Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2008

Défense nationale: un mauvais coup porté à la France

Communiqué de presse de Jean-François Touzé, conseiller régional d'Ile-de-France et porte-parole de la Nouvelle Droite Populaire : 

En sacrifiant notre politique de défense sur l’autel d’une austérité qui ne veut pas dire son nom, Nicolas Sarközy condamne la France à l’impuissance extérieure et à la vulnérabilité intérieure.

Les annonces contenues dans le Livre blanc ne trompent en effet personne, et la volonté affichée de développer le renseignement comme celle de permettre la projection de 30 000 hommes dans le cadre d’une coalition, ne peuvent faire oublier la réduction de 16% des effectifs.

En remettant à plus tard les décisions nécessaires pour l’adaptation de notre doctrine nucléaire aux réalités du monde moderne, en contournant les questions que pose l’indispensable construction d’une défense européenne basée sur le respect des unités nationales, en ne faisant qu’effleurer celles que pose la réintégration de fait de la France dans l’Otan, tout en prétendant augmenter nos capacités d’intervention et d’autonomie tactique, le gouvernement pratique la politique du Sapeur Camembert qui creusait un trou pour en combler un autre.

Plus grave, avec seulement 10 000 hommes dédiés au « théâtre national » c’est la crédibilité de la défense opérationnelle du territoire qui est gravement mise en cause au moment même où la France est potentiellement confrontée à des risques majeurs liés au terrorisme et aux risques de troubles graves sur son sol.

Le si mal nommé Livre blanc sur la sécurité et la défense nationale est bel et bien  un mauvais coup porté à la France et à son peuple.

Site: www.synthesenationale.com

 

Celtes, Esséniens, et Christianisme

Croix_celtique.jpg
Croix celtique (Irlande)
Comme on le sait, de nombreuses études tendent à placer Jésus dans le milieu des Esséniens. Ces derniers étaient d’un coté une sorte de secte hébraïque, de l’autre des médecins et des étudiants; ils se vêtaient de blanc, et au culte hébraïque ils semblaient ajouter des éléments d’un culte solaire. Leur présence est attestée en Palestine à partir du IIe siècle avant J.C.

Or, souvenons-nous que:

- Jésus naquit en Galilée, un nom qui rappelle celui des Gaulois [Galli], et d’après le Saint-Suaire, il avait des traits «indo-européens»;

- «Esus» est un surnom du héros mythologique celte Cuchulainn ainsi que d’un dieu celtique;

- Au IIIe siècle avant J.C., les Celtes (= les Gaulois) étaient présents jusqu’en Méditerranée orientale et avaient constitué un royaume des Galates dans l’actuelle Turquie;

Il ne semble pas déraisonnable de supposer que les Gaulois, à la fin de leur avancée vers le sud-est de la Méditerranée, avaient établi un avant-poste en «Galilée» (c’est-à-dire la «terre des Gaulois») et que donc les Esséniens, attestés à partir du siècle suivant, étaient nés du mélange d’éléments hébraïques et du druidisme celtique. Ceux-ci avaient continué à avoir des rapports fraternels avec les représentants de la mère-patrie celtique (c’est-à-dire la France actuelle ainsi que les Iles Britanniques, peut-être étendue à l’Espagne «celtibère» où se trouve encore une «Galice»). Dans ce groupe était né Jésus, dont le nom est en vérité presque identique à l’Esus celtique. Après la crucifixion, lui ou sa famille s’étaient réfugiés en Gaule, où ils avaient trouvé un milieu extrêmement favorable pour la diffusion du message. De là vient la tradition de Marie-Madeleine en France, de Joseph d’Arimathie (qui était probablement un membre de la même fraternité, comme Nicodème et Lazare) et des récits celto-chrétiens du Graal.

Par conséquent, alors que Pierre et Paul exportaient à Rome une doctrine fortement hébraïsée et romanisée, pendant ce temps se diffusait peut-être en Gaule, dans les milieux druidiques encore bien présents à l’époque romaine, un christianisme «celtisé», basé sur le souvenir du grand «druide» né en Palestine. Peut-être est-ce à l’origine du christianisme celtique, des connotations ésotériques prononcées, qui des siècles plus tard avaient laissé une forte empreinte sur le monde médiéval (pensons à la «matière de Bretagne», aux cathédrales gothiques, aux Cisterciens, à Saint Bernard, aux Templiers…).

Jean Mabire, Thulé: Le Soleil retrouvé des hyperboréens Et Constantin (274-337)? Celui-ci, au début du IVe siècle, s’imposa à Rome en venant de York (la Eboracum romaine, en Angleterre méridionale, dont il était le gouverneur) avec une armée celtique (avec la croix sur les boucliers, «logo» typiquement celtique). Il n’est pas absurde de penser que dans cette armée s’était déjà diffusé le message chrétien (probablement véhiculé par le druidisme de l’autre coté des Alpes): Constantin avait donc – voilà la raison du succès de sa politique de christianisation – pour ainsi dire réuni les deux tronçons, le tronçon «celtique» de son armée et le tronçon «romanisé» d’un christianisme qui s’était entre-temps développé à Rome grâce à Paul, Pierre et les successeurs de ce dernier, et qui jusque-là avait été persécuté.

Ainsi peut s’expliquer d’un côté la singularité du christianisme celtique et de ses légendes, de l’autre la défense obstinée et constante de l’Eglise catholique par la France, prolongée même jusqu’à l’intervention de 1849 contre la République Romaine, et donc pas seulement liée à la géopolitique. D’autre part, encore aujourd’hui, le christianisme, bien que romanisé, est le drapeau de l’Irlande, c’est-à-dire la terre où se sont maintenues le plus vivement les antiques traditions celtiques.

Jeremie Benoît, Le paganisme indo-européen En tous cas le christianisme, vu sous cet éclairage, apparaît en fin de compte – à part le génie de son fondateur – comme le produit de quatre cultures distinctes, dont chacune a apporté sa contribution spécifique:

(1) la celtique, remontant directement à Jésus mais aussi probablement aux Esséniens et au «bain» initial en terre gauloise – d’où non seulement le cycle suivant du Graal, mais aussi les influences «indo-européennes» déjà reconnaissables dans les Evangiles, dont par exemple la parabole des vierges qui devaient garder l’accès du feu dans l’attente de leur époux: c’est le concept des «épouses du Soleil», que nous retrouvons dans les Vestales romaines; ou encore la référence aux «portes de l’Enfer» (concept astronomique présent dans Homère ainsi qu’en Inde et en Iran) et les clés d’or et d’argent de Pierre, d’où le drapeau jaune et blanc du Vatican.

