Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2008

Un transexuel est enceint(e)

 

«Notre situation pose des questions juridiques, politiques et sociales inédites. Pour le moment, nous essuyons seulement le rejet de quelques personnes choquées par notre démarche», raconte cette semaine Thomas Beatie, dans la revue américaine gay The Advocate. Et pour cause.

En juillet prochain, ce trentenaire sera le papa d'une petite fille... qu'il aura lui-même mis au monde !

Pour comprendre cette histoire, il faut revenir quelques années en arrière, à la naissance de Thomas Beatie, transexuel né femme du nom de Tracy Lagondino.

Il y a dix ans, après une opération pour devenir légalement un homme, il épouse Nancy avec qui il vit dans l'Orégon. Le rêve d'avoir un enfant s'amenuise le jour où l'épouse devient stérile à la suite d'une hystérectomie (ablation de l'utérus). Alors Thomas propose une solution inédite : porter l'enfant.

«Le premier médecin que nous sommes allés voir était un endocrinologiste, explique-t-il. Il était choqué par notre idée et m'a proposé d'aller plutôt me faire un soin capillaire... Puis après une consultation à 300 dollars, il a accepté à contrecœur de me faire un bilan de santé initial. Tout en exigeant que nous nous rendions également dans un clinique psychiatrique pour savoir si nous étions prêts à porter un enfant».

Après avoir arrêté son traitement hormonal pour pouvoir enfanter, Thomas Beatie retrouve très vite un cycle menstruel. «Je n'avais plus eu de règles depuis environ huit ans !, s'étonne-t-il. Mon corps s'est régulé de lui-même au bout de seulement quatre mois».

A cette étape, le mari décide alors de tenter une insémination inédite, par l'intermédiaire d'une banque de sperme à donneurs anonymes, qui a fonctionné à le seconde tentative. La naissance est prévue pour le 3 juillet prochain.

Interrogé sur le plateau d'une émission de la chaîne américaine ABC, le docteur Masterson a expliqué la possibilité d'une telle histoire : «Un homme transexuel peut tomber enceinte parce qu'il a les mêmes organes qu'une femme» ;

On ne trompe pas la nature!

119219472.jpg

Photos mal cadrées? Pas si sûr...

459909386.jpg

22:01 Publié dans Blog | Tags : sarkozy, photos 2007 | Lien permanent | Commentaires (4)

Infra-humains

1017188527.jpg
Sa femme et rabatteuse, Michèle Olivier
1194413267.jpg

AFP. Le tueur en série présumé Michel Fourniret se décrit comme "un être mauvais et dénué de tout sentiment humain" dans le document qu'il a transmis jeudi à la cour d'assises des Ardennes pour justifier son souhait de garder le silence à son procès, dont l'AFP a obtenu une copie.

Avant de suspendre l'audience vers 17H30, le président de la cour Gilles Latapie a distribué aux avocats une photocopie du document dans lequel le tueur en série présumé reprend sa formule lancée dès l'ouverture: "Procès sans huis clos, bouche cousue!", et s'en explique.

"Difficile de prendre la parole quand ce que l'on a à dire n'est pas plus beau que le silence", écrit Michel Fourniret, s'inspirant d'un proverbe chinois, en préambule de ce texte manuscrit d'une dizaine de pages au style ampoulé.

"La présence (au procès, ndlr) d'une assistance composée de X fois plus de curieux et de désoeuvrés de toute qualité que de personnes concernées musèle inévitablement le coupable, que je suis c'est-à-dire un être mauvais et dénué de tout sentiment humain", ajoute-t-il.

Fourniret, accusé de cinq meurtres et deux assassinats de jeunes femmes ou adolescentes après des viols ou tentatives de viols entre 1987 et 2001, minimise également la part de responsabilité de son épouse Monique Olivier en affirmant qu'elle "est tombée dans les filets odieux d'un manipulateur".

"M.O (Monique Olivier, ndlr) ne fut pour moi qu'un objet que mon absence de scrupules manipula constamment par un jeu pervers consistant à dire à une pauvre paumée romanesque ce qu'elle avait soif d'entendre, mais c'est constamment que je la frappais", poursuit-il.

Le procès de Michel Fourniret et de son épouse et complice présumée Monique Olivier, s'est ouvert jeudi vers 10H30 à Charleville-Mézières. Il doit durer deux mois.

Répétant qu'il souhaite un procès sans public ni journalistes, le principale accusé assure dans son texte transmis sous la forme d'une liasse de feuilles roulées que sa "position de mutisme (...) puis la décision de boycotter le procès furent pesées et mûries longuement".

Dans des termes très confus, il nie à nouveau toute responsabilité dans la disparition de la petite Estelle Mouzin, et dans les dossiers Joanna Parrish et Marie-Angèle Domèce qui lui ont valu une mise en examen pour assassinat mi-mars.

Il évoque également son désir de rencontrer en tête à tête les familles de ses victimes présumées et son souhait de se passer de ses avocats.

