Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1796

  • Un nouveau-né découvert vivant dans un sac-poubelle

    Un habitant d'orgine britannique et demeurant à Sauveterre-de-Guyenne, en Gironde, a fait une étonnante découverte, hier, vers 18 heures.

    C'est au moment d'aller jeter des bouteilles dans un conteneur "verres" qu'il a découvert, un bébé vivant "dans un grand sac de supermarché", selon la gendarmerie.

    Aussitôt, il l'a pris et l'a emmené chez un ambulancier qui s'est occupé du nourrisson.

    Selon le commandant de la section de recherches de Bordeaux, "le nouveau-né était nu, enroulé dans un pull noir et une serviette de toilette".

    Comment va le bébé ?
    Il est "en bonne santé", a souligné le maire de Sauveterre-de-Guyenne.

    Depuis quand était il là ?
    "On sait juste qu'il était là a priori depuis plus de 12 heures, puisqu'un routier a entendu des pleurs de bébé", vers 5 heures du matin, a indiqué le maire de Sauveterre-de-Guyenne sur RTL.

    "On sait que l'enfant est sans doute né depuis très peu de temps puisqu'il avait encore du placenta sur la tête", a précisé Yves d'Amecourt.

    Qui est la maman ?
    Mystère. La gendarmerie a lancé un appel à témoins. Toute personne susceptible d'apporter des informations sur cette affaire peut appeler le 05.56.71.68.60.

    Le Post - 27.09.08
     

  • Ossétie du Sud: le Conseil de l'Europe ne reconnaîtra pas son indépendance

    Ossetie-du-sud_4.jpg
    Drapeau de l'Ossétie du Sud - Un Ossète célèbre l'indépendance de son pays
    TBILISSI, 26 septembre 2008 - RIA Novosti

    Le Conseil de l'Europe ne reconnaîtra pas l'indépendance de l'Ossétie du Sud, a annoncé jeudi le co-rapporteur de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) pour la Russie, Luc van den Brande, cité par l'agence News-Georgia.

    "Nous avons informé aujourd'hui le président sud-ossète Edouard Kokoïty que le Conseil de l'Europe ne reconnaîtrait pas l'indépendance de l'Ossétie du Sud", a déclaré M. Brande lors d'une conférence de presse à Tbilissi.

    "Nous nous prononçons pour l'intégrité territoriale de la Géorgie", a-t-il ajouté.

    Une délégation de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) est arrivée le 25 septembre à Tskhinvali, en Ossétie du Sud, pour étudier la situation humanitaire et évaluer les dégâts causés par les hostilités entamées le 8 août dernier.

    Les parlementaires européens se sont rendus en Russie et en Géorgie du 22 au 25 septembre. Leur mission consistait à collecter des informations en vue de débats portant que les conséquences du conflit russo-géorgien qui se dérouleront lors de la prochaine session d'automne de l'APCE prévue à Strasbourg du 29 septembre au 3 octobre.

    La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance des républiques autoproclamées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud au lendemain d'une offensive armée lancée le 8 août par Tbilissi contre cette dernière. L'armée géorgienne a pratiquement détruit Tskhinvali, la capitale sud-ossète, tuant des centaines de civils.

  • La crise financière s'aggrave - le plan de sauvetage n'a pas été adopté

    Bourse de New York.jpg
    Bourse de New York 26 septembre 2008 - La fin d'un monde?
    La crise financière mondiale a donné de nouveaux signes d'aggravation vendredi après la faillite de la banque Washington Mutual, tandis que le Congrès américain semblait parti pour un nouveau week-end de tractations autour du plan de sauvetage des banques. La fermeture de Washington Mutual, annoncée jeudi soir, constitue la plus grosse faillite d'une banque de dépôts dans l'histoire des Etats-Unis.

    Basée à Seattle (Ouest), "WaMu" était la sixième banque du pays par les actifs. Particulièrement touchée par la crise de l'immobilier, elle avait vu sa valeur boursière quasiment réduite à néant. Ses activités encore viables seront reprises par son concurrent JPMorgan Chase pour 1,9 milliard de dollars.

    WaMu est le dernier grand nom de la finance américaine à succomber à la crise en moins de deux semaines, après les banques d'affaires Lehman Brothers et Merrill Lynch et l'assureur AIG.

    Face aux divisions du Congrès autour de l'adoption du plan Paulson de 700 milliards de dollars destiné à soulager le système bancaire de ses créances immobilières douteuses, le président américain George W. Bush est intervenu à nouveau depuis la Maison Blanche.

    "Nous avons besoin d'un plan de sauvetage et nous devons agir rapidement", a imploré M. Bush lors d'une très brève allocution retransmise par les télévisions.

    "Il n'y a pas de désaccord sur le fait que quelque chose d'essentiel doit être fait", a-t-il observé, au lendemain d'une rencontre exceptionnelle à la Maison Blanche avec les deux candidats à sa succession, Barack Obama et John McCain, qui n'a pas donné les résultats espérés.

    Le chef de la majorité au Sénat, Harry Reid, a espéré qu'un accord soit conclu avant que les marchés n'ouvrent lundi. "Il n'y pas de raison qu'on n'y parvienne pas", a-t-il assuré, alors que les discussions risquaient fort de se poursuivre au Congrès au-delà de la fin de la session parlementaire prévue initialement vendredi.