(2) l’hébraïque (évidemment; peut-être due plus à Pierre qu’à Jésus lui-même; du reste nous connaissons bien la faible sympathie qui s’est maintenue entre juifs et chrétiens jusqu’à l’époque actuelle);

(3) la grecque (avant tout chez les Pères de l’Eglise; mais nous pensons aussi à des concepts comme «tendre l’autre joue», concept socratique encore plus qu’évangélique, repris mot à mot dans le Gorgias de Platon, ou au tout aussi socratique «calice amer»).

(4) la romaine (le droit et les institutions ecclésiastiques).

Jean Vertemont, Dictionnaire des mythologies indo-européennes En outre, les sources historiques disent que les Esséniens disaient une prière matinale en se tournant vers le Soleil. Le contenu de cette prière n’est pas indiqué; cependant, à notre avis, il ne semble pas trop hasardeux de conjecturer qu’il s’agissait en fait du Notre Père, transmis dans les Evangiles comme une prière enseignée aux disciples par Jésus en personne. En fait, relu sans préjugé, «Notre Père qui êtes aux cieux…» paraît être une claire invocation au Soleil (et celle qui suit est cohérente); de plus, «Donnez-nous notre pain quotidien» confirme qu’il s’agit d’une prière du matin, avant le début de l’activité de la journée. Relue dans cette optique, celle-ci semble pouvoir être directement reliée à l’Hymne au Soleil de Aménophis IV–Akhenaton, lequel à son tour pourrait avoir récupéré des aspects archaïques de la religion égyptienne, dans laquelle le thème solaire est bien présent, bien que fondu avec des apports d’origine Hyksos, qui d’après certaines études actuelles réalisées par des chercheurs de l’Université de Téhéran, ne semblent pas être sémites mais plutôt indo-européens.

En tous cas, en partant du lien pour ainsi dire «circulaire» qui semble unir les Esséniens et les Celtes à la figure de Jésus et au christianisme lui-même, il est possible d’expliquer beaucoup de choses jusqu’ici peu claires, à commencer par la diffusion extraordinaire que cette religion connut dès ses origines.

 Source: Centro Studi La Runa

http://www.centrostudilaruna.it/celtesesseniens.html

02:03 Publié dans Blog | Tags : christianisme celte | Lien permanent | Commentaires (15)

Les "toujours riches": contrat de confiance

Jean S. se fiance.jpg
 Finançailles...

Jean Sarközy, le fils cadet du président de la République, s'est fiancé, hier, avec son amie Jessica Sebaoun, héritière de la famille Darty, la chaîne de magasins d'équipement électroménager et audiovisuel.

Une grande fête a eu lieu dans l'après-midi, à Neuilly-sur-Seine, dans un hôtel particulier du boulevard d'Argenson, situé à deux pas de la mairie. Une tente avait été dressée dans le jardin et le tout nouveau conseiller général des Hauts-de-Seine, qui a connu Jessica sur les bancs du lycée Saint-James, lui a offert un diamant de chez Tiffany (une bijouterie prestigieuse) en guise de bague de fiançailles.

Nicolas Sarközy et son épouse Carla sont passés dans la soirée ainsi que le ministre de l'Immigration Brice Hortefeux, Isabelle et Patrick Balkany.


« C'était très gai, le mariage est en vue », indique-t-on dans l'entourage du couple. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, le fils du président de la République, 21 ans seulement, sera élu, aujourd'hui, président du groupe UMP au conseil général des Hauts-de-Seine, lui qui est déjà patron du mouvement à Neuilly. Un accord a été trouvé ce week-end avec le président du conseil général Patrick Devedjian. Ce poste stratégique était convoité par l'élu Nouveau Centre, Hervé Marseille, maire de Meudon. Mais c'était sans compter sur la candidature surprise de Jean Sarközy, qui l'a fait connaître par lettre, mercredi, aux élus de la majorité départementale. Le psychodrame au conseil général a été évité de justesse ! « On est arrivé à un accord qui sera présenté aujourd'hui au groupe. Ils m'ont assuré qu'ils vont agir ensemble. Ils ne seront pas candidats contre l'autre. L'unité est préservée », précise Devedjian, mis devant le fait accompli alors qu'il soutenait Hervé Marseille.

Beau joueur, ce dernier assure qu'il n'y aura pas de conflit au sein de la majorité départementale : « Nous souhaitons que l'équilibre politique soit préservé. L'un de nous deux présidera et l'autre sera vice-président. Nous avons l'habitude de travailler ensemble. » De son côté, Jean Sarközy, dont l'ascension est fulgurante depuis qu'il s'est lancé en politique, a refusé d'en dire plus, réservant la primeur de ses déclarations aux élus de droite des Hauts-de-Seine, ce matin.

Le fils de Sarközy va-t-il devoir se convertir au judaïsme pour épouser à la synagogue l'héritière Darty? On sait que les membres du clan Darty sont des juifs pratiquants. 

Le meurtre de Mohamed D. à Vitry-le-François

vitry-francois-marne-2533681_1378.jpg
Une rue de Vitry-le-François dimanche matin 15 juin 2008

La mort samedi soir d'un jeune à Vitry-le-François (Marne) serait liée à un trafic de drogue et le meurtrier présumé a été déféré lundi au parquet de Reims, a indiqué le procureur.

Une information judiciaire a été ouverte pour homicide volontaire, a précisé le magistrat.

Le suspect, un ancien militaire âgé de 22 ans, a reconnu avoir tué samedi vers 21H00 d'une balle dans la tête un jeune homme, qui accompagnait un groupe de personnes, avec lequel il avait un «différend» portant sur «plusieurs milliers d'euros» concernant un trafic de cannabis, selon le procureur de la République.

«Il se sentait harcelé, menacé et il s'est rendu à ce rendez-vous avec une carabine 22 long rifle», a déclaré Madeleine Simoncello devant des journalistes, en précisant que le meurtrier présumé avait néanmoins «répété» pendant sa garde à vue, «qu'il ne connaissait pas la victime».

00:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les archives nazies ouvertes au public

Arbeit macht frei.jpg

Les archives de Bad Arolsen, en Allemagne, qui rassemblent d'innombrables documents de la Seconde guerre mondiale, ont officiellement ouvert leurs portes au public mercredi 30 avril. Les archives conservées par le Service international de recherches (SIR) de la Croix-Rouge ont été fondées peu après la fin de la guerre pour fournir des informations sur les victimes de la Shoah.

Les précieux documents ont été recueillis par les alliés dans les camps de concentration libérés, dans les bureaux des SS, mais comptent aussi les profils des personnes déplacées après la guerre.

Jusqu'à présent, ces archives -30 millions de documents rangés sur 25 kilomètres d'étagères- n'étaient accessibles qu'aux victimes juives et à certains membres de leurs familles, et étaient utilisées pour chercher des disparus ou étayer des demandes d'indemnisation.

"Nous tournons une nouvelle page de l'histoire du SIR", a déclaré son directeur Reto Meister lors d'une cérémonie organisée à Bad Arolsen. "Cette ouverture contribuera à faire vivre la mémoire des crimes monstrueux qui ont eu lieu pendant l'ère nazie".

L'ouverture du site intervient cinq mois après la décision officielle de mettre à disposition du public l'ensemble des documents des archives. Elle a été prise par les onze pays qui gèrent le site de Bad Arolsen.

Sur le Web: http://www.its-arolsen.org

(Jerusalem Post - 01.05.08)

diminuer la taille de la police agrandir la taille de la police imprimer écrire au rédacteur transmettre à un ami réagir à l'article

00:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

16/06/2008

KONK corrige le bac!

dessinsdeKONK baccalauréat.JPG

22:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Mohamed D. s'est pris une balle dans la tête

Mohamed tué à Vitry le françois.gif
Mohamed D.
Mohamed D., 22 ans, a été tué d'une balle de 22 long rifle en pleine tête dans le quartier du Hamois, à Vitry-le-François (Marne). Tirée par un de ses "anciens camarades de classe", qui a fait feu « à deux reprises », selon Dominique Laurens, procureur de Châlons-en-Champagne. « On l'a trouvé affalé entre deux voitures, tout seul.
Il y avait beaucoup de sang, racontent deux témoins qui ont découvert la victime entre la vie et la mort vers 21 heures. On a tout de suite vu que c'était grave. Je lui ai fait un point de compression », précise Abdallah.

Deux heures plus tard, la victime succombait à l'hôpital. Pendant ce temps, le meurtrier présumé filait chez son père, dans un village voisin. « Il lui a raconté qu'il venait de tuer quelqu'un », rapporte un proche du dossier. Il a menacé de se suicider, mais les gendarmes ont parlementé et l'ont arrêté. » Le suspect, 23 ans, « a été placé en garde à vue au milieu de la nuit ». L'autopsie de Mohamed devait avoir lieu hier soir.
L'enquête est confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Reims, qui est aussi chargée de retrouver les émeutiers.
Il s'agit en fait d'un réglement de compte lié à un trafic de drogue selon la police.
Aucune arrestation n'a été opérée parmi les émeutiers.
Pour quelles raisons, ces émeutes? Il faudra répondre aux questions de habitants.
Le Parisien - 16 juin 2008

Passe ton bac d'abord!

Le coup d'envoi de l'édition 2008 du baccalauréat a été donné lundi avec l'épreuve de philosophie, sur laquelle ont planché dans la matinée 324.810 candidats à la série générale, ceux de la série technologique devant s'y atteler en début d'après-midi.

Dès 08h00, les 324.810 élèves de terminale L (littéraire), ES (sciences économiques), ou S (scientifique) ont philosophé pendant quatre heures sur des sujets comme "La perception peut-elle s'éduquer ?", "L'art transforme-t-il notre conscience du réel ?" Ou encore "Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même ?"

Les moins inspirés par la dissertation auront préféré l'explication de texte, avec un extrait de "De la démocratie en Amérique", d'Alexis de Tocqueville (ES), des "Cahiers pour une morale", de Sartre (L) ou encore du "Monde comme volonté et comme représentation" de Schopenhauer.

A partir de 14H00, les 168.588 candidats au bac technologique ont à leur tour entamé leur première épreuve écrite du bac 2008 avec la philosophie. Ils disposent de trois sujets au choix :"Peut-on aimer une oeuvre d'art sans la comprendre?", " Est-ce à la loi de décider de mon bonheur?" ou peuvent aussi choisir de répondre à des questions d'après un texte de Kant. Des sujets différents ont été proposés aux candidats de la série technique de la musique, de la danse (TMD).

Pour éviter que des candidats ne soient pénalisés par d'éventuels retards dus aux opérations de protestation des routiers en colère contre le gazole cher, le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos avait diffusé une circulaire, précisant que les retards seraient tolérés lundi matin dans la limite d'une heure trente.

Les routiers avaient assuré qu'ils n'entameraient leurs actions qu'à partir de 9h00 pour ne pas perturber les examens.

Le bac fête cette année ses 200 ans : l'année de sa création, il avait été décerné à 31 hommes. La première femme l'a obtenu en 1861.

En souhaitant bonne chance aux candidats lundi matin sur France 2, M. Darcos a rappelé qu'il était "très attaché" à ce "sésame pour rentrer dans l'enseignement supérieur".

Au total, 615.625 candidats vont passer cette année les épreuves des séries générale (53% des postulants), technologique (27%) et professionnelle (20%). Le plus jeune a 13 ans, la plus âgée 63 ans et demi.

L'an dernier, 506.122 personnes avaient décroché le diplôme, soit 83,7% des postulants et 64,2% de la classe d'âge (en métropole).

Cette année, les épreuves s'étaleront jusqu'à jeudi pour les terminales générales, avec notamment l'histoire-géographie mardi matin et la première langue vivante jeudi après-midi. Les séries S et ES plancheront jeudi matin sur les mathématiques, les L sur le latin.

Pour les bacs technologiques, les épreuves diffèrent d'un jour à l'autre et d'une série à l'autre, à l'exception de la première langue vivante, mercredi après-midi pour tous.

Le bac professionnel commencera comme chaque année une semaine plus tard.

Nouveauté de l'année: le début des épreuves a été repoussé d'une semaine par rapport à la session 2007, pour que les lycéens de seconde et première puissent continuer à travailler aussi longtemps que possible avant l'été.