"Je viens ici leur demander de recouvrer à la fois leur indépendance d'opinion et leur dignité en déclinant une commission (d'office) qui les voue à une présence réduite à un rôle de potiche indigne de leur qualité", écrit-il.

"Le fond de ce document est sans intérêt. Il contient sa logorrhée habituelle", a réagi à la fin des audiences Me Alain Behr, avocat d'une des parties civiles, soulignant la "mégalomanie" et la "perversion" de Michel Fourniret.

"Ce texte lui correspond, il est dans la ligne des correspondances qu'il a écrites depuis quatre ans", a estimé de son côté Me Pierre Blocquaux, un des avocats de Fourniret.

LA MORT POUR LES IMMONDES!

26/03/2008

Philippe Randa

LES NOUVEAUX IDIOTS UTILES
Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

Une actualité en chassant une autre, gageons que les droits de l’homme tibétains finiront par laisser la place à d’autres tout aussi bafoués et Dieu sait s’il y en a … Enfin, Dieu ou plutôt les États-Unis d’Amérique, ses représentants auto-proclamés, qui ne cessent inlassablement de les dénoncer partout, mais plus particulièrement où leurs intérêts sont en jeux.
Car il y a répression et répression, n’est-ce pas ? D’un côté, celle des vilains du mois : les Chinois ! Ils sont très nombreux : plus d’1 milliard 400 000 rien que chez eux, sans compter ceux du XIIIe arrondissement parisien. Ils ont les yeux bridés, tout comme leurs victimes, les Tibétains, qui, eux, sont moins de six millions, chiffre symbolique, lourd de danger d’extermination potentiel. En cours, l’extermination, même si pour l’instant elle reste quelque peu timide : 19 morts pour l’agence Chine nouvelle, 99 pour le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala, auxquels il convient d’ajouter les bastonnés et les emprisonnés.
Ces morts – à 80 près, mais quand on ne s’aime pas, on ne va pas perdre son temps à compter – n’en finissent pas d’être brandis par tous les médias de la planète pour stigmatiser l’abominable régime de Pékin et faire oublier un autre bilan comptable, celui des 4 000 Américains tués en Irak depuis sa « libération » en 2003 et les quelques 80 000 victimes civiles irakiennes…
Assurément, le Monde va mieux depuis que Saddam Hussein a été vaincu, mais on frémit tout de même à l’idée de ce qu’il serait si le Président de la République populaire de Chine Hu Jintao connaissait le même sort.
À cet égard, ce pays, à l’instar de la Russie de Vladimir Poutine et de l’Iran de Mahmoud Ahmadinejad, ne cesse à l’évidence d’empêcher les États-Unis de dominer économiquement le Monde comme il l’entend. Il était donc grand temps de dénoncer ce scandale. Le Comité international olympique en a fourni une superbe occasion en choisissant l’Empire du Milieu pour que s’y déroulent les Jeux de la 29e Olympiade.
C’est l’occasion pour nombre d’associations, d’ONG et d’officines, toutes plus ou moins manipulées par l’Oncle Sam de clouer les successeurs du Grand Timonier au pilori des sacro-saints Droits de l’homme made in America. Il n’y a là rien de bien nouveau : entre les années 60 et 80 du siècle dernier, les mêmes associations et officines œuvraient pour le Bloc soviétique… La plupart de leurs responsables d’alors étaient tout aussi stupides que sincères. Les communistes parlaient d’eux comme des « idiots utiles ».
Bien utiles, assurément.

VIDEO Arrivée à Windsor!

http://www.dailymotion.com/video/x4uod9_french-president-...

C'était bien la peine de couper la tête à notre Roi!

Windsor: quelques règles du rigide protocole à l'usage des invités

Les Sarközy séjourneront à Windsor, le château favori de la reine Elizabeth II. "C'est la souveraine qui invite. Le choix de Windsor marque une considération et une affection particulières pour la France" : comme l'indique un diplomate français à Londres, la résidence de week-end d'Elizabeth II, située à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Londres, incarne l'institution monarchique. Windsor, c'est le nom de la dynastie, adopté par George V en 1917 pour faire oublier les origines allemandes de la lignée actuelle, issue des Hanovriens puis étendue aux Saxe-Cobourg. A 81 ans, le monarque le plus âgé ayant jamais régné a pris une demi-retraite dans cette forteresse grise, emblème du comté du Berkshire.

érences

 

 

Elizabeth II a effectué quatre visites d'Etat (1957, 1972, 1992 et 2004) en France, le pays européen qu'elle a le plus souvent visité. La dernière célébrait le centième anniversaire de l'Entente cordiale. A cette occasion, Jacques Chirac s'était aussi rendu à Londres.