    Des chefs de file du parti démocrate ont accusé les républicains d'être responsables de l'impasse actuelle pour avoir déposé un contre-projet à celui du secrétaire au Trésor Henry Paulson.

    Wall Street paraissait cependant reprendre espoir dans la conclusion d'un accord. A 19H30 GMT, l'indice Dow Jones progressait de 0,65%.

    Auparavant, les autres places mondiales avaient toutes terminé en repli: Londres a perdu 2,09%, Paris 1,50%, Francfort 1,77%, Tokyo 0,94%, Singapour 1,34% et Hong Kong 1,33%.

    Les hésitations du Congrès inquiétaient les dirigeants mondiaux. Le président français Nicolas Sarkozy, qui a appelé jeudi à une refonte complète du système financier mondial, s'en est ouvert au président Bush lors d'un entretien par téléphone.

    "Le président Bush a parlé avec le président Sarkozy des négociations en cours au Capitole et a dit sa confiance de parvenir à quelque chose", a rapporté un porte-parole de la Maison Blanche.

    Le Premier ministre français François Fillon a qualifié la situation de "crise majeure, qui pousse tout le système économique mondial au bord du précipice". Il s'agit d'une crise "comme il s'en produit seulement une ou deux par siècle", a-t-il ajouté.

    Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, a exhorté les responsables américains à se mettre d'accord "le plus vite possible". "Les banques européennes qui commencent à naviguer en eaux troubles, souffrent de cette incertitude", a ajouté le président de l'Eurogroupe.

    Les experts se demandaient quel était le prochain domino de la crise.

    Le grand groupe de banque et d'assurance belgo-néerlandais Fortis, objet de rumeurs depuis plusieurs jours, n'a pas convaincu les marchés en annonçant un projet de vente d'actifs pour 5 à 10 milliards d'euros. Son titre a plongé de 20% à la Bourse d'Amsterdam.

    Fortis a annoncé dans la foulée le départ de son directeur exécutif (CEO) Herman Verwilst, le deuxième en deux mois et demi.

    A Londres, la banque britannique HSBC a annoncé 1.100 suppressions d'emploi dans le monde en raison de la crise.

    Témoin de l'impact de la crise financière sur l'économie réelle, la croissance économique des Etats-Unis au deuxième trimestre a été revue en baisse de 0,5 point, à 2,8% en rythme annuel.

    Seul effet positif des prévisions de croissance en berne, les prix du pétrole ont terminé en baisse vendredi à New York, finissant à 106,89 dollars, en retrait de 1,13 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

    AFP. 26.09.08

     

     
  • Les fils de Sarközy

    fils.JPG
    fils.JPG
    Jessica, Jean, Pierre, et X

  • Budget 2009: la France s'enfonce...

    Budget 2009.jpg
    La crise n'explique pas tout

    Le gouvernement, pris en étau entre une crise financière qui pèse sur la croissance et la contrainte de réduire ses déficits, a présenté ce matin un projet de loi de finances très pessimiste.

    Résultat, l'objectif d'équilibre des comptes de la sécurité sociale est repoussé à 2012, la dette devrait encore grimper et les prévisions de croissance sont plus que limitées.

    Malgré tout, le gouvernement le promet, le taux des prélévements obligatoires devrait rester stable.

    -  Le déficit se creuse. Le déficit de l'Etat va continuer à se creuser en 2009, à 52,1 milliards d'euros, après s'être déjà alourdi à 49,4 milliards en 2008, soit nettement plus que les prévisions initiales du gouvernement.

    -  Une croissance limitée. Le gouvernement, prenant acte de la crise financière, anticipe une croissance limitée à une fourchette de 1 à 1,5% l'an prochain et a même retenu «par prudence», une hypothèse de 1% pour le cadrage de son budget 2009, présenté ce matin. En 2008, la croissance est également prévue à 1%, en net ralentissement par rapport aux prévisions initiales. Pour les années suivantes, le gouvernement s'attend toutefois à un rebond de la croissance, puisqu'il anticipe une hausse du PIB de 2,5% en 2010, 2011 et 2012.
    Auparavant, le gouvernement tablait sur une croissance du PIB de 1,75 à 2,25% en 2009.

    -  L'objectif d'équilibre de la Sécurité sociale repoussé à 2012. Le gouvernement repousse à 2012 son objectif de retour à l'équilibre du régime général (salariés) de la Sécurité sociale. «La trajectoire est ambitieuse, notamment dans le champ de la sécurité sociale qui devra respecter l'objectif de retour à l'équilibre du régime général en 2012», prévoit le budget 2009, alors que le Premier ministre François Fillon avait jusqu'ici fixé un objectif de retour à l'équilibre en 2011.
    «La maîtrise des dépenses de santé, la recherche constante de l'efficience et de la performance de notre système de santé permettront d'être à l'équilibre de l'assurance maladie courant 2011, sur l'ensemble des risques maladie, accidents du travail et maladies professionnelles», indique le budget 2009.

    -  473 millions d'euros pour l'audiovisuel public. Le projet de loi de finances 2009 présenté consacre 473 millions d'euros pour compenser la suppression progressive de la publicité sur France Télévisions et Radio France. Le projet de loi sur l'audiovisuel public, qui devrait être présenté en conseil des ministres fin octobre, prévoit pour janvier 2009 l'arrêt de la publicité après 20 heures sur les chaînes de France Télévisions et un changement du régime publicitaire de Radio France.
    Comme annoncé précédemment, 450 millions d'euros seront alloués à France Télévisions, et 23 millions iront à Radio France.

