Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2008

JMLP juge le film de Dany Boon

Le grand succès du film de Dany Boon est aux yeux du patron du FN un signe de «décadence de l'esprit français».

«Médiocre». C'est le qualificatif utilisé mercredi sur France Inter par Jean-Marie Le Pen pour qualifier le film de Dany Boon « Bienvenue chez les Ch'tis ». Initialement interrogé sur la banderole insultante pour les «Ch'tis» qui avait été déployée lors du match de football PSG-Lens, le président du Front national a répondu: «C'est une bulle de savon. On sait qu'il y a des banderoles plus ou moins fines, intelligentes et de bon goût». «On a monté cette affaire de façon dérisoire, d'autant que - je vais peut-être choquer beaucoup de gens - j'ai trouvé le film qui en était à l'origine très médiocre», a poursuivi le leader frontiste.

«À Valenciennes, on n'a pas cette allure-là»

 

Jean-Marie Le Pen y a vu «plutôt une charge contre le Nord et le Pas-de-Calais qu'un film de promotion». «Les gens auraient pu être fâchés», selon le patron du FN pour qui, «à Calais, Dunkerque ou Valenciennes», «on n'a pas cette allure-là». «Comment imaginer qu'une telle foucade médiocre ait pu rassembler 20 millions de téléspectateurs?», s'est-il interrogé. «C'est une conséquence de la pulsion médiatique». «Je crains que ce ne soit un signe de la décadence de l'esprit français», a-t-il assuré.

Va-t-il être inquiété pour ses opinions cinématographiques?

Dati s'empresse de faire de la promo...

1101577100.jpg

Profitant du cas de Bruno Cholet, ce délinquant sexuel soupçonné du meurtre de l’étudiante suédoise Susanna Zetterberg, pour communiquer sur l’arsenal législatif contre les récidivistes, Rachida Dati s’est un peu pris les pieds dans le tapis hier. Afin de souligner l’efficacité des nouvelles lois, la garde des Sceaux a en effet affirmé que la loi sur la rétention de sûreté du 25 février 2008 «a déjà été appliquée à trois reprises». Rappelons que cette loi vise à maintenir internés des détenus particulièrement dangereux une fois qu’ils ont effectué une peine de quinze ans minimum.

L’affirmation de la ministre semblait surprenante puisque le Conseil constitutionnel a refusé que cette loi soit rétroactive. Elle ne pourra concerner que des personnes condamnées après le 25 février 2008, et donc pas avant quinze ans.

En réalité, les trois applications évoquées par Rachida Dati ne concernent pas le cœur de la loi, mais un volet annexe sur la libération conditionnelle de détenus condamnés à perpétuité. Or Bruno Cholet, en dépit de son lourd parcours judiciaire et de la vingtaine d’années qu’il a déjà passées derrière les barreaux, n’a jamais été condamné à perpétuité. Rachida Dati faisait précisément allusion à une disposition de la nouvelle loi selon laquelle une commission pluridisciplinaire (réunissant magistrats, avocats, psychologues) examine la dangerosité d’un détenu à perpétuité qui demande, après dix-huit ans minimum de détention, une libération conditionnelle. Trois détenus, deux à Paris et un à Rennes, ont saisi cette commission. Par ailleurs, à l’origine, la décision du tribunal d’application des peines devait être subordonnée à l’avis de cette commission. Mais le Conseil constitutionnel, au nom de l’indépendance du pouvoir judiciaire, a rendu cet avis seulement consultatif.

Plutôt une grosse imprécision qu’une vraie boulette, la sortie de la garde des Sceaux témoigne en tout cas d’un empressement à exploiter les faits divers qu’a sans doute apprécié Nicolas Sarközy, grand amateur de cette technique de communication politique. Mais le profil exemplaire de Bruno Cholet en matière de délinquance sexuelle multirécidiviste est, il est vrai, tellement tentant.

(Libération)

23:20 Publié dans Blog | Tags : dati, loi antirécidive | Lien permanent | Commentaires (1)

1er Mai : origine de la fête du muguet et du travail

Une fête du muguet...


Depuis le Moyen-Age. Il semble que le muguet aussi appelé lys des vallées, une plante originaire du Japon, soit présente en Europe depuis le Moyen-Age. La plante à clochettes a toujours symbolisé le printemps et les Celtes qui lui accordaient des vertus porte-bonheur.

Le 1er mai 1561, le roi Charles IX officialisa les choses : ayant reçu à cette date un brin de muguet en guise de porte-bonheur, il décida d'en offrir chaque année aux dames de la cour. La tradition était née.

La fleur est aussi celle des rencontres amoureuses. Longtemps, furent organisés en Europe des "bals du muguet". C'était d'ailleurs l'un des seuls bals de l'année où les parents n'avaient pas le droit de cité. Ce jour-là, les jeunes filles s'habillaient de blanc et les garçons ornaient leur boutonnière d'un brin de muguet.

... et une fête du Travail

1er mai 1886. Ce samedi à Chicago, un mouvement revendicatif pour la journée de 8 heures est lancé par les syndicats américain. Une grève, suivie par 400 000 salariés paralyse de nombreuses usines. Le mouvement se poursuit et le 4 mai, lors d'une manifestation, une bombe est jetée sur les policiers qui ripostent. Bilan : une dizaine de morts, dont 7 policiers. S'en suivra la condamnation à mort de cinq anarchistes.

20 juin 1889 : le congrès de la IIème Internationale socialiste réuni à Paris pour le centenaire de la Révolution française, décide de faire du 1er mai un jour de lutte à travers le monde avec pour objectif la journée de huit heures. Cette date fut choisie en mémoire du mouvement du 1er mai 1886 de Chicago.

Dès 1890, les manisfestants arborent un triangle rouge symbolisant leur triple revendication : 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs. Cette marque est progressivement remplacée par une fleur d'églantine, puis en 1907 par un brin de muguet. Le muguet fait son grand retour...

24 avril 1941 : en pleine occupation allemande, le 1er mai est officiellement désigné comme la fête du Travail par le gouvernement de Vichy. Le jour devient chômé.

Avril 1947 : la mesure est reprise par le gouvernement issu de la Libération. Celui-ci fait du 1er mai un jour férié et payé .

Aujourd'hui, la Fête du Travail est commémorée par un jour chômé dans la plupart des pays d'Europe à l'exception notamment de la Suisse et des Pays-Bas. Au Royaume-Uni, c'est le premier lundi de mai qui est férié.
 
 
  Le 24 avril était le jour anniversaire de la naissance du Maréchal Philippe Pétain, né le 24 avril 1856 à Cauchy-à-la-Tour (Pas-de-Calais).