 

Lors du banquet offert mercredi soir par la maîtresse des lieux dans le St George's Hall, décor grandiose néogothique avec lequel seule la galerie des glaces de Versailles peut rivaliser, le couple présidentiel français devra respecter le très strict cérémonial de la cour d'Angleterre. Pas question de familiarités comme avec la chancelière Angela Merkel, ou d'entorses au protocole comme lors de la rencontre avec le pape Benoît XVI, pendant laquelle le chef de l'Etat français avait joué avec son téléphone portable. Elizabeth II n'a jamais transigé avec la majesté de la fonction.

 

Même ses amis les plus proches l'appellent "Ma'am"(à prononcer "ham"). C'est elle qui vient vers vous, pas le contraire. La doyenne des têtes couronnées d'Europe adresse toujours la parole en premier. Ni accolade ni poignée de main, encore moins de baisers. A table, il faut rester "up straight", droit comme un i, les mains posées de préférence, entre les plats, sur les genoux et sous la table.

JAMAIS DE SUJETS PERSONNELS!

 

Elizabeth II est une personnalité à deux faces, qu'elle ne montre jamais simultanément. L'une lointaine et froide, l'autre affectueuse et drôle. Le problème pour ses invités est qu'ils ne savent jamais auquel des deux visages ils ont affaire. Dès lors, la conversation est un exercice compliqué. Si elle s'acquitte de sa tâche diplomatique avec un art consommé, la discussion va rarement au-delà des poncifs. Si on essaie de l'entraîner hors des banalités d'usage, elle vous arrête d'un "c'est très intéressant" ponctué d'un sourire et change de sujet. Introvertie, la dame ne tolère ni l'humour agressif ni les blagues vulgaires.

Une règle d'or : ne parlez jamais de choses personnelles - famille, santé, états d'âme. La reine n'est pas non plus une intellectuelle. Seuls les historiens de la monarchie et les experts militaires semblent trouver grâce à ses yeux. Elle a peu d'intérêt pour les arts, exception faite de la photographie. Les grandes questions philosophiques ne passionnent guère une personnalité terre à terre, rurale dans l'âme, qui ne jure que par les chevaux de course.

N'essayez surtout pas de lui en mettre plein la vue. C'est une pro qui a eu pour interlocuteurs onze premiers ministres britanniques, autant de présidents américains, tous les présidents de la Vème République. C'est aussi une experte du repérage social, jaugeant les détails qui font le gentleman - les chaussures en particulier. La reine n'est pas très au fait de la haute technologie, tout juste connaît-elle l'existence d'Internet, qu'elle ne maîtrise pas, et du Blackberry.

La "première dame de France", Carla Bruni-Sarközy, doit le savoir : la reine préfère être entourée d'hommes et déteste les conversations "de femmes". Elle ne s'intéresse pas vraiment à la mode, se maquille peu et aime être vêtue de manière classique. Détestant l'univers libertin, Elizabeth est très prude, plutôt coincée. Elle n'a connu qu'un seul homme dans sa vie, Philip

(le Monde - 26 mars 08)

Comme l'a déclaré Sarközy: "Windsor, c'est la classe! "

Tout le monde espère une gaffe, guette l' impair, la bévue!  Suspense!

Mais qu'il fasse attention à ses chaussures!

Subventions à des associations d'obédience maçonnique

1838119098.jpg
A Montpellier mardi 25 mars, le tribunal administratif a dû réfléchir à une question inédite : des collectivités territoriales, en l'occurrence la ville de Montpellier et la région Languedoc-Roussillon, peuvent-elles subventionner des associations d'obédience maçonnique ?

A la tête de l'Association des contribuables de l'Hérault, Martine Petitout est convaincue du contraire et a décidé en 2005 de poursuivre en justice les deux collectivités pour une large part des subventions qu'elles ont accordées en 2004 et 2005 au titre du soutien à la vie culturelle à une association baptisée Centre culturel montpelliérain (CCM). L'action en cours porte ainsi sur une subvention de 60 000 euros accordée par le Conseil régional, et une subvention de 443 968 euros accordée par la commune de Montpellier.


Fondé en 1973, le Centre culturel montpelliérain regroupe plus d'une trentaine d'associations : Les amis d'Auguste Comte, La croisée des chemins, Les Philalèthes, etc. Devant le tribunal administratif, le commissaire du gouvernement (chargé de dire le droit) a précisé que "le CCM est rattaché à la Grande Loge de France, comme l'a reconnu lui-même le grand maître Alain Pozarnik". Au total, ces associations regroupent quelque 1 400 membres.

 

Mme Carole Vinsonneau, avocate de la mairie de Montpellier, a souligné qu'on ne pouvait pas définir le CCM comme une association à caractère cultuel. Mais ce n'est pas sur cet argument que s'est basé le commissaire du gouvernement. Selon lui, un seul élément suffit pour estimer ces subventions illégales, celui de "l'intérêt public local". Une notion complexe, mais qui, selon lui, n'est pas respectée dans le cadre d'associations franc-maçonnes.

