Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2007

Maroc: les islamistes grands favoris

e9453c9a77843355c100954c46b3f80c.jpg

Les Marocains élisent aujourd'hui les 325 députés de la Chambre des représentants. Pour la première fois, les islamistes modérés du Parti de la justice et du développement (PJD) pourraient arriver en tête.

Le roi en personnes'est engagé à ce que les élections législatives d'aujourd'hui soient « irréprochables, lavées de tout soupçon ». Mohammed VI a également appelé les partis à respecter « la libre volonté populaire ». Une page de l'histoire marocaine semble sur le point de se tourner, avec un scrutin transparent et surtout l'intégration dans le système politique d'un parti islamique.

Les derniers sondages indiquent en effet que le Parti de la justice et du développement (PJD), des islamistes « modérés », pourrait bien arriver en tête et participer au gouvernement. Et pourquoi pas un Premier ministre issu du PJD en la personne de son secrétaire général, le très lisse, très libéral et très modéré Saad Eddine el-Othami, 51 ans ? Une possibilité que personne ne rejette totalement, même si le mode de scrutin (proportionnel de liste au plus fort reste) et un découpage électoral soigné favorisent l'émiettement des voix et interdisent à toute formation de distancer très nettement les autres. S'y ajoute le fait que l'abstention risque d'être massive.

Une seule chose est certaine, les islamistes vont désormais compter dans le paysage politique, même s'il est totalement exclu de remettre en question le pouvoir quasi absolu de Sa Majesté. « Hassan II avait en son temps composé avec les socialistes de l'USFP, Mohammed VI fait la même chose avec les islamistes, avance un homme d'affaires français. Le roi sait que son royaume vit une période de transition, que le retour de la population à la pratique d'un islam plus rigoureux est une réalité. Il préfère donc anticiper, tout en ne perdant pas une once se sa puissance. »

Le PJD, de son côté, joue sur du velours. Son mot d'ordre prioritaire : lutter contre la corruption, mal endémique du royaume. Pour le reste... Si des laissés-pour-compte des bidonvilles se sont laissé tenter par le jihad et les attentats kamikazes, les jeunes filles de la riche bourgeoisie continuent de préférer le bikini à la robe pour se baigner ; l'islam ne fait pas peur, bien au contraire. Le PJD a conquis les classes moyennes, qui veulent essentiellement mieux vivre.

Nourrie d'images transmises par les chaînes satellites arabes, une grande partie de la population estime parfaitement « normal » que les femmes choisissent de porter le voile, que le ramadan soit strictement observé et que les valeurs familiales soient de nouveau « à la mode ». « Je fais mes cinq prières par jour, je ne bois pas une goutte d'alcool, ma fiancée porte le hijab, ce qui ne l'empêchera pas d'être avocate, assène Medhi, 23 ans, étudiant en gestion financière. Je suis résolument moderne, et je vote PJD. »

(Source: Le Parisien)

Ce que nous souhaitons pour les familles marocaines immigrées vivant en France, c'est qu'elles puissent retourner au Maroc pour y pratiquer leur religion sans les contraintes de la laïcité française.

17:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Mieux vaut en rire!

95503751aac800910bc7b36223467a62.jpg

Comment aider les jeunes à chercher un emploi ? En encourageant les séances de coaching, propose Fadela Amara, qui dévoilera ce matin en Conseil des ministres son plan contre la « glandouille ». Voici ses principales annonces en exclusivité.

CETTE COACH-LA n'aide pas les vieux garçons à trouver l'âme soeur, les filles coquettes à perdre quelques grammes, les grands patrons à s'exprimer devant une caméra de télévision. La mission de Daphné Battaglia*, 43 ans, c'est plutôt « d'apprendre aux jeunes des quartiers sensibles à oser ». Durant six mois, à raison de quatre séances hebdomadaires de sept heures chacune, cette titulaire d'un DESS ingénierie de formation vient de chaperonner, dans le département de l'Essonne, une vingtaine de jeunes âgés de 19 à 26 ans non qualifiés et sans emploi, en provenance de la cité des Pyramides à Evry ou de celle des Tarterêts à Corbeil-Essonnes.

Ce coaching au service de la banlieue a séduit la secrétaire d'Etat chargée de la Politique de la ville, Fadela Amara. Ce matin, lors d'une communication en Conseil des ministres décentralisé à Strasbourg, elle dira tout le bien qu'elle pense de cette approche individualisée.

Sous la houlette de Daphné, consultante aux lunettes branchées, les « clients » des tours HLM apprennent à « parler le charlemagne » plutôt que le verlan de la « téci », « à accepter l'échec » en mettant en sourdine des années de frustration et parfois de l'agressivité, à écrire un CV original en fonction du profil de l'employeur potentiel, à porter un costume-cravate plutôt qu'un survêt-baskets lors d'un entretien d'embauche. « On travaille beaucoup sur les attitudes. Ce n'est jamais un cours théorique. Ma méthode, c'est du sur-mesure. Au bout de quelques semaines, les jeunes changent physiquement et mentalement. Mais quand ils ont débarqué, ils étaient méfiants, sans rêve ni ambition, et sous l'emprise du fatalisme », décrit la coach. Ses protégés créent également une micro-entreprise chargée de procéder à leur reclassement. Et ça marche ! « On a 99 % de réussite ! » jure la quadragénaire qui a grandi, elle aussi, dans les quartiers populaires... La quasi-totalité des participants, « à mille lieues des clichés sur les racailles », sortent avec un emploi ou s'engagent dans une formation professionnelle.