Bruno Cholet: totale dénégation

Il nie les faits encore et encore. Bruno Cholet, mis en examen pour le meurtre de l'étudiante suédoise Susanna Zetterberg, a «une attitude de totale dénégation» a rapporté mercredi matin Jean-Claude Marin, le procureur de la République de Paris.

«M. Cholet a une attitude de totale dénégation, il n'admet pas s'être trouvé dans un monospace blanc à proximité de la boîte parisienne La Scala (où l'étudiante suédoise de 19 ans se trouvait avant sa disparition), ni d'avoir joué un rôle de taxi clandestin et d'avoir chargé la victime».

Selon Jean-Claude Marin, «le mis en examen se contente d'éléments laconiques sur son emploi du temps». Il est «très peu loquace» et a «une attitude minimaliste», précisant que le téléphone portable du suspect était éteint la nuit du meurtre «entre 22 heures et 10 heures».

La présomption de culpabilité s'appuie donc essentiellement sur «des éléments matériels comme des images vidéos ou des vêtements». Des résultats d'analyses ADN et balistiques sont attendus «dans les prochains jours», l'enquête n'ayant toujours pas révélé si l'étudiante suédoise a été agressée sexuellement.

L'enquête doit aussi révéler si le pistolet 22 long rifle retrouvé dans un sac dans le monospace de Bruno Cholet est bien celui avec lequel quatre balles ont été tirées dans la tête de Susanna après sa mort, occasionnée par un coup de couteau dans le poumon.

«La brigade criminelle (de la police judiciaire) poursuit ses investigations, aucune autre piste n'est exclue», a conclu le procureur.

(Le Parisien 30 avril 2008)

Sarközy vante l'Union pour la Méditerranée

331668055.jpg
Sarközy à Tunis le 30 avril 2008
C'est par un vibrant plaidoyer en faveur de l'Union pour la Méditerranée (UPM) – projet qui lui est cher et qu'il portera sur les fonts baptismaux, le 13 juillet, lors du sommet de Paris – que Nicolas Sarközy a conclu, mercredi 30 avril, sa visite d'Etat de trois jours en Tunisie. Dans un discours prononcé à l'Institut national des sciences appliquées et de technologie (Insat) de Tunis, le président français a appelé les pays du bassin méditerranéen "à ne pas manquer ce rendez-vous avec l'Histoire" par égard pour les générations futures.

De son côté, le Parti communiste s'est dit "indigné" par la "complaisance" du président français envers son homologue, le président Ben Ali, voyant dans ces louanges une "forme d'insulte" pour les démocrates tunisiens. Pour sa part, Reporters sans frontières (RSF) a qualifié ces propos d'"inadmissibles" et souligné que "la liberté d'expression reste une utopie" en Tunisie. "La presse n'y fait que glorifier le bilan du président Ben Ali", ajoute RSF, et les journalistes indépendants et leurs familles sont "victimes d'un harcèlement continu".

Ndb: Le PC est particulirement bien placé pour parler des libertés et de la démocratie! C'est à rire!

Face à ces critiques, le porte-parole de l'UMP, Dominique Paillé, également conseiller à l'Elysée, a assuré, mardi, que la France défendait "avec opiniâtreté" les droits de l'homme. – (AFP.)

Cette Union, M. Sarközy la voit dotée d'une coprésidence tournante assurée simultanément par un pays de la rive nord et un pays de la rive sud. Quant au siège du secrétariat de l'UPM, il sera installé au sud. En Tunisie, comme cela a été évoqué ? Le chef de l'Etat français ne s'est pas prononcé.

Pour M. Sarközy, les pays du bassin méditerranéen doivent s'associer pour lutter ensemble contre "la barbarie", une menace persistante contre la civilisation. Dans la Tunisie, "pays engagé depuis un demi-siècle sur la voie du progrès, de la tolérance et de la raison", le président français voit un exemple possible "pour tous les peuples menacés par le fondamentalisme et l'obscurantisme". Passant du lyrique au concret, M. Sarközy devait ensuite citer quelques projets possibles de l'UPM : la gestion et le partage de l'eau; la dépollution de la Méditerranée "pour en faire la mer la plus propre du monde"; la sécurité maritime; l'organisation d'un Centre méditerranéen de la recherche scientifique, ou encore la mise au point pour les pays méditerranéens d'un programme d'échanges universitaires Erasmus.

La veille, devant 500 chefs d'entreprise français et tunisiens, M. Sarkozy avait dit, une fois encore, qu'à ses yeux, le développement des pays méditerranéens était un gage de stabilité pour l'Europe et surtout un rempart "contre le terrorisme et un régime taliban en Tunisie, en Algérie ou au Maroc". Et c'est à ce titre de combattant du terrorisme que M. Ben Ali a eu droit aux louanges répétées du président français.

LES DÉFENSEURS DES LIBERTÉS AMERS

Les défenseurs tunisiens des libertés ne cachent pas leur amertume à l'issue de cette visite de M. Sarkozy. Ils rappellent que le candidat Sarkozy s'était engagé à faire de la défense des droits de l'homme "un pilier de la politique étrangère de la France" au cas où il entrerait à l'Elysée.

Rama Yade, secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, n'a pas réussi à adoucir leur amertume. Elle a même annulé à la dernière minute un entretien prévu depuis samedi avec une figure de la société civile, l'universitaire Khadija Cherif, présidente de l'Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD). Officiellement, l'emploi du temps de Mme Yade était "trop chargé".

La secrétaire d'Etat s'est contentée de recevoir l'avocat Mokhtar Trifi, président de la Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH), dont les activités sont paralysées depuis 2000. Me Trifi, autant que Mme Cherif, se sont dits "choqués" par les propos de M. Sarkozy, qui a affirmé, lundi soir, lors du dîner officiel offert en son honneur au palais de Carthage, qu'en Tunisie "l'espace des libertés progresse".

"La priorité de M. Sarközy, c'est le commerce, mais il devrait savoir que le développement ne peut être seulement économique", a estimé Khadija Cherif, qualifiant les propos du président français de "marque de mépris pour la société civile tunisienne". De son côté, Mokhtar Trifi a souligné que "l'enfermement, l'avis unique, la voie unique" faisaient le lit de l'extrémisme. Pour lui, une Tunisie démocratique serait "le meilleur rempart" contre le terrorisme et les "talibans" que semble tant redouter M. Sarközy.

"L'espace des libertés" régresse-t-il en France? C'est la seule question à se poser!

Violée à 12 ans dans son collège!

Deux mineurs de 14 et 16 ans ont été placés en garde à vue mardi soir à Aubagne pour le viol présumé d'une jeune fille de 12 ans dans un collège de la ville.

La police a été avertie par le collège après qu'une surveillante eut constaté les faits. L'un des deux mineurs qui faisait le guet a été interpellé immédiatement, l'auteur principal des faits ayant pris la fuite.