A cette même fin, une nouvelle organisation des épreuves est expérimentée dans 15 départements (académies de Rouen, Dijon, Amiens, Besançon, départements de la Lozère et du Vaucluse): surveillance des épreuves par des non enseignants, centres d'examens plus nombreux notamment.

Les résultats seront connus le vendredi 4 juillet pour le premier groupe d'épreuves, le vendredi 11 pour les résultats définitifs.

Ceux-ci seront disponibles gratuitement sur le site www.education.gouv.fr.

L'organisation met à contribution 149.423 examinateurs et correcteurs, 4.874 sujets ont été élaborés, 4 millions de copies seront à corriger.

A moins de rendre une feuille blanche, on est sûr d'obtenir le bac!

 

18:53 Publié dans Blog | Tags : epreuves du bac 2008 | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO Jean-Marie Le Pen félicite l'Irlande

http://www.dailymotion.com/video/x5rla9_front-national-fe...

01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La Fée du dolmen

Dolmen ardèche - petite fille.JPG
Dolmen à Colombier-le-Jeune, à environ 20 km de Tournon (Ardèche)

01:35 Publié dans Blog | Tags : dolmen en ardèche | Lien permanent | Commentaires (4)

La France blanche

Eglise XIIè à Echillais.JPG
Eglise d'Echillais, XIIème siècle, à 4 km de Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime)

01:30 Publié dans Blog | Tags : mémoire de france | Lien permanent | Commentaires (2)

Il faut rouvrir Cayenne

Le nombre des détenus dans les prisons françaises a atteint au 1er juin le chiffre record de 63.838, le précédent pic remontant à juillet 2004 avec 63.652 personnes incarcérées, a-t-on appris vendredi auprès de la Chancellerie, confirmant une information du quotidien Le Monde.

Le record avait été frôlé déjà en mai avec 63.645 détenus pour 50.746 places disponibles dans les prisons.

Le taux de surpopulation est de 125% en France, ce qui situe le pays au-dessus de la moyenne européenne.

La densité carcérale moyenne est de 102% dans les pays membres du Conseil de l'Europe.

63% des 231 établissements ou quartiers pénitentiaires sont en surpeuplement (densité supérieure à 100%), selon les statistiques de l'Administration pénitentiaire parues le 9 juin.

Ce record du nombre des détenus intervient alors que le projet de loi pénitentiaire, transmis cette semaine au Conseil d'Etat, veut développer les alternatives à l'incarcération comme le bracelet électronique, pour désengorger les prisons.

«Le projet prévoit de développer les aménagements de peine», a insisté le porte-parole de la Chancellerie Guillaume Didier, qui a rappelé qu'un programme de construction de prisons est en cours pour atteindre un total de 63.500 places disponibles en 2012. Environ 2.800 places supplémentaires sont programmées dès 2008, a-t-il souligné.
Le Parisien - 15 juin 2008

Marchons, marchons...

Arabes en costume à Vitry le François.jpg
Vitry-le-François 

Une marche silencieuse a eu lieu dimanche 15 juin à Vitry-le-François (Marne) après le meurtre samedi d'un jeune homme, dont l'homicide a entraîné de violents incidents quand une cinquantaine de personnes se sont lancées à la recherche de son meurtrier présumé.

Les violences, au cours desquelles deux pompiers, deux gendarmes et cinq autres personnes ont été blessés, ont débuté peu après 22H00, après le décès par balle du jeune homme de 22 ans.

Le meurtrier présumé, âgé de 23 ans, a été interpellé et placé en garde à vue "en milieu de nuit", selon Sylvaine Astic, directrice de cabinet du préfet de la Marne.

Au cours des incidents, une soixantaine de véhicules et plusieurs conteneurs à poubelles ont été incendiés, la gare de la ville a été fortement endommagée et des véhicules de pompiers et de gendarmes caillassés.

Dimanche en milieu d'après-midi, alors que régnait un calme relatif dans la ville, environ 250 personnes, menées par la mère de la victime, en pleurs et portant une photographie de son fils, ont pris part à une marche silencieuse en mémoire du jeune homme, sous la surveillance discrète de gendarmes, a constaté une journaliste de l'AFP.

00:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Pour mieux isoler l'Iran, Sarközy envoie deux émissaires en Syrie...

Bashar al-Assad et clude Guéant.jpg
Le président Bashar al-Assad et Claude Guéant à Damas

Deux émissaires français ont rencontré dimanche à Damas le président syrien Bachar al-Assad pour faire avancer les efforts de réconciliation entre Paris et Damas après une brouille sur le Liban.

Les entretiens de Jean-David Levitte, conseiller diplomatique du président Nicolas Sarközy, et Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, avec M. Assad ont été "utiles et constructifs", ont rapporté la présidence française et l'agence officielle syrienne Sana.

Ces discussions ont notamment porté sur les relations bilatérales et la situation au Liban. "Ils reflètent la concordance de vue des deux parties sur la nécessité de renforcer les relations franco-syriennes et sur l'importance de poursuivre les efforts, la coopération et la coordination pour une paix juste et globale dans la région", a expliqué Sana.

Selon les mêmes sources, au cours des entretiens, les deux parties ont affirmé "la nécessité de continuer à inciter les Libanais à appliquer l'accord de Doha", signé le 21 mai, sur une sortie de crise au pays du Cèdre.

Les discussions ont également porté sur le sommet de lancement de l'Union pour la Méditerranée (UPM), le 13 juillet à Paris.

La délégation française a ensuite été reçue par le ministre des Affaires étrangères, Walid Mouallem.

Cette visite survient au lendemain d'un appel de la France et des Etats-Unis à une normalisation des relations entre la Syrie et le Liban, alors que Paris a entrepris de se réconcilier avec Damas.

Les relations franco-syriennes s'étaient détériorées après l'assassinat en février 2005 de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, pour lequel Damas, soupçonné, a nié toute implication.

Après quelque de trois décennies de présence, l'armée syrienne a été contrainte de se retirer du Liban deux mois plus tard, mais Paris et Washington ont accusé Damas de continuer à s'ingérer dans les affaires de son voisin.

Fin 2007, le président Sarközy avait suspendu les contacts bilatéraux à haut niveau, affirmant que Damas bloquait l'élection d'un président libanais.

Le dialogue a été rétabli à la suite de l'élection le 25 mai de Michel Sleimane, aux termes d'un accord entre l'opposition proche de Damas et la majorité antisyrienne soutenue par l'Occident.