Dans la dernière promotion de Daphné, les ex-chômeurs sont devenus conseiller dans une mission locale, technicien de maintenance dans une société de climatisation, médiatrice familiale ou pâtissière. Cet accompagnement ne leur coûte pas un centime d'euro. La formation - 600 € par jour et par groupe - est prise en charge par l'Etat dans le cadre de la politique de la ville. Anaïs, 26 ans, élégante locataire d'une cité de Ris-Orangis, se retrousse désormais les manches dans une agence de pub au poste d'assistante de communication. « Le coaching m'a redonné confiance en moi et la force de me battre. Ça m'a permis de sortir du carcan dans lequel on voulait m'enfermer. Au mois de novembre, je vais même entrer à l'université ! » s'enthousiasme, avec fierté, l'ex-secrétaire sans diplôme, qui avait « arrêté l'école en seconde ».

Mohamed, 23 ans, habitant du quartier des Epinettes à Evry, hésite, lui, entre une formation de réceptionniste dans un hôtel ou de chauffeur de bus. « Maintenant, je suis un fonceur, je sais me vendre et envoyer une lettre de motivation qui sort du lot. Avant, je me mettais des barrières. Quand je lisais une petite annonce pour un job, je me disais : Laisse tomber, c'est pas pour moi ! »

* Elle vient de créer la société Attribut Conseils. Tél. 06.08.41.51.65 ; www.daphne.battaglia/gmail.com.

(Source Le Parisien - Photo de la coach Daphné Battaglia avec une CPF)

16:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

06/09/2007

Mustafa Kocakurt

ada95c1a18501ae1a31c9aeac3605e92.gif

France 5, mercredi 5 septembre, 17 h 30, « C à dire ?!». Après Karl Zéro et Marc-Olivier Fogiel, Thierry Guerrier, dans le cadre de sa nouvelle émission, un face-à-face intense mais sans voyeurisme d'une dizaine de minutes, interrogeait à son tour Mustafa Kocakurt, le père d'Enis, victime du pédophile Francis Evrard. Il l'a questionné sur cette frénésie des plateaux : « Je refuse l'argent qu'on me propose. Je le fais pour mon fils », a répondu cet homme blessé qui a mis définitivement un terme à la polémique sur ce que lui aurait déclaré Nicolas Sarkozy sur la peine de mort : « Il ne m'a jamais dit qu'il était pour. Il m'a dit qu'il me comprenait. »

Car lui aimerait « voir mort » le pédophile, voulant qu'il « crève », voire même en passant « une minute seul avec lui », ajouta-t-il, tout en reconnaissant : « Peut-être que dans un an, je regretterai mes propos. » Allait-on rouvrir le débat sur la peine de mort ? Thierry Guerrier a rappelé le père d'Enis à « la loi ».

23:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Au son des tam-tam...

4bdf696f39498c058e01a07454d34827.jpg

Malgré le démontage de leur campement ce matin, les squatteurs de la Maladrerie ont décidé ce soir de réinvestir les lieux.

La situation s'envenime dans l'affaire des squatteurs d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Seulement quelques heures après leur expulsion, ils ont décidé ce soir de réinvestir les lieux, au moins pour la nuit. Ils réclament toujours une véritable solution de relogement.

Installé depuis deux mois devant un groupe scolaire, leur campement avait pourtant été démonté ce matin par la police.

Au son de tam-tam, ils ont tendu à 19 h 30 une grande bâche entre quelques arbres, à quelques mètres des lieux d'où ils avaient été délogés tôt le matin.

Depuis le 11 juillet, environ 70 familles, la plupart ivoiriennes, se relayaient pour camper devant le groupe scolaire Joliot-Curie, dont les 1.000 élèves ont fait leur rentrée mardi et qui ont assisté jeudi à l'évacuation des dizaines de tentes, matelas et effets des familles de la Maladrerie.

Ce matin, après l'intervention des forces de l'ordre, la secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme, Rama Yade, s'est rendue sur place pour s'indigner de la situation. Une visite "improvisée" qui lui a vallu dans l'après-midi un rappel à l'ordre du premier ministre François Fillon, jugeant que «ce type de démarche devrait faire l'objet d'une concertation avec ses collègues» du gouvernement.

22:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Rama Yade soutient les squatteurs ivoiriens

637733f20ae4dd41d67c29ac9ab30980.jpg

François Fillon a reçu jeudi la secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme Rama Yade "pour comprendre les raisons" du déplacement controversé de celle-ci auprès de squatteurs en Seine-Saint-Denis, a-t-on indiqué dans l'entourage du Premier ministre.

"Il lui a fait savoir qu'à l'avenir, ce type de démarche devrait faire l'objet d'une concertation avec ses collègues" du gouvernement, a-t-on précisé.

Mme Yade avait de son propre aveu "improvisé" jeudi matin un déplacement à Aubervilliers, auprès de squatteurs qui venaient d'être évacués à la demande de la mairie, suscitant la colère de la municipalité PCF qui l'accuse de "soutien aux squatteurs".

La secrétaire d'Etat a expliqué avoir voulu "arranger les choses" et "amorcer un dialogue" par sa visite.

L'évacuation des 80 tentes installées depuis le 11 juillet devant un groupe scolaire par plus d'une centaine de squatteurs demandant à être relogés a eu lieu tôt jeudi matin


Mme Yade a précisé avoir été récemment "sollicitée" par une association, sur le cas de plusieurs familles mal-logées d'Aubervilliers et Asnières (Hauts-de-Seine), ajoutant qu'on "ne peut laisser comme ça devant une école des familles en situation difficile".

Rama Yade "fait pour les siens" et François Fillon qui ne fait plus grand'chose a du temps à perdre... Quant à la colère de la municipalité rouge, c'est l'histoire de l'arroseur arrosé!

22:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Perspectives en forte baisse pour la croissance française

 La ministre de l'économie, Christine Lagarde, a maintenu, mercredi 5 septembre, ses prévisions de croissance pour 2007 (2,25 %). Le jour même, l'OCDE, emboîtant le pas à de nombreux économistes, révisait à la baisse ses chiffres pour l'hexagone (1,8 % au lieu de 2,2 %). Tandis que le président de la République déclarait aux Dernières Nouvelles d'Alsace : "La croissance, je ne l'attendrai pas, j'irai la chercher." "Si elle n'était pas assez forte, eh bien, j'irai encore plus loin dans l'allégement du coût du travail, dans la création des emplois de service et dans la réforme des 35 heures", assure Nicolas Sarkozy dans cet entretien publié jeudi.