Il a été interpellé peu après.

Les deux adolescents doivent être déférés mercredi après-midi devant le juge pour mineurs du tribunal de Marseille.

(Le Parisien 30 avril 2008)

Un jeune héros qui ne s'en doute pas

Un adolescent de 14 ans, Pierre-Anthony, a sauvé un pêcheur de 86 ans tombé à l'eau ce week-end dans un étang de Saint-Cyr-la-Lande (Deux-Sèvres). Le collégien a d'abord littéralement repêché avec son épuisette le vieil homme qui avait perdu connaissance en chutant. Puis il l'a ranimé sur la berge en effectuant les gestes qui lui avaient été montrés en cours de natation quand il était en classe de 6ème.

(Aujourd'hui en France -Infos Régions- 29 avril 2008)

Nous félicitons Pierre-Anthony pour son intelligence et son sang-froid qui lui ont permis de sauver une vie.

Nos meilleurs voeux pour ce jeune héros, sans doute aussi modeste que courageux! 

TAREK AZIZ, le visage chrétien de l'IraK

89207268.jpg
Tarek Aziz le 14 juin 1988 à la tribune de l'ONU

AFP. 28.04.08. Seul chrétien parmi les proches de Saddam Hussein, Tarek Aziz, dont le procès s'est ouvert mardi à Bagdad, a été pendant vingt ans le porte-parole d'un pays d'abord soutenu par l'Occident, puis cloué au pilori.

Il s'est rendu aux troupes américaines à la fin du mois d'avril 2003, et est incarcéré depuis cinq ans dans une prison américaine proche de Bagdad, en dépit des appels de sa famille à sa libération pour raisons médicales.

Amateur de havanes et de bons whiskeys, Tarek Aziz, né en 1936 dans une famille pauvre de la région de Mossoul (nord), s'est rapidement imposé, grace à sa parfaite maitrise de l'anglais et à son art de la répartie comme l'avocat infatigable d'un régime de moins en moins fréquentable.

Il est devenu le visage de l'Irak en guerre lorsqu'il a été chargé par Saddam Hussein de mobiliser le soutien de l'Occident pour le régime laïc bassiste lancé à l'attaque en 1980 de l'Iran, considéré après la révolution islamique comme une théocratie menaçante.

Aziz, reçu par le président Ronald Reagan à la Maison Blanche, fut alors l'artisan de la reprise des relations diplomatiques entre Washington et Bagdad en 1984. Il s'est ensuite trouvé tout aussi à son aise à Moscou ou à Paris, qui n'ont jamais refusé leur aide au pouvoir qu'il représentait.

Le rôle de cet homme, de petite taille, au visage carré derrière des lunettes à grosses montures, s'est avéré plus difficile --voire impossible-- après l'invasion du Koweit par l'armée irakienne, en août 1990.

Erreur stratégique d'un Saddam Hussein privé de la protection de l'URSS qui se désagrégeait alors, cette décision allait marquer le début du naufrage d'un pays que l'histoire et la géographie destinaient à un rôle régional.

Tarek Aziz est connu pour avoir eu des doutes sur le bien fondé d'un défi aussi direct au nouvel ordre mondial dominé par les Etats-Unis, mais dans l'Irak d'alors personne ne pouvait s'opposer à la volonté du dictateur.

Et surtout pas ce représentant d'une minorité tolérée, les Chaldéens, dont la loyauté à Saddam Hussein était légendaire et dont la rumeur voulait qu'il se lève chaque fois que le président irakien l'appelait au téléphone.

Aziz avait rejoint à la fin des années 50 le parti Baas, une organisation clandestine qui combattait alors la monarchie soutenue par les Britanniques, mais également le Parti communiste très puissant en Irak.

Il était journaliste et s'occupait de la propagande du Baas, sorti de l'ombre en 1963 lors de l'élimination du colonel Abdelkarim Kassem par un putsch de militaires baassistes et nationalistes, alliés contre les communistes.

Lorsque les baassistes arriveront finalement aux commandes après le coup d'Etat de 1968, Tarek Aziz gravira les échelons du pouvoir pour se retrouver en 1977, siégeant à l'organe suprême, le Conseil de commandement de la révolution.

En 1979, il liera définitivement son sort à celui de Saddam Hussein, lorsque celui-ci, alors vice-président, écartera le président Ahmed Hassan al Bakr, et s'installera à la tête du pays.

Il défendra jusqu'au dernier moment celui qui fut son "maître": lors du procès de Saddam Hussein il viendra à la barre en mai 2006 défendre "un homme bon et généreux, et qui aimait son peuple".

Tout au long de sa carrière, il aura l'art de la formule, dénonçant "le grand mensonge" des accusation occidentales sur l'arsenal irakien d'armes de destruction massive, ou résumant dans la formule "pétrole et Israël", les raisons pour lesquelles la guerre de 2003 était inévitable...

Jeans à la cocaïne...

807176453.jpg
Samantha Ziegler (g) et son amie

Seize mois qu'elles sont emprisonnées. Seize mois qu'elles clament leur innocence. Accusées de trafic de drogue, deux étudiantes françaises sont incarcérées depuis mars 2007 à Buenos Aires. Les deux jeunes niçoises ont été arrêtées à la fin de leurs vacances à l'aéroport de la capitale argentine avec dans leurs bagages des jeans imbibés de plus de 14 kg de cocaïne pure, a indiqué à l'AFP la mère d'une des jeunes femmes, Lydie Ziegler.
 
Sa fille de 20 ans, Samantha, et son amie âgée de 21 ans, dont la famille ne souhaite pas dévoiler l'identité, avaient "gagné" un voyage en répondant à trois questions simples sur un site internet, qui "a disparu depuis", selon Lydie Ziegler.
 

A leur arrivée en Argentine, elles avaient reçu 1.000 euros pour leur séjour de la part de deux hommes qui les avaient accueillies à l'aéroport, a-t-elle dit. "Elles avaient suffisamment d'argent pour faire les belles, elles ont été chez le coiffeur, elles se font une garde-robe, elles allaient au restaurant tous les jours en se disant qu'elles avaient gagné le plus beau des cadeaux", a-t-elle poursuivi.
 
Au moment de prendre l'avion du retour pour la France via Amsterdam, les douaniers ont découvert dans leurs bagages une pile de jeans de taille 50 -alors que Samantha taille du 38 selon sa mère- imbibés de plus de 14 kg de cocaïne. Selon Lydie Ziegler, les organisateurs du séjour ont glissé les pantalons à leur insu dans leurs bagages lors du transfert à l'aéroport. "On leur a dit, on va vous aider, on va prendre deux taxis car tout ne rentrera pas dans un seul", a-t-elle raconté.
 