    Une dette qui explose. Selon le projet de budget 2009, la dette de la France va par ailleurs grimper l'an prochain à 66,0% du produit intérieur brut (PIB), après avoir déjà atteint 65,3% en 2008, soit nettement au-dessus du plafond de 60% imposé par Bruxelles. Initialement, le gouvernement prévoyait une dette limitée à 64% du PIB en 2008 et un retour à 60% en 2012.

    -  Le budget de la justice marque le pas. Le projet de budget 2009 de la Justice atteint 6,66 milliards d'euros, une hausse annuelle à périmètre constant de 2,6% qui marque un ralentissement dans la progression des dotations de ce ministère, malgré les nouveaux coûts de la réforme de la carte judiciaire et de l'ouverture de prisons. Régulièrement décrié comme étant l'un des plus faibles de l'Union européenne, le budget de la Justice avait progressé de 4,6% en 2008 et 5% en 2007.

    -  900 postes supprimés dans l'enseignement supérieur et la recherche. Les moyens budgétaires et fiscaux pour l'Enseignement supérieur et de la Recherche progresseront de 6,5% en 2009 par rapport à 2008, mais 900 postes seront supprimés. Les crédits de fonctionnement alloués au ministère de Valérie Pécresse, «première priorité budgétaire du gouvernement», seront au total de 24,16 milliards d'euros.

    -  Des prélèvements stables. Le taux de prélèvements obligatoires (impôts, taxes et cotisations) devrait rester quasiment inchangé en 2009 (43,2%) et jusqu'en 2012, date à laquelle le gouvernement escomptait initialement de le ramener autour de 40%, selon le projet de loi de finances présenté vendredi.

    -  Instauration d'un écoprêt à taux zéro jusqu'à 30.000 euros par logement. Parmi les rares bonnes nouvelles présentées ce matin lors du projet de budget, le gouvernement prévoit l'instauration d'un écoprêt à taux zéro «dans la double limite de 300 euros par m2 et de 30.000 euros par logement», en faveur de la rénovation thermique des bâtiments anciens servant de résidences principales.

  • La redevance va augmenter!

    redevance audiovisuelle.jpg
    Vous avez vraiment envie de regarder ces programmes débiles?
    118 ou 119 euros, contre 116 euros jusqu'à cette année : le montant de la redevance audiovisuelle augmentera en 2009. La ministre de la Culture et de la Communication, Christine Albanel, a annoncé vendredi, en présentant son budget 2009, que cette taxe serait indexée sur l'inflation, estimée à 2% par Bercy. Principale source de revenus de l'audiovisuel public, la redevance n'avait pas augmenté depuis 2002.

     

    Le ministère a par ailleurs confirmé la création de deux taxes destinées à compenser l'arrêt progressif de la publicité sur la télévision publique, dans le cadre de la réforme en préparation : l'une de 3% sur le chiffre d'affaires publicitaire des chaînes de télévision privées, et l'autre de 0,9% sur les services fournis par les opérateurs de communications électroniques. 

    Pour France Télévisions, le budget 2009 consacre 450 millions d'euros à compenser les pertes de ressources publicitaires que va entraîner cette réforme. A cette dotation exceptionnelle, s'ajoute un budget de 2,039 milliards d'euros. 

    L'Etat alloue également 23 millions à Radio France pour compenser «la perte de recettes publicitaires que pourrait générer une restriction de (son) régime publicitaire en cas de modification de son cahier des charges», précise le ministère.

    L'indexation de la redevance sur l'inflation et la création des deux taxes figurent dans le projet de loi sur l'audiovisuel public qui doit être présenté fin octobre au Conseil des ministres, avant d'être voté par le Parlement

    Leparisien.fr avec AFP- 26.09.08

  • Un exploit magnifique!

    Fusion man.jpg
    Rien d'impossible quand on le veut!
    Il l'a fait ! Le pilote suisse Yves Rossy, dit «FusionMan», a réussi son incroyable pari. A savoir, la tentative de vol entre Calais (France) et Douvres (Angleterre) avec une aile en carbone munie de quatre réacteurs fixée sur son dos.

    Largué d'un petit avion au-dessus de Calais, «FusionMan» a couvert les 35 km en une dizaine de minutes, avant d'atterrir dans un champ, côté anglais, après avoir déployé un parachute.
    Yves Rossy, 49 ans, avait dû renoncer à deux reprises mercredi et jeudi à sa tentative, en raison des conditions météorologiques.

    Ancien pilote militaire (il compte plus de 1.000 heures de vol sur Mirage III), il est actuellement pilote de ligne. En 2004, il était devenu le premier homme à voler avec une aile individuelle munie de réacteurs.

    Sa nouvelle aile, d'une envergure de trois mètres, ne permet de voler qu'une dizaine de minutes, compte tenu de la petite taille du réservoir de kérosène (30 litres). Elle peut permettre des pointes à 300 km/h.

    Amateur de sensations fortes, il a plus de 1.000 sauts en parachute, skysurf et autres prototypes, à son actif.

     leparisien.fr- 26.09.08

  • Issoire: Jean, l'oncle de la mère, parle d'un"plan de camouflage"

    Les 6 proches du couple sont "tous des amis, d'Issoire et alentours, et du même milieu que le couple. Ils passent du temps ensemble, ont des passions communes, font des soirées..." précise ce jeudi le colonel Pascal Palayer au Post.