 


Mme Lagarde a affirmé qu'il n'y avait pas lieu de revoir des prévisions annuelles à partir d'un seul chiffre "moyen" (0,3 % au deuxième trimestre). "Un certain nombre de clignotants de confiance sont allumés au vert", a-t-elle ajouté. Bercy relève le dynamisme des créations d'entreprise, le climat des affaires dans les services, les perspectives d'investissements industriels et la bonne tenue de consommation.

Cet optimisme officiel contraste avec les doutes officieux du ministère et le scepticisme quasi-général des économistes. Selon leurs calculs, il faudrait une croissance comprise entre 0,8 et 1,3 point à chacun des deux derniers trimestres, soit un niveau exceptionnellement élevé, pour atteindre les 2,25 %.

En juillet 2007, lors d'un passage inédit devant l'Eurogroupe, M. Sarkozy s'était engagé à transmettre à Bruxelles, à la rentrée, un programme de stabilité actualisé pour 2008-2012. Cet engagement pourrait être tenu dès la semaine prochaine. L'objectif du président est d'afficher un déficit public à 2,4 % du PIB cette année et à 2,3 % en 2008, le scénario central retenu étant un retour à l'équilibre en 2012 avec une croissance à 2,5 %.

 Une révision draconienne en 2007 rendrait ces objectifs, déjà jugés insuffisants par l'Eurogroupe, très difficiles à atteindre.

En début de semaine, Joaquin Almunia, commissaire en charge des affaires économiques et monétaires, voulait encore espérer que M. Sarkozy respecterait l'engagement du gouvernement Villepin d'atteindre en 2010 l'équilibre budgétaire et un endettement inférieur à 60 % du PIB. Mais après avoir rencontré Mme Lagarde, le 30 août, à Paris, il a, faute d'assurances, lancé un nouvel avertissement à la France : "S'il faut plus de coordination économique dans la zone euro, on ne peut pas décider unilatéralement de reporter l'équilibre budgétaire de 2010 à 2012, il faut en discuter avant, ici", à Bruxelles, a-t-il déclaré, lundi 3 septembre, au quotidien espagnol El Pais. La commission, toutefois, se fait sans doute peu d'illusions. Mardi 11 septembre, elle doit, à son tour, revoir à la baisse ses prévisions pour la France en 2007.

(Source: LE MONDE)

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Embryons hybrides

Les autorités britanniques ont donné, mercredi 5 septembre 2007, leur accord de principe à la création controversée d'embryons hybrides réalisés à partir d'ADN humain et animal, pour faire avancer la recherche sur les affections dégénératives. Cette décision permet de pallier le manque d'ovocytes humains destinés au clonage d'embryons à des fins thérapeutiques, permis en Grande-Bretagne mais pas en France.

Les embryons hybrides sont créés à partir de l'ovule d'un animal, en remplaçant l'ADN de son noyau par des chromosomes humains. L'Autorité britannique pour la fertilité humaine et l'embryologie (Human Fertilisation and Embryology Authority - HFEA) a seulement autorisé l'étude des embryons"hybrides cytoplasmiques", dont le matériel génétique est à 99,9 % humain et 0,1 % animal.

 


Les scientifiques espèrent prélever sur les embryons ainsi créés – qui doivent être détruits dans les quatorze jours et ne peuvent être implantés dans l'utérus d'une femme – des cellules souches qui pourraient représenter une percée dans le traitement de maladies dégénératives, comme Parkinson ou Alzheimer.
 

Des travaux similaires ont été ffectués dans d'autres pays, mais la Grande-Bretagne serait la première à autoriser formellement ce type de recherches, selon un porte-parole de la HFEA.

Le gouvernement britannique avait présenté en mai un projet de loi permettant ce type de "transfert nucléaire" (transfert de noyau) en vue de créer des embryons hybrides, mais le Parlement n'a pas encore statué sur la question. La plupart des grands pays n'ont pas non plus légiféré sur ces recherches, à l'exception des Etats-Unis et de l'Australie, qui les ont interdites.

Cette annonce a, sans surprise, suscité une vive réaction du Vatican. Mgr Elio Sgreccia, président de l'Académie pontificale pour la vie, l'a qualifiée "d'acte monstrueux dirigé contre la dignité humaine" sur les ondes de Radio-Vatican, estimant qu'il est "nécessaire que la communauté scientifique se mobilise le plus rapidement possible. Nous pensons que le gouvernement britannique a cédé face aux requêtes, certainement immorales, d'un groupe de scientifiques".

Interrogé sur la BBC, le Dr Lyle Armstrong, chercheur à l'université de Newcastle s'est voulu rassurant : "Il n'est pas dans notre intention de donner naissance à un quelconque hybride bizarre entre l'homme et la vache. Nous voulons utiliser ces cellules
afin de mieux comprendre les cellules souches".

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

VIDEO: PAVAROTTI

Le célèbre ténor italien, Luciano Pavarotti, né à Modène en 1935, s'est éteint ce matin après des mois de souffrances, emporté par un cancer du pancréas. Une grande voix s'est tue pour toujours.

 http://fr.youtube.com/watch?v=2uYrmYXsujI

 

 

18:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Sortir la résidence principale de l'ISF

En dépit du "paquet fiscal" adopté en juillet - qui porte à 30 % l'abattement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) au titre de la résidence principale -, une bonne partie des députés de l'UMP juge que "le compte n'y est pas". Ainsi une proposition de loi prévoyant un abattement à 100 % de la valeur de la résidence principale, plafonné à 300 000 euros, a-t-elle été déposée le 2 août à l'Assemblée nationale par Richard Mallié (UMP, Bouches-du-Rhône). Avant même la rentrée parlementaire, elle a d'ores et déjà été cosignée par plus de 70 députés du parti sarkozyste.

