ne les dirigera plus".

Oter au juge d'instruction ses pouvoirs d'enquête reviendrait à les transférer aux seuls magistrats du parquet, hiérarchiquement soumis au ministère de la Justice.

Selon M. Sarközy, "le juge d'instruction en la forme actuelle ne peut être l'arbitre". "Un juge en charge de l'enquête ne peut raisonnablement veiller, en même temps, à la garantie des droits de la personne mise en examen", a-t-il plaidé.

Le président a insisté sur la nécessité de placer "le contradictoire au coeur de tout" dans le cadre d'une justice "plus soucieuse des libertés" et "plus adaptée aux évolutions de la police technique et scientifique".

"A l'heure de l'ADN, la procédure pénale ne peut plus avoir pour seul socle le culte de l'aveu. Elle doit avoir le culte de la preuve", a-t-il affirmé, invoquant la mise en place d'un "habeas corpus à la française", référence à l'antique procédure anglo-saxonne protégeant contre les détentions arbitraires.

Ainsi, le chef de l'Etat a annoncé sa volonté d'instaurer une "audience collégiale publique" pour le placement en détention provisoire, ce qui entraînerait la disparition du juge des libertés et de la détention (JLD), créé par la loi sur la présomption d'innocence en 2000.

Cette proposition était l'une des recommandations en 2006 de la commission parlementaire chargée d'enquêter sur le fiasco de l'affaire d'Outreau.

Dans le même esprit, il a également appelé de ses voeux "une audience publique sur les charges" reprochées aux personnes poursuivies.

Cette réforme qui devra être "engagée dès cette année", intervient moins d'un an après la mise en place en mars des pôles de l'instruction, une innovation également consécutive à Outreau, censée renforcer les droits de la défense.

Par ailleurs, M. Sarközy a confirmé son intention de dépénaliser la diffamation, en la transformant en une faute donnant à la victime un droit à "réparation" financière.

Avant même d'avoir été officiellement annoncé par le chef de l'Etat, ce projet a suscité un tollé dans l'opposition qui dénonce une atteinte à l'indépendance de la justice, alors qu'à droite, certains réclament le temps du débat.

M. Sarközy veut "mettre désormais des juges directement sous contrôle du pouvoir politique", a jugé le porte-parole du PS Benoît Hamon.

"Extrêmement choquant, dangereux", ce projet risque "d'ébranler ce qui a fait l'équilibre de la société française", a jugé de son côté le président du Mouvement démocrate François Bayrou.

Une centaine d'avocats et de juges d'instruction, munis de pancartes sur lesquelles on pouvait notamment lire "procureur = justice dépendante du politique = justice à deux vitesses" pour protester contre la suppression du juge d'instruction, ont tenté d'approcher la Cour de Cassation, située dans le palais de Justice de Paris, mais en ont été empêchés par la police.

19:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)