    "Elles pourront être prolongées de 24 h si c'est jugé nécessaire" confiait aussi le procureur au Post mercredi. "Mais n'oublions pas que toute personne mise en garde à vue est présumée innoncente" tenait-il également à préciser...

    Quels "éléments nouveaux" ont été découverts dans l'enquête sur la disparition du petit Antoine pour que la justice décide ces placements en garde à vue?

    Pour l'instant, "et pour le bon déroulé de l'enquête", le procureur préfère les garder pour lui...

    Il espère toutefois "avoir du nouveau jeudi" confiait-il aussi mercredi au Post...

    La garde à vue d'Alexandrine n'a pas surpris Jean, un de ses oncles, qui s'est confié au Parisien:

    "Je le redoutais. Je reste persuadé qu'Alexandrine n'a pas pu faire de mal à son fils."

    Pourquoi le redoutait-il? "Un détail m'a frappé après une audition chez les gendarmes. J'ai été interrogé plusieurs fois, (...) et je me suis rendu compte qu'Alexandrine ne leur aurait pas parlé d'un signe particulier d'Antoine."
    Un signe particulier? "Une tache brune sur la main droite. Je pense que sa mère ne l'a pas dit aux gendarmes et ça me paraît bizarre de le cacher."
    Pourquoi le cacher? "Je crois qu'Alexandrine et son copain ont mis au point tout un plan de camouflage et qu'omettre cette information faisait partie du plan."
    Un plan? "(..) Alexandrine a dit par exemple qu'elle n'avait pas fermé la porte de chez elle le soir de la disparition d'Antoine. (...) Elle fermait toujours la porte à clé. Elle ne nous a pas non plus appelés pour nous dire qu'il avait disparu...."
    Espoir? "Je crains qu'il soit mort. Mais je pense qu'Alexandrine n'a pas fait de mal à son fils" conclut l'oncle d'Alexandrine dans Le Parisien.

    Il semble ne pas être le seul à ne pas avoir été surpris...

    Une "habitante d'Issoire depuis plusieurs années qui connaît bien la mère d'Antoine et son copain" raconte au Post:
    "Je m'y attendais, ça ne m'a pas surprise. S'ils ont été placés en garde à vue, ça veut dire qu'ils ont trouvé quelque chose. Ici, depuis le début, on entend tout et n'importe quoi: certains parlent d'enlèvement, d'autres de fugue, d'autres encore d'accident maquillé...On ne sait plus quoi penser."

    Le Post- 25.09.08

  • Chômage: chiffres "très mauvais" en août

    La crise financière n'est pas responsable de tout! 

    "Oui, les chiffres du chômage seront très mauvais et beaucoup plus qu'avant". Interrogé sur RMC sur les prévisions de hausse du nombre de demandeurs d'emploi pour août qui doivent officiellement être annoncés lundi soir, Laurent Wauquiez a joué carte sur table. Pour le quatrième mois consécutif, le nombre de chômeurs en France a augmenté. Et pour le seul mois d'août, le secrétaire d'Etat à l'Emploi, a estimé vendredi à "30 à 40.000" le nombre de demandeurs d'emploi supplémentaires inscrits à l'ANPE. Un chiffre suffisamment alarmant pour qu'il ait aussitôt annoncé une "réunion de crise" lundi avec l'ensemble des services concernés par l'emploi.
     
    Le chiffre donné par le secrétaire d'Etat confirme une information donnée par le site Rue89 jeudi, selon lequel "ce serait le pire chiffre mensuel depuis mars 1993". En juillet, le nombre de chômeurs inscrits à l'
    ANPE en catégorie 1 avait enregistré une hausse mensuelle de 2.100 demandeurs d'emplois, soit 1,9 million demandeurs d'emploi au total. Depuis le début de l'année, cela avait constitué la cinquième hausse mensuelle des inscriptions à l'ANPE et la troisième hausse consécutive depuis mai.
     
    M. Wauquiez a annoncé qu'avec la ministre de l'Economie et de l'Emploi Christine Lagarde, il tiendrait "dès lundi une réunion de crise avec l'ensemble des services concernés par l'emploi, l'
    ANPE-assedic bien-sûr, mais aussi l'Afpa, qui fait de la formation professionnelle, les collectivités locales qui sont partenaires".

    Et d'expliquer fataliste : "Il faut être lucide, il n'y a pas de miracle, la situation économique internationale est très dure, elle va nécessairement avoir un impact sur la situation de l'emploi et du chômage".

    Jeudi, lors de son discours à Toulon, le président Nicolas Sarközy avait prévenu que la crise économique et financière aurait un impact "dans les mois qui viennent sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d'achat" des Français.
     
    Le taux de
    chômage a stagné à 7,2% de la population active en France métropolitaine en moyenne au deuxième trimestre 2008 et à 7,6% si l'on inclut les départements d'outre-mer (Dom), selon des chiffres publiés début septembre par l'Insee.

    LCI.fr 26.09.08

  • Le nom des marques et des produits frelatés au lait chinois!

    Si l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a estimé jeudi que les enfants ayant une consommation "moyenne" de produits contaminés par le lait chinois en Europe ne couraient aucun risque, l'Union européenne prend les devants. Après le scandale du lait frelaté qui a éclaté en Chine, la Commission européenne a annoncé jeudi son intention d'imposer un embargo total sur les produits chinois pour enfants contenant de la poudre de lait.
     