"Les deux collectivités estiment que le CCM organise des colloques et publie des livres, précise le commissaire, mais le dossier ne comporte aucune preuve concrète du rayonnement culturel de l'association vers l'extérieur. La seule référence à un colloque est sans date, sans lieu et ne comprend pas de preuve de la présence d'un public". Le commissaire en a conclu que les activités du CCM étaient autarciques, que les associations qui le composent étaient elles-mêmes "sélectives socialement et sexuellement" et ne pouvaient recevoir des subventions au titre de "l'intérêt public local". Il a demandé l'annulation des deux délibérations accordant les subventions. La décision devrait être rendue courant avril.

(Le Monde -26 mars 2008)

Olympia

966509743.jpg166501556.jpg

VIDEO Les damnés du Kossovo

http://www.youtube.com/v/72DbdSOte9g&hl=fr

VIDEO Monastère de Kumbum

http://www.dailymotion.com/video/x1waqq_monastere-de-kumb...

VIDEO Alexandra David-Neél

http://www.dailymotion.com/video/x3npyn_alexandra-davidne...

00:32 Publié dans Blog | Tags : tibet, bouddhisme | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2008

Scandaleux! Viande hachée contaminée chez Carrefour et Monoprix

7987411.jpg

110 magasins auraient vendu des steaks et de la viande hachée contaminés par une bactérie. 30 clients de Monoprix souffrent d'ores et déjà de diarrhées et de nausées.

L'alerte concerne 110 magasins des enseignes Carrefour (29 magasins), Monoprix (59) et Monop' (22) situés en Ile-de-France et dans une quinzaine d'autres départements . Selon le journal Le Parisien-Aujourd'hui en France qui révèle l'information, elle porte sur près de deux tonnes et demie de viande hachée, sorties le 10 mars des chaînes de fabrication de l'abattoir Socopa de Coutances, dans la Manche, et contaminées par la bactérie Escherichia coli 0 157. Une bactérie d'origine fécale, présente dans l'intestin des mammifères, et qui, selon le porte-parole de l'abattoir, aurait pu transiter par le cuir d'un bovin sale avant de contaminer une carcasse. L'Escherichia coli peut engendrer une simple gastro-entérite (avec maux de ventre, vomissements et diarrhée) dont les symptômes apparaissent entre deux et huit jours après l'intoxication. Elle peut aussi provoquer le décès par insuffisance rénale des personnes au système immunitaire affaibli, comme les personnes âgées et les bébés.

Selon Monoprix, 30 de ses clients ayant consommé des steaks hachés contaminés souffrent d'ores et déjà de diarrhées et de nausées. Aucun cas critique ne semble se présenter, mais Monoprix assure faire «suivre médicalement ces personnes», parmi lesquelles se comptent des femmes enceintes. Tout en soulignant «l'absence de lien de cause à effet» prouvé entre les symptômes présentés et la consommation de viande. Chez Carrefour, le porte-parole assure en revanche n'avoir enregistré aucun retour de marchandise et aucun signalement de malades. Et ce alors que l'enseigne dit avoir contacté 15.000 personnes par l'intermédiaire des cartes de fidélité.

Alerte

 

Les clients des magasins concernés (1.400 kg de viande sont partis à destination de Carrefour, 900 chez Monoprix) ont été avertis vendredi 21 mars, soit 11 jours après la contamination, par une simple affichette dans le rayon boucherie des magasins concernés. Entre temps, la Socopa a alerté les services vétérinaires du département et la Direction générale de l'alimentation. Selon Sandrine Mercier, responsable qualité chez Carrefour, interrogée par Le Parisien-Aujourd'hui en France, ce délai s'explique par le fait que les résultats des analyses effectuées quotidiennement par l'entreprise normande ne sont connus que sept jours plus tard... Les résultats des contrôles de confirmation n'ont été connus que le vendredi 21 mars. C'est la Direction générale de l'alimentation qui aurait décidé de l'alerte par affichage dans les magasins concernés *.

Pour se protégér de la bactérie, il est conseillé aux consommateurs de cuire la viande à une température supérieure à 70°C, y compris en son coeur. La bactérie pouvant être présente à l'intérieur du steak.

La dernière contamination de grande ampleur date de novembre 2005. À cette date, des barquettes contenant des steaks hachés, vendus chez Leclerc sous la marque Chantegrill et préparés par la société Soviba, ont rendu malades plusieurs dizaines de personnes. Là encore, c'est la bactérie Escherichia coli 0 157 qui est à l'origine de l'infection. Une information judiciaire avait été ouverte.

* Pour Carrefour, il s'agit de steaks hachés et de viande hachée en vrac de marque Carrefour, mis en vente du 10 au 18 mars, avec une date limite de consommation du 17 au 18 mars. Les 52 lots concernés portent un numéro de site de fabrication identique : FR 50 14 702. La consigne est de ramener la marchandise au magasin.