 
Les deux étudiantes ont été incarcérées à la prison d'Ezeiza à Buenos Aires et encourent jusqu'à 15 ans de réclusion. Si elles plaident coupables, elles pourraient voir cette peine réduite à cinq ans de prison. Samantha Ziegler a dénoncé ses conditions de détention dans une interview à L'Indépendant, à paraître samedi, à l'occasion d'un appel téléphonique, vendredi, de sa mère, autorisée par l'administration pénitentiaire à la contacter par téléphone pendant 15 minutes quatre fois par mois.
 
"On a essayé de me taillader. On nous agressait durant le sommeil", a-t-elle dit, évoquant ses premiers mois de détention dans une cellule comptant "plus de 20 détenues", où "il y avait beaucoup d'insectes, des rats". Actuellement incarcérée dans un "centre de réhabilitation pour drogués" de la prison, elle a affirmé disposer à présent de meilleures conditions, seule dans "une cellule privée", mais contrainte de travailler toute la journée. "J'ai la pire ambassade qui soit... Ils ne viennent jamais me voir", a ajouté Samantha, affirmant selon ses propos à L'Indépendant n'avoir reçu qu'une seule fois la visite d'un représentant du consulat français.

(LCI.fr 28 avril 2008)
 

(D'après agence)

 

29/04/2008

Les dégénérés

C'est une affaire qui rappelle fortement la séquestration d'Elisabeth Fritzl , cette femme retenue et abusée pendant 24 ans par son père dans la cave du pavillon familial, à Amstetten en Autriche. En France, Lydia Gouardo, 46 ans, a, elle, été torturée et violée pendant 30 ans par son père légitime, mais pas biologique. Elle a ainsi mis au monde six enfants sans que les services sociaux ni la justice ne puissent, dans son désarroi, lui porter secours.

Libérée de ce drame il y a presque neuf ans, Lydia Guardo avait raconté aux policiers lors de l'enquête avoir été placée à plusieurs reprises en foyer à Melun après des fugues, mais Raymond Gouardo, son père, l'en retirait systématiquement. Ce dernier l'a également régulièrement brûlée à l'acide chlorhydrique, mutilée et battue. Il meurt finalement en 1999 et met ainsi fin à son calvaire.

Après un procès à huis clos qui s'est tenu fin mars, la cour d'appel de Paris a condamné vendredi 18 avril la belle-mère de Lydia, Lucienne Ulpat, à 4 ans de prison avec sursis pour "non-empêchement de crime". Selon l'accusation, Lucienne Ulpat avait assisté plusieurs fois à ces scènes sans rien dire. Elle a aussi été reconnue coupable d'agression sexuelle sur l'un des fils de Lydia. À ce titre, la Cour a alloué 3 000 euros de dommages et intérêts au jeune homme. 6 000 euros de dommages et intérêts ont aussi été accordés à sa mère Lydia.
Le Point  29 avril 2008 


23:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

"Points de détail ou occultation?" par Vitus

PETIT COMMENTAIRE SUR LE SILENCE ET LE SECRET DE LA FRANCE OFFICIELLE A PROPOS DU COUP D'ETAT DU 13 MAI 58

 

 

L'extermination des Français d'Algérie et des Harkis (1962) est donc UN POINT DE DETAIL DE L'HISTOIRE DE LA COLONISATION ET DE LA DECOLONISATION
 
Puisque le SILENCE et le SECRET sont requis.
 
 
Et ici il ne s'agit pas d'un propos tenu par on ne sait qui sur le sujet mais bel et bien UN CONSTAT, UNE REALITE.
 
Qui osera dire que le sort des PIEDS NOIRS et des HARKIS n'est pas un POINT DE DETAIL DE L'HISTOIRE DE LA COLONISATION ET DE LA DECOLONISATION puisque les médias et le monde politique ont l'ORDRE de ne JAMAIS EN PARLER, excepté en faisant taire les victimes de cette décolonisation ?

 

Petit rappel : Ce ne sont pas les Français d'Algérie qui décidèrent d'occuper l'Algérie turque de 1830, puis française de 1848, de 1870, de 1920, de 1936, de 1945 et de 1958.

 

Ce sont les Gouvernements de la France, monarchiques, républicains, démocratiques, libéraux, socialistes.

 

De même que les Caldoches sont majoritairement les descendants des Vaincus de la Commune de Paris, de même que les Québécois sont les descendants d'immigrés Français, les Français d'Algérie furent des surnuméraires de France, d'Italie, d'Espagne, de Malte, etc. à qui des Gouvernements français successifs ont proposé d'aller occuper la terre algérienne dépourvue de toute entité politique et nationale. Et ils y sont allés comme, au même moment, les colons américains passaient de la côte ouest des USA à la côte est en construisant - sans honte -  le grand mythe du Western.

 

En vertu de cette consigne gaulliste et communiste selon laquelle le Manteau de Noé est une obligation historique et politique à poser sur les crimes, les mensonges et la trahison de Charles De Gaulle quant à sa conquête du Pouvoir par le serment de l'Algérie Française et par la répression exercée à l'endroit de tous ceux qui le crurent, il est même indispensable de corriger cette notion inexacte de "point de détail".

 

La vérité qui convient est pire encore:

 

L'occultation totale des événements selon le témoignage des victimes de la colonisation, puis de la décolonisation, la seule version gaulliste, communiste et FLN des faits atteste formellement que tout cela:

 

n'est pas, n'a pas été "un point de détail"

mais importe qu'il s'agisse d' "un point inexistant".

 

Les  témoignages, les preuves abondent, des gaullistes eux-mêmes, de De Gaulle lui-même que la Résistance n'a pas fait gagner un jour dans la Libération de la France. Pourtant il ne se passe pas une semaine sans que le cinéma, la télévision ne rappellent que tous les Français auraient été de glorieux résistants et que Jean Moulin, Georges Bidault, Henri Frenay et le Colonel Rémy aient eu à leur disposition 40 millions de poitrines acquises à leur cause, contre les petites hordes des nazis de la Milice et l'Armée allemande bien entendu.

 

En revanche RIEN sur le Débarquement de Provence par où la Libération de la France s'est faite.

 

Rien sur l'Armée d'Afrique conduite par de Lattre de Tassigny, de Larminat, Juin, Bethouart, Goislard de Monsabert etc. RIEN sur les dizaines de milliers de tués Français d'AFN et Musulmans (Un film ! Un ! - "INDIGENES" - ) tendant à faire croire aux demeurés hexagonaux que l'Armée d'Afrique n'était exclusivement composée que de Musulmans ! partis d'Algérie et de Tunisie et arrivés, en morceaux, survivants épars, blessés, tués, disparus pour la défense de la Patrie.