    Trois mesures sont prévues à ce stade, qui devraient être officialisées vendredi. Il est prévu de mettre en oeuvre des contrôles sur l'intégralité des produits alimentaires en provenance de Chine contenant plus de 15% de poudre de lait, comme les biscuits ou le chocolat par exemple, ainsi que des contrôles au coup par coup pour les produits de ce type déjà sur le marché européen. La Commission prévoit enfin d'"imposer un embargo total sur les produits en provenance de Chine pour les enfants contenant un quelconque pourcentage de lait", et ce "pour s'assurer que de tels produits ne sont pas importés sous quelque forme que ce soit".

    Risques seulement en cas de consommation élevée

    L'Union européenne a imposé un embargo sur les importations chinoises de produits laitiers proprement dits depuis 2002 car elle juge les contrôles insuffisants sur place. Et depuis que le scandale du lait contaminé à la mélamine a éclaté en Chine, la surveillance douanière a déjà été renforcée en Europe ces derniers jours pour déjouer d'éventuelles importations frauduleuses et vérifier si des particules de lait chinois ne se trouvent pas dans d'autres produits alimentaires importés. Mercredi soir, le gouvernement français a décidé de retirer du marché les produits avec des dérivés laitiers d'origine chinoise.

    Les mesures annoncées jeudi font suite à un avis rendu dans la journée par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui a estimé que des enfants ayant une consommation élevée de produits -bonbons, biscuits et chocolats- hautement contaminés pouvaient voir leur santé menacée, tout en reconnaissant ignorer la probabilité d'un tel scénario en Europe.

    Le pire des scénarios est, selon l'agence, celui d'un aliment contenant la plus haute proportion de lait en poudre, lui-même contaminé au plus haut degré par la mélamine. L'EFSA précise que le risque de contamination pour les adultes est inexistant.

    LCI.fr -25.09.08

    Si le scandale du lait coupé à la mélamine n'avait pas éclaté en Chine, avec 53 000 enfants empoisonnés, on continuerait à importer ces produits frelatés et à les vendre en Europe, et en France!  

    Noms et marques ne sont pas donnés. Quelle transparence!

  • Fête des Tricolores de Paris

    Martial Bild et Martine Lehideux, Conseillers régionaux de Paris, sont heureux de vous inviter à la FÊTE DES TRICOLORES DE PARIS 
    Drapeau français.jpg
    le dimanche 28 septembre 2008 de 12h à 19h00 FORUM DE GRENELLE
    5, Rue de La Croix Nivert 75015 Paris (Métro : Cambronne)

    En présence de nombreux conseillers régionaux d’Ile-de-France, des représentants de la presse nationale.
    – 12 h 00 à 14 h 30 : GRAND BUFFET CAMPAGNARD
    – 14 h 45 à 15 h 30 : Table ronde
    – 15 h 30 à 16 h 00 : Interventions politiques
    – 16 h 00 : CONCLUSION DE MARINE LE PEN
    Vice-Présidente Exécutive du FN
    Présidente du Groupe FN au Conseil Régional d’Ile-de-France


    Tout au long de la journée stands de presse, boutiques FN et Tombola. Venez nombreux avec vos connaissances et amis.


    Retrouvez Martial Bild sur Radio Courtoisie, un mercredi sur quatre, de 18 h 00 à 21 h 00

    FÊTE DES TRICOLORES DE PARIS
    Dimanche 28 Septembre 2008, de 12 heures à 19 heures
    FORUM DE GRENELLE
    5, Rue de la Croix Nivert - 75015 Paris
    Métro : Cambronne
    BULLETIN À RENVOYER
    Nom :  …………………………………………… Prénom :  …………………………………………
    Adresse : …………………………………………………………………………………………………
    Tél : …………………………………… Courriel : ……………………………………………………
    O Réserve…………… places pour la Fête des Tricolores.
    Soit ………… x 15 € = ……… € (Buffet campagnard inclus)
    O Ne participe pas au Buffet campagnard et suit les débats politiques à partir de 14h30.
    Je règle 5 € par personne soit un total de ………………€
    O Je parraine ……… personnes et verse la somme de 15 € x ……… = …………… €
    FN Paris, 11 Rue Bernoulli 75008 Paris.
    Rens. : 01 45 22 25 91 - Chèque à l’ordre de FN 75

    nations presse info

  • La tour Triangle: tout un symbole...

    Tour Triangle 200m.jpg
    Maçonnerie de cristal
    «Un édifice exceptionnel», d'une «beauté inouïe» : Bertrand Delanoë n'a pas économisé les louanges en présentant  à la presse le projet privé de tour de bureaux «Triangle», haute de près de 200 mètres, qui sera édifiée au parc des Expositions de la porte de Versailles (XVe).
    Cette pyramide très effilée, toute en transparence, est signée par les architectes suisses Herzog et de Meuron qui ont conçu le fameux «nid d'oiseau» pour le JO de Pékin, et la Tate Modern à Londres. 

     

    Jacques Herzog a précisé que le Triangle culminera à «moins de 200 mètres de haut», sa forme limitant «l'ombre portée sur les voisins» et qu'il utilisera des capteurs solaires. La tour ne sera pas un bâtiment sur dalle et devrait permettre une continuité de la vie urbaine entre le XVème arrondissement et Issy-les-Moulineaux.  Ce sera «une tour à taille humaine, quelque chose à la fois audacieux, équilibré et parisien», a renchéri le PDG et promoteur d'Unibail Guillaume Poitrinal à propos de ce bâtiment qui devrait comprendre des espaces accessibles au public, restaurant, belvédère, jusqu'aux étages élevés. 