Bachar al-Assad a été invité par M. Sarközy aux cérémonies de la fête nationale du 14 juillet à Paris, au lendemain du sommet de l'UPM auquel il devrait participer avec une cinquantaine de dirigeants étrangers.

Cette invitation a provoqué des critiques au Liban et en France.

Dimanche, l'ancien président libanais Amine Gemayel, un leader de la majorité, a jugé la France "un peu trop pressée" à donner des gages" à M. Assad.

Le Liban "n'a toujours pas de gouvernement et il est très clair que les difficultés viennent de l'opposition, des alliés de la Syrie", a dit M. Gemayel à un journal français.

Samedi, M. Sarközy et son homologue américain George W. Bush, en visite à Paris, ont appelé le Liban et la Syrie à établir des relations diplomatiques "à part entière" et des "relations de bon voisinage" fondées sur "la sécurité" et "la souveraineté". M. Bush a aussi réclamé de la Syrie qu'elle cesse "d'être de connivence avec les Iraniens".

Le rapprochement franco-syrien intervient aussi alors qu'Israël et la Syrie ont engagé des pourparlers indirects.

Enfin, le président Assad a affirmé que son pays "coopérerait" avec l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dont une délégation doit se rendre le 22 juin en Syrie pour enquêter sur une présumée installation nucléaire détruite par l'aviation israélienne en septembre dernier. (AFP).

00:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

15/06/2008

Bush: c'est la fin...

Londre anti-bush.jpg

Le président américain George W. Bush est arrivé dimanche en Grande-Bretagne où il a dîné dans la soirée à Downing Street avec Gordon Brown, tandis que plusieurs milliers de manifestants réunis devant le Parlement de Westminster protestaient contre sa venue.

Le quartier de Whitehall, qui abrite plusieurs ministères et la résidence officielle du Premier ministre, a été bouclé par la police, pendant que M. Bush et son épouse Laura posaient pour les photographes devant le 10, Downing Street en début de soirée, avant un dîner.

A quelques centaines de mètres de là, devant Big Ben et le Parlement, entre

Bush criminel de geurre.jpg
Criminel de guerre qui ne sera jamais jugé!

2.000 et 2.500 manifestants hostiles à la guerre en Irak s'étaient rassemblés pour protester contre cette visite, dernière étape de la tournée européenne du président américain qui l'a emmené en Slovénie, en Allemagne, en Italie et en France, sans provoquer beaucoup de remous jusqu'ici.

Des membres de la coalition Stop the War, des militants antinucléaires et ceux de l'association musulmane British Muslim Initiative scandaient des slogans tels "George Bush: terroriste", en brandissant des panneaux montrant des taches de sang ou des menottes.

 M. Bush achève par l'Angleterre et l'Irlande du Nord une tournée européenne d'adieux avant de quitter ses fonctions en janvier.

Après avoir atterri à Heathrow en début d'après-midi, George W. Bush et son épouse Laura se sont rendus en hélicoptère à Windsor (est de Londres), la résidence préférée de la reine Elizabeth, où ils ont été accueillis par le monarque et son époux, le prince Philip.

Avant même l'atterrissage de l'avion du président Air Force One, son entourage s'est attaché à démentir les affirmations d'un journal britannique selon lesquelles George W. Bush aurait "mis en garde" Gordon Brown contre un retrait prématuré des troupes britanniques d'Irak.

"Il n'y a aucun désaccord entre nous, entre le président et le Premier ministre Gordon Brown sur cette question, point final", a déclaré le conseiller national à la sécurité Stephen Hadley aux journalistes.

Selon l'Observer de dimanche, le président américain a averti le Premier ministre britannique que le Royaume-Uni ne devrait pas compromettre les succès obtenus par la coalition en Irak avec un retrait prématuré de ses troupes.

Les médias britanniques avaient aussi rapporté cette semaine que Gordon Brown pourrait prochainement annoncer un calendrier final pour le retrait des quelque 4.000 soldats britanniques du sud de l'Irak.

Le conseiller a souligné que les deux dirigeants s'étaient accordés sur le fait que tout retrait "doit être le résultat de progrès sur le terrain, fait sur le conseil de nos armées, et pas en fonction de calendriers arbitraires".

"Nous n'avons aucun désaccord avec les Etats-Unis sur un retrait des troupes", a renchéri une porte-parole du Premier ministre.

MM. Bush et Brown doivent de nouveau se rencontrer lundi matin pour des entretiens officiels, avant de donner une conférence de presse commune.

Stephen Hadley a précisé que les discussions se concentreraient sur le moyen de renforcer les sanctions contre l'Iran après son refus de geler son programme nucléaire -- un thème que le président Bush a qualifié samedi de "dominant" au cours de ses visites jusqu'à présent.

"Cela (les sanctions) semble être un engagement assez clair et un consensus à travers l'Europe", a déclaré le conseiller.

Selon Londres et Washington, les discussions porteront aussi sur le changement climatique, l'état de l'économie mondiale et les efforts en cours pour obtenir un accord mondial de libéralisation du commerce. (AFP - 15 juin 2008)

Poème pour mon père

La vigne vierge par-dessus la tonnelle

Dessinait la plus précieuse des dentelles

Où des yeux noirs en grappes nous suivaient furtifs

A travers le feuillage aux délicats motifs

 

Quand, à une table en fer sous les arceaux,

On prenait une bière ou une menthe à l'eau

Apportées dans des verres embués de fraîcheur,

Nous n'avions pas besoin, je crois, d'autre bonheur

 

Pour sentir passer l'amour d'un beau matin d'été

 

Mon père au beau visage amaigri par la guerre

Parlait et me souriait dans l'ombre mouvante et claire

 

Cette voix, je l'entendrai plus,

Son visage, je ne le verrai plus

Ni son sourire vivant

 

Un blanc matin d'été

 

Gaëlle Mann

 

 

 

 

11:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Ils veulent faire revoter l'Irlande!

Après le rejet du traité de Lisbonne, les dirigeants de l'UE cherchent à sortir de l'impasse. La France aimerait qu'un nouveau référendum soit organisé dans quelques mois en Irlande. Mais à Dublin cette hypothèse n'est pas d'actualité.