 

La légende quotidienne d'une Résistance innombrable, la sourdine sur les milliers de morts du Débarquement de Normandie (le frère de ma mère, tombé à 20 ans à Ecouché le 15/8/44, sauvé par les chirurgiens américains) et RIEN sur le Débarquement de Provence (un  cousin germain de ma mère tué à Colmar à 20 ans - 3 autres cousins blessés dans leur char américain). Sans parler de mon père, héros des FFL, ayant rejoint depuis Tunis et par les moyens fournis par le Maréchal et l'Etat Français, l'USAF aux Etats Unis, par Casablanca pour participer à la Libération comme Radio Navigateur Mitrailleur dans les Bombardiers B26. Autre "détail" du vrai combat de la Libération qui vit des équipages entiers disparaître, en particulier à l'occasion de la destruction de tous les ponts du Rhin.

 

Voilà la vérité: Non pas même un point de détail, mais l'occultation pure et simple !

 

Et en suivant donc, l'occultation logique des témoins et auteurs de ce crime historique:

 

RIEN SUR LES MENSONGES, LES CRIMES ET LA TRAHISON DE CHARLES DE GAULLE A L'ENCONTRE DE CES GENEURS QUI SAUVERENT - PAR MILLIERS -  LA PATRIE DE LA BOTTE ALLEMANDE, NON PAS AVEC DES PLEURS ET DES DISCOURS, MAIS AVEC LEUR PEAU !

 

Comme Charles De Gaulle "remercia" les vrais sauveurs de la Patrie - 20 ans plus tard - en les privant de leur terre natale, en les jetant à la mer ou à la mort, en incarcérant et en fusillant les résistants héroïques de l'Algérie, en pourchassant dans la haine et la vindicte ceux qui avaient pris à la lettre ses engagements et ses promesses, les derniers gaullistes épaulés par les Collabos du FLN et par les assassins des soldats Français ne trouvent rien de mieux - depuis 46 ans - que de TAIRE le témoignage de ceux qui résument la situation en mettant le général SALAN, le Président Georges BIDAULT et le Lieutenant DEGUELDRE naturellement au même rang qu'Honoré d'ESTIENNE d'ORVES et que Pierre BROSSOLETTE.

 

Le pire inconvénient avec nos pires ennemis, (et avec le ventre mou de l’opinion commune qui n’a pas d’avis et qui ne sait rien ou presque mais qui ne craint pas de revendiquer fièrement le droit de vote)  c'est qu'il importe souvent de devoir expliquer qui furent Brossolette, d'Estienne d'Orves, Bidault, Salan et Degueldre...


 
 

Vitus

Bruno Cholet voulait écrire sur sa vie...

671593456.jpg
Photo prise en 1999

Incarcéré dimanche pour le viol et le meurtre d'une jeune Suédoise, Bruno Cholet était connu de la justice mais son ADN ne figurait pourtant pas dans le fichier des délinquants sexuels. En 1999, un de nos reporters l'avait rencontré.

Qui est vraiment Bruno Cholet ? Un voleur de voitures ? Un escroc ? Un braqueur comme il le prétend lors d'une rencontre avec un de nos journalistes en 1999 ? Ou plus sûrement un violeur récidiviste comme en attestent ses deux condamnations dans les années 1980 à six ans et dix-huit ans de prison. Incarcéré après avoir été mis en examen, dimanche, dans l'affaire de l'enlèvement et du meurtre de Sussanna Zetterberg, jeune Suédoise de 19 ans, tuée d'un coup de couteau et achevée de quatre balles dans la tête avant d'être retrouvée en forêt de Chantilly, le 19 avril, cet homme a déjà passé une large partie de sa vie derrière les barreaux.

Devant les hommes de la brigade criminelle à l'origine de son interpellation, Bruno Cholet, 51 ans, ne s'est montré guère disert.

« Il est très prudent et connaît bien le principe de la garde à vue, confie un policier. Mais c'est un homme qui a toujours vécu en marge de la société. A chaque fois qu'il sort de prison, il recommence ! »

En détention, il préfère se présenter comme un grand braqueur plutôt que sous son visage d'agresseur sexuel. A notre journaliste, il explique qu'il a participé à des vols à main armée et veut écrire un livre sur sa vie. Il relate qu'il a pris part à ces crimes en tant que chauffeur mais ne veut pas en dire plus. Ensuite, il décline un nouveau rendez-vous avant de prétendre devoir quitter précipitamment la France.

Dès 1989, les experts psychiatres qui l'examinent avant son procès pour deux viols commis sur une enfant de 12 ans et une jeune femme de 21 ans relèvent, dans le réquisitoire définitif que nous nous sommes procuré, une personnalité « psychopathique et impulsive, tout particulièrement dans le domaine du viol ».

Malgré ce parcours criminel chargé, Bruno Cholet n'est pas enregistré dans le Fichier national des empreintes génétiques (Fnaeg). Une « absence » qui rouvre de nombreux dossiers criminels restés sans réponse.


Sur les bords de l'Oise, en 1999. Bruno Cholet pose lors d'une brève séance photo. Il a contacté notre journaliste pour aborder son enfance, évoquer ses souvenirs et ceux qui l'ont élevé. Il souhaitait aussi parler d'une femme...  

(Le Parisien 29 avril 2008)

 

Le test ADN a parlé : Bruno Cholet ne serait pas l'homme qui a violé une autre jeune Suédoise il y a deux mois près de Paris. La comparaison de son empreinte avec celles relevées après le viol s'est révélée négative. La jeune fille, âgée de 19 ans, avait été prise en charge, ivre, par un automobiliste qu'elle avait pris pour un chauffeur de taxi à la sortie d'une boîte de nuit parisienne, avant d'être abusée et laissée à Orgival. Selon un enquêteur cité par le Figaro, Bruno Cholet reste toutefois suspect : "ce n'est pas parce qu'un ADN différent du sien a été relevé sur la scène de crime qu'il n'était pas présent, voire qu'il n'a pas violé".

Les enquêteurs sont par ailleurs en train de rouvrir au moins deux dossiers non élucidés pour déterminer son éventuelle implication. Celui d'Elodie Kulik, d'abord. En 2002, cette jeune femme de 24 ans, jeune directrice de banque à Peronne, dans le Somme, avait été retrouvé sur un chemin agricole, violée et le corps en partie calcinée, comme Sussanna Zetterberg. Les enquêteurs vont également faire des comparaisons avec le dossier Estelle Mouzin, petite fille de 9 ans disparue le 9 janvier 2003 près de Guermantes, un village de Seine-et-Marne.