    Les élus Verts parisiens évoquent le Paris «post pétrole» et dénoncent un projet «pré-ficelé» et «une consultation bidon», rappelant qu'ils avaient demandé un référendum sur les tours. 

    Pour le maire de l'arrondissement, Philippe Goujon (UMP), il s'agit d'un «très beau projet qui peut préfigurer un certain urbanisme comme l'a encouragé le président de la République».  A entendre l'élu parisien, ce projet de haute qualité environnementale devrait relancer le Parc des expositions et renforcer l'attrait économique pour Paris avec la création d'emplois.

    Le Conseil de Paris a voté en juillet dernier pour le dépassement du plafond de hauteur de 37 mètres du PLU (jusqu'à 50 mètres pour le logement et au-delà pour les équipements publics et les activités économiques) sur six sites: Bercy-Charenton (XIIe), Masséna-Bruneseau (XIIIe), Porte de Versailles (XVe), Batignolles (XVIIe), Porte de la Chapelle (XVIIIe) et Porte de Montreuil (XXe).

    AFP- 25.09.08

  • Issoire: par qui sont-ils protégés?

    255533_issoire.jpg
    Issoire

    La mère du petit Antoine, Alexandrine Brugerolle de Fraissinette, placée en garde à vue mercredi, a été remise en liberté jeudi vers 20 heures. «Aucune charge n'a été retenue contre elle pour l'instant» a indiqué le lieutenant-colonel Pascal Palayer. «Elle a répondu aux questions», a sobrement commenté un peu plus tard le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Jean-Yves Coquillat.

     
    Multimédia
    Video : A Issoire, l'inquiétude grandit
     
    Pour lui, l'enquête sur la disparition du petit garçon, signalée  le 11 septembre à Issoire (Puy-de-Dôme), n'a «guère avancé» malgré les huit gardes à vue et les nouvelles recherches entreprises dans la région. «J'avais dit que l'enquête serait longue et difficile et je ne me suis pas trompé,  a avoué le magistrat. On est sans éléments matériels, sans corps et sans témoin.» 

    Le concubin de la maman d'Antoine, Sébastien Ribière, 29 ans, a été incarcéré pour une autre affaire. Condamné pour trafic de stupéfiants à une peine de prison dont une partie avec sursis, il n'a pas respecté l'injonction de soins. Le sursis a donc été révoqué et il purge donc cette peine. Six autres jeunes des environs, âgés de 20 à 30 ans, interpellés en même temps que le couple mercredi après-midi, ont été relâchés après 24 heures de garde à vue.

    Jeudi, les gendarmes ont repris les recherches jeudi au Vernet-la-Varenne (Puy-de-Dôme), commune d'origine de Sébastien Ribière. En début d'après-midi, des plongeurs ont sondé un étang, tandis qu'une centaine de gendarmes mobiles ratissaient la Forêt du Suc, à proximité du village. Dans la matinée, des équipes cynophiles, dotées de chiens malinois spécialisés dans la recherche de cadavres, avaient fouillé les alentours d'une boîte de nuit.


    «Tous les éléments font qu'on peut estimer qu'Antoine a trépassé, mais rien n'est acquis, il est peut-être séquestré quelque part», a déclaré le lieutenant-colonel Pascal Palayer, officier de communication de la gendarmerie pour l'Auvergne. Selon le procureur de la République, les enquêteurs s'interrogent notamment sur la date exacte de la disparition d'Antoine, que personne n'a revu depuis le 6 septembre.

    Les six jeunes relâchés après leur garde à vue sont des amis du couple, connus des services de police, et qu'un enquêteur décrit comme «des petites frappes, des marginaux». «On est chez des gens un peu particuliers», avait souligné mercredi le procureur. «C'est pourquoi on continue de recueillir des témoignages, car il faut un maximum d'éléments auprès de témoins et de gens qui les connaissent», avait-il dit.

    Leparisien.fr avec AFP - 25.09.08

  • Bêtisier...

    Carla avec S. Moi je n'ai jamais été... mardi soir.gif
    NEW YORK, MARDI SOIR. « Moi, Carla, je n’ai jamais été de gauche, mais j’aime la justice ! » , a lancé Nicolas Sarkozy à son épouse au milieu d’un discours officiel.
    (AFP/ERIC FEFERBERG.)

  • Discours de Toulon: le naufrage de la France

    Capitaine courage.jpg
    AFP. 25.09.08 Alors que la tempête financière continue à balayer la planète et que la croissance pique du nez, Nicolas Sarközy a reconnu jeudi à Toulon la gravité d'une crise qui suscite "la peur" mais s'est engagé à protéger les Français de ses effets et à continuer les réformes.
    Devant près de 4.000 personnes -élus, responsables socio-économiques ou militants UMP- et une partie de son gouvernement, le chef de l'Etat a longuement détaillé son diagnostic d'une crise causée par "capitalisme perverti" et s'est prononcé, comme il l'avait fait à New York, pour une "remise à plat" de l'ensemble du système financier international.

    Tout au long d'un discours de plus d'une demi-heure, Nicolas Sarközy s'est attaché à parler un langage de "vérité", seul capable à ses yeux de "rétablir la confiance" et de "vaincre la peur" qui s'est emparée des Français.