* Pour Monoprix, il s'agit de steaks de marque Monoprix, vendus sous film plastique en barquette, aux mêmes dates et avec la même date limite de consommation que chez Carrefour. Outre le retour en, magasin, la hot line sanitaire de l'enseigne peut être contactée : 0.800.773.800 (numéro vert).

L'affichette mise en place est pratiquement illisible, en  petits caractères noirs sur feuille blanche  format A4, placée de façon à ne pas (trop) attirer l'attention! Alors qu'il faudrait alerter les clients par une affiche en couleurs, très lisible, comme celles des promos!

Bouthan: pour s'initier à la démocratie!

   Le Bhoutan votait lundi 28 mai 2007 pour le deuxième tour d'élections législatives factices, galop d'essai avant un vrai scrutin l'an prochain, afin de transformer cette monarchie en une démocratie parlementaire.

  Cette consultation, dont le premier tour s'est tenu le 21 avril 2007, est censée éduquer les sujets du petit royaume himalayen coincé entre l'Inde et la Chine à la démocratie électorale avant ce qui sera le premier vrai scrutin de l'histoire de la "Terre du Dragon tonnerre", en 2008. Les deux faux partis en lice, arrivés en tête au premier tour, sont associés à une couleur : rouge et jaune. Le jaune promet "la préservation de la culture et de la tradition du Bhoutan", le rouge est favorable "au développement de l'industrie".

Ces élections ont été voulues par l'ancien roi Jigme Singye Wangchuck, qui a abdiqué en décembre dernier en faveur de son fils Jigme Khesar Namgyel, âgé de 26 ans.

 Dans la capitale Thimphou, des responsables espèrent que la participation sera supérieure aux 30 % des quatre cent mille électeurs qui s'étaient déplacés le mois dernier.

 MENACES D'ATTENTATS

"Il reste du travail pour sensibiliser les gens", a estimé Jems Brinc, un observateur international danois. "Je connais beaucoup de gens pour lesquels c'est une journée de vacances plutôt qu'une occasion d'aller voter", a-t-il déploré. Le scrutin se déroule sous étroite surveillance des forces de l'ordre. La Force du tigre du Bhoutan, branche armée du parti communiste bhoutanais, un groupe de séparatistes réfugiés au Népal, a en effet publié des menaces d'attentats contre des bureaux de vote. Plus de cent mille personnes originaires du sud du Bhoutan et parlant le népalais vivent dans des camps de réfugiés au Népal depuis le début des années 1990. Ils ont fui le Bhoutan après l'effondrement de leur mouvement hostile à la monarchie.

"BONHEUR NATIONAL BRUT"

 Le Bhoutan a amorcé en 2001 sa transition démocratique après que l'ancien souverain eut confié une partie de ses pouvoirs absolus à un conseil des ministres chargé de gérer les affaires courantes. En 2004, un projet de Constitution a vu le jour, sur lequel les Bhoutanais sont appelés à se prononcer d'ici aux législatives. Cette loi fondamentale devrait remplacer un décret royal de 1953, qui octroyait au monarque des pouvoirs absolus. De la taille de la Suisse, ce royaume bouddhiste de six cent mille habitants conserve une forte identité nationale, encouragée par l'ancien roi, lequel a incité son peuple à porter le vêtement traditionnel et banni la télévision jusqu'en 1999. L'ex-souverain est célèbre pour avoir promu une philosophie économique fondée sur le "bonheur national brut" plutôt que sur le produit intérieur brut.

204055704.jpg

Curieux, cette information qui arrive presque un an plus tard... Serait-elle en liaison avec les événements du Tibet?  

L'US Navy tire sur des barques!

Un navire de guerre américain a tiré sur une ou deux barques – selon les sources – de vendeurs ambulants, lundi 24 mars, dans le canal de Suez, tuant un Egyptien et en blessant deux autres, rapportent les services de sécurité et des témoins.

Les Américains à bord du navire Global Patriot ont ouvert le feu quand la – ou les – embarcations ont continué de s'approcher de leur bateau, malgré un ordre de ne plus avancer et une sommation, ajoutent ces sources.

 

 Le navire de guerre attendait l'autorisation d'emprunter le canal de Suez pour passer de la mer Rouge à la Méditerranée, précisent-elles.

 

Plusieurs des embarcations qui vendent de petits articles sur le canal de Suez se sont rassemblées en signe de protestation juste après le tir, avant de se disperser.

Le Monde- 25 mars 08

CULTURE: Benhamou à la Villa Médicis

1011752323.jpg
Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Comunication
«Chacun sait que je me suis moyennement entendu à une époque avec Georges-Marc Benamou ; mais ça n'était plus le cas et on travaillait très correctement ensemble», a souligné mardi Christine Albanel. Crédits photo : DENIS/REA

La nomination de l'ancien conseiller de l'Élysée à la tête de l'Académie de France à Rome n'enthousiasme pas la ministre de la Culture.