 Brunot Cholet, mis en examen pour le meurtre de l'étudiante suédoise Sussanna Zetterberg, avait pris contact il y a dix ans de cela avec un journaliste rencontré alors qu'il donnait une conférence en prison. Se présentant comme "braqueur", il voulait se faire aider pour "écrire un livre sur sa vie", raconte Aujourd'hui en France/Le Parisien mardi. Il rencontrera ce journaliste à deux reprises avant de lui passer un coup de fil pour annoncer qu'il quitte la France. Il le rappellera "lorsqu'il sera interpellé quelques années plus tard" pour des cambriolages, sans que le projet d'écriture n'ait abouti, précise le quotidien.
  
L'homme qui a été condamné à plusieurs reprises pour des viols, atteintes sexuelles parfois accompagnés d'enlèvements passe sous silence les affaires de moeurs pour n'évoquer que "des faits relevant du banditisme", ajoute Le Parisien. Fiché au grand banditisme, Bruno Cholet a effectivement été condamné pour des vols à main armée, la première fois à l'âge de 15 ans, et a participé à une série de cambriolages pour laquelle il a passé quatre ans en prison.

(LCI.fr 29 avril 2008)

Bruno Cholet est né le 11 avril 1957 à Epernay (Eure) de père inconnu. Il sera reconnu par son beau-père, Jean-Claude , employé chaudronnier. Sa mère est aide-soignante dans dans une clinique privée. Sa demi-soeur exerce la coiffure. Lui-même sera apprenti coiffeur. De 12 à 15 ans, Bruno Cholet fréquente le milieu homosexuel à Cannes et à Paris avant de commettre ses premiers délits.

 

Alain Soral sur le "droit au blasphème"

2086910212.jpg
Pour le droit au blasphème
28-04-2008
Monsieur Le Pen a tort, la chambre à gaz n'est pas un détail. Monsieur Le Pen a profondément tort, la chambre à gaz est tout sauf un point de détail, c'est même aujourd'hui, plus qu'hier encore, la religion, le dogme autour duquel tourne toute l'époque contemporaine. Dans l'ordre du sacrifice fondateur, la chambre à gaz a remplacé la croix du christ.

Pourtant, ou justement pour ça, au nom du droit à la libre pensée face à ceux qui croient et veulent nous obliger à croire, je réclame le droit, pour Jean-Marie Le Pen, de considérer la chambre à gaz comme « un point de détail de la seconde guerre mondiale », comme tant d'autres se donnent le droit de chier sur la croix.
Que ce soit celle d'hier ou d'aujourd'hui, le citoyen libre se doit de lutter contre toutes les inquisitions et leurs cortèges sanglants de bûchers et d'abjurations. Nous, européens, n'avons pas mis trois siècles à nous émanciper du pouvoir temporel du Pape pour en arriver là !

Aujourd'hui, dans ce climat de judéomanie délirante - une judéomanie délirante et suspecte qui tient plus de l'esprit de la Collaboration que du combat pour le bien et l'amour des hommes - plus les souffrances de la guerre s'éloignent, plus c'est la seconde guerre mondiale toute entière qui devient un détail de la chambre à gaz !
50 millions de morts, russes, communistes, polonais, anglais, américains, civils, résistants, japonais et mêmes allemands et, parmi eux, 500 mille morts Français, ce n'est presque plus rien face à la chambre à gaz, ou aux 28 mille enfants juifs que certains voudraient faire assumer pour l'éternité aux écoliers de France innocents.

Dans ma famille de Résistants savoyards où la guerre nous a coûté six morts et la ruine - comme elle coûta son père au petit Jean-Marie -, nous avons nous aussi sauvé des vies: seulement c'était des Espagnols. Il faut dire qu'en ce temps là si on sauvait des juifs, on ne le faisait pas pour sauver le peuple élu mais pour sauver des êtres humains tout court, menacés par la méchanceté et la violence des hommes... À l'époque, on ignorait que 60 ans plus tard ne seraient plus comptabilisés que les sauvés marqués d'une étoile, et que sur le marché des Justes, ça ne vaudrait plus rien les Espagnols !
De vous à moi, combien cette relecture de la seconde guerre mondiale, cette réécriture théo-différentialiste, à la limite de l'inégalité raciale, va-t-elle encore durer ?
Combien de temps encore la Mémoire va-t-elle empêcher l'Histoire ?
Au moment du Darfour, de la Palestine, de l'Irak, du Tibet... n'y a-t-il pas d'autres combats à mener pour le salut des hommes ? De massacres, de génocides, d'ethnocides à condamner, à empêcher ?
Au moment où la montée en puissance de l'Inde et de la Chine est sur le point de remettre en cause le leadership de notre confortable et dominateur monde post-méditerranéen, les querelles intra-monothéistes sont-elle vraiment notre priorité ?

Qui aura le courage de dire, dans cet inquiétant climat de lynchage pour une petite phrase réitérée dans un obscur follicule breton, que le problème ce n'est pas le détail de Jean-Marie Le Pen. Une petite phrase plus taquine que méchante qui lui a déjà coûté 120 briques (et à ce prix là, on peut comprendre que le peu dispendieux Le Pen ait envie de l'utiliser deux fois). Une petite phrase inattaquable - dois-je le rappeler ? - aux Etats unis d'Amérique, qui ne sont pourtant pas le pays de l'antisémitisme, parce que là-bas le 1er amendement garantit à tous, et pas seulement à Finkielkraut et ses sorties sur les « antillais qui filent un mauvais coton » ou « l'équipe de France black-black-black qui serait la risée de l'Europe », la liberté de pensée et d'opinion...
Qui aura le courage, à l'heure où même ses supposés proches : identitaires jaloux et autres apparatchiks en embuscade se désolidarisent du vieux chef comme on se détourne d'un pestiféré, de dire que le problème ce n'est pas le « détail » mais la loi Gayssot ?
Cette loi d'exception contraire à tous les principes démocratiques et républicains, de l'aveu même de tous les politiques et historiens qui comptent, de Simone Veil à feu Vidal-Naquet...
Une loi d'exception qui, en instituant par le délit l'Histoire officielle, interdit toute recherche historique et l'Histoire. Dubito ergo sum res cogitans... Nous savons pourtant bien, dans ce pays qui vit naître Descartes, qu'en interdisant le doute, c'est la pensée qu'on interdit. Loi inique, de surcroît fratricide, puisqu'en inaugurant la concurrence des mémoires - et par la jurisprudence dont se réclament déjà les arméniens, les africains, les maghrébins, en attendant les vendéens et les gays... -, elle incite au communautarisme victimaire généralisé, tuant la fraternité française et son universalisme républicain...
Trois siècles de haute philosophie, deux siècles de sécularisation du religieux et un siècle de séparation des Eglises et de l'Etat pour en arriver là ? À ce retour en douce d'une Inquisition qui ne dit pas son nom ? Qui criminalise la dissidence, l'insoumission, le relativisme, le décalage, l'ironie... obligeant le rebelle à l'abjuration sous peine de ruine et de prison ?