    La crise "est en train de bouleverser le monde", elle "n'est pas finie", "ses conséquences seront durables" et la France ne sera pas "à l'abri", a posé d'entrée le président.

    "Nous venons de passer à deux doigts de la catastrophe", a-t-il dit, à la veille de la présentation, vendredi, du projet de budget 2009-2011.

     "Dire la vérité aux Français, c'est leur dire que la crise actuelle aura des conséquences dans les mois qui viennent sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d'achat", a-t-il asséné.

    Comme il l'avait déjà fait mardi de la tribune de l'ONU à New York, Nicolas Sarközy a dénoncé les défaillances d'un "capitalisme financier qui avait imposé sa logique à toute l'économie et avait contribué à la pervertir".

    Entre autres "cibles", il a visé les rémunérations des dirigeants d'entreprises et des opérateurs financiers, comme les "parachutes dorés", qui "doivent désormais être encadrés" pour mettre fin aux "abus" et aux "scandales". A défaut d'accord entre professionnels, le gouvernement "règlera le problème par la loi avant la fin de l'année", a-t-il menacé.

    Nicolas Sarközy a également réaffirmé sa volonté de voir "les responsables de ce naufrage" sanctionnés, "au moins financièrement"...

    Pour rassurer les épargnants, le président a pris "l'engagement solennel" que l'Etat garantirait "la sécurité et la continuité" du système bancaire et financier français s'il était menacé par la crise.

    "Je n'accepterai pas qu'un seul déposant perde un seul euro parce qu'un établissement financier se révèlerait dans l'incapacité de faire face à ses engagements", a-t-il ajouté sous les applaudissements.

    Mais qui peut croire encore à ses promesses?

    Evoquant les remèdes à apporter à ce "mal profond", Nicolas Sarközy a souhaité que le sommet international qu'il a proposé à ses pairs en novembre soit l'occasion d'une "remise à plat" complète du système, "comme on le fit à Bretton-Woods après la Seconde Guerre mondiale".

    Mais il a aussi estimé que la crise "appelle à accélérer le rythme des réformes et non à le ralentir".

    M. Sarközy a ainsi confirmé le lancement d'une deuxième étape de la réforme de l'Etat, de celles des collectivités locales et de la taxe professionnelle, tout comme la suppression de "30.600 emplois publics" en 2009.

    A la veille de présenter un projet de budget 2009-2011 rendu délicat par une croissance en berne, il a refusé toute "hausse des impôts et des taxes qui réduirait le pouvoir d'achat des Français".

    Le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez a estimé qu'il avait "montré l'image d'un capitaine Courage tenant fermement le gouvernail".

      La crise mondiale lui permet d'esquiver "habilement" toute solution aux vrais problèmes qui se posent quotidiennement aux Français: baisse du pouvoir d'achat, coût de l'immigration, coût de l'insécurité, chômage, éducation, ruine des classes moyennes (et non des riches), guerre en Afghanistan, etc...

    Un discours vide, pitoyable, indigne d'un chef d'Etat responsable

  • "Toute l'économie américaine est en danger" avertit Bush

    Henry Paulson secretaire au Ttésor 24.09.08.jpg
    Henry Paulson, secrétaire au Trésor, le 24 septembre 2008

    AFP. 25.09.08 Le président américain George W. Bush a averti mercredi soir, dans une de ses rares allocutions télévisées consacrées à la crise financière, que "toute notre économie est en danger".

    "Nous sommes au milieu d'une crise financière grave", a-t-il dit depuis la Maison Blanche, insistant sur cette "période sans précédent pour l'économie américaine". "Toute notre économie est en danger", a déclaré M. Bush d'un ton solennel, appelant les élus du Congrès à adopter le plan de sauvetage du système financier proposé par son administration.

    Pour ce faire, le président américain a annoncé avoir invité, jeudi à la Maison Blanche, les candidats à la présidentielle Barack Obama et John McCain à "se joindre aux responsables parlementaires des deux partis afin d'aider à accélérer nos discussions vers une loi sans esprit partisan". "Il y a un esprit de coopération entre les démocrates et les républicains et entre le Congrès et cette administration", s'est-il félicité au cours de cette allocution d'un quart d'heure.

     

    Il a souligné que le plan, présenté par le secrétaire au Trésor Henry Paulson, était "assez ambitieux pour résoudre un problème grave", rappelant que le gouvernement fédéral verserait 700 milliards de dollars pour racheter "les actifs douteux qui encrassent le système financier".

    "Cet effort de sauvetage ne vise pas à préserver les sociétés ou les industries de certains individus. Il vise à préserver l'économie américaine en général", a-t-il encore déclaré.

    Le président américain s'est présenté comme "un fervent partisan de la libre entreprise". "Donc mon instinct naturel est de m'opposer à une intervention du gouvernement", a-t-il dit, "je crois qu'on devrait laisser les entreprises qui prennent de mauvaises décisions s'éteindre".

    "Dans des circonstances normales, j'aurais suivi cette inclination. Mais nous ne sommes pas dans des circonstances normales", a-t-il martelé. "Le marché ne fonctionne pas bien, il y a une importante perte de confiance et des secteurs majeurs du système financier américain risquent de tomber", a-t-il poursuivi.

    "Sans action immédiate du Congrès, l'Amérique pourrait glisser dans une panique financière et un scénario douloureux", a encore prévenu M. Bush, sur la foi des prévisions des experts.