«C'est une décision du président de la République, je suis convaincu qu'il l'a prise pour de très bonnes raisons». On aurait pu imaginer un soutien plus affirmé de la part de la ministre de la Culture et de la Communication, Christine Albanel, à la décision de Nicolas Sarkozy de nommer son ancien conseiller élyséen, Georges-Marc Benamou, à la tête de la prestigieuse Villa Médicis à Rome. Le conseiller présidentiel a longtemps été en froid avec la ministre. Cette dernière l'a d'ailleurs reconnu mardi matin au micro de RTL : «Chacun sait que je me suis moyennement entendu à une époque avec Georges-Marc Benamou ; mais ça n'était plus le cas et on travaillait très correctement ensemble.»

Devant l'insistance du journaliste lui demandant si c'était ou non sa décision, la ministre s'est contentée de répéter : «C'est une décision du président de la République que je vais naturellement mettre en œuvre. Je n'ai pas à la commenter». Pourtant, selon le ministère de la Culture (voir le décret), le directeur de l'Académie de France à Rome est traditionnellement nommé sur proposition du ministre de la Culture. Le décret est signé par le ministre de la rue de Valois, le premier ministre et parfois par le président de la République. «En général, c'est le ministre de la Culture qui propose le futur directeur, mais à la fois Matignon, l'Élysée et la rue de Valois peuvent faire une proposition», explique-t-on au ministère.

«Ce serait abaisser le niveau de la culture»

 

Christine Albanel s'est en revanche montrée plus virulente quant à la déclaration jugée «très violente» de l'actrice française Clotilde Courau dans Le Parisien-Aujourd'hui en France. Dans les colonnes du quotidien, celle-ci affirme, à propos de la nomination de Benamou à la Villa Médicis : «Ce serait déshonorant pour nos cousins italiens et pour l'Académie de France à Rome qu'une telle décision soit prise. Voilà un homme qui a eu la maladresse d'annoncer que dès qu'il serait nommé à ce poste très important pour les créateurs, il en profiterait pour se consacrer à l'écriture de son prochain livre. Ce serait abaisser le niveau de la culture. Une erreur.»

Des propos dans la droite ligne du texte de protestation qu'elle a co-signé, avec plusieurs dizaines de représentants du monde culturel dans Le Monde daté de samedi. Un texte intitulé «La Villa Médicis, victime du fait du prince» dans lequel ils regrettent un «parachutage», en forme de «lot de consolation» pour l'ancien conseiller. «Ce n'est pas un tsunami», a commenté mardi Christine Albanel a propos de ce texte. Lancé par les écrivains Marie-Ange Munoz et Bernard Comment, il a déjà recueilli une quarantaine de signatures de comédiens, artistes plasticiens, écrivains, metteurs en scène, cinéastes, compositeurs, dont certains sont d'anciens pensionnaires de la Villa Médicis. Benamou «a le droit de se porter candidat mais il serait bon de connaître son projet», estime Marie-Ange Munoz.

Le directeur de l'organisme public Cultures France, Olivier Poivre d'Arvor, qui espérait obtenir le poste, a aussi protesté contre la nomination annoncée de Georges-Marc Benamou. Ce dernier lui aurait en effet promis le poste dès décembre dernier, il a adressé une lettre ouverte de protestation à Nicolas Sarközy. La Villa Médicis, qui abrite l'Académie de France à Rome, est actuellement dirigée par Richard Peduzzi, dont le mandat vient à échéance dans quelques mois.

     

VIDEO Le Kossovo, c'est la Serbie!

http://www.youtube.com/v/Qm2k5vxHbgM&hl=fr

VIDEO Les Jeux Rouges de Pékin

http://www.dailymotion.com/video/x4sndy_le-tibet-le-21-ma...

24/03/2008

La génération de la Nakba

Cette année, soixante ans se sont écoulés depuis la Nakba (catastrophe). Soixante ans depuis que nous, Palestiniens, sommes devenus des réfugiés. Plus de six millions de réfugiés palestiniens vivent encore loin de leurs villages, de leurs villes et de leurs cités, suite à l’invasion sioniste qui les a déracinés de leur patrie en 1948.

Des générations sont nées, ont grandi et sont mortes dans les camps de réfugiés, mais la communauté internationale continue d’ignorer les droits politiques des réfugiés palestiniens.

Ce qui m’attriste en tant que réfugié – je suis né et j’ai grandi dans un camp de réfugiés et je me bats pour ne pas y mourir – c’est que la génération de la Nakba est en train de mourir. Dans les camps, il ne reste plus que quelques personnes qui ont encore le souvenir de la vie dans les villages qui nous ont été volés. Elles ne sont que quelques-unes à pouvoir encore raconter comment c’était d’être déraciné et d’être envoyé vivre dans une tente dans un camp de réfugiés. Une partie de mon travail, dans l’histoire orale et les projets des médias au Centre culturel et communautaire à Ibdaa, dans le camp de réfugiés de Dheisheh, est d’interviewer des gens et de récolter les témoignages et les récits qui n’ont pas encore été enregistrés, afin que, lorsque ces personnes mourront, leurs souvenirs et leurs récits ne meurent pas avec elles.