 


Pas question, toutefois, de revenir sur ce qui a été voté dans le cadre du projet de loi sur le travail, l'emploi et le pouvoir d'achat (TEPA), prévient Jean-François Copé. "Nous avons fait un geste significatif avec l'amendement portant l'abattement à 30 % au lieu de 20 %, estime le président du groupe UMP de l'Assemblée. Le gouvernement n'a pas l'intention d'aller au-delà." Cette mesure devrait entraîner une perte de recettes de l'ISF de l'ordre de 115 millions d'euros.

Pour M. Mallié, "cette façon de procéder ne convient pas". "La réponse apportée dans le cadre du TEPA n'a pas été jugée satisfaisante par ceux qui attendaient un signal fort, ajoute le député des Bouches-du-Rhône. Il y a toujours une demande aussi importante."

Partisan sans équivoque de Nicolas Sarkozy, le questeur de l'Assemblée nationale n'hésite pas à qualifier d'"erreur" le refus de sortir la résidence principale de l'assiette de l'ISF. "Nous voulons un système plus juste, qui évite à ceux dont le seul bien ou presque tient dans leur résidence principale d'être assujettis à l'ISF, explique M. Mallié. Sans pour autant exempter totalement les riches propriétaires. C'est pour cela que nous proposons un plafonnement."

Si la réforme de l'ISF satisfait les plus grandes fortunes et les PME, elle ne change pas fondamentalement la donne pour ceux dont la richesse a suivi l'envolée des prix de l'immobilier. Selon le ministère du budget, le nombre de contribuables imposables à l'ISF s'établirait en 2007 à 518 000, contre 445 000 en 2006, soit une augmentation de 17 %. Fin juin, 4,1 milliards d'euros avaient été collectés, soit 720 millions de plus que l'année précédente à la même date, ce qui laissait espérer une recette en fin d'année de l'ordre de 4,4 milliards d'euros.

Durant sa campagne présidentielle, M. Sarkozy, tout en s'engageant pour un allégement de la fiscalité, s'était cependant gardé de promettre expressément l'exemption de la résidence principale du calcul de l'ISF. Le président de la République expliquait que "l'Etat n'avait pas à arbitrer sur les choix d'investissement des Français". Il avait préféré s'engager pour une déduction "à 100 % des intérêts d'emprunt contracté pour l'acquisition de son logement de son impôt sur le revenu" (Le Monde du 23 janvier). Une fois élu, le président de la République a toutefois dû composer. La déduction ne concernera que 20 % des intérêts, dans la limite d'un plafond annuel et pour une durée de cinq ans. Après la censure du Conseil constitutionnel, la mesure ne concernera pas les emprunts contractés avant le 6 mai 2007. Ces reculs font craindre à une partie des élus de l'UMP que les gains de pouvoir d'achat promis grâce à l'allégement de la fiscalité immobilière ne soient pas perceptibles par leur électorat.

"Le nombre de signatures recueilli aussi rapidement montre que cette crainte est largement partagée, estime M. Mallié. Nous souhaitons donc que la question soit de nouveau débattue dès le prochain projet de loi de finances."

(Source: LE MONDE)

17:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

9-11: les Américains veulent une enquête sur Bush

Une majorité d'Américains (51%) veulent une enquête du Congrès sur les actes du président George W. Bush et de son vice-président Dick Cheney avant, pendant et après les attentats du 11 septembre 2001, selon un sondage publié jeudi aux Etats-Unis.

 A l'approche du 6e anniversaire des attaques terroristes sur New York et Washington, un tiers des sondés (32%) estiment qu'une procédure de destitution doit être immédiatement entamée à la Chambre des Représentants à l'encontre de MM. Bush et Cheney.

Selon cette enquête de l'institut Zogby pour le compte de l'organisation "0911truth.org", plus des deux tiers (67%) des personnes interrogées jugent en outre que la commission d'enquête sur le 11-Septembre aurait dû mener des investigations sur l'effondrement inexpliqué d'un immeuble de 47 étages du World Trade Center à New York, près de huit heures après les attentats sur les tours jumelles. Cet immeuble, qui s'est effondré à 17H20 le 11 septembre 2001, abritait notamment les services de secours de la ville, des bureaux de l'Agence centrale de renseignement (CIA), du département de la Défense ou des services de l'immigration. Le sondage a été réalisé par téléphone du 23 au 27 août 2007 auprès d'un millier d'adultes, avec une marge d'erreur de plus ou moins 3,1%.

(Source: LE MONDE 06/09/07)

17:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

05/09/2007

Le dossier Clearstream aurait été "reconstruit" politiquement

1bfa931dbbc2ef07d35450eb13d45b89.jpg
Dominique de Villepin a déclaré mercredi 5 septembre sur France Inter que "Nicolas Sarkozy" n'avait "pas été victime d'une machination politique dans le dossier Clearstream" qui selon lui, aurait été "reconstruit" pour défendre cette thèse.

"Il n'y a pas de dimension politique dans ce dossier. Nicolas Sarkozy n'est pas victime d'une machination politique. Ce dossier a été "reconstruit" pour défendre cette thèse politique, ce qui est aujourd'hui la source de l'injustice qui m'est faite", a résumé l'ancien Premier ministre.

M. de Villepin, mis en examen le 27 juillet dans ce dossier pour "complicité de dénonciation calomnieuse, recel de vol et abus de confiance, complicité d'usage de faux", doit à nouveau être entendu le 13 septembre par les juges d'instruction. "J'apporterai le 13 septembre tous les éléments aux magistrats qui montreront que cette affaire n'est pas une affaire politique. Je prouverai que je ne suis pas dans ce dossier" a-t-il affirmé.