    "Davantage de banques pourraient faire faillite, la Bourse pourrait chuter encore plus, ce qui réduirait la valeur de vos retraites", a-t-il dit aux Américains, "plus d'entreprises pourraient fermer leurs portes et des millions d'Américains perdre leurs emplois (...) et finalement, notre pays pourrait vivre une récession longue et douloureuse".

    "Nous ne devons pas laisser cela arriver", a-t-il scandé. "Notre économie est confrontée à un défi immense, mais nous avons déjà surmonté des défis difficiles auparavant, et nous allons surmonter celui-là", a-t-il promis.

     

  • Les fêtes juives

    Calendrier des fêtes juives 5769 - 2008/2009

    Les fêtes en caractères gras sont des fêtes chômées et débutent la veille du jour indiqué, avant le coucher du soleil.

    Roch Hachana: mardi 30 septembre 2008 et mercredi 1 octobre 2008
    Jeune de Guedalia: jeudi 2 octobre 2008
    Yom Kippour: jeudi 9 octobre
    Souccot: mardi 14 octobre et, en dehors d'Israël, mercredi 15 octobre 2008
    Chemini Atseret: mardi 21 octobre et, en dehors d'Israël, mercredi 22 octobre 2008 (Sim'hat Torah)

    Hanoucca: lundi 22 décembre au lundi 29 décembre 2008

    Jeune du 10 Tévet: mardi 6 janvier 2009

    Tou Bichevat: lundi 9 février 2009

    Jeune d'Esther: lundi 9 mars 2009
    Pourim: mardi 10 mars 2009
    Pourim de Suze: mercredi 11 mars 2009

    Pessa'h : jeudi 9 avril 2009
    et, en dehors d'Israël, vendredi 10 avril 2009
    Pessa'h (dernier jour): mercredi 15 avril 2009 et, en dehors d'Israël, jeudi 16 avril 2009

    Yom Haatsmaout: mercredi 29 avril 2009
    Lag BaOmer: mardi 12 mai 2009
    Yom Yerouchalayim: vendredi 22 mai 2009 (avancé au jeudi 21 mai ??)

    Chavouot: vendredi 29 mai et, en dehors d'Israël, samedi 30 mai 2009

    Jeune du 17 Tamouz: jeudi 9 juillet 2009
    Jeune du 9 Av: jeudi 30 juillet 2009

    Roch Hachana 5770: Samedi 19 septembre et dimanche 20 septembre 2009

  • Echec scolaire: 22% des élèves ne comprennent ce qu'on leur demande de faire à l'école

    Ecole-classe-enseignante-eleves-enfants-primaire-cours-2479333_1378.jpg
    Une classe de primaire en France
    Chaque année 150.000 jeunes d'au moins 16 ans sortent du système scolaire sans qualification. Cela représente un million d'élèves tous les six ans. Plusieurs organisations, dont les étudiants de l'Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev), organisent ce mercredi une "première journée de refus de l'échec scolaire" afin d'alerter les pouvoirs publics. Pour cette première édition le thème retenu est le lien "famille-école", car la famille est considérée comme l'une des clés de la réussite scolaire, notamment dans les milieux "défavorisés". A l'occasion de cette journée, l'Afev publie les résultats d'un baromètre réalisé par le cabinet d'études "Trajectoires-reflex" sur le rapport à l'Ecole des enfants issus des quartiers défavorisés. 700 enfants du CP à la 3e en difficultés scolaires et recevant du soutien bénévole ont été interrogés par des étudiants de l'Afev.

    Il en ressort notamment que 22% des élèves en difficulté scolaire, soit un élève sur cinq, ne comprennent pas ce qu'on leur demande de faire à l'école. A la question "en classe, est-ce que tu comprends toujours ce que l'on te demande de faire ?", seulement 15 % des élèves interrogés répondent "toujours", 63% "pas certaines fois" et 22% "souvent, je ne comprends pas".

    Près de 30% des élèves interrogés "ne lèvent jamais" ou "pas très souvent le doigt en classe". Parmi eux, 56% l'expliquent par "la peur de se tromper ou la méconnaissance des réponses", selon l'étude. 26% des élèves en difficulté disent faire "beaucoup" de fautes d'orthographe  (plus de 10) et 41% "un peu" (moins de 10).
      
    1/3 des élèves s'ennuient en classe
     
    Un tiers des élèves interrogés disent qu'ils s'ennuient souvent, voire tout le temps à l'école. Ils sont également 33% a déclarer avoir mal au ventre avant d'aller à l'école, à cause du stress ou du manque d'envie.

    A la question "tes parents te demandent-ils comment s'est passée ta journée à l'école/au collège?", 15% répondent "non, jamais" et 43% "oui, quelquefois". Par contre, 61% des élèves déclarent que leurs parents leur demandent "tous les jours" s'ils ont des leçons ou devoirs à faire, mais seuls 22% affirment qu'ils les aident pour leurs devoirs.
       
    Autre enseignement : 75% des élèves interrogés ne pratiquent pas une activité culturelle ou artistique en dehors de l'école, mais 33% font du sport en club. Plus d'un tiers dit ne "jamais lire ou rarement un livre à la maison". Par ailleurs, 42% des élèves interrogés ne prennent pas ou rarement un petit déjeuner le matin avant la journée scolaire. 20% des jeunes sondés disent se coucher après 22 heures. 

    Et si on parlait aussi des aptitudes intellectuelles innées?