En cette année du soixantième anniversaire, je suis venu ici aux Etats-Unis pour finir mes études et compléter un stage en travaillant avec le Middle East Childrens’s Alliance (MECA) [Association des enfants du Moyen-Orient]. Avant de partir je m’étais promis que pendant ce séjour, je ferais de mon mieux pour susciter la prise de conscience au sujet de la Nakba, et d’aborder la question de ce que ces soixante ans ont signifié pour le peuple palestinien.

Depuis que je suis ici, j’ai constaté que les Américains sont très occupés, ils sont nombreux à avoir deux emplois, leurs pensées sont occupées par leur vie quotidienne. La plupart des gens sont soit indifférents, soit n’ont pas le temps d’y réfléchir, soit encore n’ont pas envie de savoir ce qui est en train de se passer en Palestine, en Irak ou dans le reste du monde. Cela me rappelle ce que m’a dit mon oncle Mahmoud juste avant mon départ.

Mon oncle Mahmoud appartient à la génération de la Nakba. Il a 78 ans maintenant, et a vécu dans le camp de réfugiés de Dhegisheh pendant soixante ans. Il avait dix-huit ans lorsqu’il a été déraciné du village de Jirash, à l’ouest de Jérusalem, qui est maintenant vide et que le gouvernement israélien a transformé en une réserve nationale. Mon oncle est malade. Il ne peut plus bouger ni se déplacer. J’ai été lui rendre visite avant de quitter la Palestine et le camp de Dheisheh parce que je craignais qu’il ne décède pendant mon séjour aux Etats-Unis. Je lui ai dit que j’allais en Amérique pour étudier, et que j’allais prendre avec moi une de nos clés familiales [clés des maisons qu’ils ont dû fuir]. Il m’a demandé pourquoi, et je lui ai expliqué que je la montrerais aux Américains et que je leur raconterais : comment nous avions des maisons et des villages ; comment nous en avions conservé les clés, bien que nos maisons furent détruites, il y a soixante ans ; comment nous gardions encore un droit à cette terre. Après un moment il me répondit avec une moue ironique : « Quoi ? Les Américains ? Qu’est-ce que notre situation peut bien leur faire ? ». Je lui avais répondu qu’il était important, puisque le gouvernement américain soutenait l’occupation israélienne, de faire connaître aux Américains notre situation et nos droits politiques, et il a rétorqué : « Je vis dans ce camp de réfugiés depuis soixante ans, j’ai vu des gens de partout dans le monde, y compris des Américains, venir nous voir. Mais rien ne change. Nous sommes encore dans le camp. » Il est persuadé que les gens sont indifférents à la souffrance des réfugiés palestiniens et à notre désir de retourner dans nos terres.

Mon oncle a été le premier à m’amener à notre village détruit de Zakariah, et aussi au village d’origine de ma mère, Jirash, également détruit. C’est lui qui m’a appris l’histoire de ce qui s’est passé en 1948. Il a été à mes côtés lorsque je faisais visiter le camp à des délégations d’écoles venues d’Europe, des Etats-Unis et même d’Israël, et c’est lui qui leur expliquait l’histoire de la Nakba.

Mon oncle était fermier au village, ensuite, en tant que réfugié, il est devenu ouvrier. Lorsque lui et sa famille ont fermé la porte de leur maison, ils ont pris la clé, car ils pensaient qu’ils reviendraient quelques jours plus tard, dès que les violences auraient cessé. Dans le camp, mon oncle a refusé d’ajouter un étage à sa maison, même si sa famille grandissait. Il insistait sur le fait que ce bâtiment était provisoire, et qu’un jour il retournerait chez lui dans son village. Pendant sa vie dans le camp, il a vu les colonies israéliennes engloutir des terres palestiniennes ; il a vu la construction de murs et de prisons, et beaucoup de gens se faire tuer. Il a perdu un fils au cours de la première Intifada en 1989. A cette époque, le camp même de Dheisheh est devenu une prison entourée d’une barrière de huit mètres de haut, avec une seule entrée et sortie. Maintenant c’est l’ensemble de la Palestine qui est devenue une prison. Mon oncle Mahmoud a passé l’entièreté de sa vie dans cette prison.