Devant l'ignoble lynchage des bien pensants et les discrets lâchages, moi le libre penseur, pour rester du côté des opprimés et des faibles dont le sort change avec l'Histoire, j'affirme mon soutien à Le Pen le relaps ; relaps comme Jeanne d'Arc et Giordano Bruno... Par principe, au nom du droit à la liberté jusqu'à la mal-pensance, au nom du petit doigt d'honneur levé devant les puissants botteurs de dèrches et ses cohortes de lèches culs, de faux culs, j'affirme mon soutien à l'insoumis.
Car ma peur, ma vraie peur, ce ne sont pas les provocations ou les lubies d'un vieil homme, mais la peur bien plus grande de voir ce pays sombrer chaque jour plus bas dans l'obscurantisme totalitaire.
Un pays de soi-disant culture et de liberté où la horde des veules, faux courageux, vrais tartuffes et autres pétaino-gaullistes éternellement dans le sens du vent se réjouissent déjà, à l'unisson, au nom bien sur de la démocratie du bon et du bien, que le pays de Voltaire se promette de jeter demain en prison un vieux monsieur de 80 ans parce qu'il refuse de se dédire, parce que têtu jusqu'à la déraison, il refuse de baisser la tête et de faire comme un chien, à coups de pieds au cul comme eux tous, là où on lui dit de faire...

En tant qu'intellectuel français dissident, moi, Alain Soral, qui ne bénéficie même pas des soutiens d'un Soljenitsyne du temps de sa splendeur dans le Vermont (va savoir pourquoi ça s'est gâté depuis), par ce simple texte, je réclame haut et fort, face aux désapprobations tonitruantes et aux silences gênés, le droit au blasphème pour tous, pas seulement pour Houellebecq ou Philippe Val de Charlie Hebdo...
Et, au nom de ce droit sacré en terre laïque, malgré tout ce qui nous sépare : âge, parcours, origine politique..., je veux rendre hommage à un grand résistant. Pas un rentier de la Résistance à francisque. Un résistant à cette démocratie totalitaire qui tue la liberté, l'esprit d'indépendance, le sens de l'honneur et de la fidélité. Un résistant à cette République qui, à coup de devoir de mémoire forcé, de repentance obligatoire et autres criminalisations des automobilistes et des fumeurs, transforme peu à peu l'esprit français en catéchisme et le peuple français en bétail.

C'est, en somme, parce que je sais que l'affaire du détail est tout sauf un détail, que je réclame, pour Jean-Marie Le Pen, le droit de se tromper et le droit au détail !

Vive la France libre !

Alain SORAL

http://www.alainsoral.com


TERRE & PEUPLE

1186773133.jpg1939929395.JPG
TERRE & PEUPLE
BP 46
69380 LOZANNE
Tél: 04.72.54.39.93
Adresse électronique: contact@terreetpeuple.com
Site Internet:  www.terreetpeuple.com

La victoire de Gianni Alemanno

120558101.jpg
«Cette longue bataille s'est conclue par notre victoire. J'ai la ferme intention d'être le maire de tous les Romains», a notamment déclaré Alemanno.

Après 15 ans aux mains de la gauche, la mairie de la capitale italienne revient à l'ancien néo-fasciste Gianni Alemanno.

00:32 Publié dans Blog | Tags : rome passe à droite | Lien permanent | Commentaires (0)

Les psys et les délinquants sexuels...

Psychiatre et criminologue, Roland Coutanceau est également membre de la commission d'analyse et de suivi de la récidive.

LE FIGARO. - Selon son parcours judiciaire, le meurtrier présumé de Susanna Zetterberg ne se serait pas signalé entre 1999, sa sortie de prison, et 2005, où il est impliqué dans un vol à main armée. Peut-il y avoir ainsi une telle période d'inactivité chez un délinquant sexuel ?
Dr Roland COUTANCEAU. - Il n'y a pas de fatalité de la répétition, mais il arrive que des délinquants sexuels récidivent après une longue période de latence. Certains dérapent dans un moment de fracture de leur trajectoire qui fait remonter leurs pulsions à la surface. À la suite d'une perte affective, d'un manque d'argent ou d'un trop grand isolement social, ils peuvent être tentés de recommencer, de regagner un sentiment de toute puissance. Ils se disent que, perdu pour perdu, autant faire ce qui leur passe par la tête. Pour éviter la récidive, il faudrait d'ailleurs apprendre à repérer ces périodes à risque.

Le phénomène d'escalade - le passage de l'agression au viol puis au meurtre - est-il fréquent chez les délinquants sexuels ?
La majorité des délinquants ont leur «style» et reproduisent les mêmes actes, suivent le même schéma. Il y a très peu de tueurs chez les agresseurs sexuels. Pour une minorité, il existe cependant un phénomène d'escalade. Il concerne les sujets les plus mégalos, qui recherchent la toute puissance dans le crime et ne sont pas intimidables par la sanction. Il touche aussi certains délinquants sexuels qui, à force d'être condamnés, cherchent à éliminer les traces de leurs actes parce qu'ils ont peur d'être reconnus.

L'affaire Susanna réactualise le débat sur de la prévention de la récidive des délinquants sexuels. Que préconisez-vous ?
Certaines peines pourraient être assorties de contraintes plus importantes dans le cadre de la liberté conditionnelle. Je pense non seulement au bracelet électronique mais aussi à une surveillance policière structurée, en fonction de la dangerosité. En outre, la prise en charge de la prévention doit être au cœur de la politique de détention. Pendant la peine, il faut développer un accompagnement «criminologique» pour mieux repérer les sujets dangereux et les prendre en charge afin de diminuer leur dangerosité avant la sortie.

     Ces propos tout empreints de compassion envers les délinquants sexuels sont particulièrement révulsants alors qu'une jeune femme innocente vient de mourir torturée dans les pires souffrances!

00:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La vie criminelle de Bruno Cholet

Un petit homme «particulièrement violent», qui se dit lui-même «caractériel» : ainsi est apparu Bruno Cholet au fil de ses crimes et séjours en prison.

C'est peut-être la seule constante de son impressionnant parcours criminel : Bruno Cholet, chaque fois qu'il s'est trouvé confondu par les forces de l'ordre, a choisi de s'enfermer dans le silence. Toujours, l'homme a dédaigné de se défendre, comme indifférent à la perspective de retourner en prison. Parfois, il a même semblé s'en réjouir lorsque par exemple, devant une cour d'assises, il s'est vanté un jour : «J'ai quand même 32 ans et plus de 17 ans de prison.» Dans son dossier pénal, l'administration pénitentiaire a pris soin de préciser récemment que l'homme affiche «un caractère particulièrement violent et psychologiquement instable».