Ils ont fait la fête toute la nuit, se réjouissant du très net rejet du traité de Lisbonne. Les « nonistes » irlandais sont contents, certes, mais reste à savoir quelle suite donner à leur non massif. Leur camp est parfaitement hétéroclite.

Qu'ont en commun le très nationaliste Sinn Fein, vitrine politique de l'IRA, seule formation parlementaire à avoir soutenu le non, les catholiques d'extrême droite, les pacifistes et l'ultra gauche ? « Il y a eu un phénomène un peu similaire à ce qui s'est passé en France en 2005 : un rejet de la politique et des politiciens », estime Sean, professeur dans un collège difficile. Brian Cowen, Premier ministre depuis quelques semaines, a remplacé Berhie Ahern, compromis dans des affaires de corruption présumée. Cette méfiance envers une classe politique explique aussi l'émergence d'un Declan Ganley, fervent catholique richissime, qui a décidé de « remettre la démocratie au coeur de l'Europe », à coups de millions et à travers son organisation, fondée il y a quelques mois, Libertas. Bien qu'il refuse d'en parler pour l'instant, l'homme d'affaires, fort de son succès, pourrait bien se présenter aux élections européennes de l'année prochaine, voire fonder son propre parti politique.

Et maintenant, comment sortir de la crise ? A Bruxelles comme à Paris on ne voit qu'une possibilité : revoter dans quelques mois quitte à faire des concessions. Une position résumée, hier, par Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes : « Il faut que le processus de ratification aille à son terme et laisser le temps de la réflexion aux Irlandais, savoir si moyennant quelques médiations ils peuvent revoter. Il n'y a pas d'autre solution ».


Nicolas Sarközy est sur la même ligne. Mais, hier, il a fait profil bas, sans doute pour ne pas braquer les Irlandais : « Le non est une réalité politique, on doit l'accepter. » Et d'ajouter : « Ce n'est pas un hasard. Beaucoup d'Européens ne comprennent pas la façon dont on construit l'Europe en ce moment. Il faut qu'on en tienne compte et qu'on change notre façon de faire. » A l'Elysée on assure que la présidence française de l'UE (qui démarre le 1er juillet) n'est pas sabordée. Et que toutes les initiatives qui devaient être prises le seront. Nicolas Sarkozy a précisé : « Je pense à une politique européenne de l'immigration, je pense à une réponse européenne à l'augmentation du prix du pétrole. Nous devons être plus efficaces au service de la vie quotidienne des Européens. »

Voter à nouveau ? Les dirigeants irlandais ne ferment pas totalement la porte. Mais à Dublin, cette hypothèse est jugée « prématurée ».

Le Parisien - 15 juin 2008

10:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Les cigognes de Marennes

Cigognes à Marennes.JPG
Cigognes dans la mer à Marennes.JPG
Cigognes à Marennes  (Charente-Maritime)

02:26 Publié dans Blog | Tags : nature, marenes, cigognes, océan | Lien permanent | Commentaires (4)

Ces noces orientales trop exubérantes...

 Face à la recrudescence des comportements dangereux de certains invités lors des mariages, deux grandes villes de l'Oise, Creil et Compiègne, ont décidé de réagir. Feux rouges grillés, stationnement anarchique, rues remontées à contresens, certains cortèges nuptiaux ressemblent désormais là-bas à de véritables rodéos.

Le phénomène a pris une telle ampleur que la mairie compiégnoise a même édité un guide de bonne conduite à l'usage des mariés et de leurs invités, fin 2007.

Mais les limites de la pédagogie semblent avoir été franchies ces dernières semaines. Redoutant l'accident, la ville hausse désormais le ton. Les policiers locaux ont ainsi reçu l'ordre de verbaliser tous les contrevenants. Afin d'éviter les dérapages, c'est la méthode de la « procédure à la volée » qui a été retenue.

« Ce jour-là aussi, il faut respecter le Code de la route »

« Les policiers municipaux photographient les éventuels contrevenants, à qui nous envoyons un procès-verbal quelques jours plus tard », explique Eric Verrier, adjoint au maire (UMP) chargé de la sécurité. Quatre procédures ont ainsi été dressées le 24 mai. Samedi dernier, c'est une Lamborghini louée pour l'occasion qui a été immobilisée : les policiers avaient aperçu que les papiers du conducteur n'étaient pas en règle. L'homme avait, là encore, pris certaines libertés avec le Code de la route.

« Il s'agit d'une minorité qui manifestement ne veut pas comprendre », ajoute Eric Verrier. A Creil, la nouvelle équipe municipale a également dû se résoudre à prendre un arrêté visant à réglementer l'accès des automobiles à l'hôtel de ville. Jean-Claude Villemain, le maire (PS), a même réclamé au préfet des renforts de CRS les jours de mariage ! Beauvais doit également faire face à ces unions nuptiales un peu trop exubérantes. Pour l'instant, le mot d'ordre reste la pédagogie, mais pas forcément pour très longtemps.

Le phénomène ne semble d'ailleurs pas circonscrit à l'Oise. Dans le Nord, à Maubeuge, l'officier d'état civil rappelle aux jeunes époux et à leurs familles et amis que « le mariage est un jour de joie et que ce jour-là aussi, il faut respecter le Code de la route ». A Roubaix, la commune dispense également cette petite leçon de morale lors de la cérémonie, tandis que la police municipale veille au grain dans le centre-ville pour prévenir tout débordement. A Nîmes (Gard), c'est la police nationale qui se mobilise et verbalise sans hésiter les convives qui enfreignent les règles de sécurité.

Il faudrait aussi faire respecter l'interdiction des concerts de klaxons bruyants, destinés non pas à exprimer "la joie", mais à chasser les "mauvais esprits" pour les nouveaux mariés?

Pourquoi des drapeaux algériens sont-ils agités aux portières avec des cris tandis que les avertisseurs hurlent en continu?   

02:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Les escadrons de la mort

Attentats ciblés.jpg
Les escadrons de la mort israéliens et américains infestent le monde

Les Etats-Unis se sont mis d'accord avec Israël pour établir une nouvelle politique américaine d'assassinats ciblés. Stuart Littlewood jette son regard sur l'utilisation croissante par les Etats Unis et Israël d'assassinats et rapporte que les escadrons de la mort israéliens ont été autorisés à entrer dans des pays « amis », dont la Grande Bretagne, pour y tuer les ennemis de l'état d'Israël.