Le mois passé, le président états-unien Georges Bush s’est rendu en Palestine pour des négociations de dernière minute avant de quitter la Maison Blanche. Il a passé tout près de notre camp lorsqu’il est allé visiter l’Eglise de la Nativité à Bethléem. Mais, une fois de plus, il a dénié le droit au retour des réfugiés palestiniens. Il ne se rend pas compte à quel point les réfugiés palestiniens sont engagés pour ce droit. Il n’a jamais rencontré mon oncle, ni les centaines d’enfants qui apprennent la force et l’engagement pour le droit au retour de leurs aînés. La génération de mon oncle a passé leurs clés à la génération suivante, qui a fait de même. Ma mère est décédée, il y a vingt ans. Elle m’avait demandé d’enterrer ses restes au village quand nous y retournerions. Ceux qui restent encore de la génération de la Nakba s’en vont. Au lieu de rêver de rentrer dans leur patrie, ils rêvent d’y être un jour enterrés. Leurs enfants, comme moi, et la génération suivante, celle des enfants qui sont nés et jouent dans les rues et dansent à Ibdaa, portent maintenant les lourdes clés de la maison de leurs familles, ils continuent à lutter pour leurs droits et leur rêve de rentrer chez eux.

 

 (Ziad Abbas est journaliste et co-directeur du Centre culturel et communautaire de Ibdaa, dans le camp de réfugiés de Dheisheh, en Palestine. Il est actuellement étudiant aux Etats-Unis et travaille dans la Middle East Children’s alliance (MECA) [Association des enfants du Moyen-Orient].)

Salon du livre: baisse des entrées

165.300 visiteurs en six jours. Le Salon du livre de Paris 2008, dont Israël était l'invité d'honneur, enregistre une baisse de fréquentation de 8% par rapport à 2007, selon le Syndicat national de l'édition (SNE).

Les entrées payantes sont en forte baisse (-17%), ainsi que les entrées gratuites, réservées notamment aux plus jeunes (-18 ans et étudiants, -29%). Les scolaires ont été 14% de plus que l'an dernier à visiter le Salon, qui note un léger recul du nombre des professionnels du livre (-4%).
   
Des appels au boycott de pays arabes et musulmans, dont le Liban, avaient précédé l'ouverture du salon du livre, en raison de la présence d'Israël. Mais ils n'ont eu que peu d'effet sur le nombre de participants.
   
D'importantes mesures de sécurité avaient en revanche été prises, provoquant de longue files d'attente aux entrées du Parc des expositions.
   
Vendredi, l'inauguration du salon par le président israélien Shimon Peres avait été marquée par la chute d'un panneau, qui a fait plusieurs blessés légers, lors d'une bousculade sur le stand d'Israël. Et une alerte à la bombe a entraîné dimanche l'évacuation de 20.000 personnes pendant plus d'une heure.
       
En 2009, l'invité sera le Mexique.

(Libération 24 mars 2008)

4.308 soldats américains tués en Irak en 5 ans

2038131564.jpg
Retour au pays...
1354915546.jpg
Soldats américains à Bagdad

Un nouveau seuil a été franchi après la mort de quatre militaires dimanche.

C'est un macabre décompte. Le nombre de militaires américains tués depuis le début de la guerre en Irak a atteint la barre symbolique des 4000 morts, cinq ans après le début de l'intervention américaine à Bagdad. Un bilan déploré par le vice-président américain Dick Cheney, en visite actuellement en Israël, qui a déclaré regretter « toute victime » américaine dans ce conflit. Réaction similaire du côté de George W. Bush, qui a appris avec «chagrin» le nombre de G.I. tués en Irak. Toutefois le président américain «porte la responsabilité des décisions qu'il a prises, et il porte aussi la responsabilité de continuer à se consacrer à réussir» a souligné la Maison-Blanche.

D'après le site icasualties.org, le total des pertes de la coalition menée par Washington s'élève désormais à 4.308 morts, dont 4.000 Américains, 175 soldats britanniques et 133 membres d'autres contingents. Le nombre de blessés avoisine lui les 29.314 Américains dont un tiers resteront mutilés et infirmes.

Environ 40% des tués ont péri dans des attentats, le plus souvent suite à l'explosion d'engins piégés au passage de leurs patrouilles à pieds et véhicules. Ces bombes artisanales, connues sous l'acronyme d'IED (Improvised Explosive Device) ont fait des ravages dans les rangs américains, forçant le Pentagone a déployé des véhicules de nouvelle génération aux blindages toujours plus performants.

Des morts oubliés

 

Côté irakien, le nombre de tués est sans commune mesure avec les pertes américaines. Même si aucune comptabilité précise existe sur le bilan des victimes irakiennes, les évaluations évoquent pour le moment entre 80.000 et jusqu'à un million de morts depuis 2003.

En février, Ivana Vuco, chargé de la question des droits de l'homme pour la mission d'assistance de l'ONU en Irak, avait admis que faire le bilan des morts civils était «un problème énorme». «Certains incidents ne nous sont même pas signalés», avait-elle assuré devant la presse.

En janvier, le gouvernement irakien et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont publié des estimations allant de 104.000 à 223.000 tués depuis le début des opérations militaires en mars 2003. Selon le site indépendant Iraq Body Count, le chiffre des tués s'inscrit dans une fourchette de 80 à 90.000, dont plus d'un quart, 24.000, ont été tués en 2007.

(Le Figaro - 24 mars 2008)