Né en avril 1957 à Épernay (Marne), Bruno Cholet a pour la première fois été condamné à une peine de prison ferme alors qu'il avait quinze ans à peine, pour un vol à main armée. Trois ans plus tard, en 1976, il «tombe» pour l'enlèvement et le viol d'une femme de 22 ans à Senlis (Oise) ainsi que pour un vol, qui lui valent six ans de prison.

Libéré en 1981, l'homme passe deux ans sans faire parler de lui puis replonge, fin 1983, pour le rapt et le viol d'une fillette de 12 ans. Le 7 décembre en fin de journée, Cholet, sans emploi et domicilié à Franconville (Val-d'Oise), a en effet enlevé la petite Virginie dans une rue de Senlis alors qu'elle rentrait chez elle après son cours de tennis. Sous la menace d'un revolver, il l'a forcée à monter dans sa voiture puis l'a conduite dans une forêt voisine pour abuser d'elle. Au moment de la ramener à son domicile, il a été repéré par le père qui l'a pris en chasse mais est parvenu à s'échapper avant de déposer sa proie devant l'hôpital d'Eaubonne. Deux jours plus tard, c'est finalement par hasard qu'il a été interpellé.

Résolument muet devant les policiers, Cholet finit par reconnaître les faits, de même qu'il admet avoir violé en 1983 une auto-stoppeuse de 21 ans qu'il a abandonnée, nue et ligotée, en forêt de Rambouillet. Lors de son procès devant la cour d'assises de Versailles, l'homme évoque, pour expliquer sa trajectoire malfaisante, une «enfance tumultueuse» et se définit comme «caractériel».

  Condamné à dix-huit ans de réclusion criminelle, Bruno est sorti de prison en 1999 mais il a depuis lors été condamné pour divers délits. En 2000, il a ainsi comparu devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir déclenché une fausse alerte à la bombe alors qu'il venait de manquer le train qui devait l'emmener chez ses parents, dans le Gers. Manque de chance : le ministre de l'Intérieur, Jean-Pierre Chevènement, se trouvait à bord de la rame arrêtée si bien que la police antiterroriste a mis un soin tout particulier à trouver le plaisantin. En 2006, il a été condamné à trois ans de prison à Versailles pour un braquage commis l'année précédente.

Le 24 août dernier, enfin, Bruno Cholet a été condamné à huit mois de prison dont six avec sursis pour exercice illégal du métier de taxi. Récemment, ce petit homme rondouillard dont le regard noir perce au travers de lunettes rectangulaires travaillait en effet comme chauffeur dans le quartier de la gare du Nord. Depuis septembre, il habitait près de là, chez une amie tunisienne, Houda, docteur en sciences politiques (?) qui l'avait pris sous son aile. Vendredi dernier, l'homme a brusquement quitté le studio après s'être disputé avec elle, puis il a coupé son téléphone mobile. Muré, une nouvelle fois, dans le silence, il est ensuite parti en chasse.

(Le Figaro 28 avril 2008)

     

00:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

28/04/2008

Un des collégiens est entre la vie et la mort

Trois collégiens ont été blessés lundi à coups de couteau par un de leurs camarades au collège Olivier-de-Serres à Meyzieu, dans le Rhône. Deux garçons et une fille, âgés de 14, 15 et 16 ans, ont été "sérieusement blessés" au thorax, au cou, à une jambe et hospitalisés, a précisé à la presse le recteur de l'académie de Lyon, Roland Debbasch. L'adolescent blessé au thorax a dû être opéré. Selon le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos, qui s'est rendu sur les lieux, ce dernier "a un pronostic vital encore non assuré."
 
L'agresseur, un élève de 3e, est rentré tour à tour dans deux salles de classe et s'en est pris vers 9h30, pour des raisons encore ignorées, aux trois élèves, avant de prendre la fuite. Xavier Darcos a indiqué que l'adolescent, qui a été arrêté peu après, avait exprimé sur un blog "des intentions de vengeance."

Avant de les agresser, il leur a demandé "s'ils croyaient en Dieu"!

 
Cet agresseur présumé a été hospitalisé en raison "de plaies conséquentes aux poignets qui ont nécessité une opération". "Compte tenu de la personnalité de ce jeune homme, nous ne pouvons pas dire à l'heure actuelle s'il s'agit d'une tentative de suicide ou d'auto-mutilations".
 
Des perquisitions ont eu lieu au domicile du collégien et son ordinateur a été saisi. Selon les premiers éléments de l'enquête, "cet élève de 3ème avait prémédité son agression. Il avait apporté avec lui trois couteaux de cuisine, ce qui montre quand même une certaine détermination", a-t-on ajouté de source judiciaire.

LCI.fr 28 avril 2008

VIDEO Le parachute de Léonard de Vinci

http://www.dailymotion.com/video/x58b5a_un-vrai-saut-avec...

Magnifique!

"Delenda est Carthago..."

La Tunisie et la France ont signé lundi soir un accord dit de gestion concertée des flux migratoires, le premier conclu entre Paris et un pays du Maghreb, au premier jour de la visite d'Etat du président français Nicolas Sarközy à Tunis, a annoncé la présidence française.

Cet accord a été paraphé par le ministre français de l'Immigration Brice Hortefeux et le ministre tunisien des Affaires étrangères Abdelwaheb Abdallah, en présence de M. Sarkozy et du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali.


Outre un "volet répressif contre l'immigration clandestine", ce texte doit permettre d'ouvrir le marché du travail français aux Tunisiens qui, selon le texte, «ont des compétences de haut niveau ou pour des métiers pour lesquels existe en France une demande non satisfaite».

Il prévoit également de «faciliter la circulation des personnes» entre les deux pays, notamment par une délivrance «plus large» des visas français d'une durée de un à cinq ans, et d'appuyer «des actions de développement solidaire» telle que la formation professionnelle au profit des Tunisiens ainsi que la création d'emplois dans les régions tunisiennes d'émigration.

Avant la Tunisie, la France a signé des accords sur le contrôle des flux migratoires avec quatre pays africains, le Bénin, le Sénégal, le Gabon et la Républiqie du Congo.

Près de 600.000 Tunisiens vivent légalement en France et les Tunisiens constituent la troisième communauté étudiante étrangère en France avec 10.000 étudiants inscrits, selon les chiffres officiels.

Les consulats français en Tunisie délivrent par ailleurs chaque année quelque 80.000 visas à des ressortissants tunisiens.

Et les chômeurs français de souche, qu'est-ce qu'ils vont faire? Aller cueillir les dattes en Tunisie?

"Delenda est Carthago": célèbre formule de Caton l'Ancien, sénateur de Rome (234 à 149 av.J.C.)