Stuart Littlewood - Middle East Online


 

Un "assassinat ciblé" est le meurtre de personnes pour des motifs habituellement politiques ou idéologiques (et souvent démentes)....

En 1976, le président des Etats-Unis Gerald Ford, a émis un décret de loi qui a été légalisé suite aux révélations au sujet de la CIA qui avait fait plusieurs tentatives pour assassiner Fidel Castro. A la suite de quoi, les assassinats politiques ciblés sont devenues illégaux : « Aucun employé du gouvernement des Etats-Unis ne s’engagera ni ne conspirera dans le but de commettre un assassinat politique ». Depuis, chaque président des Etats-Unis a maintenu cette interdiction d’assassinats...ou a réussi à le contourner.

Carter et Reagan ont réaffirmé cette interdiction mais cela n’a pas empêché le bombardement de la maison de Ghadafi en 1986 dans l’espoir de le faire disparaître, ni à l’administration Clinton de tirer des missiles de croisière sur des camps supposés de guérilla en Afghanistan en 1998, ni à Bush d’ordonner à la CIA de s’engager dans des « opérations secrètes mortelles » (basées sur une découverte des renseignements) afin de détruire Ben Laden et son organisation Al-Qaeda.

C’est bien et c’est légal malgré tout

Les avocats de la Maison Blanche et de la CIA proclament qu’une « découverte des renseignements » fait toute la différence car l’interdiction d’assassinats politiques ne s’applique pas en temps de guerre. Et comme par magie, si les découvertes sont « bonnes », cela transforme tout en un état de guerre. Ils disent aussi que l’interdiction n’empêchera pas l’Amérique d’agir contre les terroristes. Et dans le sillage de 9/11, cela n’empêchera pas les Etats Unis d’agir en légitime défense.

Alors tout ce qui leur reste à faire c’est d’inventer ou de fabriquer une « découverte », étiqueter de « terroristes » les personnes qui se trouvent sur leur chemin et déclarer que l’assassinat était un acte de légitime défense dans une situation de guerre ; et ainsi on ne pourra rien leur reprocher.

Des rapports suggèrent que l’administration Bush coopère avec Israël afin de mettre en place un cadre légal en vue d’une nouvelle politique américaine d’assassinats ciblés. Les Israéliens en sont les experts mondiaux. La réponse aux poches de résistance gênantes visant leurs saisies de terres, leur nettoyage ethnique, leurs enlèvements, leurs colonies illégales et leurs autres activités « criminelles » en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, est l’imposition en masse de lois de la guerre concoctées spécialement au bénéfice de « la légitime défense » d’Israël et de la « sécurité du pays », lois qui piétinent les droits de toutes les autres personnes. Ceci est le genre de chicanerie qui convient admirablement à l’administration Bush qui continue avec sa guerre sans fin contre la terreur.

Le goût d’Israël pour l’assassinat et le meurtre remonte bien avant l’établissement de l’état quand de telles atrocités étaient pratiquées contre les cibles bédouines et arabes par l’Irgoun, une organisation tout à fait déplaisante qui croyait que la violence et le terrorisme politique étaient des instruments légitimes pour faire disparaître les obstacles de la cause sioniste et pour expulser les Arabes de leurs terres. Les assassinats ont fait partie de la politique officielle d’Israël en 1999 quand l’armée a planifié des « attaques ciblées » pour empêcher les milices de Yasser Arafat, les Tanzim, de tirer sur les colons illégaux en Cisjordanie et à Gaza.

Les Israéliens ont montré une rare ingéniosité en faisant sauter Yahya Ayesh, le faiseur de bombes. En 1996, ce technicien habile dans l’art de faire exploser des bombes était depuis trois ans sur la liste israélienne des personnes les plus recherchées. Le Shabak (service secret israélien) avait finalement dupé un ami qui a donné à Ayesh un téléphone portable piégé. Lorsqu’Ayesh l’a utilisé, le Shabak l’a fait exploser.

En début d’année, ils se sont encore surpassés lorsqu’ils ont « achevé » Imad Mughniyeh du Hezbollah (le renard) en faisant exploser un repose-tête dans sa Mitsubishi.

Mais leur méthode d’assassinat préférée est le raid aérien, qui manque de finesse et qui fait souvent des ravages collatéraux. En 2002, des avions de combat F-16 ont bombardé la maison du Sheik Salah Shehadeh, (le commandant militaire du Hamas) située dans la ville de Gaza. Ils ont non seulement tué le Sheikh Salah mais aussi au moins 11 autres Palestiniens dont sept enfants et en ont blessé 120 autres.

En 2004, lors de la deuxième tentative contre le dirigeant spirituel du Hamas, le Sheikh Ahmed Yassin, (cloué dans son fauteuil roulant depuis l’âge de 12 ans) ils ont réussi à le tuer ainsi que 9 passants innocents lors d’une attaque d’hélicoptère de combat. Yassin avait survécu à un bombardement de F-16 l’année précédente. Le premier ministre israélien Ariel Sharon avait désigné Yassin comme étant le « cerveau du terrorisme palestinien » et « d’assassin de masse » ce qui est plutôt comique venant d’un criminel de guerre qui avait dirigé l’escadron de la mort israélien (Unité 101) et qui avait été reconnu indirectement responsable des massacres dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila.

Selon l’organisation israélienne des droits de l’homme, B’Tselem, 231 Palestiniens ont été assassinés, 385 passants innocents tués et Dieu sait combien de blessés et de mutilés par Israël depuis la deuxième intifada de 2000. « L’utilisation d’assassinats par Israël contre des suspects palestiniens ébranle l’état de droit et alimente le cycle de violence dans la région » prévient Amnesty International.

Mais ces exterminations systématiques sont considérées par le procureur général d’Israël comme « légitimes et légales ». « Si une personne est engagée ou prévoit de mener des attaques terroriste, elle doit être « éliminée ». C’est efficace, précis et juste » avait dit le ministre israélien Ephraïm Sneh en 2001, et ce sans prendre en considération le manque de précision, les victimes collatérales et le fait que l’information est peut-être mauvaise et par dessus tout, l’équité de tout cela.