"Je veux savoir par quel tour de passe-passe et par quelle manipulation cette thèse politique d'un Nicolas Sarkozy qui aurait été visé dans cette affaire pour des raisons politiques s'est imposée, parce que c'est la grande clef. Tout cela s'est passé insidieusement, à coup de violations du secret de l'instruction", a poursuivi l'ancien Premier ministre, en s'étonnant que l'enquête judiciaire sur la violation de l'instruction dans le dossier Clearstream ait été récemment close. "J'apporterai des éléments qui, à mon sens, devraient permettre de rouvrir cette instruction", a-t-il affirmé.

"Il n'y a pas une mais quatre affaires Clearstream", a expliqué l'ancien Premier ministre citant l'affaire des "frégates de Taïwan", celle de l'entreprise luxembourgeoise Clearstream, celle des rivalités industrielles dans le monde de l'armement, et enfin l'affaire politique.

"Comment est-on passé d'un dossier international et industriel à un dossier politique qui aujourd'hui se réduit à une pseudo-rivalité entre Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy ?", s'est-il interrogé. "Ce tour de passe-passe explique comment à un moment donné, on a pu faire pression sur le cours de la justice", a-t-il ajouté estimant qu'au coeur de ce dossier il y avait la peur : "Comment un homme politique a pu être saisi par la peur et imaginer qu'on lui en veut au point de vouloir se faire justice lui-même?C'est la source pour moi aujourd'hui d'une très grande injustice. C'est pour cela que je souhaite réparation", a-t-il conclu.


Par ailleurs, Dominique de Villepin a souligné que le pays était "confronté à une conjoncture économique difficile" avec une croissance située par "les experts à 1,8%, peut-être 1,9%". "Le commerce extérieur atteint les chiffres les plus mauvais et l'investissement n'est pas glorieux", a-t-il dit.

"Avançons les yeux ouverts", a-t-il lancé.


22:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La fille de Chirac sur la sellette

decab7a262955c712f9d9719eb720be3.jpg

La police financière a été chargée d'une enquête sur la fille de l'ancien président de la République Claude Chirac, conseillère à la mairie de Paris de 1989 à 1993 et salariée d'une société privée, dans le cadre du dossier des chargés de mission de la ville de Paris.

Les enquêteurs de la division nationale des investigations financières (DNIF) ont été mandatés par la juge d'instruction parisienne Xavière Simeoni qui instruit le dossier, a-t-on précisé de même source, confirmant une information du Point.

Dans ce dossier, vingt personnes sont poursuivies, soupçonnées d'avoir attribué des emplois de complaisance ou d'en avoir bénéficié dans les années 80-90, lorsque M. Chirac puis Jean Tiberi étaient maires de la capitale.

Selon l'hebdomadaire, plusieurs anciens collaborateurs de l'Hôtel de Ville ont déjà été entendus par les policiers sur la situation et la rémunération de la fille de l'ex-président de la République, Jacques Chirac.

Le Point laisse entendre que Claude Chirac pourrait elle-même être bientôt convoquée, une information non confirmée de source judiciaire.

L'ancien président doit être rapidement entendu dans cette affaire qui avait valu à Alain Juppé d'être convoqué le 15 mai par la juge et dans laquelle cinq anciens directeurs de cabinet de la mairie de Paris sont déjà mis en examen, notamment pour "détournement de fonds publics": Robert Pandraud (1983-1986), Daniel Naftalski (1986-1989), Michel Roussin (1989-1993), Rémy Chardon (1993-1995) et Bernard Bled (1995-1998).

Selon le Point, le cas de Claude Chirac serait différent. "La fille de l'ancien président semble n'avoir disposé d'aucun contrat de la ville de Paris ni a fortiori d'aucune rémunération. C'est même dans le caractère informel de ses attributions passées que les soupçons actuels semblent puiser leur source", écrit l'hebdomadaire qui rappelle que Claude Chirac a fait ses premières armes à la mairie de Paris à l'automne 1990 auprès du futur député Pierre Lellouche en intégrant la cellule de communication.

"Elle y dispose d'un bureau et d'un ordinateur, siège dans les réunions, prépare les déplacements mais ne figure pas dans l'organigramme", précise le Point. L'hebdomadaire ajoute que, durant la même période, elle est salariée d'une petite société privée, aujourd'hui dissoute.

Selon une source judiciaire, les faits qui lui sont imputés relèveraient donc, s'ils étaient avérés, d'un recel d'abus de bien social (un chef de poursuite qui n'est pas visé dans le dossier des chargés de mission) et non d'un détournement de fonds publics.

L'affaire des chargés de mission a débuté avec la plainte d'un contribuable parisien. En janvier 1999, une information judiciaire était ouverte pour "faux en écriture publique, prise illégale d'intérêts, détournements de fonds publics et recel". La municipalité de Bertrand Delanoë, actuel maire socialiste de Paris, s'est portée partie civile en 2001.

Le 16 février, la cour d'appel de Paris a validé plusieurs mises en examen dont celles de MM. Roussin, Pandraud et Naftalski.

La Cour de cassation a rejeté le 26 juin les pourvois déposés par certains des mis en examen validant ainsi l'enquête judiciaire.

Après le père, la fille... Il y a comme un acharnement contre l'ancien président de la République et son entourage immédiat. Affaire à suivre, mais qui se terminera sans doute en queue de poisson...

Toutes ces "affaires" qu'on exhume finissent par lasser l'opinion. Etions-nous gouvernés par des voleurs et le somes-nous maintenant par de petits saints?

19:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Villepin met en garde Sarközy contre les cire-pompes

30d6f2c89861e367799162dc1d29f3cc.jpg

"Ce n'est pas quand vous êtes entouré de 'béni-oui-oui', de cire-pompes et de courtisans que vous faites avancer un pays", déclare l'ancien Premier ministre, qui fait un parallèle entre le chef de l'Etat et le Bourgeois gentilhomme de Molière.

L'ex-Premier ministre Dominique de Villepin a violemment critiqué le phénomène de cour autour de Nicolas Sarkozy mercredi 5 septembre sur France Inter, comparant le pouvoir politique actuel, auquel préside Nicolas Sarkozy, au Bourgeois gentilhomme de Molière.


L'ancien Premier ministre a défini "l'esprit de cour" comme "un virus dangereux".

"La cour, c'est cette incapacité à se remplir de l'objectif pour exprimer le contentement permanent de celui qui le fait et le mettre en scène".

"On est le pays de Molière, ne soyons pas dupe de la réalité des choses. Le Bourgeois gentilhomme est une pièce qu'il faut voir et revoir" a affirmé Dominique de Villepin.

Interrogé sur la personne tenant le premier rôle de la pièce sur la scène politique actuelle il n'a pas donné de nom mais a précisé : "c'est toujours celui qui se met en scène, celui vers qui les regards se tournent", avant de faire allusion au livre de Yasmina Reza consacré à Nicolas Sarkozy. "Le pouvoir n'est pas fait pour être ainsi consacré, il est fait pour rendre des comptes", a-t-il dit. "L'homme de pouvoir en France est toujours mis dans la position d'être flatté", a-t-il observé, en souhaitant que "les amis de Nicolas Sarkozy soient capables de lui dire les choses, de lui donner un autre son de cloche".

10:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

VIDEO Chasse aux Blancs en Afrique du Sud

http://fr.youtube.com/watch?v=WPXrl3rRE0s

01:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

04/09/2007

Le calvaire de Marc, cinq ans, torturé à mort

Plus d'un an et demi après la mort de Marc, 5 ans, deux médecins sont renvoyés devant la cour d'assises du Nord pour « non-assistance à personne en danger ». L'enfant avait été ausculté dans les jours précédant sa mort.

Marc n'a vécu que cinq ans, mais sa courte existence s'est achevée par un véritable calvaire. Victime de coups à répétition de la part de son beau-père, cet enfant est mort le 25 janvier 2006 à Auby, près de Douai. D'après l'enquête qui a suivi sa mort, les sévices ont duré plus d'un mois.

« Marc aurait pu être sauvé dix fois... » déplore Me Franck Berton, l'avocat du principal accusé. Plusieurs adultes dans l'entourage proche du petit garçon n'ont en effet pas réagi et personne n'a donné l'alerte. '

Neuf personnes dont la mère et deux médecins généralistes, qui avaient vu Marc durant cette période, sont renvoyés aujourd'hui devant la cour d'assises. Ces praticiens, au même titre que d'autres membres de la famille et une amie, sont poursuivis pour non-assistance à personne en danger et non-dénonciation de maltraitance. L'affaire devrait être jugée début 2008.

Les pompiers, alertés par le compagnon de la mère fin janvier 2006, ont découvert le petit Marc le corps sans vie et couvert d'hématomes. Les résultats de l'autopsie s'avèrent consternants : des hématomes sur tout le corps, des plaies jusqu'aux testicules, plusieurs côtes fracturés et des brûlures de cigarettes... Devant les enquêteurs, la mère, Isabelle, a d'abord tenté d'expliquer que son fils s'infligeait lui-même des blessures avant de reconnaître la responsabilité de son concubin, toxicomane, qui s'est acharné sur l'enfant pendant plus d'un mois...


D'après ses explications, cette femme de 33 ans n'a pas voulu dénoncer les faits par peur de prendre des coups elle aussi et parce qu'elle était très attachée à ce nouveau compagnon. Son fils a pourtant été martyrisé. Dans l'entourage, le grand-père, et des oncles et tantes avaient remarqué ces traces de coups, le visage bleui et gonflé du petit, mais à chaque fois la mère leur expliquait qu'il s'automutilait. Des justifications qu'elle a d'ailleurs tenu devant deux médecins d'Auby à qui elle a tout de même présenté son enfant. Le premier praticien a reçu Marc le 30 décembre 2005. Bien qu'ayant constaté des hématomes, il n'a pas procédé à un examen complet, mais a prescrit une hospitalisation. « Il y a eu vraisemblablement une erreur de diagnostic, souligne son avocat, Me Vincent Potié, mais la mère a menti. S'il avait eu le moindre soupçon, il aurait évidemment fait un signalement comme il l'a déjà fait à plusieurs reprises. » Le deuxième généraliste, consulté quelques jours avant la mort de Marc, a recommandé l'enfant à un pédopsychiatre pour troubles de la sociabilité avec automutilation. Il assure qu'il n'a pu examiner l'enfant, qui avait pourtant déjà plusieurs fractures comme l'autopsie l'a démontré par la suite. « Les médecins n'ont rien vu ou n'ont pas voulu voir. Il y a un manquement grave, dénonce Me Franck Berton. Mon client prendra ses responsabilités, mais cet enfant n'était pas séquestré, il aurait pu être sauvé. »

Ces généralistes, qui ont été suspendus quelques mois, ont fait appel de la décision du juge d'instruction de Douai. « On ne peut pas juger sur le même banc des auteurs d'un crime et des médecins, c'est complètement invraisemblable ! » confie Me Potié. Marc n'avait plus remis les pieds à l'école après les vacances de Noël. Une assistante maternelle qui avait pris l'enfant dans ses bras avait bien remarqué son comportement bizarre et son visage tuméfié. Elle a songé à alerter Enfance maltraitée, mais s'est ravisée, craignant de s'inquiéter pour rien. 

Peine de mort pour les tortionnaires d'enfant, qui tirent leur ignoble jouissance du mal qu'ils leur font.

RIP Marc

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Ce n'est pas aux vieux singes qu'on apprend à faire des grimaces!

"Ce n'est pas aux vieux singes qu'on apprend à faire des grimaces", proverbe français.

Le président de la République a tenu à rendre un hommage particulier au grand combattant de la liberté qu'est Nelson Mandela, explique David Martinon, porte-parole de l'Elysée. Il a incarné la lutte de tout un peuple et son action a largement débordé les frontières de l'Afrique du Sud. » Sarközy ne cache pas son admiration pour l'ancien leader anti-apartheid, Prix Nobel de la Paix en 1993, et cette poignée de main avec Mandela, il en rêvait depuis longtemps.