Cela est devenu contagieux. Le Département d’Etat des Etats-Unis a décrit de la même manière ses frappes contre Al-Qaeda comme étant « légales et nécessaires ». Mais les frappes préventives ne sont pas le seul outil de l’Amérique. Il y a le centre de détention à Guantanamo Bay où des centaines de prisonniers de « guerre » de 13 ans et plus, sont emprisonnés sur le long terme dans des conditions inhumaines, sans « procès légal » et en violation flagrante des Conventions de Genève. Beaucoup ont, à ce jour, été « rendus » à d’autres pays. C’est une vie pire que la mort et beaucoup de ceux en captivité illégale mourront sans doute, victimes d’une autre forme d’assassinat.

Le vice président Dick Cheney a dit à Fox News :

« Si vous avez une organisation qui a comploté ou qui complote un genre d’attaque suicide par exemple et qu’ils (les israéliens) ont la preuve de qui ils sont et où ils se trouvent, j’estime qu’il est justifié d’essayer de se protéger en prenant les devants.

Cette approbation a donné une impulsion bienvenue au programme accéléré d’assassinats de Sharon. Arafat a prétendu que le cabinet israélien avait approuvé le projet de tuer un grand nombre de Palestiniens importants. Sharon a nié mais il a défendu la politique d’assassinats en tant que « mesure anti-terrorisme défensive ». Il a dit qu’il avait envoyé aux Palestiniens une liste de 100 noms de terroristes que l’Autorité Palestinienne devait arrêter et que dans le cas contraire Israël continuerait à « exercer son droit d’autodéfense ».

On apprend qu’aujourd’hui des conseillers israéliens entraînent les forces spéciales américaines en leur enseignant des méthodes agressives anti-insurrectionnelles en Irak, y compris l’utilisation d’escadrons d’assassinats contre des dirigeants de la guérilla. Des spécialistes de la guerre urbaine partagent leurs compétences aiguisées contre les Palestiniens en Cisjordanie et Gaza pour aider les Etats-Unis à mettre sur pied leurs propres équipes de chasseurs-tueurs.

Des escadrons de la mort israéliens, ici en Grande Bretagne ?

Encore plus inquiétants sont des rapports disant que les escadrons de la mort israéliens ont reçu l’autorisation d’entrer dans les pays « amis » et de tuer les personnes où qu’elles soient si elles sont soupçonnées d’être une menace pour l’état juif. Les assassinats ciblés ont été plutôt restreintes à la Palestine occupée mais la nomination en 2002 d’un nouveau directeur du Mossad, Meir Dagan, a changé tout cela.

Il est dit que Sharon avait donné à son vieux copain Dagan un mandat pour réactiver les méthodes traditionnelles du Mossad, y compris les assassinats à l’étranger même si les relations bilatérales risquaient d’être compromises. Alors notre ministre de l’intérieur, le fringrant Jaqui Smith, ferait bien de nous dire sans mentir si les truands du Mossad sont en ce moment en train de rôder dans les rues de Londres, Bradford, Glasgow et Manchester, en train de tuer les comploteurs qui combattent leur régime raciste pourri.

Un servile George « Dubya » (argot américain pour George Walker Bush) Bush, lors de la célébration pour le 60ème anniversaire d’Israël, s’est incliné devant son « garant » sioniste et a déclaré que les Etats Unis étaient fiers d’être « leur plus proches allié et leur meilleur ami au monde ». Il leur a dit qu’ils avaient travaillé sans relâche pour la paix et qu’ils avaient combattu vaillamment pour la liberté. « Vous avez construit une grande démocratie qui durera toujours et qui pourra toujours compter sur l’Amérique pour se tenir à ses côtés ». Il est évident pour le reste du monde que le commandeur en chef des Etats-Unis sait où se trouve son intérêt.

Et en s’adressant à la Knesset sur le sujet de l’Iran, le texan docile, ne se rendant pas compte de l’ironie de son discours, a dit : « Permettre au plus important sponsor de la terreur de posséder l’arme la plus destructrice du monde serait pour les générations futures, une trahison impardonnable ». Il a continué en comparant ceux qui réclamaient des négociations avec les « terroristes et les radicaux » aux pacificateurs des nazis avant la deuxième guerre mondiale, le crétin étant apparemment incapable de faire la différence.

Les tyrans génocidaires, les gouvernants corrompus et les chefs d’états sanguinaires convoitant une domination mondiale et dans le désir de garder le monde dans un état de tumulte, ils infestent encore une fois de plus la planète. Ils sont souvent nés et éduqués dans des démocraties occidentales que le monde est supposé admirer mais qui sont aujourd’hui si corrompues qu’ils dégoûtent beaucoup de personnes sensées. Etant donné que ces menaces ne peuvent pas être traitées en justice de façon normale, alors c’est le travail du Bureau des Assassinats renaissant et rénové.

Les commandants militaires des combattants de la liberté et de la résistance ne sont pas le problème. Les peuples du monde ont besoin d’un instrument pour éradiquer la pauvreté au sein des sociétés riches, pauvreté qui menace l’humanité. Ils ont besoin de se débarrasser des super-prédateurs responsables de millions de morts, qui se mêlent massivement de choses qui ne les regarde pas, qui créent l’injustice et qui rendent la vie misérable à des millions de personnes. Nous avons tous notre propre liste de souhaits. Je parie que les mêmes noms ciblés réapparaissent régulièrement.

Pensez : un service de débarras public socialement responsable prêt à faire affaire avec n’importe quel membre du public qui s’estime en guerre contre ces forces maléfiques et qui peut présenter un bon argument pour un meurtre devant le bureau du chef et son équipe. J’imagine déjà de longues queues qui se forment dans le but de recruter l’aide du bureau pour éliminer les persécuteurs du monde. Ils n’ont plus d’endroit où se cacher. Les demandes de débarras doivent bien sur être accompagnées d’un « renseignement » correct.

Le travail d’un Bureau des Assassinats serait parfaitement « légal et légitime » et certainement plus que « nécessaire ». Et ça ne ferait que suivre le précédent institué par les Etats-Unis et Israël.

*Stuart Littlewood est un ancien homme d’affaires devenu écrivain originaire de Norfolk, G.B. Il a récemment publié un livre intitulé « Radio Free Palestine » au sujet du sort des Palestiniens sous occupation (http://www.radiofreepalestine.co.uk) Cet article est paru dans « Redress Information & Analysis : http://www.redress.cc)

 

22 mai 2008 - Middle East Online - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.middle-east-online.com/E...
Traduction de l’anglais : Ana Cléja


Samedi 14 Juin 2008