L'Elysée avait d'ailleurs envisagé une étape en Afrique du Sud lors de la première tournée africaine du nouveau chef de l'Etat, en juillet dernier. Mais Sarközy n'aurait pas pu voir Mandela (qui n'était pas alors dans son pays) et l'option avait été abandonnée. Certains avaient aussi évoqué les possibles réticences d'un Mandela, qui fut l'un des plus farouches opposants à l'intervention américaine en Irak, à rencontrer un Sarkozy plus que conciliant  avec Bush.

La rencontre aura donc eu lieu à Paris à l'occasion d'une visite privée de trois jours de Mandela. Retiré de la vie politique, l'ancien président sud-africain poursuit actuellement une tournée mondiale de collecte de fonds pour lutter contre le sida, sa nouvelle croisade.* Sa campagne internationale est baptisée « 46.664 », numéro de matricule du prisonnier politique Mandela lors de ses vingt-sept ans de réclusion...

* Depuis le temps qu'on fait des collectes de fonds pour lutter contre le sida, le nombre de malades africains non soignés ne cesse de croître... A croire que l'argent récolté va à d'autres "urgences" d'armement pour les guerres tribales ou augmente les fortunes déjà énormes de certains grands leaders africains? Quand cessera cette "culture" du quémandage à des Blancs qu'ils méprisent?

18:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Départs à la queue leu-leu...

0a2548e01732d6c07dab407541473c92.jpg

PARIS (AFP) — Deux conseillers viennent de quitter le cabinet de la ministre de la Justice Rachida Dati, ce qui porte le nombre de départs à sept depuis l'arrivée à la Chancellerie de la garde des Sceaux, indique mardi l'hebdomadaire Le Point.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du ministère, Guillaume Didier, a refusé de confirmer et s'est contenté de "rappeler" que le nouveau directeur de cabinet Patrick Gérard, arrivé en juillet, avait "annoncé dès sa nomination qu'il opérerait très naturellement une réorganisation, pour la rentrée de septembre, du cabinet dont la nouvelle composition sera annoncée dans les 48 heures".

Selon Le Point, Jacques Carrère, conseiller technique pour l'organisation judiciaire et la magistrature, a donné sa démission, alors que Valérie Bonnard, conseillère technique pour le dialogue social et les affaires budgétaires et administratives, "a été congédiée dans des conditions particulièrement houleuses".

Ces deux conseillers figuraient toujours mardi dans l'organigramme publié sur le site internet du ministère, qui recense 19 membres du cabinet.

Patrick Gérard était arrivé en juillet pour remplacer le directeur de cabinet Michel Dobkine, qui avait démissionné pour des raisons "strictement personnelles", son futur mariage, selon la version officielle.

Les jours suivants, trois autres conseillers avaient quitté le cabinet, et vendredi dernier, la Chancellerie annonçait la nomination au poste de chef de cabinet de Yannick Imbert, directeur du projet de réacteur expérimental de fusion thermonucléaire Iter, en remplacement de Michel Marquer parti la semaine précédente.

Après les quatre premiers départs de son cabinet, Rachida Dati avait expliqué début juillet qu'après s'être "séparée" de son directeur de cabinet, le nouveau procédait à une réorganisation. "C'est de sa responsabilité. Je ne vois pas où est le drame", avait-elle lancé.

Interrogée lundi sur Canal+ pour savoir si ces départs en série pouvaient être liés à sa réputation d'avoir "mauvais caractère", elle avait répondu qu'elle voulait "une équipe qui suive".

"Moi j'ai mis tous les projets en même temps en marche. J'ai fait travailler toutes les directions en même temps. Je me suis séparée effectivement de mon directeur de cabinet. Il avait amené des collaborateurs avec lui. J'ai un nouveau directeur de cabinet et il est normal qu'il puisse prendre ses collaborateurs, les choisir", avait-elle expliqué, disant vouloir "les meilleurs pour mettre en oeuvre ce qu'attendent de nous les Français".

Tiens donc! Les Français attendent peut-être qu'elle démissionne d'un poste qu'elle est incapable de tenir...

(Photo: Sa marionnette en latex pour les Guignols de l'info - 2 septembre 2007)

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Dils, Heaulme... le double crime de Montigny-lès-Metz

Le tribunal de grande instance de Nancy devait examiner, mardi 4 septembre, l'action que la mère d'une des victimes du double meurtre de Montigny-lès-Metz intente à l'Etat pour "dysfonctionnement du service de la justice". La maman de Cyril Beining, assassiné à l'âge de 8 ans avec son camarade de jeu Alexandre Beckrich, le 28 septembre 1986, invoque une "faute lourde" et un "déni de justice" et réclame 300 000 euros de dommages et intérêts à l'Etat.

Cette procédure intervient au moment où le juge messin Thierry Montfort s'apprête à rendre une ordonnance de non-lieu en faveur du tueur en série Francis Heaulme, mis en examen depuis juin 2006 dans ce dossier vieux de vingt ans.

Condamné en 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité, pour ces faits, Patrick Dils avait obtenu, douze ans plus tard, la révision de son procès après avoir démontré que Heaulme se trouvait à Montigny-lès-Metz le jour où les deux enfants ont été tués. M. Dils a été définitivement acquitté en appel, en 2002, par la cour d'assises des mineurs du Rhône. Durant ce troisième procès, la "quasi-signature criminelle" de Francis Heaulme avait été évoquée par les gendarmes, auxquels un supplément d'information avait été confié.

"Cette longue procédure entretient chez ma cliente une souffrance psychologique incommensurable", dénonce Me Dominique Boh-Petit, l'avocate de Mme Beining, en évoquant "des années de dépressions, d'hospitalisations psychiatriques et de cures de désintoxication médicamenteuse, sur fond de divorce". L'avocate relève "une série de négligences commises durant l'instruction initiale". Le parquet doit prochainement rendre son réquisitoire définitif.

Mais saura-t-on un jour QUI a tué sauvagement les deux petits garçons qui s'amusaient sur le talus de la voie ferrée? Les parents des victimes ne pourront faire leur deuil que le jour où le ou les assassins seront arrêtés, jugés et condamnés.

Les enfants avaient eu le crâne fracassé à coups de pierre par une "bête humaine". Leurs têtes avaient explosé avec "un bruit de melon", avait même précisé Patrick Dils lors de ses aveux. Il s'est rétracté par la suite. Et il a été innocenté grâce à la présence du "routard du crime", Francis Heaulme, qui se trouvait dans les environs ce jour-là pour voir sa grand-mère. On a expertisé tous les vêtements de Heaulme pur y trouver des traces de l'ADN des enfants. Notamment ses deux seuls pantalons, dont un aurait été certainement éclaboussés de débris organiques lors du double meurtre. Mais puisque le juge va rendre une ordonnance de non-lieu en faveur du tueur en série, on peut estimer que ces expertises ADN n'ont rien révélé qui puisse apporter la preuve de sa culpabilité.

Justice n'est pas encore faite pour ce double meurtre au caractère particulièrement révoltant.

18:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Zéro de conduite

a898b7afd69c82e39ffb6373ca4b4fdf.jpg
Jean Sarközy, un des fils du président français Nicolas Sarközy, est convoqué le 11 septembre devant la justice à la suite d'un accrochage en 2005 avec un automobiliste lors duquel lui est notamment reproché un délit de fuite, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

L'audience est prévue devant un juge de la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les infractions liées au Code de la route, a-t-on ajouté de même source, confirmant une information du quotidien Le Monde.

Le fils cadet de Nicolas Sarközy, âgé de 20 ans, est cité à comparaître pour délit de fuite, défaut de maîtrise de son véhicule, non-respect des distances de sécurité et dégradation légère.

Il lui est reproché d'avoir percuté en scooter l'arrière d'une voiture, le 14 octobre 2005 à Paris, et de ne pas s'être arrêté. Selon Le Monde, l'automobiliste accidenté réclame 260,13 euros pour frais de réparation et 4.000 euros de dommages et intérêts.

Nicolas Sarközy a deux fils, Pierre et Jean, d'un premier mariage. Il en a un troisième, Louis, de son mariage en 1996 avec son actuelle épouse, Cecilia.

17:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

38.000 personnes mobilisées pour le Mondial de Rugby!

L 'Etat a mobilisé 37.900 personnes en France pour la sécurité de la Coupe du monde de Rugby du 7 septembre au 20 octobre, selon le dispositif présenté à la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, lundi, à Bièvres (Essonne).

Il s'agira, pour elles, d'assurer la "réussite de cet événement sportif, festif et diplomatique, car c'est l'image de notre pays qui est en jeu", a souligné la ministre devant la presse, au siège du Raid (Recherche, assistance, intervention, dissuasion, l'unité d'élite de la police nationale), où ce dispositif a été détaillé.

Ainsi, seront concernés 27.000 policiers et gendarmes, 1.500 militaires, 5.000 pompiers, 4.000 secouristes et 400 démineurs (police, gendarmerie, douanes et armée), qui bénéficieront notamment de l'appui de plusieurs dizaines d'hélicoptères.

Ces effectifs auront notamment la charge de 600 joueurs des 20 équipes engagées, installées dans 24 villes différentes et qui disputeront leurs matches dans dix villes françaises, drainant 2,4 millions de spectateurs dont plus de 400.000 visiteurs étrangers.

La protection rapprochée des équipes sera partagée entre les deux unités d'élite françaises, le Raid et le groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN).

Le Raid sera chargé des équipes d'Argentine, d'Ecosse, de France, de Géorgie, d'Irlande, d'Italie, de Namibie, du Portugal, de Nouvelle-Zélande et de Roumanie, tandis que le GIGN s'occupera de celles d'Afrique du Sud, d'Angleterre, d'Australie, du Canada, des Fidji, du Japon, du pays de Galles, des Samoa, du Tonga et des Etats-Unis.

Raid et GIGN devront également assurer la sécurité des arbitres des rencontres.

Les transports des équipes (dont 90 en TGV et 28 en avion) seront sécurisés, de même que les aéroports, les gares, et les trajets jusqu'aux stades. Il en sera de même pour les déplacements des supporteurs et spectateurs, auxquels il est "fortement conseillé d'utiliser les transports en commun, plutôt que des moyens personnels", ont souligné lundi les différents responsables de la sécurité.

A l'intérieur des enceintes sportives, la sécurité incombera au GIP, le Groupement d'intérêt public auquel la Fédération internationale de rugby a délégué l'organisation du Mondial 2007.

"Dedans, ce sera le GIP, dehors, ce sera l'Etat", a résumé Marcel Vinzerich, haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, mais, "en cas d'événement grave, l'Etat reprendra la main", a-t-il ajouté.

Toutefois, même s'il a fallu "évaluer toutes les menaces, il n'y a pas de crainte précise principale", a estimé Mme Alliot-Marie. Selon elle, "il n'y a, à la fois, pas de menace particulière, mais des menaces potentielles peuvent exister", a-t-elle ajouté, après avoir assisté à une démonstration d'intervention du Raid sur une prise d'otage.

En revanche, "le rugby est en principe un sport où la convivialité l'emporte, sans hooliganisme", a-t-elle affirmé en connaisseuse: "je suis tombée dans le chaudron (du rugby) quand j'étais petite", tandis que le président de la Fédération française, Bernard Lapasset, rappelait que le père de la ministre, Bernard Marie, avait été le "premier français à arbitrer un match du Tournoi des cinq nations".

Ca va coûter combien?

Il faut vraiment que la France soit devenue le pays de tous les dangers pour qu'on mobilise autant de forces de police et de sécurité. 

C'est la guerre ou la Coupe du monde du Rugby?

01:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)